Version classiqueVersion mobile

Jean Painlevé, le cinéma au cœur de la vie

 | 
Roxane Hamery

4. La maturité d’un inconoclaste

Aux origines de l’affaire de la Cinémathèque

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La rupture avec Langlois

Les années qui précèdent l’éviction de Langlois de la tête de Cinémathèque française en 1968 constituent un lent acheminement vers la crise. On a fréquemment souligné l’importance que revêtent la question des subventions des pouvoirs publics et le désir de l’État de s’intéresser à la gestion de cette association privée dans la naissance du conflit, mais l’on a peu, en revanche, commenté le rôle individuel que certains acteurs de cette période ont tenu. Pourtant, il put être décisif. Il est vrai, comme le précise Patrick Olmeta, dans son ouvrage consacré à l’institution, que « le sujet est aujourd’hui encore trop contemporain, presque d’actualité, pour ne point soulever quelque passion, voire quelque polémique et sentiment de révolte1 ». Painlevé, le premier, en fit l’expérience et restera amer jusqu’à la fin de sa vie. Bien avant que l’affaire de la Cinémathèque n’éclate, il faisait, en effet, partie des détracteurs de Langlois. Et si l’on a souvent tendance ...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search