Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Dominique Guillemet, l’historien

Jacques Péret

Texte intégral

Itinéraire

1Dominique Guillemet, professeur d’histoire moderne à l’université de Poitiers est décédé brutalement le 7 mars 2005 à l’âge de 53 ans à un moment où il donnait la pleine mesure de toutes ses capacités et où se dégageait de sa personne un rayonnement dépassant largement le cercle des historiens. Agrégé d’histoire en 1975, Dominique Guillemet honore la profession par son engagement pédagogique et éducatif dans les collèges où il a enseigné, quinze années qui n’ont jamais été pour lui un purgatoire en attendant l’entrée à l’université où il exerçait en même temps une charge de cours. Pour lui, enseigner à des collégiens ou à des étudiants relevait de la même démarche formatrice où la chaleur humaine, l’enthousiasme et la rigueur scientifique étaient indissociables. Parallèlement, sans jamais négliger ses élèves, sans décharge, il a mené à bien sous la direction de Jean Tarrade et d’Alain Croix, une remarquable thèse, soutenue en 1987, consacrée à Belle-Île-en-Mer, étude magistrale et originale d’une société rurale insulaire. Devenu maître de conférences à l’université de Poitiers à laquelle il est toujours resté fidèle, puis professeur en 2003, Dominique Guillemet a toujours su lier harmonieusement les passions de l’enseignement et de la recherche. Il a marqué des générations d’étudiants poitevins par sa générosité, sa tolérance, sa profonde honnêteté scientifique, son engagement d’historien aussi. Fervent partisan du travail d’équipe, que ce soit au sein du laboratoire GERHICO dont il a été un des membres fondateurs, de multiples colloques, ouvrages, programmes franco-canadiens qu’il a largement impulsés, il n’a jamais joué sa carte personnelle, mais toujours privilégié le collectif.

2Dominique Guillemet était un historien de terrain au sens large et au sens noble du terme. Il est toujours resté profondément attaché à sa terre natale d’Angoumois, à la Saintonge maritime de ses vacances, au Poitou terre de travail et de vie familiale, à la Bretagne et notamment Belle-Île, terre de recherches. C’est à partir des réalités concrètes, patrimoniales, paysagères, de la mémoire de l’histoire vécue encore aujourd’hui dans le quotidien, des réalités de la géo-politique contemporaine que Dominique Guillemet s’est construit son territoire de recherche et ses concepts en essayant toujours de lier passé et présent. Ses travaux sur les îles, le littoral, les pays du Poitou, puis la Nouvelle-France partent tous d’une connaissance et d’une pratique concrète du terrain, renvoient à ses racines personnelles mais ne versent jamais dans un régionalisme étroit. Sa région, ses « pays » constituaient autant de laboratoires vivants dont le champ venait de s’élargir vers les horizons atlantiques avec le Canada abordé autour des notions de lieux de mémoire et d’échanges dépassant la relation traditionnelle métropolitain-colon. Son approche à la fois théorique et pratique de l’usage des nouvelles technologies et de la cartographie historique, autre passion de Dominique Guillemet, constitue un double exemple de cette histoire collant aux réalités.

3Devenu un des tout meilleurs spécialistes des îles et des littoraux atlantiques, du concept de « maritimité », Dominique Guillemet avait développé récemment ses recherches avec un remarquable dynamisme dans plusieurs directions, témoignage de son ouverture d’esprit, de sa curiosité insatiable. Après l’organisation des territoires sur la longue durée, selon toute la gamme des échelles que Dominique Guillemet a su modéliser, véritable renouvellement de la géographie historique, l’histoire des paysages, avec le très beau colloque sur les marais européens, il s’était lancé avec enthousiasme dans l’aventure de la Nouvelle-France, d’une histoire repensée des échanges entre les deux rives de l’Atlantique, avec la première étape du magnifique ouvrage Champlain ou les portes du Nouveau Monde, poursuivi par la vaste enquête sur les lieux de mémoire de la Nouvelle-France saisis des deux côtés de l’Océan.

4Au cœur de tout un réseau de projets scientifiques trop tôt interrompus, Dominique Guillemet était aussi attaché à la notion de service public pas seulement dans les mots mais dans les faits. Il était devenu un homme clé du département d’histoire dont il venait juste de prendre la direction, de la faculté et de l’université comme chargé de mission à la recherche. Pour Dominique Guillemet le métier d’historien ne pouvait se dissocier d’une certaine vision du monde, de la société, d’un engagement citoyen contre toutes les intolérances et les injustices, portrait d’un humaniste.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540