Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Paysages et territoires

Cohésion et disparités démographiques de l’intendance du Hainaut français au début du règne de Louis XVI

Philippe Guignet

Texte intégral

  • 1 Professeur d’histoire moderne, université Charles de Gaulle/Lille III–CRHEN-O

1Note portant sur l'auteur1

  • 2 Antoine-Jean Terray (1715-1778) devint contrôleur général des finances le 22 décembre 1769 et le d (...)
  • 3 Les mémoires des intendants pour l’instruction du duc de Bourgogne composés à la fin du xviie sièc (...)
  • 4 E. Esmonin, « Statistiques du mouvement de la population en France de 1770 à 1789 », dans Études e (...)
  • 5 René Le Mée et Jean Lecuir, « Statistique du mouvement de la population en France de 1770 à 1780 » (...)

2Quiconque s’intéresse à la situation démographique du royaume au siècle des Lumières ne peut éprouver que des sentiments de gratitude pour l’abbé Terray, qui fut le contrôleur général des finances, du reste critiqué par l’opinion pour ses expédients fiscaux, de la fin du règne de Louis XVI2. C’est qu’en effet les préoccupations statistiques de l’abbé permettent aux historiens de disposer de l’ample documentation démographique dont ils sont privés faute de dénombrements généraux depuis la fin du xviie siècle3. Par une circulaire du 12 août 1772, Terray exigea de ses intendants de province de mettre en œuvre des procédures de collecte permettant de dresser des états annuels de baptêmes, de mariages et de décès. Des circulaires ultérieures complétèrent et précisèrent ces premières demandes. Edmond Esmonin souligna, il y a quarante ans, les possibles apports d’une enquête qui porterait sur cette grande entreprise de statistique annuelle4. Les résultats, notait-il alors, « demeurent en grande partie inexplorés ». E. Esmonin fit œuvre utile en publiant les tableaux globaux des naissances, mariages et décès pour l’ensemble des généralités du royaume, tout en signalant les années pour lesquelles les chiffres faisaient défaut. En 1970, René Le Mée et Jean Lecuir co-signèrent une contribution permettant de compléter les statistiques d’E. Esmonin5.

  • 6 Archives départementales du Nord (ADN), C 9155 à 9161. Population, états généraux pour le Hainaut (...)
  • 7 Philippe Guignet, Mines, manufactures et ouvriers du Valenciennois au xviiie siècle. Contribution (...)

3On peut légitimement avoir l’impression que ces travaux annonciateurs de développements novateurs n’ont pas fait naître tous les projets de recherche que ces sources auraient pu susciter. Pour notre part, travaillant au milieu des années soixante-dix sur le Valenciennois, nous fûmes très tôt convaincu du prix des solides assises que constitue la série des « retrouves » conservées pour l’intendance de Valenciennes de 1773 à 1780 puis de 1785 à 17886. Après avoir mis à contribution cette source en l’enrichissant d’une recherche conduite sur Valenciennes, Anzin et Avesnes-les-Aubert selon les normes de la méthode Fleury-Henry7, nous n’avions pas exclu de rouvrir un jour le dossier en prenant cette fois à bras le corps l’ensemble des données relatives aux villes, bourgs et villages de l’intendance du Hainaut.

Un fonds documentaire d’une abondance peu commune

  • 8 Taboureau des Réaux fut intendant de Valenciennes de novembre 1764 à août 1775. Il eut pour succes (...)
  • 9 ADN, C 9156.

4L’intendance de Valenciennes a le privilège d’être dotée d’un arsenal de données démographiques d’une singulière richesse, en ce sens que non contents de fournir des états annuels de naissances, de mariages et de sépultures, les intendants qui furent successivement (et assez longuement en place) Louis Taboureau des Réaux et Gabriel Sénac de Meilhan8 obtinrent des subdélégués que soient établis des chiffres de population que l’on chercherait en vain dans les autres provinces de France. C’est donc à l’évidence à une initiative, semble-t-il sans équivalent en France, de l’intendant Taboureau que l’on doit de voir rassemblée la substantielle documentation constituée non seulement par les relevés annuels de naissances, mariages et décès demandés par Terray, mais aussi par la mention du nombre d’hommes et de femmes vivant dans chaque ville ou communauté villageoise. L’entreprise était à ce point remarquable que Turgot lui-même ne dédaigna pas de prendre la plume le 9 février 1775 pour remercier Taboureau des soins qu’il avait pris « en étendant le dénombrement à tous les lieux de son département9 ».

  • 10 C’est ce que Terray écrit sans détours à Sénac de Meilhan alors intendant de La Rochelle le 6 mai (...)

5Les recenseurs sont clairement désignés. Les subdélégués interviennent directement sur les autorités dans leur résidence. Dans les campagnes Terray préconise de s’adresser aux curés dont il est convaincu qu’ils connaissent le nombre des habitants de leur paroisse. Il considère aussi de quelque secours de prendre l’attache des « personnes de confiance chargées du travail des récoltes ». Il apparaît que lors de la mise en oeuvre des premières « retrouves », des difficultés surgirent. Certains curés, des gens de loi des paroisses rurales ne montraient pas la meilleure bonne volonté. On trouva même en 1774 un magistrat, celui de Condé qui, désireux d’échapper à ce qu’il tenait pour une « corvée », refusait les éclaircissements demandés par le subdélégué relativement à la population de sa ville. L’intendant dut rappeler que les échevins étaient chargés des « retrouves » sous l’autorité des subdélégués dont le rôle était d’autant plus valorisé que Terray était par ailleurs pénétré d’une idée : « L’ordre naturel de l’administration est la division par subdélégations10. »

  • 11 ADN, C 626, population, généralité de Valenciennes, 1783-1784.

6Il est plausible que les difficultés s’aplanirent rapidement. Il est attesté par des pièces de correspondance conservées dans les portefeuilles de la série C que les bureaux du contrôle général exerçaient un contrôle pointilleux sur les chiffres qui leur étaient communiqués, si bien que les subdélégués, comme les services locaux de l’intendance, prirent l’habitude de procéder à des vérifications lorsque d’apparentes anomalies apparaissaient. Encore en 1783, Sénac de Meilhan propose de croiser les relevés en les sollicitant de deux origines différentes. Si les comptages des actes consignés dans les registres de catholicité sont donnés par les curés, il est utile d’en demander de nouveaux aux greffiers des bailliages où sont déposés les registres, « si, note Sénac, en revanche les premiers chiffres viennent des greffiers, il faudrait avoir recours aux curés ». La confrontation de deux états établis pour les mêmes paroisses était à l’évidence la méthode la plus sûre. A-t-elle été mise en oeuvre ? Il est pour le moins douteux qu’elle l’ait été de façon systématique. C’eut été une besogne herculéenne pour les services administratifs de l’intendance de recompter tous les actes de toutes les paroisses. Les archives ne conservent que sporadiquement les documents administratifs de validation. Ce que l’on peut découvrir révèle une rigueur au moins apparente des contrôles. Un état dressé en 1783 fait par exemple mention d’erreurs pour une poignée de paroisses. Certaines sont des plus vénielles comme à Solesmes où il y a 129 naissances au lieu de 128, d’autres sont plus fâcheuses comme à Caudry où le nombre de femmes est de 29 au lieu de 911.

7De façon générale, les autorités tenaient en suspicion les curés soupçonnés de négligence dans l’exercice de leurs fonctions en n’inscrivant pas sur les registres tous les décès d’enfant mourant en bas âge. Le soupçon pouvait d’autant plus se développer que les excédents se révélaient massifs dans le Hainaut français. Des contrôles furent donc mis en œuvre sans délai à l’instigation de l’intendant Sénac de Meilhan. L’essentiel du rapport conclusif tient en quelques phrases :

Les recherches qui ont été faites par mes subdélégués pour découvrir la cause de la disproportion remarquée entre les naissances et les morts ont été infructueuses. Les vérifications faites sur les registres déposés aux différents greffes n’ont fait que rendre cette disproportion plus frappante.

  • 12 Sur cet intendant « éclairé », voir notre mise au point récente : « Un intellectuel, politologue e (...)

8Et l’intendant « éclairé » du Hainaut12 d’ajouter lapidairement :

  • 13 ADN, C 626, « observations sur l’état de la population de la généralité de Valenciennes pour l’ann (...)

On s’est assuré au surplus qu’il n’y a point eu de négligence de la part des curés à porter sur les registres les décès des enfants en bas âge13.

« On a remarqué une disproportion étonnante entre les naissances et les morts du département du Hainaut14 »

  • 14 La phrase est extraite du même mémoire d’ » observations sur l’état de la population… », ibid.
  • 15 Les historiens médiévistes auraient beau jeu de dire que l’Ostrevent situé entre la Scarpe et la S (...)
  • 16 Nous n’intègrerons pas dans notre étude les données afférentes à ces quatre subdélégations qui en (...)

9La généralité de Valenciennes constituée en 1716 bénéficia d’appréciables accroissements au cours du xviiie siècle. En 1730, Condé et ses dépendances furent détachés de la Flandre à son profit. En 1754, le Cambrésis, Bouchain, Saint-Amand, Mortagne et leurs dépendances passèrent de l’intendance de Lille à celle de Valenciennes. Lorsqu’expire le Bien-Aimé, la généralité est partagée entre seize subdélégations. Dix correspondent à un Hainaut largement entendu15 ; deux (Cambrai et Le Cateau) correspondent assez exactement au Cambrésis. Notons aussi que sont placées sous l’autorité de l’intendant de Valenciennes les enclaves de Philippeville et Mariembourg en terre belgo-autrichienne, ainsi que les subdélégations ardennaises de Givet et de Fumay16.

10L’intendance de Valenciennes est-elle aussi singulière dans son comportement démographique que ne le pensaient les bureaux de la monarchie administrative ? Un calcul simple rapportant le nombre des naissances à celui des décès dans les intendances pour lesquelles on dispose de comptages annuels réguliers ne laisse planer aucun doute à ce propos. L’intendance du Hainaut, même si elle n’est pas aussi exceptionnelle qu’on ne le pense à Versailles, fait bel et bien figure de château d’eau démographique.

  • 17 On a quelque raison toutefois de soupçonner un sous-enregistrement des décès en Auvergne si l’on e (...)
  • 18 Jacques Dupaquier, « Sur la population française aux xviie et xviiie siècles », dans Revue Histori (...)
  • 19 Dans le ressort administratif de Lille, les naissances l’emportent sur les décès de 9,4 %.

11Les performances d’une intendance à l’autre sont toutefois inégales. La ville de Paris se contente d’un excédent de 9 458 naissances (+ 4,5 %). Beaucoup d’intendances affichent de confortables excédents de naissances de l’ordre de 20 % (Dijon : + 18,8 %, Montauban : +18,8 %, Bordeaux : + 21,2 %, Languedoc : + 21,6 %). Dans le groupe de tête, se détachent les généralités de Besançon (+ 24,3 %), Perpignan (+ 24,7 %). Valenciennes culmine à un haut niveau (+ 26,4 %), mais est précédée par Riom (+ 30,6 %)17. J. Dupâquier, comme M.Morineau admettent du reste sans réticence l’hyperfécondité d’une généralité dont le pourcentage d’accroissement est parmi les plus élevés du royaume18. Sans doute ne faut-il pas accorder un crédit illimité à ces chiffres ; ceux-ci ont au moins le mérite de donner des repères, de signaler des dénivellations entre des niveaux à l’évidence contrastés de fécondité et de mortalité. Il semble bien que la fécondité de l’intendance soit plus exubérante que celle de la Flandre voisine que l’on sait pourtant peu encline à pratiquer une précoce régulation des naissances19.

  • 20 Philippe Guignet, « Dénivellations territoriales et quotités fiscales dans le premier tiers du xix(...)
  • 21 Jacques Dupaquier, « Sur la population française… », op. cit., p. 55.

12Nous avons aujourd’hui l’intrépidité de proposer au lecteur d’aller au-delà de ce simple constat de l’exubérance nataliste du Hainaut français au temps des Lumières. Nous nous sommes engagés entre autres choses depuis quelque temps dans une enquête au long cours sur les dénivellations territoriales de la France du Nord et, lorsque les documents ne nous font pas défaut, sur celles du sud de la Belgique, en mobilisant divers indicateurs démographiques et fiscaux20. Le péril est toujours grand de traiter de grands ensembles territoriaux, comme s’ils constituaient des ensembles homogènes. J. Dupâquier l’observait déjà en 1968, « les réalités géo-démographiques n’apparaissent que fort confusément dans le cadre administratif trop vaste des intendances21 ».

De quelques dénivellations territoriales des grands indicateurs démographiques

13Si nous avons tout lieu de penser que les états de naissances, mariages et décès que nous avons recueillis sont exacts à quelques exceptions près, en revanche, il n’est pas douteux que les chiffres de population présentent dans quelques cas des variations d’une année à l’autre qui rendent dubitatif. Pour réduire la part d’incertitude liée à cette relative instabilité des données de référence, nous nous sommes résigné à « lisser » les chiffres en faisant porter l’enquête non sur une année, mais sur une période quinquennale regroupant les années 1774, 1775, 1776, 1777, 1778.

  • 22 Ce dénombrement repose aux Archives départementales sous les cotes C 20868 et 20869 et a été publi (...)

14Comme n’y a pas eu d’authentiques recensements avec confection de listes nominatives, les chiffres fournis correspondent davantage à des ordres de grandeur plausibles qu’à des données d’une implacable précision. Nous avons acquis la conviction d’une sous-estimation générale, inégale selon les secteurs, mais réelle des niveaux de population des années 1770. Une preuve flagrante en est apportée pour le Cambrésis par un dénombrement opéré en 1778 indépendamment de celui de l’intendance à l’initiative de l’archevêque Henri de Rosset de Fleury22. Si l’on compare les chiffres moyens de population pour les années 1774- 1779 et les niveaux de population dont fait état l’enquête épiscopale, il apparaît que pour la même période, la population du Cambrésis est supérieure de 9,8 % selon les états de l’archevêché. C’est pourquoi, nous avons été conduit pour le calcul des taux cambrésiens de natalité, nuptialité et mortalité à rapporter les chiffres de baptêmes, mariages et décès aux chiffres « communaux » de l’enquête Rosset de Fleury.

15Qu’en était-il dans les autres subdélégations pour lesquelles nous ne pouvons cette fois faire fond sur une source différente pour la même période ? Une comparaison des chiffres moyens des années 1774-1779 et de ceux délivrés par l’intendance à la veille de la Révolution procure quelques éléments de critique interne de la source. Les subdélégations d’Avesnes (+ 8,2 %), de Maubeuge (+ 7,6 %) et de Bavay (+ 7,18 %) ont progressé à un rythme voisin. La progression de la subdélégation de Landrecies (16 %) apparaît déjà bien allègre ; celle du pays du Quesnoy (24 %) est si forte qu’elle doit certainement une part de son ampleur à une sous-estimation des chiffres initiaux. Faute de pouvoir introduire un correctif, nous devrons tenir compte de l’imperfection de ces données dans l’analyse des écarts entre les divers territoires administratifs se partageant l’intendance de Valenciennes.

Des sources imparfaites qui permettent de situer la position relative des grands indicateurs démographiques

16Pour l’analyse des indicateurs démographiques généraux, nous procèderons classiquement en allant du général au particulier, autrement dit en passant des données calculées pour l’ensemble de la généralité aux chiffres relatifs aux subdélégations, avant de scruter la ventilation des données de chacune des communautés urbaines et urbaines en cause.

  • 23 Jacques Dupaquier, Histoire de la population…, op. cit., p. 154.

17Le taux de natalité de l’intendance s’établit à 36,9 ‰, celui de nuptialité à 8,66‰ et celui de mortalité à 30,44‰. On observera qu’un tel taux de natalité n’est pas supérieur aux moyennes communément admises pour l’ensemble du royaume23. En revanche, le taux de mortalité se situe bien en deçà du taux français qui oscille entre 35 et 36‰. L’importance du différentiel entre les deux taux est assurément ce qui frappe le plus. L’examen de la distribution par subdélégations est riche d’enseignements. La subdélégation regroupant Valenciennes et la Prévôté-le-Comte est de loin la plus prolifique, elle précède celle de Maubeuge où la vitalité de la population s’exprime également avec impétuosité. A contrario, la subdélégation d’Avesnes est à la traîne avec 32,4‰ ; il est vrai que le ressort administratif d’Avesnes est aussi celui dont la population échappe le mieux à la mort avec un taux singulièrement bas de 24,7 ‰, alors que le si fécond Valenciennois avec 35,9‰ de taux de mortalité a le triste privilège d’être le plus mortifère. Surfécondité et surmortalité (au moins relative) iraient-elles de pair, alors que l’inverse serait également vrai ? On serait tenté de le penser.

  • 24 La circulaire est des plus explicites : « Vous savez que les progrès de la population varient non (...)
  • 25 Bavay et Bouchain sont des bourgs pouvant prétendre au statut de ville par la présence de structur (...)

18Observe-t-on des écarts significatifs entre villes et campagnes ? Terray était, semble-t-il, anxieux de débusquer ces disparités et il ne craignait pas d’insister à ce propos auprès des commissaires départis24. Neuf « villes principales » sont identifiées comme telles par les services de l’intendance. Trois chefs-lieux de subdélégation faiblement peuplés (Bavay, Bouchain et Mortagne) que l’on peut tenir pour de simples bourgs sont toutefois présents dans les tableaux récapitulatifs comme relevant du monde urbain25. Que l’on intègre ou non les plus chétives villes ne change rien à l’orientation fondamentale des conclusions (tableau 1).

  • 26 Le décalage entre ville et campagne est notamment assez net lorsqu’il s’agit de Cambrai et de Vale (...)

19À l’évidence, globalement considérés, les taux de natalité et de nuptialité se situent à un niveau sensiblement plus bas dans les villes que dans les campagnes On observera aussi, ce qui n’étonne guère, que l’écart des taux de natalité entre les villes et les campagnes environnantes est moins creusé lorsqu’il s’agit des petites villes que lorsque l’on a affaire aux villes principales26.

20Les taux de nuptialité d’une ville à l’autre apparaissent en revanche plus fortement convergents. C’est dans les campagnes que les unions sont proportionnellement les plus nombreuses. La généralité de Valanciennes de ce point de vue ne se singularise pas. Nul n’ignore que la relative faiblesse des taux urbains de nuptialité va de pair avec une plus grande fréquence du célibat, qui résulte moins d’un individualisme plus marqué des comportements urbains que de la disproportion numérique entre hommes et femmes qui, nous allons le voir, se creuse dans l’univers social des villes.

  • 27 Sur le poids démographique des villes, on consultera notre article, « Contribution à l’étude des r (...)

21Le taux général de mortalité des villes considérées (30,51‰) est du même ordre que celui de l’ensemble de la généralité. La mortalité s’inscrit entre des bornes aussi amplement espacées que la natalité (26‰ à Condé et 35‰ à Bavay). Il apparaît donc que le lieu commun de la « ville-mouroir » ne correspond nullement à la réalité hennuyère et cambrésienne, en revanche, comme la natalité est moins haut perchée dans les villes, il apparaît que la croissance de l’intendance est d’abord tirée par les confortables excédents démographiques des communautés rurales. De 1774 à 1779, les villes qui forment près de 30 % de la population du Hainaut-Cambrésis27 ne fournissent que 20 % du croît naturel.

Tableau 1. Villes et campagnes du Hainaut français : indicateurs démographiques 1774-1779

Tableau 1. Villes et campagnes du Hainaut français : indicateurs démographiques 1774-1779
  • 28 Philippe Guignet, « Une croissance démographique de longue durée : le bassin minier du Valencienno (...)
  • 29 Il est attesté qu’au xixe siècle, les villes vouées aux charbonnages et à l’industrie lourde ont d (...)

22La prise en compte d’un autre indicateur général n’est pas dépourvue d’intérêt. Il s’agit du « sex-ratio ». La proportion réciproque des sexes marque une nette prépondérance numérique des femmes, puisque la généralité de Valenciennes dans les années 1770 compte 108,1 femmes pour 100 hommes. Le taux de féminité oscille entre un minimum de 100 dans la subdélégation de Condé et un maximum de 113,5 dans celle de Valenciennes et de Prévôté-le-Comte. C’est dans le monde urbain, où les femmes trouvent des possibilités de travail bien plus favorables, qu’elles sont les plus nombreuses. A contrario dans les localités atteintes par le développement des charbonnages28 qui offent peu d’emplois aux femmes, la surreprésentation de l’élément masculin peut attendre des sommets comme à Anzin qui affiche un taux de féminité de 86,6 femmes pour 100 hommes29.

La carte des taux communaux de natalité : quelques certitudes et beaucoup d’interrogations

23Une fois engrangés les acquis de ce décryptage des équilibres globaux, le moment est venu de resserrer la focale à l’échelle communale en choisissant un indicateur, celui du taux de natalité, afin d’en apprécier la dispersion dans l’espace. Il va de soi que les subdélégations, en dépit de leur taille modeste, ne forment pas des ensembles cohérents. Ne dissimulons pas le caractère aventureux de l’opération, en ce sens que, répétons-le, les chiffres de population ne sauraient être qu’approximativement exacts. Notre objectif sera modeste : détecter selon quelles tendances de fond la carte différentielle des taux de natalité s’organise, en n’accordant pas plus de prix qu’il ne convient à chaque taux communal pris en particulier. Même si cette carte pose autant de problèmes qu’elle ne permet d’en résoudre, elle aura au moins le mérite de fournir une trame pour des recherches ultérieures (carte 1).

  • 30 Nous nous sommes reporté à Jacques Cellier et Martine Cocaud, Traiter des données statistiques. Mé (...)

24Nous nous sommes résolu à distribuer les taux par quartiles. Les statisticiens considèrent en effet qu’une bonne segmentation des données est fournie par la mise en œuvre de paramètres de dispersion partageant la série étudiée en quatre groupes d’égal effectif en fonction d’une médiane partageant les deux quartiles supérieurs des deux plus faibles30. L’examen de la carte communale révèle des dénivellations territoriales si nettes que la légitimité de cette enquête pourtant fondée sur des indicateurs inégalement dignes de foi s’en trouve renforcée.

  • 31 Les communautés situées à l’ouest de la subdélégation et proches de Douai sont cependant des plus (...)

25Les plages correspondant aux taux supérieurs font apparaître un puissant axe central allant de la frontière franco-belge et du pays de Condé au pays du Cateau au sud. Bien peu de communes n’affichent pas dans cet ensemble une natalité torrentueuse. Le pays de Maubeuge prolonge, au nord-est de l’intendance, la zone des fortes fécondités. Est-il besoin d’ajouter cette lapalissade que la carte des deux quartiles inférieurs est le négatif de la carte précédente ? Les taux de natalité les plus assagis sont à l’ouest et au sud-est de la généralité. À l’ouest du Valenciennois, la subdélégation de Bouchain, qui coïncide en grande partie avec l’Ostrevent, aligne des taux de natalité qui n’ont rien de déprimé si on les compare à ceux de la plupart des provinces du royaume ; elle est cependant moins bouillonnante de vie que la plus grande partie de l’intendance31. Il apparaît aussi qu’une bonne part des grandes plaines céréalières du Cambrésis ne s’inscrit pas dans les deux quartiles supérieurs, mais c’est à l’évidence dans la micro-région d’Avesnes que les taux appartenant au quartile le plus faible se rencontrent le plus fréquemment.

Carte 5. Géographie différenciée des taux de natalité communaux dans l’intendance de Valenciennes : 1774-1779

Carte 5. Géographie différenciée des taux de natalité communaux dans l’intendance de Valenciennes : 1774-1779
  • 32 On se reportera à l’étude de la fécondité avesnoise que, selon la méthode de reconstitution des fa (...)
  • 33 S. Vigneron observe que l’ouest du Cambrésis se démarque de la frange orientale où les villages si (...)
  • 34 D. Terrier, sans proposer une typologie pour l’ensemble des communautés, oppose clairement les vil (...)
  • 35 Philippe Guignet, Mines, manufactures et ouvriers…, op.cit., p. 697.

26Certaines plages coïncidant avec des taux vigoureux se détachent dans un environnement communal aux naissances proportionnellement moins nombreuses. Le cas du Cambrésis mérite de ce point de vue notre attention. Un axe de grande fécondité se dessine de Rieux et d’Avesnes-les-Aubert32 au nord à Caudry, Beauvois et Busigny au sud33. Il adhère assez exactement au noyau dur de la zone vouée à la proto-industrialisation textile. Les villages proprement agricoles, sans afficher des taux franchement faibles, se situent, sauf exception, dans les quartiles inférieurs34. Les villages charbonniers du naissant bassin minier du Valenciennois (surtout Anzin, Beuvrages, Aubry, Vieux-Condé, Hergnies) ont des taux en harmonie avec l’allègre fécondité du jeune prolétariat employé par la Compagnie des Mines d’Anzin35. Ce que l’on peut retenir aussi, c’est la forte natalité des villages-champignons du bassin minier enchâssés dans un Valenciennois aux performances vigoureuses. La ville elle-même de Valenciennes présente un taux de natalité situé à la limite supérieure des taux urbains régionaux. Surtout au sud-est de la Prévôté-le-Comte, il appert qu’une zone de forte fécondité se dégage. Elle paraît se prolonger au cœur même du pays du Quesnoy, même si la sous-estimation des niveaux de peuplement dans le pays quercitain, que nous avons, chemin faisant, signalée, incite l’observateur à la prudence.

  • 36 Sans qu’on puisse établir un parallélisme rigoureux entre les cotes moyennes basses d’imposition e (...)
  • 37 Et ne relève du reste pas de la subdélégation d’Avesnes, mais de celle de Maubeuge.
  • 38 Arthur-Louis Defromont, L’Avesnois au xviiie siècle. Contribution à l’étude des sociétés rurales, (...)

27Demeure l’énorme question de la disparité de niveau entre les taux exubérants de la subdélégation de Maubeuge et ceux bien plus faibles de l’Avesnois stricto sensu. Seule la région d’ailleurs pauvre36 de Trélon qui se situe à l’extrême sud-est de l’intendance37 échappe à cette relative atonie. Il n’est pas aisé d’expliquer une telle dénivellation. Déjà en 1972 dans sa thèse hélas non publiée, Arthur-Louis Defromont avait été interpellé par la relative faiblesse des taux des villages de la subdélégation d’Avesnes38. Tout se passe comme si la démographie des secteurs à dominante herbagère était différente des secteurs à dominante céréalière.

Voici Solesmes aux confins du Cambrésis céréalier, ni bois, ni herbe, quelques puissantes fermes, une foule d’artisans et de manouvriers, de jeunes ouvriers agricoles permanents, les nourris des fermiers.

28Le taux de natalité de Solesmes est de fait d’un niveau très soutenu (45,8 ‰).

  • 39 Ibid., p. 46.

Voici La Longueville, Feignies, Cartignies tapis dans leurs clairières, où la pâture mord sur les emblavures, les potagers sont étendus, le petit élevage familial39.

  • 40 Selon « nos »chiffres, les taux de natalité sont de 26,5 ‰ à La Longueville (subdélégation de Bava (...)

29Les taux de natalité y sont modérés ou bas40. L’étendue et la nature des terroirs, les types d’exploitation du sol, l’ampleur de l’accès à la propriété du monde paysan, l’inégale diffusion des fabriques textiles dans les campagnes se combinent pour faire naître des modèles démographiques différents, même si assurément les traits communs sont très prégnants dans cette contrée des anciens Pays-Bas méridionaux que l’on sait d’une fécondité volontiers impétueuse.

  • 41 Pour nous en tenir à ce seul exemple, le mémoire de master récemment soutenue à l’université de Li (...)
  • 42 Jean-Pierre Bardet, Rouen aux xviie et xviiie siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, SE (...)
  • 43 Les mulquiniers (tisserands de toiles fines) valenciennois se marient en moyenne à 27,8 ans en 173 (...)

30Ne concluons pas trop vite à une diffusion d’un premier malthusianisme dans certains secteurs. Au vrai, aucune des recherches conduites sur la généralité41 n’a montré la mise en place de « toboggans contraceptifs » analogues à ceux découverts par J.-P. Bardet dès la fin du xviie siècle à Rouen42. Il serait donc hasardeux d’attribuer l’éventail des taux de natalité à l’introduction (même inégale selon les lieux et selon les milieux sociaux) des « funestes secrets » dans les comportements des couples face à l’appel à la vie. L’âge au mariage apparaît un régulateur bien plus efficace de la natalité. Nous avons montré dans notre première thèse que les mulquiniers de Valenciennes comme les dentellières de la prestigieuse cité scaldienne quittent le célibat plus âgés que les mineurs d’Anzin ou les tisserands d’Avesnes-les-Aubert43. Ceux que la condition de salarié dispensent de songer à la transmission d’un patrimoine ont un comportement sexuel plus libre que les artisans même appauvris. Il est bien connu aussi que la mise en nourrice des enfants est un facteur de surfécondité. Il ne semble pas que le « nourrissage mercenaire » ait été une pratique courante en Flandre, comme en Hainaut. Cela étant, tout est une question de proportions. Un territoire où la mise en nourrice existe peu se verra doté de taux de natalité plus bas qu’un secteur où les familles répugnent moins à se séparer de leurs nourrissons, sans que les couples aient fait obstacle à la transmission de la vie.

  • 44 Michel Morineau, Pour une histoire économique vraie, Lille, Presses universitaires de Lille, 1787, (...)

31Les statistiques ici mises en œuvre ne disent rien des migrations et des brassages de population qui en résultent. Il n’est guère téméraire de penser par exemple que l’Avesnois a un solde migratoire négatif qui affecte davantage les plus jeunes. La gamme des explications possibles est assez largement déployée et suppose des recherches notamment monographiques complémentaires afin de mieux connaître la configuration économique d’ensemble de chaque sous-ensemble territorial identifié. Naguère Michel Morineau parla d’iter incertum pour désigner son patient travail d’historien de l’économie44. Nous serions tenté de reprendre la même formule au sujet de cet article… Souhaitons que la carte que nous mettons en débat suscite quelques vocations d’étudiants-chercheurs, même si actuellement les ouvriers se font parfois rares en histoire économique et démographique. Ce n’est pas une raison pour renoncer. Pour un historien faisant des anciens Pays-Bas du Sud son terrain de recherche principal, le risque est mince d’oublier les adages bien frappés de Guillaume d’Orange ; il n’est pas nécessaire d’ » espérer pour entreprendre et de réussir pour persévérer »…

Notes

2 Antoine-Jean Terray (1715-1778) devint contrôleur général des finances le 22 décembre 1769 et le demeura jusqu’à se démission le 24 août 1774 ; Michel Antoine, Le Gouvernement et l’administration sous Louis XV. Dictionnaire biographique, Paris, éd. du CNRS, 1978, p. 235-236.

3 Les mémoires des intendants pour l’instruction du duc de Bourgogne composés à la fin du xviie siècle constituent assurément une mine d’informations notamment démographiques que bien des auteurs de dictionnaires ultérieurs, à commencer par Saugrain ne manquèrent pas d’exploiter. Le Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France... élaboré et publié à partir de 1762 par l’abbé Jean-Joseph Expilly a certes le mérite de fournir des relevés inédits de baptêmes, de mariages et de décès pour deux périodes (1690-1701 et 1752-1763), mais faute d’argent, l’abbé démographe fut obligé d’interrompre la publication à la lettre S. Sur ces questions, on se reportera naturellement à Jacques Dupaquier, Histoire de la population française, t. 2 : De la Renaissance à 1789, Paris, PUF, coll. « Quadrige », rééd. 1995, p. 24-42.

4 E. Esmonin, « Statistiques du mouvement de la population en France de 1770 à 1789 », dans Études et chroniques de démographie historique, 1964, p. 27-130.

5 René Le Mée et Jean Lecuir, « Statistique du mouvement de la population en France de 1770 à 1780 », dans Annales de démographie historique, 1970, p. 463-480.

6 Archives départementales du Nord (ADN), C 9155 à 9161. Population, états généraux pour le Hainaut et le Cambrésis (1774-1780) ; C 5650, 5651, 5654 et 5655. Population de l’intendance de Valenciennes (1785-1789). Les chiffres des années 1781-1784 font défaut.

7 Philippe Guignet, Mines, manufactures et ouvriers du Valenciennois au xviiie siècle. Contribution à l’histoire du Travail dans l’ancienne France, New York, Arno Press, 1977, 843 p.

8 Taboureau des Réaux fut intendant de Valenciennes de novembre 1764 à août 1775. Il eut pour successeur G. Sénac de Meilhan qui demeura en fonctions d’août 1775 à la Révolution ; Michel Antoine, op. cit., p. 229 et 232.

9 ADN, C 9156.

10 C’est ce que Terray écrit sans détours à Sénac de Meilhan alors intendant de La Rochelle le 6 mai 1773, E. Esmonin, op. cit., p. 50.

11 ADN, C 626, population, généralité de Valenciennes, 1783-1784.

12 Sur cet intendant « éclairé », voir notre mise au point récente : « Un intellectuel, politologue et sociologue au service de la monarchie administrative : Sénac de Meilhan et les fonctions d’intendant au temps de Louis XVI », dans Alain Lottin, Anne Crepin et Jean-Marc Guislin (dir.), Intendants et préfets dans le Nord-Pas-de-Calais (xviie-xxe siècles), Arras, 2002, p. 55-76.

13 ADN, C 626, « observations sur l’état de la population de la généralité de Valenciennes pour l’année 1784 ».

14 La phrase est extraite du même mémoire d’ » observations sur l’état de la population… », ibid.

15 Les historiens médiévistes auraient beau jeu de dire que l’Ostrevent situé entre la Scarpe et la Sensée ne fut pas toujours hennuyer. Quant au pays de Saint-Amand, historiquement il ne l’a jamais été. On consultera à ce sujet la décisive mise au point de Maurice Arnould, « Le Hainaut. Évolution historique d’un concept géographique », dans Recueil d’études d’histoire hainuyère offerts à Maurice-A Arnould, Mons, 1983, vol. I, p. 25-50.

16 Nous n’intègrerons pas dans notre étude les données afférentes à ces quatre subdélégations qui en 1774-1779 rassemblent 13 438 habitants, mais appartiennent à des ensembles territoriaux trop disjoints pour étayer solidement des conclusions.

17 On a quelque raison toutefois de soupçonner un sous-enregistrement des décès en Auvergne si l’on en croit un propos de Terray (E. Esmonin, op.cit., p. 56).

18 Jacques Dupaquier, « Sur la population française aux xviie et xviiie siècles », dans Revue Historique, janvier-mars 1968, p. 56. M. Morineau a le mérite d’avoir composé deux cartes, l’une représentative des écarts entre la fin du xviie siècle et la fin du xviiie siècle, l’autre relative à l’accroissement naturel dans la décennie 1778-1787 d’après le Tableau de la population de toutes les provinces de France du chevalier des Pommelles (M. Morineau, Les Faux-semblants d’un démarrage économique : agriculture et démographie en France au xviiie siècle, Paris, 1971, p. 296-297). La Franche- Comté, l’Alsace, la Lorraine et le Hainaut appartiennent à la famille européenne des contrées dont la croissance a été le plus rapide.

19 Dans le ressort administratif de Lille, les naissances l’emportent sur les décès de 9,4 %.

20 Philippe Guignet, « Dénivellations territoriales et quotités fiscales dans le premier tiers du xixe siècle : l’exemple du département du Nord », dans Revue du Nord, octobre-décembre 2003, p. 809-844 et « Surféminité, veuvage et gisements d’emplois féminins : des attributs démographiques et sociaux du monde urbain ? L’exemple du département de la Lys et de la Flandre française en 1806 », dans J.-P. Barriere et P. Guignet (dir.), Les Femmes au travail dans la ville en Europe du Nord-Ouest, (à paraître chez L’Harmattan en 2006).

21 Jacques Dupaquier, « Sur la population française… », op. cit., p. 55.

22 Ce dénombrement repose aux Archives départementales sous les cotes C 20868 et 20869 et a été publié par Pierre Bougard, « Dénombrements de la population du Cambrésis en 1778 », dans Hommage à Marcel Reinhard. Sur la population française aux xviiie et xixe siècles, Paris, Société de démographie historique, 1973, p. 71-89.

23 Jacques Dupaquier, Histoire de la population…, op. cit., p. 154.

24 La circulaire est des plus explicites : « Vous savez que les progrès de la population varient non seulement des villes aux campagnes, mais on aperçoit même des différences d’un canton à l’autre selon les différentes espèces de culture ». Elle se fait même insistante : « pour connaître les lieux que vous aurez caractérisés comme villes, il conviendra de les nommer à la suite de chaque subdélégation, et dans la récapitulation générale, il suffira de les énoncer génériquement villes et campagnes en cotant le nombre des premières et celui des paroisses de la seconde », ADN, C 9156.

25 Bavay et Bouchain sont des bourgs pouvant prétendre au statut de ville par la présence de structures éducatives et administratives, Philippe Guignet, « Contribution à l’étude des réseaux urbains : les petites villes et les bourgs du Hainaut français et du Cambrésis (fin du xviiie siècle-début du xixe siècle) », dans Jean-Pierre Poussou et Philippe Loupes (dir.), Les Petites villes du Moyen Âge à nos jours, Paris, 1987, p. 81-92. À la faveur de la convention des limites de 1779, Mortagne bénéficia d’un notoire accroissement de son territoire. C’est pourquoi du reste, sa population progressa soudain dans les années 1780, consulter à ce propos la thèse de Nelly Girard D’Albissin, La Genèse de la frontière franco-belge. Les variations des limites septentrionales de la France de 1659 à 1789, Paris, Picard, 1970, p. 323-326 et la carte de Mortagne et de ses dépendances insérée entre la page 256 et la page 257.

26 Le décalage entre ville et campagne est notamment assez net lorsqu’il s’agit de Cambrai et de Valenciennes.

27 Sur le poids démographique des villes, on consultera notre article, « Contribution à l’étude des réseaux urbains des Hainaut français et belge au xviiie siècle. Synchronismes et distorsions démographiques et fonctionnelles d’une aire de civilisation urbaine », dans Annales de démographie historique, 1992, p. 269-300.

28 Philippe Guignet, « Une croissance démographique de longue durée : le bassin minier du Valenciennois de sa naissance au temps du Bien Aimé à celui de M. Fallières », dans Jean-Pierre Poussou et Alain Lottin (dir.), Genèse et développement des villes minières en Europe, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 471-500.

29 Il est attesté qu’au xixe siècle, les villes vouées aux charbonnages et à l’industrie lourde ont des taux de masculinité parfois impressionnants, Jean-Luc Pinol, Histoire de l’Europe urbaine, t. II, Paris, Le Seuil, 2003, p. 759. Le bassin houiller naissant du Valenciennois préfigure cette situation.

30 Nous nous sommes reporté à Jacques Cellier et Martine Cocaud, Traiter des données statistiques. Méthodes statistiques/ techniques informatiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, p. 121-123 et à Argentine Vidal, Statistique descriptive et inférentielle avec Excel. Approche par l’exemple, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004,

31 Les communautés situées à l’ouest de la subdélégation et proches de Douai sont cependant des plus prolifiques.

32 On se reportera à l’étude de la fécondité avesnoise que, selon la méthode de reconstitution des familles, nous avons proposée dans notre première thèse, Mines, manufactures et ouvriers…, op. cit., p. 619-633.

33 S. Vigneron observe que l’ouest du Cambrésis se démarque de la frange orientale où les villages situés à l’est de Carnières présentent des niveaux de richesse globalement faibles. Assurément, même si des villages pauvres et des villages riches peuvent se côtoyer, les taux de natalité sont plus fréquents dans la moitié orientale du Cambrésis ; Sylvain Vigneron, Les Relations villes-campagnes dans la France du Nord de Louis XIV à la Révolution, thèse Lille III, 1981, p. 144-146, à paraître aux Presses du Septentrion.

34 D. Terrier, sans proposer une typologie pour l’ensemble des communautés, oppose clairement les villages textiles du noyau dur proto-industriel aux villages agricoles. Il est notoire que les villages voués presque exclusivement au travail de la terre (Abancourt, Flesquières, Haynecourt, Paillencourt, Wambaix…) n’ont pas des taux de natalité flamboyants ; Didier Terrier, Les Deux âges de la proto-industrie : les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinois (1730-1880), Paris, éd. de l’EHESS, 1996, p. 96-97.

35 Philippe Guignet, Mines, manufactures et ouvriers…, op.cit., p. 697.

36 Sans qu’on puisse établir un parallélisme rigoureux entre les cotes moyennes basses d’imposition et l’intensité de la natalité, il est loisible d’observer que les localités à la quotité de patente faible au début du xixe siècle abondent dans la région de Maubeuge, elles apparaissent plus sporadiquement dans l’ancienne subdélégation d’Avesnes. Les communes peu assujetties à la patente de la région de Trélon s’inscrivent dans la tranche supérieure des taux de natalité, Philippe Guignet, « Dénivellations territoriales et quotités fiscales… », op. cit., p. 827-831.

37 Et ne relève du reste pas de la subdélégation d’Avesnes, mais de celle de Maubeuge.

38 Arthur-Louis Defromont, L’Avesnois au xviiie siècle. Contribution à l’étude des sociétés rurales, Lille, 1972, p. 41.

39 Ibid., p. 46.

40 Selon « nos »chiffres, les taux de natalité sont de 26,5 ‰ à La Longueville (subdélégation de Bavay), 36,4‰ à Cartignies (subdélégation d’Avesnes), 30,7 ‰ à Feignies (subdélégation de Maubeuge).

41 Pour nous en tenir à ce seul exemple, le mémoire de master récemment soutenue à l’université de Lille III par Séverine Rousse sur la démographie d’Avesnes-sur-Helpe au xviiie siècle n’a révélé aucun comportement malthusien, selon que l’on considère l’âge de la mère à la naissance du dernier enfant ou les intervalles intergénésiques moyens.

42 Jean-Pierre Bardet, Rouen aux xviie et xviiie siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, SEDES, 1983, passim.

43 Les mulquiniers (tisserands de toiles fines) valenciennois se marient en moyenne à 27,8 ans en 1737-1789 et s’imposent de décennie en décennie un célibat de plus en plus prolongé. Les premières unions des dentellières sont également assez tardives (26,2 en 1756-1789) et la différence d’âge avec leur conjoint est dépourvue d’ampleur (27,6 ans). A contrario, les tisserands d’Avesnes-les-Aubert convolent en justes noces à un âge de plus en plus précoce (25,6 ans en 1757-1769, 23,9 en 1780-1789). Les mineurs d’Anzin pour leur part se marient jeunes tout au long de la période étudiée (24,8 ans en 1737-1749, 24,4 en 1780-1789).

44 Michel Morineau, Pour une histoire économique vraie, Lille, Presses universitaires de Lille, 1787, p. 19.

Notes de fin

1 Professeur d’histoire moderne, université Charles de Gaulle/Lille III–CRHEN-O

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Villes et campagnes du Hainaut français : indicateurs démographiques 1774-1779
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20445/img-1.png
Fichier image/png, 47k
Titre Carte 5. Géographie différenciée des taux de natalité communaux dans l’intendance de Valenciennes : 1774-1779
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20445/img-2.png
Fichier image/png, 202k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540