Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Histoire et représentations du littoral

Permanence et transformations paysagères de parcelles salicoles du pays de Guérande sur la longue durée : l’exemple des salines de l’abbaye Notre-Dame de Melleray

Gildas Buron

Texte intégral

  • 1 Doctorant en histoire moderne, université de Poitiers-GERHICO.

1Note portant sur l'auteur1

2Depuis une dizaine d’années, nous nous fixons pour tâche d’établir une diachronie relative des aménagements des parcellaires salicoles guérandais. La recherche concerne quatre bassins historiques totalisant 2 070 hectares et comprenant plus d’un millier de salines distinctes réparties sur une dizaine de communes entre les estuaires de la Vilaine et de la Loire. En cernant l’histoire de chacune des parcelles — en l’espèce ici, les salines Merleray ou Melerai sur la commune de Guérande —, notre ambition est d’en expliquer la genèse ainsi que celles des structures techniques ou paysagères observables sur le terrain.

Les salines Merleray ou Melerai2

  • 2 Sauf dans les citations de l’Ancien Régime, nous adopterons par commodité la notation Melerai du c (...)

3Les deux salines Melerai en Guérande sont localisées en plein cœur du marais salant, au sud du village de Saillé et non loin du Pouliguen. Salines et vasière composent une unité hydraulique de plus de 5 hectares, semblable à une prise de marais salants poitevins. Les salines et un cobier en occupent la partie nord alors que la vasière s’étend au sud d’un espace contenu entre les méandres d’un émissaire de l’étier du Pouliguen alimenté par les eaux de la baie d’Escoublac. Ces deux salines ne sont ni de taille ni de contenance comparables. La plus vaste des parcelles affecte la forme d’un rectangle large de 52 m qui s’étire sur 350 m selon un axe est/ouest. La seconde, greffée perpendiculairement à l’extrémité sud-est de la première, dessine un plus modeste rectangle de 95 m par 45 m. La petite saline Melerai compte 16 cristallisoirs ou œillets, la Grande Melerai, 62. La singularité de cette dernière réside dans le fait que 6 des 62 œillets reçoivent l’eau, non pas de la vasière de Melerai, mais d’un réservoir voisin situé à l’est. Il nous semble possible d’éclairer l’origine de cette disposition aussi insolite qu’exceptionnelle.

Esquisse de la généalogie du foncier des salines Melerai

  • 3 Archives départementales de Loire-Atlantique (ADLA), Q 144, f° 21 v°, n° 128 et Q 149, f° 2 v°-3 r (...)

4D’après le cadastre napoléonien, entre 1819 et 1820 (tableau 1), les salines Melerai sont propriété de la veuve Pouvreau de Nantes, à la réserve de deux œillets qui appartiennent à l’hospice Saint-Jean de Guérande. Les sources antérieures révèlent que le sieur Pouvreau a acquis les deux salines en plusieurs lots au cours des adjudications des biens nationaux. Les œillets mis aux enchères en 1791 proviennent de trois établissements ecclésiastiques distincts : l’abbaye de Melleray (66 œillets), l’hospice Saint-Jean (2 oeillets) et la chapellenieSaint-Nicolas de Guérande (2 œillets)3.

Tableau 1. Surface de l’unité hydraulique et foncière des salines Melerai en 1819-1820

Tableau 1. Surface de l’unité hydraulique et foncière des salines Melerai en 1819-1820

Sources : ADLA 7 P 2 219.

  • 4 Commune de La Meilleraye-de-Bretagne.
  • 5 Aujourd’hui sur la commune du Louroux-Béconnais.

5Les sources documentaires de l’Ancien Régime s’accordent pour faire de l’abbaye de Melleray située dans le pays de Châteaubriant en Loire-Atlantique4, le plus important propriétaire des salines du même nom. Les liens du monastère avec le marais guérandais sont aussi anciens que le couvent lui-même. L’abbaye de Melleray a été fondée au xiie siècle par deux moines de l’abbaye cistercienne de Pontrond au diocèse d’Angers5. En 1134, ces religieux envoyés en Bretagne par l’abbé Foulques obtiennent d’Alain de Moisdon et de sa femme, le don du bois de Vieux-Melleray en la paroisse de Moisdon. Les religieux y établissent un monastère à l’écart du monde, conformément à l’idéal de pauvreté cistercien. En 1142, un petit groupe de moines envoyés par Foulques vient gonfler les effectifs de la communauté et lui permettre d’entreprendre la construction de nouveaux bâtiments. Le premier abbé de Melleray, Guitern, est arrivé en 1142. Son abbatiat se prolonge jusqu’à son décès survenu vers 1147.

Constitution du temporel salicole de l’abbaye de la Melleray

  • 6 André Dubief, Les Cisterciens en Bretagne, xiie-xiiie siècles, Rennes, PUR, 1997, p. 112, 122, 131 (...)
  • 7 ADLA, H 75, pièce 4.
  • 8 André Dubief, op. cit., p. 49-51.
  • 9 Noël-Yves Tonnerre, Naissance de la Bretagne. Géographie historique et structures sociales de la B (...)

6Entre 1147 et 1177, l’abbaye se constitue un temporel de biens-fonds et de rentes diverses (poissons, péages…) grâce aux dons. Puis, le temporel s’étoffe par des acquisitions de revenus, de dîmes et de rentes en espèces, politique qui marque une évolution sinon une dérive de la conception de la vie monastique prônée par le fondateur de l’ordre et surtout par saint Bernard. De défricheurs et cultivateurs du sol, les cisterciens de Melleray deviennent progressivement rentiers du sol6. Au cours de cette période, entre 1147 et 1169, l’abbé Richard, successeur de Guitern, obtient de l’évêque de Nantes, Bernard d’Escoublac, une rente annuelle et perpétuelle d’un muid de sel — « unum modium salis7 ». Le don, à prendre en Guérande sur la saline de Bernard d’Escoublac — « salina sua » —, soutient et favorise l’expansion d’une nouvelle forme de monachisme en son diocèse. Il n’y a pas lieu de s’étonner des sympathies de Bernard : avant d’être chanoine, puis évêque de Nantes, il a été moine à Clairvaux8. On ne s’étonne pas non plus de la nature du don. L’homme appartient à la noblesse du pays de Guérande dont la production salicole assure la prospérité et la notoriété au terroir9. La concession est confirmée par Robert qui succède à son oncle Bernard d’Escoublac à la tête du diocèse de Nantes de 1170 à 1184. Administrateur rigoureux, Robert se fait protecteur des moines blancs. Il garantit la donation de son parent, sans doute pour prévenir tous risques de contestation d’une rente qu’un successeur moins bienveillant à l’égard des cisterciens pouvait soupçonner avoir été aliénée sur le fief épiscopal.

  • 10 « Un livre en écriture gothique nommé la Scavante dans lequel sont décrit les titres de l’abbaye d (...)
  • 11 ADLA, Q 509, 17-23 mai 1791, article 84.

7Entre les xiie et xive siècles, le temporel de Melleray s’accroît de salines. C’est du moins ce que nous déduisons du premier aveu connu de l’abbaye rendu devant la sénéchaussée de Guérande en 1494. Les sources originales antérieures ont disparu. Le cartulaire de Melleray, nommé La Scavante, figurant dans l’inventaire des archives de l’abbaye en 1791, est perdu depuis cette époque10. Seules sont préservées les transcriptions des plus anciens titres dans le fonds des Blancs Manteaux déposé à la Bibliothèque nationale. D’après l’inventaire de 1791, le chartrier de Melleray comptait quelque 131 liasses de titres et de documents. En sus de La Scavante qui pouvait receler des notices relatives aux marais salants, il existait une « liasse contenant les titres des salines de Guerrande dépendantes de l’abbaye de Meilleray11 ».

  • 12 ADLA, B 790, 28 mai 1494.
  • 13 Ibid., 18 mars 1540.
  • 14 ADLA, B 790, 25 mai 1572, 23 juin 1677 ; E 1494, 19 avril 1697.

8L’aveu de 1494 reste donc un jalon important même s’il ne stipule pas les salines possédées près de Saillé et de « Kergouellech », c’est-à-dire Kervalet-en-Batz12. En 1540, un second aveu vient préciser la répartition spatiale du patrimoine salicole de l’abbaye sur les paroisses de Batz et de Guérande et chiffrer le nombre de cristallisoirs13. Neuf œillets et demi sont situés dans la « salline petite de Gurgoys, près la frarie de Keruallec » en Batz et » soixante troys oeilletz de marays ou environ » en Guérande. Ces derniers composent une saline identifiée sous le nom de salline de Meleray, dénomination révélatrice d’une prise en main de l’abbaye déjà ancienne. Un second aveu du xvie siècle et plusieurs du xviie siècle, confirment ces possessions. Seul diverge le nombre d’oeillets inventoriés. Ainsi, à la fin du xviie siècle, le patrimoine global de l’abbaye s’élève, non plus à 72 oeillets et demi, mais à75 et demi en 1677, puis 78 en 169714. Peu important, l’écart se justifie aisément. Il est imputable à des travaux d’amélioration et d’augmentation des dispositifs de production survenus au cours de l’époque moderne.

  • 15 ADLA, B 1508, 18 janvier 1679, f° 87 r°-v°.
  • 16 Judith Éverard et Michael Jones (dir.), The Charters of duchess Constance of Brittany and her fami (...)
  • 17 Henri Ouilgars, « La châtellenie et fief ducal de Guérande du xe au xve siècle », tiré-à-part de l (...)

9Mais, l’aveu rendu devant la barre de Guérande en 1679 livre une information autrement capitale sur la parcelle. L’abbé et célérier dom Jean Lamoureux rappelle que les œillets de la « sallinne du Melleraye […] font partye de sept vingts œillets, donné audit monastère […] par la duchesse Constance, dame propriétaire de cette province15 ». En d’autres termes, l’abbaye de Melleray détiendrait la saline depuis le règne de la duchesse Constance (1181 et1201)16. C’est tout à fait plausible, car Constance était riche de biens divers sur le domaine de Guérande, de moulins en particulier (à en croire la microtoponymie) et à l’évidence des alines17. Pour adhérer sans réserve à cette tradition, il convient de s’attarder sur l’importance du legs. Il aurait porté sur « sept vingts œillets », soit environ deux fois plus d’oeillets que l’abbaye n’en dispose aux xvie et xviie siècles. L’abbé Lamoureux ne s’attarde pas sur ce hiatus.

La donation de la duchesse Constance et la saline de Melerai : réalité ou fiction ?

  • 18 ADLA, B 1518, 21 janvier et 8 février 1679, f° 1390 r°.
  • 19 ADLA, H 75, pièce 9.
  • 20 Alain Gallice, Guérande au Moyen Âge. Guérande, Le Croisic, le pays guérandais du milieu du xive a (...)
  • 21 « […] par la main de l’intendant à Nantes et à rendre chaque année ».
  • 22 ADLA, B 790, 28 juillet 1494.

10L’acte de donation invoqué par l’abbé Lamoureux, hélas, n’existe plus. Mais il figurait encore dans le chartrier de l’abbaye au xviie siècle. Les religieux le citent, au moins à trois reprises, entre 1666 et 1679. Il fut même, assurent-ils, « transompté » dans un aveu présenté le 24 juin 1663 à la Chambre des Comptes, mais disparu depuis18. L’absence d’une transcription d’un titre aussi ancien dans le fonds des Blancs Manteaux étonne. Elle peut laisser planer un doute quant à la transcription de 1663, voire sur l’existence d’un acte médiéval spécifique. S’agissant d’une copie destinée à soutenir l’origine du temporel de l’abbaye, on en vient à suspecter les moines de s’être livrés à un petit jeu d’interprétation d’un titre bien réel par lequel la duchesse accorde à l’abbaye de Melleray une rente de40 sous19. La piste était alors d’autant plus facile à brouiller que l’assiette de la rente n’est pas indiquée dans l’acte signifié par Guy de Thouars, mari de Constance, et ratifié devant de nombreux témoins dont Judicaël de Guérande, proche familier de la duchesse, installé à Nantes où il exerce la fonction de prévôt20. Il y est stipulé que la rente est à prendre « permanum firmarii nostri Nannetis reddendos annuatim21 ». Or, l’aveu précité de 1494 pouvait laisser croire aux moines qu’ils en jouissaient encore sur le domaine de Guérande. En effet, l’abbé Guillaume Bouquerel y confesse tenir 25 sous de rente « deuz chacun an […] sur [et des] hommes de Kergouellech [avec] la seignorie et obéissance ». Comme, « toutes & chacune les salines [que l’abbaye possède] es lieux de Saillé & de Kergouellech », tenues « prouchement et quitement comme fié d’église franc et amorty ou terroer de Guerrande », les25sous de rente sont « fondacions & donaisons des princes et ducs de Bretaigne […] pourestre eulx, leurs prédécesseurs & successeurs es bonnes prières dudit moustier22 ».

  • 23 « Sur les salines des dits frères », salines qui, au passage, ne pouvaient se trouver que sur la p (...)
  • 24 Il est plus difficile d’expliquer pourquoi il y a eu restitution de dîmes en 1206. L’évêque s’est- (...)

11Le doute exprimé, il faut admettre que la donation de Constance trouve un sérieux et probant écho dans un acte de 1206 par lequel, Geoffroy, évêque de Nantes, restitue (ou donne ?) aux cisterciens de Melleray la partie des dîmes qu’il prélevait « in salinis dictorum fratrum23 ».Or, on ne voit dans aucun des autres titres du xiie siècle à la fin du xiiie siècle du fonds des Blancs Manteaux que Melleray ait reçu ou acheté des rentes sur les salines de Guérande entre 1134et 1299, ni plus tard d’ailleurs. Le reste du chartrier n’atteste pas non plus de don de marais littoraux incultes à défricher pour les transformer en salines. Aussi, une conclusion s’impose : l’acte de 1206 se réfère implicitement aux salines léguées par la duchesse Constance24.

  • 25 Méprise répétée par les éditeurs des chartes de la duchesse Constance, Judith Éverard et Michael J (...)

12Mais quid des « sept vingts œillets » de la donation ? En fait, il y a tout lieu de croire qu’ils n’ont jamais existé dans le temporel du monastère. L’acte du xiie siècle ne devait pas mentionner d’œillets — occellos salinarum en latin —, mais des « aires de salines », 140 au total. Le père Lamoureux a traduit l’expression latine æras salinarum de la charte originale par œillets. Mais, il a commis une méprise25. Œillet est un terme technique qui désigneun bassin de production, unité comptable de propriété sur le terrain. Pour sa part, l’aire est une unité de mesure du sol et d’assiette fiscale, utilisée par le receveur du domaine ducalde Guérande et les seigneurs du terroir. À la fin du Moyen Âge, la surface d’un œillet, dépendances non comprises semble-t-il, peut alors varier de 2 à 7 aires et la rente foncière s’élever en proportion. Cette donnée considérée, l’écart entre les « sept vingts œillets » de la donation et l’effectif du temporel de Melleray à partir de 1540 devient plus acceptable.

  • 26 Nous identifions la saline au Petit Gurgues (Archives municipales de Batz-sur-Mer (AMBZ), cadastre (...)

13En admettant qu’un œillet du legs de Constance ait contenu 3 aires, et c’est une position médiane, l’abbaye aurait reçu un patrimoine de 46 œillets. Les données s’éclairent au point qu’on peut à présent considérer que la Petite Gurgoys26 et surtout la Salline deMeleray, poursuivent les aumônes de la duchesse Constance faites avant 1201. La dilatation ultérieure du patrimoine du monastère et en particulier l’extension de ses biens à l’intérieur de la prise des salines dites de Melerai peuvent être en partie liées à la dotation de 40 sous de 1206, l’assiette ayant pu, de fait, porter sur le domaine et les salines de Guérande en complément de ce que le monastère y percevait déjà ! En toutes hypothèses, il était possible à l’abbaye d’augmenter son bien-fonds, par exemple en le remembrant et en gagnant des bassins producteurs soit à l’intérieur des salines médiévales, soit d’une vasière. Le Petit Melerai, sans doute de construction postérieure à la Grande Melerai, a été aménagé dans l’angle nord-est du réservoir. En outre, la preuve existe qu’à l’époque moderne les religieux de l’abbaye ont invité les fermiers à réaliser de tels travaux.

Gestion et évolution des salines de Melleray

  • 27 ADLA, B 9124, 15-24 juin 1624, pièce 8.
  • 28 Archives départementales du Morbihan (ADM), 48H1, 2 décembre 1689.
  • 29 AMBZ, GG 36, pièce 3, 21 mars 1694.

14En l’état actuel des connaissances, la première trace explicite de mise en faire valoir indirectdes marais de Melleray remonte à 1624. Olivier Le Guerver témoigne alors cultiver « dix oeilletz de marays dépendans de l’abbaye de Melleray par dessoubz Olivier Bourdic demeurant en la ville du Croisic, fermier desdicts marays27 ». En 1628, le temporel de l’abbaye est partagé entre l’abbé commendataire et les religieux du monastère. Et de 1634à 1668, l’abbé bénéficiaire des salines semble en jouir en direct par la main du paludier Pierre Macé28. À la fin du xviie siècle, l’abbé Antoine Binet les concède aux moines cloîtrés qui les rétrocèdent en sous-ferme29.

  • 30 ADLA, 4 E 62/378, 22 octobre 1678.

15Les clauses d’un bail des salines Gurgués et Melerai sont connues par un acte de ferme du 22 octobre 1678. Le bail est passé pour neuf ans contre un fermage annuel de 460 livres(désormais L), soit 6 L par œillet, rendu à Nantes « quitte de tous frais ». Le premier payement est stipulé recevable à Noël « de l’année que l’on comptera mil six centz quatre vingtz et ainsy continuer d’an en an et de terme en autre ». Les fermiers Nicolas Le Breton et sa belle-sœur Jeanne Le Gruyer du Croisic s’engagent à « jouir desdicts marays en bons pères de famille sans rien y desmollir ny desperir, et de faire faire les mipses [i.e. dépenses et travaux]ordinaires seullemant [comme] requises estres faictes chacun an audicts marays30 ».

  • 31 AMBZ, GG 36, pièce 2, 27 septembre 1693.
  • 32 ADLA, E 1494, 19 avril 1697.

16La ferme suivante, conclue le 13 juillet 1687, débute à Noël de la même année. Les fermiers sont les paludiers Jacques Monfort et son fils François associés du meunier Nazaire Mollé, gendre du premier. Ces habitants du Bourg-de-Batz s’engagent à payer à l’abbé de Melleray 570 L, soit 7 L et demie par œillet et par an, s’obligeant « de les entretenir de mises ordinaires31 ». En outre, la première année, ils sont tenus verser 120 L de « denier à Dieu »à l’abbé. Et avec l’accord verbal de ce dernier et du prieur, il est entendu que les marais « entrès mauvais estat et prests de tomber en friche faute de réparation extraordinaire » soient chaussés. Les travaux se montent à 240 L avancées par Nazaire Mollé à valoir sur le prix de la ferme. Mais, le prieur prétextant une créance des fermiers de 224 L, refuse de prendre en compte la dépense. Le meunier ira en justice contre les religieux pour tenter d’obtenir la résiliation du bail ou du moins « un rabais raisonnable ». À l’issue de la ferme, l’abbaye revient à un faire valoir direct et salarie six ans Jacques Forest, paludier de Kervalet en Batz32.

  • 33 ADLA, 4 E 62/202, 21 janvier 1742.
  • 34 ADLA, H 76, pièce 3, 20 mai 1741.
  • 35 ADLA, H 76, pièce 1, 7 juillet 1750.

17L’expérience s’est-elle prolongée au-delà des six années ? Nous n’en savons rien. Constatons qu’au milieu du xviiie siècle, l’abbaye afferme à nouveau ses marais. En 1732, le bénéficiaire en est un certain sieur Lory du Croisic33. Puis en 1741, Pierre Huet, sieur de la Pommeraye, négociant du Croisic en obtient la jouissance pour neuf ans moyennant 900 L34. Le baillui est renouvelé en 1750 pour la même somme35.

18La ferme passée entre l’abbé Binet, Nazaire Mollé et Jacques Monfort en 1687 est intéressante en ce qu’elle atteste de la valorisation et de la dilatation du patrimoine de l’abbaye. En commandant aux fermiers la réparation de la saline, Antoine Binet leur passe commande de la construction de deux nouveaux œillets. Nazaire Mollé qui relate la disposition, ne précise pas où les bassins ont été implantés. Mais le monastère ne possède que trois salines. La surface du Petit Gurgués étant déjà fort occupée, seule l’une des salines Melerai proche de Saillé a pu bénéficier des œillets. Il suffisait au paludier d’allonger une ou deux des trois loties ou regroupement d’œillets qu’y tenait déjà l’abbaye. En vérité, des remembrement savaient déjà été expérimentés, au détriment des religieux semble-t-il.

  • 36 « Ung eillet de marois apartenant à ladicte confrayrye sistué en la paroisse de Guerrande, entre S (...)
  • 37 ADLA, B 1508, 18 janvier 1679, f° 87 v°.
  • 38 « La chappellainie Saint Nichollas de Guerrande […] sur XXXII aires de saline sises en la salline (...)

19En effet au tournant des xve et xvie siècles, l’abbaye n’est pas seule propriétaire des œillets auxquels elle a donné son nom. En 1520, et sans doute depuis 1452, la confrérie Saint-Nicolas de Guérande et la chapellenie du même nom y détiennent au moins deux œillets36. En1679, l’hospice Saint-Jean jouit également de deux bassins dans la Grande saline de Melleray. Dom Jean Lamoureux, procureur du monastère, en indique l’existence « sans néantmoins [en]approuver la proprietté », car, estime-il, les bassins ont « esté usurpez sur eux », c’est-à-dire sur les moines de Melleray37. Rien n’est dit des circonstances et de la date de l’usurpation. Elle peut remonter au xve siècle et se rapporter à la gestion du patrimoine dont la chapellenie Saint-Nicolas dispose en la saline du Dor38, mitoyenne de celle de Melleray. En toutes hypothèses, l’indélicatesse pointée par dom Lamoureux est liée à la construction d’œillets sur la terre du monastère et leur dévolution aux œuvres de la paroisse de Guérande. Le plus piquant de l’affaire c’est que les œillets litigieux n’ont pas disparu du parcellaire actuel non plus que les marques qui les désignent comme biens spoliés sur fonds d’autrui.

20L’enceinte du Grand Melerai renferme trois loties, soit d’ouest en est, une lotie de 30 œillets, une autre de 26 et une de six. À l’examen, il apparaît que cette lotie relève d’un réseau hydraulique indépendant des 52 autres œillets de la saline et des 16 œillets du Petit Melerai. La lotie de 6 cristallisoirs est alimentée, non par la vasière Melerai, mais par le réservoir commun aux salines du Dor et du Marhallé. Et c’est là, une preuve de l’usurpation du fonds de l’abbaye : l’entrepreneur a fait usage du sol de la saline, tout en lui laissant la jouissance de la vasière et des eaux !

21L’autre élément de cette mise en valeur de la prise de Melerai réalisée par étapes successives s’observe dans la vasière commune aux salines Longue et Lescrain qui bordent le talus nord du Grand Melerai. Il consiste en une butte de terre non cadastrée. Cette terme paraît bien provenir de l’aménagement d’une partie de la saline voisine plutôt que de la vasière. Les déblais résultent du creusement des 6 œillets implantés à l’extrémité est de la grande saline des moines.

22Les marais salants du pays de Guérande composent un extraordinaire puzzle paysager et technique dont la toile de fond a été mise en place au Moyen Âge. Une approche transversale des sources, conjointe à l’observation de terrain, permet d’en comprendre les principales évolutions. Les salines Melerai dont le nom cristallise celui de l’abbaye de Melleray, principal propriétaire dès 1201, illustrent la subtile dualité d’un territoire anthropisé qui balance entre structures foncières pérennes et structures de production en constantes transformations en vue d’optimiser les rendements de la production salicole ou la valeur du foncier pour répondre aux attentes et intérêts parfois contradictoires et conflictuels des hommes, exploitants ou propriétaires.

Notes

2 Sauf dans les citations de l’Ancien Régime, nous adopterons par commodité la notation Melerai du cadastre napoléonien.

3 Archives départementales de Loire-Atlantique (ADLA), Q 144, f° 21 v°, n° 128 et Q 149, f° 2 v°-3 r°.

4 Commune de La Meilleraye-de-Bretagne.

5 Aujourd’hui sur la commune du Louroux-Béconnais.

6 André Dubief, Les Cisterciens en Bretagne, xiie-xiiie siècles, Rennes, PUR, 1997, p. 112, 122, 131-132 et 138.

7 ADLA, H 75, pièce 4.

8 André Dubief, op. cit., p. 49-51.

9 Noël-Yves Tonnerre, Naissance de la Bretagne. Géographie historique et structures sociales de la Bretagne méridionale(Nantais et Vannetais) de la fin du viiie à la fin du xiie siècle, Angers, Presses de l’université d’Angers, 1994,p. 395-396, note 5.

10 « Un livre en écriture gothique nommé la Scavante dans lequel sont décrit les titres de l’abbaye de Meillerai, cottée VU », ADLA, Q 509, 17-23 mai 1791, article 131. Amédée Guillotin de Corson, « L’abbaye de Melleray avant la Révolution », Bulletin archéologique de l’Association bretonne, 35e session, Congrès d’Ancenis-1894, 3e série, Saint-Brieuc, R. Prud’homme, 1895, t. XIII, p. 9 et Henri de Berranger, Guide des archives de la Loire-Atlantique, Nantes, Imprimerie de Bretagne, 1962-1964, t. I, p. 151.

11 ADLA, Q 509, 17-23 mai 1791, article 84.

12 ADLA, B 790, 28 mai 1494.

13 Ibid., 18 mars 1540.

14 ADLA, B 790, 25 mai 1572, 23 juin 1677 ; E 1494, 19 avril 1697.

15 ADLA, B 1508, 18 janvier 1679, f° 87 r°-v°.

16 Judith Éverard et Michael Jones (dir.), The Charters of duchess Constance of Brittany and her family, 1171-1221,Woodbridge, The Boydell Press, 1999, p. 143-144, Gu3.

17 Henri Ouilgars, « La châtellenie et fief ducal de Guérande du xe au xve siècle », tiré-à-part de la Revue de Bretagne,Vannes, Lafolye, s.d. [1912], p. 4.

18 ADLA, B 1518, 21 janvier et 8 février 1679, f° 1390 r°.

19 ADLA, H 75, pièce 9.

20 Alain Gallice, Guérande au Moyen Âge. Guérande, Le Croisic, le pays guérandais du milieu du xive au milieu du xvie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 41.

21 « […] par la main de l’intendant à Nantes et à rendre chaque année ».

22 ADLA, B 790, 28 juillet 1494.

23 « Sur les salines des dits frères », salines qui, au passage, ne pouvaient se trouver que sur la paroisse de Guérande, l’évêque de Nantes ne levant pas la dîme sur celle de Batz, ADLA, H 75, pièce 10. En toutes hypothèses, « L’arrest de Melleray [du 12 juillet 1666] juge que les salines que les ducs ont données pour fonder des abbayes & monasteresne sont point exemptes de dixme, puisque celles de Melleray étoient de la fondation de Constance, Duchesse de Bretagne, lesquelles ont été assujetties à la dixme » (ADLA, H 111, Factum pour Dom Jean-François Delville, prêtre religieux de l’Ordre de Saint-Benoît, congregation de Saint-Maur, Prieur titulaire du Prieuré simple & regulier de Saint-Guinolé de Batz, appelant de sentence renduë au Siège présidial de Nantes le 5 de juin 1736, contre Messire René Decombles, sieur de Nayves, intimé, Rennes, Veuve Garnier, 1739, p. 15).

24 Il est plus difficile d’expliquer pourquoi il y a eu restitution de dîmes en 1206. L’évêque s’est-il empressé au trépas de la protectrice de l’abbaye de prélever la dîme ecclésiastique sur des salines qui s’en trouvaient exemptes du fait de leur ancienneté ? La restitution en aurait été faite au monastère de Melleray pour ne pas déplaire à Guy de Thouars qui venait d’obtenir la garde du duché : dernier mari de Constance, il avait approuvé la donation de son épouse. Mais on peut tout aussi bien envisager que les salines données par Constance étaient soumises à la « dîme ». Dans un élan de générosité, le décimateur voulant s’associer aux libéralités de la princesse les aura déchargées de cette coutume. En tout cas, l’hypothèse d’une usurpation puis d’une restitution de la rente consentie par l’évêque Bernard sur « sa saline » paraît plus douteuse.

25 Méprise répétée par les éditeurs des chartes de la duchesse Constance, Judith Éverard et Michael Jones (dir.), op. cit., p. 85, C 65.

26 Nous identifions la saline au Petit Gurgues (Archives municipales de Batz-sur-Mer (AMBZ), cadastre, section D,n° 351-353, 452).

27 ADLA, B 9124, 15-24 juin 1624, pièce 8.

28 Archives départementales du Morbihan (ADM), 48H1, 2 décembre 1689.

29 AMBZ, GG 36, pièce 3, 21 mars 1694.

30 ADLA, 4 E 62/378, 22 octobre 1678.

31 AMBZ, GG 36, pièce 2, 27 septembre 1693.

32 ADLA, E 1494, 19 avril 1697.

33 ADLA, 4 E 62/202, 21 janvier 1742.

34 ADLA, H 76, pièce 3, 20 mai 1741.

35 ADLA, H 76, pièce 1, 7 juillet 1750.

36 « Ung eillet de marois apartenant à ladicte confrayrye sistué en la paroisse de Guerrande, entre Saillé et Le Poulleguenen la salline de Melleray, près la salline du Dort, entre marois de la chappelainie Sainct-Nycollas, les marois […] et les fossez et boucix de ladicte salline d’une et autre part », Archives paroissiales de Guérande, confrérie Saint-Nicolas, f° 47° r, 10 mai 1520. Voir également f° 31 v°, 2 juin 1494 et passim.

37 ADLA, B 1508, 18 janvier 1679, f° 87 v°.

38 « La chappellainie Saint Nichollas de Guerrande […] sur XXXII aires de saline sises en la salline au Dorz ». ADLA, B1489 (A), 1452, f° 50 v°.

Notes de fin

1 Doctorant en histoire moderne, université de Poitiers-GERHICO.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Surface de l’unité hydraulique et foncière des salines Melerai en 1819-1820
Légende Sources : ADLA 7 P 2 219.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20426/img-1.png
Fichier image/png, 10k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540