Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Paysages et territoires

Le Centre-Ouest atlantique : un espace de décision émergent ?

Dominique Royoux

Texte intégral

  • 1 Directeur du service recherche et développement, de la communauté d’agglomération de Poitiers, pro (...)

1Note portant sur l'auteur1

2La carte de soixante-sept pôles de compétitivité publiée par la DATAR, suite au Comité Interministériel d’Aménagement du Territoire du 12 juillet 2005, confirme le risque d’une coupure entre deux « France » des acteurs du développement économique et universitaire associés : celle mobilisée au Nord-Ouest du pays, de Nantes, Brest, Caen, Lille à Reims d’un côté, et de l’autre, celle de l’Est (Strasbourg), du Centre-Est (Lyon, Clermont, Grenoble, Saint-Étienne), du grand Sud-Est (Perpignan, Toulon), auquel s’ajoute le binôme aéronautique Toulouse-Bordeaux. Entre les deux, une « diagonale aride » qui resurgit, à peine refermée sur son versant nord-est par l’agglomération messine et sur son volet Sud- Ouest par le bipôle Limoges-Poitiers. La mobilisation par un certain nombre d’acteurs politiques en faveur d’un « Centre-Ouest atlantique », autour de l’axe La Rochelle-Poitiers- Limoges, entre Cholet et Brive (axe Nord-Ouest/Sud-Est), et entre Châteauroux et Royan (axe Nord-Est/ Sud-Ouest), s’appuyant principalement sur les régions du Poitou-Charentes et du Limousin, répond d’abord à un problème de dimension nationale, celui d’assurer une certaine continuité territoriale des opportunités de développement. À cela s’en ajoute un autre, de caractère plus régional cette fois : créer un réseau d’offres de services de qualité pour un territoire de 2 300 000 habitants et de 900 000 emplois, mal desservi de ce point de vue par les agglomérations de Nantes, Bordeaux, Clermont-Ferrand et Paris, qui toutes, à l’exception de cette dernière, ont adopté des orientations spatiales qui tournent le dos à la desserte du Centre-Ouest Atlantique (COA).

3Ce texte cherche donc à exposer les logiques de construction de cet espace-charnière, sa légitimité historique et les opportunités dont il est porteur, son adossement à des pratiques institutionnelles en réseau déjà expérimentées, témoin d’une démarche alternative aux logiques classiques de métropolisation.

D’un espace de circulation à la constitution de pôles de centralité

  • 2 Dominique Guillemet, « La longue histoire des territoires », « Les Nouveaux territoires de Poitou- (...)

4De Cholet à Brive, et de Châteauroux à Royan, le Centre-Ouest Atlantique a connu une histoire riche et mouvementée, principalement orientée en Poitou-Charentes sur le démembrement progressif, du Moyen Âge à la Révolution française, du diocèse du Poitou et du commandement militaire de Poitiers en de multiples centres de pouvoir. À ce stade, il est important de retenir qu’au sein de l’espace Centre-Ouest Atlantique — les deux régions du Poitou-Charentes et du Limousin — l’interpénétration sur un temps long des contours des quatre généralités de Poitiers, la Rochelle, Tours et Limoges a pesé fortement au moment de la constitution des départements en 17902. Les transactions vécues entre ces premiers territoires institutionnels ont en quelque sorte tissé un destin commun à l’ensemble de cet espace. Aujourd’hui plusieurs structures témoignent de ces orientations communes. L’université de Poitiers a constitué la matrice de ces échanges. Elle a en effet permis l’éclosion des universités d’Angers, de Tours, de Limoges et de la Rochelle qui en sont issues et qui collaborent sur projet.

5Dans le domaine économique, la Chambre régionale de commerce et d’industrie Limousin/ Poitou-Charentes fédère dix chambres des deux régions. Une organisation interrégionale unit les artisans. France Télécom se structure à cette échelle. La sphère administrative n’est pas en reste : la caisse régionale d’assurance-maladie du Centre-Ouest, l’Assedic, France 3, présentant une structure unique sur les deux régions. Par ailleurs, les collaborations existent entre les musées du Poitou-Charentes et du Limousin. Cette coopération, encore minoritaire, a néanmoins contribué à changer le regard que les acteurs publics originaires de ce territoire portaient eux-mêmes sur la vocation de cet « entre-trois » entre les pays de Loire d’un côté, l’Aquitaine de l’autre, l’Auvergne et le Centre-Sud enfin. L’impossibilité de tirer profit des dynamiques nantaise, bordelaise et clermont-ferrandaise ont aussi joué leur rôle dans la perception d’un futur espace de décision plus autonome :

  • au sein de l’Association pour la route expresse Nantes-Poitiers-Limoges, créée et présidée par l’ancien maire de Cholet depuis la fin des années quatre-vingt, et qui milite pour le raccrochement de cette liaison souhaitée à deux fois deux voies à la route Centre-Europe- Atlantique (RCEA/Bellac-Mâcon), la chaise du représentant nantais est toujours vide. La capitale des Pays-de-Loire privilégie ses relations (parfois conflictuelles) avec Rennes, Brest et Angers ;
  • au début des années quatre-vingt-dix, la croissance très importante des effectifs étudiants dans l’ouest de la France, a entraîné de la part des autorités académiques aquitaines une très grande sélectivité à l’égard des étudiants originaires de Charente et désirant poursuivre leurs études à Bordeaux ;
  • l’Auvergne et sa capitale Clermont-Ferrand n’ont jamais considéré que le Limousin fasse partie intégrante du « grand Massif Central » que le DATAR appelait de ses vœux. Son regard porte d’ailleurs exclusivement vers la capitale de la soie et les opportunités de développement offertes par la région Rhône-Alpes.

6Ainsi, d’un espace de relation subi — les autoroutes A10 et A20, le TGV Sud-Europe Atlantique n’ont pas pour finalité de desservir le Centre Ouest Atlantique — les acteurs publics et en premier lieu les maires des villes moyennes de ce territoire ont pris conscience que cet « espace délaissé » par les aménageurs de territoire, recelait des atouts que les conditions contemporaines du développement remettaient à l’ordre du jour, à condition de les rendre complémentaires. On peut en citer deux majeures :

  • l’offre de services spécialisés
  • les retombées attendues de la réalisation programmée d’infrastructures de communications Est-Ouest, inédites pour l’État français.
  • 3 L’aire urbaine, celle définie par l’INSEE, est composée d’un pôle urbain (unité urbaine d’au moins (...)

7Cette prise de conscience s’appuie d’abord sur la dynamique démographique et des emplois dont ont bénéficié les villes de la façade Atlantique et leurs aires urbaines3. Seulement devancée par Nantes, la croissance de Poitiers et de La Rochelle a été nettement plus forte qu’à Bordeaux (tableau 1) :

Tableau 1. La population des aires urbaines sur le Centre-Ouest Atlantique

Tableau 1. La population des aires urbaines sur le Centre-Ouest Atlantique

8La dynamique de l’emploi ne dément pas ce classement (tableau 2) :

Tableau 2. Les emplois des aires de Centre-Ouest Atlantique

Tableau 2. Les emplois des aires de Centre-Ouest Atlantique
  • 4 Les emplois métropolitains supérieurs (EMS) recouvrent des emplois d’ingénieurs et de cadres dans (...)
  • 5 L’Offre métropolitaine française vue par les emplois métropolitains supérieures, DATAR, octobre 20 (...)

9Mais c’est surtout dans l’identification de fortes spécialités de services présents dans les agglomérations du Centre-Ouest Atlantique (COA) en matière « d’emplois métropolitains supérieurs4 » (EMS) que s’est opérée le changement de vocation de ce territoire, à partir des points d’appui urbains devenus de véritables pôles de centralité. Les EMS qui constituent 7,9 % de l’emploi total du pays mais 1/3 de la croissance de l’emploi depuis 19905, sont devenus stratégiques pour le développement économique contemporain ; comme forces motrices propres et pas seulement comme un ensemble d’emplois induits du développement industriel. Dans neuf des onze branches d’activités concernées (tableau 3 page suivante), les cinq agglomérations du COA dépassent l’indice 100 au moins une fois :

10Dans de nombreux domaines, Poitiers (en matière de recherche et information), Limoges (recherche, télécommunication, gestion industrielle), Angoulême (gestion industrielle, banques, assurances), La Rochelle (art, recherche), Niort (banques, assurances) sont plus spécialisées que Nantes et Bordeaux.

Tableau 3 : Spécificités EMS des principales aires urbaines de Centre-Ouest Atlantique

Tableau 3 : Spécificités EMS des principales aires urbaines de Centre-Ouest Atlantique

Lecture du tableau : une valeur supérieure (ou respectivement inférieure) à 100 témoigne d’une sur-représentation (ou sous-représentation) de cette branche dans la région de l’aire urbaine étudiée, comparée aux poids des effectifs nationaux de la même branche EMS dans l’emploi total national (L’Offre métropolitaine française, op. cit.)

11Enfin, le positionnement très favorable du COA sur des couloirs d’échanges Nord-Sud dominants se double d’un ancrage atlantique qui suscite des courants Est-Ouest croissants : l’évolution en 2005 du port de La Rochelle au rang de port autonome et sa spécialisation dans le commerce du bois crée de fait des solidarités avec les activités productives de papier du Limousin. La programmation du TGV Poitiers-Limoges dont les premières études opérationnelles démarrent en 2005 va dans le même sens. Elles étaient précédées des premières réalisations de mise en deux fois deux voies de la « branche Nord » de la RCEA (Nantes, Poitiers, Bellac, Limoges), et de la « branche Sud » (Royan, Saintes, Angoulême, Limoges, Bellac).

Des pratiques institutionnelles innovantes

12L’éclatement historique des centres de pouvoirs en Poitou-Charentes, l’impossibilité d’imposer durablement une capitale régionale reconnue jusqu’à l’avènement de l’établissement public régional en 1972 (transformé en région lors des lois de décentralisation de 1982) et sa localisation à Poitiers, a paradoxalement renforcé les coopérations individuelles entre les villes-préfectures du Poitou-Charentes plutôt que leurs concurrences, au moment où la présence d’une offre de services qualifiés à une échelle pertinente est apparue comme un facteur discriminant d’attractivité entre territoires. Dés la fin des années quatre-vingt, chacune des municipalités a pris conscience que cette offre de service n’avait de lisibilité qu’au niveau régional, en additionnant les forces de chacune des entités urbaines, en incitant les acteurs économiques qui les portent à se mettre en réseau avec l’appui des pouvoirs publics concernés. Deux réseaux institutionnels ont été particulièrement actifs en ce domaine :

  • le réseau d’agglomérations Aire 198 entre Poitiers, Niort, Angoulême, la Rochelle ;
  • le réseau Poitiers-Limoges.

13Depuis le Moyen Âge, l’Angoumois, le Sud Deux-Sèvres, l’Aunis et le Poitou ont constitué, sous forme de villes-pays, des espaces de développement sur lesquels s’est appuyée la croissance démographique et économique du Poitou-Charentes. La dynamique engagée depuis 1989, par les édiles de ces agglomérations, au sein du réseau d’agglomérations Aire 198, a permis d’avancer vers le renforcement d’une armature urbaine régionale plus solidaire à partir de nouvelles formes de coopération plus visibles dans le domaine économique (identification de pôles de compétences complémentaires), touristique (création de circuits urbains, action de promotion en Grande-Bretagne, Italie et Espagne), des services (schéma régional urbain des infrastructures de télécommunications). Aire 198 est maintenant une association repérée par les représentants de l’État et ses diverses composantes (moins par les représentants du Conseil régional, quelque soit son orientation politique) comme un acteur institutionnel légitime mais surtout comme un « centre serveur » capable de mettre les acteurs économiques et culturels en mouvement afin de définir une offre de service cohérente pour les habitants et décideurs.

  • 6 Extrait de la déclaration d’intention de Messieurs Rodet et Santrot, respectivement président des (...)

14Créé plus récemment, en 1998, le réseau des villes Poitiers-Limoges s’est d’emblée inscrit comme un lien essentiel entre le Poitou-Charentes et le Limousin (les deux départements et régions correspondants sont membres de l’association). Il s’est constitué également sur d’autres bases historiques : « différentes l’une de l’autre et disposant chacune d’une forte identité, sans contentieux ni compétition entre elles, Limoges et Poitiers ont des complémentarités à créer, un positionnement à défendre, un destin à construire6 ».

15Cette nouvelle « culture des réseaux » a connu deux moments fondateurs dans l’avènement d’une « région » Centre-Ouest Atlantique :

  • en septembre 1999, à l’invitation de M. Michel Sapin, alors ministre de l’Économie et des finances et maire d’Argenton-sur-Creuse (Indre), les initiateurs politiques de six réseaux de villes du « Centre-Ouest élargi7 » se sont réunis pour exprimer aux préfets et présidents des conseils régionaux correspondants, leur priorités communes en matière routière, ferroviaire et universitaire ;
  • en mai 2005, le réseau Aire 198 élargi à l’agglomération de Limoges dépose un dossier à la DATAR dans le cadre de l’appel d’offre « contrat métropolitain », complémentaire des pôles de compétitivité qui par ailleurs ont récompensé Limoges (pôle céramique) et Poitiers-Futuroscope (pôle de recherche sur les nouveaux véhicules urbains).
  • 8 Extrait de la lettre de soutien de Jean-Pierre Gesson, président de l’université de Poitiers à Jac (...)

16Ce dossier intitulé « un réseau métropolitain pour le Centre-Ouest Atlantique » consacre le rapprochement sur des bases économiques et universitaires, entre Poitiers, Niort, Angoulême, La Rochelle et Limoges. Cette initiative rejoint celle initiée par le Réseau des universités de l’ouest (RUOA) en faveur de la constitution d’un Pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) commun aux universités de Poitiers, La Rochelle, Limoges, Tours et Orléans : il s’agit de contribuer à des pôles d’excellence mais aussi des pôles de recherche communs, des réponses communes à des appels d’offre afin de renforcer mais aussi de préserver l’ancrage « d’universités moyennes, fortement liées par leur histoire, leurs dynamiques communes et leur complémentarités8 ».

La construction volontaire d’une métropolisation partagée

17Au-delà des facteurs explicatifs liés aux mutations de l’espace géographique français notamment celles ayant trait au renouvellement démographique de l’Ouest, l’émergence du Centre-Ouest Atlantique illustre deux tendances lourdes actuellement à l’œuvre au sein de l’Europe urbaine contemporaine : le désir de reconnaissance par les élus concernés du rôle des villes moyennes dans l’organisation de l’espace en général. Ce rôle est renforcé par la dynamique des services aux personnes et aux entreprises qui ne rend plus exclusif le recours aux grandes métropoles pour répondre aux besoins individuels et collectifs.

18Autonomes dans leur offre variée de prestations mais reliées aux grandes agglomérations pour des besoins très spécifiques, les villes du Centre-Ouest Atlantique illustrent l’architecture prônée par le Schéma de développement de l’Europe communautaire (SDEC), c’est-à-dire une organisation polycentrique dans laquelle les villes apparaissent ensemble, en tant qu’armature, comme les forces motrices du développement régional. Le Centre-Ouest Atlantique dessine un territoire dont la première identité découle du « délaissement des grandes métropoles », qui ne fonde pas son avenir contre ces mêmes métropoles, mais bien en articulation avec elles, en comptant d’abord sur la valorisation de ses propres forces, c’est-à-dire de son offre de services. Par cette perspective, elles renouvellent leur base de développement, principalement axé jusqu’ici sur « l’économie résidentielle » (dans laquelle les services banaux se créent en fonction de l’augmentation de la population). L’articulation des échelles dans laquelle sont impliquées les agglomérations moyennes européennes met en œuvre une ingénierie de « l’inter-territorialité » qui englobe d’abord le bassin de vie.

19Ont été redécouverts par les villes centres à la faveur de la gestion des déplacements générés par les couronnes périurbaines, d’une part les réseaux locaux (au sein du Centre- Ouest Atlantique, on compte de nombreux binômes : Poitiers-Châtellerault, La Rochelle- Rochefort, la nébuleuse Nord deux-sévrienne, Angoulême-Cognac...) et d’autre part les réseaux régionaux déjà mentionnés ; le Centre-Ouest Atlantique dans notre exemple s’appuie d’abord sur des complémentarités économiques et universitaires. La Conférence des villes de l’Arc Atlantique, de création récente, dans laquelle les acteurs des villes de Poitou- Charentes sont très actifs, pourrait même constituer l’enveloppe stratégique de cet écheveau territorial. C’est ce positionnement multi-scalaire que résume la carte suivante.

Carte 4. Dynamiques institutionnelles en Centre-Ouest atlantique

Carte 4. Dynamiques institutionnelles en Centre-Ouest atlantique

20D’ores et déjà, les complémentarités actives recherchées entre le pôle poitevin biologie santé (communauté d’agglomération de Poitiers et université de Poitiers), le pôle niortais prévention des risques (ville et communauté d’agglomération de Niort, département des Deux-Sèvres et université de Poitiers), le pôle angoumoisin graphisme (communauté d’agglomération d’Angoulême, département de la Charente), le pôle rochelais agro-alimentaire (communauté d’agglomération de La Rochelle, CRITT et université de La Rochelle) ont mis à jour des axes de travail transversaux autour desquels les filières pourraient se regrouper en terme de logistique, de gestion des ressources humaines, d’internationalisation des marchés. Autant de démarches qui permettent une inscription plus maîtrisée dans la mondialisation tout en faisant de ces agglomérations des leviers de développement local efficaces au service du plus grand nombre.

Notes

2 Dominique Guillemet, « La longue histoire des territoires », « Les Nouveaux territoires de Poitou-Charentes », Cahiers de l’ IAAT, n° 3, Poitiers, 1999.

3 L’aire urbaine, celle définie par l’INSEE, est composée d’un pôle urbain (unité urbaine d’au moins 5000 emplois) et d’une couronne périphérique comprenant les communes qui envoient au moins 40 % de leurs actifs travailler dans le pôle où à proximité. Il s’agit ainsi d’une approche de la notion de bassin de vie.

4 Les emplois métropolitains supérieurs (EMS) recouvrent des emplois d’ingénieurs et de cadres dans leurs fonctions d’animation, de création et d’encadrement au sein des diverses branches d’activité recensées par l’INSEE

5 L’Offre métropolitaine française vue par les emplois métropolitains supérieures, DATAR, octobre 2004.c

6 Extrait de la déclaration d’intention de Messieurs Rodet et Santrot, respectivement président des agglomérations de Limoges et de Poitiers lors de la mise en place de l’association Poitiers-Limoges, 30 mars 1998.

7 Aire 198, Poitiers-Limoges, Cognac-Océan (Cognac-Saintes-Rochefort), La Rochelle-Rochefort, Limousin axe majeur (Limoges-Brive-Tulle), Bourges-Châteauroux-Nevers-Montluçon.

8 Extrait de la lettre de soutien de Jean-Pierre Gesson, président de l’université de Poitiers à Jacques Santrot, président de la communauté d’agglomération de Poitiers dans le cadre de l’appel d’offre du contrat métropolitain, 24 juin 2005.

Notes de fin

1 Directeur du service recherche et développement, de la communauté d’agglomération de Poitiers, professeur associé, université de Poitiers–ICOTEM.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. La population des aires urbaines sur le Centre-Ouest Atlantique
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20443/img-1.png
Fichier image/png, 18k
Titre Tableau 2. Les emplois des aires de Centre-Ouest Atlantique
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20443/img-2.png
Fichier image/png, 18k
Titre Tableau 3 : Spécificités EMS des principales aires urbaines de Centre-Ouest Atlantique
Légende Lecture du tableau : une valeur supérieure (ou respectivement inférieure) à 100 témoigne d’une sur-représentation (ou sous-représentation) de cette branche dans la région de l’aire urbaine étudiée, comparée aux poids des effectifs nationaux de la même branche EMS dans l’emploi total national (L’Offre métropolitaine française, op. cit.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20443/img-3.png
Fichier image/png, 21k
Titre Carte 4. Dynamiques institutionnelles en Centre-Ouest atlantique
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20443/img-4.png
Fichier image/png, 72k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540