Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Histoire et représentations du littoral

Friches portuaires et revitalisation de l’espace urbain : La Rochelle et ses ports

Guy Martinière

Texte intégral

  • 1 Professeur d’histoire contemporaine, doyen de la faculté des lettres, langues, arts et sciences hu (...)

1Note portant sur l'auteur1

Une question d’actualité

  • 2 Les universités d’été du patrimoine ont été organisées chaque année depuis 1998 à partir d’une pol (...)

2Depuis 1998, à l’occasion de l’organisation, chaque année, des universités d’été Poitou- Charentes/Québec, à l’initiative de la Région Poitou-Charentes et de l’Office franco-québécois de la jeunesse (OFQJ), la question des friches portuaires et de la revitalisation des villes-ports de Québec, Montréal et La Rochelle s’est trouvée régulièrement posée. Le thème dominant de ces réunions était de comprendre les relations entre le patrimoine et le développement local. Cette question de la revitalisation des friches portuaires et de la valorisation du patrimoine maritime des villes-ports a fait l’objet de nombreux débats entre enseignants et étudiants des Universités de La Rochelle, Poitiers et Montréal qui étaient étroitement associés à ces journées. Ont pu être ainsi comparées les politiques publiques de revitalisation des friches portuaires de ces trois villes, de part et d’autre de l’Atlantique, et établi un dialogue avec les urbanistes, aménageurs et acteurs engagés dans la réalisation de ces opérations de reconversion urbaine2.

  • 3 Colloque international de Nantes organisé les 10, 11 et 12 mars 2005 dans le cadre de Cultur Art d (...)

3Par ailleurs, en mars 2005, s’est tenu à Nantes un colloque international intitulé : « L’après-friche. Les friches portuaires, projets culturels, développement urbain ». Enseignants et étudiants de l’un des DESS (master professionnel) de l’université de La Rochelle, le DESS « Développement culturel de la ville », ont été associés à la préparation de ce colloque. À cette occasion, différents exemples de revitalisation des friches portuaires des villes-ports de l’Arc atlantique européen ont été présentés. Les cas de Bilbao, Cork, Nantes, Saint-Nazaire, Lorient et La Rochelle mais aussi de Recife, au Brésil, ont été analysés en détail3.

  • 4 Michel Cantal-Dupart et Claude Chaline, Le Port cadre de ville, Paris, L’Harmattan, 1993.

4En fait, la question des friches portuaires, dans ce que Michel Cantal-Dupart et Claude Chaline appelaient « le port cadre de villes4 », apparaissait comme un phénomène très contemporain des friches industrielles. Celles-ci ne sont-elles pas une des conséquences de l’effet de désindustrialisation des pays industrialisés qui, depuis une trentaine d’années, ce qu’il a été convenu en France d’appeler la « fin des trente glorieuses », a profondément marqué le paysage urbain ? Le territoire de la friche industrielle est ainsi devenu une opportunité de reconquête économique et urbaine pour les urbanistes et aménageurs. Et des projets culturels ont été de plus en plus intégrés dans le programme de revitalisation de ces friches.

  • 5 Fabrice Lextrait, Une Nouvelle époque de l’action culturelle, Paris, La Documentation Française, 2 (...)
  • 6 Parmi les très nombreux travaux sur la valorisation du patrimoine, on se limitera à mentionner les (...)

5Fabrice Lextrait, par ailleurs un des intervenants du colloque de Nantes, avait bien établi par exemple, lors d’un rapport remis au Secrétaire d’État au patrimoine et à la décentralisation culturelle en mai 2001, combien « une nouvelle époque de l’action culturelle » pouvait être associée en France à ces « lieux réutilisant le patrimoine industriel5 ». Dans la mesure où les villes-ports se trouvaient confrontées non seulement à la nécessité de revitaliser la partie industrielle de leurs friches, mais aussi la partie portuaire, conséquence de la spécificité du déclin de leurs activités maritimes, on a pu constater que leur identité atlantique était à même de se projeter dans la régénération culturelle de ces friches, territoires, « tout à tour récepteur de mémoire et de patrimoine ou ferment de la création » selon l’expression de Jean-Marc Ayrault, député maire de Nantes6.

6Dans cette perspective, il paraît utile de rassembler quelques éléments de réflexion autour du cas de la revitalisation des friches portuaires de La Rochelle, cette ville moyenne d’un peu plus de 80 000 habitants, près de 130 000 si l’on tient compte de l’ensemble de la communauté d’agglomération, chef lieu de l’un des quatre départements de la Région Poitou-Charentes, le département de la Charente-Maritime.

La Rochelle et ses ports

  • 7 La meilleure synthèse sur l’histoire de La Rochelle demeure l’ouvrage collectif rédigé sous la dir (...)

7En ce début du xxie siècle, la particularité de la ville-port de La Rochelle est de bénéficier de l’existence de quatre espaces portuaires, quatre ports. Ces espaces ont été créés à des moments très différents de l’histoire de la ville. C’est autour du havre d’échouage, port historique qualifié aujourd’hui de « vieux port », enserré dans ses trois célèbres tours, la tour de la Chaîne, la tour Saint-Nicolas et la tour de la Lanterne, que s’est construite la ville depuis le Moyen Âge. En un siècle, de la fin du xixe siècle à la fin du xxe siècle, trois nouveaux espaces portuaires ont été créés. Le port de commerce de La Pallice a été inauguré en 1890 ; le port de plaisance des Minimes s’est ouvert à la navigation en 1971 et le port de pêche a été transféré du « bassin des chalutiers » en centre-ville à La Pallice-Chef de Baie en 19947.

8En fait, jusqu’au milieu du xixe siècle, le seul port existant, le port historique, cumulait deux fonctions principales : celle de port de commerce, avec transport de marchandises et de voyageurs y compris outremer, et celle de port de pêche. Une première extension avait été réalisée en 1808, à partir du havre d’échouage, avec l’ouverture d’un bassin à flot intérieur. Une extension significative eut lieu en 1862 avec la mise en service d’un bassin à flot extérieur. Une trentaine d’années plus tard, la fonction commerciale de cet ensemble portuaire de La Rochelle-ville fut transférée à La Pallice. Le bassin à flot extérieur se trouva donc surtout réservé aux activités de pêche et devint ainsi le « bassin des chalutiers ». En dépit de différentes crises, les activités de la pêche, notamment hauturière, furent marquées par une expansion notable : La Rochelle ne devint-elle pas le deuxième port de pêche français dans les années vingt ?

9Dès lors, le développement des activités de pêche impliqua de nouveaux travaux : outre l’agrandissement de ce « bassin des chalutiers » et la construction de cinq grandes pêcheries dès les années vingt, les années cinquante firent l’objet de travaux d’envergure avec la construction d’une nouvelle halle à marée et de locaux de mareyeurs, dénommés « l’Encan », ainsi que des quais routiers et ferroviaires pour l’expédition du poisson.

10Ce « nouvel Encan » remplaçait donc le marché aux poissons traditionnel ouvert en 1847, proche du havre d’échouage, dans le périmètre du port historique, sur l’emplacement d’un ancien couvent, le Couvent des Carmes, réédifié dans la seconde moitié du xviie siècle et abandonné par les religieux en 1791. Reconstruit en 1896, ce marché aux poissons, qui avait conservé du couvent l’entrée de la chapelle surmontée d’une coquille, était alors considéré comme une réussite. Symbole de la renommée des activités de pêche, la réputation de la ville n’avait-elle pas été consacrée par l’obtention d’une médaille d’or à l’exposition internationale de la pêche à Bergen, en Norvège, en 1898, pour les dessins et photographies exposés de cette halle aux poissons ? Cinquante ans plus tard, les impératifs de modernité aidant, l’encan était donc transféré à proximité du bassin à flot extérieur.

11Ainsi, ce « bassin des chalutiers » constituait bien, dans les années cinquante-soixante, le cœur de cet ensemble portuaire de La Rochelle-Ville/Ville en Bois/Marais perdu. Mais ses activités périclitèrent à partir des années soixante-dix en raison du déclin sensible de la pêche. Après avoir été au cœur du développement de la ville, l’ensemble portuaire, c’est-à-dire le « vieux port » et le bassin à flot intérieur dans les années soixante-dix et le bassin à flot extérieur, le « bassin des chalutiers » dans les années quatre-vingt-dix, ne jouant plus leur rôle dynamique d’entraînement, risquait de transformer en une gigantesque friche portuaire le cœur même de la cité. Deux opérations de revitalisation ont permis à la ville de surmonter ce risque.

Carte 3. La Rochelle et ses ports

Carte 3. La Rochelle et ses ports

La réappropriation d’une première friche portuaire (1970-1980) : le site du « vieux port »

12La première opération eut lieu au tournant des années 1970-1980. Ce fut une réappropriation du « vieux port » et du bassin à flot intérieur facilitée par la dynamisation d’activités culturelles concernant le développement du spectacle vivant et la valorisation du patrimoine historique.

13Le choix d’implanter une Maison de la Culture à La Rochelle, conformément à la politique mise en place par André Malraux, constitua un des éléments clés de cette réappropriation. Le concours d’architecte pour la conception et la réalisation de cette Maison de la Culture en 1979 a permis de réhabiliter l’ancienne halle à marée, héritée des bâtiments conservés du Couvent des Carmes. Même si ce bâtiment avait été transformé en salle des sports à partir des années cinquante à la suite du transfert des activités du marché aux poissons vers le « nouvel Encan » à proximité du « bassin des chalutiers », ce fut bien l’implantation de la Maison de la Culture qui devint l’élément catalyseur de la réappropriation du site historique. Engagés en 1979, les travaux de démolition et de construction de la Maison de la Culture furent achevés trois ans plus tard. La Maison de la Culture dont la façade ornée de la coquille Saint-Jacques de l’entrée de la chapelle et le cloître de l’ancien couvent avaient été conservés, fut inaugurée par le ministre de la Culture, Jack Lang, en février 1982. Le grand équipement culturel de la ville installé dans ce bâtiment qui avait connu l’heure de gloire de la pêche, constitua bien un transfert de mémoire permettant à ses habitants de se réapproprier le « vieux port ».

14L’implantation de cet équipement culturel dans ce bâtiment de mémoire trouva dans l’environnement du patrimoine historique de la ville constitué par la proximité des trois tours un complément idéal. Devenues depuis 1879 des édifices classés au titre des monuments historiques, les tours médiévales de Saint-Nicolas, de la Chaîne et de la Lanterne, sous l’impulsion de la Caisse nationale des monuments historiques et des sites (CNMHS), bénéficièrent alors de l’élan patrimonial marqué notamment par la mise en place des secteurs sauvegardés (1962), des spectaculaires manifestations organisées autour de l’année du patrimoine en 1980 et du label des villes d’art et d’histoire. Le chantier de construction navale et les bâtiments d’armement établis depuis la seconde moitié du xviiie siècle au pied de la tour de la Lanterne furent démolis en 1973.

15La création d’un grand équipement culturel, la Maison de la Culture, devenue Scène nationale/La Coursive en 1990, et la valorisation du patrimoine historique des tours avaient bien aidé le « vieux port » à retrouver une nouvelle vie animée par de multiples commerces environnants, susceptibles de satisfaire aux besoins de consommation de la population et… des touristes.

La réappropriation d’une deuxième friche portuaire (1994-2008) : l’« Espace Encan », du bassin des chalutiers à l’Aventure de la Mer et des Océans

16La deuxième opération de revitalisation est encore en cours de réalisation. Elle n’a pu être initiée qu’en 1994, à partir du transfert des activités de pêche du « bassin des chalutiers » et de la deuxième halle à marée (l’encan des années cinquante) vers l’ensemble portuaire de La Pallice-Chef de Baie. Elle est partie prenante d’un grand projet d’urbanisme permettant de relier, de part et d’autre du « Marais perdu », le port historique, le « vieux port », au port de plaisance des Minimes inauguré en 1971. Dans ce cadre, la réappropriation du bassin à flot extérieur devient l’enjeu de la revitalisation de la deuxième friche portuaire autour de l’ » Espace Encan » et de ses trois équipements lourds : le Grand Aquarium, l’Espace congrès et le musée maritime qui symbolisent l’Aventure de la Mer et des Océans. L’ » Espace Encan » devient aussi, en quelque sorte, la porte qui ouvre la ville et le « vieux port » à un nouveau quartier maritime s’étendant aujourd’hui en continu de l’ancien « bassin des chalutiers » jusqu’au port de plaisance des Minimes, ses ensembles résidentiels et sa nouvelle plage. L’aménagement de ce vaste territoire s’est réalisé de façon progressive et ses différentes réalisations se sont imbriquées dans cette zone d’expansion de la ville en une trentaine d’années.

17En 1971, entre le « bassin des chalutiers » et le port de plaisance s’étendait un vaste espace d’activités annexes de la pêche composé du quartier du Gabut, de la Ville en bois et du « Marais perdu ». La Ville en bois connaissait alors son lot d’ateliers d’armement et de réparation navale, de hangars et de magasins à bois, d’usines et de baraquements divers alors que le quartier du Gabut annonçait les activités de pêche du « bassin des chalutiers » à partir de la ville. Dans les années quatre-vingt un projet d’urbanisme alors assez controversé permit de rénover ce quartier du Gabut pour l’adapter au réaménagement du « vieux port » et établir une perspective d’ensemble tournée vers le bassin à flot intérieur. En direction des Minimes, une vaste zone incluant le « Marais perdu » connaissait aussi de son côté ses premiers aménagements à partir notamment de la construction d’un premier ensemble universitaire autour de l’IUT et de différentes écoles de statut privé d’enseignement supérieur, d’un lycée hôtelier, du bâtiment des Archives départementales, du bâtiment du Technoforum mais aussi d’un vaste camping, tourisme oblige. Cette transformation connaît un nouvel élan aujourd’hui avec l’édification de l’ensemble résidentiel de la Porte Océane, les implantations des bâtiments de la nouvelle université créée en 1993 (sciences et droit) et les résidences universitaires, le transfert du siège du Conseil général de la Charente-Maritime…

18Mais ce ne fut que dans les années quatre-vingt-dix que la transformation de la Ville en bois a pu se réaliser avec le transfert de la bibliothèque municipale devenue une nouvelle médiathèque qui jouxte la bibliothèque universitaire, la construction de la faculté des lettres, langues, arts et sciences humaines, l’aménagement d’un nouveau plateau nautique destiné désormais à l’accueil et à la réparation navale des grands yachts et la réalisation de logements résidentiels et de commerce sur l’ancien quai ouest du « bassin des chalutiers ». C’est pour assurer une continuité entre le « vieux port » réaménagé et cette nouvelle zone d’urbanisation allant jusqu’au port de plaisance des Minimes que l’aménagement du quai est de l’ancien « bassin des chalutiers » devient actuellement un enjeu essentiel pour la ville : l’ » Espace Encan, Aventure de la Mer et des Océans », symbolise la revitalisation de cette deuxième friche portuaire.

  • 8 Claude Chaline, La Régénération urbaine, Paris, PUF, 1999, p. 71.

19Le transfert des activités de pêche en 1994 risquait de transformer en friche l’Encan du « bassin des chalutiers ». Afin de compenser le traumatisme social qui en résultait, une première opération fut engagée dès 1995 avec l’implantation, sur une partie du site de l’Encan, d’un musée maritime de statut associatif qui avait été créé en 1988. Mais le projet de revitalisation de l’ » Espace Encan » n’est véritablement apparu aux yeux de la population rochelaise que dans les années 2000 avec l’identification de l’ensemble des trois équipements renouvelant l’image du patrimoine maritime : un aquarium, un centre de congrès et le musée maritime. De fait, un tel ensemble n’est pas sans faire penser, avec une certaine similitude, à ces projets de reconquête des fronts d’eau urbain (waterfronts) qui ont marqué les opérations d’urbanisme aux États-Unis dans les années 1970-1980 et ont fait la preuve de leur efficacité en substituant aux activités portuaires un ensemble composé d’un « secteur marchand, ludique voire culturel8 ».

20Le Grand aquarium a ouvert ses portes en décembre 2000, sous l’impulsion d’une entreprise privée réputée dans la construction des aquariums dans différents pays. Il attire depuis, chaque année, un nombre impressionnant de visiteurs (850 000). En fait, cette même entreprise possédait déjà un aquarium implanté sur le site des Minimes mais son transfert vers l’ » Espace Encan » a conduit le flux touristique majeur des visiteurs vers le centre-ville et assure désormais une liaison avec le « vieux port ».

21Un nouveau Centre des congrès, en plus de celui existant sur le site des Minimes, a été aménagé dans cet « Espace Encan » en 2003-2004. À la fois centre de congrès, de salons et d’expositions représentant plus de 10 000 mètres carrés d’espaces polyvalents, cet Espace congrès de l’ » Espace Encan » dispose d’un auditorium de 800 places.

22Enfin, le musée maritime lui-même est en cours de restructuration dans le cadre d’un nouveau statut d’Établissement public administratif. Ses travaux, financés dans le cadre du contrat de plan État-régions, devraient permettre à l’espace public d’être au coeur du dispositif de la revitalisation de cette friche. Le projet du musée qui devrait être inauguré en 2007- 2008 doit devenir l’image phare de l’identification de cette « Aventure de la Mer et des Océans » en développant une muséographie « moderne » originale autour de trois pôles : un pôle « Océan », situé dans l’ancienne halle à marée, consacré à l’évocation de la navigation, de la pêche et des forces naturelles en mouvement représenté par une exposition spectacle ; un pôle « vie à bord » autour d’un ensemble de navires à quai « classés » à l’inventaire du patrimoine maritime dont l’ancien navire météorologique, baptisé le France 1. Un troisième pôle, le pôle « entretien de navires », doit être constitué autour du slipway, ce plan incliné, installé par les Allemands pendant la seconde guerre mondiale et destiné à mettre à l’eau des navires, qui était devenu une des pièces maîtresses de la vie du « bassin des chalutiers ». Il doit rassembler hangar à bateaux, ateliers couverts et zone de travail en plein air pour associer le public à cet ensemble muséographique. De la réussite de ce projet, dépend le renouvellement de l’identité maritime de la ville-port.

23Certes, d’autres opérations d’urbanisme et de revitalisation de friches ne manqueront pas d’être entreprises au-delà de 2008. Par exemple, une continuité de la revitalisation de l’ » Espace Encan-Aventure de la Mer et des Océans » devrait s’engager autour du réaménagement d’une zone urbaine autour de la gare SNCF. D’autre part, le prolongement du port de plaisance des Minimes sera associé à l’extension de la ville d’Aytré dans le cadre de la Communauté d’agglomération. Enfin, la revitalisation de la base sous-marine de La Pallice, héritée de la seconde guerre mondiale, commence à faire l’objet d’une réflexion de l’aménagement du site intégrant le port de commerce, le nouveau port de pêche et le quartier de Laleu. Les villes de Saint-Nazaire, Lorient et Bordeaux ne sont-elles pas déjà confrontées à ce processus de réappropriation de « leur » base sous-marine ? La matière vivante de régénération des villes-ports est bien inépuisable.

24On peut ainsi mesurer, avec cette présentation du cas rochelais, combien la réappropriation des friches portuaires donne à tout projet de revitalisation des fronts d’eau dans un espace urbain, c’est-à-dire la « ville-port », une expérience de laboratoire entre la valorisation du patrimoine et le développement local. Ne pourrait-on trouver, dans cette perspective, meilleur exemple d’utilité du travail de l’historien confronté au dialogue entre le passé et le présent, susceptible de faire l’objet de recherches fructueuses ?

Notes

2 Les universités d’été du patrimoine ont été organisées chaque année depuis 1998 à partir d’une politique de coopération décentralisée de relations internationales entre la Région Poitou-Charentes et le Québec notamment l’Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ). Elle a permis aux universités de Montréal, de Poitiers et de La Rochelle de s’engager dans des réflexions communes sur des questions de valorisation du patrimoine auxquelles plusieurs universitaires de La Rochelle et de Poitiers dont Dominique Guillemet ont étroitement participé. Outre les différents rapports établis lors de chacune de ces réunions, on consultera sur ce point les articles d’Olivier Laruelle, « Poitou- Charentes/Québec : une relation historique, une coopération au quotidien », p. 369-373, de Jean-René Defaye avec la collaboration de Christian Cormier et Dominique Guillemet, « La coopération entre l’université de Poitiers et le continent nord-américain », p. 369-378 et de Guy Martiniere, « D’un rivage à l’autre, la coopération de l’université de La Rochelle avec le continent nord-américain », p. 379-382, dans Mickaël Augeron et Dominique Guillemet (dir.), Champlain et les portes du Nouveau Monde. Cinq siècles d’échanges entre le Centre-Ouest français et l’Amérique du Nord, La Crèche, Geste éditions, 2004.

3 Colloque international de Nantes organisé les 10, 11 et 12 mars 2005 dans le cadre de Cultur Art de l’Arc atlantique : « L’après-friche. Les friches portuaires, projets culturels, développement urbain », actes à paraître. On consultera à ce propos les articles p. 26-36, de la Revue Urbanisme, n° 341, mars-avril 2005. Les étudiants du DESS « Développement culturel de la ville », créé en 1999 ont réalisé dans la perspective de l’organisation de ce colloque, sous la direction de Jean-Louis Bonnin, Louis Marrou et Guy Martinière, des dossiers d’études de terrain sur les villesports de Lisbonne, Anvers, Bilbao, Glasgow et bien sûr La Rochelle, Bordeaux, Nantes et Saint-Nazaire. On consultera Louis Marrou (dir.), Mirer Lisbonne, La Rochelle, Les Cahiers du lusotope, 2003.

4 Michel Cantal-Dupart et Claude Chaline, Le Port cadre de ville, Paris, L’Harmattan, 1993.

5 Fabrice Lextrait, Une Nouvelle époque de l’action culturelle, Paris, La Documentation Française, 2001.

6 Parmi les très nombreux travaux sur la valorisation du patrimoine, on se limitera à mentionner les ouvrages classiques de Jean-Yves Andrieux, Patrimoine et histoire, Paris, Belin, 1997 ; François Choay, L’Allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 1992 ; Jean-Michel Leniaud, Le Patrimoine : l’affaire de tous, Paris, Norma, 2001, et bien sûr Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1997. On tiendra compte aussi des ouvrages de Patrice Beghain, Le Patrimoine : culture et lien social, Paris, Presses de Sciences Po, 1998 ; de Régis Debray (dir.), L’Abus monumental, Paris, Ed. du patrimoine, Fayard, 1999 et Françoise Peron, Le Patrimoine maritime, Rennes, PUR, 2002.

7 La meilleure synthèse sur l’histoire de La Rochelle demeure l’ouvrage collectif rédigé sous la direction de Marcel Delafosse, Histoire de La Rochelle, Toulouse, Privat, 1991 (nouvelle édition). Pour mieux connaître les activités portuaires, on consultera de Jean-Claude Menu, La Rochelle, deux nouveaux ports, deux destins, La Crèche, Geste éditions, 2002 et le livret, coédité par les Archives municipales et la Chambre de commerce et d’industrie de La Rochelle, La Pêche à La Rochelle, des Carmes à Chef de Baie, La Rochelle, s.d.

8 Claude Chaline, La Régénération urbaine, Paris, PUF, 1999, p. 71.

Notes de fin

1 Professeur d’histoire contemporaine, doyen de la faculté des lettres, langues, arts et sciences humaines, université de La Rochelle.

Table des illustrations

Titre Carte 3. La Rochelle et ses ports
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20435/img-1.png
Fichier image/png, 528k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540