Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Introduction. Terres marines

Frédéric Chauvaud, Jacques Péret et Fabrice Vigier

Texte intégral

1L’œuvre de Dominique Guillemet, dans toute sa richesse, se retrouve dans cette relation entre la terre et la mer, autour de laquelle ses collègues et amis se sont rassemblés, chacun selon sa sensibilité et sa façon d’aborder l’histoire, la géographie, le patrimoine. Cet afflux de contributions venant d’horizons si différents ne tient ni au hasard ni à une quelconque stratégie éditoriale. Il traduit l’approche plurielle mais cohérente d’une histoire ouverte sur son environnement scientifique, ouverte tout simplement sur le monde sans cloisonnement étanche, champs de recherche dont les quarante co-auteurs sont des acteurs convaincus dans leurs domaines respectifs.

Mer et littoral

  • 1 Martine Acerra, Rochefort et la construction navale française, 1661-1815, Paris, Librairie de l’In (...)
  • 2 Michel Verge-Franceschi, Les Officiers généraux de la Marine Royale, Paris, Librairie de l’Inde, 1 (...)
  • 3 André Zysberg, Les Galériens. Vie et destin de 60 000 forçats (1680-1748), Paris, éd. du Seuil, 19 (...)
  • 4 Michel Mollat (dir.), Histoire des pêches maritimes en France, Toulouse, Privat, 1987.
  • 5 Alain Cabantous, Dix mille marins face à l’Océan. Les populations maritimes de Dunkerque au Havre (...)

2L’histoire maritime a longtemps été synonyme de guerre navale, de navires, de grand commerce et s’est d’abord intéressée socialement aux gens de mer, groupe à la fois stratégique et fascinant, monde de la différence et de l’aventure. Cette histoire maritime, poursuivie par Martine Acerra1, Michel Vergé-Franceschi2, André Zysberg3 entre autres, a été renouvelée à la fin des années quatre-vingt avec les travaux de Michel Mollat4 sur les pêches et les pêcheurs, d’Alain Cabantous sur les sociétés maritimes, leurs comportements et leur culture5, élargissant par là même le champ des recherches maritimes dans une approche plus globalisante en resituant les gens de mer dans leur société environnante. Le titre de la belle synthèse d’Alain Cabantous, Citoyens du large. Les identités maritimes en France (xviie-xixe siècles), essai brillant de construction identitaire des populations vivant en contact avec la mer, de leur relation à l’espace océanique, est en cela tout un programme. Avec Alain Corbin (LeTerritoire du vide. L’Occident et le désir de rivage, 1988) on entre dans l’histoire des représentations et dans le regard des autres, des terriens, sur la mer, les marins et le rivage.

  • 6 Jean-Pierre Corlay, « Géographie sociale, géographie du littoral », Norois, n° 165, 1995.
  • 7 Dominique Guillemet, Jacques Peret (dir.), Les Sociétés littorales du Centre-Ouest atlantique de l (...)
  • 8 François Chappé, Gérard Le Bouedec (dir.), Pouvoirs et littoraux du xve au xxe siècle, actes du co (...)
  • 9 Gérard Le Bouedec, Représentations et images du littoral, Rennes, Presses universitaires de Rennes (...)
  • 10 Gérard Le Bouedec (dir.), Entre terre et mer, sociétés littorales et pluriactivités (xve-xxe siècl (...)
  • 11 Alain Cabantous, André Lespagnol, Françoise Peron (dir.), Les Français, la terre et la mer, xiiie-(...)

3Les géographes, avec un temps d’avance sur les historiens se sont attachés à définir le littoral, espace maritime englobant « les activités quotidiennes et immédiates des hommes vivant sur la côte elle-même » et le concept de « maritimité » pour cerner le lien individuel ou collectif à la mer. Les travaux de Jean Pierre Corlay, Françoise Péron conduisent géographes et historiens à appréhender par une approche systémique « les interactions multiformes qui existent entre rapports sociaux et rapports spatiaux6 ». À partir de là, du maritime « pur et dur », on est passé à une histoire du littoral, intégrant les acquis précédents, mais élargissant les perspectives et les champs de recherches. Les titres de toute une série de colloques parmi lesquels, Les Sociétés littorales du Centre-Ouest atlantique7, Pouvoirs et littoraux8, Représentations et images du littoral9, Entre terre et mer, Sociétés littorales et pluri-activités10, sont autant d’illustrations de ces nouvelles orientations où selon Gérard Le Bouëdec « ce sont les usages de la mer, les rapports pluriels de l’homme au littoral et à la mer qui constituent le socle de ce qu’on peut appeler histoire maritime ». La toute récente parution dirigée par Alain Cabantous, André Lespagnol et Françoise Péron, Les Français, la terre et la mer11, vient couronner cette évolution historiographique dépassant une simple histoire maritime de la France. Cette grande synthèse inscrit globalement la mer et ses productions dans l’histoire de la construction nationale et cherche à saisir « la nature des relations que ses institutions et ses habitants entretiennent avec les espaces marins », regard neuf et pluridisciplinaire sur les rapports des Français avec la mer étudiés sur la longue durée du Moyen Âge au xxe siècle.

  • 12 Dominique Guillemet, Insularité et archaïsme. Paysans et seigneurs à Belle-Île, 1600-1760, Poitier (...)
  • 13 Dominique Guillemet, Les Îles de l’Ouest de Bréhat à Oléron du Moyen Âge à la Révolution, La Crèch (...)
  • 14 Dominique Guillemet, « Seigneuries insulaires du Ponant et monarchie (xvie-xviiie siècle) », dans (...)

4Dominique Guillemet n’était pas un marin mais un homme du littoral, devenu insulaire par le hasard d’un fond d’archives. Dès son mémoire de maîtrise, Alain Croix l’avait guidé vers Bêle-Île, île de paysans devenue jusqu’à l’achèvement de son doctorat12 son laboratoire où les concepts d’insularité et de « maritimité » ont pu se construire méthodiquement entre terre et Océan. À partir de là, Dominique Guillemet a su jusqu’à son habilitation, construire une véritable modélisation des espaces insulaires, en proposant une grille de lecture globale à la fois thématique et spatiale. En témoigne sa très belle synthèse sur les îles du Ponant13, saisies sur la longue durée avec les prolongements contemporains qui allaient de soi pour l’historien-géographe qu’il était. Ses îles du Ponant, pourtant par nature fragmentées, sont devenues des observatoires du littoral permettant de comprendre les sociétés maritimes du littoral atlantique dans leurs rapports avec la terre et la mer. D’abord îles de paysans et de sauniers, elles connaissent à l’époque moderne une « maritimisation » de leurs structures économiques et sociales avec les conséquences induites quant au régime démographique et aux modes de vie. Cette identité insulaire est en même temps faite de diversité, autre mot clé des analyses de Dominique Guillemet. Ouessant, Belle-Île, Yeu, Ré ou Oléron constituent autant de « pays » et de modèles originaux. Passionné par le croisement des paramètres de l’espace et du temps, Dominique Guillemet a aussi mis en évidence une originale conjoncture insulaire avec notamment l’irruption de l’État et de ses représentants dans les îles, essentiellement au xviie siècle. Sentinelles stratégiques d’un littoral menacé, elles entrent bon gré mal gré dans les filets de l’administration de la monarchie absolue14.

  • 15 Dominique Guillemet, « Littoral-frontière, littoral-interface : l’exemple du Centre-Ouest », dans (...)
  • 16 Dominique Guillemet et Jacques Peret (dir.), Aux rives de l’incertain. Histoire et représentation (...)

5Le passage des îles au continent allait de soi pour Dominique Guillemet ; outre la mesure du poids démographique du littoral, de ses sociétés, au cœur du colloque qu’il a co-dirigé, Les Sociétés littorales du Centre-Ouest, il a développé le concept de littoral frontière et de littoral interface15. Les actes du colloque international de 2002, L’Histoire et la représentation des marais occidentaux du Moyen Âge à nos jours16, résument ses recherches élargies à la fois dans l’espace et dans les thématiques avec l’étude des images et représentations de littoraux revus et corrigés.

Le territoire de l’historien : la Géohistoire

  • 17 On trouvera un état de la recherche sur ce thème et ses méthodes dans Philippe Boulanger et Jean-R (...)

6Les études géohistoriques connaissent, depuis une quinzaine d’années, un certain regain d’intérêt dans la communauté scientifique17. En effet, à l’instar du GERHICO de Poitiers, de nombreux laboratoires universitaires n’hésitent pas à intégrer les notions d’espaces et de territoires dans leurs champs de réflexion et leurs axes de recherches.

  • 18 Jacques Scheibling, Qu’est-ce que la géographie ?, Paris, 1994, p. 117-140.
  • 19 Paul Vidal de La Blache, Atlas historique et géographique, Paris, 1894.
  • 20 Voir en particulier : Lucien Febvre, La Terre et l’évolution humaine. Introduction géographique à (...)
  • 21 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 1949, (...)
  • 22 Olivier Dumoulin, « Géographie historique/Géohistoire », dans André Burguiere (dir.), Dictionnaire (...)
  • 23 Charles Higounet, « L’histoire géographique », dans Encyclopaedia Universalis, 2001 ; Charles Higo (...)

7Il est vrai que la géographie est très liée à l’histoire depuis la fin du xixe siècle18. Dans le système éducatif français, les instructions officielles associent les deux disciplines qui sont d’ailleurs enseignées par les mêmes professeurs de collèges et de lycées. Les relations apparaissent tout aussi étroites au niveau scientifique. Avant la Première Guerre mondiale, la très récente école géographique française se lance ainsi dans la production d’atlas historiques, dont le plus connu est celui de Vidal de La Blache qui sera utilisé par plusieurs générations d’élèves et d’étudiants19. Par la suite, l’École des Annales fondée par Marc Bloch et Lucien Febvre recourt aux méthodes et aux problématiques de la géographie20. Les grandes thèses d’histoire économique qu’elle suscite, commencent généralement par un tableau du cadre spatial et s’efforcent déjà de cartographier leurs données statistiques pour décrypter au mieux la société sous-jacente à un territoire. Il faut cependant attendre les travaux de Fernand Braudel après la Seconde Guerre mondiale — qui fit d’une entité géographique le sujet de sa thèse (La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II) — pour que le dialogue entre histoire et géographie atteigne son paroxysme méthodologique21. Son œuvre est effectivement un véritable manifeste en faveur de l’histoire géographique, appelée également géohistoire. Il y prône une géographie humaine rétrospective qui aurait ses objectifs, ses principes et ses méthodes22. L’attitude qui consisterait à considérer les choses et les événements de l’histoire du moins dans leur environnement géographique ; l’idée que la géographie, sans contraindre les hommes de façon irrémédiable, est derrière l’histoire ; les efforts pour restituer le passé comme une suite de géographies ; la pratique de la méthode cartographique : tout cela serait le propre de ce que l’on peut appeler la géohistoire23.

  • 24 Au milieu des années 1980, Fernand Braudel fait d’ailleurs paraître, à la fin de sa vie, une grand (...)
  • 25 Dans l’œuvre géohistorique immense de Roger Dion, on retiendra ses deux synthèses : Les Frontières (...)
  • 26 On mentionnera la belle synthèse de Xavier de Planhol, Géographie historique de la France, Paris, (...)
  • 27 Jean-René Trochet, La Géographie historique de la France, Paris, 1997, p. 20-21.
  • 28 Annie Antoine, Le Paysage de l’historien. Archéologie des bocages de l’Ouest de la France à l’époq (...)

8Lancé au début des années cinquante, l’appel de Fernand Braudel, malgré sa pertinence et son intérêt scientifique, ne suscite pas le nombre de vocations escomptées. En comparaison aux autres grands champs de recherches, les travaux strictement géohistoriques sont même relativement restreints en France entre les années soixante et la fin des années quatre-vingt24, en dépit de la très grande qualité des études menées par Roger Dion25 et de Xavier de Planhol26. La situation semble avoir un peu changé depuis une quinzaine d’années. De nouveaux champs d’investigation « géohistoriques » ont effectivement fait leur apparition — voire leur réapparition, en raison des progrès des techniques cartographiques — souvent en lien avec les sujets de spécialistes d’autres sciences humaines27. Parmi ces thèmes, les plus prisés, les plus larges, mais aussi les plus prometteurs, concernent peut-être actuellement la notion de frontières, l’histoire des paysages28, mais aussi l’histoire et l’identité des territoires dont Dominique Guillemet s’est révélé être un spécialiste au cours des dernières années.

9Tant par ses méthodes que par ses objets, toute l’œuvre d’historien de Dominique Guillemet a des fondements géohistoriques. Ses différents axes de recherches ont, en effet, un très fort ancrage géographique : c’est, bien évidemment, le cas de ses travaux sur les sociétés littorales atlantiques, ainsi que de ses études plus récentes sur les migrations des populations du Centre-Ouest vers l’Amérique française. Cependant, il est surtout devenu, au cours de la dernière décennie, le spécialiste incontesté de l’histoire des territoires poitevins et charentais aux époques modernes, mais aussi contemporaines.

  • 29 Dominique Guillemet, Jean-Louis Nembrini, Gilles Bernard, Pour connaître la région Poitou-Charente (...)
  • 30 Dominique Guillemet, Jacques Peret, « Espaces, limites, frontières. Centre-Ouest français, Acadie  (...)
  • 31 En particulier : Bertrand Furet, Essai de cartographie de la généralité de Poitiers à la fin du xv (...)

10Dominique Guillemet est effectivement à l’initiative de travaux de géographie historique sur le Poitou-Charentes. Il a ainsi publié, dès 1994, un très bel ouvrage intitulé Pour connaître la région Poitou-Charentes dont l’intérêt dépasse largement le strict cadre universitaire29. Quelques années plus tard, il a dirigé un numéro des Cahiers du Gerhico sur « Espaces, limites, frontières. Centre-Ouest français, Acadie », dans lequel il est l’auteur d’un très important travail cartographique30. Dans le même temps, il a lancé — avec grand succès — de nombreux étudiants de maîtrise d’histoire moderne dans plusieurs entreprises de cartographies historiques des circonscriptions et des paysages du Centre-Ouest français des xviie et xviiie siècles31.

  • 32 Voir notamment : Dominique Guillemet et al., « Les Nouveaux territoires du Poitou-Charentes. Agglo (...)
  • 33 Dominique Guillemet et Jacques Peret (dir.), Les Sociétés littorales du Centre-Ouest Atlantique…, (...)
  • 34 Dominique Guillemet, « Les marais salants de l’Ouest français du xvie au xviiie siècle : recherche (...)
  • 35 Dominique Guillemet, « Fleuves, structuration de l’espace et identités entre Loire et Gironde : le (...)

11Toutefois, les principales études de Dominique Guillemet en géohistoire — celles, en tout cas, que l’on peut considérer comme les plus marquantes — ont trait à l’histoire des territoires « légitimes », c’est-à-dire avant tout politiques, administratifs et économiques, du Poitou et des pays charentais32. Il les a menées à la fois sur la longue durée (souvent de l’Antiquité à nos jours) et à plusieurs échelles différentes : celle de la province ou de la région, du département, du « pays », et enfin de la paroisse ou de la commune. Ses réflexions et ses conclusions sur ces espaces « emboîtés », dont il cherche toujours à déterminer l’identité, non seulement sont actuellement sans équivalent pour les « pays » compris entre la Loire et la Dordogne, mais peuvent aussi servir de point de départ à toute nouvelle étude géohistorique sur les autres grandes régions françaises. À côté de ces travaux de synthèse sur ces territoires picto-charentais, Dominique Guillemet s’est également intéressé à des espaces plus restreints et plus particuliers. On lui doit notamment de stimulantes contributions sur les littoraux charentais33, sur les marais salants de l’Ouest français34, mais aussi sur les bassins hydrographiques des fleuves de la Charente et de la Sèvre Niortaise35.

  • 36 Dominique Guillemet (dir.), Dictionnaire des communes et pays de la Vienne des origines à nos jour (...)

12Ce tour d’horizon de l’oeuvre géohistorique de Dominique Guillemet serait incomplet si l’on ne mentionnait pas l’un de ses tout derniers ouvrages : son Dictionnaire des communes et des pays de la Vienne36. Sans son abnégation, cette véritable encyclopédie des communes de la Vienne n’aurait très certainement jamais vu le jour. Ouvrage de grande érudition, mais aussi de réflexion sur l’histoire des « pays » et des communes du département de la Vienne, ce dictionnaire a toutes les chances de demeurer une référence indispensable pour toutes les études historiques à venir sur le Haut-Poitou. C’est dire sa grande qualité, comme d’ailleurs celle de toute l’œuvre de Dominique Guillemet dans ce domaine.

Les terres du Nouveau Monde

  • 37 Jacques-Paul Couturier, Un Passé composé. Le Canada de 1850 à nos jours, en collab. avec Wendy Joh (...)

13Le livre limpide et savant, fiable et alerte de Jacques-Paul Couturier sur l’histoire du Canada indique d’emblée que « l’histoire du pays et de ses habitants se compose d’innombrables fragments, chacun doté d’une vie propre37 ». Une fois singularisé, chaque territoire mériterait d’être étudié avec les outils de plus en plus complexes de la recherche en sciences humaines. Pour l’essentiel, ce sont les territoires francophones qui ont fait l’objet jusqu’à présent des curiosités, des recherches et des travaux. Dans cette perspective, il faut souligner que depuis de nombreuses années, les échanges se sont multipliés de part et d’autre de l’Atlantique. Chercheurs québécois, chercheurs acadiens, chercheurs francophones et chercheurs canadiens anglophones se sont penchés sur la France, ont scruté les populations, les activités économiques, les institutions, les dysfonctionnements, les conflits… Ils ont porté un regard neuf et de grande qualité sur la société française et ses régions. De la même manière, des chercheurs français, encore peu nombreux, ont placé au cœur de leur recherche la société de la Nouvelle-France puis le Canada dans son ensemble. Des colloques récents à Montréal et à Québec se sont attachés à la notion de régulation sociale ou à celle d’auxiliaires de justice, permettant de réunir des chercheurs venant d’horizons variés, chacun privilégiant son propre territoire de recherche, mais travaillant sur une problématique commune large. Mais il est impossible de rendre compte de manière détaillée du dynamisme des études, des collaborations qui se sont nouées ou sont en cours, des travaux réalisés et des apports de chacun. Contentons-nous de souligner que les démarches se sont mutuellement enrichies et qu’il est essentiel pour la recherche que les problématiques des uns, indépendamment de l’espace précis retenu, puissent féconder les autres. Toute la difficulté consiste à ne pas se contenter de juxtaposer des travaux, mais à les faire dialoguer. Les recherches futures, la pertinence des approches, la crédibilité scientifique des sciences humaines en dépendent aussi.

  • 38 Dean R. Louder et Éric Waddell (dir.), Du continent perdu à l’archipel retrouvé. Le Québec et l’Am (...)
  • 39 Daniel Hickey, « Partir en Amérique française aux xviie et xviiie siècles : un bilan historiograph (...)
  • 40 Jean-Paul Bernard, « L’historiographie canadienne récente (1964-1994) et l’histoire des peuples du (...)
  • 41 David Niget, Jeunesses populaires sous le regard de la justice. Naissance du tribunal pour enfants (...)

14Toutefois, pour des raisons évidentes, c’est le Grand-Ouest et les espaces canadiens francophones qui ont le plus retenu l’attention. Nombre de travaux ont porté sur la colonisation, les drames et la création de ce qui deviendra l’ » archipel francophone nord-américain38 » englobant Terre-Neuve, la vallée du Saint-Laurent, l’Acadie et la Louisiane. Récemment Daniel Hickey a montré, à partir d’un exemple circonscrit, que ce que l’on croyait bien connu s’avère plus complexe. Sa démonstration est celle d’un bilan historiographique des processus et mécanismes de la colonisation. Il souligne, avec d’autres, que l’histoire n’est pas linéaire et que le peuplement de la Nouvelle-France et de l’Acadie est « marqué par un aller-retour continu d’habitants, de colons et de marchands ; une double démarche qui les voit venir dans les colonies, mais aussi repartir vers la France39 ». Toutefois, il faut bien reconnaître que jusqu’à présent, l’histoire telle qu’elle est proposée aux lecteurs, est plus proche des « études séparées » que de l’histoire comparée. Sans doute existe-t-il plusieurs traditions historiographiques qui peuvent rendre difficile de travailler ensemble à la comparaison de territoires distincts. Il est vrai qu’il n’est pas aisé, même pour un chercheur confirmé, de maîtriser la production bibliographique d’un pays tout entier. Pour s’en convaincre, il suffit de consulter la présentation historiographique de Jean-Paul Bernard portant sur trois décennies40. Le plus souvent, malgré leur grande qualité, les thèses soutenues dans les universités s’attachent plus à l’étude d’un territoire qu’à l’analyse de lieux que l’on entend comparer ; mentionnons toutefois la thèse de David Niget qui est l’une des rares tentatives, brillamment réussie, de comparer deux espaces urbains41.

15Les premiers travaux de Dominique Guillemet ont porté sur l’Acadie. Il existait une tradition à l’université de Poitiers initiée par Jean Tarrade en 1982 qui reste aujourd’hui très vivante. Le centre de documentation est devenu depuis, avec la constitution d’un très important fonds documentaire, la plus importante bibliothèque d’Europe relative à l’Acadie et possède aussi une imposante bibliothèque québécoise. Les « territoires » du Poitou-Charentes semblaient convier les chercheurs à entreprendre des travaux dans deux grandes directions prises par la recherche historique d’aujourd’hui : la recherche mémorielle et la recherche patrimoniale. Ils semblaient aussi inviter le chercheur à entreprendre des recherches tournées vers l’Acadie non pas pour glorifier un passé révolu, mais pour comprendre les sociétés du passé et celles du xxie siècle. La « ligne acadienne » formée par une chaîne de 150 exploitations familiales qui s’étire d’Archigny à Saint-Pierre-de-Maillé, dans le département de la Vienne l’illustre. Le Greshum de l’université de Moncton et le Gerhico de l’université de Poitiers avaient décidé en 1995 de collaborer étroitement et de privilégier la question identitaire.

  • 42 Dominique Guillemet et Jacques Peret (dir.), « L’histoire des élites. Quelques approches française (...)
  • 43 Maurice Basque et Jacques-Paul Couturier, Les Territoires de l’identité. Perspectives acadiennes e (...)
  • 44 Matthew G. Hatvany, « L’origine de l’aboiteau acadien : pour une approche environnementale », dans (...)

16Il en a résulté trois publications importantes : la première sur les élites, la deuxième sur les espaces, limites et frontières42 et la dernière, en 2005, sur les territoires de l’identité43. Cette collaboration riche et amicale a bien montré toute l’importante des approches plurielles, de la vitalité de la recherche stimulée par les rencontres internationales et la nécessité de multiplier les travaux et les initiatives de ce type. Pour sa part, Dominique Guillemet avait réfléchi à la question de la longue durée des territoires. Il envisageait d’y revenir et de développer la notion d’échelles emboîtées aux sociétés francophones d’Amérique du Nord. Lors du colloque international sur les marais, il avait insisté pour que les marais nord-américains soient présents44.

  • 45 André Magord, L’Acadie plurielle. Dynamiques identitaires collectives et développement au sein des (...)
  • 46 Patrice Groult, Pièges de la mémoire. Dollard des Ormeaux, les Amérindiens et nous, Hull (Québec), (...)
  • 47 Voir aussi Daniel Francis, National Dreams : Myth, Memory, and Canadian History, Vancouver, Arsena (...)
  • 48 Pour prendre la mesure du contexte historiographique, voir en particulier les colloques organisés (...)

17En même temps, tandis qu’il approfondissait la réflexion sur les paysages, en particulier avec Joseph Le Floc’h, Dominique Guillemet prenait toute sa place au sein de l’Institut d’études acadiennes et québécoises et dans la préparation du grand colloque sur l’Acadie plurielle, dont les actes ont été publiés sous la direction d’André Magord45. Dans ce volume, dont il introduisait la première partie « Histoire des migrations et lieux de mémoire », Dominique Guillemet reprenant l’expression forgée par Adrien Bérudé « d’Acadie généalogique », donnait une contribution devenue presque immédiatement une référence classique : « Acadie généalogique et lieux de mémoire français », dans laquelle il dressait un bilan et une géographie des installations acadiennes en France. On y retrouve la problématique des lieux de mémoire définie par Pierre Nora, mais appliquée à une partie de l’ » archipel retrouvé », selon le titre d’un ouvrage collectif publié en 1983 par Dean R. Louder et Éric Waddel. Cette orientation de recherche prend une nouvelle dimension en 2004, avec le superbe Champlain ou les portes du Nouveau Monde. Cinq siècles d’échanges entre le Centre-Ouest français et l’Amérique du Nord conçu en compagnie de Mickaël Augeron. Il s’agit d’une réussite éditoriale et scientifique qui constitue une somme sur les territoires et les échanges de chaque côté de l’Atlantique que l’on suit de l’ » ouverture américaine » à l’héritage de Champlain, entre « mémoires et coopérations franco-américaines ». Dans une sous-partie stimulante, placée sous le signe de la « mémoire partagée » l’ouvrage aborde l’histoire mémorielle et les enjeux de mémoire. Dans un autre registre, le livre de Patrice Groulx qui s’était intéressé au territoire qui servit de cadre à la bataille du Long-Sault, où Dollard des Ormeaux trouva la mort en 1658, a bien montré tous les « pièges de la mémoire46 » à travers 250 récits de la bataille. Or Dominique Guillemet, avec virtuosité, montrait les enjeux mémoriels de la Nouvelle-France47. Nul doute que dans le cadre de l’IEAQ (Institut d’études acadiennes et québécoises) ou dans celui de l’AFEC (Association française d’études canadiennes), il eût poursuivi ses explorations et ouvert de nouveaux territoires à la recherche. Ces quelques perspectives dessinées à gros traits suffisent à souligner son apport essentiel à un moment particulier de dynamisme de la recherche et d’un tournant historiographique qu’il a contribué, en historien exigeant et convaincant, à infléchir48.

Notes

1 Martine Acerra, Rochefort et la construction navale française, 1661-1815, Paris, Librairie de l’Inde, 1993.

2 Michel Verge-Franceschi, Les Officiers généraux de la Marine Royale, Paris, Librairie de l’Inde, 1990.

3 André Zysberg, Les Galériens. Vie et destin de 60 000 forçats (1680-1748), Paris, éd. du Seuil, 1991.

4 Michel Mollat (dir.), Histoire des pêches maritimes en France, Toulouse, Privat, 1987.

5 Alain Cabantous, Dix mille marins face à l’Océan. Les populations maritimes de Dunkerque au Havre (1660-1794), Paris, Publisud, 1991 ; Le Ciel dans la mer. Christianisme et civilisation maritime (xvie-xixe siècle), Paris, Fayard, 1990 ; Les Côtes barbares. Pilleurs d’épaves et sociétés littorales en France (xviie-xixe siècle), Paris, Fayard, 1993.

6 Jean-Pierre Corlay, « Géographie sociale, géographie du littoral », Norois, n° 165, 1995.

7 Dominique Guillemet, Jacques Peret (dir.), Les Sociétés littorales du Centre-Ouest atlantique de la Préhistoire à nos jours, actes du colloque de Rochefort, 1995, Poitiers, MSAO, 1998.

8 François Chappé, Gérard Le Bouedec (dir.), Pouvoirs et littoraux du xve au xxe siècle, actes du colloque de Lorient, 1998, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2000.

9 Gérard Le Bouedec, Représentations et images du littoral, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998.

10 Gérard Le Bouedec (dir.), Entre terre et mer, sociétés littorales et pluriactivités (xve-xxe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004.

11 Alain Cabantous, André Lespagnol, Françoise Peron (dir.), Les Français, la terre et la mer, xiiie-xxe siècle, Paris, Fayard, 2005.

12 Dominique Guillemet, Insularité et archaïsme. Paysans et seigneurs à Belle-Île, 1600-1760, Poitiers, 1987.

13 Dominique Guillemet, Les Îles de l’Ouest de Bréhat à Oléron du Moyen Âge à la Révolution, La Crèche, Geste Éditions, 2000.

14 Dominique Guillemet, « Seigneuries insulaires du Ponant et monarchie (xvie-xviiie siècle) », dans Pouvoirs et littoraux (colloque de Lorient, 1998), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2000, p. 41-55.

15 Dominique Guillemet, « Littoral-frontière, littoral-interface : l’exemple du Centre-Ouest », dans Espace, limites, frontières, Centre-Ouest français-Acadie, Les Cahiers du GERHICO, n° 2, 2001, p. 29-46.

16 Dominique Guillemet et Jacques Peret (dir.), Aux rives de l’incertain. Histoire et représentation des marais occidentaux du Moyen Âge à nos jours, Paris, Somogy, 2002.

17 On trouvera un état de la recherche sur ce thème et ses méthodes dans Philippe Boulanger et Jean-René Trochet (dir.), Où en est la géographie historique ? Entre économie et culture, L’Harmattan, 2005.

18 Jacques Scheibling, Qu’est-ce que la géographie ?, Paris, 1994, p. 117-140.

19 Paul Vidal de La Blache, Atlas historique et géographique, Paris, 1894.

20 Voir en particulier : Lucien Febvre, La Terre et l’évolution humaine. Introduction géographique à l’histoire, Paris, 1922, rééd. 1970 ; Marc Bloch, Les Caractères originaux de l’histoire rurale française, Paris, 1931.

21 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 1949, 2vol.

22 Olivier Dumoulin, « Géographie historique/Géohistoire », dans André Burguiere (dir.), Dictionnaire de sciences historiques, Paris, 1986, p. 299-301.

23 Charles Higounet, « L’histoire géographique », dans Encyclopaedia Universalis, 2001 ; Charles Higounet, « Géohistoire », dans L’Histoire et ses méthodes, Paris, Galllimard, « Encyclopédie de la pléiade »,1961.

24 Au milieu des années 1980, Fernand Braudel fait d’ailleurs paraître, à la fin de sa vie, une grande synthèse géohistorique sur le territoire français : Fernand Braudel, L’Identité de la France, Paris, 1986-1987, 3 vol.

25 Dans l’œuvre géohistorique immense de Roger Dion, on retiendra ses deux synthèses : Les Frontières de la France, Paris, 1947 ; Histoire de la vigne et du vin en France des origines au xixe siècle, Paris, 1959.

26 On mentionnera la belle synthèse de Xavier de Planhol, Géographie historique de la France, Paris, 1988.

27 Jean-René Trochet, La Géographie historique de la France, Paris, 1997, p. 20-21.

28 Annie Antoine, Le Paysage de l’historien. Archéologie des bocages de l’Ouest de la France à l’époque moderne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002.

29 Dominique Guillemet, Jean-Louis Nembrini, Gilles Bernard, Pour connaître la région Poitou-Charentes. Histoire, Géographie, Éducation civique, CRDP Poitou-Charentes, 1994.

30 Dominique Guillemet, Jacques Peret, « Espaces, limites, frontières. Centre-Ouest français, Acadie », Cahiers du GERHICO, n° 2, 2002.

31 En particulier : Bertrand Furet, Essai de cartographie de la généralité de Poitiers à la fin du xviie siècle et au début du xviiie siècle, mémoire de maîtrise, Poitiers, 1996 ; D. Duperthuis, Essai de cartographie historique de la généralité de La Rochelle d’après le mémoire de l’intendant M. Bégon, mémoire de maîtrise, Poitiers, 1996 ; Frédéric Durdon, La Représentation des paysages du Poitou d’après la carte de Cassini, mémoire de maîtrise, Poitiers, 1997.

32 Voir notamment : Dominique Guillemet et al., « Les Nouveaux territoires du Poitou-Charentes. Agglomérations, pays, intercommunalités », Les Cahiers de l’IAAT, n° 3, 1999 ; Dominique Guillemet, « Pour une géohistoire des pays du Centre-Ouest atlantique avant la Révolution : problématique, indicateurs cartographiques, et Système d’Information Geo-Historique (SIGH) », Norois, 1999, n° 181, p. 21-38 ; Dominique Guillemet et Jacques Peret (dir.), « Pour une histoire des pays », Les Cahiers du GERHICO, n° 5, 2003 ; Dominique Guillemet, « Échelles de territoires de longue durée et identités emboîtées : paroisses et communes, pays, provinces… L’exemple du Centre- Ouest atlantique français », dans Maurice Basque et Jacques-Paul Couturier (dir.), Les Territoires de l’identité. Perspectives acadiennes et françaises xviie-xxe siècles, Université de Moncton, 2005, p. 111-130.

33 Dominique Guillemet et Jacques Peret (dir.), Les Sociétés littorales du Centre-Ouest Atlantique…, op.cit.

34 Dominique Guillemet, « Les marais salants de l’Ouest français du xvie au xviiie siècle : recherches récentes », dans Aux rives de l’incertain…, op. cit., p. 189-200.

35 Dominique Guillemet, « Fleuves, structuration de l’espace et identités entre Loire et Gironde : les exemples de la Charente et de la Sèvre Niortaise », dans Jacques-Guy Petit et André-Louis Sanguin (dir.), Les Fleuves de la France atlantique. Identités, espaces, représentations, mémoires, L’Harmattan, coll. « Géographie et Culture », 2001, p. 129-143.

36 Dominique Guillemet (dir.), Dictionnaire des communes et pays de la Vienne des origines à nos jours. Histoire, patrimoine, économie, La Crèche, Geste Éditions, 2004.

37 Jacques-Paul Couturier, Un Passé composé. Le Canada de 1850 à nos jours, en collab. avec Wendy Johnston et Réjean Ouellette, Moncton, Les Éditions d’Acadie, 1996, p. XI.

38 Dean R. Louder et Éric Waddell (dir.), Du continent perdu à l’archipel retrouvé. Le Québec et l’Amérique française, 1983.

39 Daniel Hickey, « Partir en Amérique française aux xviie et xviiie siècles : un bilan historiographique des processus et mécanismes de colonisation », dans André Magord (dir.), L’Acadie plurielle, Dynamiques identitaires collectives et développement au sein des réalités acadiennes, Moncton, Centre d’études acadiennes, 2003, p. 30-41.

40 Jean-Paul Bernard, « L’historiographie canadienne récente (1964-1994) et l’histoire des peuples du Canada », The Canadian Historical Review, vol. 76, n° 3 (septembre 1995), p. 321-353.

41 David Niget, Jeunesses populaires sous le regard de la justice. Naissance du tribunal pour enfants à Angers et Montréal (1912-1940), thèse de doctorat, Université d’Angers /Université du Québec (Montréal), 2005, 3 vol., 291 f°, 316 f° et 153 f°.

42 Dominique Guillemet et Jacques Peret (dir.), « L’histoire des élites. Quelques approches françaises et canadiennes », Les Cahiers du GERHICO, n° 1, septembre 2000, 137 p. ; « Espaces, limites, frontières. Centre-Ouest français, Acadie », Les Cahiers du GERHICO, n° 2, septembre 2001, 161 p.

43 Maurice Basque et Jacques-Paul Couturier, Les Territoires de l’identité. Perspectives acadiennes et françaises, xviie-xxe siècles, Moncton, Chaire d’études acadiennes, 2005, 236 p.

44 Matthew G. Hatvany, « L’origine de l’aboiteau acadien : pour une approche environnementale », dans Aux rives de l’incertain…, op. cit., p. 71-78.

45 André Magord, L’Acadie plurielle. Dynamiques identitaires collectives et développement au sein des réalités acadiennes, op. cit., 980 p.

46 Patrice Groult, Pièges de la mémoire. Dollard des Ormeaux, les Amérindiens et nous, Hull (Québec), Les Éditions Vents d’Ouest, 1998, 436 p.

47 Voir aussi Daniel Francis, National Dreams : Myth, Memory, and Canadian History, Vancouver, Arsenal Pulp Press, 1997.

48 Pour prendre la mesure du contexte historiographique, voir en particulier les colloques organisés par la commission franco-québécoise des lieux de mémoire : Poitiers-La Rochelle 2001 sur les migrations et Québec 2003 sur la construction de l’Amérique française.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540