Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et enfermements

 | 
Bernard Delpal
, 
Olivier Faure

Deuxième partie. Enfermer pour soigner

Servir Dieu, servir les fous. Les religieuses dans les asiles d’aliénés au xixe siècle

Olivier Bonnet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Claude Langlois, Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au (...)
  • 2 Jacques Léonard, « Femmes, religion et médecine : les religieuses qui soignent », in Jacques Léona (...)
  • 3 Olivier Faure, « Les religieuses hospitalières entre médecine et religion en France au xixe siècle (...)
  • 4 Claude Langlois, « Les religieuses hospitalières 1760-1820 », Atlas de la Révolution française, to (...)

1Au xixe siècle, la présence et l’activité des religieuses dans les hôpitaux est un fait déjà bien connu grâce, entre autres, aux travaux de Claude Langlois1 Jacques Léonard2 et Olivier Faure3, Les congrégations à supérieure générale ont une suprématie dans le domaine hospitalier, suprématie qui s’affirme au lendemain de la Révolution et qui reste incontestée, sauf à Paris, durant tout le xixe siècle4. Mais qu’en est-il dans les hôpitaux particuliers que sont les asiles d’aliénés ?

  • 5 Jean-Etienne-Dominique Esquirol, Des maladies mentales, Paris, Baillière, 1838 (réédition Frénésie (...)
  • 6 Constans, Lunier, Dumesnil, Rapport général à Monsieur le Ministre de l’Intérieur sur le service d (...)

2Nous essaierons, dans un premier temps, de rechercher, de façon globale, la présence de communautés religieuses auprès des aliénés au xixe siècle à partir de deux documents : le recueil du célèbre aliéniste Esquirol Des maladies mentales5, publié en 1838, fruit de quarante années d’études et d’observations, et le Rapport sur le service des aliénés en 18746, rédigé par les inspecteurs généraux du service, les docteurs Constans, Lunier et Dumesnil. Ces deux documents permettent de faire non seulement le point sur l’assistance aux aliénés au moment du vote de la loi fondamentale de 1838, qui règle pour plus d’un siècle l’internement des malades mentaux en France, mais aussi sur l’application de cette loi une quarantaine d’années plus tard. Mais ils permettent également de rechercher la présence religieuse auprès des aliénés : était-elle importante, a-t-elle été remise en cause par la loi ? Cette loi de 1838 permet l’existence d’asiles privés qui appartiennent le plus souvent à des congrégations religieuses. Aussi tenterons-nous de montrer, avec l’exemple de la congrégation Sainte-Marie de l’Assomption, l’implantation de ces asiles, leur développement et le rôle qui y est dévolu à la religion au xixe siècle.

Les religieuses dans les asiles d’aliénés au xixe siècle

Avant la loi de 1838

  • 7 Claude Quétel, « La question du renferment des insensés », in Jacques Postel et Claude Quétel (dir (...)
  • 8 Ibid., p. 111-112.
  • 9 Claude Langlois, « Les religieuses hospitalières en France », op.cit., p. 36.

3La présence religieuse auprès des aliénés s’inscrit dans une tradition déjà ancienne. Il suffit de rechercher les institutions d’enfermement des insensés pour la trouver. Ainsi, sous l’Ancien Régime, les sœurs hospitalières sont actives dans les hôpitaux généraux, qui retiennent dans des loges des insensés. Ces derniers ne représentent que 5 à 10 % de la population de ces hôpitaux, et même moins en province7, le plus souvent par manque de place. Aussi le pouvoir royal crée-t-il de nouveaux lieux d’enfermement, les maisons de force, pour prendre le relais des hôpitaux généraux. Il encourage les communautés religieuses à recevoir dans leurs maisons, moyennant pension, des correctionnaires. Les insensés constituent une part assez importante de cette population enfermée : environ 20 %. À la fin du xviiie siècle, près des deux tiers des 500 à 600 maisons de force du royaume sont des communautés religieuses8. Si certaines n’admettent qu’un petit nombre d’aliénés, voire aucun, d’autres se spécialisent peu à peu dans l’accueil de cette population. C’est par exemple le cas de la maison de Charenton, tenue par les frères de la Charité, celle du Bon Sauveur à Caen, deux congrégations qui poursuivent cette œuvre au xixe siècle. Ces structures d’enfermement des malades mentaux, qu’il faudrait compléter avec les dépôts de mendicité à partir de 1767, sont remises en cause lors de la Révolution française, non seulement parce qu’il est mis fin au mode normal d’internement des insensés, les lettres de cachet, mais aussi parce que les congrégations religieuses sont supprimées en 1792. En provoquant la disparition des maisons de force sans leur substituer de structures nouvelles, en bouleversant le fonctionnement des hôpitaux9, la Révolution fait naître une période de confusion dans la prise en charge des aliénés, confusion qui se prolonge bien au-delà, jusqu’au vote de la loi du 30 juin 1838. En 1818, le témoignage de Jean-Étienne-Dominique Esquirol, médecin à La Salpêtrière, illustre cette situation. À la suite d’une vaste enquête qui l’a conduit à visiter tous les départements de France, il publie un mémoire sur les établissements consacrés aux aliénés. La description qu’il fait de leur sort est désormais célèbre :

  • 10 Jean-Etienne-Dominique Esquirol, « Des établissements consacrés aux aliénés en France et des moyen (...)

« Je les ai vus nus, couverts de haillons, n’ayant que la paille pour se garantir de la froide humidité du pavé sur lequel ils sont étendus. Je les ai vus grossièrement nourris, privés d’air pour respirer, d’eau pour étancher leur soif, et des choses les plus nécessaires à la vie10. »

  • 11 Ibid. p. 136 : ces établissements sont situés à Armentières (Nord), Avignon (Vaucluse), Bordeaux ( (...)
  • 12 Olivier Faure, op.cit., p. 57.
  • 13 Jean-Etienne-Dominique Esquirol, « Des maisons d’aliénés », op. cit., tome 2, p. 151-201.
  • 14 Claude Langlois, « Le catholicisme au féminin », Archives des sciences sociales des religions, 198 (...)

4Il n’y a à cette époque que 8 établissements spéciaux qui les reçoivent exclusivement11. De façon officielle, les autres sont enfermés dans 33 hôpitaux généraux,12 dépôts de mendicité et 9 prisons. Il faudrait ajouter à cette liste tous les autres lieux de placement, non reconnus officiellement, que sont les petits hôpitaux, les hospices, les autres dépôts de mendicité ou prisons dans lesquels les aliénés sont ainsi confondus avec d’autres populations recluses, celles des indigents, des infirmes, des filles publiques, des prisonniers, quand ils ne sont pas abandonnés au vagabondage dans les campagnes. Si Esquirol, dans ce texte, ne fait aucune référence à la présence de religieux ou de religieuses auprès des aliénés, on peut cependant, raisonnablement, établir celle des sœurs hospitalières présentes dans les hôpitaux. Olivier Faure a signalé, pour une date un peu plus tardive, que l’écrasante majorité des établissements sont desservis par des religieuses : seulement 80 hôpitaux desservis par des laïcs en 1864 sur les 1 500 établissements hospitaliers du pays 12. Vingt ans plus tard, en 1838, Esquirol, devenu médecin-chef de la Maison royale de Charenton, présente brièvement les 22 principaux établissements de France qui reçoivent des aliénés13. Il signale la présence de religieuses dans 15 d’entre eux, sans toujours indiquer le nom de la congrégation. Parmi celles qui sont citées, nous relevons les sœurs de la Charité à Toulouse, Aurillac, Rennes, Le Mans, celles du Bon Sauveur à Caen et à Albi, les sœurs de Saint-Laurent à Poitiers, celles de Saint-Charles à Maréville (Nancy) et enfin les dames de Nevers à Bordeaux. Son approche n’est pas exhaustive puisqu’il ne parle pas des maisons privées, dirigées par des religieuses, maisons repérées par Claude Langlois qui signale que « dès le début du xixe siècle, [les congrégations] avaient ouvert des centres de soins pour les aliénés14 ».

Une présence contestée lors du vote de la loi de 1838

5Cette présence religieuse auprès des aliénés, comme soignantes ou comme propriétaires de maisons spécialisées, provoque un débat animé tant dans le milieu médical que dans le monde politique.

  • 15 Cité par Jan Goldstein, Consoler et classifier. L’essor de la psychiatrie française, Le Plessis-Ro (...)
  • 16 Ibid., p. 287.
  • 17 Cité par Marcel Jaeger dans Garder, surveiller, soigner. Essai d’histoire de la profession d’infir (...)
  • 18 Olivier Faure, op.cit., p. 54.
  • 19 Jacques Léonard, op.cit., p. 45.

6Les médecins se réfèrent le plus souvent au célèbre aliéniste Philippe Pinel qui, dans son Traité, a écrit que la religion est le « moyen le plus sûr de perpétuer l’aliénation ou même de la rendre incurable15 ». Trois questions font particulièrement l’objet de leurs débats. Tout d’abord, la religion est décriée comme pouvant être la cause de certaines maladies mentales, les « folies religieuses » que sont les manies ou les mélancolies à thèmes religieux. Puis, c’est le rôle de la religion dans le traitement de la maladie mentale qui est mis en cause. Bien que les pratiques de consolation, d’encouragement, de raisonnement des aliénés par les religieuses se rapprochent du traitement moral des aliénistes, il est reproché aux sacrements religieux d’abaisser le moral des malades, et ainsi d’aggraver leur état. Le premier inspecteur général du service des aliénés, le docteur Ferrus, demandait, par exemple, l’interdiction à l’asile des services et images religieuses craignant que cela n’augmente le délire des maniaques religieux16. Enfin la présence de religieuses en tant que personnel médical est également critiquée. Le même Ferrus est pour le bannissement des religieuses, jugeant que leur présence occasionne « plus d’inconvénients que d’avantages17 ». Un de ces inconvénients est la contestation du pouvoir médical à l’intérieur même de l’asile. Comme le signale Olivier Faure, les religieuses imposent très vite leur marque sur les hôpitaux qu’elles desservent18 tandis que Jacques Léonard a pu parler d’un véritable « despotisme » des religieuses au sein des hôpitaux, au détriment de l’autorité morale des médecins19. Cependant, tous les aliénistes ne partagent pas cette opinion. Esquirol, par exemple, dénonce fortement le personnel laïc en charge des aliénés :

  • 20 Jean-Etienne-Dominique Esquirol, « Des maisons d’aliénés », op.cit., p. 197.

« Ils sont livrés à des geôliers, à des guichetiers durs, barbares et ignorants. [...] Quel sentiment de bienveillance peut-on espérer d’hommes grossiers, qui ne voient dans un aliéné qu’un être malfaisant, dangereux et nuisible ? Ils ne connaissent, pour les conduire, pour les contenir, pour les ramener au calme, que les injures, les menaces, la terreur, les coups et les chaînes20. »

  • 21 Ibid., p. 40.

7Il fait par contre l’éloge du personnel religieux : « Ces malheureux malades trouvent dans ces respectables sœurs désintéressement, bienveillance et charité ; qui, mieux qu’elles, peut offrir des garanties de zèle et de dévouement, de patience et de douceur21 ? »

  • 22 Claude Quétel, La loi de 1838 sur les aliénés, tome 1, L’élaboration, Paris, Frénésie Éditions, 19 (...)
  • 23 Jan Goldstein, op.cit., p. 388.

8La question devient politique lors de l’élaboration de la loi de 1838. La discussion du texte s’étale sur 18 mois, du 6 janvier 1837 au 14 juin 1838. Les parlementaires débattent longuement sur la forme qu’ils souhaitent donner au système d’asiles d’aliénés dont ils veulent doter le pays ? Certains, partisans de la centralisation, veulent que ce soit l’État qui crée et dirige ces asiles. D’autres désirent la création d’asiles départementaux partout. Mais un tel projet pose inévitablement la question de son financement. Afin de laisser un temps suffisamment long aux départements pour réaliser les constructions nécessaires, une solution provisoire est envisagée : laisser la possibilité aux départements de traiter avec des asiles religieux pour une période maximale de 10 ans. Mais cela condamne automatiquement, immédiatement ou à terme, ces asiles religieux. Aussi de longues séances voient s’opposer les partisans et les adversaires des établissements privés22. Les arguments avancés par les différents camps reprennent les propos des aliénistes. On retrouve chez les partisans de l’idéal laïc des idées proches de celles de Ferrus : « dans les établissements appartenant aux congrégations, on pourrait craindre qu’une direction exclusivement religieuse ne fût donnée à l’esprit des malades et ne nuisit à leur guérison23. » D’autres sont plus proches des idées d’Esquirol ou de Falret :

  • 24 Ibid.

« Dans une maladie pour la guérison de laquelle les moyens moraux sont reconnus si efficaces, les secours de l’art ne peuvent que trouver de puissants auxiliaires dans les soins qu’inspire la charité chrétienne. Le dévouement religieux commande tour à tour la fermeté et la douceur nécessaires à la direction d’une maison de fous24. »

  • 25 Claude Quétel, La loi de 1838…, op.cit., tome 2, p. 15.
  • 26 Jan Goldstein, op.cit., p. 396.

9La loi de 1838, dans son premier article, met fin à la confusion des lieux d’internement des aliénés puisque « chaque département est tenu d’avoir un établissement public spécialement destiné à recevoir et soigner les aliénés25 ». Cette loi sonne-t-elle le glas des maisons privées religieuses ? Non puisque le même premier article précise que chaque département, faute d’avoir son asile public, est tenu de « traiter avec un établissement public ou privé, soit de ce département, soit d’un autre département ». La majorité des parlementaires, en fin de compte, a jugé qu’il était inutile de créer un système d’asiles d’aliénés exclusivement publics et, considérant que l’existence des asiles religieux était un fait accompli, a adopté une solution encourageant le secteur public et ménageant le secteur privé. Quel poids représentent alors les asiles religieux, asile religieux défini comme étant « un asile possédé, administré et muni de personnel par une congrégation religieuse26 » ?

La présence de religieuses dans les asiles d’aliénés après la loi de 1838

  • 27 Ibid., p. 396-397.

10En 1842, quatre ans après le vote de la loi, on compte 13 asiles privés faisant fonction d’établissements publics, mais desservant au total 30 départements27. Ils sont dirigés par sept communautés religieuses : sœurs de Saint-Joseph de Bourg, sœurs de Saint-Joseph de Cluny, sœurs du Bon-Sauveur de Caen, sœurs du Bon-Sauveur de Saint-Lô, sœurs de Saint-Charles, sœurs et frères de Sainte-Marie de l’Assomption et les frères de Saint-Jean de Dieu (voir en annexe 1 la liste des départements desservis).

  • 28 Constans et alii, op.cit., p. 76.
  • 29 Ibid., p. 169.
  • 30 Marcel Jaeger, op.cit., p. 45.
  • 31 Constans et alii, p. 490.
  • 32 Ibid., p. 169.

11Quels sont les résultats de l’application de la loi de 1838 une quarantaine d’années plus tard ? En 1874, on est encore loin de trouver un asile public dans chaque département. La France compte alors 46 établissements publics consacrés aux aliénés : un relève de l’État, la maison de Charenton, 38 relèvent des départements et 7 ont une existence propre. Le complément du service public est assuré par 18 quartiers d’hospice et par 18 asiles privés. Parmi ces 18 asiles privés, 16 appartiennent à des communautés religieuses28 (voir la carte en annexe 2). Pour être complet, il faudrait prendre en compte les 22 maisons de santé privées mais elles ne jouent pas un rôle d’asile public car elles n’accueillent pas d’indigents. La présence religieuse, que ce soit dans les asiles publics ou dans les quartiers d’hospice, est très importante. Elle concerne 40 asiles sur 46 et la totalité des 16 quartiers d’hospice. À l’exception de l’asile d’Yzeure, près de Moulins, et de celui d’Auxerre, la direction du service économique et du service intérieur de la section des femmes est confiée à des religieuses. Ce sont également des sœurs qui ont en charge le service économique de la section des hommes, à Cadillac, alors que dans les trois autres asiles spéciaux d’hommes, ce sont des laïcs29. Ce quasi monopole des religieuses est facilité par la très grande médiocrité du personnel laïc. D’abord parce qu’il n’existe pas de corps spécial de surveillants d’asile comme il a pu en être créé un pour les surveillants de prisons, ni d’écoles d’infirmiers (ères) d’asile. Il faudra attendre l’action de l’aliéniste Bourneville, qui, après avoir obtenu la laïcisation de l’Assistance publique à Paris, établit, en tant que membre du conseil municipal de Paris, deux écoles « municipales » d’infirmières en 1878, l’une à La Salpêtrière, l’autre à Bicêtre30. Les inspecteurs généraux de 1874 émettent des critiques très vives à l’encontre de ce personnel laïc, que ce soient les hommes ou les femmes. Non seulement leur recrutement est difficile car l’emploi est pénible, repoussant, mal payé, mais il est surtout mauvais car réalisé dans « le rebut de la domesticité31 ». Ces inspecteurs reconnaissent que lorsque les établissements publics ont tenté de laïciser leur personnel, ils y ont rapidement renoncé après en avoir reconnu tous les inconvénients : « L’expérience ne permet pas de conserver de doute à cet égard32. »

  • 33 Ibid., p. 175.

12Les principales congrégations hospitalières qui sont simplement prestataires de service dans les asiles publics ou dans les quartiers d’hospice réservés aux aliénés sont les sœurs Augustines de Liège à la maison nationale de Charenton33, les sœurs grises, dites de la Sagesse, les sœurs de la Charité de Saint-Vincent de Paul, les Dames de Nevers, les sœurs Saint-Paul de Chartres (la liste complète est en annexe 3).

  • 34 Ibid., p. 150-152.

13Dans les asiles privés, on trouve des congrégations hospitalières plus spécialisées qui possèdent en propre les oeuvres qu’elles dirigent : les dames de Saint-Joseph de Bourg, les sœurs de Saint-Joseph de Cluny, les dames du Bon Sauveur de Caen, celles du Bon Sauveur de Saint-Lô et les sœurs de Sainte-Marie de l’Assomption. Une congrégation d’hommes, les frères de Saint-Jean de Dieu, a en charge 3 asiles privés (voir en annexe 4 la liste des asiles religieux faisant fonction d’asiles publics). Le poids de ces asiles religieux ne doit pas seulement s’évaluer par le nombre de maisons mais aussi par le nombre des aliénés reçus. Le rapport de 1874 précise que ces asiles privés reçoivent 9 859 aliénés sur un total de 42 436 soignés en France, soit près du quart : 23 %34.

Les asiles de la Congrégation Sainte-Marie de l’Assomption

  • 35 Maillaguet (abbé), Le miroir des ordres et instituts religieux de France, Avignon, éd. Chaillot, 1 (...)
  • 36 Olivier Bonnet, « L’œuvre du père Chiron : la fondation de la congrégation Sainte-Marie de l’Assom (...)

14Parmi ces congrégations, celle de Sainte-Marie de l’Assomption présente l’originalité de se consacrer exclusivement aux soins des aliénés, alors que les autres congrégations possédant des asiles privés sont actives dans diverses œuvres : le soin des infirmes et des incurables pour les frères de Saint-Jean de Dieu, l’instruction des sourds muets, l’éducation pour les sœurs du Bon Sauveur, l’enseignement et les missions extérieures pour les sœurs de Saint-Joseph de Cluny et celles de Saint-Joseph de Bourg35. Dans ce groupe, Sainte-Marie est aussi la congrégation la plus récente, fondée en 182436, alors que les autres existaient déjà au xviiie siècle. Ayant ouvert son premier asile en 1827 à Privas, elle étend progressivement son œuvre et possède, en 1862, cinq maisons faisant fonction d’asiles publics à Privas, Clermont, La Cellette, Le Puy et Nice. Comment expliquer ce développement qui a lieu essentiellement après le vote de la loi de 1838 ?

Les raisons de l’extension de l’œuvre

15Tout d’abord, en créant des asiles, la congrégation profite de la modification du regard que porte la société sur les aliénés. Elle apporte donc une réponse, ou plutôt une solution, aux départements qui ne sont pas satisfaits de la situation qui leur est faite, le plus souvent parce qu’ils ne possèdent pas d’asile spécialisé. En Ardèche, lorsqu’elle ouvre sa première maison pour femmes aliénées en 1827, ces dernières sont enfermées dans la prison de Privas pendant la durée de la procédure d’interdiction, avant d’être conduites à l’hospice de la ville. Cette situation afflige le maire qui demande au préfet leur transfert chez les sœurs de Sainte-Marie :

  • 37 Archives communales de Privas, correspondance du maire, registre 38, n° 284, lettre du 6 mai 1827.

« L’humanité réclame cette mesure parce que l’on ne peut suivre dans la maison d’arrêt aucun traitement et que la surveillance n’est et ne peut pas être assez active ni assez continuelle ? Les cachots dans lesquels on est obligé de les enfermer ne font que les irriter davantage et rendent leur guérison plus douteuse et plus lente37. »

  • 38 Lettre du 20 janvier 1829, citée par E. G. Poillon, Joseph Marie Chiron. Sa vie, son œuvre, Largen (...)
  • 39 ACSM (Archives de la congrégation Sainte-Marie), rapport du préfet au conseil général, année 1837.

16Le préfet appuie cette demande auprès du ministre de l’Intérieur qui l’approuve en 1829 : « J’ai écrit à Monsieur le Procureur général de Nîmes afin qu’il se concerte avec vous pour mettre cette mesure à exécution38... » C’est encore le préfet qui souhaite « réunir dans un même établissement à Privas les insensés des deux sexes39 » et qui pour cela presse la congrégation de réaliser des travaux d’agrandissement.

  • 40 Docteur Peghoux, Histoire des hôpitaux de Clermont, Clermont-Ferrand, 1845.
  • 41 Olivier Bonnet, « L’œuvre hospitalière de la congrégation Sainte-Marie de l’Assomption à Clermont- (...)

17La création à Clermont-Ferrand d’un asile n’est pas seulement une affaire de circonstance. Certes, la congrégation reprend en janvier 1836 une maison de santé pour aliénés fondée par Joseph Xavier Tissot, plus connu sous le nom de frère Hilarion, maison qui est en faillite. Mais le département du Puy-de-Dôme ne possède pas de maison spéciale pour les aliénés et la congrégation espère obtenir cette place. Il lui faut cependant patienter quelques années pour que sa fondation soit reconnue comme faisant fonction d’asile public. En effet, la situation des aliénés est assez complexe dans ce département. Ils sont placés provisoirement en observation à l’hôtel-Dieu de Clermont, puis les femmes sont transférées dans le quartier réservé de l’hospice de Riom, les hommes à l’asile de la Cellette, en Corrèze, autre maison fondée par frère Hilarion. En 1845, le préfet veut remédier à la mauvaise installation du dépôt provisoire à l’hôtel-Dieu, dépôt que le docteur Peghoux nous décrit comme mortifère : « Les loges dans lesquelles ces malheureux sont enfermés sont tellement insalubres que leur existence est souvent compromise dans les temps rigoureux40 [...]. » Le préfet confie alors ce dépôt provisoire à l’asile Sainte-Marie de Clermont. Puis, en 1848, l’inspecteur général Ferrus ayant dénoncé l’encombrement du quartier de Riom, le préfet limite à 60 le nombre d’aliénées que l’on peut y enfermer, les autres étant placées à Sainte-Marie. Enfin, en 1860, l’hospice de Riom supprime, pour des raisons financières, son quartier d’aliénées et Sainte-Marie reçoit la totalité des femmes aliénées41. À cette époque, la congrégation a le monopole de l’accueil des aliénés du Puy-de-Dôme puisque depuis 1842 elle possède l’asile de la Cellette.

  • 42 Fernand Rodriguez, Histoire de l’hôpital psychiatrique Sainte-Marie de l’Assomption au Puy-en-Vela (...)

18Créer un asile au Puy-en-Velay en 1850, est peut-être pour la congrégation un moyen de se ménager une étape sur la route entre Clermont et Privas. Mais c’est aussi s’installer dans un département qui ne possède pas de maison spéciale pour recevoir les aliénés. Avant 1838, quelques loges ont été établies pour eux dans les hospices du Puy, de Brioude et d’Yssingeaux. Certains sont envoyés chez les frères de Saint-Jean de Dieu à la Guillotière près de Lyon. Après le vote de la loi, le département place ses aliénés indigents hommes à Aurillac, les femmes à Saint-Alban (Lozère) et à Riom42. Après l’achat d’une vaste propriété en bordure de la ville, après avoir aménagé les bâtiments existants et en avoir construit de nouveaux, après avoir fait ses preuves en recevant provisoirement quelques aliénés, l’asile fait fonction d’asile public à partir de 1853.

  • 43 Jacques Magherini, Contribution à l’histoire de la psychiatrie dans la région niçoise, Thèse de do (...)

19Le choix de Nice pour créer une nouvelle maison en 1862 relève de la même démarche. Il n’y a pas non plus d’asile public dans le tout nouveau département récemment annexé à la France et les aliénés des Alpes-Maritimes sont envoyés à Avignon ou à Marseille43.

  • 44 Docteur Motet, « Analyse du rapport sur le service des aliénés de 1876 », Annales médico-psycholog (...)
  • 45 ADPDD (Archives départementales du Puy-de-Dôme), 2 bib 2527, 1846, rapport de la commission, p. 83
  • 46 Docteur Longy, Les aliénés de la Corrèze, 1895.
  • 47 ADPDD, 2 bib 2527, 1845, rapport du préfet, p. 19.
  • 48 ACSM, observations faites par Monsieur Lunier, inspecteur général des aliénés en sa visite de juil (...)
  • 49 ADPDD, 2 bib 2527, 1866, rapport du préfet, p. 91.
  • 50 ACSM, lettre du frère Chevalier au préfet de Haute-Loire, 10 juillet 1851.

20La deuxième explication qui peut permettre de comprendre ce développement de l’œuvre de Sainte-Marie est d’ordre financier. Au milieu du xixe siècle, on estime que le coût d’une place d’aliéné lors de la construction d’un asile oscille entre 1550 et 1800 francs44. En conséquence, un asile de 500 places coûte entre 775 000 et 900 000 francs. Les départements qui ne possèdent pas d’asile ont souvent reculé devant la construction d’une maison spéciale en raison de ce coût. Ainsi, le conseil général du Puy-de-Dôme, en 1846, constate que « la dépense de création d’un établissement dans les proportions et dans les conditions nécessaires serait beaucoup trop considérable pour l’état financier d’un département, spécialement celui du Puy-de-Dôme45 ». C’est aussi le cas en Corrèze où, à la fin du siècle, on envisage la création d’un asile départemental. Un conseiller général, le docteur Longy, fait une étude qui montre que le coût s’élèverait entre 1 400 000 et 1 600 000 francs46. Cet asile restera à l’état de projet. Aussi de nombreux départements cherchent à traiter au meilleur prix l’entretien de leurs aliénés indigents et les asiles privés sont souvent ceux qui proposent les prix de journée les plus bas. Ainsi, le déplacement du dépôt provisoire des aliénés du Puy-de-Dôme de l’hôtel-Dieu à Sainte-Marie répond certainement à un souci humanitaire, mais permet également au département de faire des économies. Le prix de journée versé à l’Hôtel Dieu était de 1, 25 francs ; Sainte Marie ne prend que 1,10 francs. C’est un argument que le préfet avance au conseil général pour qu’il accepte ce transfert : « Vous ne manquerez pas d’apprécier tout ce que ces dispositions comportent de précieux, [...] d’économie dans les dépenses47. » Toujours dans le Puy-de-Dôme, le prix de journée des aliénés placés définitivement à Sainte-Marie est de 0,70 franc depuis 1848. L’inspecteur général, lors de sa visite de 1866, trouve ce prix trop minime et pense qu’il « faudrait bien 1 franc48 ». Fort de cet appui, la congrégation demande que ce prix soit porté à 0, 82 franc. Le préfet propose au conseil général de le fixer à 0, 80 franc, en ayant conscience que ce chiffre « est bien inférieur à ceux payés aujourd’hui par les départements, le prix moyen en France serait de 1 franc49 ». En Haute-Loire, en 1851, la pension annuelle des aliénés placés à Aurillac, Saint-Alban ou Riom s’élève, en moyenne, à 350 francs. La congrégation, pour obtenir le placement dans son nouvel asile du Puy de l’ensemble des aliénés du département, propose un prix de 275 francs50.

  • 51 ACSM, lettre du préfet de l’Indre au père Chiron, 9 juillet 1839.
  • 52 ACSM, lettre au préfet du Puy-de-Dôme, s.d.
  • 53 ACSM, lettre du père Bal à mère Claire, 3 octobre 1852.
  • 54 Constans et alii, p. 35.

21Mais l’œuvre de Sainte-Marie, exclusivement consacrée aux aliénés, ne trouve son financement que dans les pensions versées pour les malades. Certains départements en profitent pour imposer des prix encore plus bas. Le préfet de l’Indre, département qui ne possède pas d’asile, écrit en juillet 1839 au directeur de la congrégation Sainte-Marie que « le taux élevé de la pension [...] de 300 francs par an m’obligeait à renoncer au projet que j’avais conçu de faire traiter dans cet établissement les aliénées indigentes de l’Indre [...] s’il ne vous était pas possible de m’offrir des conditions moins onéreuses51 ». L’asile de Clermont, récemment installé en 1836 et ne recevant à ce moment-là que des malades pensionnaires entretenus par leurs familles, trouve son avantage à recevoir des malades au compte d’un département et abaisse son prix à 275 francs52. C’est aussi le cas de la Loire, qui, ne possédant pas d’asile départemental, traite avec les asiles Sainte-Marie de Clermont et du Puy pour recevoir ses malades femmes, au tarif annuel de 300 francs. En 1852, le préfet de la Loire négocie une baisse de ce tarif en menaçant de retirer les malades et de les mettre à l’asile d’Yzeure, dans le département de l’Allier. La congrégation, dépendante, est obligée de céder : « Nous eussions souhaité que votre département eut pu continuer de donner 300 francs annuels pour l’entretien de ses malades en nos maisons, mais puisqu’il en est autrement nous consentirons à les recevoir à 275 francs53 [...]. » Les prix de Sainte-Marie sont effectivement dans la fourchette basse des prix pratiqués par la plupart des asiles. En 1874, Sainte-Marie demande 0,90 franc par jour, alors que ces prix s’échelonnent de 0,92 franc dans la Meurthe, 0,98 franc en Ille-et-Vilaine, 1,12 francs en Seine Inférieure ou 1,15 francs dans le Nord54.

  • 55 Ibid., p. 53.

22Cette situation est vivement critiquée par l’Inspection générale en 1874 : « La séduction du bon marché pour l’entretien des malades [...] a fait livrer le service à des établissements privés offrant bien rarement les conditions essentielles au traitement55. » Les inspecteurs fustigent ces départements qui se préoccupent, d’après eux, plus du prix de journée que du bien être des malades :

  • 56 Ibid., p. 491.

« Des asiles privés devant faire fonction d’asiles publics se sont construits ou installés dans les pires conditions [...] sans que les autorités locales, avant de traiter avec ces établissements, se soient occupées d’autre chose que du prix de journée. [...] Si l’on a à choisir entre deux asiles, ce n’est pas toujours celui dans lequel les aliénés seraient le mieux qu’on donne la préférence, mais à celui qui demande le prix de journée le moins élevé56. »

  • 57 ACSM, lettre de mère Euphrasie à mère Claire, 9 novembre 1850.
  • 58 ACSM, lettre de mère Euphrasie à mère Claire, 29 janvier 1852.
  • 59 ACSM, lettre du 5 janvier 1858.
  • 60 ACSM, lettre du 21 décembre 1857.

23Le fait que ces asiles privés religieux dépendent des pensions versées par les départements permet également à ces derniers une certaine souplesse dans leur gestion. C’est particulièrement vrai en Ardèche et cela met la congrégation dans une situation difficile. En 1850, la préfecture ne verse que 5 120 francs sur les 6 700 dus57. En janvier 1852, la préfecture ne donne que 2 300 francs « et on nous dit que pour le reste on ne pourra nous le donner que l’année prochaine », se désole la supérieure58. La situation se renouvelle en 1858 quand la préfecture de l’Ardèche ne verse qu’un acompte de 10 000 francs et malgré les sollicitations faites pour « obtenir ce qui nous est dû, il n’y a aucun espoir pour cette année59 ». Le département de la Drôme qui place ses aliénés à Saint-Jean de Dieu à Lyon et à Sainte-Marie de Privas fait de même : il ne règle pas les deux derniers trimestres de l’année 1857 et met la congrégation « dans la nécessité d’attendre jusqu’en 1859 le solde de ses avances faites en 185760 ».

  • 61 Claude Quétel, La loi de 1838, op.cit., volume 2, p. 12.

24Le maintien des asiles religieux préexistant à la loi de 1838 ou la création de nouveaux après le vote de cette loi semble donc répondre à un double intérêt : intérêt pour les départements dans le domaine financier, intérêt des congrégations qui, grâce aux pensions versées pour l’entretien des malades indigents, peuvent faire vivre leurs oeuvres. Les projets qui tentent de modifier cette loi sont nombreux et s’inscrivent, pour la plupart, dans le combat laïc de la fin du xixe et du début du xxe siècle : projets en 1870, 1882, 1886, 1890, 1893, 190761. L’article premier de la loi de 1838 qui permet que des asiles privés fassent fonction d’asiles publics est l’un des points que ces projets veulent réformer. Par exemple, l’exposé des motifs du projet de 1882 est des plus explicites :

  • 62 « Projet de loi portant révision de la loi de 1838 sur les aliénés », Annales médico-psychologique (...)

« Assurer le traitement des aliénés de tous les départements dans des établissements publics, uniformément placés sous l’autorité du Gouvernement et où tous les malades seraient traités par des médecins d’une compétence spéciale ; supprimer en conséquence la faculté laissée par la loi de 1838 aux conseils généraux d’envoyer leurs aliénés dans des asiles privés62. »

25Mais tous ces projets ont échoué et la loi n’a été modifiée que récemment, en 1990. La congrégation Sainte-Marie de l’Assomption a même étoffé son œuvre en construisant un hôpital psychiatrique supplémentaire, celui de Rodez, en 1936.

Des asiles religieux

26Nous pouvons nous interroger, enfin, sur la spécificité des asiles religieux par rapport aux asiles publics. Les asiles religieux, en particulier ceux de Sainte-Marie, sont des lieux d’enfermement à un double titre. Ce sont des asiles cloîtres, ou plutôt des cloîtres asiles.

  • 63 ACSM, Constitutions des religieuses de Sainte-Marie de l’Assomption, p. 68.
  • 64 Ibid., p. 70.
  • 65 Archives du diocèse de Clermont, R 02-6, statuts fondamentaux concernant les frères de Sainte-Mari (...)
  • 66 ACSM, lettre du père Chiron au père Bal, 4 juillet 1842.
  • 67 ACSM, lettre du père Chiron au père Bal, 28 avril 1851.
  • 68 ACSM, Constitutions des religieuses de Sainte-Marie de l’Assomption, p. 33.
  • 69 Claude Quétel et Pierre Morel, Du Bon Sauveur au CHS. Deux siècles et demi de psychiatrie caennais (...)
  • 70 ACSM, lettre du père Bal à mère Claire, 7 décembre 1849.
  • 71 ACSM, lettre du père Bal à mère Claire, 16 mars 1850.

27En effet, pour les religieuses de Sainte-Marie, leurs asiles sont d’abord des cloîtres. Elles pratiquent la règle de saint Augustin et leurs Constitutions précisent que la façon de garder la clôture est conforme aux paroles du concile de Trente : « Qu’il ne soit permis à aucune religieuse, après sa profession, de sortir du monastère, pas même pour quelque temps si court et si bref qu’il puisse être, ni pour aucun prétexte que ce soit, si ce n’est pour cause légitime63. » La porte de l’asile est confondue avec la porte conventuelle et rares sont les personnes, en dehors des malades, qui peuvent la franchir : « La porte conventuelle sera toujours fermée à clef. Les personnes du dehors n’entreront dans l’hospice que pour des raisons légitimes et avec permission de la supérieure. Les aumôniers et les médecins seront toujours accompagnés par deux sœurs désignées à cet effet64. » Ces mêmes Constitutions indiquent que « le but secondaire est de prendre soin, dans des établissements spéciaux, des personnes atteintes de maladies mentales ». Le but de la congrégation est donc d’abord « la sanctification et la perfection des personnes qui la composent » puis le soin des aliénés65. Le fondateur de la congrégation, le père Chiron, rappelle cette priorité : « Devenons tous les jours plus fidèles à la grâce et à nos devoirs spirituels et ensuite aux devoirs temporels66. » L’asile est bien pour lui un lieu de vie religieuse dans lequel « tout le temporel doit servir au bien de l’âme, et non le bien de l’âme au temporel67 ». Et cela s’applique également aux malades. Les Constitutions précisent dans leur article cinq que le service qui est rendu « aux pauvres aliénés pour la santé du corps et de l’esprit ne regarde pas moins le salut de l’âme de ces infortunés68 ». Mais, comme l’indique Claude Quétel pour le Bon Sauveur de Caen, « l’asile est un apostolat pour la communauté des religieuses69 ». Pour le père Bal, la création d’un nouvel asile participe à cet apostolat. Ainsi la fondation de la maison du Puy n’est pas seulement réalisée pour des raisons matérielles, mais aussi pour des raisons spirituelles : « Il y a ici des fous et des folles qui ont des âmes à sauver, cela doit nous suffire70. » Cela nous éclaire également sur la priorité des buts que se donne la congrégation en soignant des aliénés : « Là où nous pourrons sauver le plus d’âmes et par conséquent ramener à la raison, à Dieu et à la société le plus de malades d’esprit possible, tout en contribuant à notre plus grande sanctification, là, ce me semble, nous devons nous placer71. » Cette priorité accordée aux soins de l’âme, Olivier Faure l’a bien montrée pour les religieuses hospitalières qui œuvrent dans les hôpitaux généraux :

  • 72 Olivier Faure, op.cit., p. 59.

« Cette insistance mise sur les devoirs religieux a des implications sur les soins délivrés aux malades, qui sont d’abord une occasion de sanctification pour les religieuses. Celles-ci ont pour mission première de gagner les malades à Dieu, de les instruire des vérités de la religion, de les ramener à la pratique et surtout de les préparer à une mort de bon chrétien72 [...]. »

28Mais quelle peut être cette pratique religieuse avec ces malades particuliers que sont les aliénés ?

  • 73 ACSM, lettre du père Chiron au père Bal, 28 avril 1851.
  • 74 ACSM, publicité lors de la création de l’asile de Clermont, 1836.

29Pour le père Chiron, fondateur de la congrégation, ces malades « ce sont nos frères, faisons leur ce que nous voudrions qu’on nous fit73 ». Les faire participer à une vie religieuse est un élément du traitement pour les calmer, faute de les guérir : « Les maisons Sainte-Marie présentent aux familles plusieurs motifs de confiance ; entre autres, cet esprit religieux qui y règne, et qui contribue si puissamment à calmer les passions et l’exaltation des aliénés74. » Aussi il n’est pas surprenant que la journée à l’asile, voire l’année, soit rythmée par les temps forts traditionnels de la vie religieuse.

  • 75 ADPDD, X 0463, règlement des malades femmes de l’hospice des sœurs Sainte-Marie de Clermont-Ferran (...)
  • 76 ACSM, règlement intérieur, 1865.

30Tout d’abord, le règlement des malades fixe deux temps de prière par jour : immédiatement après le lever, à 5 h en été ou à 6 h en hiver, et avant le coucher75. Des prières ordinaires sont également faites avant et après les repas. L’aumônier célèbre pour les malades qui peuvent la suivre une messe quotidienne, à 6 h en été et 7 h en hiver, messe accompagnée de chants spirituels auxquels les aliénés prennent part. Cette messe est précédée de la lecture de la vie du saint du jour. Le dimanche, les malades suivent également « les vêpres, saluts et exercices d’usage dans la communauté76 ».

  • 77 ADPDD, X 0463, règlement des malades femmes de l’hospice des soeurs Sainte-Marie de Clermont-Ferra (...)
  • 78 Ibid.
  • 79 ACSM, règlement pour la police intérieur de l’hospice Sainte-Marie à Montredon, s.d.
  • 80 ACSM, lettre de mère Euphrasie à mère Claire, 9 mars 1863.
  • 81 ACSM, lettre du père Bal au père Jean, 29 septembre 1868.

31Les malades reçoivent aussi des instructions morales et religieuses, instructions « mises à leur portée et faites avec tout le discernement qu’exige la faiblesse de leur esprit77 ». Dans les premiers temps, ces instructions étaient données « une fois la semaine au moins78 ». Mais dans la pratique, elles sont plus fréquentes. Au Puy, par exemple, elles sont données trois fois par semaine79 tandis qu’à Privas, le catéchisme a lieu tous les jours à 11 h80. Un temps fort de l’année est la préparation de la fête de Pâques. Les religieuses suivent une retraite, le plus souvent animée par un père jésuite. Les malades ont également droit à une retraite assurée par les prêtres de la congrégation. D’après le père Bal, ces derniers réussissent mieux avec les malades que les prêtres étrangers à la congrégation : « Nous avons grâce d’état pour ce ministère. Notre vocation à nous, prêtres de Sainte-Marie, étant non seulement de former de bons sujets pour former les têtes malades, mais aussi pour les instruire convenablement81. » L’un des objectifs de cette retraite est d’amener les malades qui le peuvent à communier le jour de Pâques. Ainsi à Privas, en 1866, plus de 50 % des malades, 47 hommes sur 80, 63 femmes sur 124, ont fait leurs Pâques.

  • 82 ACSM, lettre du père Chiron au père Bal, 28 avril 1851.

32Le père Chiron avance une explication religieuse à la folie. Il pense qu’une de ses origines se trouve dans le péché : « Personne n’ignore que les trois quarts, ou plus des trois quarts des aliénés le sont devenus par suite du vice82 [...]. » Gagner les âmes des aliénés passe par la lutte contre le mal, par la confession, en particulier pour assurer une préparation chrétienne à la mort :

  • 83 Ibid.

« Il faudrait solliciter pour eux nuit et jour un miracle de miséricorde, un temps lucide, une vraie contrition, quelques bons moments avant leur mort qui leur permettent de faire une sainte confession. Je suis persuadé que si on y prenait la peine on en arracherait plusieurs aux enfers en les retirant de cette funeste habitude du péché [...] Ce serait une erreur bien grande de regarder en général les aliénés par rapport aux sacrements comme s’ils n’étaient en prochain danger de mort. On voit qu’un bon nombre d’aliénés ont dans le cours de l’année des temps de lucidité qu’il faudrait s’empresser de saisir pour, avec la grâce et leur bonne volonté, s’il y avait lieu de les mettre en bon état83. »

  • 84 ACSM, lettre du père Bal à mère Claire, 1er septembre 1854.

33S’assurer que les malades bénéficient des sacrements est également un élément de la sanctification des religieuses comme en témoigne cette lettre du père Bal : « Sœur Angèle a laissé mourir une de ses malades sans sacrement. Si elle avait plus de piété, le Seigneur la bénirait davantage84. » Cette attention aux malades repose, elle aussi, sur les valeurs chrétiennes que sont la bonté, la douceur, la patience et on en attend un retentissement sur le caractère, le comportement des malades :

  • 85 ACSM, règlement pour la police intérieur de l’hospice Sainte-Marie à Montredon, s.d.

« Dès le commencement de leur charge, les frères et sœurs gardiens sauront qu’ils doivent être à l’égard des malades bons, patients, doux, charitables, aussi bien que toujours également justes, pour en obtenir la crainte, le respect, l’amour, qui plus tard donnent tant d’influence pour le bien des personnes qui nous sont confiées85. »

  • 86 ADPDD, X 0463, règlement des malades femmes de l’hospice des soeurs Sainte-Marie de Clermont-Ferra (...)
  • 87 ACSM, Constitutions des religieuses de Sainte-Marie de l’Assomption, p. 72.

34Les aliénés vivent donc dans un espace de vie religieuse, au rythme des offices et des travaux quotidiens menés avec les frères ou les sœurs : jardinage, maçonnerie, couture, lavage, cuisine,... Mais ils vivent aussi dans un lieu où le silence est la règle, où le bruit, les paroles, doivent être les plus discrets. Le respect de la Règle du silence est une des vertus qui constituent l’âme religieuse. Et dans ce cloître asile, elle s’applique, autant que faire ce peut, également aux malades : « On préviendra toute discussion entre les malades86 » et « les soeurs employées au service des malades se conformeront autant que possible à la Règle du silence. Elles ne parleront que pour des choses nécessaires, c’est-à-dire le bien, la consolation ou l’instruction des personnes qui leur sont confiées87 ».

  • 88 Le 5e chapitre du Rapport de 1874 est entièrement consacré à ce thème.
  • 89 ACSM, lettre du père Bal, s.d.
  • 90 ADPDD, 2 bib 2527, 1868, p. 341.

35Le choix des asiles privés par de nombreux départements montre que les conseils généraux et l’Inspection générale n’ont pas la même vision de ce que l’on peut attendre d’un asile. Pour l’Inspection, l’asile est avant tout un lieu de soin dans lequel le maximum de moyens doit être mobilisé pour guérir les aliénés88. Elle dénonce le fait que les asiles de Sainte-Marie soient d’abord religieux avant d’être lieux de soin : « On m’a rapporté [écrit le père Bal] que nos maisons étaient assez mal notées dans le bureau des aliénés du ministre, qu’il y était dit que nous ne faisions guère d’autres remèdes à nos malades que leur faire faire des prières. » Il le reconnaît en partie, rejetant seulement l’exclusivité des soins religieux : « Sans doute nous employons les moyens religieux, mais sans négliger les moyens spéciaux, physiques, moraux, hygiéniques que fournit la science, qu’enseigne l’expérience89. » Le conseil général du Puy-de-Dôme fixe, lui, des buts beaucoup plus modestes à l’asile : « N’oublions pas qu’il s’agit surtout ici d’asiles destinés à des malades indigents et par suite peu habitués aux recherches du bien être. L’appropriation des locaux, leur salubrité, l’ordre, la bonne tenue ; l’alimentation et des soins convenables donnés aux malades, tel est le but à atteindre90 [...]. » Alors que les inspecteurs généraux ne ménagent pas leurs critiques sur les établissements de Clermont ou de la Cellette, le conseil général, lui, trouve que les conditions qu’il vient de définir « on peut les constater dans les deux maisons ouvertes à ce genre d’infortune ». La communauté d’intérêt entre les conseils généraux, institutions finançant la prise en charge des aliénés, et la congrégation, institution assurant cette prise en charge dans ses asiles, se révélera plus forte que toutes les remontrances ministérielles.

  • 91 Archives nationales, F 15 3906, cité par Jan Goldstein, op. cit., p. 396-397.

Annexe 1 : Asiles privés religieux faisant fonction d’asiles publics en 184291

Annexe 1 : Asiles privés religieux faisant fonction d’asiles publics en 184291

Annexe 2 : La France asilaire en 1874

Annexe 2 : La France asilaire en 1874
  • 92 Constans et alii, p. 170-171.

Annexe 3 : Communautés religieuses dans les asiles publics en 187492

Annexe 3 : Communautés religieuses dans les asiles publics en 187492
  • 93 Ibid., p. 78.

Annexe 4 : Asiles privés religieux faisant fonction d’asiles publics en 187493

Annexe 4 : Asiles privés religieux faisant fonction d’asiles publics en 187493

Notes

1 Claude Langlois, Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au xixe siècle, Paris, Cerf, 1984.

2 Jacques Léonard, « Femmes, religion et médecine : les religieuses qui soignent », in Jacques Léonard, Médecins, malades et société dans la France du xixe siècle, Paris, Sciences en situation, 1992, p. 33-61.

3 Olivier Faure, « Les religieuses hospitalières entre médecine et religion en France au xixe siècle », in Isabelle von Bueltzingsloewen et Denis Pelletier (dir.), La charité en pratique ; chrétiens français et allemands sur le terrain social (xixe-xxe siècles), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 1999, p. 53-64.

4 Claude Langlois, « Les religieuses hospitalières 1760-1820 », Atlas de la Révolution française, tome 7, Médecine et société, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1993, p. 36-37.

5 Jean-Etienne-Dominique Esquirol, Des maladies mentales, Paris, Baillière, 1838 (réédition Frénésie Editions, Paris, 1989).

6 Constans, Lunier, Dumesnil, Rapport général à Monsieur le Ministre de l’Intérieur sur le service des aliénés en 1874, Paris, Imprimerie nationale, 1878.

7 Claude Quétel, « La question du renferment des insensés », in Jacques Postel et Claude Quétel (dir.), Nouvelle histoire de la psychiatrie, Toulouse, Privat, 1983, p. 111.

8 Ibid., p. 111-112.

9 Claude Langlois, « Les religieuses hospitalières en France », op.cit., p. 36.

10 Jean-Etienne-Dominique Esquirol, « Des établissements consacrés aux aliénés en France et des moyens de les améliorer. Mémoire présenté au Ministre de l’Intérieur en septembre 1818 », Des maladies mentales, tome 2, p. 134.

11 Ibid. p. 136 : ces établissements sont situés à Armentières (Nord), Avignon (Vaucluse), Bordeaux (Gironde), Charenton (Seine), Lille (Nord), Marseille (Bouches-du-Rhône), Maréville ( Meurthe), Rennes (Ille-et-Vilaine), ibid., p. 136.

12 Olivier Faure, op.cit., p. 57.

13 Jean-Etienne-Dominique Esquirol, « Des maisons d’aliénés », op. cit., tome 2, p. 151-201.

14 Claude Langlois, « Le catholicisme au féminin », Archives des sciences sociales des religions, 1984, n°1, p. 45.

15 Cité par Jan Goldstein, Consoler et classifier. L’essor de la psychiatrie française, Le Plessis-Robinson, Institut Synthélabo, 1997, p. 284.

16 Ibid., p. 287.

17 Cité par Marcel Jaeger dans Garder, surveiller, soigner. Essai d’histoire de la profession d’infirmier psychiatrique, CEMEA, Cahier VST n° 3, 1990, p. 23.

18 Olivier Faure, op.cit., p. 54.

19 Jacques Léonard, op.cit., p. 45.

20 Jean-Etienne-Dominique Esquirol, « Des maisons d’aliénés », op.cit., p. 197.

21 Ibid., p. 40.

22 Claude Quétel, La loi de 1838 sur les aliénés, tome 1, L’élaboration, Paris, Frénésie Éditions, 1988, p. 13.

23 Jan Goldstein, op.cit., p. 388.

24 Ibid.

25 Claude Quétel, La loi de 1838…, op.cit., tome 2, p. 15.

26 Jan Goldstein, op.cit., p. 396.

27 Ibid., p. 396-397.

28 Constans et alii, op.cit., p. 76.

29 Ibid., p. 169.

30 Marcel Jaeger, op.cit., p. 45.

31 Constans et alii, p. 490.

32 Ibid., p. 169.

33 Ibid., p. 175.

34 Ibid., p. 150-152.

35 Maillaguet (abbé), Le miroir des ordres et instituts religieux de France, Avignon, éd. Chaillot, 1865.

36 Olivier Bonnet, « L’œuvre du père Chiron : la fondation de la congrégation Sainte-Marie de l’Assomption et son évolution », Revue du Vivarais, 1997, n° 4, p. 237-260.

37 Archives communales de Privas, correspondance du maire, registre 38, n° 284, lettre du 6 mai 1827.

38 Lettre du 20 janvier 1829, citée par E. G. Poillon, Joseph Marie Chiron. Sa vie, son œuvre, Largentière, Humbert, 1973, p. 140.

39 ACSM (Archives de la congrégation Sainte-Marie), rapport du préfet au conseil général, année 1837.

40 Docteur Peghoux, Histoire des hôpitaux de Clermont, Clermont-Ferrand, 1845.

41 Olivier Bonnet, « L’œuvre hospitalière de la congrégation Sainte-Marie de l’Assomption à Clermont-Ferrand » Bulletin historique et scientifique de l’Auvergne, 1998, n° 739, p. 285-321, p. 302.

42 Fernand Rodriguez, Histoire de l’hôpital psychiatrique Sainte-Marie de l’Assomption au Puy-en-Velay, Mémoire de maîtrise en sciences sociales, Université de Saint-Étienne, 1990, p. 13.

43 Jacques Magherini, Contribution à l’histoire de la psychiatrie dans la région niçoise, Thèse de doctorat en médecine, Faculté de Nice, 1980, p. 75.

44 Docteur Motet, « Analyse du rapport sur le service des aliénés de 1876 », Annales médico-psychologiques, 6e série, tome 2, juillet 1879, p. 79-80.

45 ADPDD (Archives départementales du Puy-de-Dôme), 2 bib 2527, 1846, rapport de la commission, p. 83.

46 Docteur Longy, Les aliénés de la Corrèze, 1895.

47 ADPDD, 2 bib 2527, 1845, rapport du préfet, p. 19.

48 ACSM, observations faites par Monsieur Lunier, inspecteur général des aliénés en sa visite de juillet 1866.

49 ADPDD, 2 bib 2527, 1866, rapport du préfet, p. 91.

50 ACSM, lettre du frère Chevalier au préfet de Haute-Loire, 10 juillet 1851.

51 ACSM, lettre du préfet de l’Indre au père Chiron, 9 juillet 1839.

52 ACSM, lettre au préfet du Puy-de-Dôme, s.d.

53 ACSM, lettre du père Bal à mère Claire, 3 octobre 1852.

54 Constans et alii, p. 35.

55 Ibid., p. 53.

56 Ibid., p. 491.

57 ACSM, lettre de mère Euphrasie à mère Claire, 9 novembre 1850.

58 ACSM, lettre de mère Euphrasie à mère Claire, 29 janvier 1852.

59 ACSM, lettre du 5 janvier 1858.

60 ACSM, lettre du 21 décembre 1857.

61 Claude Quétel, La loi de 1838, op.cit., volume 2, p. 12.

62 « Projet de loi portant révision de la loi de 1838 sur les aliénés », Annales médico-psychologiques, 6e série, tome 9, mars 1883, p. 225.

63 ACSM, Constitutions des religieuses de Sainte-Marie de l’Assomption, p. 68.

64 Ibid., p. 70.

65 Archives du diocèse de Clermont, R 02-6, statuts fondamentaux concernant les frères de Sainte-Marie.

66 ACSM, lettre du père Chiron au père Bal, 4 juillet 1842.

67 ACSM, lettre du père Chiron au père Bal, 28 avril 1851.

68 ACSM, Constitutions des religieuses de Sainte-Marie de l’Assomption, p. 33.

69 Claude Quétel et Pierre Morel, Du Bon Sauveur au CHS. Deux siècles et demi de psychiatrie caennaise, s.l., éditions du Lys, 1992, p. 43.

70 ACSM, lettre du père Bal à mère Claire, 7 décembre 1849.

71 ACSM, lettre du père Bal à mère Claire, 16 mars 1850.

72 Olivier Faure, op.cit., p. 59.

73 ACSM, lettre du père Chiron au père Bal, 28 avril 1851.

74 ACSM, publicité lors de la création de l’asile de Clermont, 1836.

75 ADPDD, X 0463, règlement des malades femmes de l’hospice des sœurs Sainte-Marie de Clermont-Ferrand, s. d.

76 ACSM, règlement intérieur, 1865.

77 ADPDD, X 0463, règlement des malades femmes de l’hospice des soeurs Sainte-Marie de Clermont-Ferrand, s. d.

78 Ibid.

79 ACSM, règlement pour la police intérieur de l’hospice Sainte-Marie à Montredon, s.d.

80 ACSM, lettre de mère Euphrasie à mère Claire, 9 mars 1863.

81 ACSM, lettre du père Bal au père Jean, 29 septembre 1868.

82 ACSM, lettre du père Chiron au père Bal, 28 avril 1851.

83 Ibid.

84 ACSM, lettre du père Bal à mère Claire, 1er septembre 1854.

85 ACSM, règlement pour la police intérieur de l’hospice Sainte-Marie à Montredon, s.d.

86 ADPDD, X 0463, règlement des malades femmes de l’hospice des soeurs Sainte-Marie de Clermont-Ferrand, s. d.

87 ACSM, Constitutions des religieuses de Sainte-Marie de l’Assomption, p. 72.

88 Le 5e chapitre du Rapport de 1874 est entièrement consacré à ce thème.

89 ACSM, lettre du père Bal, s.d.

90 ADPDD, 2 bib 2527, 1868, p. 341.

91 Archives nationales, F 15 3906, cité par Jan Goldstein, op. cit., p. 396-397.

92 Constans et alii, p. 170-171.

93 Ibid., p. 78.

Table des illustrations

Titre Annexe 1 : Asiles privés religieux faisant fonction d’asiles publics en 184291
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20394/img-1.png
Fichier image/png, 123k
Titre Annexe 2 : La France asilaire en 1874
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20394/img-2.png
Fichier image/png, 772k
Titre Annexe 3 : Communautés religieuses dans les asiles publics en 187492
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20394/img-3.png
Fichier image/png, 194k
Titre Annexe 4 : Asiles privés religieux faisant fonction d’asiles publics en 187493
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20394/img-4.png
Fichier image/png, 225k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540