Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Paysages et territoires

Angoulême, d’une guerre à l’autre (1919-1939)

Paul Lévy

Texte intégral

  • 1 Maître de conférences d’histoire contemporaine, université de Poitiers – GERHICO.

1Note portant sur l'auteur1

2Les conséquences démographiques de la guerre entraînent une prise de conscience des autorités locales. La municipalité d’Angoulême et l’assemblée départementale prescrivent des mesures en faveur de la petite enfance. De même, les notables réagissent en aidant les œuvres spécifiques comme la Goutte de lait. La présence sur Angoulême d’une importante population ouvrière et de nombreuses familles nécessiteuses justifient ces décisions. Des industries prospères débordent le plateau et désormais ceinturent la ville. L’industrie du papier longtemps considérée comme la principale activité se voit talonner par le feutre et la mécanique. Avec la crise des années trente, la condition ouvrière se détériore conduisant à des changements politiques durables. La municipalité de Bloc national vole en éclats, pour laisser la place à un maire du Cartel des gauches. Pendant la majeure partie de l’entre-deux-guerres le député d’Angoulême appartient au mouvement socialiste, à la SFIO d’abord, puis plus original au courant néo-socialiste. Se pose alors la question de l’existence d’un lien éventuel entre l’évolution économique et sociologique d’Angoulême et le comportement politique de ses habitants.

Une déficit naturel chronique

  • 2 Archives Départementales de la Charente (ADC), 3 M 279, recensement d’Angoulême, 1921.
  • 3 ADC, 3 M 319 et 320, recensement des deux cantons d’Angoulême, 1936.

3Comme pour l’ensemble du pays, à Angoulême la Grande guerre a décimé les classes d’hommes jeunes. Aussi, le chef lieu de la Charente, connaît-il pendant les quatre années de conflit, une baisse de la natalité qui ne s’interrompt pas pour autant la guerre achevée. En 1919, on relève 485 naissances pour 876 décès. Une situation somme toute naturelle, le retour des blessés de guerre les plus gravement atteints conduit à une surmortalité. L’année suivante, la natalité reprend son cours naturel avec 741 naissances. Une éclaircie de courte durée. De 1921 à 1929, à cause de la mortalité infantile dépassant les 25/1000, de nouveau la mortalité l’emporte sur la natalité2. En 1930, les 720 naissances devancent les 593 décès, mais de nouveau en 1932, la population angoumoisine enregistre un déficit naturel. Cependant à partir de 1936, la natalité connaît une nouvelle embellie, grâce à deux facteurs : la hausse du taux de fécondité qui passe de 65/1000 en 1921 à 72/100 et la baisse de la mortalité infantile. L’année 1938 affiche un taux record de naissances 738 contre 593 décès3.

  • 4 ADC, 4 M 106 et 107, situation numérique des étrangers (1926-1927 et 1928-1929).
  • 5 ADC, 4 M 108, situation numérique des étrangers (1930-1938).

4En fait la guerre n’est pas la seule cause de cette dénatalité. Il semble que dans l’ensemble du pays la fécondité baisse sans discontinuer. En 1911 Angoulême possède 38 211 habitants passant en 1936 à 39 399. Comment expliquer cette hausse alors que la ville a connue un déficit démographique naturel plusieurs années durant ? Certes, Angoulême profite de l’exode rural des campagnes charentaises et des petites villes dont les activités se réduisent. Un fait démographique nouveau se manifeste dans l’entre-deux-guerres, des étrangers s’installent dans la ville. En 1926, on dénombre 340 étrangers, parmi lesquels 65 Belges mais surtout 125 Espagnols. Il s’agit principalement d’une immigration masculine, puisque les Espagnols comprennent 72 hommes pour 34 femmes. En fait, cette immigration représente la main-d’œuvre dont la ville a besoin4. À partir de 1930, la population immigrée devient significative avec 503 personnes, mais sa composition se modifie avec l’arrivée d’ouvriers polonais et tchèques. Nous n’évoquerons pas les années 1938-1939, au cours desquelles parviennent à Angoulême environ 2 000 Républicains espagnols dans des conditions très particulières5. Cette immigration profite de manière inégale aux différents quartiers d’Angoulême, enrichissant particulièrement ceux de la ville basse Basseau et Saint-Cybard. Dans le premier, la population passe de 2 385 habitants à la fin des années 1920 à 2 731 en 1936. Saint-Cybard connaît une croissance analogue.

5Cette situation démographique touchant l’ensemble du pays conduit le gouvernement par la loi du 31 juillet 1920, à prendre des mesures visant à empêcher la dénatalité. À Angoulême, les premières initiatives relèvent de la sphère privée. Le propriétaire de l’Hôtel de France, décide de verser la somme de 1 000 F à tout chef de famille de nationalité française, lors de la naissance du cinquième enfant, à condition de résider à Angoulême depuis au moins deux ans. Prenant conscience du phénomène, à partir de 1922, le conseil général de la Charente octroie une prime à la natalité. Dans les deux cas, il s’agit de favoriser la constitution de familles nombreuses, puisque ces aides ne sont versées qu’après le quatrième enfant.

  • 6 ADC, La Charente du 28 février 1930.
  • 7 ADC, 5 M 52, rapport sur la vaccination antidiphtérique en Charente. Archives municipales d’Angoul (...)
  • 8 ADC, 5 M 52, rapports sur la vaccination antidiphtérique en Charente.

6La question de la mortalité infantile n’échappe pas aux édiles locales qui soutiennent l’œuvre de la Goutte de lait. Cette association surveille la qualité de l’allaitement des nourrissons et distribue du lait aux familles en difficultés. À leur tour, les industries papetières entreprennent d’aider les mères de familles. La société Lacroix installe, dans son usine de Saint-Cybard, une crèche modèle aménagée au milieu de jardins ouvriers mis à la disposition de son personnel. La crèche est gratuite et les mères sont autorisées à quitter leur atelier aux heures de tétées6. L’initiative privée ne suffit pas à répondre aux besoins immenses. Au lendemain de la guerre, les gouvernants, prenant conscience de l’importance de la santé, créent en 1924 le ministère de la Santé publique. À Angoulême dès 1920, des mesures médicales sont lancées. Le préfet crée un comité d’hygiène sociale composé de philanthropes, de médecins connus et de bénévoles. L’année suivante, sous la direction du Dr Gilson, il ouvre un dispensaire vite surchargé. Dans les années trente, conformément aux circulaires nationales, l’assemblée départementale installe une inspection médicale des écoles. Peu de temps auparavant, cette même assemblée avait débloqué des crédits pour encourager la vaccination antidiphtérique, comblant le retard de la Charente en ce domaine7. Par convention avec le dispensaire, le conseil général finance l’admission des enfants dans des sanatoriums de hautes altitudes. À cette même période se développent les campagnes contre la tuberculose8. À Angoulême se crée une commission des « taudis ». La mortalité infantile ayant pour cause entre autre l’insalubrité des habitations, en 1927, la loi Loucheur lance les habitations à loyer bon marché. En Charente, il faudra attendre la loi de 1932, rendant obligatoire l’affiliation des entreprises aux caisses d’allocations familiales, pour que les HBM s’organisent d’une manière plus significative.

7À Angoulême, l’hôpital met en place une consultation pour les femmes enceintes indigentes. La municipalité augmente à cet effet l’Assistance médicale gratuite, l’AMG. En 1930, à Girac, sur la propriété léguée à la ville par M. Leclerc Chauvin, un nouvel asile est édifié avec des dons privés. Parmi les grands donateurs figurent Jules Durandeau directeur des papeteries Lacroix qui lègue toute sa fortune à la ville dont 800 000 F pour l’hôpital, et Me Henry Troy avocat à Bordeaux, lequel abandonne sa fortune aux hôpitaux de Bordeaux et d’Angoulême. Près de 350 000 F iront à ce dernier. Désormais, un asile vaste et clair accueille jusqu’à 200 personnes.

8Les œuvres prolongent les initiatives privées ou collectives. La Ligue charentaise contre la mortalité infantile vulgarise auprès des mères les principes essentiels d’hygiène infantile. Accompagnant les filles mères, elle lutte contre l’abandon d’enfants. En 1922, est aménagé un refuge maternel recevant les filles mères sans ressources. Elles y allaitent leur enfant pendant six mois en bénéficiant d’un salaire mensuel de 80 F. Avec ce système d’hébergement on évite l’abandon des enfants, l’une des causes de la mortalité infantile.

  • 9 ADC, 5 M 20, hygiène et santé publique.

9Dans ce domaine, se distingue l’œuvre magistrale de la Goutte de lait. Fondée en 1903, elle est reconnue d’utilité publique en 1923. Elle sera dirigée successivement par les Dr David et Gilson. Située place Saint-Martial, cette œuvre, financée par la municipalité et le conseil général, accueille en moyenne 203 enfants âgés de moins de deux ans. Une fois les enfants vaccinés, les mères reçoivent gratuitement du lait ainsi qu’une prime de 30 à 50 F selon le degré d’observance des conseils d’hygiène et d’allaitement. Cette œuvre prête également des berceaux et offre des vêtements aux familles les plus nécessiteuses. Par ailleurs, elle démontre la place des enfants défavorisés qui représentent près du tiers des naissances de cette période. Rien d’étonnant à cela, compte tenu du contexte économique et de la situation sociale rencontrés par la ville au cours de ces années9.

La papeterie en perte de vitesse

10Du fait de sa situation géographique et de ses activités, Angoulême apparaît encore aux lendemains de la Grande Guerre comme l’une des cités des plus industrialisées de la région. Située au centre d’un réseau ferroviaire comprenant dix lignes, la ville est sans conteste la mieux desservie du Centre Ouest. Pourvue également de routes nationales bien entretenues et d’une voie fluviale encore navigable, Angoulême fait fonction de plaque tournante des communications dans cette région. Les premières atteintes à ce cadre sont portées dans les années vingt. Le port de l’Houmeau reste en fonction jusqu’en décembre 1928, date à laquelle Raymond Poincaré décide qu’en aval de Cognac la Charente n’est plus navigable. Angoulême compte alors cinq gares pour quatre réseaux différents : Orléans, chemin de fer de l’État, chemins de fer départementaux, située entre les deux précédentes et enfin les chemins de fer économiques installés à la Grand Font. La guerre ayant malmené tous ces réseaux, leur période faste semble révolue.

  • 10 Dominique Audet-Perrier, Les Premiers pas du chemin de fer en Charentes, Paris, Le croît vif, 1997 (...)

11Le réseau économique connaît des déficits chroniques. Les locomotives à vapeur sont abandonnées au profit des automotrices électriques. Compte tenu de leur coût d’entretien en 1936, la compagnie choisit la traction diesel qui met Confolens à deux heures d’Angoulême contre quatre heures pour la vapeur. Pour des raisons pratiques et d’économie, les deux gares d’État et d’Orléans fusionnent au profit de cette dernière. La ligne Paris-Bordeaux achèvera son électrification commencée en 1926, lorsqu’en 1938 est créée la SNCF10.

  • 11 André Nogues, La Fonderie de Ruelle, Ruelle, 1988, p. 32-38.

12Les activités industrielles justifient la présence de la plupart de ces réseaux. La première d’entre elles, propriété de l’État, concerne l’armement. Aux portes d’Angoulême, la Fonderie de Ruelle, dépendant de la marine nationale, fabrique essentiellement des canons. Installée au bas du plateau et dans les communes avoisinantes, elle emploie plus de 1 500 ouvriers. Dans l’entre-deux-guerres son activité augmente contribuant à la modernisation de l’armement de la marine. C’est l’époque où la Fonderie acquiert des terrains pour créer de nouveaux ateliers11. Pour alimenter ces canons, en 1819, la Poudrerie est créée dans une boucle de la Charente, en face du village de Fléac. À la veille de la Grande guerre elle s’étendait sur 120 hectares, produisant essentiellement des poudres noires, du coton à mèche et de l’acide nitrique. Avec la guerre, sa production augmentant, elle s’étend sur une cinquantaine d’hectares supplémentaires. Après la guerre, la poudrerie emploie plus de 1 500 ouvriers.

13Aux côtés de ces industries plus récentes s’active une branche plus traditionnelle, contribuant à la renommée de la ville : la papeterie. Depuis le xvie siècle, grâce aux rivières qui alimentent tous les moulins papetiers, elle est la grande industrie d’Angoulême. Les principales maisons d’Angoulême : Laroche-Joubert, Chauveau, Alamigeon et Lacroix produisent du papier d’écriture et d’impression. Elles emploient près de 4 % de la population active angoumoisine. Parmi les plus importantes Laroche-Joubert compte 800 ouvriers et Lacroix 600 personnes. La papeterie Laroche-Joubert est l’une des plus importantes de France dans ce secteur de production. Sa principale usine se trouve dans le quartier de Saint Cybard. Cependant, l’entreprise possède d’autres centres de fabrication comme celui de Chantoiseau sur la commune de Saint-Michel et plusieurs ateliers de façonnage dont deux implantés à Angoulême même. Celui de L’Houmeau se spécialise dans la fabrication d’agendas, de cahiers et de cartes géographiques. L’entreprise Lacroix produit du papier à cigarette, essentiellement en bobines ou en rames, exporté aux quatre coins du monde. Dans une autre usine moins importante, la famille Bardou fabrique dans l’ancienne abbaye de Saint Cybard, le papier à cigarette individuel à la marque populaire, Le Nil.

  • 12 Pierre Dubourg-Noves, Histoire d’Angoulême et ses alentours, Toulouse, Privat, 1989.

14Jusqu’au début des années trente, les papeteries d’Angoulême résistent à la concurrence étrangère. En 1932, la mévente provoque une baisse des heures de travail et le gouvernement doit instituer un contingentement des papiers importés. Les premiers secteurs touchés concernent les papiers d’emballages et d’impression. Jusque là, la réputation de qualité du papier d’écriture angoumoisin l’avait protégé de la concurrence. Toutefois l’industrie du papier reste une force de production avec en 1934, 80 000 tonnes de papier fabriquées chaque jour. Cependant la crise approche, en 1939, Laroche-Joubert est contraint de licencier 280 ouvriers12.

15Partout ailleurs la papeterie se modernise. De nouvelles machines apparaissent remplaçant le savoir faire des ouvriers papetiers. Angoulême ne dispose pas de ces machinistes qualifiés pour les faire fonctionner. En 1931 on souhaiterait créée à l’école pratique d’industrie une section papeterie comprenant trois années d’études. Pour des raisons financières cette section ne verra pas le jour. Il s’agissait sans doute de la dernière tentative cohérente pour sauver le papier d’Angoulême qui, faute d’une modernisation suffisante, connaîtra après la dernière guerre un dernier choc fatal.

16Face au monopole de la papeterie qui reçoit les premiers coups de boutoirs figurent des industries en plein essor. La première d’entre elles est l’industrie du feutre. Ce textile servant au séchage des papiers dépend étroitement de la papeterie. Néanmoins, à partir de 1920, du feutre lié à l’industrie dominante naîtra la pantoufle la plus célèbre de France, la Charentaise. Ce modèle possède un dessus en feutre garni d’un galon, une semelle en cuir et un bout souvent renforcé. Cette industrie devient rapidement la seconde industrie d’Angoulême après la papeterie. Les ateliers se trouvent dans le quartier de la Bussatte mais également à Saint-Cybard. La marque populaire la Pantoufle d’Angoulême, lancée en 1931 rue Leclerc Chauvin, emploie, à la veille de la guerre, 450 salariés.

17Angoulême doit à Marcellin Leroy sa seconde industrie nouvelle. En 1919, cet ancien bobinier originaire de Paris crée dans le quartier Saint Ausone un atelier de mécanique. En 1928, il choisit de construire à Sillac une usine de moteurs électriques pour les centrales thermiques et les installations frigorifiques qui commencent à se développer. En 1939, son usine emploie 230 ouvriers. À noter l’implantation angoumoisine en mai 1937 d’une usine parisienne Luxor de lanternes à acétylène pour cycles. Elle emploie 140 personnes.

Une société en crise

18Après la Grande guerre la vocation industrielle de la ville s’affirme. Toutefois, la population ouvrière trouve difficilement à se loger dans Angoulême. Les prix des matériaux ont augmenté. Le nombre d’artisans se réduit sans que se créent de grandes entreprises du bâtiment. La raréfaction des logements provoque la hausse des loyers grevant lourdement les budgets des ménages. La loi Loucheur du 13 juillet 1928 ouvre la voie aux premières Habitations bon marché (HBM). En février 1930, le préfet crée l’office départemental des HBM avançant prudemment puisque les premiers projets demeurent fort modestes. Sont envisagés neuf logements près des remparts du Nord en location simple et douze autres dans la cité Parmentier en accession à la propriété. En 1939, la municipalité d’Angoulême crée son propre office d’HBM.

  • 13 ADC, 6 M 384, enquête du ministère de l’agriculture : prix moyens des denrées.
  • 14 AMA, registre des délibérations du conseil municipal.

19Au cours de ces années trente, les prix s’envolent. L’inflation touche les produits de consommation courante : le lait, le pain et la viande. Dès 1927 le lait augmente, puis c’est au kilo de viande de bœuf de renchérir passant de 9,50 F en 1936 à 17 F en 1939. Le pain voit son prix doubler13. La municipalité adopte une démarche originale et controversée. Le maire achète du lait directement aux producteurs pour les revendre dans Angoulême. Le bénéfice modeste de 25 centimes est versé à une œuvre municipale. Deux camionnettes sont achetées pour établir les navettes entre producteurs charentais et consommateurs angoumoisins. Le maire désormais surnommé le « marchand de lait » doit interrompre ce service, lorsqu’un agent des contributions directes découvre qu’il fonctionne sans régie municipale14.

  • 15 ADC, 1 M 152, grèves de 1923 à 1926.
  • 16 ADC, 1 M 153, grèves de 1938.

20Ce renchérissement de la vie entraîne le mécontentement de la population ouvrière. Lors des grèves des années vingt aux chemins de fer départementaux, les Charentais démontrent leur capacité de mobilisation. De nouveau à partir de 1926, plusieurs mouvements sociaux secouent la société angoumoisine. Cessent le travail, les ouvriers de l’entreprise de chaussures Bourdon et les ouvriers de la fonderie de Ruelle15. À partir de 1930 se mettent en grève les employés du tramway électrique qui assistent progressivement à la disparition de ce moyen de transport au profit des autobus. De même les ouvriers de la Poudrerie protestent contre leurs conditions de travail. Enfin les ouvriers des papeteries manifestent à leur tour. Chez Laroche-Joubert, 80 d’entre eux sont mis à pieds faute de commandes l’entreprise arrête deux machines16.

  • 17 ADC, La Charente du 5 juillet 1935.

21Ces exemples demeurent les plus marquants parce qu’ils touchent les entreprises les plus en vue. Les plus petites réduisent leurs effectifs comme les tailleurs de pierres, les petites usines métallurgiques et les entreprises artisanales. Le chômage progressant la situation sociale se détériore à un point tel que la presse titre le 5 juillet 1935 : « notre ville est envahie par la mendicité17 ».

  • 18 ADC, 10 M 36 et 37, les syndicats.

22Sur ce terreau se développe le mouvement syndical. Plusieurs associations d’ouvriers ou d’employés s’organisent en associations professionnelles de type corporatiste afin de se lier aux grandes centrales. La CGT semble dominer par ses effectifs, suit ensuite la CGTU et enfin loin derrière la CFTC désormais présente à Angoulême. Parmi les formations professionnelles les plus en vue nous notons : les employées des banques et du commerce, les ouvrières du textile, l’union des fonctionnaires, l’amical des coiffeurs, l’association corporative de la Poudrerie et le syndicat de la couture18.

  • 19 AMA, délibération du conseil municipal du 29 juillet 1932.

23Dès 1933, un comité de chômeurs se crée. Il intervient auprès de la municipalité afin qu’elle ouvre des chantiers et instaure des soupes populaires. Ces demandes n’aboutissent pas immédiatement. Il est vrai que quelques mois auparavant, le conseil municipal avait embauché une centaine de chômeurs pour les employer au service de voirie. Leur nombre ne cessant de croître, en 1932 la municipalité est amenée à créer une caisse de secours aux chômeurs, destinée dans un premier temps à aider ceux qui se trouvent en chômage partiel, travaillant moins de quatre jours par semaine. Cette allocation s’élève à 7 F par jour pour un chef de famille et 3,50 F pour un célibataire. Le total des secours ne pourra dépasser les 18 F par jour pour une famille. Rappelons qu’à la même époque le kilo de pain se vend à plus de 2 F, il avoisinera les 3 F en 1936. Enfin le droit à ces aides ne pourra dépasser les dix-sept semaines. Afin de financer cette caisse le conseil municipal emprunte 500 000 F. Cependant l’État prendra en charge une partie de ces dépenses qu’il encourage par des circulaires ministérielles19. Un an après la création de cette caisse, elle a déjà secouru 172 personnes. Il ne s’agit là que de chômeurs partiels. L’évolution de « l’atelier communal » créé pour embaucher des chômeurs aux travaux de voirie, sorte « d’ateliers nationaux » souligne mieux l’importance du chômage à Angoulême. Entre 1931 et 1939, cet atelier a vu son budget se multiplier par 420 %, passant de 300 000 à 1,4 million de francs.

  • 20 Paul Lévy, Guerres modernes et conflits contemporains, 1996.
  • 21 Paul Lévy, Républicains et francs-maçons en Charente sous la IIIe République, thèse d’histoire, Po (...)

24Ces années de crises placent la municipalité aux avant-postes, attitude héritée de la Grande guerre. Pendant toute la durée de ce conflit, Auguste Mulac assure la direction de la municipalité d’Angoulême, répondant à toutes les crises et pénuries de cette période20. Cependant aux élections de 1919, bien que sa liste de tendance Bloc National gagne les municipales face à une liste socialiste, Mulac n’est pas élu maire. On lui reproche à la fois son autoritarisme et une évolution un peu trop droitière. L’un de ses colistiers Jean Texier ne le remplacera qu’un seul mandat, battu aux élections suivantes par Gustave Guillon. Ce dernier élu maire en 1925, le demeurera jusqu’à sa démission en 1940, malgré les coups de boutoirs lancés par les socialistes menés par René Gounin. Élu sur une liste du Bloc des gauches, Guillon, alors membre du parti radical-socialiste, représente bien l’évolution sociologique des Angoumoisins et leurs préoccupations au lendemain de la guerre. Par la suite, il s’éloignera de cette gauche radicale pour se rapprocher des républicains modérés favorables à Poincaré. Sa connaissance du terrain et sa proximité avec les Angoumoisins permettront à cet homme d’origine modeste de conserver la direction des affaires municipales malgré les crises et difficultés rencontrées par sa ville21.

  • 22 Paul Lévy, op. cit., p. 144-149.

25Toutefois, les électeurs choisiront d’exprimer leurs aspirations politiques profondes à l’occasion des échéances législatives. En 1928, René Gounin, jeune socialiste de 30 ans, emporte dès le premier tour le deuxième canton d’Angoulême. Il n’est pas un inconnu, en 1924, il figurait sur la liste du Cartel des Gauches. L’année même de son élection au conseil général il est élu député SFIO contre Guillon, le maire. Il en sera de même en 1932 où les électeurs reconduisent le député socialiste dès le premier tour du scrutin avec 60 % des suffrages. En 1936, Gounin est réélu dans les mêmes conditions alors qu’il a quitté la SFIO pour rejoindre l’Union Républicaine et Socialiste autrement dit les néo-socialistes. Soulignons que Guillon et Gounin, opposés par des compétitions politiques assez violentes, appartiennent à la même loge maçonnique. Ces affrontements électoraux conduiront à une scission, la minorité quittera la loge Concorde et Tolérance de tendance plutôt radicale, pour créer un autre atelier en majorité socialiste Vérité et Fraternité22.

26Dans l’entre-deux-guerres, il apparaît clairement que les Angoumoisins demeurent attachés à leur maire, ancien radical-socialiste, très proche d’eux. Sur le plan municipal, Gustave Guillon mène une politique d’assistance aux chômeurs et aux indigents que ne renieraient pas les socialistes. Par ailleurs, cette même population soutient massivement la mouvance de la gauche pacifiste. René Gounin, député socialiste SFIO en 1928 et 1932, est réélu dès le premier tour en 1936 lors du Front Populaire, bien qu’exclu du parti pour avoir rejoint les néo-socialistes, et qu’un candidat socialiste officiel s’oppose à lui.

  • 23 ADC, dossier Mayoux.
  • 24 Béatrice Giorgi, René Gounin et le Néo-socialisme en Charente, mémoire de maîtrise, université de (...)

27La personnalité de Gounin y est pour beaucoup. Bon orateur, homme de terrain, il intervient avec pertinence sur tous les dossiers importants de sa circonscription. Sa gestion des difficultés économiques de l’Angoumois et de la crise sociale consolide sa position personnelle. On en veut pour preuve la représentation politique différente de la gauche dans le reste du département en majorité rurale. À Cognac comme à Confolens les deux députés de gauche, Georges Ménier et Édouard Pascaud appartiennent au parti radical-socialiste. Quant à son pacifisme, il découle de la tradition du mouvement ouvrier angoumoisin. Dès 1914, François et Marie Mayoux tous deux instituteurs à Dignac et membres de la CGT, militent activement contre la guerre. En 1917, ils publient une brochure pacifiste dénonçant « la guerre immorale, inhumaine et ruineuse » qui provoque leur révocation et les conduit en prison « pour défaitisme ». Libérés après la guerre, ils participent activement à la fondation de la CGTU23. René Gounin, ancien combattant au 38e régiment d’infanterie, décoré pour sa bravoure de la Croix de guerre et de la Légion d’honneur, se place tout naturellement dans le sillage de ces pacifistes charentais. Avec toutefois une préférence affichée pour le socialisme de Jaurès24.

28La crise des années trente liée aux menaces qui pèsent sur l’industrie papetière jusque là solidement enracinée, poussent les électeurs angoumoisins vers la gauche et plus précisément vers le courant proclamant son pacifisme. En octobre 1938, Gounin devenu sénateur propose son siège de député à… Marcel Déat. À la veille de la guerre, en avril 1939, la Charente assiste à l’élection, dans la circonscription d’Angoulême, du leader des néosocialistes français. Quelques mois plus tard, les Angoumoisins prenant vite la mesure de ce pacifisme-là, s’engageront dès l’été 1940 dans la Résistance.

Notes

2 Archives Départementales de la Charente (ADC), 3 M 279, recensement d’Angoulême, 1921.

3 ADC, 3 M 319 et 320, recensement des deux cantons d’Angoulême, 1936.

4 ADC, 4 M 106 et 107, situation numérique des étrangers (1926-1927 et 1928-1929).

5 ADC, 4 M 108, situation numérique des étrangers (1930-1938).

6 ADC, La Charente du 28 février 1930.

7 ADC, 5 M 52, rapport sur la vaccination antidiphtérique en Charente. Archives municipales d’Angoulême (AMA), délibération du conseil municipal du 19 mai 1930.

8 ADC, 5 M 52, rapports sur la vaccination antidiphtérique en Charente.

9 ADC, 5 M 20, hygiène et santé publique.

10 Dominique Audet-Perrier, Les Premiers pas du chemin de fer en Charentes, Paris, Le croît vif, 1997, p. 401-421.

11 André Nogues, La Fonderie de Ruelle, Ruelle, 1988, p. 32-38.

12 Pierre Dubourg-Noves, Histoire d’Angoulême et ses alentours, Toulouse, Privat, 1989.

13 ADC, 6 M 384, enquête du ministère de l’agriculture : prix moyens des denrées.

14 AMA, registre des délibérations du conseil municipal.

15 ADC, 1 M 152, grèves de 1923 à 1926.

16 ADC, 1 M 153, grèves de 1938.

17 ADC, La Charente du 5 juillet 1935.

18 ADC, 10 M 36 et 37, les syndicats.

19 AMA, délibération du conseil municipal du 29 juillet 1932.

20 Paul Lévy, Guerres modernes et conflits contemporains, 1996.

21 Paul Lévy, Républicains et francs-maçons en Charente sous la IIIe République, thèse d’histoire, Poitiers, 1991, p. 578-586.

22 Paul Lévy, op. cit., p. 144-149.

23 ADC, dossier Mayoux.

24 Béatrice Giorgi, René Gounin et le Néo-socialisme en Charente, mémoire de maîtrise, université de Poitiers, 1973, p. 10 ; Paul Lévy, Républicains et francs-maçons…, op. cit., p. 144-149.

Notes de fin

1 Maître de conférences d’histoire contemporaine, université de Poitiers – GERHICO.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540