Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Histoire et représentations du littoral

Le paysage des naufragés et le territoire des pilleurs. Le naufrage et le pillage du Samuel dans l’estuaire de la Gironde en 1697

Jacques Péret

Texte intégral

  • 1 Professeur d’histoire moderne, université de Poitiers-GERHICO.

1Note portant sur l'auteur1

  • 2 Ouvrage de référence, Alain Cabantous, Les Côtes barbares. Pilleurs d’épaves et sociétés littorale (...)
  • 3 Archives départementales Charente-Maritime (ADCM), Amirauté de Marennes, B 22, B 52, B 54, 1697-16 (...)
  • 4 Les 45 articles consacrés aux « naufrages, bris et échouements » règlent précisément les procédure (...)

2Le naufrage constitue un remarquable révélateur de la vie maritime et de l’univers des gens de mer qui prend alors brutalement une dimension tragique. Il offre également l’image de l’autre face du miroir, celle du territoire des populations riveraines, de leurs grèves où vient s’échouer le navire étranger synonyme à la fois de devoir de sauvetage et de tentation du pillage. L’espace du naufrage qui réunit pour quelques jours marins et riverains voit s’entrechoquer les peurs des uns et les convoitises des autres. L’étude des paysages du naufrage2, les représentations de la mer déchaînée, des rochers et des plages théâtre du drame restent à faire de manière méthodique. Nous avons choisi dans ces quelques pages de prendre le parti du coup de projecteur qui permet de mieux comprendre concrètement les ressorts profonds des comportements à partir d’un cas concret, avec ses limites, entre l’exemplaire et l’exceptionnel. Nous nous sommes attachés à un naufrage intéressant à plus d’un titre, celui du Samuel qui a donné lieu à une volumineuse procédure conservée dans les fonds de l’Amirauté de Marennes3. Le naufrage est en lui même relativement banal et représentatif des « fortunes de mer » survenues dans l’estuaire de la Gironde aux « approches » du grand port de Bordeaux. Mais l’événement mérite attention d’abord par l’importance du pillage qui s’en suit, à un moment —1697— où la Monarchie tente de reprendre en main un littoral stratégique par le biais notamment de l’ordonnance de la marine de 16814. L’affaire met aussi en scène toute une société en l’occurrence celle de la paroisse de Meschers, au bord de la Gironde, depuis les seigneurs pilleurs, jusqu’au laboureur à bras accusé d’avoir ramassé un morceau de bois. C’est l’occasion de saisir le territoire des riverains devenus pilleurs d’épaves le temps d’un naufrage.

Paysages d’un naufrage « par grand mauvais temps »

  • 5 Le capitaine anglais John Hanghton indique « qu’aucune marchandise n’a été enlevée et qu’il a reçu (...)

3L’objet du drame, le Samuel, est un produit des opérations navales de la guerre de la Ligue d’Augsbourg ; il s’agit d’une prise anglaise, capturée5 en septembre 1697 au large du Portugal par un corsaire de Saint-Malo, la Sainte-Barbe, reflet de l’évolution de la guerre maritime où la course a pris un essor spectaculaire. Le Samuel, frégate de 150 tonneaux, revenait de Méditerranée et faisait route vers Londres. Sa cargaison se caractérise à la fois par sa diversité et par sa valeur : on y trouve des caisses de bouteilles de vin de Florence, des carreaux de marbre blanc, des barriques d’huile d’olive, une gamme variée de produits méditerranéens comme citrons, anis, fenouil, câpres et un stock de « marchandises pour teinture » complété par des ballots de tissus et de toiles, autant de produits de luxe qui faisaient du Samuel une belle prise pour les armateurs malouins et un pactole potentiellement extraordinaire pour des populations riveraines lors d’un naufrage. Courant octobre, le Samuel est convoyé depuis Lisbonne vers un port français par un équipage de prise prélevé sur celui du corsaire. Le commandement est assuré par le lieutenant de la Sainte-Barbe, Lesieul à la tête de vingt hommes, mélange de Malouins et de matelots venus de différents ports de la Manche et de l’Atlantique, hommes jeunes de moins de trente ans, rompus aux tribulations de la guerre de course.

  • 6 Jacques Peret, op. cit., p. 27-28.

4Coup de malchance, le Samuel essuie une des premières tempêtes de la mauvaise saison dans la traversée souvent difficile du Golfe de Gascogne et le 16 octobre affronte « une violente tourmente » au large de la côte landaise. Obligé de mettre à la cape, avec « quatre pieds d’eau dans le navire », il se réfugie en catastrophe dans l’estuaire de la Gironde aux passes redoutables, guidé par le phare de Cordouan construit au milieu de l’estuaire, première vision monumentale et surprenante qui s’offre aux marins venus de la haute mer au milieu des déferlantes qui blanchissent les bancs de sable de l’entrée de la « rivière de Bordeaux ». Il gagne la rade du Verdon, premier abri en venant du large où stationnent pratiquement tous les voiliers entrant ou sortant de l’estuaire, paysage maritime où le calme du mouillage contraste avec la houle et les violents courants de l’estuaire. Alors que le Samuel paraît tiré d’affaire et embarque trois pilotes de Pauillac, en vue de conduire la prise à Bordeaux, le lendemain, 17 octobre, un nouveau coup de vent d’ouest-sud-ouest balaie brutalement la rade et lève une grosse houle. La rade du Verdon, espace maritime protégé, devient en quelques heures un piège pour les navires au mouillage et rapidement le Samuel casse le câble de son ancre et « dérade » du Verdon. La frégate, poussée par le vent et la « grosse mer » devient un vulgaire bouchon, incontrôlable, dérivant à travers la Gironde. « Le grand mauvais temps » a transformé le paysage maritime de l’estuaire en quelques heures, avec en ligne de fond une côte devenue inhospitalière. En début d’après midi, le Samuel « est jeté » près de Meschers, sur « la côte de Suzac », devant la conche de l’Arnèche, à quelques encablures de la côte sur un banc de rochers à demi immergé. Ce type d’accident, relativement fréquent, se retrouve tout au long du xviiie siècle pour une cinquantaine de navires qui brisent leur mouillage au Verdon, partent à la dérive et s’échouent sur la rive saintongeaise entre Royan et Meschers6.

  • 7 Paysage à opposer à ceux des « côtes sauvages » des îles de Ré, d’Oléron ou de la côte d’Arvert, r (...)

5Éventré par les rochers, le Samuel se disloque rapidement sous les coups de butoir des vagues. Huit marins parviennent avec le canot de la frégate à atteindre le rivage. Sans secours extérieur, ils gagnent au hasard la maison de Jeanne Babillot, alertée par des « voix d’hommes plaintives » qu’elle découvre « tout mouillés » à sa porte. Aussitôt ils sont emmenés auprès du notaire de la baronnie de Didonne, remplaçant le sénéchal, autorité locale de référence en quelque sorte ; on est frappé en cet après midi du 17 octobre par la rapidité de la mobilisation et un petit groupe d’habitants part vers la côte où quelques personnes se sont déjà rassemblées. Le notaire Bourrigaut qui fait figure de chef des opérations ne peut que constater, au vu de la mer déchaînée, qu’ » il est impossible d’aller au navire naufragé sans perdre la vie », paysage tragique d’un naufrage délimité par le rocher immergé sur lequel se disloque le Samuel et une conche sableuse bordée de falaises et encadrée d’un estran rocheux7. La petite troupe ne peut qu’assister à la tentative désespérée des membres de l’équipage restés sur le navire pour gagner le rivage. Quatre y parviennent, un à la nage, les autres attachés à des morceaux de l’épave. Ils sont récupérés dans les rouleaux énormes par les habitants de Meschers formant une chaîne humaine arrimée au cheval du greffier de la baronnie. L’un d’entre eux est tiré de l’eau à demi noyé et on lui « panche la tête en bas pour lui faire rendre l’eau et en a rendu beaucoup par le nez et par la bouche ». En revanche, ils voient trois autres marins « sur des bouts de bois », jetés contre les rochers et périr, scènes tragiques mais banales d’un naufrage. Globalement, les habitants de Meschers menés par les représentants de la baronnie, font ce qu’ils peuvent pour sauver les naufragés ; les rescapés reçoivent des vêtements puis sont emmenés au bourg « pour leur donner à boire et manger ».

6Cette première phase du naufrage, le 17 octobre, met en tout cas en évidence la réalité de riverains qui font leur devoir de sauvetage, réaction de populations confrontées quotidiennement aux périls de la mer, phénomène qui se retrouve pour pratiquement tous les naufrages sur les côtes saintongeaises tout au long du xviiie siècle. En revanche, dès la soirée du 17 et le 18 octobre, les comportements des riverains se modifient très vite.

Le territoire des riverains

7À partir du 18 octobre, les restes disloqués de l’épave et sa cargaison deviennent pour les riverains un fabuleux pactole échoué sur quelques centaines de mètres, le récif sur lequel s’est plantée l’épave, la petite conche de l’Arnèche, les rochers qui la bordent et les deux conches voisines, théâtre du drame puis du « sauvement » et enfin du pillage.

  • 8 Trois jours de délai pour l’intervention de l’amirauté en moyenne au xviiie siècle, cf. Jacques Pe (...)
  • 9 Personnages clés chargés de surveiller le rivage dans chaque paroisse. Jacques Peret, « Les garde- (...)

8L’article 3 de l’ordonnance de la marine fixe précisément les règles d’organisation du « sauvement » placé sous la responsabilité de l’Amirauté. Il fait dans un premier temps obligation aux seigneurs et aux communautés d’habitants, « d’en avertir les officiers de l’Amirauté » et en attendant leur arrivée de « travailler à sauver les effets et d’en empêcher le pillage ». Le cas du Samuel est intéressant car il montre en 1697 l’inachèvement du système. On est frappé par la lenteur de l’intervention des officiers8 de l’Amirauté. Il semble d’une part que les autorités locales ne se soient pas précipitées pour les avertir et il faut que plusieurs rescapés de l’équipage se déplacent en personne à Marennes le 21 octobre pour que la machine administrative se mette en route ; les officiers mettront encore plusieurs jours avant d’atteindre les lieux du naufrage soit une bonne semaine d’absence de l’administration royale. Il faut ajouter qu’à Meschers, les garde-côtes chargés dans chaque paroisse de surveiller le littoral et d’organiser les opérations de « sauvement » n’ont jamais été mis en place9.

9Ici, ce sont les officiers seigneuriaux qui prennent les choses en main, en l’occurrence les deux notaires remplaçant le sénéchal et le procureur de la baronnie de Didonne dont relève Meschers. Ce sont eux qui organisent dès le 17 les opérations de sauvetage et dressent les premiers procès-verbaux où sont consignés les témoignages de l’équipage et les inventaires des épaves venues à la côte. Ils suppléent également à l’absence des gens de l’Amirauté pour régler le sort des noyés de l’équipage, car les « corps commencent à se corrompre ». Les huit corps sont examinés par un chirurgien de Meschers, identifiés mais enterrés non pas dans le cimetière paroissial mais dans de simples fosses creusées dans le sable « en haut de la conche », territoire ordinaire des noyés le plus souvent exclus de la terre chrétienne.

  • 10 Louis Hannibal du Breuil, chevalier seigneur de Théon, 57 ans et Antoine du Breuil, seigneur de Ch (...)
  • 11 ADCM, B 52.
  • 12 Voir Alain Cabatous, op. cit., ch. V.
  • 13 Ils tentent de bloquer la procédure en faisant appel devant le Parlement de Bordeaux en mai 1698.

10Mais dès le 18, les deux notaires pris entre le devoir de représenter l’administration royale absente et le devoir de veiller « à la conservation des droits de Monseigneur de la présente Baronnie » sont débordés à la fois par l’arrivée en force des riverains et par l’intervention musclée de deux seigneurs locaux, Louis Hannibal du Breuil, seigneur du Théon puis son fils seigneur de Château-Bardon, « seigneurs pour partie de Meschers10 ». Ceux-ci prennent la tête des opérations de récupération des épaves assistés par leurs métayers, valets et une partie de la population, reléguant au second plan les officiers de la baronnie de Didonne. L’enquête lancée par l’amirauté accumulera les témoignages à charge contre les deux nobles. Les notaires de la baronnie de Didonne notent ainsi que les dits seigneurs « ont enlevé et emporté de leur autorité avec des charrettes11 », les agrès et pièces du Samuel, tout comme le curé de Meschers qui les « trouva qui faisaient charger sur des charrettes ». Présents en personne sur la grève, ils utilisent leurs valets et leurs métayers réquisitionnés avec leurs attelages. C’est une noria de charrettes conduites par les paysans dépendant des deux seigneurs qui remonte les agrès et apparaux du navire, les pièces nobles en quelque sorte et les marchandises les plus précieuses conduites vers les demeures des deux nobles. La récupération des carreaux de marbre blanc sur l’épave illustre bien le système : le sieur de Théon réquisitionne une chaloupe et la fait conduire au petit port de Saint-Georgesde- Didonne où l’attend sa femme de chambre et un de ses métayers chargé de transporter les précieux carreaux de marbre dans sa demeure. Circonstance aggravante, les deux nobles « chassèrent et maltraitèrent » les survivants de l’équipage, et Château-Bardon « voulut par trois fois passer son épée à travers le corps du sieur Legrand contremaître ». Nos deux seigneurs représentent une petite-moyenne noblesse provinciale bien ancrée sur ses terres, avec son réseau et sa clientèle ; elle reste turbulente, violente, dans la ligne de celle de la première modernité mais voit ses pouvoirs et ses intérêts menacés par la législation louis-quatorzienne. Leurs interrogatoires mettent en évidence la difficile soumission à l’ordre royal12 : d’un côté, ils revendiquent « la conservation de leurs droits de naufrage », tout en constatant que l’ » ordonnance les en prive ». Ils en tirent d’ailleurs les conséquences et ne se sentent « plus obligés de commettre des personnes pour garder les épaves » (obligation faite par l’ordonnance de la marine aux seigneurs). Mais ils ne s’en présentent pas moins comme des hommes d’ordre, niant tout action de pillage et au contraire ayant organisé le « sauvement » des épaves, en mettant le tout en lieu sûr dans leurs maisons puisqu’il n’était pas « possible de les garder sur la côte ». Au delà de ces arguties de circonstance, on se trouve là devant des seigneurs traditionnels exerçant à leur façon leurs anciens droits de bris et de naufrage, maîtres de leur territoire incluant le rivage, avec l’appui de leur réseau de valets et de métayers13.

  • 14 Sur la typologie du pillage voir Jacques Peret, op. cit., ch. IX.

11Parallèlement, la conche de l’Arnèche est envahie le même jour par les habitants de Meschers pour un pillage de grande envergure avant que n’arrivent les officiers de l’Amirauté. Les différents témoignages évoquent « 100 habitants », « grande quantité de peuple dont 70 à 80 de Meschers », la femme d’un sergent affirmant quant à elle « qu’il n’y a pas six maisons dans le bourg qui n’aient été au naufrage », autant d’indices de comportements collectifs excluant par ailleurs les étrangers mis à part quelques habitants de Saint- Georges-de-Didonne dont les grèves ne sont qu’à quelques centaines de mètres du lieu du naufrage. Ce pillage communautaire prend d’abord l’allure d’un ramassage14 de tout ce qui se présente, bois de l’épave et marchandises diverses éparpillées sur les grèves. Jean Sallignac de Meschers voit ainsi plusieurs personnes, « les uns emportaient du bois, les autres toiles et ballots », tandis que Pierre Garnier observe « quantité d’habitants qui tiraient du bois et autres débris », d’autres témoins dénonçant le ramassage à grande échelle de bouteilles de vin ou de drogue. Cette pratique du ramassage prend ici une grande ampleur du fait de la concentration des épaves sur une portion limitée du littoral où viennent en masse les habitants de la paroisse. Un cran au dessus, les plus résolus passent à la démolition systématique de l’épave du Samuel ; André Bon, laboureur à bras, remarque que « plusieurs avaient des haches qui coupaient les bois du naufrage, l’emportaient sur des chevaux ou les épaules », autre indice de la diversité du pillage. Jean Thomas, farinier, présente en cela un beau profil de pilleur-dépeçeur, dénoncé tout à la fois pour avoir dérobé de la noix de galle, de nombreux vêtements, la pompe du navire et avoir « travaillé à rompre le bâtiment desquelles pièces il a emporté une partie chez lui ».

  • 15 D’autant plus que les naufrages sont relativement rares à Meschers au fond de l’estuaire.

12Le naufrage est un moment privilégié où s’expriment les solidarités communautaires traditionnelles. Les témoignages de l’enquête révèlent d’abord des pratiques coutumières collectives, d’abord celle « d’aller à la côte » lorsqu’un naufrage est annoncé, le procureur de la baronnie de Didonne parlant ainsi de « coutume d’y aller » ; Marthe Neau, par exemple, « a eu la curiosité d’aller à la côte » tandis que Jean Pineau est allé « à la côte s’y promener et voir ce qui s’y passait ». Mais l’argument le plus fréquent est celui de la réquisition pour le sauvetage, le syndic de la communauté de Meschers défendant ainsi les habitants qui « n’y ont été que pour donner aide et tâcher de sauver les hommes d’équipage et marchandises ». Ces bonnes raisons de descendre sur les grèves font passer presque naturellement du sauvetage des hommes au ramassage des épaves, pratique traditionnelle rassemblant la communauté dans un large consensus. Ces solidarités du pillage s’expliquent largement par les fabuleuses richesses de la cargaison du Samuel15 où chacun trouve son compte du morceau de bois au ballot de toile. Les grèves donnent alors l’impression d’une ruche où chacun se précipite pour enlever ce qu’il peut, le plus vite possible avant l’arrivée des gens de l’Amirauté. Ce chacun pour soi se déroule sans trop de heurts dans un premier temps, le seigneur organisateur s’accaparant la meilleure part (marbre, agrès du navire, textiles, caisses de vin de Florence), laissant de fait le reste des marchandises et épaves « sur la grève au pillage ». On voit bien que l’estran est considéré par les paroissiens comme un espace communautaire où s’exercent traditionnellement un certain nombre de pratiques depuis les pêches à pied jusqu’au pillage des épaves.

13Quoiqu’il en soit, en deux ou trois jours toutes les épaves et marchandises échouées autour de la conche de l’Arnèche sont enlevées par les charrettes des deux seigneurs, ou sur les chevaux et les épaules des habitants de Meschers. André Bon, déjà aperçu, après avoir décrit « presque tout le peuple de la paroisse » pillant épaves et marchandises, est tout surpris le lendemain matin de ne plus rien trouver sur la plage, nettoyée en une journée avant l’arrivée des officiers de l’Amirauté.

Une communauté déchirée

14Si la phase du pillage proprement dit se limite au territoire seigneurial et communautaire de Meschers, l’arrivée des officiers de l’Amirauté et l’ouverture de la procédure élargissent le champ géographique et brisent l’unanimité de la communauté. Lorsque la machine de l’Amirauté de Marennes se met en place sous la direction de Marquart, le lieutenant civil, la procédure enserre très vite la paroisse. Plus de 30 témoins sont interrogés, sans compter 20 « confessions volontaires », pendant la première quinzaine de novembre 1697, puis en mars 1698 où une nouvelle charrette de suspects et de témoins est soumise à interrogatoires. Les officiers de l’Amirauté lancent une procédure criminelle contre les deux seigneurs et cernent les pilleurs avec méthode sans épargner les notables de la paroisse, curé et syndic de Meschers en tête. La machine judiciaire ratisse également plus large touchant les paroisses limitrophes, Saint-Georges-de-Didonne, Semussac, Talmont, Royan. Le pouvoir royal s’appuie aussi sur l’autorité ecclésiastique par le biais des monitoires faisant obligation aux témoins de venir révéler ce qu’ils savent du pillage sous peine d’excommunication. Lancé le 4 janvier 1698 par l’évêque de Saintes, le monitoire est publié et lu dans sept paroisses ; les deux mois suivants neuf paroissiens viennent faire leurs déclarations auprès de plusieurs curés des environs pour y dénoncer des pilleurs, des revendeurs comme la demoiselle Demote qui « avait ouï dire que le nommé Millet s’était saisi de quatre carreaux de marbre », autant d’éléments supplémentaires qui permettent de resserrer les mailles du filet. Les interrogatoires mettent aussi en évidence une aire élargie du réseau de recel et de revente des produits du pillage. Talmont, Saint-Georges, Royan voient circuler les bouteilles de vin italien, des morceaux de marbre, de la noix de galle, comme Jean Bonneau, maître cordonnier de Talmont qui reconnaît avoir acheté une bouteille de vin pour 8 sous d’un tisserand de Meschers, partie émergée de l’iceberg des trafics qui irriguent un petit pays.

  • 16 ADCM, B 52, information, confessions volontaires, interrogatoires, et B 54 révélations des monitoi (...)

15Enfin, très vite, le pactole du Samuel déchire l’apparente unanimité communautaire. Les interrogatoires, les révélations des monitoires16 font apparaître au grand jour de multiples tensions selon des clivages à la fois sociaux et personnels. Les deux seigneurs sont les premiers visés avec 22 témoins « à charge » ; la majorité se contente d’insister sur l’ordre qui leur a été donné de se rendre sur les lieux du naufrage comme Jean Houard auquel « le sieur de Théon ordonna d’aller à la côte avec sa charrette ». Mais on en profite pour dénoncer aussi le rôle moteur des deux seigneurs et de leurs hommes de main (6 dénonciations contre les valets et métayers seigneuriaux) avec une profusion de détails sur les formes du pillage et aussi les violences du sieur de Château-Bardon. L’image de la paroisse unie autour de son seigneur en prend un rude coup et les sieurs de Théon et Château-Bardon font plutôt figure de maîtres auxquels on obéit surtout par crainte mais avec lesquels on n’hésite pas à régler des comptes lorsque l’occasion se présente.

16Les déchirures traversent aussi le microcosme de Meschers. On se montre cependant dans l’ensemble prudent avec beaucoup de précautions oratoires, avec le « ouï dire » ou la dénonciation commode de « personnes inconnues », peu crédible dans une communauté d’un millier d’habitants. Outre les seigneurs et leurs hommes, neuf personnes sont dénoncées nommément dont le curé, le greffier de la baronnie, deux sieurs, autant d’occasions de se défouler contre les notables. Pour le reste, sont dénoncés deux femmes pour recel (« il y a une basse pleine d’anis chez la nommée Babillot ») et trois quidams dont se détache la figure de Jean Thomas, déjà aperçu, dénoncé par dix personnes, véritable bouc émissaire de la paroisse, accusé tout à la fois de multiples pillages, de trafics et pour ses violences, ayant « mis l’épée à la main » pour forcer plusieurs paroissiens à abandonner le fruit de leur pillage à son profit. Thomas a sans doute transgressé les règles du « pillage communautaire équitable », se mettant à l’index de la communauté qui se venge à sa façon en le dénonçant à la justice royale.

17Le naufrage du Samuel constitue finalement un passionnant révélateur de la vie maritime et du littoral. Cette « fortune de mer » fait surgir les paysages des marins, les sautes d’humeur de la mer qui transforment une rade et un estuaire paisibles en enfer, rappel banal de l’impuissance des gens de mer face aux éléments déchaînés. Ce naufrage dessine aussi le territoire des riverains sur lequel se rencontrent naufragés et terriens. Le sauvetage des hommes va de soi, à l’opposé des images du naufrageur pilleur et meurtrier. Le pillage n’en est pas moins banal sur les grèves, traduction d’une appropriation par les riverains d’un territoire sur lequel s’exercent des pratiques coutumières. Le ramassage et le pillage des épaves rassemblent l’ensemble des paroissiens unis dans une prédation rituelle sur leur territoire où les étrangers ne sont pas les bienvenus. Mais cette solidarité atteint très vite ses limites, les tensions sociales et individuelles reprenant très vite le dessus. L’affaire du Samuel est significative par sa date, 15 ans après la publication de l’ordonnance de la marine. Ce bout de littoral est un lieu d’affrontement entre un pouvoir seigneurial jaloux de ses droits traditionnels, qui y jette ses derniers feux, une population littorale attachée à ses usages de la côte et l’administration royale représentée par l’Amirauté aux rouages mal huilés. Cette affaire n’illustre-t-elle pas la rencontre conflictuelle de deux mondes, un temps de transition entre les « côtes barbares » selon la belle expression d’A. Cabantous et un littoral mieux policé, pris dans les mailles du filet tissé par l’État moderne ?

Notes

2 Ouvrage de référence, Alain Cabantous, Les Côtes barbares. Pilleurs d’épaves et sociétés littorales en France (1680- 1830), Fayard, 1993, 311 p. ; voir aussi Jacques Peret, Naufrages et pilleurs d’épaves sur les côtes charentaises aux xviie et xviiie siècles, La Crèche, Geste éditions, 2004, 263 p.

3 Archives départementales Charente-Maritime (ADCM), Amirauté de Marennes, B 22, B 52, B 54, 1697-1698. Yajouter B 56 et 57.

4 Les 45 articles consacrés aux « naufrages, bris et échouements » règlent précisément les procédures, les compétences, les sanctions, les navires et les équipages étant désormais placés sous la protection du roi.

5 Le capitaine anglais John Hanghton indique « qu’aucune marchandise n’a été enlevée et qu’il a reçu tout le bon traitement qu’il pouvait espérer en pareille rencontre » (B 22).

6 Jacques Peret, op. cit., p. 27-28.

7 Paysage à opposer à ceux des « côtes sauvages » des îles de Ré, d’Oléron ou de la côte d’Arvert, rivages déserts bordés de dunes.

8 Trois jours de délai pour l’intervention de l’amirauté en moyenne au xviiie siècle, cf. Jacques Peret, op. cit., p. 95-102.

9 Personnages clés chargés de surveiller le rivage dans chaque paroisse. Jacques Peret, « Les garde-côtes sentinelles du rivage : une autorité ambiguë et contestée », Cahiers du GERHICO, n° 7, 2004, p. 105-116.

10 Louis Hannibal du Breuil, chevalier seigneur de Théon, 57 ans et Antoine du Breuil, seigneur de Château Bardon, son fils, âgé de 28 ans.

11 ADCM, B 52.

12 Voir Alain Cabatous, op. cit., ch. V.

13 Ils tentent de bloquer la procédure en faisant appel devant le Parlement de Bordeaux en mai 1698.

14 Sur la typologie du pillage voir Jacques Peret, op. cit., ch. IX.

15 D’autant plus que les naufrages sont relativement rares à Meschers au fond de l’estuaire.

16 ADCM, B 52, information, confessions volontaires, interrogatoires, et B 54 révélations des monitoires.

Notes de fin

1 Professeur d’histoire moderne, université de Poitiers-GERHICO.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540