Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Histoire et représentations du littoral

Capitaines et maîtres de barques en Basse Bretagne au xviiie siècle

Philippe Jarnoux

Texte intégral

  • 1 Professeur d’histoire moderne, université de Brest CRBC/UBO-Brest.

1Note portant sur l'auteur1

  • 2 L’amirauté de Cornouaille siège à Quimper et s’étend de la Laïta (limite actuelle entre Morbihan e (...)

2De 1736 à 1789 plus de 900 capitaines et maîtres de barques sont reçus dans les amirautés de Cornouaille et de Léon qui recouvrent les côtes les plus occidentales de la Bretagne, depuis les berges de la Laïta jusqu’à la rivière de Morlaix2. L’observation de ces hommes, à partir des dossiers constitués lors de leurs réceptions, permet de discerner des réalités géographiques fines, des logiques spatiales, des réseaux et des maillages territoriaux.

  • 3 Les deux amirautés qui nous intéressent ici sont définitivement établies en 1691.
  • 4 L’examen de réception se déroule en présence des juges de l’amirauté, du professeur d’hydrographie (...)
  • 5 Archives départementales du Finistère (ADF), B 4283 à B 4287.
  • 6 Ibid., B 4289 à B 4295.

3À partir du règne de Louis XIV, l’intérêt de l’État pour les choses maritimes se traduit par la mise en place progressive des amirautés sur les littoraux3 et la définition de plus en plus rigoureuse et précise —d’aucuns diraient tatillonne — de procédures administratives surveillant et encadrant les gens de mer. C’est cette présence nouvelle et plus contraignante de l’État sur les littoraux qui nous permet de disposer aujourd’hui de sources précises sur les réceptions de capitaines et maîtres de barques. Les amirautés conservent en effet des registres de réception comportant nombre d’indications quant à l’état civil des candidats, la qualité des examinateurs4 voire les questions qu’ils ont posées5… et les dossiers de pièces présentées par les futurs capitaines « à l’appui de leurs requêtes » qui permettent de retracer avec un minimum de précision leur carrière préalable6.

  • 7 On pourra peut-être s’étonner de l’usage fait ici d’un simple inventaire d’archives. Mais la quali (...)

4Hélas c’est aussi indirectement la présence de l’État sur les littoraux — présence militaire cette fois — qui a fait que les archives de l’amirauté de Brest ont presque toutes disparu. Détruites pendant les bombardements de Brest lors de la seconde guerre mondiale, il n’en subsiste que quelques épaves et un remarquable inventaire établi par Henri Bourde de la Rogerie qui permet de connaître la liste, les noms et les origines géographiques des capitaines reçus mais nous prive de tous les autres renseignements7. Ces sources disparates et insatisfaisantes permettent néanmoins d’approcher un monde important pour la compréhension des fonctionnements sociaux des littoraux puisqu’à l’interface entre le milieu des gens de mer dont les capitaines sont très largement issus et les petites élites locales qu’ils aspirent souvent à intégrer ou à incarner.

  • 8 Gérard Le Bouëdec, « L’État et le cabotage en France et en Europe aux xviie-xviiie siècles », dans (...)
  • 9 En Cornouaille, l’effet de l’ordonnance de 1740 n’apparaît pas dans les réceptions ; en Léon, les (...)

5L’ordonnance de 1681 a établi des règles de réception précises pour les capitaines et les maîtres de barque admis seulement à pratiquer le petit cabotage. Ils doivent avoir 25 ans, avoir navigué pendant au moins cinq années sur des navires marchands et avoir servi pendant deux campagnes sur les vaisseaux de la Marine royale. À partir de 1740, une nouvelle ordonnance prévoit un examen plus simple pour les maîtres au cabotage pour lesquels ne sont plus requises que quatre années de navigation8. Localement, il ne semble pas que cette nouvelle législation, censée régulariser des situations de non-droit puisque des marins exerçaient des activités de maître sans en avoir le titre, ait profondément modifié le portrait des futurs maîtres et capitaines9.

Espaces et ouvertures

  • 10 K. Gree, Les Capitaines de navires dans l’amirauté de Cornouaille au xviiie siècle (1735-1755), (...)

6Nos deux amirautés présentent un profil bien différent dans leur recrutement. L’opposition est d’abord manifeste du point de vue numérique. En Cornouaille, on ne reçoit presque jamais plus de 10 capitaines par an et cela traduit de toute évidence l’atonie relative des activités marchandes du littoral cornouaillais au xviiie siècle, sans port dynamique de ce point de vue, sans production régulièrement exportable en grande quantité, mais aussi sans centre d’importation majeur. Au total, 246 réceptions de capitaines peuvent être relevées en 54 ans, soit une moyenne annuelle inférieure à 5, avec une tendance à la baisse pour les deux dernières décennies10.

  • 11 Ce chiffre est, de plus, un minimum puisque l’inventaire de Bourde de la Rogerie ne signale pas de (...)

7Le chiffre, déjà très modeste en lui-même, apparaît plus réduit encore quand on le compare aux données de l’amirauté de Brest dans laquelle 651 réceptions ont lieu11. Ici la tendance à l’augmentation du nombre de réceptions apparaît même évidente puisque 314 hommes (48 % du total) sont reçus après 1775. Le lien avec la conjoncture guerrière est alors manifeste. La guerre d’Amérique ne se marque pas par un gonflement du nombre des réceptions de marins locaux mais par un afflux considérable de navigants extérieurs à l’amirauté de Brest, qui s’y font recevoir, sans doute parce qu’ils y travaillent, constamment ou au moins régulièrement. Entre 1779 et 1782, les nouveaux capitaines sont pour 55 % des étrangers à l’amirauté ; la guerre terminée ce pourcentage retombe vite en dessous de 30 %. C’est le poids prépondérant de la base militaire en pleine activité et attirant à elle des flux de marchandises sans cesse croissants qui transparaît ainsi.

  • 12 Elles concernent un Napolitain, un marin de Bréhat, un de Landerneau, un Lorientais et trois Borde (...)
  • 13 Les premiers viennent de Cancale, Dinan, Pleurtuit, Saint-Briac, Saint-Jacut, Saint-Malo et Saint- (...)
  • 14 On compte par exemple 10 Rouennais, 12 Dieppois et 22 Havrais. Pour ces derniers, l’influence des (...)

8Ces réceptions fréquentes de capitaines étrangers à l’amirauté à Brest constituent un autre élément de différenciation avec l’amirauté de Quimper. En Cornouaille, on ne note en effet que 7 réceptions de ce type entre 1737 et 1789, soit moins de 3 % du total 11. À Brest en revanche, le phénomène est banal puisqu’au moins 167 hommes venant de 73 ports différents sont dans ce cas, soit 25 % du total. La provenance de ces « étrangers » révèle à la fois les grands pôles marchands des littoraux français et les contacts privilégiés que la région brestoise entretient avec eux. Le complexe malouin compte ainsi12 nouveaux capitaines reçus à Brest, tout comme l’ensemble constitué par Nantes et la Basse Loire tandis que 10 hommes viennent de la région bordelaise13. Mais plus que tout, c’est l’importance de la présence normande qui frappe. Soixante-six nouveaux capitaines et maîtres brestois proviennent d’une quinzaine de ports de la Basse Seine et de la Haute Normandie, entre Rouen, Le Havre et Dieppe14. Particulièrement importante pendant les périodes de guerre, la présence de ces marins normands traduit des habitudes commerciales et plus encore des situations de refuge pour des ports particulièrement menacés par la proximité de la Grande Bretagne et dont les activités se trouvent ponctuellement paralysées ou menacées de l’être.

9Entre Cornouaille et Léon, ce sont, au final, deux réalités maritimes différentes que l’on devine derrière ces données. D’une part, un littoral peu fourni en activités marchandes et n’attirant pas l’installation de marins de l’extérieur ; de l’autre un espace dominé et polarisé par un grand port militaire où nombre de marins sont venus pendant leurs périodes de classes et qui draine pour son ravitaillement habituel des flux importants depuis la Manche comme depuis le golfe de Gascogne. Le rôle croissant de Brest dans la deuxième moitié du siècle explique à la fois les rythmes du recrutement et les formes ultérieures de la navigation des marins locaux tandis qu’en Cornouaille la réduction du nombre de réceptions traduit aussi l’absence de pôle portuaire majeur.

10Si l’on se penche sur la provenance géographique des nouveaux capitaines originaires des deux amirautés, c’est un autre phénomène qui apparaît, celui de la concentration des activités, des habitudes et des populations de marins sur certaines parties du littoral tandis que d’autres n’en fournissent apparemment pas. En Léon, quelques pôles se détachent : l’est autour de Roscoff et de Batz, mais surtout l’extrême ouest, depuis Ploudalmézeau jusqu’à Brest en passant par le cas tout à fait unique de Porspoder où 150 hommes sont reçus capitaines en un demi-siècle.

  • 15 Les villages les plus peuplés de la paroisse sont ceux de Kerdrevor et L’Aber près de l’Aber Ildut (...)
  • 16 Ibid., p. 99.
  • 17 Camaret, à bien des égards, ressemble à Porspoder. Dans les deux cas, la population de gens de mer (...)
  • 18 M. Russon, « L’Aber Wrac’h et les terroirs littoraux environnants : portrait d’une société maritim (...)
  • 19 Olivier Levasseur, « La pluri-activité sur le littoral septentrional de la Bretagne d’après les ra (...)

11Ici, à l’extrême ouest de la péninsule bretonne, là où précisément les conditions de navigation sont les plus difficiles, les activités maritimes ont pris, dès le Moyen Âge une ampleur remarquable. Des petits ports actifs, Argenton, L’Aber Wrach, L’Aber Ildut, Le Conquet, ont, dès le xve siècle, envoyé des navires de la Hollande au Portugal. Ils ont développé des chantiers de construction navale, maintenu jusqu’au xviiie siècle de réelles activités d’armement de navires et la rareté relative et la médiocrité des espaces agricoles sur cette terre sans arbres et sans cesse battue de vents a créé des conditions presque insulaires. Porspoder compte à la fin du xviiie siècle quelques 400 ménages vivant surtout dans de gros villages de marins à quelques centaines de mètres de la côte et à proximité immédiate des ports de la paroisse (L’Aber et Pors Melon) ou d’Argenton dans la paroisse voisine de Landunvez15. De 1748 à 1757, le recteur de la paroisse note scrupuleusement « l’absence en mer » des pères lors de 31 % des baptêmes, pourcentage suffisamment éloquent pour montrer l’ancrage maritime considérable de cette paroisse16. Ici, de façon presque exceptionnelle, le monde paysan apparaît secondaire et repoussé dans l’intérieur des terres. Dans l’amirauté de Cornouaille, même si le phénomène est moins marquant, on note des concentrations sensibles dans la presqu’île de Crozon17, le cap Sizun, le pays bigouden et le pays de Quimperlé. En revanche, certaines zones frappent par leur absence : le nord du littoral léonard ou l’est de la rade de Brest par exemple. Dans la rade de Brest, ce sont majoritairement les marins de Porspoder et de ses environs qui assurent les échanges locaux. Au nord du Léon, l’Aber Wrac’h, au commerce actif à la fin du Moyen Age18, a périclité et l’on ne retrouve plus à Landéda, Lannilis ou Plouguerneau, que quelques groupes restreints de pêcheurs et un commerce insignifiant19.

  • 20 Cf. les réflexions de Gérard Le Bouedec, Les Bretons sur les mers, Rennes, Ouest France, 1999, sur (...)
  • 21 L’absence totale de Concarneau dans les registres de l’amirauté de Quimper est à cet égard surpren (...)

12Comprendre cette répartition précise des marins et des capitaines suppose de s’interroger sur les réalités économiques de ces micro-régions, sur les facultés d’y établir des ports, d’y capter des flux de redistributions de produits agricoles ou d’importations, sur le rapport entre la navigation marchande et la pêche ou sur l’impossibilité ou au moins l’extrême difficulté à développer des formes d’agriculture suffisamment productives20. Les cas des îles illustre à merveille les adaptations souvent délicates et fragiles des populations. Ouessant et Molène fournissent bon nombre de maîtres de barque et participent de ce groupe de paroisses prolifiques en marins qui profitent de la proximité de Brest. Batz bénéficie des activités de Roscoff tout en maintenant des possibilités agricoles réelles tandis que Sein ne fournit a priori aucun maître de barque alors qu’on sait par ailleurs que ses hommes sont avant tout pêcheurs ou pilotes côtiers. Au final, la carte de la provenance des capitaines et maîtres de barque reproduit donc assez clairement mais avec quelques distorsions celle des régions où l’activité maritime est sinon prépondérante, du moins très important21.

Carrières et devenirs

13Pour comprendre un peu les carrières et les parcours de nos individus, il faut abandonner le Léon aux archives insuffisantes et nous concentrer sur l’amirauté de Cornouaille.

  • 22 Dans certains cas, il s’agit de plus, d’individus qui, après avoir été reçus maîtres, accèdent au (...)

14Arrêtons-nous d’abord sur les âges au moment de la réception. Les ordonnances royales prévoyant qu’on ne peut être reçu avant 25 ans sont presque totalement respectées puisque seuls deux hommes dérogent à la règle et sont reçus à 24 ans. En revanche, près de la moitié des nouveaux maîtres et capitaines ont entre 25 et 30 ans et moins de 15 % d’entre eux dépassent les quarante ans22. Le grand nombre d’individus obtenant leur grade à 25 ou 26 ans révèle à la fois des stratégies familiales (le fils reçu dès qu’il le peut pour succéder au père ou les différents fils d’un même homme accédant à la maîtrise pour entrer pleinement dans la vie d’adulte) mais aussi un respect rigoureux de la règle imposée qui n’est pas sans intérêt quant à l’efficacité des processus de contrôle étatique sur les populations de gens de mer (tableau 1).

Tableau 1. Âge des capitaines

Tableau 1. Âge des capitaines

15L’observation de l’âge moyen lors des réceptions est significative d’évolutions générales des activités marchandes cornouaillaises. D’une part, le nombre de réceptions recule à mesure que le siècle avance ; d’autre part l’âge moyen s’élève régulièrement. Très légèrement supérieur à 30 ans jusqu’aux années 1760, il s’élève ensuite à 33 ans entre 1768 et 1788. Signe probable des difficultés ou des carences commerciales des ports cornouaillais, de la modestie de la flotte locale, de la médiocrité des revenus qu’on en tire, de la fermeture progressive du milieu et de la faiblesse des perspectives d’avenir. Entre les pôles de cabotage actif que sont les littoraux vannetais, l’estuaire de la Loire ou même la région brestoise, le littoral cornouaillais peine manifestement à trouver une place.

16D’autres indices confortent cette idée. Les début de carrière comme mousse sont en effet de plus en plus précoces : 16,4 ans entre 1735 et 1755, 15,1 ans entre 1756 et 1789 alors même que l’on devient matelot un peu plus tardivement : 20,6 ans dans la première période, 21,3 dans la seconde et qu’avant d’être capitaine on passe de plus en plus fréquemment sur un grand nombre de bâtiments. Avant 1755, 52 % des nouveaux reçus avaient navigué comme matelot sur au moins cinq bâtiments différents ; dans la seconde moitié du siècle, ils sont 88 % dans ce cas. Les carrières commencent donc plus jeunes, les ascensions professionnelles sont plus lentes et les employeurs successifs plus nombreux.

17Dans leurs étapes, ces parcours de futurs maîtres et capitaines sont pourtant presque tous identiques et les cas divergents sont rares. On ne peut guère citer que quelques hommes venus de l’intérieur des terres et surtout quelques fils de notables du littoral à l’image de Claude-Marie Loriant, fils d’un avocat de Crozon ou de Jean Frollo, issu d’une vieille famille de la bourgeoisie quimpéroise et dont le père fut même maire de la ville. Ces hommes ne s’intègrent pas aux mêmes groupes. Tandis que la très grande majorité de nos capitaines se contentent d’être maîtres au petit cabotage, les quelques notables repérés s’orientent quant à eux vers le long cours, navigueront plutôt pour la Compagnie des Indes ou tenteront une carrière dans la marine royale. Dans un cas, l’accès au grade de capitaine ou de maître de barque est l’effet d’une reproduction sociale et le produit d’un insertion forte dans le groupe des petits notables paroissiaux, dans l’autre, il n’est qu’une étape — originale ou atypique — dans des stratégies professionnelles plus larges qui relèvent plus de la bourgeoisie aisée que du monde des gens de mer.

18Quoiqu’il en soit, cette carrière maritime, souvent longue déjà de 10 à 20 ans avant l’accession au grade final assure d’une compétence probable des marins mais elle s’est très souvent déroulée dans un espace géographique assez restreint comme le montre le récapitulatif des ports fréquentés avant la réception (tableau 2).

  • 23 Tableau réalisé à partir des indications des dossiers de réception. Les données concernant les por (...)

Tableau 2. Régions fréquentées par les capitaines et maîtres de barques cornouaillais avant leur réception23

Tableau 2. Régions fréquentées par les capitaines et maîtres de barques cornouaillais avant leur réception23
  • 24 ADF, 4 B 4285.
  • 25 Ibid., B 4294.
  • 26 Ibid., B 4286.

19Nos marins cornouaillais ont peu pratiqué la navigation lointaine. Moins de 2 % des voyages s’inscrivent dans des circuits coloniaux beaucoup plus fréquentés par les Vannetais, les Nantais ou les Malouins. L’ouverture européenne est elle-même très réduite et rares sont ceux qui connaissent la Baltique, la mer du Nord ou la Méditerranée. Cela ne concerne guère que des citadins parfois issus de la notabilité urbaine. Julien Chardon, fils d’un écrivain de la marine de la petite ville du Faou, reçu en 1751, compte 2 voyages aux Indes, un en Chine, un en Afrique et un à Saint-Domingue24. Michel Guyard, lui-même fils d’un capitaine de Quimperlé a fait trois voyages en Asie pour la compagnie des Indes entre 1751 et 1762 avant de devenir capitaine en 176425. Quant à Jean Frollo, déjà évoqué plus haut, ses états de service mentionnent quatre voyages à Saint-Domingue26.

  • 27 Bordeaux (741 voyages), Nantes (564), Brest (379), Le Croisic (290), Port-Louis (240), La Rochelle (...)

20En revanche, le périmètre habituel de navigation de nos marins s’inscrit parfaitement dans les circuits déjà connus du cabotage breton : on ne franchit pas aisément les limites d’un vaste golfe de Gascogne s’étendant de Brest à La Corogne, voire jusqu’à Lisbonne. La réalité est massive puisque 88,4 % des voyages se situent dans ce cadre ; les seules destinations étrangères récurrentes de nos marins sont l’Espagne et le Portugal tandis que vers le nord, seuls Morlaix (49 mentions), Saint-Malo (56 cas) et Dunkerque (57 cas) sont régulièrement cités. Il faut souligner, de plus, l’extrême concentration des trafics et des trajets habituels. Dix ports (sur 75 ports français cités) rassemblent à eux seuls 63 % des voyages présentés27 et correspondent à quelques grands circuits d’approvisionnement maintes fois mis en évidence. Bordeaux, et secondairement Libourne, sont les premiers fréquentés et l’on sait par ailleurs que l’importation des vins reste une des activités majeures de ports comme Quimper ou Pont-l’Abbé. Les ports basques sont utilisés pour le bois, les planches ou la résine, Le Croisic et Marennes pour le sel, tandis que La Rochelle, Port-Louis ou surtout Nantes permettent toutes sortes de redistribution de produits agricoles, de matières premières, d’objets artisanaux voire de produits coloniaux et que Brest, terminus nordique de bien des navigations, est avant tout le lieu de déchargement des approvisionnements de la Royale. Cinq ou six grandes destinations représentent ainsi les deux tiers des expériences maritimes de nos marins. On est presque là dans une navigation de routine, dans des circuits de cabotage dont on sort difficilement et qui absorbent la très grande majorité des marins cornouaillais, ne laissant que très rarement apparaître des navigations au long cours ou pour des navires et des armateurs extérieurs à la région.

21Que conclure de ce bref aperçu ? Rien de bien révolutionnaire sans doute. On connaissait déjà cette médiocrité relative des trafics maritimes cornouaillais. On connaissait déjà l’impact des guerres et du développement brestois sur les flux de cabotage et sur les devenirs des marins. Reste peut-être que juxtaposer les deux phénomènes — géographiquement voisins — incite à penser les espaces littoraux selon des rationalités et des échelles géographiques variées. Derrière des phénomènes larges, les situations locales ne doivent pas et ne peuvent pas s’effacer. Si le cabotage cornouaillais stagne voire décline, les gabarres de Rhuys réalisent d’incessants allers retours entre Brest, Lorient, la Basse Loire… preuve qu’il est difficile de percevoir de façon univoque le cabotage breton. Si les côtes léonardes sont par endroits presque vierges de marins, la seule paroisse de Porspoder produit plus du tiers des maîtres de l’amirauté. Ici, la concentration des activités humaines autour de la mer est presque aussi intense qu’en certaines îles, d’autant plus étonnante qu’elle se polarise réellement sur la navigation et délaisse presque totalement la pêche. La variété des situations littorales et du rapport à la mer mérite souvent qu’on s’arrête à des détails locaux, insulaires ou continentaux…

Notes

2 L’amirauté de Cornouaille siège à Quimper et s’étend de la Laïta (limite actuelle entre Morbihan et Finistère) à l’Elorn. Celle de Léon, établie à Brest, couvre le littoral nord depuis l’Elorn jusqu’à la rivière de Morlaix mais en excluant cette dernière ville qui relève de Tréguier. Sur l’Elorn, Landerneau est entièrement incluse dans l’amirauté de Léon bien que l’une de ses paroisses, Saint-Thomas, soit située sur la rive gauche de la rivière.

3 Les deux amirautés qui nous intéressent ici sont définitivement établies en 1691.

4 L’examen de réception se déroule en présence des juges de l’amirauté, du professeur d’hydrographie et de deux maîtres de barque.

5 Archives départementales du Finistère (ADF), B 4283 à B 4287.

6 Ibid., B 4289 à B 4295.

7 On pourra peut-être s’étonner de l’usage fait ici d’un simple inventaire d’archives. Mais la qualité remarquable et le sérieux extrême des autres travaux de Bourde de la Rogerie incitent à lui accorder confiance.

8 Gérard Le Bouëdec, « L’État et le cabotage en France et en Europe aux xviie-xviiie siècles », dans Gérard Le Bouëdec, François Chappé, Pouvoirs et littoraux du xve au xxe siècle, Rennes, PUR, 2000, p. 383-393.

9 En Cornouaille, l’effet de l’ordonnance de 1740 n’apparaît pas dans les réceptions ; en Léon, les réceptions sont plus nombreuses en 1741 mais reviennent à leur niveau habituel ensuite.

10 K. Gree, Les Capitaines de navires dans l’amirauté de Cornouaille au xviiie siècle (1735-1755), mémoire de maîtrise, UBO, Brest, 1996, 134 p. G. Le Floch, Les Capitaines de navires dans l’amirauté de Cornouaille de 1755 à 1789, mémoire de maîtrise, UBO-Brest, 1997, 100 p. Les années 1759, 1778,1779, 1780 et 1781 sont lacunaires. Le chiffre exact de réceptions doit donc être un peu plus élevé.

11 Ce chiffre est, de plus, un minimum puisque l’inventaire de Bourde de la Rogerie ne signale pas de réceptions pour sept années : 1749, 1750, 1756, 1770,1771, 1772 et 1774. Il est ici très probablement incomplet.

12 Elles concernent un Napolitain, un marin de Bréhat, un de Landerneau, un Lorientais et trois Bordelais mais apparaissent comme tout à fait atypiques.

13 Les premiers viennent de Cancale, Dinan, Pleurtuit, Saint-Briac, Saint-Jacut, Saint-Malo et Saint-Servan ; les seconds du Croisic, de Nantes, Paimboeuf, Le Pellerin et Vertou ; les derniers de Blaye, Bordeaux et Libourne.

14 On compte par exemple 10 Rouennais, 12 Dieppois et 22 Havrais. Pour ces derniers, l’influence des guerres est évidente puisque 9 d’entre eux sont reçus pendant la guerre de Sept Ans et 11 pendant la guerre d’Indépendance américaine.

15 Les villages les plus peuplés de la paroisse sont ceux de Kerdrevor et L’Aber près de l’Aber Ildut et ceux du Vourc’h et de Kereustar près d’Argenton. Ce sont aussi ceux où les gens de mer sont souvent les plus présents. L. Le Roux, Deux paroisses et la mer : Porspoder et Landunvez au xviiie siècle, mémoire de maîtrise, UBO-Brest, 1998, p. 133-134.

16 Ibid., p. 99.

17 Camaret, à bien des égards, ressemble à Porspoder. Dans les deux cas, la population de gens de mer est très importante et associe une minorité de pêcheurs à une majorité de matelots alternant cabotage et campagnes dans la marine royale.

18 M. Russon, « L’Aber Wrac’h et les terroirs littoraux environnants : portrait d’une société maritime bretonne à la fin du Moyen Âge », Kreiz, Études sur la Bretagne et les pays celtiques, n° 2, 1993, p. 259-278.

19 Olivier Levasseur, « La pluri-activité sur le littoral septentrional de la Bretagne d’après les rapports de Le Masson du Parc (1726). Premiers résultats », dans Gérard Le Bouëdec, François Ploux, Christophe Cerino, Aliette Geitsdoerfer (dir.), Entre terre et mer. Sociétés littorales et pluri-activités, xve-xxe siècle, Rennes, PUR, 2004, p.115-129.

20 Cf. les réflexions de Gérard Le Bouedec, Les Bretons sur les mers, Rennes, Ouest France, 1999, sur les espaces du cabotage à partir d’exemples du pays vannetais principalement.

21 L’absence totale de Concarneau dans les registres de l’amirauté de Quimper est à cet égard surprenante. Elle peut tenir au fait d’une part qu’on y pratique surtout la pêche et d’autre part que les marins de Concarneau se soient fait recevoir ailleurs qu’à Quimper.

22 Dans certains cas, il s’agit de plus, d’individus qui, après avoir été reçus maîtres, accèdent au stade supérieur de capitaine leur permettant une navigation au long cours qu’ils ne pratiqueront d’ailleurs pas toujours.

24 ADF, 4 B 4285.

25 Ibid., B 4294.

26 Ibid., B 4286.

27 Bordeaux (741 voyages), Nantes (564), Brest (379), Le Croisic (290), Port-Louis (240), La Rochelle (210), Bayonne (178), Saint-Jean-de-Luz (134), Marennes (111), Libourne (107).

Notes de fin

1 Professeur d’histoire moderne, université de Brest CRBC/UBO-Brest.

23 Tableau réalisé à partir des indications des dossiers de réception. Les données concernant les ports les plus fréquentés sont sans doute minorées du fait de leur caractère habituel. Il en va de même pour les ports de l’amirauté de Cornouaille puisque ses ports sont aussi ports d’attache des marins et des navires. En Bretagne, la Bretagne ouest est définie depuis Le Conquet jusqu’à Penmarch ; le pays nantais ne comprend pas La Roche-Bernard intégrée dans la catégorie Bretagne sud.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Âge des capitaines
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20430/img-1.png
Fichier image/png, 7,9k
Titre Tableau 2. Régions fréquentées par les capitaines et maîtres de barques cornouaillais avant leur réception23
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20430/img-2.png
Fichier image/png, 23k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540