Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et enfermements

 | 
Bernard Delpal
, 
Olivier Faure

Troisième partie. Enfermer pour redresser : marginaux et anormaux

L’hospice des Quinze-Vingts durant le premier xixe siècle : dévotion et contrôle social

Zina Weygand

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Depuis la création de la clinique ophtalmologique en 1880, les Quinze-Vingts sont connus pour être un centre important de soins pour les yeux, alors qu’ils comportent toujours une résidence où sont logés environ deux cents aveugles de tous âges, vivant seuls ou en couples, avec ou sans enfants, dans des studios ou de petits appartements de type HLM.

2Durant le premier tiers du xixe siècle, ils n’étaient encore qu’un hospice où étaient accueillis, comme par le passé, 300 hommes et femmes aveugles indigents, originaires de l’ensemble du territoire national. À partir de la Restauration, l’administration de l’hospice, reprenant une tradition inaugurée à la fin de l’Ancien Régime, attribua également un certain nombre de pensions externes à des aveugles résidant en dehors de la Maison et postulant à une place d’internes… qu’ils attendaient parfois en vain, leur vie durant.

3Du fait de leur longue histoire, on peut trouver aux Quinze-Vingts – où sont conservées les archives de l’hospice depuis sa fondation au xiiie siècle – de nombreux dossiers d’aveugles postulants et admis à une place de membres internes, ou à une pension externe, au cours des siècles passés. On y trouve également toutes sortes de documents relatifs à la vie de l’établissement et de ses pensionnaires, qui font actuellement des Quinze-Vingts le plus riche dépôt d’archives concernant l’histoire des aveugles et de la cécité en France.

4En y travaillant voici plusieurs années pour préparer un mémoire de maîtrise sur les causes de la cécité et les soins oculaires en France au début du xixe siècle, j’y ai découvert par hasard un petit cahier manuscrit de quatre-vingt-trois pages de 21 sur 15 centimètres, non daté, enregistré sous la cote B115-6858. Cet opuscule, intitulé Réflections sur l’État Physique et moral des Aveugles par Mlle Adelle Husson, une jeune aveugle de Nanci [sic], est dédié à « Monsieur Lacroix Delasolette [sic] directeur général de l’hospice royale des Quinze-Vingts ». Son destinataire, dont le nom a été écorché par l’auteur, est en réalité le chevalier Jean-Marie de La Croix d’Azolette, frère de Nicolas-Augustin de La Croix d’Azolette, membre de la Congrégation, nommé vicaire général de l’évêque de Belley en 1823, après avoir été le supérieur des séminaires d’Alix et de l’Argentière, puis de la communauté des Chartreux de Lyon. Le chevalier de La Croix d’Azolette, ancien membre du Conseil général du Rhône, a été nommé aux fonctions de directeur général des Quinze-Vingts le 15 mai 1824 ; il prend sa retraite en décembre 1829. Les dates liminaires de son directorat, et certains renseignements sur la vie de l’auteur contenus dans le manuscrit lui-même, ou puisés ultérieurement à d’autres sources, m’ont permis de dater l’ouvrage inédit d’Adèle Husson de 1825. L’édition critique de ce document, décidée puis réalisée en collaboration avec une collègue américaine, Catherine J. Kudlick, m’a amenée à m’intéresser à l’histoire des Quinze-Vingts durant la vie d’Adèle Husson, née à Nancy le 4 février 1803, nommée pensionnaire externe de l’hospice à dater du 1er juillet 1825, et morte à l’Hôtel-Dieu de Paris le 30 mars 1831, après avoir épousé en 1826 un ancien élève de l’Institution royale des jeunes aveugles, Pierre François Victor Foucault, et avoir mené une courte carrière d’écrivain, soutenue par les milieux dévots légitimistes au pouvoir sous la Restauration.

5Durant les vingt-huit années qu’a duré la vie d’Adèle Husson femme Foucault, les deux seules institutions vouées aux aveugles en France étaient l’hospice des Quinze-Vingts – fondé par Saint Louis entre 1254 et 1260, pour trois cents ou « quinze-vingts » pauvres aveugles de la ville de Paris (et qui, par la suite a accueilli des aveugles indigents originaires de l’ensemble du royaume) – et l’Institution des jeunes aveugles, fondée à Paris en 1784-1785 par Valentin Haüy avec le soutien de la Société Philanthropique, et nationalisée en septembre 1791. Du Consulat à la fin de la Restauration, ces deux établissements, qui étaient placés directement sous la tutelle de l’État, ont connu bien des bouleversements, dus aux aléas de la vie politique. Observer l’évolution des Quinze-Vingts – auxquels, de 1801 à 1814 a été rattachée l’Institution des jeunes aveugles (devenue sous la Convention « Institut des Aveugles-travailleurs ») – revient donc à étudier les diverses modalités de l’enfermement des aveugles pauvres, sous un régime autoritaire laïc issu de la Révolution, puis sous un régime dont les éléments les plus « ultras » (au pouvoir de 1822 à 1827) prétendent restaurer l’alliance du trône et de l’autel.

Les Quinze-Vingts du Consulat à la « Restauration » de l’hôpital royal

6En février 1801, l’Institut des Aveugles-travailleurs est rattaché aux Quinze-Vingts et s’installe dans l’enceinte de l’hospice, rue de Charenton. L’administration des deux établissements réunis est confiée aux administrateurs de l’Institution des sourds-muets de Paris (créé en 1760 et nationalisée en 1791, comme celle des jeunes aveugles), et placée sous l’autorité du ministre de l’Intérieur.

7En février 1802, un an après la translation de son institut aux Quinze-Vingts, Valentin Haüy, qui en était resté le directeur et le premier instituteur pendant toute la période révolutionnaire, a été mis à la retraite anticipée par suite d’un profond désaccord avec son ministre de tutelle : il n’a en fait pas accepté que les objectifs éducatifs de son établissement soient sacrifiés à des impératifs d’ordre purement administratif et budgétaire. Il s’est replié sur son « Musée des aveugles », une petite école privée qu’il a fondée en 1801, et où il accueille des élèves payants, français et étrangers. En 1806, il partira en Russie à la demande du tsar Alexandre Ier, afin de créer une institution pour les aveugles à Saint-Pétersbourg.

  • 1 Archives XV-XX, B 106/6610, Ministère de l’Intérieur. Du 23 Ventôse an IX, Règlements pour l’organ (...)
  • 2 Ibid.

8Le règlement donné le 14 mars 1801 à l’établissement constitué par la réunion de l’hospice des Quinze-Vingts et de l’Institut des Aveugles travailleurs, a fixé à 420 « le nombre des aveugles admis dans cette maison1 ». Ils sont partagés en deux « classes » : l’une de 300 hommes et femmes âgés d’au moins vingt-et-un ans, qui peuvent occuper un logement particulier qu’ils partagent, le cas échéant, avec leur conjoint et leurs enfants ; l’autre, de 120 enfants, filles et garçons « depuis l’âge de sept ans jusqu’à seize2 », qui vivent en collectivité – tout en observant une rigoureuse séparation des sexes.

9Les adultes, ou « aveugles de première classe » qui habitent l’hospice, sont appelés « membres internes » ; ils reçoivent un habillement (renouvelable tous les deux ans), une ration journalière de pain et de viande, du bois de chauffage, et une rétribution en numéraire de 33 centimes par jour (ce qui équivaut au total à un prix de journée de 90 centimes). Les femmes et les enfants d’aveugles résidant à l’hospice reçoivent une ration journalière de pain. Si un aveugle admis à la première classe préfère rester à son domicile, plutôt que de venir loger à l’hospice, il peut y toucher la rétribution de 33 centimes par jour, mais il perd les autres bénéfices de son admission. Ceux qui choisissent cette solution sont appelés « membres externes ». En revanche, le budget de 150 000 francs alloué par l’État à la Maison nationale des aveugles (hospice et Institut des jeunes aveugles réunis), n’a pas permis de rétablir les pensions externes créées en 1783 par le cardinal de Rohan – alors Grand Aumônier de France, et à ce titre, supérieur général des Quinze-Vingts – pensions qui ont été supprimées en l’an IV (1795-1796) à cause de la chute du papier-monnaie. Sous le Consulat et l’Empire, il n’y a donc pas de « pensionnaires externes » des Quinze-Vingts.

10Enfin, le règlement du 14 mars 1801 prévoit la mise au travail des aveugles de première et de seconde classes, dans des ateliers créés à cet effet dans l’enceinte de l’établissement. À l’instar des enfants aveugles, les enfants voyants des membres internes de l’hospice âgés de plus de sept ans et de moins de douze sont tenus de travailler à l’atelier de filature de laine. L’enseignement élémentaire dispensé aux enfants aveugles et voyants est réduit à deux heures par jour.

  • 3 Archives XV-XX, Registre des délibérations de l’administration des Quinze-Vingts, séance du 27 mar (...)

11Les choses commencent à changer à partir de 1806 ; en effet, l’échec des manufactures incite l’administration à adopter, le 27 mars 1806 un nouveau règlement sur la « distribution des heures d’études, de travaux et de récréations3 ». Il prévoit davantage d’heures d’étude et de musique, et l’on recrute, parmi les grands élèves, un certain nombre de répétiteurs qui enseigneront les plus jeunes. Ce regain d’intérêt pour l’enseignement général et musical n’est pas né seulement des circonstances. Il est dû également à la personnalité de Paul Seignette, nommé agent général de l’établissement le 4 septembre 1802 – et qui reste en poste aux Quinze-Vingts jusqu’à sa retraite, en mars 1824. Les souvenirs de Jean-François Galliod, un ancien élève de Valentin Haüy devenu membre interne de l’hospice en 1801, et nommé maître de musique des jeunes aveugles par Paul Seignette en 1806, témoignent de l’intérêt de ce dernier pour les jeunes aveugles :

  • 4 Jean-François Galliod, Notice historique sur l’établissement des jeunes aveugles. Imprimé aux 15=2 (...)

« Monsieur Seignette, aux soins duquel on doit la restauration de l’établissement des jeunes aveugles, et à qui le règlement, en sa qualité d’agent général, donnait la surveillance sur tout, venait les visiter fréquemment, encourageait toutes les branches d’instruction, animait par sa présence les élèves à l’étude et souvent il les aidait de ses conseils4. »

12C’est pourtant la Restauration de la monarchie qui va véritablement bouleverser le cours des choses pour les aveugles adultes membres de l’hospice, comme pour les élèves de l’Institut des Aveugles-travailleurs.

13Le 3 mai 1814, Louis XVIII fait son entrée solennelle à Paris.

  • 5 Délibération, 9 décembre 1814.

14Le 9 décembre suivant, le plus vénérable des prélats anti-concordataires, Monseigneur de Talleyrand-Périgord, archevêque-duc de Rheims, Premier pair et Grand aumônier de France, vient « prendre possession des droits du Grand Aumônier sur l’hôpital Royal des Quinze-Vingts et exercer ses fonctions de Supérieur général et immédiat dudit Établissement5 ». Il donne aux administrateurs, Mathieu de Montmorency, l’abbé Sicard

  • 6 Id., 25 janvier 1815.
  • 7 Id., 9 décembre 1814.
  • 8 Ibid.

15– directeur de l’Institut national des sourds-muets de Paris – Garnier, Malus et de Gérando, le titre de « gouverneurs-administrateurs », qui datait de l’administration du cardinal de Rohan ; par ailleurs, il porte leur nombre de cinq à six en y ajoutant Monseigneur de Quélen, vicaire général de la Grande aumônerie, qui sera bientôt chargé de le remplacer « en toutes ses fonctions à l’hôpital en cas d’absence6 ». Monsieur Seignette, agent général devient « directeur général et secrétaire de l’administration7 ». Comme cela se pratiquait sous l’Ancien Régime, au moment de leur prise de fonction, les gouverneurs-administrateurs et le directeur général sont invités à prêter serment sur les Saints Évangiles. Enfin, « l’exercice des fonctions de Monseigneur le Grand Aumônier faisant cesser la surveillance attribuée précédemment au ministre de l’Intérieur sur l’hôpital, Son Excellence Monseigneur a promis d’écrire au ministre pour l’instruire de sa prise de possession8 ».

  • 9 Délibération, 25 janvier 1830.

16Le ton est donné ; la Révolution et l’Empire sont effacés : les Quinze-Vingts, fondés par saint Louis, figure tutélaire de la monarchie française, sont « restaurés » comme la monarchie elle-même. De ce fait, ils retrouvent les 250 000 francs de rente annuelle qui leur étaient dus sur le Trésor public depuis la vente de l’Enclos de la rue Saint-Honoré par le cardinal de Rohan en 1780. Cette restitution, mise dans un premier temps à la charge de la Liste civile, permet à l’administration d’augmenter régulièrement le traitement journalier des membres internes et externes de l’hôpital. Elle lui permet également de rétablir, à partir du 1er janvier 1815, le versement de pensions externes d’un montant de 150 francs à cent aveugles pensionnaires du 14 mars 1783. Le nombre de ces pensions ne cesse de croître par la suite : ainsi, en avril 1830, est-il porté à 400, avec la perspective « d’arriver dans quelques années à remplir complètement les vues bienfaisantes du Roi, consignées dans l’arrêt du 14 mars 17839 ». Le « règlement économique » approuvé par le Grand aumônier le 17 février 1815, prévoit par ailleurs la distribution quotidienne de pain blanc aux membres internes de l’hospice ; la fourniture d’un habillement complet, tous les deux ans pour les hommes, tous les ans pour les femmes, et la distribution de bois à brûler tous les ans. Comme par le passé, les membres externes bénéficient d’une rétribution en numéraire, à l’exclusion de tout autre avantage.

17Bien entendu, l’église des Quinze-Vingts, qui depuis 1809 héberge la succursale Saint-Antoine, retrouve ses fonctions de « chapelle de l’hôpital royal » ; dès le 29 décembre 1814, on y célèbre une messe solennelle d’actions de grâce, suivie d’un Te Deum à deux chœurs, exécuté par plus de cinquante aveugles dirigés par Jean-François Galliod, qui sera bientôt promu maître de chapelle des Quinze-Vingts. Du fait de l’interruption des Cent Jours, il faut attendre le mois de décembre 1815 pour qu’une ordonnance du Grand aumônier rétablisse la charge de « Chefecier » de l’hôpital royal des Quinze-Vingts, et attache deux autres ecclésiastiques au service spirituel de l’hôpital. À partir de mars 1816, une somme annuelle de 20 000 francs est affectée, sur le budget de l’hospice, aux dépenses de la chapelle. Durant toute la Restauration, un certain nombre d’offices solennels animés par l’orchestre et le chœur des aveugles, dirigés par Galliod, se déroulent dans l’église des Quinze-Vingts, parfois en présence de membres de la famille royale.

  • 10 Archives I.N.J.A., manuscrit non coté, Jean-François Galliod, Note sur l’Etablissement des Jeunes (...)

18Pour ce qui concerne l’Institut des jeunes aveugles, un ancien médecin militaire, le docteur Sébastien Guillié, en a été nommé « instituteur en chef » le 21 avril 1814, en remplacement de Louis Bertrand, un homme modeste, congréganiste de la première heure et, il faut bien le dire, piètre pédagogue. Dans ces souvenirs, Galliod relate l’événement en ces termes : « M. Bertrand, 1er instituteur, est décédé le 4 mars 1814 ; il a été regretté par une partie de ses élèves ; il le fut davantage quand on connut M.Guillié10. »

  • 11 Délibération, 22 février 1815.
  • 12 Ibid.

19Le docteur Guillié, qui est un homme autoritaire et ambitieux, n’a de cesse d’obtenir la séparation de l’Institut des jeunes aveugles de l’hospice. De leur côté, les Quinze-Vingts, qui viennent de recouvrer leur autonomie administrative et financière par rapport au ministère de l’Intérieur, n’ont que faire de la charge budgétaire que représente pour eux les jeunes aveugles. Aussi, le 8 février 1815, une ordonnance dont l’exécution, entravée par les Cent Jours, n’est effective qu’un an plus tard, prescrit « des mesures pour la translation des Jeunes Aveugles dans un local étranger à l’hôpital11 ». Par ailleurs, cette même ordonnance « remet cet établissement d’instruction sous la surveillance du ministre de l’Intérieur12 ». Le 20 février 1816, les jeunes aveugles quittent donc la rue de Charenton pour aller s’installer 68 rue Saint-Victor, dans l’ancien collège des Bons enfants devenu au xviiie siècle le séminaire Saint-Firmin, situé dans l’un des quartiers les plus pauvres et les plus insalubres de la capitale. Parmi eux se trouve Pierre-François-Victor Foucault, le futur époux d’Adèle Husson, alors âgé de dix-neuf ans…

Les Quinze-Vingts sous la Restauration

20Tandis que les jeunes aveugles déménagent, la vie s’organise aux Quinze-Vingts selon le règlement du 17 février 1815, dans des conditions généralement meilleures que sous l’Empire. Malheureusement, les choses changent après le décès du cardinal de Talleyrand-Périgord et l’avènement du Prince de Croÿ, évêque de Strasbourg et Grand aumônier de France, qui, selon la formule consacrée, « prend possession de l’hôpital royal des Quinze-Vingts » le 27 novembre 1821.

  • 13 Guillaume de Bertier de Sauvigny, Au soir de la Monarchie. La Restauration, Paris, Flammarion, 195 (...)

21Gustave Maximilien Juste, Prince de Croÿ, est au sens propre du terme un « prince de l’Église ». Dans son ouvrage sur la Restauration, Guillaume de Bertier de Sauvigny cite comme « un cas extrême » parmi les prélats de la Restauration choisis dans l’ancienne noblesse et tout dévoués à la monarchie, le cardinal-prince de Croÿ « qui, pour ses tournées pastorales, se déplace avec deux voitures, dix chevaux, six domestiques pour son service et celui de son vicaire général, lui-même [chevauchant] en tête du cortège, sur un cheval blanc aux buffleteries rouges, escorté de deux gendarmes13 ».

22En arrivant aux Quinze-Vingts, le prince-évêque (qui n’est pas encore cardinal), annonce la nomination de l’abbé Feutrier, vicaire général de la Grande aumônerie, comme gouverneur-administrateur, pour succéder à l’abbé de Quélen, nommé archevêque de Paris. En décembre 1822, l’abbé Feutrier est remplacé à son tour par l’abbé Jean-Marie de La Mennais, auquel succédera en juillet 1824 l’abbé Pierre Perreau, Grand aumônier des Chevaliers de la Foi – dont le doyen des gouverneurs-administrateurs de l’hôpital, Mathieu de Montmorency, est le Grand maître.

23Sous l’autorité du Prince de Croÿ, qui devient membre de la Congrégation à l’instar de ses vicaires généraux, en 1822, le contrôle social exercé sur les aveugles par l’administration de l’hospice, se renforce.

24Tout d’abord, les conditions d’admission aux Quinze-Vingts deviennent beaucoup plus draconiennes qu’auparavant, notamment en ce qui concerne l’exigence de cécité complète et incurable ; on organise même des visites médicales des membres résidant à l’hospice, pour détecter ceux qui ne seraient pas complètement aveugles. Celles-ci aboutissent au renvoi de quelques uns d’entre eux, décision pour le moins arbitraire étant donné l’absence à cette époque de moyens techniques d’évaluation de l’acuité et du champ visuels. Cette procédure se renouvelle pourtant cinq ans plus tard.

  • 14 Délibération, 1er décembre 1823.

25Par ailleurs, aux conditions d’admissibilité prescrites sous le Consulat et l’Empire, s’est ajoutée, depuis le retour du Grand aumônier, la nécessité de produire un certificat de catholicité – comme cela se pratiquait sous l’Ancien Régime. Dans le même ordre d’idées, les membres internes font l’objet d’une surveillance accrue concernant leur moralité et leur pratique religieuse et, le 1er décembre 1823, « Son Altesse Monseigneur annonce qu’il sera fait une mission dans le cours du mois prochain pour les aveugles de l’hôpital ; elle en attend les plus grands avantages, et elle l’a jugée nécessaire, d’après ce qu’a souffert la religion dans les tems qui viennent de s’écouler14 ».

  • 15 Id., 31 juillet 1824.
  • 16 Les Quinze-Vingts. Notes et Documents, recueillis par Feu l’Abbé J.-H.-R. Prompsault. Coordonnés, (...)
  • 17 Archives XV-XX, B 107/6685, rapport confidentiel du Chevalier de La Croix d’Azolette au Grand Aumô (...)
  • 18 Ibid.
  • 19 Délibération, 14 novembre 1832.

26Le 15 mai 1824, le Chevalier de la Croix d’Azolette est nommé officiellement directeur général de l’hôpital avec effet rétroactif au 1er mars, en remplacement de Paul Seignette, « forcé de se retirer pour causes d’infirmités15 ». Le nouveau directeur – que l’abbé Prompsault qualifiera plus tard « d’honnête homme incapable16 » – entre parfaitement dans les vues du Grand aumônier, de son vicaire général et des autres gouverneurs-administrateurs (en particulier de Mathieu de Montmorency et d’Alexis de Noailles, nommé en 1822), pour ce qui concerne l’œuvre de reconquête catholique entreprise au sein de l’hôpital. Ainsi, dans un rapport confidentiel au Grand aumônier du 30 juin 1824, dénonce-t-il la présence de « deux ou trois familles protestantes dans notre Saint azile […] infraction manifeste aux règlements de Saint Louis17 » et suggère-t-il de « faire placer ailleurs […] ces religionnaires [dont] la présence […] dans notre Maison est pernicieuse à l’établissement18 » Soit dit en passant, la référence à saint Louis, récurrente dans le discours des administrateurs des Quinze-Vingts à cette époque, frise ici le ridicule par son anachronisme par rapport aux faits dénoncés… Quoi qu’il en soit, en novembre 1832, un aveugle protestant – et par ailleurs franc-maçon – Daniel Heilmann, témoigne effectivement de ce qu’il a dû sortir de l’hospice « du temps de la Grande aumônerie […] ayant préféré faire le sacrifice de son intérêt plutôt que de se soumettre à une abjuration19 ».

  • 20 Id., 28 novembre 1825.
  • 21 Ibid.

27En novembre 1825, La Croix d’Azolette alerte le Conseil, cette fois au sujet de deux ménages dont il a à se plaindre « sur le rapport des mœurs ». Toutefois, pour ce qui concerne le second de ces deux ménages, composé du père, de la mère (qui mendient et s’enivrent) et de deux enfants, il insiste particulièrement sur l’absence de pratique religieuse des parents et du fils aîné, âgé de seize ans : en effet, ce dernier « n’a pas encore fait sa première communion ! Il travaille en ville, chez son maître, les fêtes et dimanches, ne sait pas un mot de religion, et les parents comme le fils ne mettent jamais les pieds à la chapelle ». Le directeur général s’inquiète donc auprès de l’administration de la conduite à tenir « envers de pareils gens, qui déshonorent la maison20 ». Le Conseil arrête que les époux Houzé et leur fils aîné seront réprimandés et menacés d’expulsion. À charge pour le fils « d’être très exacts à suivre les catéchismes et instructions21 ».

  • 22 Délibération, 21 février 1825, Arrêté de l’administration « sur le pain, le vêtement et les secour (...)
  • 23 Id., 10 janvier 1825.
  • 24 Archives XV-XX, B 107/6685, rapport confidentiel du Chevalier de La Croix d’Azolette au Grand Aumô (...)

28Entre temps, pour porter à la perfection son œuvre de contrôle social, le 10 janvier 1825, l’administration a décidé d’imposer un uniforme aux aveugles internes, auxquels on fournissait jusqu’alors tous les deux ans le tissu nécessaire pour la confection d’un habillement, qu’ils faisaient réaliser à leur gré. Cet uniforme – que les aveugles devront porter lorsqu’ils se rendront à la chapelle ou dans les bureaux de l’administration, et lorsqu’ils sortiront de l’Enclos – sera constitué « pour les hommes, [d’] une redingote, gilet et pantalon en drap d’Elbœuf gris de fer, avec collet et parement bleu de Roi, boutons en cuivre portant une fleur de lys avec les chiffres 15=20 ; pour les femmes, [d’] une robe de toile peinte, ceinture bleue avec la fleur de lys22 ». Cette réforme, qui suscite une grande résistance de la part des intéressés, répond clairement à un objectif de « police des individus » : « surveiller facilement les aveugles des deux sexes, en ville comme dans l’intérieur de l’enclos23 ». En fait, les administrateurs sont particulièrement soucieux d’empêcher les aveugles de se livrer à la mendicité ou d’exercer en ville les activités dénoncées par La Croix d’Azolette dans son rapport confidentiel au Grand aumônier de juin 1824 : « Aller jouer dans les bals et bastringues ; chanter ou vendre des chansons dans les rues et sur les places publiques [chansons presque toutes contraires aux bonnes mœurs, comme il est précisé dans un autre rapport] ; […] donner la bonne aventure, faire tirer les cartes, etc.24. »

  • 25 Délibération, 28 février 1825, « Tableau des divers arts et métiers exercés par les habitants de l (...)

29D’ailleurs, l’administration songe à prévenir ce type d’activités, qu’elle juge illicites et dégradantes - mais qui persistent néanmoins – en incitant les aveugles au travail ; aussi fait-elle dresser un « État des divers arts et métiers exercés par les habitants de la Maison, soit aveugles, soit voyants25 », dont pourront s’inspirer les aveugles qui souhaiteraient compléter le traitement journalier que leur verse l’hôpital par l’exercice d’une occupation lucrative. Cette enquête, réalisée par la direction des Quinze-Vingts et présentée lors d’une réunion de l’administration du 28 février 1825, a le mérite de nous donner une idée de quelques métiers jugés compatibles avec la cécité, au début du xixe siècle. Elle nous permet également de comprendre quelles étaient les activités considérées comme « convenables » par les administrateurs des Quinze-Vingts comme des métiers, alors même qu’elles ne nécessitaient parfois aucune qualification particulière comme : « tourneurs de roue [de rémouleurs] » (12 recensés) ; « souffleur d’orgue » (1 recensé) ; « sonneur » (1) ; « porteurs d’eau » (2) ; « crocheteur » (1) ; et… « donneuse d’eau bénite » (1). Aux autres aveugles exerçant diverses professions, allant de l’enseignement à l’empaillage de chaises en passant par la musique, s’ajoutent quelques membres de l’hospice tenant boutique dans l’enceinte de l’hôpital, comme cela s’est toujours pratiqué depuis le Moyen Âge, du fait des franchises fiscales dont bénéficiait l’enclos des Quinze-Vingts. Au total l’administration a recensé soixante-huit aveugles « travaillant ou débitant » sur « deux cent vingt cinq membres présents à l’hospice » en février 1825 (parmi lesquels quinze sont à l’infirmerie, donc hors d’état de travailler). Pour des raisons que nous pouvons facilement deviner, l’enquête n’a pas touché les 75 membres aveugles résidant en province, ce qui nous prive de renseignements précieux sur le mode de vie des membres externes de l’hospice.

  • 26 Id. Séance du 6 mai 1826.

30Les activités recensées, dont certaines sont des métiers de « gagne petit », peuvent effectivement servir d’appoint à un certain nombre d’aveugles logés et chauffés par les Quinze-Vingts, qui leur fournissent en outre leur ration quotidienne de pain, et une petite rétribution journalière en numéraire ; en revanche, elles ne leur permettraient pas de vivre sans le secours de l’institution. Quoi qu’il en soit, et malgré les efforts de l’administration pour inciter les aveugles au travail – elle prévoit par exemple de faire l’avance, à ceux qui le désireraient, de la somme indispensable à l’apprentissage d’un métier ou à l’acquisition des « ustensiles nécessaires » –, le Conseil déplore à plusieurs reprises le fait « que certains membres, au mépris des règlements sur la mendicité, se permettent encore de déshonorer de cette manière la Maison royale où ils reçoivent l’hospitalité26 ». Les menaces de punitions – dont la plus sévère, pour les multi-récidivistes, est l’expulsion définitive de l’hospice – semblent sans effet sur les récalcitrants.

31Le souci de contrôle social que révèlent enquêtes et contraintes de toutes sortes imposées aux aveugles sous le « gouvernement » du cardinal-prince de Croÿ, se manifeste encore par une décision du 21 février 1825 chargeant chacun des gouverneurs d’effectuer au moins une fois par mois pendant trois mois, « une visite générale de l’hôpital », puis de rendre compte à chaque séance du Conseil

  • 27 Id. Séance du 21 février 1825.

« des observations qu’il aura été apporté à faire : sur la discipline et le bon ordre de la Maison, sur les besoins des Aveugles, sur le service des diverses fournitures, sur le Régime de l’Infirmerie, sur la conduite des employés dela Maison, sur le travail, sur les Écoles [il s’agit bien entendu – puisque les jeunes aveugles ont quitté la Maison - des écoles où sont éduqués les enfants voyants des membres aveugles], et en général sur toutes les branches de l’Établissement27 ».

  • 28 Id. Séance du 6 mai 1826.
  • 29 Ibid.
  • 30 Ibid.

32Je terminerai ce rapide aperçu des diverses modalités de l’emprise exercée par les élites catholiques sur les Quinze-Vingts sous la Restauration, par l’évocation d’un épisode de la vie de l’hospice à cette époque qui révèle, me semble-t-il, l’importance symbolique que pouvait revêtir pour ces élites leur participation à l’administration de la Maison des aveugles. Il s’agit de l’hommage rendu par les administrateurs, le personnel et les membres des Quinze-Vingts aux restes « de très haut et très illustre Seigneur, Mathieu Félicité, duc de Montmorency » le jour de ses funérailles28. En effet, « à la première nouvelle de la mort du doyen des gouverneurs-administrateurs de l’antique fondation de Saint Louis » (qui s’était produite, rappelons le, le Vendredi Saint 24 mars 1826), les autres administrateurs ont fait demander à sa famille « par le canal de Monsieur l’abbé Perreau, qu’elle daignât permettre qu’une députation de vingt-quatre de nos plus anciens aveugles fût conduite par l’autorité civile et ecclésiastique de la Maison au pied de ce Grand Montmorency, pour jetter [sic] l’eau sainte sur son cercueil29 ». Cette première demande accordée, les administrateurs se sont enhardis jusqu’à solliciter « de l’illustre famille l’insigne faveur que le char funèbre chargé de tant d’illustrations s’arrêtât quelques instants à l’entrée de la Maison de Saint Louis30 ».

33Voici comment le rapporteur de cet événement mémorable relate les faits, lors de la séance de l’administration des Quinze-Vingts du 6 mai 1826 :

  • 31 Ibid.

« […] Cette noble, cette silencieuse, longue et pieuse marche funèbre s’est arrêtée devant le portique de notre hôtel, où l’attendaient Messieurs les Ecclésiastiques et fonctionnaires de la maison, ainsi que le plus grand nombre des aveugles des deux sexes, réunis aux deux écoles. De quel sentiment, Monseigneur et Messieurs, n’avons nous pas été émus dans ce terrible moment ! honorés de ses visites, comblés de ses bienfaits pendant sa vie, l’illustre baron ne pouvant plus nous voir a voulu encore que nous le vissions ! Ce cercueil entouré de tout ce que la capitale renfermoit d’âmes pieuses, grandes et illustres, précédé des députations des pauvres de la Grande Cité, sembloit nous dire : “Vous me fûtes bien chers, vénérables aveugles de Saint Louis, j’ai fait pour adoucir votre sort pendant vingt-six ans tout ce qu’un bon et loyal gouverneur doit faire ; je ne puis plus rien mais en retour priez pour mon âme…”. De suite un De Profundis a été exécuté en faux bourdon par les chantres et les musiciens à la porte de l’hôtel, l’eau bénite jettée (sic) sur le cercueil au nom de toute la maison par l’autorité ecclésiastique et civile du lieu, après quoi le cortège a repris et continué sa lente et imposante marche jusqu’au cimetière de Picpus31. »

34Le rapporteur ajoute qu’une députation de la maison avait participé le matin au service divin célébré à Saint-Thomas-d’Aquin et avait assisté l’après-midi à l’inhumation au cimetière de Picpus.

35À la lecture de ce compte rendu – où les Quinze-Vingts ne sont jamais désignés qu’en référence à leur fondateur : « l’antique fondation de Saint Louis » ; « la Maison de Saint Louis », tandis que les aveugles eux-mêmes deviennent les « vénérables aveugles de Saint Louis » – on comprend que pour ces hommes d’œuvres, partisans de la restauration d’un ordre ancien dont Saint Louis était la figure emblématique, être administrateurs d’une « maison d’hospitalité » due à un tel fondateur devait être considéré comme un honneur insigne qui revêtait, pour les plus dévots d’entre eux : un Montmorency ; un Noailles ; un Rivière, le caractère d’une mission. Que leur sollicitude envers ceux dont ils avaient la charge se soit traduite par des mesures dont certaines revêtaient un caractère coercitif difficilement supportable pour les intéressés, est une autre affaire.

  • 32 Les Quinze-Vingts. Notes et Documentsop. cit., p. 113.
  • 33 Ibid., p. 114.

36Quoi qu’il en soit, leurs velléités de reconquête religieuse et moralisatrice sont balayées par la Révolution de Juillet. Les Quinze-Vingts, « lieu de mémoire » des légitimistes, sont en effet placés par le nouveau régime sous la tutelle du ministre de l’Intérieur qui, le 2 octobre, nomme Jean-Denis Cochin (membre du Conseil des Hospices depuis 1829) administrateur provisoire de l’hospice. Le 20 novembre, Cochin installe dans ses fonctions Monsieur James Antoine Hippolyte Chabaud-Latour, nommé directeur par décision du ministre de l’Intérieur en date du 25 octobre, en remplacement de Nicolas François Hamel de la Barre, démissionnaire. (La Croix d’Azolette, nous l’avons signalé au début de cet exposé, avait pris sa retraite en décembre 1829). Chabaud-Latour, « un calviniste dont le fils était attaché au Duc d’Orléans32 », ayant presque immédiatement été mis en congé pour raison de santé, Monsieur Joseph Simon-Durant, un architecte d’origine nîmoise, « veuf d’une femme appartenant à la religion réformée33 », est nommé directeur par intérim le 1er décembre 1830. Un luthérien, Monsieur Schlumberger, nommé trésorier de l’hôpital le 22 octobre 1830, commence à y exercer ses fonctions le 1er janvier 1831.

  • 34 Délibération, 18 août 1831.

37Par arrêté du ministre du Commerce et des Travaux Publics du 16 mai 1831, la chapelle de l’hospice des Quinze-Vingts est supprimée à dater du 1er juin, et conséquemment, par arrêté du 2 juin, « l’abbé Prompsault, ancien deuxième chapelain des Quinze-Vingts [et futur historien de l’hôpital] est nommé aumônier de cet hospice à dater du 1er juin 183134 ».

  • 35 Les Quinze-Vingts. Notes et Documents…

38Dans ses Notes sur les Quinze-Vingts, dont le caractère polémique ne fait aucun doute, l’abbé Prompsault ne manquera pas de souligner « la singularité du fait produit par le nouveau régime politique, par suite duquel un établissement entièrement catholique, établi par un saint roi et doté par la piété des catholiques, fut confié à la direction d’un calviniste secondé par un quasi-calviniste, et d’un luthérien35 ».

Notes

1 Archives XV-XX, B 106/6610, Ministère de l’Intérieur. Du 23 Ventôse an IX, Règlements pour l’organisation de cet hospice, chapitre 2 : « Nombre, secours, et régime des aveugles. »

2 Ibid.

3 Archives XV-XX, Registre des délibérations de l’administration des Quinze-Vingts, séance du 27 mars 106, « Règlement pour les jeunes aveugles ». Par la suite, les références aux délibérations apparaissent sous la forme Délibérations, suivie de la date de la séance.

4 Jean-François Galliod, Notice historique sur l’établissement des jeunes aveugles. Imprimé aux 15=20 par M. Galliod, ancien élève de feu M. Haüy, inventeur des procédés employés pour l’éducation des aveugles, Paris, 1828, Imprimé en relief, p. 16-17.

5 Délibération, 9 décembre 1814.

6 Id., 25 janvier 1815.

7 Id., 9 décembre 1814.

8 Ibid.

9 Délibération, 25 janvier 1830.

10 Archives I.N.J.A., manuscrit non coté, Jean-François Galliod, Note sur l’Etablissement des Jeunes Aveugles réunis aux Quinze-Vingts en 1801, adressée à M. Haüy, à son retour en France, par M. Gailliod [sic] son ancien élève, maître de musique des Quinze-Vingts, s.d. [1817], p. 2.

11 Délibération, 22 février 1815.

12 Ibid.

13 Guillaume de Bertier de Sauvigny, Au soir de la Monarchie. La Restauration, Paris, Flammarion, 1955, p. 306 (3e éd.).

14 Délibération, 1er décembre 1823.

15 Id., 31 juillet 1824.

16 Les Quinze-Vingts. Notes et Documents, recueillis par Feu l’Abbé J.-H.-R. Prompsault. Coordonnés, rédigés et édités par son frère M. l’Abbé J.-L. Prompsault, Paris, Victor Sarlit, Libraire. Carpentras, Imprimerie de E. Rolland, 1863, p. 113.

17 Archives XV-XX, B 107/6685, rapport confidentiel du Chevalier de La Croix d’Azolette au Grand Aumônier, 30 juin 1824, (brouillon manuscrit).

18 Ibid.

19 Délibération, 14 novembre 1832.

20 Id., 28 novembre 1825.

21 Ibid.

22 Délibération, 21 février 1825, Arrêté de l’administration « sur le pain, le vêtement et les secours », article 5.

23 Id., 10 janvier 1825.

24 Archives XV-XX, B 107/6685, rapport confidentiel du Chevalier de La Croix d’Azolette au Grand Aumônier, 30 juin 1824.

25 Délibération, 28 février 1825, « Tableau des divers arts et métiers exercés par les habitants de la Maison ».

26 Id. Séance du 6 mai 1826.

27 Id. Séance du 21 février 1825.

28 Id. Séance du 6 mai 1826.

29 Ibid.

30 Ibid.

31 Ibid.

32 Les Quinze-Vingts. Notes et Documentsop. cit., p. 113.

33 Ibid., p. 114.

34 Délibération, 18 août 1831.

35 Les Quinze-Vingts. Notes et Documents…

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540