Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Histoire et représentations du littoral

La vague et la cime. Remarques sur deux espaces naturels à l’époque moderne

Alain Cabantous

Texto completo

  • 1 Professeur d’histoire moderne, université de Paris I, Panthéon-Sorbonne.

1Note portant sur l'auteur1

2Si 1492 est l’année de la découverte colombienne de l’Amérique, elle est aussi celle de l’escalade authentifiée du mont Aiguille, quelques mois auparavant, sous la conduite du chevalier Antoine de Ville, mandaté par le roi de France. Trois siècles plus tard, l’époque moderne se clôt, entre autres, par la grande expédition pacifique de La Pérouse (1785) et l’ascension du Mont Blanc (1786), comme si la mer et la montagne se trouvaient associées, par l’intermédiaire de l’équipée et de la découverte, pour offrir simultanément des bornes symboliques au temps de la modernité.

  • 2 On pourra en premier lieu se référer aux travaux de Dominique Guillemet et spécialement à ses réfl (...)
  • 3 Marie-Claire Robic (dir.), Du milieu à l’environnement. Pratiques et représentations du rapport ho (...)

3Bien entendu, ces rapprochements chronologiques un peu rhétoriques n’ont pas valeur de preuve mais ils constituent une sorte d’allégorie qui permet de proposer une entrée afin d’essayer de saisir les possibles transformations de ces deux espaces naturels en paysage ou en territoire. Ces notions, apparemment bien distinctes dans les nomenclatures des sciences humaines d’aujourd’hui2, pouvaient cependant recouvrir une confusion certaine pour les observateurs, voyageurs, scientifiques, romanciers d’hier. Toutefois, quels que soient les systèmes de désignation, il s’agit toujours d’étudier les modalités progressives d’une construction. Autrement dit de comprendre les raisons et de dégager les facteurs qui modifient ces « milieux extrêmes3 » en objets élaborés, traduisant pour une part, les relations culturelles de la société avec son environnement. Ici, la réalité physique constitue un support à partir duquel la perception se met en scène et nourrit l’imaginaire.

4Avec l’exemple de la montagne et de la mer, c’est plutôt le glissement de l’espace vers le paysage qui sera retenu. Je voudrais en effet privilégier davantage le spectateur que l’acteur mais un spectateur qui parle aussi de l’acteur. Car, en dépit d’inévitables inflexions chronologiques, le discours des représentations comme les évocations des habitants participent d’une perception analogique interprétative identique comme si les rigoureux impératifs de l’espace et leurs similitudes influençaient totalement les comportements sociaux pour dessiner des paysages originaux.

Espaces des refus

  • 4 Jacques Cambry, dans son Voyage dans le Finistère en 1794, Paris, Éditions du Layeur, 2000, fait c (...)

5Pour quelles raisons les discours, les usages, les appréhensions sensibles s’accordent-ils pour associer, de façon souvent symptomatique4, ces deux grandes réalités physiques et les peupler d’images, de descriptions, d’impressions, de métaphores édifiant ainsi les portraits paysagers devenus assez semblables ?

  • 5 Richard Buxton, La Grèce de l’imaginaire : les contextes de la mythologie, Paris, La Découverte, 1 (...)
  • 6 On rappellera très brièvement que les théories scientifiques n’ont pas été insensibles à ces rappr (...)

6Ces formes d’affiliation ne sont bien évidemment pas propres à l’époque moderne qui devient surtout l’héritière d’un fonds déjà bien présent dans l’imaginaire grec. La diversité des textes antiques fait de la montagne et de la mer deux mondes sauvages inexplorés où l’aventure est dangereuse parce que les hommes y côtoient le domaine de divinités innombrables dont l’humeur peut provoquer des réactions inattendues par le truchement de la vague ou des versants5. La force et la continuité de la culture classique se retrouvent lorsque les littérateurs ou les voyageurs lettrés évoquent les tempêtes ou les sites montueux terrifiants, s’inspirant souvent des modèles d’Homère, de Virgile ou d’Horace au moins jusqu’au mitan du xviiie siècle6.

  • 7 Maria-Susanna Seguin, Science et religion dans la pensée française du xviiie siècle. Le mythe du D (...)
  • 8 Dans un domaine historiographique en plein essor on citera seulement René Favier, Anne-Marie Grane (...)

7À travers ces quelques éléments se dessine déjà le référent à partir duquel s’appuiera la perception culturelle de ces milieux naturellement hostiles puisque immenses et insoumis. Mais, plus peut-être que l’infini ou l’isolement ce sont l’imprévision et l’intensité des risques, accrus par l’impuissance humaine, qui font de la mer et de la montagne les lieux privilégiés de la catastrophe. Porteurs immémoriaux de malédictions, ils reproduisent le temps primitif du déluge7 à travers tempêtes, éboulements, raz de marée et avalanches8. La multiplication des dangers renvoie l’homme à sa propre faiblesse face aux déchaînements de la création. Mers et montagnes représentent le chaos lui-même ; un chaos matriciel mais non figé puisque toujours en mouvement. C’est donc avec l’instabilité soudaine et dramatique que doivent compter les hommes qui affrontent ces espaces.

  • 9 Alain Cabantous, Le Ciel dans la mer. Christianisme et civilisation maritime (xvie-xixe siècles), (...)

8Le corollaire de ces approches ouvre sur la place accordée à Dieu au regard de l’adversité marine ou montagnarde. Sans se chevaucher, deux discours se complètent. L’un évoque la déréliction divine, Dieu étant lui-même étranger à ces espaces désordonnés, en rupture de création9 ; l’autre renvoie au châtiment céleste par le truchement des flots et des monts.

  • 10 Jean-Baptiste Bouvier, Légendes valaisannes (xviie-xixe siècles), Lausanne, 1931. Alain Cabantous, (...)

9Combien d’actions impies, par exemple, sont-elles tenues pour responsables du naufrage d’équipages nombreux ou de la transformation de champs fertiles en glaciers aux parois abruptes voire d’hommes pécheurs en amas rocailleux10 ? « La théorie de la rétribution divine considérait les tremblements de terre, les inondations, les épidémies comme des exhortations aux actes du Dieu tout puissant » (Ch. Pfister).

  • 11 Anselme Zurfluh, Un Monde contre le changement. Une culture au cœur des Alpes : Uri en Suisse (xvi (...)
  • 12 Pierre-Emmanuel Cadinaud, Espace et identité en vallée de Barèges (xviie-xviiie siècles), mémoire (...)
  • 13 Jacques Toussaert, Le Sentiment religieux en Flandre maritime à la fin du Moyen Âge, Paris, 1963, (...)

10Mais ce vide de la transcendance et cette absence de miséricorde se trouvent alors largement comblés par la présence diabolique. La toponymie montagnarde est pleine de la prégnance du malin11 et l’empreinte de Satan se lit parfaitement dans le paysage même pour le scientifique Ramond de Carbonière qui pense les éboulis des hauts de Barège « créés par le démon12 ». Sur mer, les tempêtes restent l’une des manifestations les plus évidentes de Satan. Parmi de nombreux exemples, à la fin du xve siècle, un moine de l’abbaye des Dunes, en Flandre, considérait que « le soir où la porte du chapitre fut défoncée par une bourrasque… le diable était là en personne13 ». Et deux siècles plus tard le terrible magistrat Pierre de Lancre peut affirmer que Satan sillonne l’océan pour y semer la haine, la discorde et le malheur parmi les pêcheurs.

  • 14 Parmi les oeuvres scientifiques du xviiie siècle : Petro Ardeti, Bibliotheca Echtyologica (1738), (...)
  • 15 Claude Macherel, « Un purgatoire alpin », dans « La Haute montagne : visions et représentations », (...)

11Cette présence maléfique s’accomplit dans l’existence d’un bestiaire tératologique durable, parfois jusqu’au milieu du xixe siècle, soutenue par une topographie répulsive. Si les ravins et les crevasses de la montagne se trouvent à proximité du monde souterrain, les abysses de la mer touchent aux entrailles de la terre. Ainsi les dragons hantent les champs de neige et, sur l’eau, à l’égal des pieuvres géantes, ils menacent les navires. Les récits populaires, les relations de naufrages comme les œuvres scientifiques ou la littérature, grande et petite, s’en font l’écho14 pendant longtemps. Ces domaines de la catastrophe annoncée, de la nature dévoyée, toujours en voie d’inachèvement, sont pour l’homme qui s’y aventure un champ de risques : physiques d’abord, spirituels ensuite. La mort qui, dans ces parages, guette le marin, le berger, l’aventurier ou le chasseur reste sans réconfort fraternel ou familial et le plus souvent sans secours sacramentels dont on sait l’importance dans la culture catholique. Ces morts solitaires et négligées annoncent l’errance des âmes des disparus jusqu’à faire de ces hauts lieux le réceptacle d’un purgatoire infernalisé. Abysses et glaciers deviennent le séjour des « pauvres âmes15 » réfugiées dans les corps d’animaux, en attente de repos.

  • 16 Cette thématique du vaisseau fantôme dont l’équipage se compose d’âmes tourmentées, souvent condui (...)

12Répondant ainsi à leur perception de milieux extrêmes, la haute mer comme la haute montagne ne sont pourtant pas vides de toute présence surnaturelle. Ces possibles manifestations recouvrent de multiples aspects : de l’épiphanie mosaïque à l’affluence des mauvais génies, du feu de Saint-Elme au vaisseau fantôme16. Autant d’éléments qui emplissent ces contrées et dessinent des paysages propres à devenir le réceptacle de phénomènes originaux souvent terrifiants. Cet imaginaire spirituel globalement négatif, beaucoup plus riche encore que ces quelques lignes ne le laissent entendre, s’accompagne d’un imaginaire social décliné sur le même mode dans la mesure où il se doit d’exister alors un lien fort entre environnement naturel et faits sociaux.

Réalités et imaginaires sociaux

  • 17 L’influence conjuguée d’Hippocrate, d’Hérodote et de Théophraste conduit à fortement corréler l’in (...)
  • 18 Laurence Fontaine, Pouvoir, identités et migrations dans les hautes vallées des Alpes occidentales (...)

13Selon un schéma mental dont F. Walter a bien retracé la généalogie17, montagnes et océans ne sont pas seulement des espaces de passage, des confins d’occupation temporaire. Malgré les risques potentiels, ils ont fixé des populations sur les rivages ou dans les vallées longtemps regardés comme coupés du monde, influencées d’abord par le milieu hostile qui les entourait. L’homme devient alors un produit d’une nature aux ressources difficiles à qui il faut arracher les cueillettes quotidiennes. L’économie pastorale ou littorale s’inscrit dès lors dans un cadre strictement rural, replié sur lui-même. Les cités portuaires, les villes carrefour, lieux d’échanges intenses et internationaux à l’époque moderne, peu évoquées, valorisent en creux la seule existence de peuples rudes, durs au mal, épargnés par les affections de langueur grâce à l’air qu’ils respirent mais mis à l’écart. Ne sont-ils pas sans histoire18 ou plutôt en dehors de l’histoire et donc sans territoires réels ?

  • 19 Sophie Houdard, Les Sciences du diable, Paris, 1992 ; Peter Sahlins, Frontières et identités natio (...)
  • 20 Ces omissions, sans être systématiques, dépendant de l’objectif de la description. Cf. Pilati da T (...)
  • 21 Voir à ce sujet l’analyse des phénomènes hystériques collectifs féminins constatés, entre autres à (...)
  • 22 Alain Cabantous, Les Citoyens du large. Les identités maritimes en France (xviie-xixe siècles), Pa (...)

14À cheval entre deux états, entre deux souverainetés aux limites incertaines comme au Pays Basque ou en Cerdagne, habitués à la fréquentation des rivages ennemis comme les pêcheurs de la Manche, ces hommes ne connaissent pas vraiment les frontières et en jouent selon leurs nécessités tenues évidemment pour suspectes par les autorités19. En insistant sur l’ancestrale immuabilité des populations des hautes vallées et des rivages éloignés, ces tableaux prennent surtout en compte les déplacements locaux : transhumance ici, saison du poisson là. Ils omettent alors souvent l’importance des mouvements migratoires20 alimentés simultanément par des paysans, devenus colporteurs ou maîtres d’école, et des matelots en partance durant de longs mois pour d’autres contrées. De fait, les isolats deviennent de plus en plus rares à partir du xviie siècle. L’amplitude et la régularité de ces migrations sont telles qu’elles induisent une réelle mais discrète réévaluation de la place de la femme au sein de ces communautés. Restées souvent seules, mères et épouses constituent la référence sociale et culturelle obligée. Situation qui suscite un décalage avec leur statut juridique et peut devenir source de conflits et de comportements psychologiques singuliers passés sous silence21. Enfin la vision réductrice de ces sociétés valorise certaines figures emblématiques autour du pêcheur et du berger, toujours campées au sein d’une civilisation exclusivement rurale. À lire les observateurs, l’un et l’autre vivent au plus près de la nature, se plient à son rythme, se contentent de peu : l’un une cabane, l’autre une barque22. Ils incarnent alors, face à la déstructuration sociale en devenir et à la turpitude urbaine dénoncée au xviiie siècle, un monde socialement stable, culturellement infrangible.

  • 23 « Tout est peine dans ces sévères localités. Les rayons du soleil interceptés par des brouillards (...)
  • 24 Serge Brunet, La Vie, la mort, la foi : les prêtres des montagnes dans les Pyrénées centrales sous (...)

15L’affirmation de ces systèmes analogiques conduit à considérer la physiologie de ces populations et leurs comportements moraux comme les effets de la prégnance de l’environnement. Sujet d’une nature répulsive, le montagnard ou le riverain est devenu aussi le produit de son adaptation. Devant l’ingratitude des versants ou des côtes, il est un opiniâtre, un résistant qui doit toujours lutter pour arracher son maigre bien. D’où les marques d’une certaine violence du caractère, des attitudes versatiles calquées sur les caprices du climat ou de l’océan. Ces vies aux confins favorisent aussi la défense d’une réelle autonomie à l’égard de la règle commune, une défiance et une liberté certaine au regard des institutions lointaines et contraignantes. L’isolement voire la pauvreté confortent en retour la crédulité, la routine, la tristesse23, la sauvagerie même de l’Armor au Comminges, de la Frise aux Highlands24. Pilleurs d’épaves, pirates en tous genres, brigands des hauteurs, insoumis y sévissent, profitant des possibilités multiples de cette nature devenue alors alliée. Simultanément, face aux risques, ces communautés mettent en œuvre la solidarité, le sauvetage des égarés et des naufragés de plus en plus fréquents à la fin du xviie siècle, et le partage devant la précarité des situations. Les localités de rivages ou des vallées sont souvent qualifiées de petites républiques égalitaires puisqu’on tâche ici de répartir équitablement les maigres lopins et que là les filets de pêche sont mis en commun pour que les veuves et les orphelins aient aussi leur part.

16Il serait pourtant erroné de croire que ces ethnotypes, ces constructions paysagères et imaginaires ont été fixées « une fois pour toutes » et répétées à loisir sans invariant. Les sentiments mêlés et partagés de répulsion et d’admiration obéissent à des chronologies plus complexes que la simple succession temporelle qui voudrait que le xviie siècle très critique à l’égard de tout ce qui ne ressortait pas de l’harmonie et de l’ordre, ait été flanqué de deux moments beaucoup plus favorables.

Brève chronologie des regards

  • 25 Pietro Camporesi, Les Belles contrées, Paris, Le Promeneur, 1995.

17À la lecture des récits de voyage surtout, on a souvent conclu à une perception effroyable des espaces marins et montagnards jusqu’au tournant sensible et esthétique du milieu du xviiie siècle. En réalité au cours de cette longue période, deux perceptions au moins se chevauchent. Celle qui privilégie l’effroi vertigineux que ressentent ceux qui affrontent les voyages de traversée ou le franchissement des cols. Pourtant au xvie siècle la littérature italienne n’hésite pas à associer le littoral à de « gracieux jardins, cadre de possibles jeux érotiques25 » avant que le discours humaniste, relayé par la théologie naturelle, offre une tonalité proche. La nature, second livre que Dieu a écrit pour les hommes, est le reflet même de sa bonté. Désormais, il convient de lire les espaces naturels selon une grille providentialiste et inverser le sens des interprétations. Bourrasques, tempêtes, récifs et barres rocheuses doivent se comprendre dans une acception positive : le brassage nécessaire de l’air, l’épuration des atmosphères fétides, la protection contre les invasions menaçantes. Très prisée en Angleterre ou aux Provinces-Unies un peu moins en France, l’influence de cette interprétation, sans disparaître pour autant, s’atténuera quelque peu dans la seconde moitié du xviie siècle sous l’effet des exigences politiques (mers et montagnes participent à l’élaboration des frontières d’État), des modifications climatiques (le petit âge glaciaire), des tendances culturelles imposées par le classicisme.

  • 26 Alain Corbin, Le Territoire du vide. L’Occident et le désir de rivage, Paris, Aubier, 1988.

18Le déplacement des regards se manifeste plus nettement encore autour des années 1720-1730 avec le développement d’une littérature aimable consacrée à la mer et plus encore à la montagne, lieux peu à peu investis par le loisir. De la promenade de Scheveningen aux premiers bains de mer anglais, l’accaparement de l’espace océanique encourage une création littéraire puis artistique qui vantera la beauté grandiose de la mer et sa capacité à susciter la méditation et les sentiments élevés. Elle s’enrichira ensuite des réflexions utopiques que suggère la vie insulaire, de Robinson au Supplément au voyage de Bougainville26. La perception nouvelle de la montagne, elle, passe d’abord par l’écrit. Du poème d’A. Heller, Die Alpen (1726) aux oeuvres de Gessler et surtout à La Nouvelle Héloïse (1761), ils soulignent à côté de la beauté des paysages offerts, l’incomparable harmonie féconde de l’homme et de la nature. Ils contribuent à favoriser, après 1740, la venue progressive de discrets alpinistes anglais autour du toujours mont Maudit (Mont Blanc) avant de faire de l’Oberland bernois le couronnement de tout voyage helvète.

  • 27 Philippe Joutard, La Haute montagne…, op. cit. ; Alain Cabantous, « La turbulence des sacralités m (...)

19Ces apprivoisements touristiques, littéraires, scientifiques (nomenclature poussée de la faune et de la flore, interrogation sur la place des mers dans l’orogenèse), iconographiques et cartographiques développent une autre appréhension de ces vieux espaces naturels. Ce nouveau retournement du regard où domine largement la fonction esthétisante efface, a priori, tous les imaginaires et toutes les anciennes sacralités qui pouvaient s’y rattacher. Certains évoquent même un mouvement de désacralisation brutale sous les actions mêlées de la taxinomie botanique, des expéditions maritimes et des ascensions multiples27. Ces perceptions affirmées et désormais dominantes ouvrent à de nouvelles voies imaginaires puisque désormais la mer ou la montagne placent l’homme dans une sorte d’état de rêverie permanente et d’onirisme fertile parfois panthéiste : « À mesure que l’on s’approche des régions éthérées, l’âme contracte quelque chose de leur inaltérable pureté […]. Ce spectacle a quelque chose de magnifique, de surnaturel qui ravit l’esprit et les sens » écrit Jean-Jacques. Et tout, à travers les monts et les vagues, se trouve réuni pour qu’ils incitent au rêve pour celui qui accepte de quitter la ville pour ces contrées que l’esprit apprivoise. Les parcours d’une errance pourtant très codifiée vers les sommets ou le long du rivage permettent au flâneur de nourrir son regard, de construire son paysage en communion avec la nature.

  • 28 Bien entendu, il aurait fallu consacrer d’autres développements aux différences importantes, écono (...)

20Ces itinéraires intellectuels renforcèrent, dans un premier temps, la vision des populations autochtones toujours en symbiose avec le paysage. Et Saussure de voir dans les hameaux de la vallée de Chamonix « l’idée d’un monde nouveau, d’un paradis terrestre renfermé par une divinité bienfaisante dans l’enceinte de ces montagnes », sorte de réponse indirecte aux remarques de Bougainville qualifiant Tahiti de contrée pareille au jardin d’Eden et de « pays où règne encore la franchise de l’âge d’or ». Mais on sait aussi que si l’image positive de ces paysages continua de se renforcer au cours du xixe siècle, son miroir social se dégrada singulièrement selon un principe de réalité qui rompit alors avec ce monde harmonieux des bergers ou des pêcheurs dont la pauvreté offerte et sordide n’était plus exactement le reflet de l’innocence champêtre mais bien le fruit de la dureté endémique des temps28.

Notas

2 On pourra en premier lieu se référer aux travaux de Dominique Guillemet et spécialement à ses réflexions méthodologiques : cf. « De l’espace au paysage. Faire, contempler, faire contempler », dans Gérard Le Bouedec, François Chappé, Représentations et images du littoral, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, p. 15-43. Voir aussi Charles Avocat (dir.), Lire le paysage, lire les paysages, Saint-Étienne, 1984 ; Alain Roger, Court traité du paysage, Paris, Gallimard, 1997, Michel Collot (dir.), Autour des enjeux du paysage, Bruxelles, 1997 et les analyses stimulantes de François Walter, Les Figures paysagères de la nation. Territoire et paysage en Europe (xvie-xxe siècle), Paris, EHESS, 2004.

3 Marie-Claire Robic (dir.), Du milieu à l’environnement. Pratiques et représentations du rapport homme-nature depuis la Renaissance, Paris, Economica, 1992 et François Walter, op. cit., p. 234 sq.

4 Jacques Cambry, dans son Voyage dans le Finistère en 1794, Paris, Éditions du Layeur, 2000, fait ce parallèle à plusieurs reprises (p. 37, 51,54, 55, 117) peut-être en raison d’un ancien séjour en Suisse ?

5 Richard Buxton, La Grèce de l’imaginaire : les contextes de la mythologie, Paris, La Découverte, 1996, ch. VI

6 On rappellera très brièvement que les théories scientifiques n’ont pas été insensibles à ces rapprochements entre mer et montagne. Pour Buffon par exemple, il est des montagnes terrestres et marines qui sont le fruit de mêmes phénomènes, la sédimentation et l’érosion, Histoire et théorie de la terre, Paris, 1746, p. 95-96.

7 Maria-Susanna Seguin, Science et religion dans la pensée française du xviiie siècle. Le mythe du Déluge universel, Paris, Champion, 2001.

8 Dans un domaine historiographique en plein essor on citera seulement René Favier, Anne-Marie Granet-Abisset (éd.), Histoire et mémoire des risques naturels, Grenoble, 1998 ; Grégory Quenet, Les Tremblements de terre en France aux xviie et xviiie siècles, thèse de doctorat d’histoire, Paris I, 2001 ; Christian Pfister (éd.), Le Jour d’après. Surmonter les catastrophes naturelles, le cas de la Suisse entre 1500 et 2000, Berne-Vienne, 2002 ; Alain Corbin, Hélène Richard (dir.), La Mer. Terreur et fascination, Paris, Le Seuil, 2004.

9 Alain Cabantous, Le Ciel dans la mer. Christianisme et civilisation maritime (xvie-xixe siècles), Paris, Fayard, 1990.

10 Jean-Baptiste Bouvier, Légendes valaisannes (xviie-xixe siècles), Lausanne, 1931. Alain Cabantous, Entre fêtes et clochers. Profane et sacré dans l’Europe moderne (xvie-xviiie siècles), Paris, Fayard, 2002, p. 170-172.

11 Anselme Zurfluh, Un Monde contre le changement. Une culture au cœur des Alpes : Uri en Suisse (xviie-xxe siècles), Paris, 1993, citant Paul Guichonnet (dir.), Histoire et civilisation des Alpes, t. 2, Toulouse, Privat, 1980, p. 177.

12 Pierre-Emmanuel Cadinaud, Espace et identité en vallée de Barèges (xviie-xviiie siècles), mémoire de maîtrise, université de Paris X-Nanterre, 1999. Dans Corinne, Madame de Staël écrit aussi « comme ils avançaient vers le mont Cenis, toute la nature semblait prendre un caractère plus terrible ; la neige tombait en abondance sur la terre déjà couverte. On eût dit qu’on entrait dans l’enfer de glace si bien décrit par Dante », dans Jean-François Bonzonnet, Des monts et des mythes. L’imaginaire social de la montagne, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1992, p. 76.

13 Jacques Toussaert, Le Sentiment religieux en Flandre maritime à la fin du Moyen Âge, Paris, 1963, p. 30.

14 Parmi les oeuvres scientifiques du xviiie siècle : Petro Ardeti, Bibliotheca Echtyologica (1738), Erich Pontoppodan, Histoire naturelle de la Norvège (1751), Abraham Ruchat, État et délices de la Suisse (1712), Moritz A. Kappeler, Histoire du mont Pilate (1767). Pour les études : Roger Caillois, « Du kraken à la pieuvre », dans Courrier des messageries Maritimes, 1973, p. 10-18 ; Laurier Turgeon, Patrimoines métissés, Québec, Presses de l’université Laval, 2003, p. 31-58.

15 Claude Macherel, « Un purgatoire alpin », dans « La Haute montagne : visions et représentations », Le Monde alpin et rhodanien, 1988, I-II, p. 87-102.

16 Cette thématique du vaisseau fantôme dont l’équipage se compose d’âmes tourmentées, souvent conduit par le diable se retrouve surtout dans la littérature néerlandaise et anglo-saxonne. Catherine Jolicoeur, Le Vaisseau fantôme. Légende et étiologie, Québec, 1970.

17 L’influence conjuguée d’Hippocrate, d’Hérodote et de Théophraste conduit à fortement corréler l’influence du milieu avec les comportements des individus et des groupes, à débusquer la correspondance entre « la nature du pays et le physique et le caractère des hommes », François Walter, op. cit., p. 34-41.

18 Laurence Fontaine, Pouvoir, identités et migrations dans les hautes vallées des Alpes occidentales, Grenoble, 2003.

19 Sophie Houdard, Les Sciences du diable, Paris, 1992 ; Peter Sahlins, Frontières et identités nationales : la France et l’Espagne dans les Pyrénées depuis le xviie siècle, Paris, 1996 ; Renaud Morieux, La Manche au xviiie siècle. La construction d’une frontière franco-anglaise, thèse de doctorat, université de Lille III, 2005.

20 Ces omissions, sans être systématiques, dépendant de l’objectif de la description. Cf. Pilati da Tassulo, Voyages en différents pays de l’Europe (1774-1776), La Haye, 1777, t. 1, p. 156-157.

21 Voir à ce sujet l’analyse des phénomènes hystériques collectifs féminins constatés, entre autres à Ouessant et à Morzine par Françoise Peron, Ouessant, l’île sentinelle, Douarnenez, Chasse-marée/Armen, 1997 et Catherine Maire, Les Possédées de Morzine, Lyon, 1981.

22 Alain Cabantous, Les Citoyens du large. Les identités maritimes en France (xviie-xixe siècles), Paris, Fayard, 1995, p. 57-62 ; Philippe Joutard, L’Imaginaire…, op. cit.

23 « Tout est peine dans ces sévères localités. Les rayons du soleil interceptés par des brouillards épais ou par de hautes montagnes pénètrent pour de courts moments dans la profondeur des vallées », baron d’Haussez (1828) cité par Laurence Fontaine, op. cit., ch. VI.

24 Serge Brunet, La Vie, la mort, la foi : les prêtres des montagnes dans les Pyrénées centrales sous l’Ancien régime, Estadens (Hte-Garonne), Pyregraph, 2001. Samuel Johnson, Voyage dans les Hébrides (1776), Paris, La Différence, 1991.

25 Pietro Camporesi, Les Belles contrées, Paris, Le Promeneur, 1995.

26 Alain Corbin, Le Territoire du vide. L’Occident et le désir de rivage, Paris, Aubier, 1988.

27 Philippe Joutard, La Haute montagne…, op. cit. ; Alain Cabantous, « La turbulence des sacralités montagnardes », dans Serge Brunet et al. (dir.), Montagnes sacrées d’Europe, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005, p. 47-56.

28 Bien entendu, il aurait fallu consacrer d’autres développements aux différences importantes, économiques et sociales que recelaient les environnements naturels et culturels de la mer et de la montagne à l’époque moderne. Mais ce choix des similitudes, en fonction des contraintes éditoriales, paraît plus significatif dans la construction des « figures paysagères ».

Notas finales

1 Professeur d’histoire moderne, université de Paris I, Panthéon-Sorbonne.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540