Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Histoire et représentations du littoral

Terres liquides. Quelques figures des îles saintongeaises au xvie siècle

Nicole Pellegrin

Texte intégral

  • 1 CNRS, IHMC-ENS Paris.

1Note portant sur l'auteur1

  • 2 Bernard Palissy, Œuvres complètes, éd. par M.-M. Fragonard, Mont-de-Marsan, éd. Interuniversitaire (...)

Lambrissé d’eau est ton palais vousté […]
Tu as assis la terre rondement […]
Auparavant de profonde et grand’eau
Couverte estoit, ainsi que d’un manteau
Et les grand’eaux faisoient toutes à l’heure
Dessus les monts leur arrest et demeure…
B. Palissy, Recepte véritable2.

  • 3 Claude Louis-Combet, D’Île et de mémoire, Paris, José Corti, 2004.
  • 4 Dominique Guillemet, Les Îles de l’Ouest de Bréhat à Oléron du Moyen Âge à la Révolution, La Crèch (...)
  • 5 Sur les « insulistes », ces auteurs d’atlas uniquement composés de cartes et descriptions d’îles ( (...)
  • 6 Expression inspirée par Marie-Madeleine Fragonard dans son introduction aux Œuvres complètes de B. (...)

2D’île et de mémoire : un assemblage de mots dont Claude Louis-Combet a fait le titre d’un bref et saisissant récit autobiographique ouvert par l’exergue : « Insula, isola3 ». Et c’est par plaisir et par commodité que j’ose me placer sous l’égide de cet auteur pour évoquer l’importance d’une amitié précieuse et les durables acquis intellectuels qu’elle continue d’engendrer. Désormais, les travaux de Dominique Guillemet et notamment ses Îles de l’Ouest nous obligent à travailler ou retravailler — autrement — les notions d’insularité, de littoral, de marges et donc de territoires4. Qui plus est, ils nous invitent à le faire avec courage, modestie et peut-être gaieté, en multipliant les points de vue inédits sur des lieux que l’on croit banalisés par le tourisme : les côtes de l’Atlantique. Je me contenterai d’évoquer ici quelques fragments de textes littéraires — isolés, solitaires, insulaires (un pléonasme ?)— consacrés aux « Isles de Xaintonge » par quelques écrivains du xvie siècle : l’Angoumoisin Thevet (1516-1592), le « Saintongeais » Palissy (1510-1590) et l’Oléronais Fiefmelin (1561 ?-1601 ?). Mi-terriens, mi-maritimes, d’une certaine manière « insulistes5 », ces auteurs ont su transfigurer, littéralement, les « terres liquides6 » du bassin de Marennes-Oléron et révéler, par les jeux de l’écriture, le singulier sentiment d’appartenance noué par les communautés humaines de la Côte avec le monde des marais.

Thevet ou les fantasmagories de l’insulario

  • 7 Entre autres, les trois livres que sont : Le Huguenot et le sauvage, Paris, Aux Amateurs de livres (...)
  • 8 Sur le manuscrit du Grand Insulaire et Pilotage d’André Thevet Angoumoisin, cosmographe du Roy, da (...)
  • 9 La Cosmographie universelle d’André Thevet cosmographe du Roy. Illustrée de diverses figures des c (...)

3La figure d’André Thevet et ses obsessions insulaires sont désormais bien connues grâce aux travaux de Frank Lestringant7. Les îles atlantiques n’échappent pas au souci descriptif de ce moine revenu dans le siècle après plusieurs voyages (Levant et Brésil notamment) et promu cosmographe du roi vers 1560. Et si sa carrière s’achève avec l’échec d’un Grand Insulaire resté sans éditeur malgré la mise en gravure de tout ou partie des trois cent cinquante représentations insulaires initialement prévues (des taille-douce)8, les deux îles saintongeaises y devaient faire bonne figure. Elles font d’ailleurs l’objet d’un traitement particulier dès la publication de la Cosmographie universelle en 15759 : une carte unique rassemble les deux îles tandis qu’aux folios suivants, un texte en deux parties qui encadrent les paragraphes consacrés à La Rochelle, tente de dire leurs particularités d’un point de vue tout à la fois historique et nautique.

  • 10 Voir le cas de la Scandinavie (Carta marina [1539], d’Olaus Magnus, éditée par E. Balzamo, Paris, (...)

4Rien n’assure le passage sur le littoral saintongeais de Thevet mais n’est-ce pas là un trait commun à nombre de décrypteurs de paysages de ce temps. Géographes, cartographes et autres déchiffreurs-rassembleurs des merveilles du monde physique sont par nécessité lapidaires et lacunaires et ont longtemps transformé en archipels les régions dont la configuration leur est incertaine10. Ce que le cosmographe du roi en dit (et fait dessiner) semble provenir d’un manuel de navigation (un « routier ») autant que d’une compilation régionale savante et ce savoir doublement dérivé, à la fois empirique et théorique, pourrait bien expliquer un contenu hybride et faussement insipide. On sait d’ailleurs que Thevet possédait au moins Les Voyages avantureux du capitaine Jan Alfonce où la Saintonge est vantée comme

  • 11 Les Voyages avantureux du Capitaine Jan Alfonce, Sainctongeois. Contenant les Reigles & enseigneme (...)

un des meilleurs pays qui soit au royaume de France, fertile de bleds, vins & autres biens. Les gens y sont de bonne nature. La Rochelle est une bonne ville […]. Au devant d’elle est l’isle de Ré, fort peuplée et riche, qui tient trois ou quatre lieues de long. Entre l’isle d’Oleron & de Ré, au costé d’Oleron, y ha de mauvais rochers, que les mariniers nomment les Antioches11.

5Mais alors que ce petit ouvrage est surtout soucieux de fournir des renseignements nautiques et économiques, Thevet débute sa propre description par des considérations politiques qui le montre bon serviteur du roi mais assez maladroit écrivain. Sa pensée semble s’enliser dans des formulations contradictoires qu’il faut peut-être lire comme des lapsus. C’est ainsi que l’apparition de nouveaux impôts (la « novelleté » fiscale) devient, de façon fort improbable, un goût avéré des populations littorales, tandis que l’esprit frondeur de celles-ci est imaginé comme la conséquence de l’isolement protecteur de leur terroir.

  • 12 Deux édits en juin 1541 et avril 1542 entraînèrent une première révolte limitée au littoral, alors (...)

6En effet, voulant peut-être disculper ses compatriotes d’Angoumois dont le rôle fut essentiel au moment de la révolte de la Gabelle (du moins de la seconde12), le cosmographe affirme d’entrée de jeu que

ce fut au païs de Marennes que s’esleverent les seditions pour la Gabelle du sel, en l’an mil cinq cens quarante sept & quarante huit. Et à dire le vray, le peuple y est soudain, amy de toute nouvelleté, & prompt à mutineries, à cause qu’ils se fient en l’assiette forte de leur païs.

  • 13 N. Alain, dans La Saintonge et ses familles illustres. Et la manière de faire du sel (1598), tradu (...)

7Ce lien entre révoltes populaires et défenses naturelles d’un territoire est alors un lieu commun mais s’il rencontre d’autres échos chez un historien provincial comme le médecin sainton Nicolas Alain13, il précède ici des remarques sur les richesses locales venues de ces marais d’où Marennes tirerait son nom.

  • 14 À lire le long de ?

Selon14 la mer, est la principale ville, de laquelle tout le reste porte le nom : & a pour opposite à l’ouest l’île d’Oleron, le long de laquelle court la plus grosse riviere de la contrée, où se fait le meilleur sel de tout le grand Ocean…

8Un folio et demi plus loin et après des considérations sur La Rochelle et l’Aunis, le texte revient sur l’insularité saintongeaise et l’économiste s’éclipse devant le navigateur : il ajoute en effet qu’à deux lieues de La Rochelle,

  • 15 André Thevet, op. cit., f° 515r°.

y a de petites Isles, entre autres celle de Ré, […] fort peuplée & riche, & dangereuse à aborder […]. A trois lieuës est celle d’Oleron, bien peuplée aussi, qui contient environ cinq lieuës de long, au costé de laquelle y a d’autres mauvais Rochers, que les Matelots appellent les Antioches. Il s’en trouve une autre petite entre ces deux, nommée d’Aix […]15.

9Malgré sa brièveté, trois traits émergent donc du bricolage textuel de Thevet : la Saintonge maritime est un far west océanique, enrichi par le sel et naturellement isolationniste du fait des agrégats d’îles qui la caractérisent.

  • 16 Michel Pastoureau, op. cit., p. 482.
  • 17 Par exemple sur une Carte des côtes du Poitou depuis Bordeaux avec les environs, du Hollandais Luc (...)

10La carte surenchérit sur cette insularité et l’inhospitalité — » naturelle »— qui en découlerait à l’égard des étrangers et notamment des gens du roi. Les contours d’Oléron comme ceux de Ré et de la quasi-totalité des îles décrites par Thevet sont systématiquement dentelés ce qui donne à ces tracés une apparence de précision et une joliesse qui, pour être ornementales et d’inspiration maniériste, n’en sont pas moins trompeuses16. Sous le ciseau du graveur sur bois (une technique peu fiable en cartographie), les côtes d’Aunis et de Saintonge deviennent uniformément inabordables, lors même que les îles disproportionnées qui les ponctuent pourraient faire espérer des havres nombreux. En effet (mais n’est-ce pas la conséquence d’une observation faite depuis un navire croisant en haute mer ?), des erreurs d’orientation et de proportions conduisent à surdimensionner Ré (transformée en archipel tricéphale), aussi bien qu’Aix et l’îlot Enet. Au contraire la taille d’Oléron est réduite de moitié et son aberrant allongement ouest-est semble clore visuellement un golfe intérieur replié sur lui-même. Parcouru par une myriade de navires aux voiles gonflées, il est fermé au nord par la silhouette — exacte — de l’entrée du port rochelais et, au sud, par l’amas urbain qui, surplombé d’un haut clocher, désigne la ville de Marennes. Dernier détail curieux — au moins à nos yeux et sans doute à certains des contemporains de Thevet —, le mot « marais » et sa figuration inhabituelle sous forme de flaques hachurées horizontalement, n’occupent sur sa carte que le pays de Marans en Aunis et la partie nord d’Oléron. Ni les salines de Ré ni celles des environs de Brouage ne sont ici mentionnées alors qu’elles sont représentées par un carrelage, régulier et omniprésent, sur d’autres cartes contemporaines17.

  • 18 Aux dires du savant Peiresc, les visiteurs de Thevet « luy forgeoient par passe-temps des figures (...)

11Réglementant toute la vie locale mais en partie ignorés par qui n’est pas de ces lieux et se fie à des informateurs malveillants ou incompétents18, les marais salants règnent en maîtres absents sur l’imaginaire du cordelier gyrovague lors même qu’il est réputé le plus grand des Insulistes et se fait représenter comme tel sur le portrait-frontispice de sa Cosmographie. Seul compte pour lui le tracé — proprement extérieur (vu de loin et fantasmé)— d’îles multipliables à l’infini.

Palissy et le rêve d’un Refuge aquatique

  • 19 Bernard Palissy, 1510-1590. L’écrivain, le Réformé, le céramiste », dans Albinea, 4, 1992, n° spéc (...)

12Homme de lettres et de sciences, le plus célèbre céramiste du monde n’est pas cosmographe comme Thevet mais il peut se targuer d’une connaissance solide, intime et durable, des pays saintongeais qu’il parcourut en tous sens et qui le virent peut-être naître19. Sa vision des marais est évidemment autre que celle du cosmographe, plus fine certes, plus instable aussi car elle est le résultat d’une cosmologie affirmée, celle d’un Réformé convaincu pour lequel les « îles » et leurs entours liquides de marécages et de bras de mer sont autant des lieux d’observation géologique que l’espace utopique du déploiement de la vraie foi.

  • 20 Un savoir synthétisé notamment dans son traité « Du sel commun ». Ce texte est l’un des Discours a (...)
  • 21 Sur cette cartographie évolutive (passée et peut-être future), voir le morcellement produit par la (...)

13Les réalités du littoral charentais sont bien connues de Palissy grâce à des séjours multiples, d’ordre professionnel et personnel. Leur chronologie n’est pas toujours assurée mais il est certain que l’auteur de la Grotte rustique de Monseigneur le duc de Montmorency et du traité Du Sel commun fut commissaire du roi « pour le faict des fortifications » et qu’il fut chargé, « du temps qu’il y avoit sedition au pays de Xaintonge, lors qu’on y vouloit eriger la gabelle », de « figurer le pays des marez sallans ». En cette occasion (rappelée par lui à plusieurs reprises mais sans grande précision), il sut observer avec acuité le travail des sauniers et en dresser un tableau quasi exhaustif20. Il sut aussi s’intéresser à toutes sortes de faits curieux, principalement minéralogiques, mais à l’occasion agricoles, halieutiques et historiques. Or ce que les remarques éparses de Palissy font apparaître et que recélaient déjà les notations de Thevet, c’est d’abord une physique des paysages qui fait vaciller la notion d’île et l’habituel partage entre terre ferme et horizons aquatiques. Ses îles de Xaintonge ont nom « d’Olleron, de Marepnes (Marennes) et d’Allevert (Arvert) », mais aussi de Broue ou de Saint-Sorlin et attestent de l’existence d’une « mer de Xaintonge » aux contours brouillés et transitoires puisqu’ils varient dans le temps court des saisons comme ils ont fluctué dans le temps long de l’histoire21.

14Bien qu’incomplets, les tracés anciens de ces terres devenues continentales survivent dans la géologie empirique que dresse le docte découvreur de dépôts fossilifères mais ils semblent présents aussi dans la mémoire d’une partie de ses informateurs locaux : des femmes et des enfants ramasseurs de coquillages à Saint-Denis d’Oléron, des « pescheurs xantonniques », des « manouvriers » et tuiliers de Marennes, des vignerons, des sauniers, etc. Ainsi ce sont des villageois « de l’isle de Brouë, laquelle fait une pointe vers le costé de la mer, où il y a encore une tour ruinée », qui lui affirment « que la mer s’est retirée de ceste partie là, comme j’ay vérifié ». De même en pays d’Arvert, « les habitans du pays disent avoir passé autrefois de l’isle d’Alvert en l’île d’Oleron ». Tous enfin croient pouvoir attester que lors des grandes marées de juillet, la mer « couvre plus de terres ès parties maritimes des insulaires Xaintoniques, que non pas en nulle autre saison ». À ces violences naturelles qui inondent périodiquement leurs terroirs, les hommes ont cependant su répondre par des aménagements hydrauliques complexes s’assurant ainsi protection et revenus grâce à la saliculture. Une activité primordiale pour une bonne partie des populations locales, une activité qui irrigue tout l’imaginaire de Palissy.

  • 22 Bernard Palissy, op. cit., t. II, p. 201-215.

15Les marais salants dont l’écrivain dépeint l’édification et l’exploitation avec une précision sans pareille22, créent en effet un labyrinthe aquatique inextricable pour qui n’est pas du cru. Il faut ici relire la cinquantaine de lignes qui révèlent longuement la complexité de ce paysage, proprement et figurativement, insaisissable. Car « si quelque estranger y estoit enclos, à peine en pouroit il sortir sans conduite : par ce qu’il faut trouver un grand nombre de pontages, qu’il faut chercher l’un à desxtre & l’autre à senestre, quelque fois tout au contraire du lieu où on veut aller. Car il faut entendre que tout le platin des marez est concavé de canaux, de jards, de conches, ou de champs de marez, aucuns desdits champs sont quarrez, & autres longs & estroits, d’autres en forme d’esquerre ». Quant aux canaux eux-mêmes, Palissy note que le plus souvent « l’on n’y peut entrer que au plein, & pour en sortir, si la mer s’en est allée, il faut attendre qu’elle soit de rechef au plein ». Revenant longuement sur l’étrangeté de ces lieux plats et cependant imprenables militairement, Palissy en réitère la description en ajoutant :

  • 23 Ibid., p. 206-208. Le texte se poursuit sur l’échec d’un « mestre Charles (peintre fort excellent) (...)

Si un estranger estoit au milieu des marez, ores qu’il verroit le lieu où il voudroit aller, à peine en pouroit il sortir : d’autant que bien souvent il luy faudroit tourner le dos pour chercher les pontages : aussi qu’il n’y a chemin ne voye que seulement les bossis, qui sont erigez par lignes obliques, & n’est possible de trouver chemin ne voye dens lesdits marez autre que les bossis, lesquels sont haut eslevez, parce que les vuidanges des champs des marez y ont esté mises, & si l’on y estoit en hyver l’on verroit tous lesdits champs couverts d’eau, comme de grands estangs, sans apparoir aucune forme d’iceux. ce qui a fait que aucuns peintres, ayants esté envoyer ès isles pour sçavoir la cause pourquoy il est impossible de passer une armée au travers desdits marez, ont esté deceus : d’autant qu’ils y sont allez ès saisons que l’eau estoit dedens lesdits marez, & en ont rapporté des figures incertaines23.

  • 24 Voir le récit apocalyptique d’une « vimère » ou « soulèvement de la mer » par le voyageur strasbou (...)

16Cette géographie mouvante fluctue donc au gré des lunaisons et des saisons et si elle est souvent porteuse de catastrophes quand les « vimères » mettent littéralement en morceaux tout un pays24, elle s’avère propice à la clandestinité, au refuge, voire à la retraite. Palissy en effet, n’est pas un ethnographe au sens précis que nous lui donnons aujourd’hui mais un humaniste protestant, littérateur de ses propres convictions et de ses rêves. Pour lui la Saintonge est tout autant et peut-être moins un terroir réel doté de propriétés physiques particulières qu’un terreau pour des transmutations morales et religieuses en devenir.

  • 25 Th. De Beze, Histoire ecclésiastique des Églises réformées de France, Anvers, 1589, t. I, p. 101.

17Faut-il rappeler qu’en pays d’Ouest, le protestantisme est né autour de Marennes et d’Arvert, « au pays des Isles » pour le plus grand émerveillement des premiers historiens de la Réforme et de tous leurs coreligionnaires ? Par le biais — entre autres — de moines en quête d’un retour aux sources du christianisme, le saint Évangile fut, d’après Théodore de Bèze, envoyé « aux plus desbauchés, à savoir ceux des isles qui estoient ordinairement la retraite des pyrates et escumeurs de mer, joint que les malfaicteurs qu’on vouloit espargner en France y estoient envoyés et confinés ordinairement25 ». Mais si cet étonnement proprement enthousiaste, c’est-à-dire confiant en la toute puissance divine, est partagé par Palissy et ses coreligionnaires, la notion de « retraite » insulaire prend un sens nouveau quand elle rejoint la vision d’un éden menacé par l’histoire.

Parce que les isles d’Olleron, de Marepnes, et d’Allevert, sont loin des chemins publics, il se retira en ces isles là quelque nombre desdits moines […] dont s’en ensuivit que petit à petit en ces pays et isles de Xaintonge, plusieurs eurent les yeux ouverts.

  • 26 Bernard Palissy, Recepte véritable, dans Œuvres, op. cit., t. I, p. 188 et 193-195.

18Dans ce passage, Palissy développe un récit qui n’est plus celui de l’investigation scientifique ; un exposé eschatologique y prend le pas qui lie, insensiblement, des données « naturelles » (plus ou moins refaçonnées par l’homme) et des paysages mentaux qui sont propres au potier et faits de jardins humides, clos et protecteurs. Avec le temps des « dangers, peines, travaux et afflictions », l’isolement — insulaire— des pays côtiers de la Saintonge assure une protection temporaire à des persécutés comme frère Robin ou Philibert Hamelin, qu’on « fait passer en l’isle d’Allevert » pour leur sauvegarde et l’édification des habitants26. Mais cet isolement est aussi une utopie car la sécurité offerte par les îles et les marais est précaire et ne perdure que comme un horizon perdu que Dieu seul peut vouloir faire renaître.

  • 27 Recepte véritable, Par laquelle tous les hommes de la France pourront apprendre à multiplier et au (...)

19Personne ne peut oublier l’ouverture onirique de la Recepte véritable27 et son jardin retiré, plat et aquatique, où jouir d’ » honnestes delices et plaisirs […] en temps de divorces, pestes, epidemies, et autres tribulations, desquelles nous sommes à ce jourd’huy grandement troublez », jardin qui pourrait servir de refuge et de forteresse pour les persécutés de la foi protestante ? Peut-être datée du printemps 1563 aux lendemains de la paix d’Amboise, la vision prend son essor dans le monde liquide des bords de Charente et s’apparente à une révélation d’ordre religieux :

  • 28 Ibid., t. I, p. 58-59. Le psaume 104 chante les splendeurs de la Création (voir l’exergue de cet a (...)

J’estois un jour me pourmenant le long de la prairie de ceste ville de Xaintes, pres du fleuve de Charante : et ainsi que je contemplois les horribles dangers, desquels Dieu m’avoit garenti au temps des tumultes et horribles troubles passez, j’ouy la voix de certaines vierges, qui estoyent assises sous certaines aubarees, et chantoyent le Pseaume cent quatriesme28.

  • 29 Frédéric Chauvaud, « Entre la parole des notables et la plume de l’enquêteur : les marais français (...)
  • 30 Bernard Palissy, Recepte véritable, dans OEuvres, op. cit., t. I, p. 83.

20Il semble permis de se demander si le jardin du Refuge inventé par Palissy n’est pas une image anoblie, tout à la fois intellectualisée et aristocratisée, du marais et de sa culture spécifique, matérielle et morale. Ces enclos de l’insaisissable29 (îles mouvantes, marais inondés, jardins rêvés) sont dans l’imaginaire de Palissy — et peut-être dans celui d’autres visiteurs et habitants de la Saintonge — des espaces improbables dont le Créateur est le seul maître. Des lieux donc de prières et de louanges autant que de travail intense car « nulle nature ne produit son fruit sans extreme travail, voire et douleur : je dis bien les natures vegetatives, comme les sensibles et raisonnables30 ».

  • 31 Ch. Lenthéric, Côtes et Ports français de l’Océan, Paris, 1901, p. 163.
  • 32 Sur les emprunts — quasi littéraux bien que versifiés — de Fiefmelin à Palissy, voir Julien Goeury(...)

21Le paysage amphibie des « salantes plaines » efface les frontières familières de la mer et de la terre, du végétal et du minéral, de l’inculte et des jardins de Cocagne. « Dans cet étrange pays, a-t-on pu dire assez justement, on ne cultive pas la terre, on cultive l’eau31 ». De ces singularités géographiques, retravaillées par les hommes mais profondément marquées du sceau divin, d’autres écrivains locaux ont une conscience aigüe. C’est le cas notamment du poète protestant, André Mage de Fiefmelin, dans un poème intitulé « Le Saulnier ou de la façon des marois salans & du sel marin des Isles de Sainctonge ». Pourtant, sous sa plume et par un effet qui tient autant à la naissance insulaire de cet auteur qu’à un effet de génération (le choc des dernières guerres de religion et la lecture d’illustres devanciers ont modernisé et raffiné l’expression de sa pensée32), la réalité des « îles » de Saintonge subit une transfiguration d’ordre politique et social absente des œuvres de ses prédécesseurs. Moins inattendue que je n’ai pu le prétendre (ne découle-t-elle pas d’une conscience « géographique » spécifique autant que d’un sentiment d’appartenance forgé par l’histoire ?), cette transfiguration s’exprime sous une forme qui relève d’une conscience communautaire inédite. Le « sentiment géographique » y débouche sur la revendication politique.

22En définissant les lieux qu’il décrit, comme des « marais qu’enceint l’Ocean sainctongeais » (v. 62) ou des « Isles que la Saintonge enclost » (v. 697), Fiefmelin exalte une forme d’insularité élargie à tout un pays et lui donne pour doublons microcosmiques, et le marais salant lui-même et l’île d’Oléron (« nostre isle Oceane », v. 104 et 435). Les buttes de terre ferme émergeant à peine des platitudes aquatiques constituent en effet pour le poète comme pour Thevet et Palissy, un ensemble défini, celui des « isles de Sainctonge », et qui comprend son île natale bien sûr et les chapelets d’habitat groupé d’Arvert et de Marennes qui lui font face sur le continent. Mais aux yeux de cet Oléronais, cette vaste zone semi-aquatique, lors même qu’elle mêle vases, chenaux, villages et bras de mer voués au travail du sel et à son commerce, devient à son tour un espace clos, enserré par d’autres eaux : celles de l’Atlantique et celles de la Gironde, celles aussi des marécages orientaux, en voie de comblement, qui bordent l’ancien littoral des Santons. Comme si le Coureau lui-même, devenu Mare Nostrum, ne séparait pas îles et presqu’îles, mais créait, entre elles, un continuum de terres exclusivement vouées au sel.

  • 33 Malgré sa modération finale, Fiefmelin (vers 688 à 742 du Saulnier) fait état de la colère des pro (...)
  • 34 Ce milieu, déréalisé et largement mythifié dans Le Saulnier, est défini tout autrement dans le res (...)
  • 35 Ce traité posthume, de trente ans antérieur à son impression, clôt le De Santonum regione et illus (...)

23Cet isolat singulier et à nos yeux indéfinissable — une île faite d’îles — est sans doute d’abord une création personnelle mais elle souligne aussi l’existence d’une conscience collective plus large, partagée par tous les autres « insulains » et fondée sur des intérêts économiques communs33. En proposant à notre vue des versions euphémisées de ce sentiment d’appartenance, les vers de Fiefmelin comme les propos lapidaires de Thevet et ceux — plus profus — de Palissy, nous obligent à réviser nos cartographies mentales coutumières et nous permettent de déceler, chez quelques écrivains de la Saintonge et dès le xvie siècle, les contours d’une géographie singulière, anthropisée et affective, vécue et rêvée, celle qui lie tout écrivain à son (mi) lieu34. Le Saintongeais Nicolas Alain, lui aussi auteur d’un traité sur le sel imprimé en 159835, peut emprunter à Froissart cette formule « pleine d’esprit » : « Imagine que la Gaule est un œuf, les Santons en sont le jaune ». D’autres liquidités…

Notes

2 Bernard Palissy, Œuvres complètes, éd. par M.-M. Fragonard, Mont-de-Marsan, éd. Interuniversitaires, 1998, p. XLVII. La beauté de cette version du Psaume 104 est frappante (à comparer avec des traductions récentes et le texte du Livre d’Amos, 9-6).

3 Claude Louis-Combet, D’Île et de mémoire, Paris, José Corti, 2004.

4 Dominique Guillemet, Les Îles de l’Ouest de Bréhat à Oléron du Moyen Âge à la Révolution, La Crèche, Geste éditions, 2000. Voir aussi le livre-catalogue sous la dir. de Dominique Guillemet, Jacques Peret (dir.), Aux rives de l’incertain. Histoire et représentation des marais occidentaux du Moyen Âge à nos jours, Paris, Somogy, 2002.

5 Sur les « insulistes », ces auteurs d’atlas uniquement composés de cartes et descriptions d’îles (les insolarii vénitiens notamment), voir Frank Lestringant, « Insulaires », dans Cartes et figures de la terre, Paris, Centre Georges-Pompidou, 1980, la bande dessinée parodique de Claire Bretecher, « L’atelier du cartographe » (ibid., p. 478-469) et Karine Salomé, Les Îles bretonnes, une image en construction (1750-1914), Rennes, PUR, 2003, p. 21-35. Le jeu des citations sur lequel s’appuie mon propre texte a sans doute lui-même l’arbitraire du travail des insulistes de la Renaissance et n’a qu’une vocation exploratoire.

6 Expression inspirée par Marie-Madeleine Fragonard dans son introduction aux Œuvres complètes de B. Palissy (t. I, p. XLII) : la Saintonge de Palissy est, dit-elle, « une terre liquide et une mer solide ».

7 Entre autres, les trois livres que sont : Le Huguenot et le sauvage, Paris, Aux Amateurs de livres, 1990 ; André Thevet, Cosmographe des derniers Valois, Genève, Droz, 1991 ; L’Atelier du cosmographe, Paris, Albin Michel, 1991. Mais aussi avec Christian Jacob, Arts et légendes d’espaces, Presses de l’École normale supérieure, 1981, p. 9-20 (« Les Isles Menues »).

8 Sur le manuscrit du Grand Insulaire et Pilotage d’André Thevet Angoumoisin, cosmographe du Roy, dans lequel sont contenus plusieurs plants d’isles habitées et déshabitées et description d’icelles, voir Frank Lestringant, « Thevet, André », dans Michel Pastoureau, Les Atlas français des xvie-xviie siècles. Répertoire bibliographique et étude, Paris, BN, 1984, p. 481-495. Oléron et Ré sont présentes aux fol. 103 et 104, mais sans leurs cartes, disparues.

9 La Cosmographie universelle d’André Thevet cosmographe du Roy. Illustrée de diverses figures des choses plus remarquables veûes par l’auteur, & incogneuês de noz Anciens & Modernes, Paris, Pierre l’Huillier, 1575, 2 vol. L’exemplaire, malheureusement incomplet de la médiathèque François-Mitterrand de Poitiers, comporte plusieurs ex-libris qui restent à identifier.

10 Voir le cas de la Scandinavie (Carta marina [1539], d’Olaus Magnus, éditée par E. Balzamo, Paris, Corti, 2005, p. 2).

11 Les Voyages avantureux du Capitaine Jan Alfonce, Sainctongeois. Contenant les Reigles & enseignemens necessaires à la bonne & seure navigation, Poitiers, Jean de Marnef, 1559. D’abondantes annotations sur la page de titre d’un exemplaire poitevin s’émerveillent de ce « portret de la terre ronde », apte « à faire aimer sa patrie et priser les estrangers quy ont desmeurez en icelle », remarques que n’induit guère le laconisme du texte.

12 Deux édits en juin 1541 et avril 1542 entraînèrent une première révolte limitée au littoral, alors que la seconde embrasa l’intérieur des terres jusqu’au Périgord, Jean-Noël Luc (dir.), L’Histoire par les documents. La Charente-Maritime, Saint-Jean-d’Angély, Bordessoules, 1981, p. 198-199.

13 N. Alain, dans La Saintonge et ses familles illustres. Et la manière de faire du sel (1598), traduit (du latin) et édité par Louis Audiat, Bordeaux, Chollet, 1889, p. 18-19, dit de la Saintonge : « À l’ouest et au nord, presque de tous côtés, l’Océan l’entoure et la baigne. De hautes falaises, qui se dressent comme des citadelles, la protègent contre l’envahissement de la mer […] et empêchent facilement les brigandages et les incursions des pirates ».

14 À lire le long de ?

15 André Thevet, op. cit., f° 515r°.

16 Michel Pastoureau, op. cit., p. 482.

17 Par exemple sur une Carte des côtes du Poitou depuis Bordeaux avec les environs, du Hollandais Lucas Waghenaer, 1584, cf. André Mage de Fiefmelin, Le Saulnier, édition présentée et annotée par Julien Goeury et Nicole Pellegrin. Avec les discours sur le sel de Nicolas Alain, Jean Demarcouville, Bernard Palissy et Claude Perrault, La Rochelle, Rumeur des Âges, 2005 ; Alain Gaudillat, Cartes de l’île de Ré, Plomelin, Palantines, 2005, p. 80.

18 Aux dires du savant Peiresc, les visiteurs de Thevet « luy forgeoient par passe-temps des figures d’isles à plaisir, lesquelles il faisoit incontinent graver », cf. Frank Lestringant, op. cit., p. 306.

19 Bernard Palissy, 1510-1590. L’écrivain, le Réformé, le céramiste », dans Albinea, 4, 1992, n° spécial. De nombreuses allusions au séjour saintongeais de Palissy dans l’ensemble de ses Œuvres, op. cit., t. I, p. 84, 94, 96, 188, 193-195 et t. II, p. 57-58, 68, 139, 192, 201-203, 210-211, 242-243, 350.

20 Un savoir synthétisé notamment dans son traité « Du sel commun ». Ce texte est l’un des Discours admirables, De la nature des eaux et fonteines, tant naturelles qu’artificielles, des métaux, des sels et salines, des pierres, des terres, du feu des émaux, Avec plusieurs autres excellens secrets des choses naturelles. Plus un traité de la Marne […], Paris, Martin le jeune, 1580, Bernard Palissy, op. cit., t. II, p. 201-215 et Julien Goeury et Nicole Pellegrin, op. cit., p. 87-100).

21 Sur cette cartographie évolutive (passée et peut-être future), voir le morcellement produit par la transgression flandrienne dans cette zone, cf. Sarah Reault-Mille, Les Marais charentais. Géohistoire des paysages du sel, Rennes, PUR, 2003, p. 66 et l’état de la côte à la fin de l’époque gauloise, Jean-Noël Luc (dir.), op. cit., p. 36. Voir aussi Jacques Peret, « Mobilité sociale et géographique en pays d’Arvert (xviie-xixe siècles) », dans Dominique Guillemet et Jacques Peret (dir.), Les Sociétés littorales du Centre-Ouest atlantique de la Préhistoire à nos jours, Poitiers, MSAO, 1998, t. I, p. 585-604, et carte p. 586.

22 Bernard Palissy, op. cit., t. II, p. 201-215.

23 Ibid., p. 206-208. Le texte se poursuit sur l’échec d’un « mestre Charles (peintre fort excellent) » qui « apporta figure certaine & au vray des bourgs & villages, mais quand est des formes des marez, ce n’estoit que confusion en sa figure ». Sur le vocabulaire des sauniers, commun à Palissy et Fiefmelin, des éléments de glossaire dans Julien Goeury et Nicole Pellegrin, op. cit., p. 107-117, et les remarques de Marie-Dominique Le Grand, « Le lexique saintongeais et sa fonction dans l’œuvre de Bernard Palissy (vers 1510-vers 1589) », Albinea, 4, p. 55-67.

24 Voir le récit apocalyptique d’une « vimère » ou « soulèvement de la mer » par le voyageur strasbourgeois Elie Brackenhoffer, Voyage de Paris en Italie, 1644-1646, Paris, Berger-Levrault, 1927, p. 101. Certaines cartes de l’île de Ré où celle-ci apparaît comme démembrée, gardent le souvenir de ces submersions catastrophiques ; les variations de leurs tracés du littoral pourraient avoir la même cause.

25 Th. De Beze, Histoire ecclésiastique des Églises réformées de France, Anvers, 1589, t. I, p. 101.

26 Bernard Palissy, Recepte véritable, dans Œuvres, op. cit., t. I, p. 188 et 193-195.

27 Recepte véritable, Par laquelle tous les hommes de la France pourront apprendre à multiplier et augmenter leurs thresors […], Item, en ce livre est contenu le dessein d’un jardin autant delectable et d’utile invention, qu’il en fut onques jamais parler […], La Rochelle, Barthélemy Berton, 1563.

28 Ibid., t. I, p. 58-59. Le psaume 104 chante les splendeurs de la Création (voir l’exergue de cet article) et une « aubarée » est un lieu planté d’aubiers ou saules blancs. Sur le jardin (du) Refuge, voir Gilles Polizzi, « L’intégration du modèle : le Poliphile et le discours du jardin dans la Recepte veritable » et Frank Lestringant, « L’Éden et les ténèbres extérieures », Albinea 4, p. 65-92 et p. 119-130.

29 Frédéric Chauvaud, « Entre la parole des notables et la plume de l’enquêteur : les marais français à la fin du xixe siècle », dans Dominique Guillemet et Jacques Peret (dir.), Aux rives de l’incertain, op. cit., Paris, Somogy, 2002, p. 266.

30 Bernard Palissy, Recepte véritable, dans OEuvres, op. cit., t. I, p. 83.

31 Ch. Lenthéric, Côtes et Ports français de l’Océan, Paris, 1901, p. 163.

32 Sur les emprunts — quasi littéraux bien que versifiés — de Fiefmelin à Palissy, voir Julien Goeury et Nicole Pellegrin, op. cit., passim. À noter l’abandon par le poète oléronais du terme Xaintonge pour celui de Sainctonge.

33 Malgré sa modération finale, Fiefmelin (vers 688 à 742 du Saulnier) fait état de la colère des producteurs et négociants du sel face aux prélèvements fiscaux croissants de la monarchie. Il est là aussi « Saintongeois, comme appert au langage » (vers 688).

34 Ce milieu, déréalisé et largement mythifié dans Le Saulnier, est défini tout autrement dans le reste des Œuvres du poète : Oléron devient alors un enclos rempli « d’animaux malfaisants » : le dévot hypocrite, le lâche ambitieux, le justicier injuste, les « marchands souls de biens », etc.

35 Ce traité posthume, de trente ans antérieur à son impression, clôt le De Santonum regione et illusrtioribus familiis. Item de factura Salis […], Saintes, F. Audebert, 1598. Le texte latin et une traduction nouvelle sont proposés dans Julien Goeury et Nicole Pellegrin, op. cit., p. 97-101. L’image de l’oeuf est reprise encore par Alcide de Bone-Case, sieur de Saint-Maurice, dans son Tableau des provinces de France, Paris, Loyson, 1664 : « Si la France estoit un œuf, la Saintonge en seroit le moyeu ou le jaune » (cit. par L. Audiat, introduction à N. Alain, op. cit., p. 167).

Notes de fin

1 CNRS, IHMC-ENS Paris.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540