Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Histoire et représentations du littoral

Le paysage maritime en peinture, une vision de terrien ?

Martine Acerra

Texte intégral

  • 1 Professeur d’histoire moderne, université de Nantes.

1Note portant sur l'auteur1

  • 2 Navire pour le Pount, temple de la reine Hatshepsut, Égypte, 1493 avant notre ère.
  • 3 Stèle funéraire de Sidon, musée archéologique de Beyrouth, Liban, viiie siècle avant notre ère.
  • 4 Stèle funéraire dite de Prothumos, IIe-Ier siècle avant notre ère.
  • 5 Mosaïque provenant de Sousse, intitulée La Pesée des marchandises, musée du Bardo, Tunis, Tunisie, (...)

2Pour des raisons diverses et parfois rétives aux logiques contemporaines, l’homme a de tout temps célébré son environnement. Les plus anciennes représentations en sont les peintures rupestres. Les animaux marins y figurent en petit nombre, lorsque les grottes se situent dans des zones anciennement proches de la mer, cet immense espace alors infranchissable. Bien avant de devenir un sujet à part entière, traité pour lui-même, la mer est évoquée de multiples manières, en simple décor qu’il faut décrypter, ou dans ses deux principales perceptions, mer nourricière, mer meurtrière. Issus de toutes les civilisations, les exemples abondent, à travers la représentation des hommes, des navires, des espaces. Le plus ancien navire figuré est égyptien2. En Méditerranée toujours, la stèle funéraire de Sidon permet d’analyser le navire qu’utilisaient les Phéniciens pour leurs célèbres opérations marchandes3, tandis qu’une autre, d’époque hellénistique, représente un marin mort en mer assis sur un rocher devant une proue de navire4. La mosaïque de Sousse montre des navires, marchandises, marins et portefaix, évoquant ainsi les activités portuaires liées au commerce maritime de l’ancienne Hadrumète5. La pirogue à balancier sculptée dans les bas-reliefs de Borobudur atteste de l’art de la construction nautique adaptée à la pêche sur les rivages de Java.

  • 6 Michel Mollat, L’Europe et la mer, Paris, Le Seuil, 1993.
  • 7 Naissance de Vénus, Sandro Botticelli, musée des Offices, Florence, Italie, vers 1485 ; Tapisserie (...)

3L’isthme européen, par sa configuration et sa situation en figure de proue du vaste continent6, oblige à la confrontation avec les mers, ce qui explique l’abondance des représentations. Mais, dans cette admirable lignée d’images, de l’Antiquité à la Renaissance, le paysage maritime est traité comme le simple décor d’événements précis. Ceux-ci forment le sujet principal de l’iconographie : scènes mythologiques avec la Naissance de Vénus de Botticelli ; opérations militaires avec la tapisserie de la reine Mathilde ; glorification religieuse avec le cycle de Sainte Ursule de Carpaccio7. Ces quelques exemples permettent cependant d’affirmer que les œuvres concernées demeurent de remarquables témoignages de la perception de la mer par des artistes répondant, pour la plupart, à des commandes officielles ou privées. S’ils ne sont pas marins mais au contraire de solides terriens, ils n’en restituent pas moins une ambiance — douceur de la mer engendrant la beauté, danger de l’invasion, richesse d’une république maritime — révélatrice de leur époque.

4Le paysage maritime, au même titre que ses homologues urbain, rural, montagnard, exige une analyse prudente tant se posent les questions liées à sa commande mais aussi à la recomposition d’un paysage « idéal » à partir d’éléments réels, ou encore à la recherche du pittoresque, de l’effet, du réalisme, du fantastique, du symbolisme. Comment évaluer la perception du paysage dans les Vedute italianisantes avec ports à l’antique, dans les portraits de navire sur fond de Vésuve en éruption si recherchée au xviiie siècle, ou dans les multiples et redondantes scènes de naufrage côtier ? Ainsi, bien avant l’apparition de la « peinture de marine » identifiée et définie comme telle, tout incite à traiter l’évocation de la mer en peinture comme un témoignage à passer au filtre de la critique, au même titre que tous autres documents historiques.

  • 8 Nous ne faisons, ici, qu’évoquer ce phénomène exceptionnel pour un si petit pays. D’autres études (...)
  • 9 Les œuvres de Reiner Nooms dit Zeeman (1623-1664), rare exemple d’ancien marin devenu peintre, son (...)

5En Europe, la peinture de marine naît non pas dans les pays ibériques découvreurs des terres lointaines mais aux Pays-Bas à la fin du xvie siècle. Le développement économique de cette petite république rebelle repose sur le commerce maritime et la pêche créant une intimité quotidienne avec l’eau et les navires. La fortune d’Amsterdam et de la province de Hollande se bâtit sur la formidable intrusion de leurs marchands dans le grand négoce international. Cette intense activité offre une source inépuisable d’inspiration pour les peintres. À Amsterdam ou Anvers, à La Haye ou même à Utrecht, vit une centaine d’artistes peignant des marines pour leurs riches commanditaires faisant la gloire de ce siècle d’or hollandais qu’est le xviie siècle8. Puis, revers militaires et économiques aidant avec la concurrence de l’Angleterre, la source se tarit auprès de la clientèle des négociants ou villes hollandaises. Les peintres trouvent alors fortune ailleurs en transportant leur art en Angleterre, comme la dynastie des Van de Velde, qui obtient soutien et protection du roi Charles II et de son frère le duc d’York. La peinture de marine néerlandaise touche aussi le sud de l’Europe, comme l’Italie, où son influence se teinte des pratiques locales. En France, cet art particulier du paysage maritime pénètre aussi par les contacts artistiques directs avec l’Angleterre et l’Italie où nombre d’artistes vont puiser sciences, techniques, pratiques et connaissances. Il passe également par le séjour de Néerlandais exilés et par la diffusion gravée d’œuvres hollandaises9.

  • 10 Claude Petry, « La peinture de marine en France : « cet art presque perdu aujourd’hui » », dans Au (...)
  • 11 Claude Gellée dit Le Lorrain, Le Port d’Ostie avec l’embarquement de Sainte Paule, musée du Prado, (...)

6Nombre d’auteurs considèrent que la peinture de marine apparaît en France sous le genre de la peinture d’histoire avec Claude Gellée dit Le Lorrain10. Remarquable paysagiste, il use de l’environnement maritime pour évoquer des scènes historiques ou mythologiques et proposer ainsi des œuvres rattachées au grand genre et non au dernier de la hiérarchie fixée par l’Académie royale de peinture11. Pour autant, le paysage maritime qu’il peint et qui s’apparente d’ailleurs au paysage urbain, est entièrement artificiel même s’il est recomposé. avec soin à partir d’éléments précis et identifiables. En fait, il propose la vision d’un « ordre parfait » organisé autour des personnages centraux qu’encadre la forte présence des architectures portuaires et des navires. Les premières représentent le monde connu et sûr tandis que les seconds évoquent la mer et ce qui se rattache à elle : le voyage vers l’inconnu, l’avenir, prometteur mais incertain.

7En France, comme en Angleterre ou en Italie, la peinture de marine lorsqu’elle traite du paysage, use de nombreuses conventions et propose des thèmes redondants qui plaisent à la clientèle raffinée du xviiie siècle, quelle soit bourgeoise ou aristocratique. Le naufrage, la bourrasque, le coup de vent ont leurs amateurs. La côte découpée, les rochers escarpés, le ciel tourmenté, les leurs. D’autres apprécient l’aimable présence de groupes humains animant les premiers plans, qu’ils s’agissent d’élégantes citadines en promenade, de jolies paysannes accompagnées d’enfants, de matelots, de charpentiers ou de baigneurs. Quelques animaux de campagne ou de compagnie, petits chiens frisés suivant joyeusement leurs maîtresses, peuvent ajouter leur note pimpante.

8Jusqu’au milieu du xviiie siècle, il est très rare que le paysage maritime remplisse tout le cadre du tableau. Il peut même être relégué à l’arrière-plan pour privilégier une scène portuaire, modèle spécifique en marine, ou encore la campagne environnante. Une étude approfondie manque à ce jour pour définir le paysage maritime à partir de ses représentations : quelles sont ses limites, ses sujets centraux — arrière-pays, port, littoral, côte, pleine mer ? Quelles populations peuvent être représentées ? S’agit-il d’autochtones, d’actifs, de promeneurs, d’étrangers ? Quelles activités spécifiques peut-on identifier ? Le paysage maritime peut correspondre à une vision « intellectuelle » construite à partir d’éléments sélectionnés et considérés comme représentatifs. On l’a vu avec Le Lorrain. Les différentes conventions sont alors réparties en fonction de l’art plus ou moins consommé du peintre à proposer une composition appelée à séduire le spectateur.

  • 12 Pierre Puget (1620-1694), Projet de place royale pour Marseille, 1687, musée des Beaux-Arts de Mar (...)

9Pour autant, il existe en France, aux xviie et xviiie siècle — comme il en a existé en Hollande auparavant — des artistes excellents dessinateurs, intimes des ports et du littoral, qui restituent avec précision le moindre détail des ambiances maritimes. Parmi eux, Pierre Puget tient une place particulière. Peintre, dessinateur, sculpteur, urbaniste, apprécié de Fouquet puis passé au service de Louis XIV avant d’être isolé, il fournit une œuvre foisonnante contenant aussi bien des projets urbanistiques grandioses pour Marseille et pour l’arsenal de Toulon12, que des propositions de décors sculptés pour les vaisseaux du roi, ou que des dessins représentant ces vaisseaux. Pour autant, il n’existe pas de « marines » à proprement parler qui seraient nées de ses pinceaux. Par ailleurs, ses navires dessinés à la plume ou à la mine de plomb sont très rarement intégrés dans un paysage maritime ou portuaire. Fin connaisseur du sujet, intime de l’univers naval, Puget ne semble pas se soucier de cet environnement pour lequel il travaille pourtant puisqu’il est sculpteur des vaisseaux du roi entretenu au port de Toulon.

  • 13 Jean-Baptiste De La Rose, Le Port de La Ciotat, 1664, musée de la Marine, Paris. Dans ces opératio (...)

10À l’inverse, son contemporain, Jean Baptiste de La Rose, né à Marseille en 1612, formé à l’école italienne puis provençale, a laissé quelques œuvres peintes montrant son originalité en matière de marine. Si son « port de la Ciotat », peint en 1664, présente tous les caractères habituels de la peinture de cette époque — ruines antiques, jeux de couleurs, plans successifs — il en diffère par une abondance de personnages s’adonnant aux multiples réellement effectuées dans les arsenaux13. Puget et de La Rose, habitués des ambiances portuaires qu’ils ont pu observer de près, ont des successeurs en France au xviiie siècle qui, sans avoir navigué ou sans être nés dans un port, y ont suffisamment séjourné pour avoir pu » lever sur le motif » nombre de scènes et éléments authentiques.

  • 14 Diederik Bakhuÿs, « De Puget aux frères Ozanne : l’art de la marine et le dessin en France », dans (...)

11Outre Joseph Vernet (1714-1789), les frères Ozanne excellent dans le registre particulier du paysage portuaire. Mais nous devons les considérer séparément des peintres car leur œuvre est uniquement dessinée. Nicolas-Marie (1728-1811) et Pierre (1737-1813) Ozanne exercent la charge officielle de professeur de dessin à l’école de Gardes de la Marine de Brest. Nicolas-Marie accompagne aussi Joseph Vernet lors de son itinéraire pour peindre les ports de France. Il est ensuite chargé de l’éducation maritime du futur Louis XVI. Les Ozanne, professionnels du dessin de marine, sont « à la fois des chroniqueurs et des ingénieurs soucieux de pédagogie ». Leurs dessins sont « des œuvres de marins riches en indications documentaires attentives aux détails concrets, soucieuses de décrire avec exactitude l’aspect du gréement et l’allure des bateaux14 ». Ils sont dans ce domaine les héritiers de Joseph Vernet, lui-même inspiré par les pratiques de son maître Manglard (1695-1760). Ce dernier, fin dessinateur avait accumulé au cours de sa carrière un important répertoire d’études de navires et avait aussi conservé des croquis levés dans les rues ou sur les quais des ports visités. Dans l’inventaire de l’atelier de Joseph Vernet, il se trouva aussi plus de sept cents feuilles dessinées dont beaucoup traitant de thèmes maritimes.

  • 15 Laurent Manoeuvre et Éric Rieth, Joseph Vernet (1714-1789), les ports de France, Paris, Anthèse, 1 (...)

12Joseph Vernet, peintre de marine célébré de son vivant par Diderot, jouissant d’une notoriété internationale, est d’abord estimé pour sa série des ports de France réalisée à la demande du marquis de Marigny, surintendant des bâtiments de Louis XV15. Son succès de peintre tient en grande partie à ses qualités d’observateur. Il réalise des dessins en extérieur dont souvent de petites études concises et sèches centrées sur un espace donné, sans présence humaine. Ensuite vient la recomposition en atelier à partir de ces éléments. Vernet insiste toujours sur l’étude attentive et directe de la nature, même s’il lui arrive de proposer des scènes de naufrage assez convenues à sa clientèle privée.

  • 16 La série est réalisée de 1754 à 1765 et couvre ainsi la dure période de la guerre de Sept Ans (175 (...)

13Joseph Vernet, premier artiste à porter le titre de peintre des marines du roi, répond avec précision à la commande de la série des ports de France. Celle-ci est avant tout une œuvre de propagande destinée à glorifier le règne de Louis XV par la célébration du commerce maritime et de l’activité des arsenaux, même si l’époque est celle des terribles revers sur mer face à l’Angleterre16. Vernet dresse un portrait des ports en faisant preuve d’un réel souci topographique et pédagogique. Il est possible de le prendre en défaut quand il s’agit par exemple de la perspective modifiée du port de Rochefort. Mais qu’importe, chaque élément est exact, à sa place, dans son état contemporain. Il suffit de mettre en parallèle tableau et plan d’époque pour replacer chaque édifice, chaque infrastructure. « L’idée » peinte du port est plus subjective et aussi réelle que le véritable paysage. Par ailleurs, ces tableaux qui reflètent la topographie littorale ou portuaire sont animés de scènes précises et localement justes, tandis que la place laissée au ciel révèle d’autres talents d’observations du peintre. Joseph Vernet a su, en consacrant les deux tiers voire les trois quarts de sa toile, comme dans la vue de Dieppe, livrer d’autres particularités locales. Ainsi, selon l’heure, la saison, l’angle de vue, il propose un ciel d’orage ou un ciel de traîne, du beau temps clair ou l’arrivée d’un grain dépressionnaire. Admirable talent qui accentue la valeur documentaire de l’œuvre.

  • 17 Philip Conisbee, « La nature et le sublime dans l’art de Claude Joseph Vernet », dans Autour de Cl (...)
  • 18 Martine Acerra, Voiles et voiliers au début du xixe siècle, peintures et gravures de Louis Garnera (...)

14Après le décès de Vernet, une petite légende s’installe sur sa connaissance personnelle de la mer et son expérience de la tempête qu’il aurait essuyée et qui aurait déterminé sa vocation de peintre de marine17. Si l’anecdote est douteuse, notons qu’il faut attendre le début du xixe siècle pour qu’apparaisse un peintre français, ancien marin, dont l’œuvre entraîne enfin le spectateur au large. Louis-Ambroise Garneray, après une formation interrompue par les guerres révolutionnaires et impériales qui lui valent un long séjour sur les pontons anglais, obtient en 1817 le titre de peintre de marine du duc d’Angoulême, alors amiral de France. Ancien marin, peintre un peu raide dans certaines toiles de la suite qu’il donne aux ports de France de Vernet, il est en revanche remarquable d’exactitude dans la représentation des navires et plus encore de l’eau et des ciels. Comme nombre de ses prédécesseurs, il sait donner dans le tragique du naufrage. Mais il en accentue la dramaturgie par le total isolement en pleine mer des hommes sans secours18.

  • 19 Claude Petry, op. cit., p. 20.

15La peinture de marine acquiert sa reconnaissance et son autonomie au début du xixe siècle. Devenue genre à part entière, elle fait l’objet d’une évolution dont il est possible de percevoir les prémices à la fin du siècle précédent. Jusqu’à l’ouvre de Vernet, il semble que « l’aspect précis du bord de mer n’a pas souvent retenu l’attention des artistes ». Au xviie siècle, les peintres hollandais peignaient les dunes et les vastes étendues de sables. Mais les plages, les paysages côtiers, l’estran, la continuité entre terre et mer sont rares dans la peinture française avant la fin du xviiie siècle. Le suivant va les consacrer. Leur valeur pittoresque est reconnue, au point que le paysage maritime se vide progressivement des foules bigarrées qui l’animaient auparavant. À la profusion le désert humain fait suite. Les artistes sensibles aux éléments naturels les privilégient en deux grands ensembles : la côte avec mer, ciel et effets de lumière ; le large et son immensité bouleversante. Dans un cas comme dans l’autre, le paysage maritime semble devenir le prétexte à peindre la mer seule et ses ciels. Les artistes donnent des « marines ». Mais il ne s’agit plus tant de peindre un paysage que de faire naître des sensations. La démesure et la puissance de la mer se prêtent à l’exercice. S’il est présent, l’homme par sa fragilité en renforce la violence. Son destin misérable se joue hors de sa volonté. Nul besoin alors d’être marin et de connaître ce terrible environnement pour en offrir une image. Il n’en est pas de meilleur exemple que le plus célèbre des paysages de marine, dû à un terrien. Le radeau de la Méduse peint par Géricault en 1819 est un bouleversement. « Désormais l’art est libre et la sensibilité peut s’y exprimer19. »

Notes

2 Navire pour le Pount, temple de la reine Hatshepsut, Égypte, 1493 avant notre ère.

3 Stèle funéraire de Sidon, musée archéologique de Beyrouth, Liban, viiie siècle avant notre ère.

4 Stèle funéraire dite de Prothumos, IIe-Ier siècle avant notre ère.

5 Mosaïque provenant de Sousse, intitulée La Pesée des marchandises, musée du Bardo, Tunis, Tunisie, iiie siècle.

6 Michel Mollat, L’Europe et la mer, Paris, Le Seuil, 1993.

7 Naissance de Vénus, Sandro Botticelli, musée des Offices, Florence, Italie, vers 1485 ; Tapisserie de la Reine Mathilde, musée de l’Évêché, Bayeux, France, xie siècle ; Légende de Sainte Ursule, Vittore Carpaccio, fondation Cini, île de San Giorgio, Venise, Italie, 1490.

8 Nous ne faisons, ici, qu’évoquer ce phénomène exceptionnel pour un si petit pays. D’autres études sont en cours sur les thèmes traités par les artistes.

9 Les œuvres de Reiner Nooms dit Zeeman (1623-1664), rare exemple d’ancien marin devenu peintre, sont diffusées de cette façon en France.

10 Claude Petry, « La peinture de marine en France : « cet art presque perdu aujourd’hui » », dans Autour de Joseph Vernet, la marine à voile de 1650 à 1890, catalogue de l’exposition de Rouen, Paris, Anthèse, 1999, p. 11-25.

11 Claude Gellée dit Le Lorrain, Le Port d’Ostie avec l’embarquement de Sainte Paule, musée du Prado, Madrid, Espagne ; Vue de Carthage avec Didon et Énée, Hamburger Kunshalle, Hambourg, Allemagne.

12 Pierre Puget (1620-1694), Projet de place royale pour Marseille, 1687, musée des Beaux-Arts de Marseille ; Plan et perspective du projet de 1676 pour Toulon, Bibliothèque nationale de Paris, dépôt des Cartes et Plans, service hydrographique, Archives, pièce 24/1.

13 Jean-Baptiste De La Rose, Le Port de La Ciotat, 1664, musée de la Marine, Paris. Dans ces opérations, on peut reconnaître le travail des membrures d’un vaisseau en construction, l’abattage en carène, le bordage, le radoub, le déchargement des matières. Les ouvriers et les hommes de peine sont entourés de quelques spectateurs, des femmes, des enfants.

14 Diederik Bakhuÿs, « De Puget aux frères Ozanne : l’art de la marine et le dessin en France », dans Autour de Claude-François Vernet…, op. cit., p. 53-60.

15 Laurent Manoeuvre et Éric Rieth, Joseph Vernet (1714-1789), les ports de France, Paris, Anthèse, 1994.

16 La série est réalisée de 1754 à 1765 et couvre ainsi la dure période de la guerre de Sept Ans (1755-1763).

17 Philip Conisbee, « La nature et le sublime dans l’art de Claude Joseph Vernet », dans Autour de Claude-François Vernet…, op. cit., p. 32. Voir aussi le tableau que propose Horace Vernet, représentant son grand-père ligoté à un mât en pleine tempête pour pouvoir lever des croquis, musée Calvet, Avignon, France, 1822.

18 Martine Acerra, Voiles et voiliers au début du xixe siècle, peintures et gravures de Louis Garneray, Paris, Du May,1992, rééd., Paris, Éd. du Layeur, 2000. Voir aussi le tableau, Le Naufragé, musée des Beaux-Arts de Brest, France.

19 Claude Petry, op. cit., p. 20.

Notes de fin

1 Professeur d’histoire moderne, université de Nantes.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540