Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Paysages et territoires

Espace urbain et commémoration à Poitiers au xviie siècle : « la procession généralle en mémoire du siège levé par ladmiral devant ceste ville1 »

Antoine Coutelle

Texte intégral

  • 1 Médiathèque François Mitterrand de Poitiers (MFMP), Registre des délibérations municipales (RD) n° (...)
  • 2 École doctorale Vivant et sociétés, université Paris-Nord.

1Note portant sur l'auteur2

  • 3 Jean Delumeau parle d’ » une civilisation de la procession », cité par Alain Cabantous, Entre fête (...)
  • 4 Robert Darnton, « Culture bourgeoise : la ville comme texte », dans Le Grand massacre des chats, P (...)
  • 5 Mona Ozouf, « Innovations et traditions dans les itinéraires des fêtes révolutionnaires : l’exempl (...)

2La procession, événement familier pour les populations urbaines de l’époque moderne3, apparaît toujours comme un objet d’analyse riche et multiple. Dans l’ordre strict des corps assemblés, marchant dignement les uns derrière les autres sous les yeux du menu peuple, l’historien peut espérer lire l’ordre social exhibé, les hiérarchies des honneurs s’emboîtant avec subtilité ou difficultés, les identités collectives et individuelles déployées dans les couleurs des robes et les postures de chaque participant4. Cependant, la répétition, année après année du cérémoniel, inlassablement et succinctement retranscrite dans les registres de délibérations des compagnies laïques ou religieuses concernées, masque souvent des enjeux complexes et des mutations subtiles5. Ces enjeux sont d’autant plus intéressants à analyser lorsqu’il s’agit d’une procession urbaine qui célèbre un événement majeur de l’histoire locale.

  • 6 Gaston Dez, « Histoire de Poitiers », dans MSAO, tome X, 1966, p. 98, note 192.
  • 7 Hilary Bernstein, Between Crown and Community. Politics and civic culture in sixteenth century Poi (...)
  • 8 Il s’agit là de critères qui définissent la procession générale urbaine. Marc Venard, « Itinéraire (...)

3C’est ainsi qu’à Poitiers, tous les 7 septembre, jour de la saint Clouaud, le corps de ville prend la tête d’une longue procession qui fait le tour des remparts en mémoire de la résistance de la ville au siège de Coligny à l’été 15696. Par son intense dimension métaphorique7, cette cérémonie rituelle et commémorative8 apparaît comme un lieu d’observation intéressant de l’expression symbolique des pouvoirs et d’une affirmation identitaire. Les registres des délibérations du corps de ville au xviie siècle permettent une mise en perspective de cette commémoration sur un temps relativement long et pour une période agitée par la question de l’appartenance confessionnelle. De plus, l’organisation est, dès la fin du xvie siècle, prise en charge par le corps de ville, ce qui justifie une observation au travers de ces sources municipales. À partir de ces délibérations, complétées de témoignages divers, il devient possible de s’interroger sur la place de cette cérémonie dans la construction de l’identité urbaine et sur la transcription, dans l’espace de la ville, d’une mémoire à la fois religieuse et civique.

Une muraille spirituelle9 : les origines de la procession

  • 9 L’expression est de Noël Coulet, « Processions, espace urbain, communauté civique », « Liturgies e (...)
  • 10 Emmanuel Le Roy Ladurie (dir.), Histoire de la France urbaine, t. II La ville des temps modernes. (...)
  • 11 Jean-Pierre Andrault, Poitiers à l’âge baroque, 1594-1652. Une capitale de province et son corps d (...)
  • 12 Pièce extraite de La Gente poitevinerie, Poitiers, chez Emer Mesnier, 1572, rééd. par P. Gauthier, (...)

4Autant que les privilèges communaux ou les exemptions fiscales, les remparts ont une place essentielle dans l’identité urbaine10. À Poitiers, cette importance, symboliquement exprimée par la représentation des murailles sur le sceau de la commune11, se traduit par le soin que met le corps de ville à entretenir ces murs qui menacent ruine régulièrement. Au lendemain de son élection, à la mi-juillet, le nouveau maire prend possession de sa charge en effectuant une visite d’inspection des remparts. La résistance au siège des protestants a, par ailleurs, encore renforcé le lien entre la ville, ses habitants et les murs qui les protègent. Un texte anonyme écrit en poitevin à la fin du xvie siècle, l’Autre chanson joyouse in lingage poetevinea […] do sege mis devant Poeters par l’Admiro12 énumère ainsi les parties de remparts abîmées par l’artillerie huguenote et celles qui tiennent encore debout. Ce document traduit aussi la marque durable que les sept semaines du siège ont laissée dans la mémoire des Poitevins.

  • 13 Arlette Jouanna, Jacqueline Boucher, Dominique Biloghi, Guy Le Thiec, Histoire et dictionnaire des (...)
  • 14 Hilary Bernstein, Between Crown and the community…, op. cit., p. 154-156.
  • 15 Émile-Victor Foucart, « Rapport sur la relation du siège de Poitiers en 1569, par Liberge », dans (...)

5Le mercredi 7 septembre 1569, l’amiral de Coligny lève donc le siège qu’il tenait devant Poitiers depuis le 24 juillet. Quelques jours plus tard, il est défait à Moncontour13. Cet épisode de la deuxième guerre de Religion marque pour la ville un tournant important14. Brièvement protestante au printemps 1562, elle s’affirme comme un bastion catholique depuis sa reprise en main, le 1er août de la même année, par les troupes du maréchal de Saint-André et par le comte de Lude. Et c’est en tant que telle, capitale catholique dans une région partagée entre les deux confessions, place forte stratégique pour le contrôle du Bas- Poitou et passage obligé pour le Sud-Ouest du royaume, que la ville est attaquée par Coligny. Le siège, ses péripéties, ses conséquences militaires et politiques et finalement son échec ont été minutieusement analysés ailleurs15. En revanche, la commémoration cérémonielle qui en est faite chaque année reste moins connue.

  • 16 Sur Marin Liberge, professeur de droit à Poitiers au moment du siège, voir la préface de M. Beauch (...)
  • 17 François Le Poulchre, Les Sept livres des honnestes loisirs…, Paris, chez Marc Orry, 1587.
  • 18 MFMP, RD n° 40, f° 49. B. Ledain évoque une procession à Noël à l’intérieur de la ville (Bélisaire (...)
  • 19 Étonnant silence dans le journal d’Antoine Denesde, habituellement riche en détails lorsqu’il s’ag (...)
  • 20 « Le mardy septiesme jour de septembre 1660 il ne sest tenu chappitre a cause de la procession aut (...)

6La première procession a logiquement lieu dès le départ des troupes de Coligny. Lorsque les habitants de Poitiers découvrent que les soldats huguenots ont abandonné leurs positions en face de la ville, ils manifestent leur joie et le lendemain, les autorités organisent une célébration publique et collective. C’est du moins ce que décrit Marin Liberge16, principale source poitevine pour ces événements, avec le texte de François le Poulchre17. Il décrit une procession eucharistique partant de la cathédrale et se rendant au couvent des Cordeliers en passant par Notre-Dame la grande, sans jamais mentionner les remparts. Cependant, le premier registre du corps de ville conservé après la date du siège, en 1571, indique que la procession est alors fixée au 7 septembre18 et se déroule autour des murailles. Très vite, donc, l’organisation de cette procession revient au pouvoir municipal. Chaque année, le maire se charge de convier les différents « corps et compagnies » de la ville. Aucune délibération ni aucune description19 ne nous donne la composition exacte du cortège. On y apprend incidemment la présence des chanoines de saint Hilaire20, mais il semble logique de penser que tous les groupes qui composent l’élite urbaine y participent, sous les yeux de la population. Seule la lecture en continu des délibérations sur presque deux siècles permet de préciser le rituel suivi lors de cette journée.

  • 21 MFMP, RD n° 106, 1655-1656, f° 63 ; RD n° 122, 1672-1673, f° 37 ; RD n° 132, 1689-1690, f° 68 et m (...)
  • 22 MFMP, RD n° 99, 1647-1648, f°54.
  • 23 Selon la légende, en 1200, les clefs de la ville volées par un traître pour être remises aux Angla (...)
  • 24 MFMP, RD n° 47, 1587-1588, f° 96.

7Le corps de ville dirige donc la procession. Le maire réunit les échevins et les bourgeois chez lui pour le déjeuner. Puis ils se rendent à Notre-Dame la grande pour prendre « limage de la vierge » qui sera ensuite portée à l’église Saint-Étienne puis tout autour des remparts. La cérémonie se termine par un sermon, aux Cordelier ou à l’église Montierneuf. Les membres du corps de ville sont ensuite conviés à dîner par le maire21. Il est vraisemblable que certaines parties du rituel évoluent sur la durée. Mais le principal changement a lieu dès la mise en place de la cérémonie, puisque Liberge décrit une procession à l’intérieur de la ville entre les principales églises et non une circumambulation. Or, à partir de 1571, les registres mentionnent systématiquement « le tour des murailles », voire le « circuit22 » et plus rarement les stations à Notre-Dame et à Saint-Étienne. En fait, le corps de ville décide de calquer cette nouvelle solennité sur le modèle de la procession civique poitevine par excellence, celle du lundi de Pâques qui célèbre le miracle des clefs23. En 1587, l’échevin Jehan Palustre le rappelle, la saint Clouaud est organisée « à linstard du lundy de pasques24 ». Il s’agit donc pour le corps de ville d’insérer un nouveau rituel commémoratif dans un calendrier festif déjà chargé. Si cette innovation prend alors la forme d’une adaptation de la procession du miracle des clefs, c’est en raison de la signification symbolique similaire de ces deux rituels. Pour les membres du corps de ville qui règlent l’ordonnancement du cérémonial, les enjeux sont les mêmes. Il s’agit de célébrer publiquement la résistance à l’ennemi — anglais ou hérétique—, de souligner l’indéfectible loyauté de la ville — au roi et à la vraie foi—, de placer celle-ci sous la protection de la vierge, intercesseur catholique par excellence, et de manifester l’unité du corps urbain. La procession définit ce corps urbain en rejetant ses ennemis, huguenots et étrangers, hors des murailles. Elle dessine physiquement les contours d’une ville sauvée et d’une communauté protégée.

Célébration et commémoration

  • 25 Ainsi la procession du pétard, à Castellane, tous les 30 janvier, en souvenir des succès remportés (...)

8L’échec des assauts des troupes de Coligny n’apparaît pas seulement comme une victoire militaire. Cette résistance proclame le maintien par la volonté, la ténacité et la force de la communauté urbaine dans la foi catholique. D’autres villes commémorent de la même façon leur victoire sur « l’hérésie25 ». La mémoire de la résistance de Poitiers comme citadelle catholique ne se limite cependant pas à la procession de la saint Clouaud. Elle se diffracte dans plusieurs objets chargés d’expliquer et de glorifier l’histoire de cet événement.

  • 26 Sur la transfiguration par le texte d’un événement en monument, voir Christian Biet, « Les monstre (...)
  • 27 Marin Liberge, Ample discours de ce qui s’est faict et passé au siège de Poictiers…, Paris, Nicola (...)
  • 28 Le recueil est réédité en 1620, 1646 et 1660.
  • 29 Conservé au Musée Sainte-Croix de Poitiers. J.-P. Andrault, op. cit., p. 135-136.
  • 30 Voir celle du sieur de Rouvre dans l’église Saint Didier. L. Babinet, op. cit., p. 608.

9Le texte de Marin Liberge compose ainsi un monument26 destiné à montrer l’exemple de la loyauté. Il est réédité par un imprimeur poitevin en 162127. Sans doute plus largement diffusés localement, les textes en poitevin réunis dans le recueil de la Gente Poitevinerie contribuent également à perpétuer la mémoire héroïque de la ville et de ses habitants28. L’autre objet destiné à célébrer la mémoire de la résistance catholique de la ville est le tableau commandé en 1619 par le maire Jean Pidoux au peintre François Nautré29. La large vue cavalière de la ville assiégée est entourée des écussons des membres du corps de ville, ainsi associés à la gloire de la ville qu’ils représentent et qu’ils dirigent. La conjonction chronologique de ces rééditions et de la réalisation du tableau laisse penser que la mémoire du siège est réactivée au moment où la ville s’affirme comme un bastion local de la réforme catholique, sous l’égide de Monseigneur de la Roche-Posay et avec l’aide des jésuites, implantés à Poitiers depuis une génération. Les blasons autour du tableau, les épitaphes des combattants en vers, celles placées dans les églises paroissiales de la ville30 : tous ces éléments soulignent que la commémoration de l’événement est aussi une célébration de l’oligarchie urbaine. L’ordre figé du cortège, la dignité des magistrats et des clercs dans leurs robes et surtout la répétition de ce rituel d’année en année donnent eux à voir un lien qui se veut immuable mais qui est régulièrement renouvelé entre les élites urbaines et la communauté dont ils ont la charge.

« On a coustume de faire »

  • 31 MFMP, RD n° 40, 1571-1572, f° 49. Également Hilary Bernstein, Between Crown and Community…, op. ci (...)
  • 32 MFMP, RD n° 80, 1629-1630, f° 60.
  • 33 MFMP, RD n° 97, 1645-1646, f° 44, de même en 1647 et en 1649.

10Les registres municipaux ne cessent de le dire, année après année, la procession du 7 septembre est une « bonne et antienne coustume ». Le terme est même utilisé dès 1587, soit moins de 20 ans après la première cérémonie. Mais la répétition des délibérations municipales fait apparaître, derrière les similitudes, des glissements riches de sens. Lors de la première convocation, les membres du corps de ville sont conviés à célébrer les « vigilles de Notre- Dame de septembre31 ». Par la suite, au début du xviie siècle, les registres associent « feste de St Clouault et vigille de la nativité de la notre Dame » pour lesquels « se fairon la procession generalle autour des murs de ceste ville a lordinaire32 ». Les délibérations occupent alors entre une dizaine et une quinzaine de lignes, nécessaires pour préciser l’heure et les lieux où doivent se retrouver les participants et pour indiquer le motif de la célébration, presque toujours formulé ainsi à partir des années 1630 : « pour remercier Dieu de la délivrance du siège mis devant cette ville par ceux de la religion prétendue réformée en l’année 156933 ».

  • 34 MFMP, RD n° 90, f° 23, cité par J.-P. Andrault, op. cit. p. 144.
  • 35 MFMP, RD 150, 1731-1732, f° 22 ; RD 160, 1740-1741, f° 31 ; RD 188, 1780-1782, f° 10-11.

11Les variations sont infimes mais parfois révélatrices, comme lorsque le maire fait biffer le mot « calviniste » mis par le secrétaire à la place de « ceux de la RPR34 ». Peu à peu, la délibération pour la convocation à la fête de la saint Clouaud s’amenuise. L’essentiel est conservé : il s’agit de poursuivre une pratique « accoustumée » et faire le tour des remparts, mais « Notre Dame de septembre » disparaît. La référence à la coutume correspond, dans les registres, à une simplification aisée pour le secrétaire de séance mais surtout à l’intégration de l’usage dans l’épais catalogue des rituels municipaux. Ainsi convoquée, cette notion à la fois juridique et morale renforce l’autorité d’un pouvoir municipal qui cherche toujours à présenter sa légitimité comme immémoriale. Peu à peu, l’origine historique de la procession, le « siège mis par ladmiral » s’estompe des registres. Il ne reste, à partir des années 1730 et jusqu’à la révolution, que la description, de plus en plus minutieuse, des actes et des gestes chaque année répétés, sans référence à l’événement de 156935. Pour les édiles, la mémoire s’efface au profit de l’obligation de perpétuer le geste civique. Le rituel a évincé l’histoire.

  • 36 Sur une trentaine de querelles de préséances repérées à Poitiers entre 1600 et 1720, aucune n’a li (...)
  • 37 Voir Alain Cabantous, op. cit., p. 42.

12Tout au long du xviie siècle, la cérémonie de la saint Clouaud semble épargnée par ces incessantes concurrences de dignité qui animent les membres des différents corps urbains et qui provoquent les querelles de préséance36. Il est difficile de savoir si cela est dû au hasard, à l’importance que revêt cette procession (mais la solennité n’a jamais empêché une querelle), à une stricte codification du cortège qui rendrait impossible les usurpations de rang ou, à l’inverse, au flottement dans l’ordonnancement du défilé que ne doit pas manquer de provoquer le long parcours, à coté et le long des murailles de la ville. Peut-être aussi, le caractère fortement civique de cette solennité impose aux différents corps urbains le souci de refléter l’entente et l’unité37.

  • 38 J.-P. Andrault, op. cit., p. 635-642.
  • 39 Relation de ce qui s’est passé à l’érection de la statue du Roi dans la ville de Poitiers, le ving (...)

13D’autre part, les événements susceptibles d’infléchir le rituel ne semblent en fait guère le modifier. Le centième anniversaire du siège n’apparaît même pas dans le registre des délibérations. Le passage d’un corps échevinal coopté parmi l’élite urbaine à un corps d’officiers ne modifie rien de la célébration38. La révocation de l’édit de Nantes ne donne pas non plus à la procession de 1685 une ampleur extraordinaire. Une cérémonie publique en l’honneur d’une défaite de l’ » hérésie » paraît pourtant le médium idéal pour l’affirmation de l’engagement de Poitiers et de ses habitants, au côté du roi, dans la lutte contre les protestants. Mais à cette date, un tel message s’exprime par d’autres voies. C’est sur le piédestal de la statue de Louis XIV érigé au centre de la place du marché-vieil que peut se lire l’attachement public de la ville et de ses élites à la foi catholique39. Désormais, le discours officiel sur l’orthodoxie confessionnelle appartient pleinement au pouvoir monarchique. Les élites municipales n’ont plus à leur charge que la réitération d’un rituel dans lequel le civique finit par estomper le religieux.

14Cette procession permet donc la conjonction des différents éléments constitutifs de l’identité urbaine : les remparts qui encerclent, protègent et définissent la ville, la résistance envisagée à la fois comme une affirmation d’autonomie communale et de loyauté envers la monarchie, la catholicité comme condition d’appartenance pleine et entière à la communauté urbaine. Son parcours, son organisation, son déroulement, tout indique que cette célébration, pour être investie d’une charge religieuse importante, est aussi une manifestation civique. Elle est surtout un enjeu de mémoire pour un corps de notables soucieux d’associer leur dignité à celle des défenseurs de la ville et d’intégrer la légitimité historique d’un corps urbain en prenant place, à chaque génération, dans un dispositif cérémoniel en apparence immuable. Une politique urbaine de la procession s’impose progressivement, fondée sur la maîtrise du discours sur l’histoire de la ville. Ce discours du passé agit aussi sur l’identité présente. Mais il disparaît peu à peu au profit d’un rituel dorénavant presque autonome.

  • 40 Il est soutenu par François du Tillet, lieutenant général de police de la ville, assisté d’Allard (...)
  • 41 Plancher de Valcour, Le Siège de Poitiers, drame lyrique en trois actes, en vers à grand spectacle (...)
  • 42 Affiches du Poitou, 14 janvier 1785.

15En 1784, cette mémoire connaît un renouveau inattendu. Plancher-Valcour, comédien et auteur de théâtre, propose aux magistrats poitevins40 de mettre en scène l’héroïque résistance de la ville. Il inclut une Notice des familles existantes lors du Siège, qui subsistent encore en Poitou41 et obtient du corps de ville l’impression de son texte aux frais de la collectivité. Les Affiches du Poitou promettent aux spectateurs la représentation de « la vertu magnanime de nos aïeux42 ». Le théâtre reprend ainsi à son compte la représentation d’une mémoire que la procession n’explicite plus désormais.

Notes

1 Médiathèque François Mitterrand de Poitiers (MFMP), Registre des délibérations municipales (RD) n° 113, délibération du 4 septembre 1662.

3 Jean Delumeau parle d’ » une civilisation de la procession », cité par Alain Cabantous, Entre fêtes et clochers. Profane et sacré dans l’Europe moderne xviie-xviiie siècle, Paris, Fayard, 2002, p. 39.

4 Robert Darnton, « Culture bourgeoise : la ville comme texte », dans Le Grand massacre des chats, Paris, Robert Laffont, 1985, p. 101-135, en particulier p. 110-116.

5 Mona Ozouf, « Innovations et traditions dans les itinéraires des fêtes révolutionnaires : l’exemple de Caen », Ethnologie française, 1977, VII, 1, p. 45-54.

6 Gaston Dez, « Histoire de Poitiers », dans MSAO, tome X, 1966, p. 98, note 192.

7 Hilary Bernstein, Between Crown and Community. Politics and civic culture in sixteenth century Poitiers, Cornell, Cornell University Press, 2005, p. 179.

8 Il s’agit là de critères qui définissent la procession générale urbaine. Marc Venard, « Itinéraires de processions dans la ville d’Avignon », Ethnologie française, 1977, VII, 1, p. 55-62.

9 L’expression est de Noël Coulet, « Processions, espace urbain, communauté civique », « Liturgies et musique (ixe-xive siècle) », Cahiers de Fanjeaux, n° 17, Toulouse, Privat, 1982, p. 389.

10 Emmanuel Le Roy Ladurie (dir.), Histoire de la France urbaine, t. II La ville des temps modernes. De la renaissance aux Révolutions, Paris, rééd. Le Seuil, coll. « Points histoire », 1998, p. 14 sq.

11 Jean-Pierre Andrault, Poitiers à l’âge baroque, 1594-1652. Une capitale de province et son corps de ville, Poitiers, MSAO, 2003, p. 64 sq. ; Adolphe-Stanislas Pesme, « Étude sur l’ancienne enceinte de Poitiers de 1569 », Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest (MSAO), 1901, p. 49-120.

12 Pièce extraite de La Gente poitevinerie, Poitiers, chez Emer Mesnier, 1572, rééd. par P. Gauthier, Niort, Geste éditions, 2002, p. 143-149.

13 Arlette Jouanna, Jacqueline Boucher, Dominique Biloghi, Guy Le Thiec, Histoire et dictionnaire des guerres de Religion, Paris, Robert Laffont, 1998.

14 Hilary Bernstein, Between Crown and the community…, op. cit., p. 154-156.

15 Émile-Victor Foucart, « Rapport sur la relation du siège de Poitiers en 1569, par Liberge », dans Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest (BSAO), 1835, p. 39-44 ; Léon Babinet, « Le siège de Poitiers en 1569, avec table onomastique », MSAO, 1888, p. 463-613 ; Pierre DEZ, Histoire des Protestants et des Églises réformées du Poitou, La Rochelle, 1936 ; June Shimizu, Conflict of Loyalties : politic and religion in the career of Gaspard de Coligny, admiral of France, 1519-1572, Genève, Droz, 1970.

16 Sur Marin Liberge, professeur de droit à Poitiers au moment du siège, voir la préface de M. Beauchet-Filleau, Le Siège de Poitiers par Liberge, Poitiers, 1846.

17 François Le Poulchre, Les Sept livres des honnestes loisirs…, Paris, chez Marc Orry, 1587.

18 MFMP, RD n° 40, f° 49. B. Ledain évoque une procession à Noël à l’intérieur de la ville (Bélisaire Ledain, Histoire sommaire de la ville de Poitiers, Fontenay, 1889, p. 154) suivant sans doute en cela les indications de Thibaudeau, sans références malheureusement. Antoine-René-Hyacinthe Thibaudeau, Histoire du Poitou, Niort, Robin, 1839-1840, t. II, p. 364.

19 Étonnant silence dans le journal d’Antoine Denesde, habituellement riche en détails lorsqu’il s’agit de solennité religieuse. Il n’y est jamais fait mention de la procession de la saint Clouaud. « Journal d’Antoine Denesde, marchand ferron à Poitiers et de sa femme Marie Barré », édité par Bricauld de Verneuil, Archives Historiques du Poitou, T. XV, 1885.

20 « Le mardy septiesme jour de septembre 1660 il ne sest tenu chappitre a cause de la procession autour de la ville », archives départementales de la Vienne, G 546, registres capitulaires de St Hilaire, f° 238.

21 MFMP, RD n° 106, 1655-1656, f° 63 ; RD n° 122, 1672-1673, f° 37 ; RD n° 132, 1689-1690, f° 68 et même encore RD n° 197, 1790-1791, f° 200-201.

22 MFMP, RD n° 99, 1647-1648, f°54.

23 Selon la légende, en 1200, les clefs de la ville volées par un traître pour être remises aux Anglais se retrouvent dans les mains de la vierge qui apparaît au-dessus des remparts, accompagnée de St Hilaire. Voir Hilary Bernstein, Between Crown and Community…, op. cit., part II, chapter 7, « The Miracle of the Keys and the Urban Historical Tradition », p. 164-185.

24 MFMP, RD n° 47, 1587-1588, f° 96.

25 Ainsi la procession du pétard, à Castellane, tous les 30 janvier, en souvenir des succès remportés sur les huguenots. Michel Vovelle, Les Métamorphoses de la fête en Provence de 1750 à 1820, Paris, Aubier-Flammarion, 1976, p. 69.

26 Sur la transfiguration par le texte d’un événement en monument, voir Christian Biet, « Les monstres aux pieds d’Hercule. Ambiguïtés et enjeux des entrées royales ou l’encomiastique peut-elle casser des briques ? », xviie siècle, n° 3-2001, p. 383-403.

27 Marin Liberge, Ample discours de ce qui s’est faict et passé au siège de Poictiers…, Paris, Nicolas Chesneau, 1569, 8° ; Lyon, Didier et Martin, 1569, 8° ; édition « revue et corrigée de nouveau » à Poitiers chez Julien Thoreau, 1621, in-12. Le texte est complété par des épitaphes en vers latins ou français pour les soldats tués pendant le siège.

28 Le recueil est réédité en 1620, 1646 et 1660.

29 Conservé au Musée Sainte-Croix de Poitiers. J.-P. Andrault, op. cit., p. 135-136.

30 Voir celle du sieur de Rouvre dans l’église Saint Didier. L. Babinet, op. cit., p. 608.

31 MFMP, RD n° 40, 1571-1572, f° 49. Également Hilary Bernstein, Between Crown and Community…, op. cit., p. 179, note 44.

32 MFMP, RD n° 80, 1629-1630, f° 60.

33 MFMP, RD n° 97, 1645-1646, f° 44, de même en 1647 et en 1649.

34 MFMP, RD n° 90, f° 23, cité par J.-P. Andrault, op. cit. p. 144.

35 MFMP, RD 150, 1731-1732, f° 22 ; RD 160, 1740-1741, f° 31 ; RD 188, 1780-1782, f° 10-11.

36 Sur une trentaine de querelles de préséances repérées à Poitiers entre 1600 et 1720, aucune n’a lieu lors de la procession du 7 septembre. La seule tension a lieu en 1634 lors de la tenue des Grands Jours mais elle est résolue avant la cérémonie, voir Joël Cornette, La Mélancolie du Pouvoir, Omer Talon et le procès de la raison d’État, Paris, Fayard, 1998, p. 180 sq.

37 Voir Alain Cabantous, op. cit., p. 42.

38 J.-P. Andrault, op. cit., p. 635-642.

39 Relation de ce qui s’est passé à l’érection de la statue du Roi dans la ville de Poitiers, le vingt-cinquième aoust 1687, à Poitiers chez Jean Fleuriau et Jean-Baptiste Braud, s.d., in-4°, 32 f.

40 Il est soutenu par François du Tillet, lieutenant général de police de la ville, assisté d’Allard de la Resnière, érudit local, qui lui fournit les données historiques nécessaires. H. Clouzot « L’Ancien théâtre en Poitou », dans MSAO, t. XXIV, 1900, p. 323-328.

41 Plancher de Valcour, Le Siège de Poitiers, drame lyrique en trois actes, en vers à grand spectacle ; représenté pour la première fois, à Poitiers le 14 janvier 1785, à Poitiers, chez Michel-Vincent Chevrier, 1785, avec une épître dédicatoire au corps de ville.

42 Affiches du Poitou, 14 janvier 1785.

Notes de fin

2 École doctorale Vivant et sociétés, université Paris-Nord.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540