Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Histoire et représentations du littoral

Le paysage salicole de l’île de Bouin à la fin du Moyen Âge

Jean-Luc Sarrazin

Texte intégral

  • 1 Professeur d’histoire médiévale, université de Nantes.

1Note portant sur l'auteur1

  • 2 Dominique Guillemet, Les Îles de l’Ouest de Bréhat à Oléron du Moyen Âge à la Révolution, La Crèch (...)
  • 3 Ibid., p. 59.

2Dans sa très belle synthèse sur les Îles de l’Ouest du Moyen Âge à la Révolution2, Dominique Guillemet accordait, par le biais d’une approche tout en finesse des spécificités insulaires, une place de premier plan aux paysages judicieusement qualifiés de ruraux. « Des terres d’élection pour les marais salants » précisait-il dans l’un des sous-titres3. À sa chère mémoire et en hommage à sa recherche, la présente contribution voudrait modestement apporter quelques données sur l’aménagement et l’entretien des marais de la plus salicole d’entre elles, l’île de Bouin, à la fin du Moyen Âge.

  • 4 Jean-Luc Sarrazin, « Les franchises des îles de mer de Poitou et d’Aunis à la fin du Moyen Âge », (...)
  • 5 R. Cintre, Les Marches de Bretagne au Moyen Âge, Pornichet, 1992, p. 37 et 42 ; A.-R. Bridbury, En (...)
  • 6 Claude Bouhier, « Les marais salants de l’île de Noirmoutier », Lettre aux amis de Noirmoutier (...)
  • 7 Cartulaire des sires de Rays (1160-1449), éd. R. Blanchard, AHP, t. XXVIII et XXX, Poitiers, 1898- (...)
  • 8 BnF, nouv. acq. fr., n° 21200.
  • 9 Recueil et catalogue des actes de l’abbaye cistercienne de Buzay en Pays de Rais (1135-1474), éd. (...)
  • 10 Jean-Luc Sarrazin, « Le sel et l’aménagement du littoral poitevin (xiiie-début xvie siècle) », dan (...)
  • 11 « Le compte de Bernardin Girard chastelain et receveur en l’isle de Boign pour très noble et puiss (...)
  • 12 Jean-Robert Pitte, Histoire du paysage français. Le sacré de la préhistoire au xve siècle, Paris, (...)

3Située au fond de la Baie, Bouin était encore pleinement au xve siècle une île de mer. Même rétréci par les alluvionnements, un bras de mer, le Dain, la séparait nettement du continent. Île de mer, Bouin était également définie comme telle dans les privilèges délivrés par le roi de France4 et qui complétaient les avantages que lui procurait sa situation de marche commune de Bretagne et de Poitou5. Son caractère original tenait à l’importance quasi exclusive de la saliculture, ce qui la différenciait par exemple de Noirmoutier6. Un » paradis du sel » a-t-on dit à juste titre. Cette spécialisation se traduisait en un paysage bien particulier. De ce paysage, les composantes structurelles peuvent être restituées grâce aux informations collectées dans les actes du cartulaire des sires de Rays7, du cartulaire de Notre-Dame-de-la-Blanche8 ou du chartrier de Notre-Dame-de-Buzay9 et ponctuellement d’autres fonds. Tout en reprenant les renseignements extraits de ces sources déjà exploitées10, cette étude prendra plus précisément appui sur un document resté jusqu’à maintenant inédit du fait de son classement dans le chartrier de Thouars : le compte de la seigneurie de Bouin du 18 juillet 1468 au 18 juillet 1470 par Bernardin Girard pour le sire de Rays11. L’immense intérêt de ce registre est non seulement de procurer une vue d’ensemble sur l’économie de l’île mais aussi d’apporter un éclairage remarquable sur le système salicole, sa gestion et sa productivité. Sur la base des définitions et des mises au point conceptuelles des archéologues et des géographes12, la notion de paysage sera envisagée de manière large comme l’expression de l’organisation de l’espace, d’un géosystème, des liens entre la société et le milieu, ou si l’on préfère, comme le cadre dans lequel les hommes exercent leurs activités productives et qu’ils font évoluer au fil des aménagements. Après avoir présenté les principales structures de l’aménagement de l’île, mon propos portera sur le système salicole en lui-même puis sur la gestion du paysage dans ses modalités sociales.

Topographie historique de l’île : conditions et structures de l’aménagement salicole

  • 13 Luneau et E. Gallet, Documents sur l’île de Bouin, Nantes, 1874, pièce n° LXII.

4« L’isle de Bouin scituée sur les confins des provinces de Bretagne et de Poitou est la plus basse de toutes les isles de la mer océane […] Elle ne sçauroit subsister par elle-même, étant plus basse que la mer ; il a fallu la renfermer de digues et chaussées fort élevées, dont l’entretien coûte aux habitans des sommes immenses13 », c’est en ces termes, traditionnellement repris depuis le Moyen Âge, que le mémoire pour Madame la Maréchale de Clérembault présente, en 1707, l’île afin d’obtenir une nouvelle exemption fiscale pour les habitants à la suite d’un énième vimer catastrophique. On ne saurait mieux dégager le caractère majeur de la topographie de l’île : son extrême platitude, facteur de danger face à la « malice de l’océan »mais aussi facilité d’aménagement des marais salants.

  • 14 Étude géomorphologique par J. Mounes, Le Marais breton et ses marges. Étude de géomorphologie et d (...)
  • 15 L’une des plus anciennes citées est celle de la Coupelace. Le terme utilisé, « bocia », reflète la (...)
  • 16 En particulier le compte des réparations effectuées en 1510 à la suite des terribles vimers de l’h (...)
  • 17 Par exemple, ce passage du compte de Bernardin Girard « A Jehan Barraud et Geffroy Beraud pour avo (...)
  • 18 Il faut attendre les registres des chaussées de la seigneurie de l’île relatifs aux années 1600 et (...)
  • 19 F. Verger, Marais et wadden du littoral français. Étude de géomorphologie, Bordeaux, 1968, p. 451.
  • 20 La « chaussée des Burelles », la « chaussée de la Culgoisée », etc.
  • 21 Exemption pour cinq années de payer aucun devoir par cause des vimers et ouragans, accordée par An (...)
  • 22 « Demande et supplie cedit receveur luy estre desduit et rabatu le numbre de V s. monnaie qu’il ba (...)
  • 23 « quelx la fortune du temps et la marée qui fut le XXVIIe jour de janvier descouvrit entièrement e (...)
  • 24 « L’isle est si basse que plusieurs fois les habitants ont eu de l’eau jusqu’aux genoux dans leurs (...)

5Jusqu’au comblement du Dain dans le courant du xviiie siècle et à la poldérisation contemporaine, Bouin était une île continuellement exposée au péril de la mer. Formée autour d’un îlot de calcaire lutétien sur lequel était (et est) établi le village de Bouin, elle n’était au fond qu’un immense schorre émergé de l’océan mais toujours cerné par la mer et parcouru par des étiers sinueux14. Située sous le niveau de la mer aux malines, elle était protégée par tout un dispositif de chaussées, édifiées face à la mer et le long des étiers. Ici, comme sur les autres côtes basses de Bretagne méridionale et de Poitou, il n’était point au Moyen Âge de grandes digues défensives de construction et d’entretien communautaires, pas plus qu’il n’existait d’institutions comparables aux « wateringen » flamandes ou aux « levaderies » provençales. Citées depuis les débuts de la couverture documentaire15 mais évidemment plus anciennes, les chaussées de mer, de tracé discontinu, étaient majoritairement situées à l’ouest et au sud de l’île. Les réparations mentionnées au chapitre des mises dans les comptes, tant celui de Bernardin Girard que ceux des cisterciens de Buzay aux années 1505-151216, apportent quelques précisions techniques sur leur construction. Toutes étaient faites de terre amoncelée, renforcée de galets et de pierres17. Édifiées sur des schorres, elles ne paraissent pas avoir été d’une grande hauteur18, contrairement à celles qui seront construites sur les slikkes au temps des polders19. Les chaussées internes étaient édifiées avec les vases de curage des étiers. Elles se sont mieux conservées dans le paysage où elles soulignent le tracé desdits étiers et elles ont laissé de nombreux toponymes dans les matrices cadastrales20. La protection assurée par ce dispositif n’était que toute relative. Chaque année, la « fortune de la marée » rompait des tronçons de chaussée et provoquait l’inondation dans tel ou tel marais. Il fallait des vimers d’une exceptionnelle gravité comme ceux qui se sont produits durant l’hiver 1510 pour susciter les doléances de la population en vue d’obtenir quelque exemption fiscale21. L’année commune était faite d’inondations marines entraînant noyades d’habitants, détériorations ou destructions de salines et dégradations de monceaux de sel. En 1469, le sire de Rays perd ainsi l’une de ses saunières22 tandis que ses mulons de sel pourtant amoncelés sur des tesseliers abrités du port de Bouin sont endommagés lors de la tempête du 27 janvier23. La submersion de l’île à la mauvaise saison, sauf au nord et au sud, sera encore présentée comme une situation habituelle au début du xviiie siècle par l’ingénieur-cartographe, Claude Masse24.

  • 25 Jean-Luc Sarrazin, « Les marais salants de la côte atlantique au Moyen Âge : apports récents de la (...)
  • 26 Recueil des actes de Buzay…, op. cit., nos 201, 202, 206, 207, 228, 230, 231, 232, 234.
  • 27 Les « pouées » sont des plans inclinés pour le chargement des barques et des navires. Un mémoire p (...)

6Les débuts de l’aménagement salicole de l’île remontent en toute hypothèse au premier Moyen Âge. Malheureusement, si l’existence de marais salants est attestée dès le viie siècle sur le continent à Ampan près de Beauvoir ou sur l’île de Noirmoutier25, aucune référence textuelle n’est disponible pour Bouin. Il y a là simplement un effet documentaire et conclure du silence de sources qui n’existaient pas ou qui n’ont pas été conservées à l’absence des alines serait évidemment un contresens. C’est à partir des xiie et xiiie siècles que les mentions de marais salants se multiplient dans le chartrier des cisterciens de Buzay et dans les cartulaires de Notre-Dame de La Blanche et des sires de Rays. Une poussée constructive peut même être repérée à la fin du xiiie siècle26. Le paysage salicole achève alors de se mettre en place. En dehors des bassins d’évaporation et de cristallisation proprement dits, il s’organisait autour de trois éléments invariants, l’étier, la « charrau », le bossis. Canaux méandreux soumis au mouvement de la marée, les étiers donnaient tous dans le Dain au Moyen Âge. Ils jouaient plusieurs rôles. Ils alimentaient par des « coués » les réservoirs des salines, vasoiset métières ; ils évacuaient les eaux-mères sursaturées et les eaux douces de mauvaise saison. Ils servaient également au batelage plus efficace que le charroyage. Équipés de « pouées27 »pour les plus importants d’entre eux, ils fixaient les sites de petits ports et assuraient unrelais avec la voie maritime. Les « charraux » étaient des chemins d’accès aux salines et aux ports. Les principales reliaient les « villages » de la Coupelace, du Chaud, du Sucq au nord à Bouin au centre et au « village » de L’Epoids au sud. Gros bourrelets de terre tortueux bordant les salines, engraissés par le curage des étiers, les bossis étaient cultivés de céréales et de fèves. De loin en loin des « tesseliers », emplacements des monceaux de sel, y étaient établis.

Le paysage salicole : composantes spatiales et productivité

  • 28 H. Touchard, Le Commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, 1967, p. 6, n 17.
  • 29 Ce chiffre est déduit, sur la base de l’indication de la recette du cens, du montant total du prél (...)
  • 30 Le compte de Bernardin Girard présente une grave incohérence sur la recette du cens. Dans la parti (...)
  • 31 D’après le dénombrement effectué à l’occasion d’un procès entre Buzay et le sénéchal du seigneur d (...)

7Hormis quelques « cloudis » au sud et au nord, comme celui de la Boce à la Coupelace, des retraits de mer, quelques prés et de modestes pièces de vignes, la majeure partie de l’île était exclusivement vouée à la saliculture. En 1527, on dénombrait 66857 aires saunantes en activité28. Pour le xve siècle, les statistiques disponibles restent partielles mais néanmoins significatives. En 1468-1469, le sire de Rays détenait « à domaine », autrement dit en réserve,1198 aires et percevait le cens sur au moins 8960 aires29 voire plus vraisemblablement sur 44800 aires30. En 1469, les cisterciens de Buzay possédaient 1411 aires franches et 402 roturières31. À partir de tels chiffres, il est permis de conclure sans trop de risque d’erreur à unetrès forte densité des cristallisoirs sur la partie centrale de l’île aux années 1460.

  • 32 Ce compte est tenu en monnaie bretonne, plus forte que la monnaie tournois.
  • 33 La moitié bretonne de la ferme du terrage des blés plafonne à 13 l. 15 s. monnaie bretonne en 1468 (...)
  • 34 La fiscalité de la vente du sel est ainsi présentée dans le compte : « S’ensuit le minu des desmes (...)

8La part écrasante de l’activité salicole est vigoureusement soulignée par la répartition des revenus seigneuriaux telle qu’elle se présente dans le compte de 1468-147032. Mis à part les montants assez élevés de la ferme du moulin à vent et des deux moulins à eau (des marémoteurs) — 62,10 livres sous par an — qui témoigne d’une population nombreuse et de celle des « seaulx et clergie » (10,10 livres sous en 1468, 7,12 livres sous 6 deniers en1469) qui reflète l’intensité de l’activité commerciale, le rapport des fermes est très limité33. Les revenus du sel fournissent l’essentiel des recettes. À lui seul le « prouffit des desmes des saulx vendues et des placés dudit isle » s’élève à 120 livres pour les deux années, ce qui correspond à une valeur de 2400 livres de sel vendu. Il est complété par celui du « rivaige des dits saulx » (10,10 livres sous) et celui du « boute » (6 livres)34, se rapportant à 2400 charges taxables exportées d’après le « boute » et à 2520 d’après le « rivage ». Au total, les taxes su rla vente du sel représentent 21,3 % des recettes de la seigneurie (639,13 livres sous7 deniers). Les 16 charges qu’a rapportées le cens équivalent à une estimation marchande d’environ 30 livres. Si l’on retient le chiffre plus plausible de 80 charges pour le cens, la valeur marchande s’élève à quelque 150 livres. La vente de 50 charges (chacune de 27 sacs et demi) en juin 1469 procure une recette de 91,13 livres sous 4 deniers. Les deux tiers de la récolte de sel que lui valent ses salines à domaine rapportent au sire de Rays 93 charges18 sacs en 1468, soit l’équivalent d’environ 160 livres.

  • 35 L’une des plus anciennes mentions d’aires se trouve dans l’aveu d’un certain Perrot Coterel au duc (...)
  • 36 Dominique Guillemet, op. cit., p. 62.
  • 37 Malgré ces précisions, il est évidemment impossible de restituer la disposition exacte des bassins (...)

9Alors que dans le marais de Guérande, quelques aires voisinaient ici et là avec les œillets35, en l’île de Bouin, comme dans tous les pays de la Baie, le système des aires régnait sans partage. Une telle situation perdura jusqu’au transfert, à partir du début du xviiie siècle, de la technologie guérandaise que Dominique Guillemet qualifiait par clin d’œil de « révolution des œillets36 ». Creusée dans le schorre mais non dans le slikke trop exposé, bordée de bossis, la saline se divisait en trois bassins graduellement plus profonds en sorte de permettre la circulation de l’eau salée par gravité : le réservoir extérieur que les textes appellent vasière ou vasois, ravitaillé par l’étier à travers un « coué » disposé sous la chaussée ; le réservoir intérieur dénommé métière et les vivres dans lesquelles l’eau effectuait un long circuit et où commence l’évaporation ; enfin les surfaces de cristallisation, les aires saunantes où le saunier récoltait quotidiennement le sel durant l’été quand le temps le permettait. Toute saline était vendue, échangée, accensée avec ses appartenances de « vasoys, mesteres, vivres et bocis37 ». Ce système ne différait en rien de ce qu’il était sur le continent.

  • 38 « Et ne compte point ledit chastelain et receveur du proufit desdits cens de sel pour l’an mil III (...)
  • 39 Il y a une contradiction dans le compte de Bernardin Girard. En recette, il est mentionné que le c (...)

10L’un des apports les plus intéressants du compte de Bernardin Girard est de présenter le « minu » du « prouffit » des marais à domaine du sire de Rays, saline par saline pour 1468et 1469. Peut ainsi être évaluée la capacité productive des aménagements salicoles. L’estimation est d’autant plus précieuse qu’elle porte non pas sur une seule saline mais sur tout un ensemble et qu’elle concerne deux années très moyennes pour le salange, particulièrement1469 où la récolte n’a pas été suffisante pour lever le cens38 ou du moins un cens convenable39.

  • 40 Cf. note 21.
  • 41 J. Briand, Un Exemple d’exploitation de salines : les possessions des Blanchet dans la baie de Bou (...)
  • 42 Pierre Lemonnier, op. cit., p. 126.

11L’enseignement majeur des chiffres de production est de faire apparaître des différences de récolte très marquées entre les salines. La capacité productive varie de 1,27 sac par aire à 5,57 en 1468 et de 1,8 à 4,9 en 1469. La production des salines est, on le sait, très aléatoire ; elle varie en fonction des conditions météorologiques, de l’orientation du marais, de l’entretien et de la hauteur des bossis, du ravitaillement en eau salée mais aussi de l’habileté et de l’assiduité du saunier. Il se peut, par exemple, que le « Petit Robart » ait été un marais médiocre en raison d’un ravitaillement déficient. Cependant le « minu » laisse surtout entrevoir l’importance primordiale du facteur humain. Sur les 12 salines, quatre changent de saunier d’une année sur l’autre mais l’un des changements s’effectue au sein de la même famille. En 1468, Jehan Barrau saune à lui seul trois salines, les « Esnières », le « Petit Robart »et le « Pont Guibour », soit au total 220 aires. En 1469, le relais est pris par Girard Barrauau « Pont Guibour » : fils ou frère ? Un autre saunier Jehan Moreau s’occupe à la fois de « Denrau et Hernau » et de « Lanjournenière », soit de 354 aires, ce qui explique peut-être le rendement assez faible. Il faut supposer dans tous ces cas un travail familial mobilisant femmes et enfants. Seule, une circonstance particulière révèle la qualité de saunière de Bienvenue Manchat aux côtés de son mari Eonnet pour la « saline neuve40 ». En année moyenne ou médiocre, la productivité s’établissait ainsi autour de 2 à 4 sacs par aire. Cette fourchette corrobore les informations fournies par un autre document très précieux sur lasaliculture de la Baie, le cahier de comptes d’une famille d’officiers de justice de Nantes, les Blanchet : entre 1461 et 1467, la saline de la Jouberde au sud de Prigny sur le continent produit de 2,65 sacs à 6,5 sacs les très bonnes années, 1461 et 146241. Ces chiffres peuvent être comparés aux rendements calculés pour le xixe siècle42. Le rendement de l’aire aux années 1460 ne paraît pas être très éloigné de celui de 1866 : 0,35 t. contre 0,4. Mais il faut prendre ces évaluations avec la plus extrême prudence.

Le mode social de la gestion du paysage

12À la fois dans leur architecture de terre, leurs éléments de protection, leurs aménagements hydrauliques, les marais salants constituaient un appareil productif d’une grande complexité et d’une grande fragilité. À Bouin, l’absence de cordons dunaires face à l’océan, l’extrême platitude de la topographie les exposaient encore plus aux risques de dégradation et de destruction qu’ailleurs dans les pays de la Baie. Les maintenir en capacité de « saulner »était un enjeu vital pour toute la société insulaire, en même temps qu’entretenir les équipements servant au transport et à l’exportation du sel.

  • 43 Cartulaire des sires de Rays, op. cit., n° CLXXXII.
  • 44 Voir supra, n. 33.

13À la fin du Moyen Âge, la gestion du paysage salicole s’exerçait à deux niveaux, celui des infrastructures d’utilisation communautaire, les ports, les passages, les ponts d’une part ; celui des salines proprement dites avec leurs bassins et les étiers de ravitaillement de l’autre. Relevant du « commung proffict », tenir en bon état les infrastructures ressortissait ordinairement aux prérogatives de la seigneurie châtelaine. Ce qui fait l’originalité de l’île de Bouin, c’est la prise en main par la population elle-même de cette fonction. L’acte qui institue le transfert de la gestion aux insulaires est la confirmation de franchises et privilèges par Miles de Thouars, seigneur poitevin de l’île, en juin 134243. Il établit en l’espèce que la taxe de quatre deniers par navire chargeant du sel, levée pour financer les réparations des équipements, devait être désormais collectée par un receveur désigné par les habitants en accord avec le seigneur. En d’autres termes, l’initiative de « curer les ports ou les nez chargent », » adober les pons, les mauvez pas » revenait aux habitants organisés au sein de la fabrique de Bouin, même si l’apparence du caractère seigneurial de la taxe était maintenue44. Ce transfert de compétence reflétait la montée en puissance du commun de l’île vraisemblablement en relation avec l’essor du commerce maritime du sel. Malheureusement, pour être très généraux, les termes de la charte de Miles de Thouars n’apportent aucune lumière sur la dynamique sociale qui sous-tendait le mouvement. De même, faute de documents provenant pour cette période de la fabrique, la mise en œuvre collective des réparations nous échappe complètement tant dans l’organisation du travail que dans le financement.

14L’entretien des salines et de tout ce qui ressortissait à leur fonctionnement revenait aux détenteurs du sol. La coutume de l’île en énonce avec un luxe significatif de précisions les principes et les modalités. Elle accorde une place privilégiée à la maintenance des « coués » et des chaussées. Éléments de fragilité du dispositif, les « coués » font l’objet de règles particulièrement strictes. Il était interdit d’en poser ainsi que des bondes de bois sous les chaussées et chemins publics sans autorisation. Obligation était faite à ceux qui déplaçaient un « coué »d’entretenir le lieu où ce nouveau « coué » avait été implanté, et, plus généralement à tout utilisateur de tenir en bon état l’endroit sur cinq brasses de hauteur, longueur et largeur. Encas de rupture, le détenteur devait édifier une levée de terre derrière l’ouverture afin d’empêcher l’eau d’envahir les marais. De la discipline de chacun dépendait le sort de tous. Plus généralement, l’entretien des chaussées, le curage des étiers étaient à la charge des propriétaires riverains. Qui avait intérêt devait tenir en bon état : tel était l’esprit des « usements » insulaires. La sécurité commune reposait donc sur la capacité de chaque propriétaire à bien entretenir son propre système.

  • 45 ADLA, H 28.

15Une partie des mises effectuées par le receveur du sire de Rays concerne précisément l’entretien adjacent des marais, la réfection des chaussées, la pose de nouveaux « coués », le « ferroyage » des fossés et le curage des étiers. Deux principales données peuvent être dégagées : d’une part, la grande facilité à embaucher de la main d’œuvre pour ces travaux qui ne nécessitaient pas un grand savoir-faire, d’autre part, corollairement, le faible coût des opérations. De toute évidence, il existait sur l’île une pléthorique armée de réserve de manouvriers toujours disponibles. Le salaire de ces journaliers anonymes du compte est particulièrement bas : 10 deniers à la tâche. Dans ces conditions, le coût de l’entretien du système de chaussées était très faible. Pour les deux années 1468 et 1469, il s’élève à 26,11 livres sous 10 deniers, soit4,13 % de l’ensemble des mises (643 livres 5 sous 8 deniers) ou le double du coût de chaussage d’une saline à 80 aires (13 livres). Le même constat peut être fait, quarante ans plus tard, à l’occasion des réparations diligentées par Thomas Martin, le procureur des religieux de Buzay, à la suite des destructions provoquées par les tempêtes de 1510. Cinq chaussées des moines sont colmatées. 42 hommes sont ainsi employés à la « faczon » de la chaussée du Payrotet45 à celle du Fourche 44. À la condition qu’il ne détruisît pas complètement les marais salants, un vimer pouvait constituer une aubaine pour le petit peuple des journaliers en induisant une distribution de salaires. Il y a là une clé de compréhension du mode de protection et de fonctionnement de l’aménagement salicole : il n’était point alors de hautes digues dressées face à la mer mais un réseau inextricable de petites levées fragiles, rompues à la première survenue d’un vimer mais faciles à réparer. La plasticité de ce paysage renvoie à l’existence d’un vaste salariat potentiel. Après l’hiver 1469, sept chaussées contiguës aux marais du sire de Raysont fait l’objet de réfection sur 76 brasses ; il faut supposer que les autres détenteurs de salines ont fait accomplir les mêmes travaux au droit de leur terre. En toute hypothèse, on peut estimer à plus d’un millier de brasses la longueur des chaussées réparées pour toute l’île.

  • 46 Jean-Luc Sarrazin, « La paysannerie saunière des marais de la Baie à la fin du Moyen Âge : stratif (...)

16« Ferroier » des fossés, curer des étiers, amonceler de la terre sur une chaussée ne demandaitpas de qualification. Il en allait tout autrement de la maintenance des salines elles-mêmes. « Saulner, traicter, reger et gouverner » les aires de marais était l’affaire exclusive des sauniers, élite misérable et assujettie de la paysannerie saunière mais catégorie hors du commun. Le mode de gestion du paysage s’inscrivait ici étroitement dans le rapport de production et dans la stratigraphie sociale de la paysannerie saunière. À Bouin comme partout dans la Baie, le faire-valoir s’établissait sur une répartition des deux tiers de la récolte pour le maître du sol et un tiers pour le saunier46. Le « minu » du « prouffit » des marais à domaine du sire de Rays répète pour chaque saline l’expression « rabatu le tiers pour le saulnier ».

17Le compte de Bernardin Girard offre un tableau saisissant du rôle essentiel des sauniers dans l’entretien des marais salants. Il témoigne, en même temps, du soin mis à veiller sur eux. L’intérêt bien compris du maître lui imposait en effet d’assurer la survie de ces spécialistes de la récolte du sel et de l’aménagement hydraulique.

Il convient que les seigneurs à qui sont les maroys et les marchans qui ont acoustumé achapter leur sel et faire leur monceau de sel esdits maroys, leur prestent leurs alimens sur leur partie de sel du temps à venir, autrement, ilz mourroient de faim. Et par ainsi convient que les seigneurs à qui sont lesdits maroys et les marchans de sel entretiennent ilec lesdits pouvres laboureurs de sel, qui en effect sont continuellement les plus pouvres gens de tout le païs d’environ ».

  • 47 « Mémoires présentés au roi Charles VII par les délégués de la ville de Poitiers pour le détourner (...)
  • 48 « Item compte ledit receveur pour la despense qu’il fist pour aller audit lieu de la Mote faire ve (...)

18Cette description misérabiliste présentée par les délégués de la ville de Poitiers en 1451 au conseil du roi pour le dissuader d’instituer la gabelle en Poitou et en Saintonge47 trouve une belle illustration au chapitre des mises du compte. En 1469, 141 boisseaux et demi de blé, dont 59 et demi en froment et 82 en seigle sont distribués aux sauniers au château de Machecoul pour le salaire de l’entretien des marais salants. Le receveur en personne a fait le déplacement à la Mothe-Achard, dans l’arrière-pays des Olonne, pour acheter le grain et c’est lui qui s’est chargé, à deux reprises, de la distribution48. La situation en 1469 imposait cette mesure ; le maintien en état de l’appareil productif était à ce prix. À la fin de l’hiver et au printemps1469, le coût de l’opération de réfection des salines s’élève à 28 livres 4 deniers. Il fallait non seulement effectuer la remise en état ordinaire mais aussi réparer les dégâts de la tempête du 27 janvier. Sans les réfections d’après un vimer, le salaire des sauniers était plus modeste : 8 livres 8 sous 4 deniers seulement au printemps 1470. En définitive, les gages de printemps étaient destinés à rémunérer les travaux de fin de mauvaise saison et à venir en aideaux sauniers. Étaient-ils accompagnés de prêts ? Ce n’est pas exclu mais, pour être un compte de seigneurie et non un compte d’exploitation, le registre de Bernardin Girard laisse totalement dans l’ombre cette question.

  • 49 Jean-Claude Hocquet, « Vivre et travailler au marais de Guérande », dans L’Europe et l’océan…, op. (...)

19Les opérations auxquelles font référence les mises du compte sont, à une exception près, des travaux annuels de nettoyage. Elles consistaient plus particulièrement à enlever les boues déposées à la mauvaise saison soit par l’inondation marine soit par l’érosion des bords par le clapot remettant la vase en suspension. La vasière et les métières devant se trouver au-dessous du niveau des hautes mers aux marées de vive eau, il fallait les réapprofondir. Pour cela, il convenait simplement de creuser sur le pourtour : c’était l’opération de ragage qui correspondait au rayage du marais de Guérande49.

  • 50 « Pour la mise du marois neuf ou y a IIIIXX IIII aires de salines que a chaussé de terre tout a ne (...)

20Le registre de Bernardin Girard évoque également, pour la mettre hors de sa comptabilité, une opération exceptionnelle, le chaussage d’une saline, le « Marais Neuf ». Chausser des aires consistait à en retourner le sol, autrement dit à les bêcher. Au bout d’une vingtaine d’années ou moins si un saunier avait laissé cuire son marais, les chlorures de magnésium avaient, en effet, imbibé la vase interdisant la cristallisation du chlorure de sodium. Il y avait nécessité à rendre la saline de nouveau productive en remuant le sol. Une telle opération se faisait « au dit de maistre » et impliquait un marché particulier conclu directement avec ledit maître. Sa rémunération, beaucoup plus élevée que celle de la remise en état annuelle, donnait lieu à un véritable montage distributif50.

21Les comptes, aussi bien celui de Bernardin Girard en 1468-1470 que celui de Thomas Martin en 1510, font clairement apparaître une nette ségrégation sociale dans la répartition spatiale des tâches d’entretien du système salicole. Si le « ferroyage » des fossés, le curage des étiers, la réfection des chaussées étaient confiés à des hommes de bras, tout ce qui ressortissait à la saline elle-même était obligatoirement confié à un saunier, en particulier enlever le » gast » que la marée avait déposé sur les aires.

  • 51 « Item pour l’achat de IIII miliers VIIC de rousche neusve mise et emploiée pour couvrir ledit mon (...)
  • 52 « A Jehan Moreau et Estienne Coaindreau par marché fait avecque eulx pour faire ledit monceau de l (...)

22Une sorte de mixité sociale était en revanche habituelle dans les autres tâches qu’imposait la saliculture comme l’amoncelage et la couverture des monceaux avec de la rouche51. Certes, le soin de faire les mulons sur les tesseliers était confié à des sauniers52 mais ces derniers faisaient appel à des manouvriers, amonceleurs et pileurs. Du monceau amaigri parles ponctions de la vente à celui que l’on « atassait » fin août début septembre, le paysage ne cessait d’évoluer sur les bossis et sur les ports.

23Dans son organisation spatiale, son aménagement du schorre, ses techniques de circulation de l’eau, le paysage salicole de Bouin ne différait guère de ce qu’il était dans les autres marais de la Baie. Le dispositif était le même : bossis, vasière, métière, vivres, aires, s’y retrouvaient à l’identique avec des systèmes d’admission d’eau, « coués » et bondes de bois, également semblables. Ce qui faisait la particularité de l’île, c’est que ce paysage était exclusif et présentait des caractères extrêmes, résumés dans la très forte densité des cristallisoirs (en toute hypothèse plus de 50 000 aux années 1460). La saliculture était ici une mono activité de profit et de survie vers laquelle était tournée pratiquement toute la société insulaire, laquelle avait pris en main les aménagements sans détenir majoritairement la propriété du sol.

24Une autre originalité tenait au mode d’adaptation aux risques d’inondation marine. L’île n’était pas protégée par de hautes digues défensives, mais par un réseau complexe de levées disposées aussi bien face à l’océan que le long des étiers : ces chaussées de faible hauteur se fondaient dans le paysage salicole. Leurs ruptures étaient fréquentes et systématiquement réparées après la mauvaise saison. La population insulaire ne disposait pas des moyens techniques pour conjurer de front le péril de la mer ; elle n’en avait pas non plus la conception. Elle épousait le danger maritime, l’assumait et n’exprimait de doléances qu’à l’occasion de vimers exceptionnels.

25Sur tous ces aspects, le compte de Bernardin Girard apporte des confirmations et d’utiles précisions, ne serait-ce que par nombre de notations proches du vécu. Il éclaire surtout d’une lumière vive les modalités sociales de la gestion du paysage. La société qu’il montre à l’œuvre est à la fois très hiérarchisée et solidaire. Au sommet apparaissent les représentants du maître, les Girard, Le Lardeux, Le Mayre et autre Bobet, qui surveillent, décident, prélèvent, rémunèrent. On les voit très présents, lors de l’amoncelage à la fin du mois d’août. Ensuite viennent les sauniers, leurs interlocuteurs, misérables à n’en pas douter mais dotés d’un savoir-faire qui les rend indispensables et qu’il faut ménager. Ce groupe, organisé autour de certaines familles, les Barraud, les Moreau, les Manchat, détient le véritable pouvoir d’aménager et la maîtrise effective du réseau hydraulique. Enfin se profile à l’arrière-plan, dans l’énumération des dépenses, l’armée des manouvriers anonymes, ces hommes qui ne sont que des nombres dans le compte et qui effectuent les nombreuses tâches périphériques qu’implique la saliculture. À travers la stricte répartition spatiale des opérations, la gestion du paysage enregistre de manière caricaturale la coupure fondamentale de la paysannerie saunière entre les familles de sauniers et le peuple des journaliers.

26Dans sa comptabilité et malgré les nombreuses erreurs de calcul dont il est truffé, le registre offre de précieux éléments de compréhension de la logique du système. Il faut relever avant tout le faible coût des travaux. Les mises relatives à l’entretien de l’appareil de production ne représentent au total qu’un peu moins de 10 % de l’ensemble des dépenses. Abondant, le travail commun ne comptait pas ; seul importait la réfection des salines parles sauniers. Il ne coûtait presque rien de relever une chaussée, de curer les étiers, de « ferroyer » les fossés. La dégradation de mauvaise saison était une donnée intégrée, acceptée, indispensable même à la perpétuation de la société dans ses structures et son fonctionnement.

Notes

2 Dominique Guillemet, Les Îles de l’Ouest de Bréhat à Oléron du Moyen Âge à la Révolution, La Crèche, Geste éditions, 2000.

3 Ibid., p. 59.

4 Jean-Luc Sarrazin, « Les franchises des îles de mer de Poitou et d’Aunis à la fin du Moyen Âge », dans L’Europe et l’océan au Moyen Âge, Nantes, 1988, p. 77-94. Le cas de Bouin est présenté p. 81-82.

5 R. Cintre, Les Marches de Bretagne au Moyen Âge, Pornichet, 1992, p. 37 et 42 ; A.-R. Bridbury, England and theSalt Trade in the later Middle Ages, Oxford, 1955, p. 57-60.

6 Claude Bouhier, « Les marais salants de l’île de Noirmoutier », Lettre aux amis de Noirmoutier n° 39, 3e trimestre1980, p. 11-13.

7 Cartulaire des sires de Rays (1160-1449), éd. R. Blanchard, AHP, t. XXVIII et XXX, Poitiers, 1898-1899.

8 BnF, nouv. acq. fr., n° 21200.

9 Recueil et catalogue des actes de l’abbaye cistercienne de Buzay en Pays de Rais (1135-1474), éd. Jean-Luc Sarrazin,microfiches, Nantes, 1977.

10 Jean-Luc Sarrazin, « Le sel et l’aménagement du littoral poitevin (xiiie-début xvie siècle) », dans Dominique Guillemet, Jacques Peret (dir.), Les Sociétés littorales du Centre-Ouest atlantique, Poitiers, MSAO, 1998, p. 143-161.

11 « Le compte de Bernardin Girard chastelain et receveur en l’isle de Boign pour très noble et puissant seigneur monseigneur de Rays, de la Suze, de Briolay et dudit lieu de Boign a cause de la Bretaigne des receptes et mises tant ordinaires que extraordinaires qu’il a faites, peu et deu faire pour et ou nom de mondit seigneur depuis le xviiie jour de juillet l’an mil IIIIc LXVIII que il fut mys et institué oudit office jucques au xviiie jour de juillet l’an mil IIIIc LXX qui est deux ans entiers », AN, 1 AP 2132, pièce 122. Je voudrais exprimer mes plus vifs remerciements à M. Sébastien Périsse qui a eu la grande gentillesse, à l’occasion de la soutenance de son mémoire de DEA à La Rochelle, de m’indiquer l’existence de ce document dans les fonds de Taillebourg qu’il a explorés pour sa recherche. Ce registre de 53 foliosn’est malheureusement pas folioté. Par la force des choses, les références qui y seront faites n’indiqueront pas le folio.

12 Jean-Robert Pitte, Histoire du paysage français. Le sacré de la préhistoire au xve siècle, Paris, 1983, p. 13-24. V.Clément, « Contribution épistémologique à l’étude du paysage », dans Mélanges de la Casa de Velazquez, Antiquité Moyen Âge, t. XXX-3, Madrid, 1994, p. 221-237. Gérard Chouquer, L’Étude des paysages. Essais sur leurs formes et leur histoire, Paris, 2000. Sur les paysages du sel : Sarah Reault-Mille, Les Marais charentais. Géohistoire des paysages du sel, Rennes, PUR, 2003, en particulier p. 15-17 ; Jean-Pierre Corlay, « Les marais maritimes de la Vilaine à la Gironde : géosystème maraîchin atlantique et promesses aquacoles », Norois, n° 132, 1986, p. 547-569.

13 Luneau et E. Gallet, Documents sur l’île de Bouin, Nantes, 1874, pièce n° LXII.

14 Étude géomorphologique par J. Mounes, Le Marais breton et ses marges. Étude de géomorphologie et de sédimentologie, thèse de troisième cycle, Nantes, 1974, p. 314-353.

15 L’une des plus anciennes citées est celle de la Coupelace. Le terme utilisé, « bocia », reflète la contamination par le vocabulaire de la saliculture « quamdam terram que dicitur retractus et quamdam retractam maris cum earum pertinenciisuniversis sitas in insula de Boignio juxta bocia ipsorum religiosorum sicut dicti retractus et retracta cum suis pertinenciisdurant et se extendunt et comportant in latum et in longum usque ad mare et usque ad dictam bociam » ventepar Jean Dieu Le Fit aux religieux de Buzay (4 février 1284-n. st.-), Recueil des actes de Buzay, op. cit., n° 215,Archives départementales de Loire-Atlantique (ADLA), H 26/27. Le terme bocia peut également être considéré comme un cousin de botum en usage dans le marais Poitevin.

16 En particulier le compte des réparations effectuées en 1510 à la suite des terribles vimers de l’hiver précédent, ADLA, H 28.

17 Par exemple, ce passage du compte de Bernardin Girard « A Jehan Barraud et Geffroy Beraud pour avoir fait XIX brasses de chaussée a cause des marois des Esnieres appartenant a mondit seigneur quelles estoient rasées par la fortunede la marée par marché fait avecques eulx en la présence dudit contrerolle IIII livres ; Item a Eliot Touzeau pour avoir roché lesdites XIX brasses de chaussée par marché fait avecques luy en la présence de Jehan Touzeau en visitant les chaussées dudit isle comme appert par quictance et relacion signée dudit Jehan Touzeau XXIII sous IIII deniers » ;lors de tempêtes, la mer projette les pierres du côté de la terre « Item compte ledit receveur avoir paié à Jehan Chebe pour avoir passé la pierre de quarante brasses de chaussées que la marée avoit gecté par son inundacion du cousté devers la terre ou tenement de la Coustans qui sont dependentes des marois des Chauveteries et de la Barbée par marché faitavecques luy en la présence dudit contrerolle la somme de V s. », AN, 1 AP 2132, pièce 122. Au printemps 1510, trois » batellées » de pierres sont transportées sur un étier pour réparer deux chaussées des religieux de Buzay, ADLA, H 28.

18 Il faut attendre les registres des chaussées de la seigneurie de l’île relatifs aux années 1600 et 1662 pour avoir des précisions chiffrées : la hauteur habituelle était alors de 7 pieds soit environ 2,3 mètres. Ces registres ont été étudiés par B. Baron dans le cadre d’un mémoire de maîtrise, L’Île de Bouin dans la première moitié du xviie siècle, Nantes, 1994. Sur les chaussées en particulier, cf. les p. 39-44.

19 F. Verger, Marais et wadden du littoral français. Étude de géomorphologie, Bordeaux, 1968, p. 451.

20 La « chaussée des Burelles », la « chaussée de la Culgoisée », etc.

21 Exemption pour cinq années de payer aucun devoir par cause des vimers et ouragans, accordée par Anne, duchesse de Bretagne et reine de France le 23 juin 1511, Luneau et Gallet, op. cit., pièce n° XIII.

22 « Demande et supplie cedit receveur luy estre desduit et rabatu le numbre de V s. monnaie qu’il bailla à BienvenueManchat par avant l’inconvénient de ladite marée pour saulner et gouverner oudit an mil IIIIc LXIX XL aires oumarois de la salline neusve appartenant à mondit seigneur dont ledit receveur ne peut avoir relacion pour ce queladite Bienvenue naia par la submersion de ladite marée ». AN, 1 AP 2132, pièce 122.

23 « quelx la fortune du temps et la marée qui fut le XXVIIe jour de janvier descouvrit entièrement et les dégasta et partouz endroiz en telle manière qu’il convint les refaire », ibid.

24 « L’isle est si basse que plusieurs fois les habitants ont eu de l’eau jusqu’aux genoux dans leurs maisons et ne pouvaient faire du feu que du four. Cela arrive souvent, quand les digues rompent et, pour peu qu’elles fussent négligées, l’isle retournerait en son premier état », Masse cité par A. Pawlowski, « Les transformations du littoral français. L’île de Bouin (Vendée) à travers les âges d’après la géologie, la cartographie et l’histoire », dans Bulletin de géographie historique et descriptive, 1911, p. 97-121, p. 116, n 9.

25 Jean-Luc Sarrazin, « Les marais salants de la côte atlantique au Moyen Âge : apports récents de la recherche », dans Auxrives de l’incertain. Histoire et représentation des marais occidentaux du Moyen Âge à nos jours, Paris, Somogy, 2002, p. 180.

26 Recueil des actes de Buzay…, op. cit., nos 201, 202, 206, 207, 228, 230, 231, 232, 234.

27 Les « pouées » sont des plans inclinés pour le chargement des barques et des navires. Un mémoire pour le duc de Nivernais, en date du 28 mars 1766 les définit ainsi : « les pouées et les couères, c’est à dire les chemins pierrés qui traversent les vases et conduisent de la terre ferme au lieu de l’embarquement », Luneau et Gallet, op. cit., pièce n° XCV.

28 H. Touchard, Le Commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, 1967, p. 6, n 17.

29 Ce chiffre est déduit, sur la base de l’indication de la recette du cens, du montant total du prélèvement qui s’élève pour le sire de Rays à 16 charges, soit 384 sacs, lesquels représentent le 1/7e du prélèvement plus la moitié du reste ;mais, malheureusement, dans ces 16 charges se trouvent les demi-cens « qui restoient de l’an que fut dit mil IIIIC LXVI lesqueulx ne avoient pas esté paiez ne renduz pour ce qu’il n’avoit pas suffisamment saulné celle année ». S’agit-il de tous les demi-cens ou de ce qui reste des demi-cens ? Le chiffre de 8960 est donc un chiffre minimum calculé à partir du taux de prélèvement qui est d’un sac pour 20 aires pour la Bretagne. AN, 1 AP 2132, pièce 122.

30 Le compte de Bernardin Girard présente une grave incohérence sur la recette du cens. Dans la partie « receptes » lemontant s’élève à 16 charges. En revanche, dans la partie « mises », Il est indiqué à 80 charges, demi-cens compris, « Etpareillement demande ce receveur luy estre mys en pure des charge le numbre de IIIIXX charges de sel pour les cens etdemiz cens de l’an mil IIIIC LXVIII dont il s’est chargé en recepte de sel cy dessus et XXI charges de sel pour l’an IIIIC

LXIX pour ce que lesdits Le Lardeux et Le Mayre les firent atasser avecques le sel des domaines de mondit seigneur as on proufit comme apert par leurs dites relacions pour ce par sel en numbre CI charges sel ». En récapitulatif, la somme totale de sel « IIC LXVII charges XVII sacs » excède de 3 charges 21 sacs ce qu’elle aurait dû être en additionnant les différentes recettes. Le gâtage ne peut constituer l’explication puisqu’il joue dans l’autre sens. AN, 1 AP 2132, pièce 122.

31 D’après le dénombrement effectué à l’occasion d’un procès entre Buzay et le sénéchal du seigneur de Bouin pour le Poitou, Recueil des actes de Buzay, op. cit., p. 980-981 ; ADLA, H 28/25.

32 Ce compte est tenu en monnaie bretonne, plus forte que la monnaie tournois.

33 La moitié bretonne de la ferme du terrage des blés plafonne à 13 l. 15 s. monnaie bretonne en 1468 et à 14 l. 10 s. en 1469, celle des laines et des agneaux à 9 s. 2 d. en 1468 et à 6 s. 6 d. en 1469, celle des complants des vignes à8 s. 4 d. en 1468 et à 5 s. 6 d. en 1469.

34 La fiscalité de la vente du sel est ainsi présentée dans le compte : « S’ensuit le minu des desmes, rivaiges, boutez et port des saulx levez et desplacez hors de l’isle de Boign durant le temps de ces comptes pour lequel devoir de desme estdeu a mondit seigneur pour la Bretaigne de X sous VI deniers, de rivage pour chacune charge ung denier, de boute pour XX charges de sel XII deniers et de port pour chacun vesseau portant forneture IIII deniers appartenant ledit devoir au troncq de l’église de Boign », AN, 1 AP 2132, pièce 122.

35 L’une des plus anciennes mentions d’aires se trouve dans l’aveu d’un certain Perrot Coterel au duc de Bretagne en date du23 février 1393, ADLA, B 1456 (1). L’insertion du système des aires au milieu des oeillets est, sans nul doute, à mettre en relation avec l’installation de sauniers poitevins de la Baie à la suite de la mise en place du quart du sel en 1383-1384.

36 Dominique Guillemet, op. cit., p. 62.

37 Malgré ces précisions, il est évidemment impossible de restituer la disposition exacte des bassins et des cristallisoirs comme a pu le faire pour les temps contemporains Pierre Lemonnier, Les Salines de l’Ouest. Logique technique, logique sociale, Paris-Lille, 1980, p 36-58, en particulier fig. 12, p. 54.

38 « Et ne compte point ledit chastelain et receveur du proufit desdits cens de sel pour l’an mil IIIIC LXIX pour ce que oudit an ne saulna pas competentement pour les rendre audit terme dessus déclairé et par ce néant ». Le cens était levé dans la quinzaine de la mi-août. Dans la mesure où la récolte des salines à domaine n’est pas négligeable, l’hypothèse d’un été tardif avec salange fin août début septembre peut-elle être avancée ? Ce n’est pas certain puisque l’amoncelage au petit monceau du sire de Rays sur l’un de ses tesseliers au port de Bouin a été effectué du 19 août au 18 septembre. Tout juste peut-on observer qu’il a duré un peu plus longtemps que celui de 1468 (24 jours).

39 Il y a une contradiction dans le compte de Bernardin Girard. En recette, il est mentionné que le cens n’a pas été levé en 1469, alors qu’en dépenses il est compté pour 21 charges. Sur cette contradiction, cf. note 29.

40 Cf. note 21.

41 J. Briand, Un Exemple d’exploitation de salines : les possessions des Blanchet dans la baie de Bourgneuf à la fin du Moyen Âge, mémoire de maîtrise, Nantes, 1998, p. 86. L’essentiel de cet excellent mémoire sera publié dans les actes du colloque Sel de la Baie, Jean-Claude Hocquet, Jean-Luc Sarrazin (dir.), à paraître en 2006.

42 Pierre Lemonnier, op. cit., p. 126.

43 Cartulaire des sires de Rays, op. cit., n° CLXXXII.

44 Voir supra, n. 33.

45 ADLA, H 28.

46 Jean-Luc Sarrazin, « La paysannerie saunière des marais de la Baie à la fin du Moyen Âge : stratification et relations sociales », dans Annie Antoine (dir.), Campagnes de l’Ouest. Stratigraphie et relations sociales dans l’histoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999, p. 185-200.

47 « Mémoires présentés au roi Charles VII par les délégués de la ville de Poitiers pour le détourner d’établir la gabelle en Poitou » publiés par Bélisaire Ledain, Archives Historiques du Poitou, t. II, Poitiers, 1873, p. 264.

48 « Item compte ledit receveur pour la despense qu’il fist pour aller audit lieu de la Mote faire venir lesdits blez et pour le retour qu’il fist a Princzay et pour deux véages qu’il fist a Machecoul pour aller livrer ledit blé ausdits saulniers XV s. », AN, 1 AP 2132, pièce 122.

49 Jean-Claude Hocquet, « Vivre et travailler au marais de Guérande », dans L’Europe et l’océan…, op. cit., p. 193. Gildas Buron, Bretagne des marais salants. Hommes du sel, Morlaix, 2000, p. 51.

50 « Pour la mise du marois neuf ou y a IIIIXX IIII aires de salines que a chaussé de terre tout a neuf, talué, charroié et assisGuillaume Ymbert a dit de maistre n’en compte riens ledit receveur avoir paié ne baillé audit Ymbert pour ce que monditseigneur en fist marché avecques luy en son chasteau de Princzay le xxiiiie jour de novembre l’an Mil IIIIC LXIX a lasomme de XIIIl livres monnaie dont fut baillé audit Ymbert audit chasteau LXVII s. VI d. en paiement de deux parts (sic)et en oultre VIII bouexeaux febves mesure de Pornic au pris chacun bouexeau de V s. qu’est XL sols. Et le parssusde ladite somme fut assigné a estre paié audit Ymbert sur Jehan Reguy et Guillaume Blanchet chastelains et receveursde Bourgneuf et de Pornic, savoir est sur ledit Reguy XVIII bouexeaux seille mesure de Bourgneuf chacun bouexeau au pris de IIII s. II d. qu’est LXXV s. et sur ledit Blanchet VIII bouexeaux froment mesure dudit lieu de Pornic aupris chacun bouexeau de V s. qu’est XL s. et neuf bouexeaux seille a ladite mesure valent chacun bouexeau IIII s. IId. qui est XXVII s. VI d. lesqueulx receveurs en firent lesdits paiemens desdits blez audit Ymbert et par ce néant. »A.N., 1 AP 2132, pièce 122.

51 « Item pour l’achat de IIII miliers VIIC de rousche neusve mise et emploiée pour couvrir ledit monceau comme apertpar ladite relacion du contrerolle chacun milier au pris de XLII s. VI d. monte en somme IX l. XIX s. IX d. », ibidem.

52 « A Jehan Moreau et Estienne Coaindreau par marché fait avecque eulx pour faire ledit monceau de loce et couvrirtout a neuf de rousche compte avoir paié comme apert par la relacion du contrerolle signée de sa main le xxiie jour denovembre l’an mil IIIIC LXVIII C s. », ibidem, Jehan Moreau saune les salines de Lanjournenière, Denrau et Hernau.

Notes de fin

1 Professeur d’histoire médiévale, université de Nantes.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540