Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Terres marines

 | 
Frédéric Chauvaud
, 
Jacques Péret

Dominique Guillemet : l’enseignant-chercheur

Jean-Pierre Gesson und Jean-Michel Passerault

Volltext

1Enseignant-chercheur : Dominique Guillemet revendiquait ce titre. Convaincu que la recherche doit nourrir l’enseignement, tout comme l’enseignement ne peut que susciter de nouvelles questions de recherche, il aura été un militant incessant de l’articulation enseignement-recherche, et de son organisation concrète. Y compris lorsqu’il enseignait dans le secondaire, son implication dans la recherche fut en effet constante ; et, depuis son intégration à l’université, il aura travaillé à encourager et à faciliter l’accès à la recherche pour les enseignants du secondaire.

2Dominique Guillemet, le chercheur, a inscrit son travail à l’université de Poitiers dans le Groupe d’études et de recherches historiques du Centre-Ouest atlantique (GERHICO). Ses travaux concernant le littoral et les îles de l’Ouest atlantique le conduiront assez naturellement à l’étude des liens privilégiés entre le Poitou-Charentes et l’Amérique du Nord (il était coresponsable de l’Institut d’études acadiennes et québécoises de l’université de Poitiers). Militant d’une histoire « humaine », son travail analysait non seulement les faits historiques, mais aussi la façon dont l’histoire traite des événements. Il portait un intérêt tout particulier à la mémoire « culturelle » de ces événements et à la manière dont elle contribue à construire des identités et des territoires. Ces approches l’amèneront en permanence à sortir de sa période historique de prédilection, et à dialoguer constamment avec d’autres disciplines.

3Dominique Guillemet, l’enseignant, a toujours eu un double souci : celui, naturel pour un universitaire, de former des historiens « spécialistes » ; celui, plus rare, de montrer aux non-historiens l’intérêt d’une mise en perspective historique de leur propre réflexion disciplinaire.

4Dominique Guillemet s’était mis au service de l’université. Il était en effet engagé sur tous les fronts : responsable du département d’histoire, assesseur chargé de la recherche à l’UFR Sciences humaines et arts, chargé de mission à la recherche par le président de l’université de Poitiers. C’était un engagement pour une université inscrite dans son territoire, participant pleinement au développement local. Il travaillait avec les collectivités territoriales, les institutions régionales de la culture et du patrimoine, convaincu que faire participer la recherche à la valorisation de la région en matière patrimoniale et culturelle, c’était aussi valoriser l’université et assurer la promotion de générations d’étudiant(e)s.

5Les très nombreux collègues avec lesquels il a collaboré se souviennent du chercheur et de l’ami. Ses étudiant(e)s se souviennent de l’homme, ouvert et disponible. Ses contributions à la recherche nous rappelleront son apport original. L’université de Poitiers lui exprime sa gratitude. Nul doute que ses collègues feront tout ce qu’il est possible pour honorer sa mémoire, poursuivre ses travaux et transmettre sa passion pour l’enseignement et la recherche.

Autoren

président de l’université de Poitiers
directeur de l’UFR Sciences humaines et arts

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540