Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Paysages et territoires

Paysages et temporalités en Poitou-Charentes. Point de vue sensible d’un géographe qui aime l’histoire

Samuel Arlaud

Texte intégral

  • 1 Maitre de conférences de géographie, université de Poitiers.

1Note portant sur l'auteur1

2Le paysage est un sujet considéré souvent comme sensible. Au cœur de nombreuses problématiques scientifiques dans plusieurs disciplines, il agit aussi de plus en plus souvent comme le révélateur de nouvelles pratiques socio-spatiales et de fait se retrouve au centre d’enjeux politiques de première importance. Il est entré également, à la fois par des approches scientifiques et par des actions concrètes, dans le champ du patrimoine. Dans le strict domaine de la géographie, le paysage, vecteur de l’analyse agraire durant près des deux tiers du xxe siècle est devenu peu à peu un véritable objet d’études au croisement des analyses tant urbaines que rurales, tant physiques qu’humaines.

3Mais le paysage est aussi de plus en plus un sujet sensible en ce sens où ce que J.-R. Pitte appelait « la pellicule de la réalité géographique » permet d’exercer la sensibilité de l’être humain. Celle de l’oeil bien évidemment, mais aussi celle des autres sens : des odeurs sont souvent associées au paysage, des bruits le parcourent, et on peut même le « toucher » de près ou de loin parfois jusqu’à y être enfermé et s’y sentir prisonnier. Aujourd’hui on cherche également à relier au paysage (souvent par l’intermédiaire du mot terroir) des qualités gustatives qu’il donnerait aux productions agricoles et qui permettent de les valoriser économiquement. C’est donc un sujet du sensible, celui qui s’ouvre aux sensations et aux perceptions, aux sentiments et à l’affection. Pour ce regard sensible le géographe ne peut s’affranchir de l’histoire, de l’histoire en général et de la connaissance historique des lieux en particulier. L’échelle régionale favorise l’expression de ce regard et la compréhension des liens entre paysages, territoires et territorialités, particulièrement en Poitou-Charentes où se côtoient des paysages d’une grande variété, qui sont le produit de temporalités multiples et enchevêtrées.

Les visages paysagers du Poitou-Charentes : échelles de temps et temporalités socio-spatiales

4À la suite d’un inventaire réalisé à la fin des années quatre-vingt-dix, le Conservatoire des espaces naturels de Poitou-Charentes a identifié pas moins de 80 entités de paysages regroupées ensuite en 8 grands types de paysages et en 4 paysages dits singuliers.

5La situation géographique du Poitou-Charentes aux confins de deux bassins sédimentaires (Bassin aquitain et Bassin parisien) et de deux ensembles d’âge ancien (Massif armoricain et Massif central) implique déjà à l’échelle des temps géologiques des contacts physiques producteurs de diversité, de transitions, de discordances qui s’expriment encore dans ce que l’on voit aujourd’hui du paysage. Ainsi les plus anciennes roches connues dans la région affleurent près de Thouars. Elles sont datées d’environ 600 millions d’années. C’est dire si les épisodes géologiques successifs, notamment de sédimentation et d’érosion ont pu favoriser la mise en place de systèmes paysagers multiples, assez nettement distincts malgré une orographie peu chahutée. La région Poitou-Charentes possède un relief assez plan et régulier qui s’abaisse peu à peu d’est en ouest jusqu’au littoral atlantique. Les rivières sont faiblement encaissées et les altitudes les plus élevées dépassent rarement 300 m en Charente limousine. Mais ces vallées donnent souvent par leurs méandres et leur profil transversal un rythme aux paysages picto-charentais. La faiblesse des altitudes limite le nombre des points de vue panoramiques qu’offrirait un relief de montagne, mais à l’inverse les contacts multiples entre roches de natures différentes et influences biogéographiques et climatiques accroît de manière exponentielle les combinaisons d’éléments produisant des paysages.

6Les hommes ont très tôt exploité ces potentialités pour fabriquer ce que l’on appelle aujourd’hui l’espace rural. La chronologie de « mise au pas » du paysage, selon l’expression de Jean-Robert Pitte, ne se traduit pas par un continuum temporel d’actions nettement visibles. À la volonté de maîtrise assez systématique de l’espace, caractéristique de l’époque romaine ayant produit une sorte d’openfield mosaïque assez arboré, parsemé de quelques villes et surtout d’un habitat assez dispersé, a succédé une histoire paysagère faite de reculs et d’avancées de l’espace agricole. On retiendra la grande période de colonisation agraire du xie siècle puis surtout l’époque moderne au cours de laquelle le paysage se modifie considérablement : le bocage prend toute son importance alors que dans le même temps certaines parties de la région (les plaines) évoluent vers un openfield arboré où l’habitat tend à s’agglomérer. C’est ensuite dans la seconde moitié du xixe siècle que les mutations les plus brutales apparaissent. Les techniques nouvelles, les changements économiques et l’exode rural contribuent à une transformation en profondeur de paysages que l’on pensait immuables. Non qu’ils le fussent réellement, mais parce que les temporalités socio-économiques se déconnectent radicalement des temporalités paysagères. Cette rupture s’avère encore plus nette et plus brutale après 1950 lorsque la motorisation, la mécanisation et la spécialisation économique éloignent l’activité agricole des préoccupations ancestrales du sol et de l’arbre. Désormais la terre n’est qu’un support avec lequel l’homme n’est plus forcément en symbiose.

7L’échelle régionale permet d’appréhender relativement finement la diversité des paysages produits et d’aller au-delà des grandes distinctions nationales tout en gardant un certain recul par rapport à des approches micro-locales. L’inventaire des paysages du Poitou-Charentes distingue ainsi huit grandes catégories de paysages : les plaines de champs ouverts, les plaines vallonnées, les bocages, les terres viticoles, les terres boisées, les paysages littoraux, les vallées et les paysages urbains. À cela s’ajoutent quatre types de paysages singuliers qui ne se rapprochent d’aucun autre modèle en France : la Venise verte, élément deux-sévrien du Marais poitevin, les brandes du Poitou dont il ne reste que quelques traces à l’est aux environs de Montmorillon et que l’on pourrait qualifier de paysage-relique, le Pinail, petit confetti de lande entre Poitiers et Châtellerault, et enfin le bocage de Bougon-Avon à la limite des Deux-Sèvres et de la Vienne qui comme les brandes du Poitou forme un paysage figé dans le temps, inaccessible car contenu dans un terrain militaire. Il ne manque à cette mosaïque qu’un type montagnard pour que l’on puisse recenser en Poitou-Charentes une grande partie des paysages que l’on recense sur le territoire national.

8Au total ces grandes catégories sont subdivisées en 80 sous-catégories qu’il n’est pas de notre intention de détailler ici. Les auteurs de l’inventaire ont procédé à cette catégorisation en faisant appel à des « modèles paysagers », sorte de référents plus ou moins conscients s’étant imposés à l’échelle nationale, telle la Beauce lorsque l’on parle des plaines céréalières. Le découpage en ensemble paysagers a donc reposé sur une identification de secteurs présentant des caractères communs avec le parti-pris, inévitable et justifiable, d’une appréciation subjective des ambiances ressenties pour classer les paysages. Les dénominations des différents ensembles font souvent référence à l’histoire et à d’anciennes provinces ou encore à des villes, même lorsqu’il s’agit d’espaces ruraux (la plaine de Niort). Il n’est pas rare également que le nom des entités paysagères renvoie à des caractéristiques physiques (le pays du karst près d’Angoulême) ou végétales (la marche boisée au centre de la région). Dans tous les cas cependant on entrevoit derrière chaque dénomination le rôle prépondérant de l’homme dans la production de tel ou tel paysage. C’est peut-être pour les paysages littoraux et de vallées que la catégorisation régionale est la plus difficile : chaque île, chaque baie, chaque rivière procure une ambiance qui ne ressemble à aucune autre. Comme si l’intervention de l’élément eau démultipliait à l’infini les types de paysages et empêchait de les réduire à un modèle. Ainsi les paysages littoraux du Poitou-Charentes qui couvrent environ 6 % de l’espace régional se divisent en 19 entités différentes. Ce milieu azonal, le seul où se rencontrent la terre, la mer et le soleil, associe des activités à la fois très anciennes à des fonctions bien plus contemporaines telles que le tourisme. La population permanente est répartie plus densément qu’à l’intérieur des terres et surtout elle s’accroît saisonnièrement de façon considérable. La densité d’ingrédients qui entrent dans la fabrication du paysage est certainement plus forte que partout ailleurs et de fait les paysages littoraux sont aussi ceux qui génèrent les plus intenses représentations et des conflits d’usage parfois très durs. On a la trace dans ces paysages de temporalités fort différentes qui s’affrontent pour les recombiner en permanence. À l’instar des paysages urbains et périurbains, les paysages littoraux sont à la fois les plus vivants, les plus dynamiques et les plus instables. Et pourtant ils sont rarement qualifiés de paysages en crise comme c’est le cas de certains paysages ruraux des régions de brandes ou des terres froides du Confolentais ou du Montmorillonnais.

Les paysages régionaux : empreinte de géographie sociale

  • 2 Guy Di Méo, C. Sauvaitre, F. Soufflet, « Les paysages de l’identité (le cas du Piémont béarnais, à (...)

9Non seulement l’homme produit du paysage par son action mais on peut dire aussi que « les paysages, constitués grâce aux informations collectées par les sens, interprétés à la lumière des idéologies territoriales, des habitus de groupe et de classe, tout autant que par l’effet déterminant des regards individuels, forment des réalités sensibles, inscrites au registre des représentations mentales et sociales2 ».

10Le paysage objet d’étude redevient par la géographie sociale un vecteur d’analyse des changements socio-spatiaux. Il possède à la fois une fonction sociale et dans le même temps permet de décrypter les combinaisons de rapports matériels et idéels. C’est pourquoi les diagnostics paysagers ne peuvent se limiter à poser les caractéristiques visuelles des formes paysagères afin de faire entrer des portions d’espace dans des modèles paysagers, quelle que soit leur originalité de taille ou d’apparence. Aucun paysage n’est réductible à un modèle. Peut-on dire par exemple que les portions de paysages qui ne se réfèrent pas à des modèles sont des non-paysages ? C’est nier l’échelle des temps qui implique une dynamique permanente et c’est passer sous silence la dimension sensible du rapport de l’homme à l’espace. Sans la prise en compte de cette dimension, comment imaginer des politiques d’aménagement du territoire conformes aux attentes sociales qu’elles soient individuelles ou collectives ? Le paysage est l’affaire de toute la géographie, physique, culturelle, économique mais aussi sociale.

11La grande diversité paysagère du Poitou-Charentes témoigne de la difficulté fréquente à distinguer les limites des différentes entités. Il n’y a pas toujours de discontinuité franche entre les types paysagers, mais des transitions et des franges mêlant des influences, parfois jusqu’à former une entité particulière même de petite taille. Pour le géographe cependant il faut parcourir cette échelle micro-locale pour bien saisir les « ambiances paysagères », expression très juste qui montre le ressenti que peut procurer le paysage. Il faut quitter les routes les plus fréquentées pour comprendre les discontinuités paysagères qui s’inscrivent dans le détail de l’espace humain et qui sont parfois bien plus saisissantes que les principales ruptures référencées dans les atlas. Elles en disent long parfois sur le fonctionnement des sociétés locales. Certains l’ont bien compris qui balisent des chemins de randonnées en indiquant des « ambiances forestières ». Mais il est d’autres ambiances, hors des forêts qui marquent l’esprit de celui pénètre le paysage. À titre d’exemple, il n’est pas rare au sein des grandes étendues remembrées des terres de brandes, ou des paysages de Charente limousine et parfois même des grandes plaines céréalières du nord Poitou, d’avoir à s’arrêter devant un contraste net : de petites parcelles qui ont conservé une allure bocagère, de la vigne encore entretenue, des vergers et des légumes de plein champ. La marque d’une autre agriculture, d’un autre type de rapport de l’homme au sol, d’un autre rythme face aux temporalités économiques et sociales. Et sans pour autant qu’il s’agisse de la survivance de pratiques ancestrales vouées à la disparition. Il y a aussi dans ces paysages de l’échelle micro des formes d’innovation ou à tout le moins d’adaptation aux mutations contemporaines.

Paysages régionaux et complexité des regards

12Les temporalités économiques s’accélèrent et modifient les liens de l’homme à la terre et au paysage. Dans le même temps et sans que l’on s’en rende compte immédiatement, les représentations et les perceptions du paysage changent ; il devient lui-même quelque chose et est digne d’attention pour lui-même et pas seulement pour ce que l’on produit en son sein. C’est souvent par les regards extérieurs, ceux des citadins ou des touristes, ceux aussi des périurbains ou des néo-ruraux que le paysage se délivre et se découvre. Il devient la porte d’entrée d’un monde alors qu’il n’en était que l’expression. C’est désormais par lui et pour lui que l’on mène des actions et des politiques publiques qui peuvent toucher des secteurs aussi différents que l’agriculture, les transports et l’urbanisation. Il y a donc une interpénétration croissante des questions paysagères et des problématiques territoriales, lien complexifié par l’éclatement des territorialités individuelles et collectives.

13Il y a dès lors une tentative de patrimonialisation du paysage. De la mise en patrimoine d’éléments ponctuels de type monument on passe parfois à la patrimonialisation de larges espaces tout entiers. Le fait de délimiter avec rigueur des zones que l’on qualifie de tel ou tel type paysager ne contribue-t-il pas à produire du paysage et à territorialiser les paysages, ceux auxquels on reconnaît d’emblée une unité puis indirectement les autres, qualifiés de franges ou de zones de transition ? Peut-on enfermer une entité paysagère dans un découpage territorial lorsque l’on sait qu’il est autant le produit d’actions exogènes que d’actions endogènes, qu’il est autant le résultat d’images véhiculées de manière désordonnée à travers le temps et l’espace qu’un ensemble objectivement définissable ? En Poitou-Charentes, région de seuil et de franchissement sans véritable unité autre qu’administrative la question se pose véritablement. La communication sur les paysages et surtout la communication sur des éléments ponctuels du paysage (sites, monuments…) de forme et d’âge très variables agit comme une action réductrice de la réelle diversité paysagère. Les territoires, si tant est qu’on puisse les personnifier, et les politiques que l’on y pratique, donnent à voir la diversité paysagère et dans le même temps enferment les paysages dans des limites et des actions concrètes, surtout lorsque l’idée première est de les conserver ou de les restaurer.

14Il y a un risque comme à chaque époque et peut-être encore davantage aujourd’hui dans chaque territoire que les hommes cherchent à ne retenir du paysage que ce qui les « arrangent » en fonction des objectifs du moment. Ces derniers sont souvent d’ordre économique et le développement des politiques régionales et la décentralisation renforcent cette situation.

  • 3 Paul-André Rosental, « La notion d’échelles temporelles », Espaces Temps, n° 84-85-86, 2004, p. 16 (...)

15Les paysages s’inscrivent dans la longue durée : sur l’échelle des changements temporels ils sont à la fois inertie et expression du mouvement. Quel que soit l’échelon spatial auquel on se réfère, il y a une dépendance temporelle entre le paysage observé et sa perception un peu comme il y a une dépendance temporelle entre un événement historique et sa perception3. L’homme d’une époque, qu’il soit géographe, aménageur, ou simplement citoyen, est soumis au paysage construit par ses prédécesseurs, mais en même temps il a la faculté, par son action, d’en changer les traits, plus ou moins profondément, et surtout d’en modifier les symboliques, les représentations et donc les perceptions en fonction de ses besoins. C’est aujourd’hui par la patrimonialisation du paysage que se découvre ce lien de l’histoire, de la géographie et de la part du sensible contenue dans le paysage. Cette « dimension culturelle du paysage » est productrice de conflits spatio-temporels : les dynamiques socio-économiques actuelles qui produisent des formes paysagères nouvelles s’affrontent non seulement aux idées conservatrices mais aussi aux idées restauratrices qui s’expriment par exemple à travers les désirs de réhabilitation de tel ou tel élément du « patrimoine » bâti. Mais dans tous les cas, qu’on le veuille ou non c’est un nouveau paysage qui est produit et qui prend sa place sur la chaîne chronologique. L’idée peut-être un peu différente que l’on peut émettre est que les paysages ne sont pas des successions temporelles d’empreintes sociétales qui obéiraient à une logique de continuum mais plutôt que les paysages d’aujourd’hui sont le produit de chevauchements de temporalités : il y a une complexité spatiale mais aussi temporelle du paysage. Dans un même paysage les expressions du temps et des sociétés sont de plus en plus enchevêtrées de sorte qu’il apparaît moins facile qu’à des époques plus anciennes de dégager des entités paysagères qui marqueraient une identité locale forte, sociale, culturelle ou économique. Alors que dans le même temps c’est ce que l’on recherche dans la mise en œuvre par exemple de nombreuses politiques de développement rural. N’y a-t-il pas là un hiatus entre ce que l’on croit être le paysage et ce que l’on veut en faire ? Nous sommes ici à la croisée de temporalités variables entre les paysages, les territoires dans lesquels s’expriment des politiques publiques et les territorialités individuelles ou collectives des individus.

  • 4 Ouvrages complémentaires : Conservatoire d’espaces naturels du Poitou-Charentes, Inventaires des p (...)

16Après avoir été à l’époque de l’école vidalienne de Géographie un moyen pour comprendre la structuration des sociétés agraires, puis après être devenu un véritable objet d’étude qui investit peu à peu les différents champs de la géographie, le paysage apparaît avec force au sein des problématiques de géographie sociale. Il permet d’approcher la complexité des organisations socio-spatiales et des dynamiques matérielles et idéelles. Pour ce faire, l’échelle régionale d’analyse, même si elle ne doit pas être déconnectée des autres échelles macro et micro, semble répondre à un certain nombre d’exigences d’observation. Elle ne nie pas les modèles paysagers mais permet de les relativiser. Elle ne laisse pas non plus toute la place à une sorte d’approche psychologique du paysage, qui marquerait la primauté de l’individu sur la société, mais permet néanmoins l’intégration du sensible dans la compréhension du visible. À ce titre, la région Poitou-Charentes, tout en n’étant qu’un cadre administratif et peut-être aussi pour cette raison, par la multiplicité des influences qui l’ont traversée et la traversent encore, représente un extraordinaire laboratoire de la complexité paysagère qui unit la géographie et l’histoire4.

Notes

2 Guy Di Méo, C. Sauvaitre, F. Soufflet, « Les paysages de l’identité (le cas du Piémont béarnais, à l’est de Pau », Géocarrefour, vol. 79 2/2004, p. 131-141.

3 Paul-André Rosental, « La notion d’échelles temporelles », Espaces Temps, n° 84-85-86, 2004, p. 164-171.

4 Ouvrages complémentaires : Conservatoire d’espaces naturels du Poitou-Charentes, Inventaires des paysages de Poitou- Charentes, Poitiers, 1999 ; Guy Di Méo, P. Buleon, L’Espace social, lecture géographique des sociétés, Paris, A. Colin, coll. « U », 2005, 304 p. ; Pierre Donadieu, Michel Perigord, Clés pour le paysage, Gap, Ophrys, 2005, 368 p. ; « Les paysages du Poitou-Charentes », L’Actualité Poitou-Charentes, Poitiers, n° 69, 2005, 98 p. ; Jean-Robert Pitte, Histoire du paysage français, Paris, Taillandier, 1983.

Notes de fin

1 Maitre de conférences de géographie, université de Poitiers.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540