Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et enfermements

 | 
Bernard Delpal
, 
Olivier Faure

Troisième partie. Enfermer pour redresser : marginaux et anormaux

Religieux et isolement des personnes handicapées : évolution des attitudes à l’égard des aveugles et des lépreux

Étienne Thévenin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Si le texte qui suit s’appuie sur deux exemples principaux, celui de l’institution des jeunes aveugles de Nancy, fondée en 1852 par un prêtre aidé de religieuses et celui du village de lépreux d’Adzopé, créé en 1942 par les sœurs de Notre Dame des Apôtres, largement soutenues par les fonds collectés par Raoul Follereau, il n’a pour objet de raconter d’une façon exhaustive l’histoire de ces deux institutions mais de fournir des pistes de recherche sur le thème des relations entre religion et enfermements.

Deux initiatives religieuses en faveur de personnes handicapées

  • 1 Citation figurant dans les brochures publiées lors de la fondation de l’institution. Archives dépa (...)

2L’Institution des jeunes aveugles de Nancy a été fondée par l’abbé Nicolas Gridel en 1852. Vicaire général et chanoine à Nancy, théologien ultramontain auteur de plusieurs livres, bien inséré dans la vie nancéienne, l’abbé Gridel est alors âgé de cinquante ans. Ému par le sort des aveugles qui mendient aux portes de la cathédrale, il veut aller au-delà des secours d’urgence et un projet germe en son esprit : « Ne pourrait-on pas instruire les jeunes aveugles et les occuper utilement à des travaux appropriés qui les mettent en état de gagner honnêtement leur vie1 ? » Avec l’aide de généreux donateurs, il acquiert un grand domaine à la limite de Nancy où il accueille des enfants aveugles d’âge scolaire. Les parents sont pour la plupart de condition très modeste.

  • 2 Chiffre donné par l’abbé Gridel lors de la fondation de l’institution nancéienne.

3On compterait alors en France trois mille enfants aveugles d’âge scolaire2. Deux cent quarante seulement sont scolarisés à Paris, dans l’institution fondée en 1784 par Valentin Haüy. Quelques-uns, dont les parents sont fortunés, bénéficient de l’enseignement d’un précepteur à domicile. Les autres, malgré la mise au point en 1829 de l’alphabet Braille, ne reçoivent aucun enseignement primaire. Les aveugles ne sont d’ailleurs pas concernés par l’obligation scolaire imposée plus tard par Jules Ferry et les ministères n’accordent aucune aide aux écoles pour aveugles, lesquelles doivent donc vivre de la générosité des donateurs privés et de leurs propres ressources. La vente des produits de la ferme attachée au domaine et quelques bourses de conseils généraux complètent les recettes de la « Maison des aveugles » de Nancy.

  • 3 Histoire de la congrégation des sœurs de la Charité de Saint-Charles de Nancy, Nancy, imprimerie c (...)

4Des sœurs de Saint-Charles assurent le bon fonctionnement de la maison et veillent aux jeunes enfants, tous pensionnaires. Cette congrégation a été fondée au xviie siècle3 et elle travaille auprès des malades et des déshérités de toutes sortes, à Nancy et au-delà. Les engagements caritatifs et sociaux de ces religieuses sont extrêmement divers. Elles demeurent durant près d’un siècle à l’institution car, le fondateur disparu, elles veillent à la pérennité de son oeuvre.

  • 4 Raoul Follereau, Sur les routes de la charité, Paris, Vitte, 1946, vol. 1.
  • 5 Ibid.
  • 6 Une brochure, déposée aux archives de la fondation Raoul Follereau Adzopé, ville de charité, relat (...)

5Le village des lépreux d’Adzopé, en Côte d’Ivoire, est créé en 1942 par les sœurs de Notre Dame des Apôtres. Fondée en 1876 à Lyon par le Révérend Père Planque, cette congrégation compte mille sept cents religieuses en 19464. Largement présentes en Afrique du Nord et en Afrique occidentale française, ces religieuses missionnaires accueillent, au début des années quarante, 27 000 élèves et assurent 3 600 000 consultations annuelles dans leurs dispensaires et leurs établissements5. Et c’est en 1940, à l’occasion d’un voyage en Afrique, que la supérieure générale, Mère Eugénia, découvre des centaines de lépreux relégués à l’île Désirée, sur une lagune à quatre heures d’Abidjan6. Hommes, femmes et enfants survivent sans soin, le corps mutilé et inexorablement rongé par le mal. Véritables morts en sursis, le désespoir les habite.

6La compassion à l’égard des lépreux n’est pas nouvelle dans les communautés chrétiennes. Dans les évangiles, Jésus guérit des lépreux. Le lépreux suscite des dévouements héroïques au Moyen Age et à l’époque moderne. En 1897, quand la supérieure des Franciscaines missionnaires de Marie demande six volontaires pour une léproserie en Birmanie où les malades sont atteints de formes de lèpre incurables et contagieuses, elle doit rapidement choisir parmi plus de mille candidates. Autre symbole, le Père Damien de Molokaï meurt en 1899 après avoir partagé la condition des lépreux les plus misérables.

  • 7 Brochure citée note 6.

7Malgré la guerre, les sœurs de Notre Dame des Apôtres, encouragées par Raoul Follereau, s’engagent donc dans la construction d’un village de lépreux à Adzopé, en Côte d’Ivoire, afin d’édifier une véritable cité des lépreux. Il ne s’agit pas d’installer une léproserie dans les murs d’une caserne ou d’une prison, mais de faire naître un petit village et même une petite ville avec son église, son hôpital, sa crèche, son école, son cinéma7. Chaque lépreux peut s’y déplacer librement et vivre comme une personne « normale ». Chaque famille dispose d’un petit pavillon et d’un jardin. Chacun apprend plusieurs métiers et peut vendre les objets de sa fabrication, pratiquer s’il le souhaite la danse et le théâtre, écouter la radio. Catholiques, protestants, animistes et musulmans se côtoient.

8Raoul Follereau prononce des milliers de conférences qui permettent de collecter les fonds nécessaires à la bonne marche des travaux. Cette sorte de « cité idéale » construite autour des exclus rappelle la démarche des jésuites au Paraguay au dix-huitième siècle. Ou encore celle d’Anne-Marie Javouhey et des sœurs de Saint-Joseph de Cluny en Guyane, en 1832.

Une volonté d’isolement

  • 8 L’expression est reprise dans les feuillets diffusés pour présenter l’institution.
  • 9 Charles-Auguste maxe, Mémoire sur l’institution des jeunes aveugles de Nancy, Nancy, Vagner, 1853 (...)

9Dans les deux projets, la volonté d’isolement est incontestable. La vie imposée aux enfants aveugles scolarisés à l’institution fait penser à celle d’un séminaire avec un règlement très strict, une surveillance de tous les instants, des contacts longtemps réduits avec le monde extérieur. Pour assurer la rigueur de la formation et donner des repères aux enfants et à leurs éducateurs, l’abbé Gridel construit des emplois du temps fort précis qui structurent la vie de la maison. « L’éducation est essentiellement religieuse, l’enseignement est intellectuel, musical et industriel8 », avertit le fondateur. Il s’agit de ne pas laisser à l’enfant le temps de s’attrister sur son sort mais d’occuper en permanence son esprit et ses mains. La succession de séances courtes mais intenses doit éviter la perte de concentration. La lecture de ces emplois du temps permet de mieux comprendre l’esprit de l’œuvre9.

  • 10 Ibid.
  • 11 Ibid.

10Rythmées au minimum d’heure en heure, voire au quart d’heure près, les journées sont très chargées. Offices, prières et temps spirituels occupent ainsi 2h30, la musique 3h30, la classe 3h15, les travaux manuels 1h30, l’étude une heure, les récréations 2 h 15, les repas, activités ménagères et diverses 2 h 30, le sommeil 7 h 30. Le jeudi après-midi, de 13 h 30 à 19 h 00, une grande promenade est prévue avec les surveillants. Même pour les dimanches et fêtes, l’emploi du temps est établi avec précision10. Le lever est tout aussi précoce. Les exercices religieux (messe, vêpres, prières, instruction religieuse et lectures pieuses) (3h30) suivent de peu les études et les classes qui sont loin de disparaître (4 h 45) et ne laissent qu’une très faible place au chant et aux récréations. Il est précisé aux familles que les élèves « seront visibles » de 12h30 à 13h30 les jours ordinaires et les dimanches et fêtes de 12h30 à 14h00 et après vêpres jusqu’à 17h0011. Les dimanches et fêtes, la chapelle est en outre ouverte au public pour l’assistance à la messe, aux vêpres et à la bénédiction donnée immédiatement après ce dernier office.

11De la sorte, en une semaine (168 heures), l’élève suit en moyenne 22h 45 de cours classiques, 19h 15 d’enseignement musical. Les activités spirituelles et religieuses occupent 18h 15, les travaux manuels 8h15, la grande promenade du jeudi 5h 30, les récréations 13h 30 (soit 19h 00 pour promenades et récréations). On constate que les activités religieuses, l’enseignement classique, la musique, les activités de plein air représentent un volume horaire comparable et que les activités manuelles sont bien représentées elles aussi. Offices non compris, les élèves suivent une soixantaine d’heures d’enseignement hebdomadaire, le régime de l’internat supprimant le temps consacré aux trajets du domicile à l’établissement. Pensionnaires, les élèves retournent dans leur famille une fois tous les trois mois seulement. Ils sont tous vêtus de la même façon afin de masquer les différences sociales et de renforcer l’esprit de communauté. Les enfants sont toujours placés sous la responsabilité d’un adulte, surveillant, enseignant ou directeur. Bien entendu le nombre d’élèves par classe est très réduit afin de permettre un meilleur apprentissage et des démarches plus personnalisées.

12Les familles et les visiteurs extérieurs ne disposent que de 9 h 30 par semaine, en dehors des périodes de vacances, pour rencontrer les enfants. Et encore leur faut-il se soumettre aux usages de la maison. Les articles trois et quatre du règlement intérieur sont des plus nets à cet égard :

  • 12 Charles-Auguste maxe, op. cit.

« Messieurs les étrangers, en présence des aveugles, professeurs ou élèves, sont priés instamment d’exclure de leur langage toute parole qui exprimerait la compassion et la pitié. Il est expressément interdit d’offrir de l’argent aux élèves ou professeurs. Les personnes qui désirent donner une preuve de leur intérêt à l’établissement peuvent déposer leurs offrandes au tronc de la chapelle ou entre les mains du directeur12. »

13Tout ce qui peut rappeler la mendicité est donc banni.

  • 13 Adzopé, ville de charité. Brochure citée note 6.

14Pour les lépreux, l’isolement n’est pas choisi par les religieuses, il est exigé par les réglementations sanitaires. En 1897, le congrès de léprologie de Berlin impose l’isolement des malades. Le village de lépreux d’Adzopé inquiète d’ailleurs les habitants du village le plus proche, situé à trois kilomètres. Ils obtiennent le déplacement des lépreux et il faut construire un autre village de lépreux, une quinzaine de kilomètres plus loin. Les religieuses se font conductrices de travaux, prennent les commandes des camions et des engins mécaniques les plus divers pour défricher un coin de forêt et y édifier les maisons. Les malades peuvent s’y installer en juillet 195013.

Regrouper pour « vivre comme les autres »

  • 14 Étienne Thévenin, Être aveugle en Lorraine, Nancy, PUN, 2002, chap. 6.
  • 15 Ibid.
  • 16 L’aveugle de l’Est, 1935, 3. [ADMM 69 J 5]
  • 17 Henri Pierre, La vie des aveugles, Paris, PUF, 1944.

15Mais le regroupement et l’isolement n’étaient-ils pas nécessaires pour permettre à ces personnes handicapées de vivre ensuite presque comme les autres ? Car ces lépreux et ces aveugles vivaient tous antérieurement des situations d’isolement, y compris au sein de leur propre famille. Ce qui change, c’est seulement la forme de l’isolement. Les communautés, en regroupant des personnes vivant des handicaps semblables, les conduisent à essayer de vivre un peu comme les autres malgré leur handicap : études, travail, pratique de l’art, loisirs (sport, TSF, cinéma), vie familiale ou amicale. C’est très net dans le village de lépreux, cela l’est un peu moins à l’institution des jeunes aveugles mais le séjour dans cette dernière est en principe provisoire. La scolarité des enfants y dure huit ans en moyenne, celle des adultes un an et demi. L’enfermement est perçu comme un moyen d’accéder à la société civile, d’y entrer. En 1930 par exemple, des élèves de l’institution des jeunes aveugles de Nancy suivent également des cours au Conservatoire et y passent les mêmes examens que leurs camarades non atteints de déficiences visuelles14. Deux ans plus tard, les premiers candidats aveugles passent le Certificat d’études. Ils composent en braille. Le meilleur d’entre eux, Pol Dracacci, est reçu second du canton, sur 420 candidats, et l’on compte trois aveugles parmi les cinquante premiers lauréats15. Concerts, kermesses, ventes artisanales, service de rempaillage des chaises permettent aussi de rencontrer la société environnante. Ses études terminées, l’aveugle doit en principe quitter l’établissement et, après avoir reçu un livret de caisse d’épargne16, exercer une profession. Les débouchés ne sont pas très nombreux cependant : organiste, professeur de musique, accordeur de pianos, téléphoniste, standardiste, sténodactylographe, massothérapeute. Les emplois industriels restent, pour les aveugles français, limités, alors qu’aux États-Unis les emplois répétitifs générés par le travail à la chaîne leur sont largement proposés17.

À contexte nouveau, attitude nouvelle

16L’isolement apparaît d’autant moins comme une fin en soi que, quand elles le peuvent, les communautés religieuses n’hésitent pas à y renoncer. L’isolement semble donc une mesure de circonstance imposée temporairement par une situation exceptionnelle.

  • 18 Jean Toulat, Raoul Follereau ou le baiser aux lépreux, Paris, Flammarion, 1993, p. 33-36
  • 19 Diverses brochures déposées aux archives de la fondation Raoul Follereau permettent de retracer l’ (...)

17Quand des médicaments, les sulfones, permettent de guérir les lépreux et que les médecins prouvent que la lèpre est très peu contagieuse, les religieuses relaient activement les appels de Raoul Follereau qui entend mettre fin à l’isolement et à la ségrégation dont sont victimes les lépreux et permettre qu’ils vivent « comme les autres » dans la société globale. L’internement obligatoire apparaît illogique, inefficace, dangereux et coûteux. En 1952, on dénombre cent vingt mille lépreux en Côte d’Ivoire. Si Adzopé compte désormais deux hôpitaux et une maternité, le dispensaire accueille 350 malades qui prennent consciencieusement leurs comprimés quotidiens. Religieuse et docteur en médecine, sœur Élisabeth-Julie dirige la cité18. Sa haute compétence médicale lui permet de régler efficacement la lutte contre la lèpre et pas seulement l’aide aux lépreux. Les malades sont invités à séjourner temporairement au centre, le temps d’y recevoir des soins spécialisés et adaptés à leur situation. Ils peuvent demeurer plusieurs mois à Adzopé, mais désormais l’essentiel repose sur l’action des équipes sanitaires mobiles et la formation des infirmiers. Ces derniers visitent les malades dans leur village et veillent à ce qu’ils prennent régulièrement leur traitement et suivent les prescriptions médicales. Des ateliers de prothèse et de rééducation manuelle aident les malades handicapés à se préparer à une nouvelle vie. Le 30 octobre 1968 Adzopé devient l’Institut national de la lèpre de Côte d’Ivoire19. Cet institut rayonne sur toute l’ancienne Afrique occidentale française. Il abrite des centres de recherche et de soins réputés, le recyclage de personnels soignants originaires de plusieurs pays y est assuré. Il est le point de départ d’importantes campagnes de dépistage.

18Le travail accompli durant la seconde moitié du vingtième siècle en faveur de l’intégration des jeunes aveugles va dans le même sens.

19Les sœurs de saint Charles restent jusqu’en 1952 à l’institution des jeunes aveugles de Nancy. Les sœurs de Marie Immaculée les remplacent jusqu’en 1975. Les unes comme les autres ne cherchent pas à se maintenir dans l’établissement envers et contre tout. Le passage de relais à un personnel laïc s’effectue progressivement et sans crise majeure. Cette évolution ne s’explique pas seulement par la baisse des vocations religieuses en France. Les religieuses redéploient leurs activités, dressent leurs priorités, prennent acte des évolutions de la société, constatent que l’intégration des aveugles dans la société globale est en marche et que leur présence auprès d’eux est devenue moins indispensable qu’elle ne l’était par un temps.

  • 20 Étienne Thevenin, op. cit., chap. 8.
  • 21 Ibid., chapitre 7.

20En effet les jeunes aveugles n’hésitent plus à poursuivre leurs études secondaires, à passer le baccalauréat, et même à s’engager dans les études supérieures20. La gamme des professions exercées par les aveugles s’élargit. Le scoutisme en extension a aussi permis, depuis le lendemain de la seconde guerre mondiale à Nancy21, à beaucoup de jeunes aveugles de passer en plein air une bonne partie de leur temps de loisir avec des jeunes de leur âge non atteints de déficiences visuelles.

Accompagnement ou alternative culturelle ?

21Comment peut-on caractériser la démarche commune à ces deux œuvres ? Faut-il parler d’accompagnement ou d’alternative culturelle ?

22Constatons d’abord que les sociétés modernes et contemporaines tendent spontanément à écarter les personnes différentes ou les groupes marginaux et à ériger des critères normatifs contraignants. Face à elles, les initiatives religieuses que nous venons de décrire semblent au départ aller à contre courant. Ces congrégations religieuses assurent une fonction de suppléance auprès de groupes abandonnés et oubliés par les pouvoirs publics et une fonction d’interpellation car elles refusent de se résigner à cette situation. Au nom de l’amour inconditionnel envers tous et au nom de l’égalité en dignité de toutes les personnes humaines, considérant que tout être humain a une valeur sacrée aux yeux de Dieu son créateur, ces communautés n’hésitent pas à prendre à contre-pied les logiques financières, sociales, politiques et familiales de leur époque. Elles prennent en compte l’homme au-delà de l’état de son corps, de ses aptitudes immédiates, de son intérêt économique, de ses perspectives d’avenir. Ces expériences montrent des communautés religieuses soucieuses de rencontrer la personne humaine au-delà de toutes ses détresses. Même si elles ne trouvent pas de solution concrète au malheur de ces déshérités, elles cherchent d’abord à être présentes auprès d’eux, à leurs côtés, et à vivre avec eux les réalités douloureuses de l’exclusion. Ensuite seulement il s’agit de trouver des voies nouvelles, de stimuler ou de soutenir les recherches de solutions. Ces congrégations travaillent à créer des situations et des réalités de vie qui préparent à un changement culturel et à une évolution des mentalités qui ouvrent la voie à une pratique sociale nouvelle et à des lois nouvelles. La lutte contre les peurs absurdes et les préjugés angoissants et la dédramatisation des problèmes relèvent de cette logique. Quand des solutions aussi satisfaisantes que possible ont été trouvées et que la société globale s’est décidée à prendre en compte les personnes initialement vulnérables, les congrégations ne tardent pas à se retirer. De semblables expériences nourrissent la réflexion du magistère sur les personnes handicapées et sa vision de la personne humaine. Dans son dialogue avec une société globale en voie de sécularisation, l’Église peut donc développer son enseignement en proposant une alternative culturelle qui s’appuie tout-à-la fois sur les mots de la prédication et sur les réalités vécues de ces expériences originales. L’expérience vécue auprès des personnes handicapées paraît moins une manifestation de reconquête du terrain social que le choix d’un terrain favorable pour faire évoluer la société tout en dialoguant avec elle.

23Les églises chrétiennes ont longtemps été presque seules à intervenir en faveur des personnes handicapées. La situation a changé au cours de la seconde moitié du vingtième siècle. L’actuelle floraison d’associations aussi nombreuses que diverses indique la multiplicité des sources d’inspiration de ceux qui interviennent désormais dans ce champ de l’action sociale. La tradition chrétienne rencontre la tradition solidariste laïque et, face à l’handiphobie subtile générée par certaines logiques financières ou technocratiques, des rapprochements culturels originaux sont envisageables.

24L’enfermement n’est donc pas une fin en soi. Si les réalités de l’environnement conduisent des communautés religieuses à y recourir, il s’agit le plus souvent d’une action de suppléance qui prend acte des carences des pouvoirs publics et des structures éducatives et sociales traditionnelles. Les exemples étudiés témoignent surtout de la démarche pragmatique de ces institutions et de ces communautés dont l’action s’inscrit dans la durée.

Notes

1 Citation figurant dans les brochures publiées lors de la fondation de l’institution. Archives départementales de Meurthe-et-Moselle (plus loin ADMM).

2 Chiffre donné par l’abbé Gridel lors de la fondation de l’institution nancéienne.

3 Histoire de la congrégation des sœurs de la Charité de Saint-Charles de Nancy, Nancy, imprimerie catholique Vagner, 5 vol., 1898-1952.

4 Raoul Follereau, Sur les routes de la charité, Paris, Vitte, 1946, vol. 1.

5 Ibid.

6 Une brochure, déposée aux archives de la fondation Raoul Follereau Adzopé, ville de charité, relate la genèse du projet et ses premiers temps.

7 Brochure citée note 6.

8 L’expression est reprise dans les feuillets diffusés pour présenter l’institution.

9 Charles-Auguste maxe, Mémoire sur l’institution des jeunes aveugles de Nancy, Nancy, Vagner, 1853 [ADMM 8° K II, 204/8].

10 Ibid.

11 Ibid.

12 Charles-Auguste maxe, op. cit.

13 Adzopé, ville de charité. Brochure citée note 6.

14 Étienne Thévenin, Être aveugle en Lorraine, Nancy, PUN, 2002, chap. 6.

15 Ibid.

16 L’aveugle de l’Est, 1935, 3. [ADMM 69 J 5]

17 Henri Pierre, La vie des aveugles, Paris, PUF, 1944.

18 Jean Toulat, Raoul Follereau ou le baiser aux lépreux, Paris, Flammarion, 1993, p. 33-36

19 Diverses brochures déposées aux archives de la fondation Raoul Follereau permettent de retracer l’évolution d’Adzopé.

20 Étienne Thevenin, op. cit., chap. 8.

21 Ibid., chapitre 7.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540