Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Histoire et représentations du littoral

Échanges et concurrences entre Nantes et La Rochelle à la fin du Moyen Âge

Mathias Tranchant

Texte intégral

  • 1 Maître de conférences d’histoire médiévale, université de La Rochelle–OTELO.

1Note portant sur l'auteur1

2Les monographies consacrées depuis l’après-guerre aux principaux complexes portuaires de la fin du Moyen Âge nous permettent aujourd’hui, sur de nombreux points, de les appréhender dans leur ensemble. La richesse de ces travaux invite le chercheur à multiplier les analyses comparatives et à envisager, désormais à l’échelle d’un espace maritime, les réseaux, les permanences et les mutations qui les structurent et les animent. Le golfe de Gascogne, que l’on peut considérer à plusieurs égards comme le centre de gravité des activités maritimes de l’Europe occidentale, présente en la matière un intérêt majeur. Situé à la croisée des grandes lignes du commerce international qui reliaient les Méditerranée du nord et du sud, il fut un espace de navigations intenses et continues. Par ailleurs, il se trouvait partagé, tant par leurs possessions littorales que par la participation de leurs ressortissants aux échanges maritimes et commerciaux, entre quatre grandes puissances (Bretagne, France, Angleterre, Castille) aux intérêts politiques et stratégiques tantôt communs, tantôt divergents. Enfin, les populations littorales attachées à ces autorités s’étaient spécialisées dans des activités elles aussi rivales ou complémentaires : Rochelais et Bordelais se disputaient la primauté du commerce du vin ; entre les puissants armateurs Bretons, Basques et Cantabres la compétition était vive sur le marché du fret nécessaire au transport de ces vins ; blé et sel pour les premiers, laine et fer pour les seconds, alimentaient également les places de Bordeaux, La Rochelle et Nantes. De sorte que s’impose désormais à nous la nécessité d’étudier les échanges et concurrences qui selon les intérêts économiques et stratégiques des uns et des autres ont motivé les politiques marchandes et urbaines de ces villes portuaires.

  • 2 Archives Nationales (AN), X1C 43, n° 39. Médiathèque de La Rochelle (MLR), ms. 200, f° 2 v°.
  • 3 Archives départementales (AD) 44, B 121, fos 37 v°-38.
  • 4 Jean Kerherve, L’État breton aux xive et xvesiècles. Les Ducs, l’Argent et les Hommes, Paris, 1987 (...)
  • 5 Archives Municipales de Nantes (AMN), AA 22, n° 4.
  • 6 Henri Touchard, Le Commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, 1967.
  • 7 AMN, CC 403 et 404.
  • 8 AMN, AA 22, n° 4.
  • 9 La Coutume de Royan au Moyen Âge, éd. Georges Musset, Saintes, 1904, annexes.

3Bien que concurrentes, les places de Nantes et La Rochelle ne s’ignoraient pas complètement à la fin du Moyen Âge. Deux reconnaissances de dettes contractées par des Rochelais auprès de négociants nantais en 1381 et 1467 en sont une première preuve2. Lorsque les circonstances économiques le suscitaient, marchands et armateurs des deux ports ne manquaient pas de réaliser des affaires. Ainsi, les vins rétais et rochelais débarquaient de temps à autre sur les rives de la Loire pour côtoyer les vins d’amont. La pancarte de la prévôté de Nantes réserve en effet un chapitre spécifique à leur entrée3. Selon un compte de l’Hôtel ducal de 1431-1432, les vins d’Aunis y étaient davantage consommés que ceux de Gascogne, de Loire ou de Bretagne4. À la fin du xve siècle, leur venue y fut même favorisée. Suite à leur requête adressée au duc de Bretagne en janvier 1486, les Nantais obtinrent de François II une réduction de moitié de la taxe qui pesait sur l’entrée des vins d’Aunis, de Bordeaux et de Bayonne, au titre du financement du convoi de la mer5. Ainsi, lorsque « le des fault et sterilité se trouve en la vinee du païs d’amont6 », les vins rochelais gagnaient la Loire, comme l’indiquent les comptes du tablier de la prévôté de 1490 et 14957. Le vin y était parfois acheminé par la pénible route du Bas-Poitou8. Toutefois, le plus souvent, on le chargeait sur une des unités de la myriade d’escaffes qui descendait jusqu’en Gironde9.

  • 10 Cartulaire de l’ancienne Estaple de Bruges, éd. L. Gilliodts van Severen, Bruges, 1904-1906, n° 94 (...)
  • 11 Jules Mathorez, « Notes sur les rapports de Nantes avec l’Espagne », Bulletin hispanique, t. XV, 1 (...)
  • 12 AMN, CC 403.
  • 13 MLR, ms. 200, f° 2 v°. Le 11 octobre 1467, Christophe Tillon, natif de Nozay, fit constituer ses p (...)
  • 14 AD 56, 1 J 39, n° 4.
  • 15 Étienne Bougouin, « La navigation commerciale sur la basse Loire au milieu du xive siècle d’après (...)

4Parfois, les Rochelais s’occupaient eux-mêmes d’exporter leurs productions. En 1442, Bernin Delort, alors serviteur de Pierre Boeuf, bourgeois et pair de La Rochelle, s’était rendu à Nantes pour s’y occuper des affaires commerciales de son maître10. À d’autres occasions, ce pouvait être le fait d’étrangers, les Espagnols en tête11. Ainsi, le 20 octobre 1490, Garcie d’Oviedo y amena 44 pipes de vin d’Aunis12. Les Nantais prenaient la responsabilité de la dernière part de ce trafic, achetant du vin pour leur propre compte et revendant certains de leurs produits à La Rochelle13. Ils s’employaient ensuite à la redistribution des vins aux consommateurs locaux. Le 4 avril 1466, Olivier et Jean Pastou, qui étaient partis quatre jours plus tôt avec leurs navires respectifs conduire de l’avoine, du froment et du seigle à Nantes, en revinrent décharger dans leur port d’Auray neuf et douze tonneaux de vin d’Aunis14. Sans doute aussi, par la Loire, de telles cargaisons remontaient exceptionnellement vers les pays d’amont15.

  • 16 Calendar of the Patent Rolls, AD 1408-1413 (20/04/1408 ; 20 et 23/10/1412).
  • 17 Public Record Office, C 76/96/m. 22. Cité par Henri Touchard, op. cit., p. 140.
  • 18 AN, JJ 139, n° 3.
  • 19 AD 44, E 202, nos 1 et 2.
  • 20 Archives Historiques du Poitou, t. XXXII, 1903, p. 94-97.

5L’intérêt que portaient les négociants nantais pour La Rochelle ne s’arrêtait pas à leurs seuls approvisionnements. Ils n’hésitaient pas à tirer parti de la relative neutralité du duché pour affréter des navires bretons et s’immiscer dans l’alimentation en vins aunisiens des ports anglais. En 1408 et 1412 par exemple, les cargaisons de vin que des marchands nantais avaient constituées sur la place rochelaise pour être livrées à Southampton furent dérobées par des bandes de pirates16. En 1413, un de leurs concitoyens, Richard du Boys, armases propres navires pour les emplir de crus rochelais à destination de l’Angleterre17. Parfois même, certains Nantais venaient s’installer à La Rochelle. Ainsi, en 1390, Jehan Mahie, charpentier de marine, exerçait son métier le long de la Petite Rive du port de La Rochelle18. En août 1400 et mars 1402, un bourgeois de Nantes, Robert Faucillon, exerça sa charge de receveur des brefs dans la capitale aunisienne19. Autre exemple, dans les années 1420, un nommé Alain Gaultier, attiré par la notoriété de la confection rochelaise, vint y habiter pour « apprendre le mestier de cousturier20 ». Au total, il est aisé d’en convenir : nous sommes loin d’une indifférence entre ces deux grands centres du commerce international. Toutefois, si les sources laissent entrevoir, à quelques occasions, des échanges économiques entre ces communautés marchandes, ces derniers ne généraient que des flux limités.

  • 21 AMN, AA2, n° 1.
  • 22 AMN, AA2, n° 6.

6Globalement, c’est la compétition qui dominait leurs relations. La ville de Nantes eut à plusieurs reprises à dénoncer les conditions fiscales favorables qui attiraient les négociants étrangers dans le grand port aunisien. Le 22 décembre 1407, en réaction à la concurrence des places étrangères, elle obtint la création d’une foire franche d’une durée de quinze jours. Les forains y étaient quittes de tous devoirs d’entrée et de tout nouvel impôt, quelles que soient les marchandises déchargées au port de Nantes, à l’exception du sel et des blés et vins d’amont. Ils ne restaient redevables que des anciens devoirs et des droits de sortie21. Mais la mesure ne suffisait pas. En 1420, les Nantais s’étaient plaints auprès du duc de Bretagne du fait « que pour occasion desdits devoirs [ceux appliqués à Nantes], plusieurs marchans de basse Bretaigne vont à La Rochelle querir leurs vins et y maynent des bledz ». Sur leur demande, Jean V prononça donc, le 19 septembre, un allégement de moitié des droits perçus dans leur havre22. Ces quelques exemples rappellent combien la fiscalité pesait dans la compétition des marchés internationaux. Des meilleures faveurs procurées aux négociants étrangers dépendait en partie la primauté d’une place par rapport à l’autre. Et sur ce terrain, les Rochelais semblent avoir constamment conservé l’avantage.

  • 23 Henri Touchard, op. cit., p. 150-152 et 216-219.
  • 24 Michel Le Mene, « La population nantaise à la fin du xve siècle », dans Villes et campagnes de l’O (...)

7C’est à l’égard des Espagnols que les rivalités furent les plus vives et que les conséquences de cette disparité fiscale se firent le plus sentir. La neutralité des ducs comme sa position en fond d’estuaire conféraient à Nantes un rôle majeur d’interface entre les pays d’amont et les nations marchandes. Capitale du commerce du textile en Bretagne et lieu de concentration des excédents céréaliers, elle s’affirma depuis la fin du xive siècle comme une étape notable des marchands normands et castillans. Ces derniers en avaient fait le principal centre de distribution de leurs articles (du fer, de l’acier, des cires, des figues et des laines) dans l’Ouest de la France et en repartaient avec des draps et du blé23. Une importante communauté espagnole, dont on dénombre une centaine de familles entre 1458 et 1490, s’y était pour cela installée24.

  • 25 Ibid., fos 63 v° et 66.
  • 26 Ibid., n° XL.
  • 27 Barbot, op. cit., p. 351. MLR, ms. 78 ; ms. 50, p. 606.
  • 28 Documentos relativos a España existentes en los archivos nacionales de París, éd. Julián Paz, Madr (...)
  • 29 Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. 940, f° 238 (cf. annexe n° XVIII). On peut penser que le paieme (...)
  • 30 Archivo General de Simancas, Reg. del Sello, 30/12/1497.
  • 31 Hilario Casado Alonso, « Comercio internacional y seguros marítimos en Burgos en la época de los R (...)

8Mais La Rochelle pouvait également se targuer d’être une place stratégique des activités marchandes castillanes25. De ce fait, non contents d’y bénéficier des larges privilèges accordés aux négociants étrangers, les Castillans s’évertuèrent à élargir leur immunité. En 1457, dans une série de correspondances entre les deux couronnes, Charles VII dut leur rappeler les limites de ses concessions, et préciser notamment qu’ils restaient redevables du devoir de Traite appliqué aux produits exportés du royaume de France26. Pourtant, le 31 octobre 1463, Louis XI abolit la taxe de deux sous par livre pesant sur toutes les marchandises, et notamment sur le sel de Poitou et de Saintonge exporté vers le royaume de Castille, ainsi que sur les marchandises castillanes importées en France27. Et le 31 janvier 1494, Charles VIII confirma les anciens privilèges accordés par ses prédécesseurs aux marchands castillans trafiquant à Harfleur, La Rochelle et Paris28. Enfin, durant les six années (1487-1493) au cours desquelles l’étape de Nantes fut transférée en Aunis, les conditions de leur négoce s’y révélèrent plus avantageuses encore. Vers cette époque, à bien comprendre une requête de l’échevinage très détériorée, on apprend qu’ils étaient les seuls étrangers à ne pas participer aux frais de réparation de l’enceinte, et que le pouvoir leur avait accordé, sans doute afin qu’ils puissent y entretenir leurs propres infrastructures et personnels, le droit de lever une taxe de six deniers pour livre sur les marchandises qu’ils échangeaient, ainsi qu’un droit de marreage payé parles maîtres des bâtiments ressortissant de leur royaume29. À propos de cette dernière contribution, peut-être s’agissait-il de l’impôt, évoqué dans une pétition de 1497, qui était perçu au moment du déchargement dans le port des marchandises dont ils avaient le monopole. Ce même document nous apprend aussi qu’un consul continua d’exercer ses fonctions dans la ville plusieurs années après le rétablissement de l’étape nantaise30. Cela explique sans doute pourquoi, sur les treize contrats d’assurance maritime passés à Burgos entre 1481 et 1508, et mentionnant un trajet par La Rochelle, douze furent conclus entre 1488 et 149231.

  • 32 Robert Favreau, « La Rochelle, port français sur l’Atlantique au xiiie siècle », dans L’Europe et (...)
  • 33 Simone Abraham-Tisse, « Les relations hispano-hanséates au bas Moyen Âge », dans En la España medi (...)
  • 34 Hilario Casado Alonso, « Las colonias de mercaderes castellanos en Europa (siglos XV y XVI) », dan (...)

9Dotés de tant d’avantages, qu’ils avaient acquis grâce aux bienveillances françaises et à leur opiniâtreté, Basques, Cantabres, Asturiens et Galiciens avaient fondé une colonie marchande très importante à La Rochelle, et sa puissance progressa au cours du xve siècle. Bien que l’on sache leur présence de longue date dans le havre rochelais32, 1372 et 1419 sont incontestablement des années clefs lorsque l’on cherche à suivre leur ascension33. Leurs victoires successives devant la Rochelle sur les flottes anglaises et hanséatiques les avaient rendus maîtres du Golfe et bientôt de la Manche. La sauvegarde de leurs lignes de communication, qui demeurait un enjeu vital, fut ainsi assurée. Du même temps, la capitale aunisienne devint une base relais fondamentale pour leurs activités commerciales, la plus méridionale de leurs quatre factoreries qui implantées aussi à Nantes, Rouen et Bruges leur permettaient de contrôler les prix de la laine34.

  • 35 Michel Mollat, « La draperie normande », dans Atti della seconda settimana di studio (10-16 aprile (...)
  • 36 AD 17, C 700, doc. 81.

10Aussi, durant tout le xve siècle, Nantais et Rochelais nourrirent une dispute autour de cette clientèle. Une première fois, le 19 septembre 1420, des lettres patentes de Jean V adressées aux bourgeois de Nantes statuèrent à leur demande sur l’esquive pratiquée par les Espagnols des droits de sortie des draps et merceries. La pression fiscale exercée sur leurs échanges,. notamment à Saint-Nazaire, était en effet si lourde qu’il devenait préférable aux négociants drapiers et aux Castillans de faire converger par terre à La Rochelle leurs marchandises35. Pour y obvier, le duc les déchargea totalement de ce péage36.

  • 37 Ordonnances des rois de France de la troisième race, Paris, 1723-1849, t. XIII, nos 44 et 209. Mic (...)
  • 38 AN, X1A 9199, f° 335 v°.

11L’histoire ne dit pas si l’exonération de 1420 rendit immédiatement à Nantes son trafic initial. On peut toutefois en douter. En 1424 et 1435, selon les ordonnances de CharlesVII, le transfert à La Rochelle des privilèges dont jouissaient les Espagnols à Harfleur accéléra leur venue en Aunis au détriment de la Basse-Bretagne37. Le cas d’un nommé Harnon, dont la cargaison d’une valeur de 1200 l. t., composée notamment de toiles et de fils, fut prise en 1430 par des pirates dans la mer des Pertuis, indiquerait que certains Nantais se trouvaient obligés de venir chercher leur clientèle à La Rochelle38. D’autre part, outre ces faveurs royales, ce qui est certain c’est que la place rochelaise rattrapait par l’organisation de ses circuits de distribution une partie de son retard. Fontenay-le-Comte, Bressuire, Niort, etc., villes drapières du Poitou, passaient par La Rochelle, ou tout du moins par les Rochelais, pour s’approvisionner en laines espagnoles et revendre aux Castillans une partie de leurs productions. Au surplus, fréquentée par les riches et nombreuses flottes flamandes, La Rochelle s’avérait être un centre de redistribution commode pour les Espagnols et réduisait leurs itinéraires de transport. Ce que La Rochelle perdait à cause de son éloignement d’un axe fluvial conséquent, elle le regagnait donc amplement grâce à une fiscalité indirecte compétitive et à un élargissement de ses possibilités commerciales.

  • 39 Henri Touchard, op. cit., p. 286, n. 450.
  • 40 Hilario Casado Alonso, op. cit., p. 605-606, tableau analytique.

12Aussi, on peut penser que selon les clients recherchés, les Castillans destinaient principalement à l’une ou l’autre des deux places leurs marchandises : à La Rochelle d’abord les échanges internationaux ; à Nantes ensuite les expéditions dans l’Ouest du royaume. Certains vendeurs de laine burgalais n’hésitaient pas à diversifier leur commerce en exportant vers le nord des denrées aunisiennes. Les La Torre par exemple, actifs à Nantes et à Bruges39, et dont les créances sont consignées dans le cahier du notaire rochelais Jean Sorin, se signalent également en tant qu’exportateurs à partir de La Rochelle dans les registres castillans. Au total, Brest, Saint-Malo, Honfleur, l’Irlande, L’Écluse et la Zélande figurent ainsi comme destinations au départ de l’Aunis dans six contrats d’assurance maritime passés à Burgosen 1489 et 1490, avec en prévision des chargements de vin et de blé40.

  • 41 Luis Suarez Fernandez, Navigacion y Comercio en el Golfo de Vizcaya ; un estudio sobre la politica (...)
  • 42 Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne, éd. R. Blanchard, nos 1896 et 2202.
  • 43 Ibid. Barbot, op. cit., p. 275-276, n. 2.
  • 44 Luis Suarez Fernandez, op. cit., p. 119-120.
  • 45 MLR, ms. 50, p. 709. Quinze jours après la prise de la ville et du château de Nantes, le roi se re (...)
  • 46 AMN, HH 188, n° 1.
  • 47 Ibid.
  • 48 Michel Mollat, « El Consulado de Burgos en las ciudades francesas », dans Actas del V centenario d (...)

13Dans le cas de Nantes, l’obtention par les Castillans le 20 avril 1430 d’un droit d’étape— une « bourse » ou « cofradía de la contratación41 » — avec son consul et son procureur42, dynamisa semble-t-il leur fréquentation de la grande cité bretonne. Mais, même lorsqu’il s’agissait du négoce hispano-breton, La Rochelle faisait valoir son entremise. Toujours en1430, l’accord passé entre le duc Jean V et le roi castillan Jean II y institua un tribunal pour juger les contestations susceptibles d’intervenir entre leurs sujets43. Cette clause signifie peut-être qu’une fraction suffisamment importante des transactions passées entre les Bretons et les Ibériques échappait au centre du val de Loire au profit de l’Aunis. Après 1459, et l’accord survenu entre les Castillans et le duc, qui les exonéra d’une taxe de 2,5 % sur les marchandises, leur colonie grossit à Nantes44 ; cela d’autant plus que des tensions politiques allaient survenir entre la France et les « rois catholiques », faisant du port nantais un comptoir refuge. Nul doute que l’on assiste alors à sa montée en puissance. Cependant, les espoirs de ses bourgeois, fondés sur l’activité de l’étape, furent à nouveau ruinés durant les années1480-1490. En 1487, la bourse fut transférée à La Rochelle. Puis, à l’apogée du conflit franco-breton, Nantes fut occupée par les troupes de Charles VIII à partir de mars 149145. Durant ces événements, les maisons et entrepôts des Espagnols furent détruits ; « à l’occasion de quoy ilz se distrahirent de ladite ville et se retirerent en notre ville de La Rochelle46 ». Le29 décembre 1493, Charles VIII, devenu souverain des Bretons depuis son mariage avec la duchesse Anne, rétablit en faveur des Espagnols, sur la demande des bourgeois nantais, » en ladite ville de Nantes et forsbourgs d’icelle, leurs dites bourse et estappe, aux privileiges et franchises, telz et semblables et en la forme et maniere qu’ilz les avoient auparavant des dites guerres et translation d’icelle bourse47 ». Mais il faudra attendre le xvie siècle pourqu’elle prenne toute sa dimension. Jusqu’aux années 1450, bien qu’il demeure malaisé sans chiffres de comparer les deux rivales, La Rochelle nous paraît sortir globalement victorieuse de leur duel. La fin du xve siècle fut ensuite davantage l’affaire des Nantais48.

14Au final, cette brève étude montre combien la nécessité d’obvier aux problèmes d’insécurité économique au sens général, et de concurrence commerciale en particulier, fut pour les communautés marchandes des villes portuaires du golfe de Gascogne un sujet majeur de leur action et de leur politique. Le contrôle d’une voie de communication comme la Loire, ou d’une filière de production comme celle du vin ne suffisaient pas à assurer durablement la santé voire la croissance des marchés de Nantes et de La Rochelle. Aussi, bien souvent, c’est par l’obtention de privilèges et de franchises que se faisait la différence. Laplace centrale que tiennent les préoccupations fiscales dans la documentation indique qu’aux yeux des directions urbaines la compétitivité de leur ville face aux ports rivaux reposait également sur une relative modération des impôts appliqués sur les transactions et les marchandises. Ce principe n’apparaît pas de prime abord, tant il est vrai qu’en l’espace de deux siècles, le poids de la fiscalité semble s’être considérablement accru. Dans le cas de La Rochelle, les multiples exonérations et libertés consenties avec pragmatisme par la couronne française pesèrent lourdement dans la balance. De son côté, Nantes, peut-être davantage confrontée aux besoins d’argent du pouvoir ducal, soutenait difficilement la comparaison. Toutefois, ce constat reste pertinent tant que ces places commerciales relevèrent d’autorités distinctes. Au xvie siècle, soumises l’une et l’autre au pouvoir unique du roi de France, les privilèges et contraintes qui stimulaient ou contraignaient leur négoce tendirent à s’unifier, renforçant du même coup les termes de leur rivalité.

Notes

2 Archives Nationales (AN), X1C 43, n° 39. Médiathèque de La Rochelle (MLR), ms. 200, f° 2 v°.

3 Archives départementales (AD) 44, B 121, fos 37 v°-38.

4 Jean Kerherve, L’État breton aux xive et xve siècles. Les Ducs, l’Argent et les Hommes, Paris, 1987, p. 246. « Quelques sources manuscrites documentaires de l’histoire maritime de Bretagne », éd. Georges Peyronnet, Mémoires de la société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. LI, 1971, p. 91.

5 Archives Municipales de Nantes (AMN), AA 22, n° 4.

6 Henri Touchard, Le Commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, Paris, 1967.

7 AMN, CC 403 et 404.

8 AMN, AA 22, n° 4.

9 La Coutume de Royan au Moyen Âge, éd. Georges Musset, Saintes, 1904, annexes.

10 Cartulaire de l’ancienne Estaple de Bruges, éd. L. Gilliodts van Severen, Bruges, 1904-1906, n° 942.

11 Jules Mathorez, « Notes sur les rapports de Nantes avec l’Espagne », Bulletin hispanique, t. XV, 1913, p. 189.

12 AMN, CC 403.

13 MLR, ms. 200, f° 2 v°. Le 11 octobre 1467, Christophe Tillon, natif de Nozay, fit constituer ses procureurs à La Rochelle afin qu’ils recouvrent ses créances.

14 AD 56, 1 J 39, n° 4.

15 Étienne Bougouin, « La navigation commerciale sur la basse Loire au milieu du xive siècle d’après un compte de péage inédit », dans Revue historique, t. CLXXV, 1935, p. 490-491.

16 Calendar of the Patent Rolls, AD 1408-1413 (20/04/1408 ; 20 et 23/10/1412).

17 Public Record Office, C 76/96/m. 22. Cité par Henri Touchard, op. cit., p. 140.

18 AN, JJ 139, n° 3.

19 AD 44, E 202, nos 1 et 2.

20 Archives Historiques du Poitou, t. XXXII, 1903, p. 94-97.

21 AMN, AA2, n° 1.

22 AMN, AA2, n° 6.

23 Henri Touchard, op. cit., p. 150-152 et 216-219.

24 Michel Le Mene, « La population nantaise à la fin du xve siècle », dans Villes et campagnes de l’Ouest au Moyen Âge,Nantes, 2001, p. 70.

25 Ibid., fos 63 v° et 66.

26 Ibid., n° XL.

27 Barbot, op. cit., p. 351. MLR, ms. 78 ; ms. 50, p. 606.

28 Documentos relativos a España existentes en los archivos nacionales de París, éd. Julián Paz, Madrid, 1934, n° 578.

29 Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. 940, f° 238 (cf. annexe n° XVIII). On peut penser que le paiement de ces droits relevait du fonctionnement de la bourse nantaise, récemment transférée à La Rochelle.

30 Archivo General de Simancas, Reg. del Sello, 30/12/1497.

31 Hilario Casado Alonso, « Comercio internacional y seguros marítimos en Burgos en la época de los Reyes Católicos », dans Congresso internacional Bartolomeu Dias e a sua época, Porto, 1989, p. 604-608, annexe.

32 Robert Favreau, « La Rochelle, port français sur l’Atlantique au xiiie siècle », dans L’Europe et l’Océan au Moyen Âge, Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur, Paris, 1988, p. 62-63.

33 Simone Abraham-Tisse, « Les relations hispano-hanséates au bas Moyen Âge », dans En la España medieval, n° 15,1992, p. 251-256.

34 Hilario Casado Alonso, « Las colonias de mercaderes castellanos en Europa (siglos XV y XVI) », dans Castilla yEuropa, comercio y mercaderes en los siglos XIV, XV y XVI, Burgos, 1995, p. 18. Historia de España, op. cit., t. XV,p. 203 ; t. XVII, p. 66. Voir aussi J. Finot, Étude historique sur les relations commerciales entre la France et la Flandreau Moyen Âge d’après les tarifs du péage de Bapaume et les traités de commerce passés entre les villes de Flandre et celles de La Rochelle, Niort, Saint-Jean-d’Angély, Bayonne, Biarritz, Bordeaux, Narbonne, Paris, 1894, p. 60.

35 Michel Mollat, « La draperie normande », dans Atti della seconda settimana di studio (10-16 aprile 1970) : produzione, commercio et consumo dei panni di lana, Finenze, 1976, p. 413.

36 AD 17, C 700, doc. 81.

37 Ordonnances des rois de France de la troisième race, Paris, 1723-1849, t. XIII, nos 44 et 209. Michel Mollat, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Paris, 1952, p. 43.

38 AN, X1A 9199, f° 335 v°.

39 Henri Touchard, op. cit., p. 286, n. 450.

40 Hilario Casado Alonso, op. cit., p. 605-606, tableau analytique.

41 Luis Suarez Fernandez, Navigacion y Comercio en el Golfo de Vizcaya ; un estudio sobre la politica marinera de la Casade Trastamara, Madrid (Consejo de Investigaciones cientificas), 1959, p. 102. L’accord fut renouvelé en 1435 et 1452.

42 Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne, éd. R. Blanchard, nos 1896 et 2202.

43 Ibid. Barbot, op. cit., p. 275-276, n. 2.

44 Luis Suarez Fernandez, op. cit., p. 119-120.

45 MLR, ms. 50, p. 709. Quinze jours après la prise de la ville et du château de Nantes, le roi se rendit en personne à La Rochelle où il fut dit-on très bien accueilli.

46 AMN, HH 188, n° 1.

47 Ibid.

48 Michel Mollat, « El Consulado de Burgos en las ciudades francesas », dans Actas del V centenario del Consulado de Burgos, Burgos, 1994, p. 315.

Notes de fin

1 Maître de conférences d’histoire médiévale, université de La Rochelle–OTELO.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540