Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Histoire et représentations du littoral

Un tour de quai pour l’histoire

François Chappé

Texte intégral

  • 1 Maître de conférences d’histoire contemporaine, université de Bretagne-Sud.

1Note portant sur l'auteur1

  • 2 Même mon vieil ami Yvon Huchet du Guermeur, immense connaisseur de Paimpol, qui a à son actif au m (...)
  • 3 Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Le Seuil, 1971, p. 23.

2« Faire son tour de quai » est un rite qu’accomplissent fréquemment les vieux Paimpolais et les touristes éclairés (carte 1 page suivante). Les ethnologues ou les sociologues qui entreprendraient de l’interpréter auraient bien du mal à identifier la variété des bénéfices escomptés par ces arpenteurs de quai depuis le plaisir pur de la promenade aérée jusqu’au suivi des travaux en cours en passant par la satisfaction venimeuse de vérifier « quelle connerie a encore fait la mairie », la respiration d’une bouffée de nostalgie ou l’espoir plus ou moins avoué de rencontrer un copain pour aller boire un coup. N’appartenant à aucun de ces deux corps de savants, nous nous proposons modestement de commenter notre propre tour de quai en une libre méditation dont la conduite sera orientée autour de la notion de trace en espérant limiter le caractère nécessairement empirique des concepts de paysage et d’identité portuaires par les exigences des activités historienne et patrimoniale. La méthode pour faire un bon tour de quai n’existe pas2. Modeste écho de la stimulante affirmation de Paul Veyne : « Il n’y a pas plus de méthode de l’histoire qu’il n’en existe de l’ethnographie ou de l’art du voyage3 », ce propos rappelle que l’ensemble des traces que constituent les quais de Paimpol peut être regardé, appréhendé, interrogé de mille manières sans qu’aucune méthode scientifique ne dirige cette considération.

  • 4 Cette continuité pose le problème de la définition des limites des quais de Paimpol. Nous avons ch (...)

3Seulement deux certitudes guident notre tour de quai. Le paysage portuaire ne s’offre pas à la vue du promeneur comme une donnée objective. Il est construit par le regard cultivé de ce dernier. Ainsi nous pouvons effectuer notre tour de quai en irréductible gauchiste « voyant » dans les maisons d’armateurs bordant le quai Morand ou dans les bateaux de plaisance mouillés dans les bassins les signes d’une insupportable inégalité sociale ou au contraire en citoyen gestionnaire satisfait de l’attractivité touristique de ces beaux bâtiments hôteliers et des droits d’amarrage aux pontons que recueille la municipalité. Nous pouvons encore faire notre tour de quai en urbaniste attentif à la qualité du front de port aménagé sur les quais Duguay-Trouin et Morand, en citoyen sensible à l’offre de logements sociaux, en particulier les HLM du champ de foire avec vue sur la baie de Paimpol, en hédoniste comblé par la qualité des terrasses de cafés (quai de Kernoa, Duguay-Trouin, Morand), en esthète Maître de conférences d’histoire contemporaine, université de Bretagne-Sud. embrassant d’un même regard bassins à flot et baie de Paimpol4. À l’occasion de la Fête du chant de marin, celle d’août 2005 par exemple, nous pouvons nous immerger dans ce splendide « son et lumière » qui illumine les quais ou maugréer notre solidarité avec les riverains qui pendant deux nuits ont du mal à dormir. Ce sont nos attentes condensées dans nos regards qui créent ce paysage portuaire. Certes, les quais de Paimpol sont faits de données objectives : l’eau des bassins, la masse palpable et visible des bâtiments, les mouvements de l’écluse mais nul ne peut définir un lien objectif entre ces divers éléments. Il est possible de « connaître » les fonctions économiques, urbanistiques, touristiques… du port de Paimpol, d’en vérifier les effets après avoir cerné les intentions des inventeurs de ces fonctions mais ces dernières ne se donnent jamais en spectacle, elles ne sont pas « en elles-mêmes » observables.

Carte 2. Les quais de Paimpol

Carte 2. Les quais de Paimpol
  • 5 « Le quai de Paimpol […] était plein de monde […]. Et il se passait des choses sauvages… », Pêcheu (...)

4Il nous faut cependant revenir sur ce concept de données objectives sur lesquelles l’historien ne peut pas faire l’impasse. Le promeneur qui adopte la posture de l’historien gagne une deuxième certitude. Si les quais de Paimpol peuvent être considérés de mille manières, ils sont la trace objective des intentions économiques des armateurs paimpolais à la grande pêche à la morue en Islande (1852-1935) qui ont fait creuser ces deux bassins entre 1880 et 1884 puis entre 1894 et 1902. Nul ne peut contester que pendant toute la période « islandaise avec quais » (1884-1935) ces derniers furent un lieu social, économique et un espace d’angoisse ainsi que l’a magistralement suggéré P. Loti5. Ces « faits » que l’historien peut établir, preuves à l’appui, ne doivent cependant pas lui monter au cerveau. Il reste en butte à trois réalités contrariantes.

  • 6 Deux bonnes exceptions confirment la règle : M. Chauou, Le Port de Paimpol de 1935 à nos jours, 19 (...)
  • 7 Ce bâtiment abrite aujourd’hui une base des Glénans. L’École nationale de la Marine marchande (dit (...)

5Le passé ne se recompose pas sous la volonté totalisante de l’historien. Il n’émerge, par bribes, qu’en fonction de la capacité aléatoire de ce dernier à en interroger les traces. Or, la science du questionnaire n’existe pas. Ainsi faute de « charisme », la période de 1935-1970 a suscité peu d’études6. Si les quais de Paimpol sont perçus collectivement comme un ensemble spatial et paysager, l’historien affronte son hétérogénéité historique. L’école Saint-Joseph relève de l’histoire scolaire et idéologique. La salle des fêtes est un « lieu de mémoire politique ». Le regard posé sur les quais de Paimpol dévoile plusieurs types de « maritimité ». L’ancienne École d’Hydro7 signale une activité marchande au long cours, l’Agence maritime de l’Ouest suggère le cabotage et le tramping tandis que les bateaux de plaisance illustrent la maritimité contemporaine dominante à Paimpol.

  • 8 À propos du café Tressoleur, situé à 30 mètres des quais : « Ces vieux murs ont entendu vibrer bie (...)
  • 9 MgrKerleveo, Paimpol au temps d’Islande, Chroniques sociales de France, 1944, T. I, p. 162.

6Troisième contrainte, la nécessaire prise en compte du passé sans ou avec peu de traces. Des générations de Paimpolais ont vécu ou séjourné sur les quais, dans les bistrots au temps d’Islande dont on sait que l’atmosphère y était chaude8. On ne peut qu’imaginer les bruits dont les quais résonnaient au temps d’Islande : « toute la ville résonne des bruits des chantiers et des coups de marteau des calfats dont les oreilles paimpolaises se rappellent encore la cadence9 ».Du temps de la vieille Hydro, les bistrots-restaurants servaient de restaurant universitaire aux candidats (sur les quais : l’Hôtel-restaurant P. Loti), efficaces animateurs de la ville ne serait-ce que par les convoitises conjugales qu’ils suscitaient. L’historien ne dispose que de peu de « traces » de cette période et doit s’accrocher à l’idée que le passé a une réalité en dehors de sa transcription par l’histoire.

  • 10 La municipalité paimpolaise a opportunément baptisé le bout de la jetée Est, « Môle Jean Kerlévéo  (...)
  • 11 Du nom de « l’inventeur » de la pêche paimpolaise en Islande.
  • 12 Les élèves de Fr. Cabloc’h à l’école Gabriel Le Bras ont réalisé un très bon travail consacré aux (...)

7Mgr Kerlévéo dans son incontournable somme10 se plaignait en 1944 du peu de références toponymiques à l’époque « islandaise ». Elles se sont depuis multipliées : en plus du quai Loti, baptisé du vivant de l’auteur (1891), on remarque le quai Morand11, la rue des Islandais, la rue des Goëlettes, la rue Alfred de Courcy (bienfaiteur des marins)12. Aucun signe de « patrimonalisation » de la période de l’Hydro n’apparaît.

  • 13 « De ce que l’histoire n’a pas de méthode spécifique, il ne résulte pas, en effet, qu’elle n’a pas (...)

8La tentation est forte de distinguer l’interrogation rigoureuse de la trace du passé et la vérification méthodique13 des réponses de sa promotion en bien constitutif d’un patrimoine. Fonctionneraient ainsi deux circuits parallèles, celui de la rigueur historienne corrigeant en permanence les approximations de la mémoire spontanée, subjective, nostalgique, celui de la liberté patrimoniale exclusivement préoccupée par les plaisirs que procurent la mémoire partagée, le lien identitaire, l’amour de la propriété. Ainsi on distinguerait un arpenteur des quais uniquement soucieux de vérifier traces « de quoi » (de quel passé, de quel présent ?) sont les divers éléments constituant les quais de Paimpol (sas, écluses, bâtiments, chantier naval…) d’un promeneur sensible à toutes les potentialités poétiques, nostalgiques contenues dans ces mêmes traces.

  • 14 Célèbre sentence de L. Ranke dont A. Prost a raison d’affirmer qu’elle « reste d’actualité […] dan (...)

9Cette distinction nous semble fallacieuse. Ces deux activités sont soumises à l’éthique supérieure de la recherche de la vérité. La mutation d’une trace en « bien » ne dispense pas l’auteur de cette promotion de respecter la contextualisation de la création de la trace. L’activité patrimoniale n’est qu’une modalité de l’activité historienne. Elle s’en distingue par une illusion d’autonomie, par une pédagogie différente souvent orientée vers l’objet matériel et en appelant plus à des dispositions affectives ou sensibles qu’au raisonnement critique du spectateur, par un souci identitaire affirmé. Il n’en reste pas moins que si la mémoire est une matrice commune des activités historienne et patrimoniale, elle doit être dans les deux circuits corrigée par l’exigence supérieure de la vérité de « montrer comment les choses ont vraiment été14 ».

10L’historien surplombe l’activité patrimoniale. C’est lui qui, à Paimpol, transforme la mémoire dite collective en objet d’histoire, qui en établit la genèse, qui analyse le processus de patrimonalisation ou de dépatrimonalisation des traces du passé paimpolais (changements ou pérennisation des noms de cafés : Hôtel-restaurant Loti transformé en Quai Ouest, maintien de leur enseigne, « Café restaurant du port », « Bar des chalutiers »). Rappelons que cette maîtrise de la manœuvre procède de la supériorité éthique de la raison d’être de l’historien : chercher la vérité et non de la disposition d’une méthode scientifique. Rappel qui conduit à une double invitation.

  • 15 Sauf l’école Saint-Joseph.
  • 16 Sauf les bistrots qui sont à notre sens des commerces généralistes.

11Invitation à une extrême prudence en matière de « définition » d’une identité : les quais de Paimpol ne sont pas tout Paimpol, tout Paimpol n’est pas sur ses quais ; les fonctions administratives (Mairie, Hôtel des Impôts) culturelles et spirituelles (Église, bibliothèque, écoles15), commerciales (grandes surfaces, commerce spécialisés16), économiques (zones industrielle, artisanale, gare) sont ailleurs. L’identité de Paimpol résulte d’une double tension permanente entre le souhait de durer en l’état et l’inéluctable exigence du changement, entre les regards des Paimpolais sur eux-mêmes et ceux portés par l’extérieur.

12La prise en compte du concept de fécondité nous semble déterminant. La « richesse » d’un site s’accroît en fonction des questions qui lui sont posées, son passé « s’étoffe » par ce que P. Veyne appelle « l’allongement du questionnaire », son présent se dilate en fonction de la variété et de la pertinence des réponses formulées.

13Ainsi, mon vieil ami Yvon Huchet n’écrira jamais un guide du tour de quai, les récits qu’il en propose sont cependant une belle leçon permanente d’histoire et de curiosité civique dans laquelle ne s’excluent nullement impérieux sentiment d’appartenance, souci érudit et plaisir de la composition permanente d’un paysage.

Notes

2 Même mon vieil ami Yvon Huchet du Guermeur, immense connaisseur de Paimpol, qui a à son actif au moins 6000 tours de quai ne peut en proposer une. Il est cependant porteur d’un concept qui sera commenté en toute fin de propos.

3 Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Le Seuil, 1971, p. 23.

4 Cette continuité pose le problème de la définition des limites des quais de Paimpol. Nous avons choisi d’y inclure la baie de Paimpol sans laquelle les bassins n’existeraient pas. C’est pourquoi nous considérons que le champ de foire longeant la baie fait partie du site « quais de Paimpol ».

5 « Le quai de Paimpol […] était plein de monde […]. Et il se passait des choses sauvages… », Pêcheur d’Islande.

6 Deux bonnes exceptions confirment la règle : M. Chauou, Le Port de Paimpol de 1935 à nos jours, 1964 et Raoul Piboubes, Le Port de Paimpol, 1958.

7 Ce bâtiment abrite aujourd’hui une base des Glénans. L’École nationale de la Marine marchande (dite école d’Hydro) formait les futurs officiers (dits les candidats). En 1963, l’école s’installa dans des locaux neufs à Poulgoïc, eux-mêmes fermés en 1986.

8 À propos du café Tressoleur, situé à 30 mètres des quais : « Ces vieux murs ont entendu vibrer bien des chants puissants de matelots, ont vu s’épanouir bien des gaietés lourdes et sauvages », Pêcheur d’Islande.

9 Mgr Kerleveo, Paimpol au temps d’Islande, Chroniques sociales de France, 1944, T. I, p. 162.

10 La municipalité paimpolaise a opportunément baptisé le bout de la jetée Est, « Môle Jean Kerlévéo ».

11 Du nom de « l’inventeur » de la pêche paimpolaise en Islande.

12 Les élèves de Fr. Cabloc’h à l’école Gabriel Le Bras ont réalisé un très bon travail consacré aux rues de Paimpol. Pref. A. C. Ballini, 2005.

13 « De ce que l’histoire n’a pas de méthode spécifique, il ne résulte pas, en effet, qu’elle n’a pas de méthode. », Antoine Prost, Douze leçons pour l’histoire, Paris, Le Seuil, 1996, p. 289.

14 Célèbre sentence de L. Ranke dont A. Prost a raison d’affirmer qu’elle « reste d’actualité […] dans son contexte », op. cit., Paris, Le Seuil, 1996, p. 289.

15 Sauf l’école Saint-Joseph.

16 Sauf les bistrots qui sont à notre sens des commerces généralistes.

Notes de fin

1 Maître de conférences d’histoire contemporaine, université de Bretagne-Sud.

Table des illustrations

Titre Carte 2. Les quais de Paimpol
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20434/img-1.png
Fichier image/png, 109k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540