Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Histoire et représentations du littoral

Les usages de l’estran en Saintonge maritime (1860-1900)

Thierry Sauzeau

Volltext

  • 1 Maître de conférences d’histoire moderne, université de Poitiers-GERHICO.

1Note portant sur l'auteur1

  • 2 Alain Contis, « Gens de mer du quartier de Blaye vers le milieu du xviiie siècle », Cahiers de l’E (...)
  • 3 Thierry Sauzeau, Les Marins de la Seudre (xviiie-xixe siècle), du sel charentais au sucre antillai (...)
  • 4 Jacques Peret, Naufrages et pilleurs d’épaves sur les côtes charentaises aux xviie et xviiie siècl (...)
  • 5 SHM-Rochefort, 4° 224 les arrêtés ministériels de concessions (1911) s’ouvraient sur la référence (...)
  • 6 Dominique Guillemet, « Du littoral du Centre-Ouest comme espace, limite, frontière : quelques élém (...)
  • 7 Thierry Sauzeau, « Du sel à l’ostréiculture, la mutation économique de l’estuaire de la Seudre (xv (...)
  • 8 Nicolas Bourguinat, « L’État et les violences frumentaires en France sous la Restauration et la Mo (...)
  • 9 Jeanine Le Bihan, « La naissance de l’ostréiculture dans le golfe du Morbihan : pluriactivité ou m (...)
  • 10 Jacques Barthou, « Un siècle d’activités ostréicoles à l’embouchure et dans l’estuaire de la Giron (...)
  • 11 SHM-Rochefort 10 P 8-1.
  • 12 Une « guerre des huîtres » oppose ainsi les gens du Maryland à leurs voisins. M. Leffler, « Oyster (...)
  • 13 Yves Delmas, « La naissance des bains de mer à Royan », Cahiers de l’Estuaire, n° 2, p. 113-122.

2Entre Saint-Palais et Mortagne, sur la côte de Beauté, la nature des liens entre les gens de la côte et l’estuaire nous échappe en grande partie. Du Blayais2 ou de la Seudre3, les marins n’étaient pas les seuls à « aller à la côte ». Les liasses des Amirautés mettent souvent en scène l’aubaine d’un naufrage, attirant sur l’estran le petit peuple des grèves. Excuse banale, la pêche à pied figurait toujours en bonne place parmi les justifications des pilleurs4. Ces cueillettes, tues par les archives, étaient essentielles. À partir du xvie siècle, on a cherché à les réglementer5, pour faire passer la côte d’un écosystème ouvert à la prédation — dans le respect des droits seigneuriaux — à un géosystème aménagé. L’État royal se proposait de régler par la loi, les conflits6 entre les pratiques traditionnelles et professionnelles, entre subsistance et commerce, entre pêcheurs à pied et marins. Les coquillages assuraient la sécurité alimentaire des riverains mais aussi des marchés urbains du littoral. Aussi les règles étaient-elles rappelées avec force après chaque crise. À la misère de la fin du règne de Louis XIV, répond la vaste enquête du Commissaire des Pêches Le Masson du Parc, dans les années 1720. Napoléon, laisse la France exsangue en 1815, la Restauration réagit énergiquement pour protéger la ressource7. Le xixe siècle a vu une progressive nationalisation de la côte. De la complexité des arbitrages entre autorités municipales, préfectorales et maritimes8, la Marine allait triompher. L’estran devenu monopole national était loti en concessions par les lois de 1852 et 1853, distribué en priorité aux familles de marins. C’est sous Napoléon III qu’intervient « l’émergence de l’activité ostréicole9 » sur le littoral atlantique. Dans l’estuaire de la Gironde, les platins vaseux de la rive gauche ont subi une vraie colonisation10. Rive droite en revanche, un simple cahier11 a suffi pour coucher les noms des concessionnaires de l’estran à partir de 1860. Les résistances n’ont pas été plus fortes12 et le savoir faire ou le capital n’ont pas fait défaut à Royan plus qu’ailleurs. Néanmoins, le lotissement de l’estran a connu ici des modalités particulières, autant liées aux contraintes du milieu qu’aux débuts du tourisme balnéaire13. Dans le Quartier de Royan les ultimes décennies du xixe siècle offrent une vision dynamique des usages de l’estran. La description des installations autorisées permet leur étude ethnographique. La géographie de leur emprise sur le milieu, en deçà ou au-delà du trait de côte ouvre aussi sur une sociologie des titulaires de concessions, des gens de l’estran.

L’estran occupé

  • 14 Victor Coste, Voyage sur le littoral de la France et de l’Italie, Paris, 1861.

3Les registres de pêcheries dissimulent sous leur appellation deux familles de concessions : les ouvrages halieutiques et ceux consacrés à l’ostréiculture, invention14 des années 1860.

Écluses et courtines : la prédation

  • 15 Roger Bithonneau, Christian Morisset, « Les écluses à poissons de l’île d’Oléron », Cahiers d’Olér (...)

4Quatorze « bas-parcs » ont été concédés, mais leur usage était sans doute plus ancien. Le principe en est simple : retenir à marée basse, le poisson qui a suivi le flot. La forme en était variable, « demi-circulaire » pour les 3 plus anciens, 8 autres « en équerre » et de forme irrégulière pour le reste. Les 5 plus anciens s’inscrivaient dans un rectangle de 30 x 80 m. Les plus récents étaient deux fois plus vastes (70 x 150 m). Les pièges demi-circulaires évoquent les écluses à poissons, implantés qu’ils étaient sur les roches de Vallière, à l’est de Royan. Ces installations étaient plus petites et moins nombreuses qu’à Ré ou Oléron et n’étaient détenues que par un seul concessionnaire15. Les ouvrages plus vastes sont appelés « bas-parc ou courtine ». Il s’agissait de filets tendus entre des pieux plantés en équerre pour piéger le poisson au jusant. Ceux qu’on appellerait volontiers courtineurs payaient une redevance de 5 à 6 F à la Marine. Ces concessions devaient laisser les pêcheurs « libres de circuler sur l’emplacement occupé et d’embarquer les coquillages, sables, graviers et goëmons ». Ces pêcheries ne devaient pas se gêner mutuellement. L’entretien consistait à ne pas entraver le flux de marée, pour les « bas-parcs placés les uns au-dessous des autres sur une même ligne droite, allant de la terre à la mer ». Pour éviter les conflits, à partir de 1886, « un bas parc ne peut être établi à moins de 100 m des autres, dans le sens parallèle à la plage et à moins de 50 m dans le sens perpendiculaire ». La quinzaine bas-parcs enregistrés entre 1875 et 1900 témoignait de la permanence des pêches d’estuaire à la veille du xxe siècle. On touchait là au monde de l’autosubsistance.

Réservoirs et fossés à poissons : l’élevage

  • 16 Sarah Mille-Reau, « Les espaces maritimes du sel au xixe siècle en Charente-Maritime », dans Jacqu (...)

5En dépit du progrès technique, le stockage du poisson vivant continuait d’être pratiqué à la fin du xixe siècle. Par opposition aux pièges à poissons, situés au-delà du trait de côte, « viviers, fossés ou réservoirs à poissons » occupaient l’estran recréé par l’homme : le marais. On compte 16 concessions de ce type. Onze étaient des reconversions de marais salants. Au siècle de la déprise salicole16, la Saintonge a abrité partout ces mêmes tentatives de diversification. Sur la côte girondine l’essentiel du mouvement a eu lieu entre 1872 et 1874, après Sedan. Chaque concessionnaire était invité à ne livrer « à l’alimentation que des poissons de dimensions réglementaires et que les réservoirs ne donnent accès qu’aux poissons qui s’y introduiront ou qu’il achètera aux pêcheurs ». Il s’agissait d’une activité d’aval de la filière pêche. Les dimensions de ces viviers étaient modestes, de 10 à 60 ares, pour celui de Filleux près de Meschers. Les dimensions, de la concession Massy au Marais Neuf, 200 m sur 3 m, évoquaient bien un fossé. Les redevances, payées aux Domaines car ces installations étant en deçà du trait de côte, étaient modiques. Pour 1 à 2 F l’an, un petit saunier propriétaire pouvait tenter l’aventure piscicole.

Les premiers carrelets : les loisirs

  • 17 Vincent Lahondere, « L’évolution des cités littorales des estuaires et de leurs abords, de Pornich (...)

6Contrairement aux installations traditionnelles, enregistrées a posteriori par la Marine, les carrelets sont apparus au moment de leur concession : perplexe, l’administration les a d’abord enregistré comme « bas-parc ». Le 23 avril 1895, Roullet, de Suzac, était le premier riverain autorisé à utiliser « un haveneau triangulaire établi sur un pieu ». Les rochers de la plage de Pontaillac accueillaient 2 ans plus tard un autre engin, concédé à Gaignerot : un « filet dit carrelet d’une dimension de 4,5 m au carré, monté sur un mât de 6 m au dessus de la mer, pris à un piquet 1,30 m placé sur le rocher, retenu par 2 haubans espacés de 10 m et d’une petite guérite portative en branchage et fougère de 1,50 m de haut sur 0,80 m de large ». Dix « carrelets » – le terme s’impose en 1897 – étaient enregistrés jusqu’en 1900. D’une redevance de 6 F, tarif supérieur à celui d’une courtine ou d’un vivier, il ne s’adressait pas à la même clientèle17 ! Cette nouveauté témoignait d’une modification du rapport à la mer. En pêchant, il s’agissait d’accéder à un sentiment de bien-être, comparable aux bains de mer, à la médecine balnéaire ou à la navigation de plaisance.

Les pêcheries d’huîtres : entre pêche et élevage

  • 18 Jacques Barthou, op. cit.
  • 19 Victor Eugène Ardouin-Dumazet, Quinze jours dans l’île d’Oléron, Paris, 1886, rééd. du LOCAL, 1985

7Dans le dernier tiers du xixe siècle, l’autre activité traditionnelle en profonde mutation était la pêche et l’élevage de l’huître. Les concessions se comptaient par centaines à Marennes-Oléron, à Ré, Vannes ou Arcachon (carte 1 page suivante). Ces régions disposaient de bancs naturels d’exploitation très ancienne, car peu profonds. Profonds, situés sur le « rail de Bordeaux », les bancs girondins n’ont pas eu le même destin. Rappelons que « c’est la prolifération de la Portugaise qui amène […] une multiplication des concessions […] en 188318 ». Encore cette réflexion vaut-elle surtout pour le Verdon, et ses 150 ha de viviers en 1890. Rive droite, on ne recense que 21 établissements : 9 « parcs à huîtres » et un « dépôt d’huîtres » en avant du trait de côte, des claires, à l’arrière. Les parcs figuraient des champs où déposer le produit des pêches, afin de permettre aux huîtres de grossir. À Oléron, ils étaient « semés de jalons, de balises, de poteaux qui indiquent les limites […] de petits enclos entourés d’un mur en pierres ou de briques19 ». Les articles des « arrêtés portant autorisation » précisent le « caractère précaire et révocable des concessions dont le mur d’enceinte […] devra être détruit à la première réquisition de l’autorité publique ». Là, les parcs couvraient moins de 6 ha en 1882, preuve que les gens de la filière huître n’avaient pu franchir le seuil de la pluriactivité.

Carte 1.a. Les usages de l’estran en Saintonge girondine (1860-1900)

Carte 1.a. Les usages de l’estran en Saintonge girondine (1860-1900)

8Les installations concédées par l’autorité maritime entre 1860 et 1900 en Saintonge girondine étaient peu nombreuses mais diverses. Les pratiques anciennes n’excluaient pas les nouveautés, liées aux progrès du commerce ou du tourisme. Les mutations du géosystème de l’estran participaient autant des activités humaines que du couple atouts/contraintes de l’écosystème.

De la côte maîtresse à sa domestication

  • 20 Jean-Jacques Bavoux, Les Littoraux Français, Armand Colin, 1997.

9Rive nord de l’estuaire, deux notions de la géographie littorale cohabitaient : le front et l’interface20. À l’ouest, la transformation des dunes d’Arvert —front inhospitalier — en interface balnéaire a attendu les années soixante. La côte rocheuse autour de Royan, était elle aussi un front, l’obstacle pour les vapeurs bordelais chargés de touristes. Le déterminisme pesait lourd. En amont vers l’est, jusqu’à Mortagne, était établie l’interface traditionnelle : sel, pêche, aquaculture.

En amont de Meschers, l’interface traditionnelle

  • 21 Freddy Bossy, « La main de l’homme », « Les écluses à poissons de l’île d’Oléron », Cahiers d’Olér (...)

10Entre Meschers et Talmont, adossée à des marais en reconversion agricole, une vaste anse sablo-vaseuse abritée de la houle d’ouest par la pointe du Verdon, accueillait de nombreuses pêcheries de poissons. Les filets des grandes courtines, disposés « en équerre », fixaient l’horizon. À l’arrière, en pleine déprise salicole, le marais accueillait quelques réservoirs. Détenteurs de pêcheries et courtineurs ne se confondaient pourtant pas. Les ethnotextes campent l’exploitant du marais piégeant son poisson d’élevage dans les étiers. Quant aux courtineurs, ils pratiquaient l’autosubsistance ou vendaient aux riverains21. Le dernier réservoir, enregistré en 1884, était implanté hors de la zone, « dans la prairie du Port de Mortagne ». Il semblait tourné vers le marché émergent d’un arrière-pays saintongeais.

  • 22 SHM, Rochefort, fonds ancien, cote inv. 2412.

11Les huîtres étaient aussi touchées par cette ouverture commerciale. À Saint-Seurin d’Uzet, P. Mihl obtenait en 1877 la concession de « 10 claires sur les 2 côtés du fossé de Juliat ». J.Gourdron l’imitait l’année suivante, il obtenait « 2 ha de claires en nombre indéterminé, à Lambée, commune d’Arces ». Ces établissements étaient tardifs et très en amont de l’aire traditionnelle. Au large de l’anse, les quelques bancs encore soumis à la pêche à la drague, les crassats alimentaient un modeste complexe de parcs à huîtres, ensuite stockées dans ces claires. L’activité était de toute évidence sensible à l’environnement. L’auteur d’un « Rapport sur l’ostréiculture sur le littoral de la Manche et de l’Océan22 » (1877) concluait que la houle d’ouest expliquait l’absence de naissain sur la rive droite. G. Palissier, concessionnaire de l’unique dépôt d’huîtres « côte de Pontaillac » avait pu le vérifier. Le commissaire notait bientôt en apostille : « n’a pas fonctionné, le sieur Palissier ayant renoncé à s’en servir vu l’état de la mer ».

L’émergence de l’interface touristique en aval

  • 23 Dominique Audet-Perrier, L’Implantation du chemin de fer en Charente et ses conséquences : du myth (...)

12Cette vision déterministe était pourtant en passe de basculer. Royan a entamé son développement touristique dès 1810. Le bourg qui comptait 4 500 habitants en 1870 accueillait 16 000 baigneurs l’été. Dès 1875, la Compagnie du Médoc reliait Bordeaux au terminus du Verdon, les touristes empruntant ensuite le vapeur. La même année, la ligne Royan- Saintes-Paris mettait en service le fameux « train des cocus » des gens du pays23. Les propriétaires de villas investissaient autant le sable des conches que les rochers, transformant ce front en interface, par le biais de loisirs nouveaux : plaisance et bains de mer. La géographie des carrelets concédés après 1895 suivait cette onde de choc touristique : Pontaillac et Le Parc touchés vers 1840, Saint-Palais et Saint-Georges vers 1860. C’est là que la totalité des carrelets étaient implantés. Côté Saint-Georges, la Pointe de Vallière, n’en accueillait que 2, à cause de la cohabitation avec les courtines. En revanche, à l’ouest les conches cernées de rochers étaient disponibles. Un carrelet était concédé à la pointe des Pierrières, et 2 à Vaux. Un établissement pionnier avait vu le jour sur « les rochers de la plage de Pontaillac, à environ 100 m de la pointe de la Villa Les Embrunts », bientôt rejoint par 3 autres, construits sur la « falaise ouest ». Enfin, sous le fort du Chay, le « rocher ouest de la Plage du Pigeonnier » abritait encore 3 établissements. Cette géographie laissait de côté les villages de Meschers et Talmont, développés à la Belle Époque. Ce patrimoine que l’on associe volontiers à la notion de terroir et de tradition est donc né du tourisme, en pays royannais.

13Le progrès des transports a rapproché offre et demande sur le littoral. En changeant le regard sur les côtes, il a entraîné une redistribution très nette des rôles. Des rapports complexes entre hommes, biens, capitaux et informations nouvelles, sont sortis plusieurs profils sociaux qu’il faut présenter.

Gens de l’estran, à l’aube du xxe siècle

14Les lieux de résidence des titulaires de concessions témoignent des rapports changeants entre les hommes et le littoral. En croisant l’information avec les professions, on parvient à isoler quatre profils. À la logique de subsistance du marin et du journalier répondent celles du propriétaire et du touriste, fondées sur la maîtrise d’un capital (Carte 2).

Le petit peuple des grèves

15Le petit peuple des grèves, éternel second rôle des archives maritimes, et les gens de mer, mieux connus, sont les figures traditionnelles du littoral. C’est par le biais du travail et de la subsistance qu’ils ont été des acteurs sur l’estran.

16En Seudre ou dans le Morbihan, les « non-inscrits » du littoral ont joué un rôle moteur dans l’émergence de l’ostréiculture. Dans le Quartier de Royan les sauniers, journaliers et autres petits métiers ont boudé cette activité. Les 7 concessionnaires de ce milieu détenaient exclusivement des réservoirs à poissons. Ils payaient de 1 à 2 F de redevance, pour un revenu estimé de 10 à 20 F. À l’image de Roux, « journalier demeurant rue de la Terrasse à Royan », ou Rié, « saunier de Meschers », sauniers ou journaliers disposaient là d’un petit capital, exploité en faire valoir direct. Fermiers comme Videau, ou domestiques gagés comme « le Sieur Rivière » étaient moins bien lotis. On touchait là à un monde de petits métiers, sauniers devenus micro-propriétaires ou journaliers payés à la tâche mais jamais désoeuvrés dans une agglomération en chantier permanent (bâtiment, voirie, chemin de fer). L’élevage de poissons, au même titre que le jardinage, était un complément d’activité pourvoyeur de revenus annexes.

17Si leur métier les éloignait de l’estran, les marins inscrits à Royan et Pauillac bénéficiaient de concessions gratuites et 14 en ont profité. Ils dominaient les concessions en amont de l’estuaire. Certains franchissaient même le bras de mer pour venir s’occuper de leurs installations, comme les frères Bontemps, Beneteau et Lespoux, de Valeyrac en Médoc. Mihl, marinier du long cours, Béron et Ganelon, maîtres au cabotage, étaient les seuls à s’intéresser aux huîtres. Dans le quartier de Royan, l’inscrit maritime cherchait plutôt la concession d’un bas-parc. L’absence de pêcheurs interdisait pourtant d’y voir une quelconque diversification professionnelle. On profitait d’un privilège pour améliorer l’ordinaire ou vendre d’éventuel surplus aux riverains ou aux touristes. Matelots et simples inscrits maritimes dominaient, donnant corps à cet axe de la politique sociale de la Marine.

La bourgeoisie et l’estran

18Le xixe siècle a juxtaposé deux autres figures aux gens de la côte. Non résidents pour la plupart, les bourgeois du littoral étaient liés à l’estran par la maîtrise d’un capital. C’est d’emblée la métamorphose des propriétaires, entre sel et pêcheries, qu’il faut évoquer avant de souligner l’irruption du fait touristique.

Carte 1.b. Les usages de l’estran en Saintonge girondine (1860-1900)

Carte 1.b. Les usages de l’estran en Saintonge girondine (1860-1900)

19En s’éloignant du trait de côte, les acteurs de l’estran changent de nature. Non résidents ou citadins royannais investissaient dans les concessions, à l’image des bourgeois rochelais et bordelais, propriétaires de salines jusqu’à la crise de 1850. Les Royannais dominaient la filière huître depuis les années 1860. Gourdron de Semussac, ou l’entrepreneur Chevalier, détenteur de 75 ares de parcs à Meschers, figuraient bien ces Messieurs de Royan rejoints par quelques audacieux. Beaudet, de Jonzac, avait acquis, dès 1860, l’exploitation d’un parc pour son fils qu’on l’avait « autorisé à s’adjoindre ». À côté de ces aventuriers, un professionnel d’Arvert, « Palissier, pêcheur et marchand d’huîtres », tentait sans succès d’implanter son dépôt d’huîtres près du marché touristique émergent. Dans l’arrière pays proche, seule la petite ville de Cozes connaissait de tels profils. Sur le marché 10 à 15 ans après les Royannais, les gens de Cozes détenaient des réservoirs à poissons, exploités en faire valoir indirect. Le pharmacien Guillon-Micas, le notaire Varache et le conseiller municipal La Grandière étaient tous concessionnaires ainsi que l’inévitable Chevalier, entrepreneur à Royan. Il s’agissait là d’un investissement de diversification, bien inspiré à quelques années de la crise du phylloxéra. Les bourgeois et propriétaires de Royan et Cozes monopolisaient ensemble 17 concessions. La présence de la grande zone ostréicole de la Seudre, dans l’arrière pays, bloquait l’appel aux capitaux d’autres petites villes. Premiers servis, les Royannais avaient la maîtrise du parc ostréicole, les Messieurs de Cozes devaient se contenter de la pisciculture. L’estran de la Saintonge girondine était polarisé par ces deux cercles de modestes possédants, soucieux de diversification.

20Royan et sa périphérie comptaient aussi de riches résidents, permanents ou saisonniers, venus profiter des bains de mer, des régates et des carrelets. Les plus emblématiques étaient ces usagers des chemins de fer, travaillant et demeurant en ville. Montardon, un Parisien, les Bordelais Martin et Nazereau, avoué à la cour d’appel, étaient les ambassadeurs fortunés de la pêche de loisir. Les rentiers de la côte de Beauté les suivaient de près : Arnoult, villa « Saint Cottage » ou Barbot, avenue de Pontaillac. Cette bonne société donnait le ton et attirait par son exemple quelques bourgeois royannais. Murat, entrepreneur, ou Métivier, serrurier, imitaient les usages importés, premier pas vers une adoption du carrelet par les gens du pays. La douzaine de carrelets concédés mettait en évidence un phénomène de mode, à mi-chemin du loisir et du sport.

21S’il ne date pas précisément la naissance des pratiques, le registre des pêcheries du Quartier de Royan permet de les attester et précise les aménagements de l’estran, entre 1860 et 1900. Tenu dans une période clé de l’histoire des littoraux, il permet de dresser une géographie des usages et de leurs mutations, dans le sillage des révolutions ostréicole et touristique. C’est le jeu des fronts et des interfaces qui s’éclaire, au gré de la croissance ou du déclassement de certaines activités. Enfin, la diversité des détenteurs souligne la richesse des perceptions de l’estran, entre subsistance, investissement productif et espace de loisir. Cette modeste entrée offre donc une approche originale des mutations des sociétés littorales.

Anmerkungen

2 Alain Contis, « Gens de mer du quartier de Blaye vers le milieu du xviiie siècle », Cahiers de l’Estuaire, n° 2, p. 55-72.

3 Thierry Sauzeau, Les Marins de la Seudre (xviiie-xixe siècle), du sel charentais au sucre antillais, La Crèche, Geste éditions, 2005.

4 Jacques Peret, Naufrages et pilleurs d’épaves sur les côtes charentaises aux xviie et xviiie siècles, La Crèche, Geste éditions, 2004.

5 SHM-Rochefort, 4° 224 les arrêtés ministériels de concessions (1911) s’ouvraient sur la référence à « l’Édit de Moulins de février 1566, relatif à la constitution du domaine public maritime et celui de mars 1584 (articles 84 et 85) portant maintien des parcs et pêcheries construits avant février 1544 ».

6 Dominique Guillemet, « Du littoral du Centre-Ouest comme espace, limite, frontière : quelques éléments de problématique », Cahiers du GERHICO, n° 2, Poitiers, 2001.

7 Thierry Sauzeau, « Du sel à l’ostréiculture, la mutation économique de l’estuaire de la Seudre (xviie-xixe siècle) », Revue Historique du Centre-Ouest, t. II, 2e semestre, 2003.

8 Nicolas Bourguinat, « L’État et les violences frumentaires en France sous la Restauration et la Monarchie de Juillet », Ruralia, n° 1997-01, Varia.

9 Jeanine Le Bihan, « La naissance de l’ostréiculture dans le golfe du Morbihan : pluriactivité ou monoactivité ? », dans Gérard Le Bouëdec, François Ploux, Christophe Cerino, Aliette Geistdoerfer (dir.), Entre terre et mer. Sociétés littorales et pluriactivités (xve-xxe siècle), Rennes, PUR, 2004, p. 211-215.

10 Jacques Barthou, « Un siècle d’activités ostréicoles à l’embouchure et dans l’estuaire de la Gironde », dans Cahiers de l’Estuaire, n° 2, p. 117-138.

11 SHM-Rochefort 10 P 8-1.

12 Une « guerre des huîtres » oppose ainsi les gens du Maryland à leurs voisins. M. Leffler, « Oyster Farming Vs. Oyster Hunting », U. Maryland, www.mdsg.umd.edu/oysters/history/history.html.

13 Yves Delmas, « La naissance des bains de mer à Royan », Cahiers de l’Estuaire, n° 2, p. 113-122.

14 Victor Coste, Voyage sur le littoral de la France et de l’Italie, Paris, 1861.

15 Roger Bithonneau, Christian Morisset, « Les écluses à poissons de l’île d’Oléron », Cahiers d’Oléron, n° 10, p. 4-9 ; Jacques Boucard, Les Écluses à poissons de l’île de Ré, La Rochelle, Rupella, 1984.

16 Sarah Mille-Reau, « Les espaces maritimes du sel au xixe siècle en Charente-Maritime », dans Jacques Peret, Dominique Guillemet (dir.), Les Sociétés littorales du Centre-Ouest, Poitiers, Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 1998, p. 663-681.

17 Vincent Lahondere, « L’évolution des cités littorales des estuaires et de leurs abords, de Pornichet à Hendaye, aux xixe et xxe siècles », dans 124e congrès du CTHS, Nantes, 1999, p. 99-120 ; une famille de 4 personnes dépense pour un mois de pension 350 à 500 F à Royan, fin xixe siècle.

18 Jacques Barthou, op. cit.

19 Victor Eugène Ardouin-Dumazet, Quinze jours dans l’île d’Oléron, Paris, 1886, rééd. du LOCAL, 1985.

20 Jean-Jacques Bavoux, Les Littoraux Français, Armand Colin, 1997.

21 Freddy Bossy, « La main de l’homme », « Les écluses à poissons de l’île d’Oléron », Cahiers d’Oléron, n° 10, p. 18-127.

22 SHM, Rochefort, fonds ancien, cote inv. 2412.

23 Dominique Audet-Perrier, L’Implantation du chemin de fer en Charente et ses conséquences : du mythe à la réalité. 1836-1883, thèse en histoire contemporaine, Poitiers, 1994.

Endnoten

1 Maître de conférences d’histoire moderne, université de Poitiers-GERHICO.

Abbildungsverzeichnis

Titel Carte 1.a. Les usages de l’estran en Saintonge girondine (1860-1900)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20433/img-1.png
Datei image/png, 63k
Titel Carte 1.b. Les usages de l’estran en Saintonge girondine (1860-1900)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20433/img-2.png
Datei image/png, 64k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540