Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Histoire et représentations du littoral

Le littoral de Monsieur de Coëtanlem, lexicographe breton (1749-1827)

Fañch Roudaut

Texte intégral

  • 1 Professeur émérite d’histoire moderne, université de Bretagne occidentale, Centre de recherche bre (...)

1Note portant sur l'auteur1

2Si la diversité linguistique des sociétés littorales de l’Ouest au xviiie siècle est indéniable, du moins les parlers de la plupart d’entre elles avaient-ils en commun d’être romans. Ce n’était pourtant pas le cas partout et, en particulier, chez les celtophones de la partie occidentale de la péninsule armoricaine. Il pouvait, dès lors, être tentant d’essayer de présenter les termes employés par les Bas-Bretons pour nommer leur littoral, sans oublier, néanmoins, que leur langue non plus n’est pas unifiée.

3Pour connaître le vocabulaire du bord de mer, il n’existe guère d’autre source que les dictionnaires de l’époque. Le Sacré Collège (1659) du jésuite Julien Maunoir, le grand missionnaire breton, s’est révélé fort peu utile pour l’étude projetée. Le Dictionnaire françois-celtique ou françois breton (1732) du capucin Grégoire de Rostrenen, plus développé et présentant, en outre, de nombreuses variantes dialectales, reste néanmoins moins riche que le Dictionnaire de la langue bretonne du bénédictin Louis Le Pelletier. Dans ce livre, achevé en 1716, mais publié seulement en 1752, la pêche aux termes relevant du littoral est donc plus fructueuse. Malheureusement l’auteur consacre l’essentiel de son ouvrage à des considérations d’ordre étymologique, son dessein affiché étant d’ailleurs, concernant la langue bretonne, de montrer « son antiquité, son affinité avec les autres langues », alors que ses prédécesseurs se préoccupaient d’aider leurs confrères à « prêcher, catéchiser et confesser ». (G. de Rostrenen).

  • 2 Docteur Louis Dujardin, « Un lexicographe breton ignoré : Pierre-Joseph-Jean Coëtanlem de Rostivie (...)
  • 3 En la commune d’Henvic, à l’époque trève (succursale) de la paroisse de Taulé, dans l’évêché de Lé (...)

4D’où l’intérêt de la consultation d’un gros dictionnaire manuscrit, dont la plus évidente originalité par rapport aux trois précédemment cités est de ne pas être l’œuvre d’un ecclésiastique. Pierre-Joseph-Jean Coëtanlem de Rostiviec, qui appartient à une noblesse bretonne particulièrement nombreuse sur la côte septentrionale de la province, reste peu connu. Deux articles, parus la même année dans la même revue2, voilà en effet l’essentiel de la bibliographie consacrée à ce lexicographe. Né le 4 novembre 1749 à Saint-Martin-des-Champs, paroisse limitrophe de Morlaix, Coëtanlem partage son temps, jusqu’en 1786, entre son hôtel de Morlaix et son manoir de Trogriffon3, sis sur les bords de la Penzé, dans la partie de cette rivière remontée par la mer. Notre lexicographe se retire dans sa campagne dès la Révolution.

  • 4 Le manuscrit de Dom Pelletier (édité en 1975 par la Bibliothèque municipale de Rennes), est, avec (...)

5Son Dictionnaire est fort de plus de 8 000 pages, reliées en huit volumes en 1820, ce qui lui donne un terminus ad quem. Il le présente lui-même comme une continuation du travail de Dom Le Pelletier, qu’il appelle « mon maître et mon modèle ». Excès de (fausse ?) modestie. Coëtanlem ne se contente pas de reproduire l’œuvre de son prédécesseur (D. P.)4, ni de faire des références aux Dictionnaires des Pères Maunoir (P. M.) et, surtout, Grégoire de Rostrenen (P. G.). Il fournit quelques entrées supplémentaires, ainsi que de nombreuses corrections et additions au texte du bénédictin.

  • 5 Bien qu’il n’ait pas fait partie de l’Académie Celtique, Coëtanlem en utilise fréquemment les Mémo (...)

6L’intérêt principal de son travail ne réside pas dans ses étymologies, parfois très marquées par l’influence celtomane5. Il n’hésite pas à contredire son maître qui, pour lui, a une fâcheuse tendance à faire dériver les mots bretons du latin, du grec ou de l’hébreu, voire du syriaque, alors que le breton est une langue primitive. Voici, par exemple, comment il développe l’article « AUT ou Aot. monosyll. Rivage de la mer ou des rivieres (D. P.) » :

Dans plusieurs cantons de Léon on fait aot dissyl. […]. Les riverains de la mer, les pêcheurs et tous ceux qui fréquentent les côtes s’appellent en général tud ann aut, et comme la dernière N de l’article se joint souvent à la voyelle suivante […] on a pu dire tud an naut, d’où les Latins auront fait nauta et navita, et les Fr [ançais]. nautonnier et nocher, si ce n’est qu’on n’aime mieux faire venir le tout de navis qui vient lui-même de neaw. […]. Il est sûr que les Romains, qui dans l’origine, fréquentoient peu la mer, nous ont emprunté la pluspart des termes relatifs à la marine.

7Plus que par ses fantaisies étymologiques, l’œuvre de Coëtanlem est intéressante par les observations qu’elle contient sur la vie quotidienne des gens de son « païs », par exemple l’alimentation ou le travail. Elles sont si nombreuses qu’il a fallu opérer une sélection, même en se bornant aux ressources liées à la mer des sociétés littorales. Choix arbitraire : on pourra remarquer qu’il manque, entre autres, le pense, cette « bénédiction du ciel » qu’étaient les épaves aux yeux des « riverains de la mer », ou encore le sel qui, il est vrai, inspire peu Coëtanlem, éloigné géographiquement des sites de production. Il se révèle plus prolixe sur d’autres produits que la mer fournit aux populations littorales de sa petite région, comme le goémon ou encore les coquillages et les crustacés

Goémons

8Bezin (vennet. Behin), algue, goüêmon, espèce d’herbe qui croît sous l’eau de la mer (D P).

Cette plante marine […] etoit peu estimée des anciens Romains, qui n’en parloient guères qu’avec des termes de mépris […]. Il n’en est pas de même chez nous, et c’est avec raison que nous en faisons un très-grand cas : en effet le sel marin qu’elle contient la rend propre à servir de fondant au sable blanc que l’on emploie à faire du verre ; mais elle est encore plus précieuse à nos yeux, sous le rapport de l’agriculture, parce que c’est un excellent engrais pour les terres. Elle est d’une grande ressource sur nos côtes, qui sont pour la pluspart destituées de pâturages et par conséquent de fumiers, et qui seroient bientôt frappées de stérilité, si on n’y suppléoit par les engrais que l’on retire de la mer. L’exploitation de cette plante utile a mérité l’attention du législateur, et cet objet fait la matière du titre 10 du 4e liv. de l’ordonnance de la marine de 1681. […] On distingue plusieurs espèces de gouesmons auxquelles on donne différents noms. L’espèce la plus tendre, la plus grasse est aussi la plus estimée ; c’est celle que nos riverains appellent bêzin, bizin et gwmmwn, selon les différents cantons. Il y en a dont les feuilles sont longues et larges, comme de très-grands rubans. On l’appelle corlai. Il y en a dont les feuilles sont longues et fort étroites, comme des lacets, de là vient qu’on lui donne le nom de laççou ; mais cette dernière espèce n’est pas en grand crédit. Il y a encore d’autres variétés que les curieux recherchent pour orner leurs cabinets. Au reste il semble que la providence, toûjours attentive à nos besoins, aît eu spécialement en vûë, en multipliant cette plante sur nos côtes, de nous procurer les moyens de fertiliser des terres qui seroient arides sans cela ; aussi nos cultivateurs en font-ils une consommation étonnante. Il y a plusieurs façons de s’en servir. Ceux qui ne sont pas bien éloignés du rivage l’employent volontiers toute verte et fraîchement coupée. On prétend que c’est la meilleure façon pour l’orge. Ceux qui sont à portée d’en recueillir plus qu’il ne leur en faut, la font sécher au soleil et au vent. Après quoi ils en font de grands mulons qu’ils vendent ensuite aux forains. Cette opération en diminue le poids et le volume, ce qui en facilite le transport. Dans les îles voisines de la côte, qui sont entièrement dépourvues de bois, on s’en sert en guise de chauffage. Le goesmon croît en abondance sur les rochers qui les environnent. Étant sec on le brûle aisément, mais il répand une odeur assez désagréable, et les aliments s’en ressentent un peu ; mais d’ailleurs les habitants font un bon débit de sa cendre qui se transporte jusqu’à sept à huit lieues dans les terres, à la fertilité desquelles elle contribue beaucoup.
De bêzin ou bizin est dérivé le verbe bêzina ou bizina, faire la recolte du gouezmon ; bêziner ou biziner, est celui qui s’en occupe, pl. bezinnerrien ou bizinnerien, fem. sing. bêzineres ou bizineres, pl. bêzinereset ou bizinereset ; bêzinerez ou bizinerez est l’art ou la profession de ceux qui le recueillent ou qui en font le commerce. On dit aussi bêzinen, une seule branche de gouezmon pl. bezinennou, un petit nombre de branches rares, ou bien, bizinen, pl. bizinennou.

9Cloerz, en Cornwaille, est une espèce de gouêmon ou algue, qui porte de gros grains (D P).

Ces gros grains que porte la plante sont autant de vésicules d’air qui ressemblent à des ampoules ou des apostumes.

10Filit, sorte de goêmon, ou algue longue comme une corde, et fort grasse (D P).

11Gwemon, algue, goêmon. Ce nom n’est plus en usage. On dit bezin (D P).

Il est vrai que le nom le plus répandu, pour désigner l’algue est bezin, mais c’est à tort que D P avance que gwmmon, qui se prononce goummon […] n’est plus en usage. J’ai souvent entendu nos riverains appeler cette plante marine de la sorte.

12Roet, rets, filet de pêcheur (D P).

En ce païs les gens de la côte donnent aussi le nom de rouedenn à un amas de gouezmon, qu’ils ont soin de lier avec des cordes qu font plusieurs tours, en sorte que cet amas de gouezmon, qu’ils remorquent à la traîne, à la suite d’un bâteau, a l’air d’être enveloppé d’un filet.

13Tellesk, sorte de goémon à petits grains. Ceux qui fréquentent le rivage de la mer sçavent ce que c’est (D P).

Le goezmon, ou algue marine, en lat. alga, est connu dans nos quartiers sous divers noms […] mais celui de tellesk n’y est point usité. […] Les P M et G […] n’en ont point parlé, ce qui n’empêche pas qu’il ne puisse être très bon […]. Il est vrai, comme l’observe D P que le gwemon est un fort bon engrais qu’on emploie comme le fumier pour féconder les terres. Il est utile de toute façon, soit tout verd et fraîchement coupé, soit après l’avoir fait secher au soleil et au vent, selon les usages locaux, le genre de culture, les avantages ou la commodité des cultivateurs qui s’en servent. Il est encore vrai qu’après l’avoir fait secher, les pauvres gens qui sont voisins de la mer, et en général presque tous les habitans des îles situées sur nos côtes, le brûlent dans leur cuisine à défaut d’autres combustible ; aussi l’appellent-ils en riant keuneud- môr, bois de mer (Keuneud est du menu bois). Mais s’ils sont un peu incommodés par la fumée et par l’odeur desagréable qu’il répand, ils en sont bien dédommagés par le bénéfice des cendres qu’ils vendent aux cultivateurs qui se trouvent trop éloignés des côtes pour pouvoir se procurer du gouezmon en nature ; car c’est un excellent engrais sous toutes ses formes. Le P G qui ne fait aucune mention de tellesk, donne cependant divers noms au goëmon, sart ou varech, puisqu’il l’appelle bezin, lentilh-vôr (c’est-à-dire, selon lui, lentille de mer) et felu-môr […]. Le P G ajoute au mot bezin diverses épithètes appropriées aux lieux où on en fait la recolte, ou à l’usage auquel on destine cette plante ; ainsi il appelle bezin-troc’h c’est-à-dire goëmon de coupe, le goëmon cueilli sur les rochers. On le coupe en effet, afin qu’il repousse, et c’est pour cela qu’il est défendu de l’arracher ; il n’est même pas permis de le couper avant ni après les époques fixées par les délibérations des paroisses situées sur les côtes de la mer, conformément à l’ordonnance de la marine de 1681, à peine de 50 L. d’amande, et de confiscation des chevaux et harnois. Le P G appelle bezin-ton le goemon que la mer jette à la côte. Nous en distinguons de deux sortes. L’une est composée de menus débris de goezmon que la mer, en se retirant, dépose sur le sable où ils forment une espèce de bordure qui indique la hauteur à laquelle la marée s’est élevée lorsqu’elle étoit dans son plein. Cette sorte de goezmon n’est pas fort estimée. On l’appelle ici gourlenn, qui peut signifier sur-plein ou au dessus de la pleine mer […]. Mais l’impétuosité des vents, jointe à la force des marées, pousse souvent à la côte des masses considérables de goezmon que les tempêtes ont arrachées du fond de la mer, et c’est probablement de cette sorte de goezmon que le P G entendoit parler sous la dénomination de bezin-ton. D. P. l’appelle ton tout court […]. Dans ces quartiers, on l’appelle sol, par la raison qu’il vient en effet du sol de la mer ou des rochers qui sont toujours submergés. […] Mais comme cette espèce de goezmon ne reste pas toujours à sec, à cause du volume considérable des masses que les flots poussent quelquefois à la côte, il faut être alerte à le recueillir de peur que les marées suivantes ne l’emportent, ce qui arrive souvent, surtout quand les vents changent de direction. Le P G appelle bezin-tan, qeuneud-bezin, et qeneud-vor, le goëmon lavé dans l’eau douce et seché pour faire du feu. Ces noms lui ont été donnés à raison de l’usage auquel on le destine. Le 1er signifie gwezmon de feu ; le 2e bois de goezmon ; et le 3e bois de mer. Il appelle encore le goëmon d’engrais, ou l’engrais de goëmon teyl-bezin et bezin-teyl. Ces dénominations semblent justifier l’ethymologie que DP nous donne de tellesk, qu’il fait venir de teil, fumier, et de leski, brûler. Il est vrai que le goëmon se convertit en fumier, et qu’il y supplée ; mais on ne brûle guères que celui dont les cendres se transportent au loin, et ces cendres ne sont point du fumier ; au contraire que celui que les voisins de la côte répandent en nature sur leurs terres se convertit en fumier, mais on ne le brûle pas.

Coquillages

14Brennic, certain coquillage de mer, qui s’attache aux rochers que la mer mouille. Il est de la figure d’un petit monceau de bled ou de sable. Et cependant ce nom signifie petite mammelle (D P).

Connu des Fr. sous le nom de patelle […] C’est en insinuant la lame d’un couteau entre le rocher et le coquillage qu’on parvient à le séparer […]. Ce coquillage abonde sur nos côtes et les pauvres mangent volontiers pendant le carême le poisson qui s’y trouve ; il faut avouer que ce n’est pas un mets friand, car outre son boyau sableux, que tout le monde ne sçait pas extraire, sa chair est extrêmement coriace.

15Contellec, Coutelier, pied ou manche de couteau […]. C’est le nom qu’on a donné à un certain coquillage de mer fort commun sur nos côtes […] Les Franç. s lui donnent aussi les noms de coutelier, manche de couteau, canal gouttière et seringue […]. On le pêche au dardillon. La chair que contient ce coquillage est dure, coriace et difficile à nettoyer du sable qui y adhère, en sorte qu’il n’y a guères que les pauvres gens qui en mangent.

16Coucous est le nom qu’on donne à un coquillage bivalve très connu sur nos côtes ; je le crois être du genre des flions ou tellines dont il y a une représentation figure C. page 236 du T. 3 du Spectacle de la Nature. Ils ressemblent un peu aux palourdes […] mais leurs coquilles prennent d’ordinaire plus d’accroissement, et leurs canelures sont circulaires, au lieu que les canelures des palourdes sont longitudinales.

17Croghen, coque, coquille, coquillage, écaille d’huitre. Pl. creghin (D P).

Dastum cræghign, ramasser des coquillages. On pourroit dire aussi croghenna, comme on dit pesketta, prendre du poisson, et comme on dit en marquant les espèces, brinicca, istra, ourmela, chercher ou ramasser des patelles, des huitres, des ormeaux ou oreilles d’homme ; et je ne doute pas que ce verbe ne devienne à la mode, pour peu qu’il se forme parmi nos bas-Bretons, si voisins de la mer, des amateurs de conchyologie ; On pourrait en faire une branche de commerce.

18Enn […] Enn est aussi le nom de ces coquilles, que le vulgaire appelle coquilles de St Jacques, et du poisson qu’elles contiennent. On les appelle en franç. s peignes ou pétoncles. Elles servent de vaisseau à faire cuire sur les charbons le poisson qui s’y trouvoit renfermé ou des huitres. On hache et on assaisonne le tout et on y mêle de petites herbes également hachées, un peu de mie de pain et beurre frais et la même coquille qu’on avoit employée en guise de poëlon, pour les cuire, fait encore office de souscoupe pour les servir.

19Hourmell, coquillage de mer […] Sa coquille est bordée comme d’un ourlet, et ressemble assez à un van, pour vanner le bled (D P).

Les dictionn. d’histoire naturelle l’appellent oreille de mer, et en effet il a à peu près la forme de l’oreille. Quant au nom bret. je le crois formé de aour, or, et de mel, miel. La chair est d’une couleur jaunâtre comme le miel, et l’intérieur de la coquille, qui est univalve, est d’une très belle nacre. […] Ce coquillage se trouve aux Indes, au Sénégal et sur les côtes de Bretagne. La chair est très-bonne, quand on sçait l’apprêter, mais il faut tirer le poisson de sa coquille, lorsqu’il est encore tout frais. Cette opération se fait avec une autre coquille ou un couteau de bois, sans y employer le fer, parce qu’on prétend que cela le rendroit dur ; on le bat de suite avec un battoir, afin de l’attendrir ; on le fait cuire, et on le met à telle sauce qu’on veut. La coquille sert à décorer les grottes, les cascades, les parterres etc.

20Istr [Pelletier propose une étymologie venant d’un mot grec signifiant coquillage et pense] que ce nom seroit donné à l’huître par excellence, comme à celui qui surpasse tous les autres en bonté, et dans l’usage qu’on en fait en plusieurs façons : et parce que la coquille est ce qui soutient, fortifie et conserve le poisson qui est dedans, et est par conséquent comme ses os (D P).

S’il fallait proposer une éthymologie quelconque du mot istr, que je crois cependant original lui-même, je dirois qu’il peut être composé de is, bas, basse, et de tre, passage ou grève découverte pendant le reflux, parce que les enfants vont y chercher des huîtres, lorsque la mer s’est retirée. Quand la mer les couvre on les pêche à la drague, et c’est la façon la plus ordinaire, parce que les bancs d’huîtres se forment dans des endroits d’où la mer ne se retire jamais entièrement, en sorte qu’elles y sont plus abondantes […] Les maîtres du monde en faisoient grand cas et les gourmands de l’ancienne Rome n’en étoient pas moins friands que ne le sont aujourd’hui ceux de Paris.

21Migourn […] cartilage. [Ce mot fournit à Coetanlem l’occasion d’une longue dissertation sur la corne chez les Celtes] Nous avons encore plusieurs mots analogues à ceux-ci ; tel est entr’autres bigorn, qui est le nom que nous donnons au limaçon de mer, dont il y a plusieurs espèces. La coquille est en général au moins aussi dure que la corne, et la chair de l’animal qu’elle contient est coriace et cartilagineuse, à l’exception de la queue. Ceux de ce païs qui francisent ne font pas difficulté de lui donner aussi le nom de bigorne et de bigorneau.

22Peureuil, coquillage de la mer, que j’ai entendu nommer en franç. s palourdes. Il est presque de même que ces coquilles des pèlerins de S. Jacques, mais non de la grandeur, ni de la même couleur (D P).

Je n’ai jamais entendu ce nom ; et je ne l’ai trouvé ni chez le P G ni chez le P M ce qui n’empêche pas que peureuil ne puisse être bon ; mais dans ce païs on n’appelle les Palourdes que rigadell […]. Le P G a bien mis en franç. s palourde ; mais il l’a rendu en breton par peton, qui est apparemment le petoncle ; il y a cependant quelque différence entre ces deux coquillages, quoiqu’ils soient l’un et l’autre du genre des cames ; mais il s’est trompé plus grossièrement encore, lorsqu’il a rendu le même nom par treit-contilly, qui signifie pieds de couteaux. Celui-ci est un coquillage allongé, comme le manche d’un couteau, d’où lui vient son nom de coutelier.

23Pilic-kes, coquille de S. Jacques, c’est-à-dire ces grandes coquilles que les pélerins apportent de Compostelle. Ce nom qui sent un peu le jargon des gueux, est composé du précédent pilic, et de kaes, misérable, gueux, mendiant, quêteur. La raison de ce nom est que les pauvres font cuire sur les charbons des huitres mises en ces coquilles, avec un peu de beurre ou bien, c’est parce que ces pélerins demandent et reçoivent peu d’un chacun. Car ils font leur pèlerinage en demandant l’aumône. J’ai vu dans des paroisses faire la quête par l’église avec ces grandes coquilles (D P).

En Bret. le nom propre du coquillage que D P désigne ici est enn ; et sa coquille est croghenenn ; mais on peut lui avoir donné d’autres noms à raison des divers usages qu’on en fait. À la campagne les pauvres femmes s’en servent pour écremer le lait. Les pauvres gens voisins des côtes s’en servent pour cuire le poisson qui s’y trouve, ainsi que des huitres ou autres poissons encore, comme l’observe D P en sorte que sous ce rapport, on peut bien l’appeler le poëlon du pauvre ou du malheureux.

24Rigadell, coquillage de mer, duquel je ne scais pas le nom dans les autres langues, ni d’où il peut venir […]. Je me souviens que les mariniers franç. s nomment ce coquillage palourde […]. Comme ce coquillage est l’espèce que les pélerins du Mont S. Michel emportent de là, et qu’il est tout cannelé ce nom breton peut venir du latin ruga (D P).

Ce qu’il [P G] appelle peton est apparemment le coquillage que les Franç. s appellent petoncle ou peigne, qui sert d’ornement aux pélérins de St Jacques et de St Michel, et dont on connoît plusieurs variétés ; au lieu que la palourde, qui a aussi des variétés, est du genre des cames. Celles-ci ont les deux valves égales, et non (sic) pas d’oreilles, ce qui suffit pour les distinguer des peignes ou petoncles.

Crustacés

25Cancr, et Cranc, coquillage de mer, […] Nos Bas-Bretons n’ont pas été assez voisins du pays latin, pour en apprendre le nom d’un reptile connu seulement sur le rivage de la mer. Ils en ont de quatre espèces : cancr-louar, cancre de l’une (sic), qui est plus plein en pleine lune. Cancr-kinit, cancre-araignée, dont il a assez la figure et on le nomme autrement keonit ou kinit-mor, ou mieux mor-keonit, araignée de mer. Cancr-män ou mean, cancre de roche, qui se retire sous les roches. Cancr-meltas, ou meltas tout court, cancre velu (D P).

D P écrit ailleurs cranc et en fait un nouvel article, aussi peu exact que celui-ci. Le cancre n’est pas un coquillage, mais un crustacé. On en distingue de plusieurs espèces, ou variétés, qui se ressemblent plus ou moins ; ils sont pourvus de huit pattes dont les deux plus proches de la tête sont armées de pinces : les autres sont longues et pointues. Les cancres ont la faculté de marcher en tous sens. Les Bretons de ce païs prononcent crank.

26Crab crabe, cancre, reptile et coquillage de mer, qui marche de côté. Ce nom est devenu rare le fr. cancre et par corruption cranc, ayant pris sa place en plusieurs cantons maritimes, où plusieurs même disent chancre (D P).

Les naturalistes distinguent le crabe du cancre. On compte plusieurs espèces parmi les uns et parmi les autres. Il y en a de marins, d’eau douce et d’amphibies […] C’est à ceux de la grande espèce que nos marins donnent le nom de crab, et celui de cranc à ceux de la moyenne ou petite espèce, que l’on mange et dont les médecins de ce païs ordonnent quelque fois des bouillons ; mais je n’ai jamais entendu donner le nom de chancre ni aux uns ni aux autres.

27Gafr-vor (C’est ainsi que l’écrit D P mais nous prononçons gawr-vor ou gaor-vor) est l’ecrévisse de mer. Quelques naturalistes mettent ce crustacé dans le genre des crabes à longue queue ; mais quoiqu’on fasse mention de plusieurs espèces qu’on rapporte au même genre sous différents noms, il me semble qu’il y a un peu de confusion dans l’usage qu’on fait de ces noms divers tant en franç. s qu’en lat. Dans la premiere de ces langues on les appelle écrevisses, hommards, langoustes ; dans la seconde astacus, cammarus, locusta ; mais je ne vois pas bien clairement quelle est l’espèce particulière à laquelle on applique chacun de ces noms ; et je crois m’être aperçu qu’on les confondoit souvent. Il n’en est pas tout-à-fait de même des noms bretons. L’ecrevisse de la grande espèce qui se prend sur nos côtes est celle que nous appellons ordinairement gaor-vor, c’est-à-dire chèvre de mer, et malgré mes doutes, je penche à croire que c’est la même qu’on nomme en latin astacus. D P et le P G mettent encore grill-vor (grille ou grillon de mer) et le dernier met encore crancqenn, qui semble être le sing. fém. de cranc, le cancre. […]. Nos côtes en produisent une espèce moyenne qui ressemble beaucoup à la précédente, mais qui ne parvient jamais à la même grandeur. Nous l’appellons communément leghestr […], et ce pourroit être là ce qu’on appelle en lat. cammarus […]. Enfin nous avons une petite espèce de crustacé que les franç. s appellent chevrette, crevette ou salicot ou salicoque, en lat. squilla.

28Grill, écrévisse de mer […]. On dit en Haute-Bretagne criller, avoir peine à marcher ferme sur la glace et sur la terre grasse. Un homme yvre marche comme un cancre et une écrevisse, l’un allant de côté, et l’autre à reculons (D P).

Le PG la nomme aussi grill-vor. On l’appelle encore gaor-vor ou gawr-vor.

29Leghestr, reptile de mer, dit en franç. s houmar. C’est une espèce d’écrevisse […]. Ce nom est de l’usage de Léon et de Cornouaille, ou l’on nomme aussi cette sorte de poisson kemmener, tailleur d’habits, à cause d’une des pattes d’avant, qui a une pince, laquelle étant plus grosse que celle qui est vis-à-vis, a un peu la figure des grands ciseaux d’un tailleur d’habits (D P).

  • 6 Ronan Calvez (éd.), Kerenveyer, Ar farvel göapaër, Le bouffon moqueur, Brest, Centre de Recherche (...)

30Œuvre d’une vie, le Dictionnaire de Coëtanlem a pu être comparé à une encyclopédie et qualifié de « beau recueil de folklore local avant le mot » (L. Dujardin). Les références abondantes et variées qu’il contient permettent de penser que son auteur avait à sa disposition une belle bibliothèque. On est également en droit d’imaginer qu’il entretenait quelques liens avec d’autres érudits travaillant sur la matière bretonne. Sa culture dépasse, en tout cas, le niveau moyen de celle de son groupe social, y compris pour sa connaissance du breton, même si la pratique de cette langue reste alors très répandue dans la petite noblesse. Le temps n’est pas encore venu du « mépris pour la langue des humbles, attitude dont le corollaire est presque toujours le mépris pour les humbles eux-mêmes6 ». Coëtanlem « connaît surtout le breton de son canton, des environs de Morlaix ; mais il le connaît à merveille, jusque dans les plus fines nuances de la prononciation » (F. Falc’hun). Il connaît très bien aussi la vie des gens qui l’entourent et il sait, par exemple, que les différences sociales ne disparaissent pas quand il s’agit de la consommation des nourritures tirées de la mer, ce que l’on verrait aussi bien pour les poissons que pour les coquillages. Certes, sur le terrain de l’observation comme dans le domaine linguistique, il reste généralement l’homme de ses « quartiers » et il ne faudrait pas accorder à toutes ses remarques valeur de généralité pour l’ » Armor que l’on prononce Arvor » et qui « signifie tout pays voisin de la mer » (D.P.). Il n’en reste pas moins que les témoignages directs sur les « habitants du voisinage de la mer », les Arvoris, que des contemporains de Coëtanlem appellent « Armoricains », restent suffisamment rares pour que la publication de ces quelques articles de son Dictionnaire puisse ne pas être considérée comme totalement oiseuse.

Notes

2 Docteur Louis Dujardin, « Un lexicographe breton ignoré : Pierre-Joseph-Jean Coëtanlem de Rostiviec (1749- 1827) », dans Nouvelle Revue de Bretagne, 1948, p. 42-48. Abbé François Falc’hun, « Le dictionnaire breton de Coëtanlem », ibidem, 1948, p. 108-113.

3 En la commune d’Henvic, à l’époque trève (succursale) de la paroisse de Taulé, dans l’évêché de Léon.

4 Le manuscrit de Dom Pelletier (édité en 1975 par la Bibliothèque municipale de Rennes), est, avec ses 1 534 pages, cinq fois moins épais que celui de Coëtanlem (8 334 pages).

5 Bien qu’il n’ait pas fait partie de l’Académie Celtique, Coëtanlem en utilise fréquemment les Mémoires.

6 Ronan Calvez (éd.), Kerenveyer, Ar farvel göapaër, Le bouffon moqueur, Brest, Centre de Recherche Bretonne et Celtique, 2005, p. 49.

Notes de fin

1 Professeur émérite d’histoire moderne, université de Bretagne occidentale, Centre de recherche bretonne et celtique.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540