Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Paysages et territoires

Un officier « moyen » aux bains : Pierre Robert et les fontaines d’Availles au xviie siècle

Michel Cassan

Texte intégral

  • 1 Professeur d’histoire moderne, université de Limoges–CERHILIM.

1Note portant sur l'auteur1

  • 2 Dom Jabesse, « Dom Fonteneau, bénédictin de la Congrégation de Saint-Maur 1705-1778 », Revue bénéd (...)
  • 3 Pierre Gasnault, « Les travaux d’érudition des Mauristes au xviiie siècle », dans K. Hammer et J. (...)
  • 4 A. de la Marsonniere, « Les amitiés et les épreuves de Dom Fonteneau », Mémoires de la Société des (...)
  • 5 Jacques Lelong, Bibliothèque historique de la France. Nouvelle édition revue, corrigée et considér (...)

2Le 27 décembre 1778, le bénédictin Dom Léonard Fonteneau, âgé de 73 ans, décédait à Saint-Jean-d’Angély. Depuis les années 1765-1766, il était en délicatesse avec sa congrégation ; il avait été rappelé et quasiment assigné à résidence au monastère parisien des Blancs- Manteaux. Ses supérieurs le suspectaient d’être janséniste et lui reprochaient de n’avoir toujours pas écrit l’Histoire du Poitou dont il avait accepté la responsabilité. Cette charge lui était échue en mars 1743, peu après la disparition du premier maître d’œuvre de l’entreprise Dom Joseph-Marie Boudet2. Il l’avait secondé durant deux ans et ce choix logique semblait prometteur. Or, vingt ans plus tard, Dom Fonteneau n’avait toujours pas rédigé cette histoire provinciale appelée à prendre place dans l’œuvre d’érudition des Mauristes3. À ses supérieurs qu’un tel retard agaçait, Dom Fonteneau répondit en soulignant l’ampleur de la tâche, son souci d’examiner avec minutie toutes les pièces recueillies dans les dépôts publics et les collections privées, la vérification des dates, l’élaboration d’un apparat critique. Bref, Dom Fonteneau plaida sa cause en donnant une leçon de méthode très directement inspirée des règles professées par Dom Mabillon. Son argumentaire et surtout l’intervention du contrôleur général Bertin qui voulait disposer d’une bibliothèque historique provinciale fléchirent les supérieurs de la congrégation et Dom Fonteneau put regagner le Poitou. Il y resta de 1767 à sa mort ; il n’en composa pas l’histoire, mais il classa toutes les pièces d’archives qu’il avait transcrites4. Parmi celles-ci, figurent des mémoires extraits des manuscrits de Jean et de Pierre Robert, lieutenants généraux du Dorat. Leurs textes vieux de plus d’un siècle, jouissaient déjà d’une solide réputation puisque Fevet de Fontette les répertorie dans la nouvelle édition de la Bibliothèque historique de la France5 comme des pièces nécessaires à la connaissance du passé de la Marche. Les originaux, au moins une grande partie d’entre eux sont aujourd’hui perdus ou inaccessibles et leur connaissance n’est aisée que grâce au labeur de Dom Fonteneau qui les copia chez de lointains héritiers de Jean et Pierre Robert.

  • 6 Henri Aubugeois de la Ville Du Bost, Généalogie historique de Robert du Dorat, Poitiers, 1877, 70 (...)
  • 7 Guy Dupuigrenet Desrousilles, Une ténébreuse affaire d’amour, de pouvoir et de mort en Basse March (...)
  • 8 Henri III a donné en douaire le comté de la Marche à Isabelle ou Elizabeth d’Autriche par lettres (...)
  • 9 Eugène Lecointre, Essai sur la vie et les ouvrages de Jehan et Pierre Robert, successivement lieut (...)
  • 10 Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers, manuscrits Dom Fonteneau, t. XXX, f° 523.
  • 11 Robert Descimon, Christian Jouhaud, La France du premier xviie siècle, 1594-1661, Paris, Belin Sup (...)

3Ce dernier qui vécut de 1589 à 1658 est un héritier. Son père, Jean, né vers 1544 dans la Haute-Marche près de Guéret est devenu lieutenant général de la Basse Marche en 15806. Il succéda à Claude de la Pouge, un fidèle du roi assassiné en 1578 à la suite d’une émeute dans la ville du Dorat fomentée par le lieutenant particulier Jacques Brujas et le procureur du Roi Jacques Du Monteil7. Dans ce contexte, la candidature de Jean Robert présentait quelque intérêt pour le souverain. En effet, depuis 1575, il était sénéchal et maître de requêtes ordinaires de la reine Elizabeth d’Autriche, veuve de Charles IX et douairière de la Marche8. Il avait quelques attaches avec la petite ville sans être inféodé à un des partis qui se déchiraient ce qui a probablement facilité cette nomination. En effet, Jean est son sénéchal et maître des requêtes ordinaires. La même année, le 3 novembre 1580, il épouse Mahive Orthe, fille de Pierre, bourgeois du Dorat, seigneur de Boislavault et de Gilberte de Fonréaux. Elle apporte une dot de 3 000 livres et selon une pratique éprouvée, cette somme d’argent a servi à financer l’acquisition de l’office. Jean Robert remplit la charge et celle de juge châtelain royal de la châtellenie du Dorat jusqu’à sa mort le 30 octobre 16079. À son décès, Pierre âgé de 18 ans est élève au collège de Lisieux et trop jeune pour lui succéder. Il doit même racheter l’office de juge châtelain tombé aux parties casuelles pour un défaut de paiement du droit annuel. Il verse 1 800 livres pour retrouver un office payé 1 200 livres par contrat du 16 novembre 160610. En deux ans, le prix a bondi de 50 % et cette augmentation aussi spectaculaire que spéculative illustre l’envol général du prix des offices au cours du premier xviie siècle11.

  • 12 BnF Richelieu, cabinet des titres, pièces originales 2 499, p. 43. 1612 : quittance de Pierre Robe (...)
  • 13 BnF Richelieu, Nouv. Acq. Fr., 10 105, f° 12. Dans l’avis au lecteur rédigé alors qu’il dit être â (...)
  • 14 Michel Cassan (dir.), Offices et officiers « moyens » en France à l’époque moderne. Profession, cu (...)

4Quant à l’office de lieutenant général, il en perçoit les gages alors même qu’il ne l’exerce pas12. La charge lui est réservée et il en bénéficiera à l’âge de 25 ans, à condition de posséder les titres et grades requis. C’est ce qui advint en 1614. Le 14 juin, Pierre Robert est reçu lieutenant général devant le Parlement de Paris ; à l’automne, juste après la tenue de l’assemblée des trois états de la Marche en vue de la tenue des États généraux du royaume, il prend possession de son office à Le Dorat. Durant 34 ans, il fut le lieutenant général de la sénéchaussée de la Marche au siège principal du Dorat, une titulature qu’il exhiba constamment pour rappeler la supériorité du tribunal du Dorat sur celui très proche de la ville rivale de Bellac. Il résigna sa charge en 1648 et la transmit à son fils aîné Pierre, seigneur de Villemartin. Désormais, il peut consacrer tout son temps à ses travaux d’écriture, organiser la masse de pièces officielles et de notes personnelles qu’il a accumulée et donner corps à son projet de « Marchiade ». Là où d’aucuns avaient composé une Franciade, une Guisiade, une Savoysiade ou des Lusiades, lui voulait écrire à la gloire de son petit pays13. Il dressa le plan de la somme qui devait embrasser tous les aspects de sa province. Il se fit tour à tour annaliste, chroniqueur, chorographe, botaniste, ethnographe. Il rédigea une multitude de paragraphes et de chapitres sans parvenir au terme de l’entreprise et ce sont ces textes que Dom Fonteneau copia. Évidemment des matériaux aussi variés qu’abondants prennent vraiment sens dans une étude globale, aussi l’approche parcellaire ici retenue est conçue comme une mise à l’épreuve des questionnements, une étape préliminaire dans la saisie plus large des tâches professionnelles d’un lieutenant général, de l’outillage intellectuel de Pierre Robert et de son degré de représentativité des officiers « moyens » de justice14.

  • 15 Aujourd’hui, Availles Limouzine, Vienne.

5C’est à l’aide d’un corpus de quatre textes relatifs aux eaux et fontaines d’Availles15 que ces investigations sont menées, avec à l’arrière-plan une interrogation sur le degré de représentativité éventuelle de la culture de Pierre Robert par rapport à l’ensemble des officiers « moyens » de justice.

Les fontaines d’Availles

  • 16 Une carte de la Basse Marche de Pierre Robert dans Louis Perouas, Pierre Robert (1589-1658), un ma (...)
  • 17 Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers, manuscrits Dom Fonteneau, t. XXIX, f°s 251-274. Le foli (...)

6Pierre Robert s’éloigne rarement de la Basse Marche16. À part quelques voyages d’affaires à Paris, il demeure dans son ressort juridictionnel et il est peu probable qu’il n’ait jamais vu l’océan Atlantique. Ce terrien était tout de même intéressé par les cours d’eau et il fut suffisamment intrigué par les eaux d’Availles pour leur consacrer quatre textes réunis aujourd’hui dans le tome XXIX des papiers dits « Dom Fonteneau ». Le premier intitulé « D’aucunes fontaines minérales qui sont en la Basse Marche » couvre deux pages et demi ; le second « Des eaux médicinales d’Availles ou Montenat » six pages, le troisième « Des fontaines médicinales minérales de la Marche Limousine et Poitou » et le quatrième « Des eaux minérales d’Availles » occupent respectivement neuf et cinq pages17. Ils relatent des événements survenus entre 1615 et 1647 avec notamment la découverte des eaux en 1615 et leur reconnaissance en 1623 : des faits qui permettent d’appréhender un aspect de l’activité professionnelle du lieutenant général, loin de l’auditoire ou de la Chambre du Conseil.

  • 18 Ibid., t. XXIX, f° 251.
  • 19 Ibid., t. XXIX, f° 271.
  • 20 Cette thématique a suscité de nombreux travaux des médiévistes. Voir récemment Didier Lett et Nico (...)
  • 21 Jean-François Auby, Les Eaux minérales, Paris, PUF, 1994, p. 23.
  • 22 BnF Richelieu, Nouv. Acq. Fr. 6 783, f°85-86, Lettre de Maître François de Montsalard…
  • 23 BnF Richelieu, Nouv. Acq. Fr. 6783, f° 87-88, Lettre du sieur du Bourg docteur en médecine…, en da (...)

7Dans la première version, il rapporte qu’étant allé « faire une dessente (sic) en la ville d’Availles », les officiers du lieu l’avertirent qu’à « un quart de lieue de la ville estoit une fontaine d’eau salée18 ». Curieux, il s’en fit apporter et la goûta. La seconde fois, il s’agit du très officiel procès-verbal qu’il dressa le 26 août 1623. Sur la sommation de Guillaume Sornin, avocat et procureur du Roi au siège du Dorat, il s’est transporté à Availles. L’accompagnent son greffier, le docteur en médecine François Rampion, les avocats Pierre Grenard et François Prévost et « plusieurs autres personnes et habitans (sic) du Dorat19 ». Une visite des fontaines est le but de ce déplacement relaté avec force détails. Le procès-verbal apprend que la qualité des eaux d’Availles s’est diffusée par « bruit commun et renommée20 » et que l’expédition mise sur pied par Pierre Robert a pour objectif de s’informer officiellement de la teneur de cette rumeur et d’informer le public — terme usité à plusieurs reprises — des bienfaits ou des dangers des eaux. S’informer signifie recueillir des dépositions attestant de la qualité de eaux et procéder à une expertise des fontaines. Pour ce faire, Pierre Robert rassemble des témoignages certifiant que la consommation des eaux, la pratique des bains ou la pose d’emplâtres de boues ont guéri une multitude de personnes atteintes de diverses maladies. Le traitement soigne « les personnes molestées des douleurs de calcul, aultres travaillées de contraction de nerfs en leurs mains, pieds, aultres affligés d’un tremblement de vue ». Puis il entre en conférence avec les deux médecins, Maitre Rampion et Maitre Jehan de Langueisse venu de Ruffec. Tous trois concluent que « les vertus, qualités et propriétés des dites eaux les rendent minérales, medicinales, cordiales, purgatives et diurétiques et qu’elles peuvent servir grandement pour les maladies croniques (sic) et de qualité fraîche ». Suit une énumération de tous les maux et douleurs traités par ces eaux. Ainsi, le procès-verbal mis au net le 17 septembre 1623 signe la reconnaissance officielle des eaux d’Availles et les place sous l’autorité du souverain et de la reine douairière. Pierre Robert agit de la sorte en tant que premier officier royal du ressort en l’absence du gouverneur et dans le cadre des enquêtes demandées par la surintendance des eaux minérales et médicinales de France. L’on sait qu’en 1549 des lettres patentes ont stipulé que toutes les sources étaient propriété de l’État, mais il fallut attendre 1605 pour que la décision rencontre un début d’application21. Un surintendant des eaux minérales et médicinales — généralement, un médecin du Roi — est nommé et peu à peu des intendants des bains et fontaines minérales sont installés dans les provinces. En 1623, Maître François de Montsalard sieur du Protier, conseiller et médecin ordinaire du Roy est le surintendant des bains et eaux minérales22. Il a demandé aux magistrats du Dorat comme à plusieurs médecins, dont ses confrères de Ruffec et de Verteuil en Angoumois d’enquêter sur la valeur des eaux d’Availles23.

  • 24 Brigitte Caulier, L’Eau et le Sacré. Les cultes thérapeutiques autour des fontaines en France du M (...)

8La démarche de Pierre Robert est une réponse à cette sollicitation. Elle s’inscrit dans ce contexte d’inventaire, d’expertise diligenté par l’État et préalable, le cas échéant, à toute exploitation des eaux décrétées médicinales et propres à guérir les malades. Afin de décider de la valeur thérapeutique des eaux, Pierre Robert a agi en magistrat. Il a enquêté et a pris l’avis d’experts, en l’occurrence les médecins. À aucun moment, il n’est fait mention ou allusion à la présence d’un ecclésiastique ; à aucun moment, les guérisons ne sont qualifiées de miraculeuses, à aucun moment les eaux ne sont dites merveilleuses ou dotées de propriétés surnaturelles. De même le soulagement des affections est lié à un traitement de plusieurs jours, à une cure, nullement à des invocations religieuses ou à un rituel. Pour Pierre Robert et les médecins qu’il consulte, les bains d’Availles soignent grâce à leurs qualités naturelles, non parce qu’elles seraient chargées d’une puissance sacrale. D’après leurs écrits, les eaux d’Availles n’ont aucune similitude avec les fontaines à dévotion. Elles relèvent du monde de la raison, de la science, tandis que les fontaines appartiennent au monde du surnaturel, du sacré24. Mais si les vertus des fontaines sont logiques et non magiques, comment expliquer leurs qualités ? Pourquoi ces eaux qui surgissent si loin de la mer, au pied d’une montagne selon les textes, en fait un banal rocher, ont-elles un goût salé ? Pourquoi ont-elles une odeur de soufre ? Pourquoi sont-elles chaudes ? Autant de données qui intriguent Pierre Robert et auxquelles il essaie d’apporter des réponses dans les textes composés en liaison avec son très officiel procès-verbal.

  • 25 Millac, Vienne.
  • 26 Rochechouart, Haute-Vienne.
  • 27 Tersannes, Haute-Vienne.
  • 28 Evaux, Creuse.

9Les deux chapitres « D’aucunes fontaines minérales qui sont dans la Basse Marche » et « Des eaux médicinales d’Availles » sont la matière d’un discours prononcé lors de la séance de rentrée du tribunal au Dorat, soit à l’automne 1623. Ils furent ultérieurement remaniés puisque Pierre Robert a mentionné, en fin de chapitre, l’existence de fontaines découvertes en 1641 à Millac25, à Rochechouart26 en juin 1647, à Tersannes27 sans en préciser la date et qu’il a rappelé l’existence des eaux d’Evaux28 en Combraille. Pierre Robert a, à l’évidence, repris son discours de 1623 pour le compléter, sans que l’opération modifie la teneur et les visées initiales de sa harangue. Il s’agit bien de donner du sens à l’existence de ces eaux minérales d’Availles.

Un discours savant

  • 29 À titre de modèle, Jérôme Delatour, Une Bibliothèque humaniste au temps des guerres de religion. L (...)

10Sa harangue comprend deux parties équilibrées. Il l’inaugure avec des considérations générales sur les eaux, un inventaire des fontaines réputées pour leurs qualités thérapeutiques et poursuit avec l’exposé circonstancié et détaillé du cas d’Availles. Pierre Robert développe sa démonstration en progressant du général au particulier. Dans la première partie de son discours, il sollicite une multitude d’auteurs, d’ouvrages, de citations données de mémoire et de façon parfois approximative. 41 auteurs sont cités, généralement à une seule reprise. En marge du manuscrit, les ouvrages utilisés sont référencés. L’indication est fort précieuse puisqu’elle permet de connaître les livres compulsés par Pierre Robert mais sans pouvoir décider de quelle édition il s’agit puisque la date des ouvrages n’est que rarement fournie, et les noms d’imprimeurs toujours omis. Ces lacunes, rédhibitoires pour une étude détaillée de bibliothèque29, peuvent être biaisées puisque l’objectif recherché est d’identifier les livres et les auteurs qui fondent la réflexion de Pierre Robert. La connaissance précise de l’édition devient alors d’un moindre intérêt. La distribution chronologique sommaire des auteurs fréquentés par Pierre Robert donne des premiers enseignements. L’Antiquité grecque et latine est représentée par 12 auteurs (29,3 % du corpus), le Moyen Âge par 15 occurrences (36,6 %), le xvie siècle avec 8 auteurs (19,5 %) et le xviie siècle, en fait la période couvrant les années 1601 à la mort de Pierre Robert en 1659, par 6 auteurs (14,6 %). Ce simple décompte suggère une information puisée à toutes les périodes canoniques de l’Histoire et une bibliothèque ou au moins des sources d’information toujours vivantes avec des achats ou des lectures de livres parus du temps de Pierre Robert. La place considérable des œuvres de l’Antiquité était prévisible. En effet, la Renaissance des lettres, caractérisée par la découverte ou la redécouverte des textes et manuscrits anciens, leurs nouvelles traductions ont alimenté un courant d’édition soutenu. Pierre Robert a acquis certains de ces ouvrages et, très certainement, en a trouvé d’autres dans la bibliothèque constituée par son père, ce magistrat savant qui a laissé, à l’état manuscrit, un ouvrage sur la guerre, les motifs de sa licéité. C’est probablement son père qui avait acheté les nombreux livres d’auteurs du Moyen Âge cités par Pierre Robert, qu’il s’agisse des Pères de l’Eglise saint Isidore, saint Jean Damascène, saint Jérôme ou d’Averroès et du très discuté Basile Valentin.

  • 30 Barthélemy de Chasseneuz, Commentaria… in consuetudines ducatus Burgundiae principaliter et tootiu (...)
  • 31 La vertu et usage des fontaines de Pougues en Nyvernois et administration de la douche par I. Pido (...)
  • 32 Il s’agit de Louis Guyon, sieur de la Nauche. Il est l’auteur de Discours des deux fontaines medec (...)
  • 33 Les rivières de France ou Description géographique et historique du cours et débordement des fleuv (...)
  • 34 Les fontenes de Pougues de Raymond de Massac mises en vers françois par Charles de Massac, Paris, (...)

11Pour le xvie siècle, Pierre Robert convoque le juriste Barthélemy de Chasseneuz avec sa description de la Bourgogne30, le célèbre cosmographe Sébastien Munster, son voisin, le médecin poitevin Jean Pidoux auteur d’un livre sur les fontaines de Pougues paru en 1584 à Paris et réédité à Poitiers en 1597, 1598, 160831 ou le sieur de la Nauche32. Une diversité comparable caractérise les livres du xviie siècle avec Les Rivières de France… de Louis Coulon33, le Traité du sel et du nitre de Blaise de Vigenère ou l’opuscule du médecin Raymond de Massac34.

  • 35 Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers, manuscrits Dom Fonteneau, t. XXIX, f° 261.
  • 36 Les bains de Digne en Provence par S. Richard, Docteur en Medecine de l’Université de Montpellier, (...)

12Au premier examen, l’échafaudage de citations et de références mobilisées par Pierre Robert dénote un indéniable éclectisme, une connaissance des autorités antiques acquise sur les bancs des collèges et à l’université et démontre un art consommé de la mémoire, probablement soutenu par l’usage de recueils personnels de citations. Cependant une analyse plus approfondie de cette bibliothèque virtuelle et réelle à la fois, infléchit et précise les conclusions initiales. Pierre Robert a voulu éclaircir deux questions majeures : l’origine des fontaines d’Availles et la composition de leurs eaux. Afin de répondre à la première interrogation, il a compulsé l’oeuvre de géographes et de naturalistes aussi fameux que Pline l’Ancien, Strabon, Solin, Pomponius Mela, Raffaelo Maffei dit Volterran (1455-1522), Joachim Vadianus (1418-1551) auteur de commentaires sur l’œuvre de Pomponius Mela, Louis Coulon, André Thévet ou Sébastien Munster. Et, il expose que selon eux, les fleuves proviennent des océans. Il avance l’explication alors la plus répandue selon laquelle les eaux souterraines circulent du fond des mers jusqu’aux montagnes et que là des sources jaillissent. Pierre Robert est sensible à cette explication, peut-être l’a-t-il adoptée, ce qui expliquerait la qualité de grande montagne attribuée à un rocher surplombant de quelques mètres seulement la fontaine. Même si la perception de la verticalité et de la pente est très amplifiée chez les hommes des xvi-xviie siècles, l’appréciation de la réalité est tellement faussée qu’elle signe un étrange défaut d’observation, sauf si Pierre Robert cherche confusément une justification à la thèse de la circulation des eaux et à leur surgissement au pied des montagnes. Mais, à peine cette thèse résumée, Pierre Robert rapporte que selon Aristote, « les vapeurs procèdent des vapeurs enfermées dans les concavités de la terre lesquelles condencées, prises et congelées par la froideur qui y est perpétuelle se tournaient en eau puis se donnoient voye par les veines subterranées35 ». La même explication est appliquée aux fontaines de Digne. Dans son livre de 1619, le médecin relie les sources à « des vapeurs de la terre qui abordans dans ses concavités plus froides s’espessissent et commencent d’humecter les lieux voisins puis petit à petit se forment des goutelettes qui grossies par le nouveau secours d’autre matière commencent à couler des petites fentes en d’autres conduicts plus grands, de ceux-cy et des plus amples jusques à ce que le tout recueilly fit la source36 ».

  • 37 L’hydrothérapeutique des fontaines médicinales nouvellement découvertes aux environs de Rouen, tre (...)

13Ainsi, les fontaines ou sources qui sourdent du sol de manière insolite sont créditées d’origines diverses sans que Pierre Robert ne se hasarde à choisir. Il réitère cette démarche lorsqu’il s’agit d’expliquer pourquoi des eaux naturelles ont des qualités distinctives qui les rendent plus excellentes que les eaux ordinaires. En ce domaine, le lieutenant général en appelle au jugement des chimistes pour qui les eaux minérales « se font des vapeurs des vides métalliques qui sont sous terre montant avec véhémence en haut ». Une interprétation comparable peut se lire dans un texte de 1603. Jacques Duval, docteur et professeur de médecine y affirme que des « feux souterrains rendent les eaux chaudes, changent leurs qualités naturelles et les rendent médicinales37 ». Le rapprochement entre ce livret et les propos de Pierre Robert démontre la prégnance d’interprétations voisines et récurrentes. Or, et Pierre Robert l’écrit, celles-ci émanent de chimistes. Et, en effet, en élucidant tous les auteurs mobilisés par le magistrat, l’on découvre qu’il a consulté de très nombreux livres de chimistes et d’alchimistes. De l’Antiquité, il a retenu Olympiodore, alchimiste grec du ve siècle ; pour le Moyen Âge, il cite Albert le Grand (1200-1280) professeur allemand de théologie et auteur du De mineralibus (vers 1244) qui défend des idées sur les métaux proches de celles de Geber, également mentionné. Geber ou Abou Moussah Djafar al Soli fut un alchimiste arabe de la fin du viiie siècle et du début du ixe siècle qui influença tous les alchimistes du Moyen Âge et dont les textes sont imprimés à de nombreuses reprises de 1490 à 1540. À côté d’eux, Pierre Robert nomme l’alchimiste et médecin catalan Arnaud de Villeneuve (1240 ?-1311) pour son Traité des eux médicinales, Rupescissa, alias Jean de Roquetaillade (vers 1310-1366) auteur de De la considération de la cinquième essence, (1351-1352), ou Jean Trithème (1462-1516), soit les grands noms de l’alchimie occidentale et arabe médiévale. Pour le XVIe siècle, il a évidemment retenu Paracelse (1493-1541) et de Blaise de Vigenère (1523 ?-1596), la théorie des éléments dite alchimique contenue dans le Traicté du sel et du feu paru à titre posthume (1618). Enfin, le paracelsiste Oswall Croll (1560- 1619) auteur de Basilica chymica (1609) et de La Royalle chymie (1624), Jean Beguin pour Les Elemens de chymie donnés en 1615 et réédités très régulièrement dans la première moitié du xviie siècle complètent ce corpus.

  • 38 Ces fontaines selon les médecins, « pouvaient servir grandement pour les maladies croniques et de (...)

14Au terme de cette énumération, force est de constater qu’aucun des grands noms de l’alchimie puis de la chimie, de l’Antiquité jusqu’aux années 1620, soit le moment de l’expertise des eaux d’Availles ne manque. Pierre Robert a dressé leur généalogie et accompagné par ses lectures, le passage délicat, hésitant et chaotique de l’alchimie à la chimie opéré au début du xviie siècle par Oswald Croll et surtout Jean Béguin. Il paraît très averti de ces questions et lorsqu’il visite les eaux d’Availles, il a déjà écarté toute interprétation miraculeuse et surnaturelle des qualités des eaux ; mais il ne sait pas selon quelle théorie expliquer les vertus des fontaines, admises par tous38. Les eaux d’Availles guérissent-elles les maladies froides grâce à leur chaleur et au rééquilibrage humoral qu’elles permettent ? Ou bien soignent-elles en raison de leur teneur en soufre, en vitriol comme l’affirment les chimistes ? Entre les médecins méthodiques fidèles à la théorie hippocratique et galénique des humeurs et les médecins chimistes ou spagyrites qui rapportent la maladie à un dysfonctionnement des organes, chaque école ayant sa lecture de l’usage des eaux, Pierre Robert ne choisit pas ou du moins, ne le dit pas. Une nouvelle fois, il a exposé les points de vue des deux parties, mobilisé les auteurs qui font autorité, juxtaposé leurs divergences et leurs contradictions sans trancher. Il est resté fidèle aux règles de la scolastique apprises chez les jésuites et mises en pratique au quotidien dans l’exercice de son métier de magistrat.

  • 39 Sur la biographie, voir la récente mise au point de François Dosse, Le Pari biographique. Écrire u (...)

15Au-delà de cette méthode et en raison de cette même méthode, Pierre Robert peut-il être jugé représentatif de la magistrature moyenne ? La réponse ne peut qu’être conditionnelle en l’absence d’un effectif significatif d’officiers « moyens » de justice auquel le confronter ? En outre, la focalisation sur un individu, aussi bien documenté soit-il, recèle tous les pièges d’une biographie39, accentués comme ici, dans le cas d’une biographie intellectuelle. Toutefois, l’on peut avancer quelques éléments de réponse solidement étayées et conçues comme autant de repères dans l’attente d’une appréciation globale.

  • 40 Mirko D. Grmek, (dir.), Histoire de la pensée médicale en Occident, t. 2, De la Renaissance aux Lu (...)
  • 41 L’on sait que la guerre de l’antimoine déchira le corps médical français, au moins de 1615 avec l’ (...)
  • 42 Médiathèque François Mitterrand, Poitiers, manuscrits Fonteneau, t. XXIX, p. 259.

16Incontestablement, Pierre Robert est très au fait des propositions relatives à l’origine des eaux souterraines et des discussions sur la valeur des eaux médicinales. Il rapporte les positions des deux parties, avec une attention plus soutenue pour les chimistes, à lire comme un indice de son appréhension aiguë du débat entre la médecine traditionnelle et l’iatrochimie40 qui a eu quelques échos dans la basse Marche41. En effet, il déplore « que par les invectives et calomnies d’aucuns médecins du pays, le bruict et la renommée de ces fontaines cessa quelque temps42 ».

  • 43 L’hydrothérapeutique…, op. cit.
  • 44 À la Bibliothèque nationale de France et à la bibliothèque de l’Arsenal, pour la période 1567-1660 (...)

17Le texte de Pierre Robert s’apparente à ces nombreux opuscules consacrés à vanter une source, une fontaine ou des bains et imprimés entre la fin du xvie siècle et les années 1640 Généralement leur pagination fluctue entre 48 et 140 pages, même s’il y a quelques livres d’une vingtaine de pages et un de 422 pages43. Leur impression est simple, et leur format in-12 ou in-8. Leur plan est identique avec une première partie sur les origines des eaux, leurs qualités et caractéristiques, une seconde recensant les maladies soignées et une dernière en forme d’inventaire des personnes guéries. Pierre Robert a construit ses textes sur un canevas voisin et il a usé d’explications qui se retrouvent sous la plume des médecins auteurs de la majorité des traités de sites thermaux44. Le repérage d’arguments identiques employés par les médecins et Pierre Robert invite à un élargissement de l’angle d’approche et à un dépassement de l’interrogation initiale relative à la représentativité de la culture de Pierre Robert. Au lieu de la comparer aux seuls officiers « moyens » de judicature et à des praticiens au statut professionnel très proche, tels que les avocats, il conviendrait d’élargir l’effectif de référence et d’inclure les docteurs en médecine dans l’enquête. Ainsi, l’originalité éventuelle de la culture et du savoir de Pierre Robert sera appréciée d’abord au sein du groupe des officiers « moyens », puis par rapport à une galaxie sociale et professionnelle élargie. In fine, l’on pourra déterminer si les magistrats « moyens », les basochiens, les docteurs en médecine qui résident et exercent dans les villes de province, partagent au-delà de leurs savoirs professionnels spécifiques, une culture « moyenne », pétrie de références communes.

Notes

2 Dom Jabesse, « Dom Fonteneau, bénédictin de la Congrégation de Saint-Maur 1705-1778 », Revue bénédictine, 1898, p. 3-36.

3 Pierre Gasnault, « Les travaux d’érudition des Mauristes au xviiie siècle », dans K. Hammer et J. Voss (dir.), Historische Forschung im 18. Jahrhundert: Organisation, Zielsetzung, Ergebnisse, 12e colloque historique franco-allemand, Bonn, 1976, p. 102-121.

4 A. de la Marsonniere, « Les amitiés et les épreuves de Dom Fonteneau », Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest, t. XIII, 1890, p. 345-416.

5 Jacques Lelong, Bibliothèque historique de la France. Nouvelle édition revue, corrigée et considérablement augmentée de M. Fevet de Fontette, Conseiller au Parlement de Dijon, Paris, Hérissant, 1768-1778, ici 1771, t. III, p. 504.

6 Henri Aubugeois de la Ville Du Bost, Généalogie historique de Robert du Dorat, Poitiers, 1877, 70 pages. Cette généalogie extraite des papiers de Dom Fonteneau (t. LVX) est parfois fautive d’après les pièces originales conservées au cabinet des titres. Elle est exacte pour Jean et Pierre Robert. BnF Richelieu, cabinet des titres, pièces originales 2 500, pièce 11.

7 Guy Dupuigrenet Desrousilles, Une ténébreuse affaire d’amour, de pouvoir et de mort en Basse Marche au xvie siècle : l’assassinat de Claude de la Pouge, Paris, 1989, 116 p.

8 Henri III a donné en douaire le comté de la Marche à Isabelle ou Elizabeth d’Autriche par lettres patentes du 21 novembre 1575. Sur les douaires, voir Alain Morgat, Tenir son rang. Les apanages et les douaires royaux en France (1460-1620), doctorat d’histoire sous la direction du professeur Yves-Marie Bercé, université de Paris IV Sorbonne, 2005, 4 vol.

9 Eugène Lecointre, Essai sur la vie et les ouvrages de Jehan et Pierre Robert, successivement lieutenants généraux au siège royal de la Basse-Marche, Poitiers, 1846, 29 p.

10 Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers, manuscrits Dom Fonteneau, t. XXX, f° 523.

11 Robert Descimon, Christian Jouhaud, La France du premier xviie siècle, 1594-1661, Paris, Belin Sup, p. 188-196, notamment le graphique p. 195.

12 BnF Richelieu, cabinet des titres, pièces originales 2 499, p. 43. 1612 : quittance de Pierre Robert conseiller du Roy et lieutenant général en la seneschaussee de la Basse Marche envers Pierre Papon receveur du domaine du compte de la Basse Marche pour 87 livres 10 sols comme gages de son office de lieutenant général de l’année de la St Jehan Baptiste 1611 à la St Jehan Baptiste 1612. La quittance est datée du 18 septembre 1612 et signée Robert lieutenant général.

13 BnF Richelieu, Nouv. Acq. Fr., 10 105, f° 12. Dans l’avis au lecteur rédigé alors qu’il dit être âgé de 67 ans, il justifie son entreprise, « poussé de zèle et d’affection de rendre un service à mon pais natal ».

14 Michel Cassan (dir.), Offices et officiers « moyens » en France à l’époque moderne. Profession, culture, Limoges, Pulim, 2004, 358 p.

15 Aujourd’hui, Availles Limouzine, Vienne.

16 Une carte de la Basse Marche de Pierre Robert dans Louis Perouas, Pierre Robert (1589-1658), un magistrat du Dorat entre érudition et observation, Limoges, Pulim, 2001, 120 p.

17 Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers, manuscrits Dom Fonteneau, t. XXIX, f°s 251-274. Le foliotage est personnel.

18 Ibid., t. XXIX, f° 251.

19 Ibid., t. XXIX, f° 271.

20 Cette thématique a suscité de nombreux travaux des médiévistes. Voir récemment Didier Lett et Nicolas Offenstadt (dir.), Haro ! Noël ! Oyé ! Pratiques du cri au Moyen Âge, Paris, 2003.

21 Jean-François Auby, Les Eaux minérales, Paris, PUF, 1994, p. 23.

22 BnF Richelieu, Nouv. Acq. Fr. 6 783, f°85-86, Lettre de Maître François de Montsalard…

23 BnF Richelieu, Nouv. Acq. Fr. 6783, f° 87-88, Lettre du sieur du Bourg docteur en médecine…, en date du 23 mars 1624.

24 Brigitte Caulier, L’Eau et le Sacré. Les cultes thérapeutiques autour des fontaines en France du Moyen Âge à nos jours, Laval, Paris, Beauchesne, 1990.

25 Millac, Vienne.

26 Rochechouart, Haute-Vienne.

27 Tersannes, Haute-Vienne.

28 Evaux, Creuse.

29 À titre de modèle, Jérôme Delatour, Une Bibliothèque humaniste au temps des guerres de religion. Les livres de Claude Dupuy, Mémoires et documents de l’École des chartes (53), ENSSIB/École des Chartes, 1998.

30 Barthélemy de Chasseneuz, Commentaria… in consuetudines ducatus Burgundiae principaliter et tootius fereque Galliae…, édition en 1517 à Lyon chez Simon Vincent et nombreuses rééditions.

31 La vertu et usage des fontaines de Pougues en Nyvernois et administration de la douche par I. Pidoux, Medecin du Roy et Doyen de la faculté de Médecine à Poictiers, Poictiers, De l’Imprimerie de Jean Blanchet, 1597, in-4. Jean Pidoux, né à Poitiers, fut reçu docteur en médecine devant la Faculté de Paris en 1588. Médecin de Henri III, Henri IV et du duc de Nevers Louis de Gonzague, il meurt en 1610. Sur Jean et François Pidoux, l’on peut consulter Dr Paul Rodet, Les Médecins à Pougues aux xvie, xviie, xviiie siècles, Paris, 1887.

32 Il s’agit de Louis Guyon, sieur de la Nauche. Il est l’auteur de Discours des deux fontaines medecinales du bourg d’Encausse en Gascogne, à quatorze lieues de Tolouze… par M. Louys Guyon, Dolois, médecin demeurant à Uzerche en Lymosin, à Lymoges, par Hugues Barbou, 1595.

33 Les rivières de France ou Description géographique et historique du cours et débordement des fleuves, rivières, fontaines, lacs et estangs qui arrousent les provinces du royaume par le sieur Coulon, Paris, 1644, 2 vol. in-8. Pierre Robert a utilisé le volume 1.

34 Les fontenes de Pougues de Raymond de Massac mises en vers françois par Charles de Massac, Paris, Du Bray, 1605, in-8.

35 Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers, manuscrits Dom Fonteneau, t. XXIX, f° 261.

36 Les bains de Digne en Provence par S. Richard, Docteur en Medecine de l’Université de Montpellier, habité à Marseille, à Lyon, par Claude Morillon, imprimeur et libraire de la Duchesse de Montpensier, MDCXIX, Lyon, 239 pages, in-12.

37 L’hydrothérapeutique des fontaines médicinales nouvellement découvertes aux environs de Rouen, tres utiles et profitables à un chacun par Noble M. Jacques Duval, docteur et professeur en Médecine, natif d’Evreux, Rouen, chez Jacques Besonghe, 1603, 422 p., in-12.

38 Ces fontaines selon les médecins, « pouvaient servir grandement pour les maladies croniques et de qualité froide, elles estaient propres aux obstructions de rate et de foye, passions nephritiques et artritiques, froides, fiebvres quartes, contractions de nerfs, coliques venteuses, cotarres (cautères) froids, paralisies, aschmatics, teignes, dartres, herpes, galles, morphées, douleurs de reins, toutes sortes d’ulcères et à plusieurs autres maladies ».

39 Sur la biographie, voir la récente mise au point de François Dosse, Le Pari biographique. Écrire une vie, Paris, La Découverte, 2005, 480 pages.

40 Mirko D. Grmek, (dir.), Histoire de la pensée médicale en Occident, t. 2, De la Renaissance aux Lumières, Paris, Le Seuil, 1997, en particulier p. 37-59.

41 L’on sait que la guerre de l’antimoine déchira le corps médical français, au moins de 1615 avec l’interdiction de vendre tout remède chimique prise par la faculté de médecine de Paris jusqu’aux années 1660.

42 Médiathèque François Mitterrand, Poitiers, manuscrits Fonteneau, t. XXIX, p. 259.

43 L’hydrothérapeutique…, op. cit.

44 À la Bibliothèque nationale de France et à la bibliothèque de l’Arsenal, pour la période 1567-1660, 25 monographies de fontaines ou bains ont été compulsées. Elles concernent Aix-en-Savoie, Antilly, Barbotan, Bourbon-Lancy, Bourbon-L’Archambault, Néris, Evaux, Château-Thierry, Encausse, Forges, Digne, Gréoulx, Plombières, Pougues, Vic-le-Comte, Vichy, des fontaines près de Grenoble, Rouen, Langres, Montbéliard et Pithiviers. 16 ont été rédigées par des docteurs en médecine comme Jean Baptiste de Cabis (Aix) Pierre Gassen de Plantin (Encausse), Jacques Fontaine (Gréoulx), S. Richard (Digne), J. Banc (Bourbon) ; 2 par des apothicaires, un par un libraire imprimeur, un par l’historiographe Nicolas de Nicolaï. Cinq auteurs ont omis leur qualité.

Notes de fin

1 Professeur d’histoire moderne, université de Limoges–CERHILIM.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540