Version classiqueVersion mobile

Religion et enfermements

 | 
Bernard Delpal
, 
Olivier Faure

Première partie. Enfermer pour dresser

Internat et travail chrétien au milieu du xixe siècle

Gabriel Mas

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Pour l’étude des providences nous nous appuyons largement sur la thèse d’une religieuse américaine (...)

1Quand on établit un lien entre internat et travail chrétien au xixe siècle, on pense aux providences et aux usines-couvents. Les providences sont apparues à Lyon et à Saint-Étienne à la fin du xviie siècle et au début du xviiie siècle1. On y accueillait des enfants défavorisés, on les hébergeait, on leur donnait une éducation chrétienne et on les initiait au travail de la soie. Les usines-couvents sont apparues plus tard, au milieu du xixe siècle. Des jeunes filles de treize à seize ans y travaillaient dans l’industrie de la soie sous la surveillance de religieuses. De nombreuses questions se posent à propos des providences : pourquoi sont-elles apparues au xviiie siècle dans la région lyonnaise ? Pourquoi se sont-elles beaucoup développées au début du xixe siècle ? Quelles sont les congrégations nées au sein de ces providences ? Comment s’y manifestait l’enfermement ? Pourquoi ont-elles été contestées dans le monde du travail à partir des années 1840 et pourquoi cette contestation a-t-elle abouti aux violences de 1848 ?

2Pour les usines-couvents, on étudiera les causes de leur installation, on décrira leur fonctionnement à partir des exemples de Jujurieux et de Tarare. Enfin, on se demandera quelle était la stratégie de l’Église à l’égard des providences et des usines-couvents.

La belle époque des providences

  • 2 Ibid., p. 31.

3Les providences sont apparues au xviiie siècle dans le cadre de la lutte contre la mendicité, le vagabondage et la prostitution. La première providence de Lyon apparut en 1711 quand des dames pieuses de la Compagnie de Sainte-Françoise louèrent à Fourvière une « Maison / Hôpital de la Providence » où furent accueillies des filles de huit à vingt ans dans le besoin et risquant de tomber dans la prostitution. La maison était placée sous la direction d’une communauté séculière, les filles de la Trinité et une partie des revenus provenait du travail manuel des enfants2. Les Messieurs, pour leur part, ont créé leur providence lyonnaise dans le quartier d’Ainay. Au départ, ils confièrent leurs orphelines et leurs filles en danger à des maîtres-tisseurs, puis, devant la négligence de certains d’entre eux, ils décidèrent en 1774 de les confier à des religieuses, les filles de la Charité de Saint-Vincent de Paul.

  • 3 Ibid., p. 22-42.

4Des providences ont aussi été créées à la suite des initiatives de la compagnie du Saint-Sacrement de Paris qui avait mis en place de petites écoles pour enfants pauvres ou écoles libres, implantées à Lyon à partir de 1667 sous l’impulsion de Charles Démia, prêtre bressan. Pour les élèves les plus prometteuses dans les travaux manuels, on créa des écoles de travail qui prenaient la suite des petites écoles. À Saint-Étienne, Charles Démia avait envoyé des enseignants et la Compagnie du Saint-Sacrement y concrétisa un autre projet, celui des refuges ou maisons pour prostituées. Un prêtre de Saint-Étienne, Guy Collombet, fonda un petit refuge en 1670 et une petite école en 1674, deux œuvres placées sous le patronage des Dames de la miséricorde liées à la Compagnie du Saint-Sacrement. Les familles pauvres visitées par les jeunes « Dames » pouvaient espérer voir placer leurs filles comme apprenties dans un atelier. Et c’est ainsi qu’une maîtresse d’atelier, Jeanne Matheon, rassembla en 1697, près du refuge, les onze premières « filles de la Providence » dans une maison où furent installés des métiers à tisser3.

5Après la Révolution, les providences furent à nouveau considérées comme un remède à la pauvreté, l’ignorance et l’immoralité.

  • 4 Ibid., p. 49.
  • 5 Laura Strumingher, « Les canutes de Lyon », Mouvement social, 1978, janvier-mars, p. 60-61.
  • 6 Janice Farnham, op. cit., p. 69-70.

6Dès 1799, les Messieurs reprirent possession de leur maison et les filles de la Charité reprirent leurs activités4. Les enfants indigents étaient en plus grand nombre et une proie pour la mendicité et la prostitution. De plus, les nouvelles conditions économiques favorisèrent le développement des providences : dans les années 1830-1840, les trois processus que comporte la production de soie – tirer la soie du cocon, la torsion du fil et le tissage – ont été modernisés par l’introduction de machines. Si les métiers à tisser la soie s’installent de plus en plus dans les fermes de la région lyonnaise, dévidoirs, ourdissoirs pour la préparation des fils et métiers Jacquard, sont placés dans de grands ateliers, propriété des soyeux de Lyon où les travailleurs sont surtout des femmes, les canutes. En effet, les métiers simplifiés purent être manipulés par de femmes puis par des enfants et les négociants soyeux financèrent des ateliers situés dans les providences et dans les refuges de Lyon5. L’augmentation du nombre de providences dans le premier tiers du xixe siècle s’explique aussi par le dynamisme religieux du diocèse marqué en particulier par la présence de missionnaires des Chartreux, dont l’un, Marie-Augustin de Lupé, fut à l’origine de la providence Saint-Louis de Gonzague ouverte à Cuire en 18256.

  • 7 Ibid., p. 242.
  • 8 Ibid., p. 266-268.

7Beaucoup de providences furent crées au début des années 1820. Au milieu des années 1840, à leur apogée, il y avait une quarantaine de providences de filles à Lyon, rassemblant environ 2 000 jeunes filles dont 500 travaillaient7. Il faut remarquer que les providences de filles de Lyon et des faubourgs représentent les deux tiers des providences de filles du diocèse de Lyon (40 sur 60) et la moitié de toutes celles qui existent en France (80). En dehors du diocèse de Lyon, les plus nombreuses se situent dans le diocèse voisin de Belley (Ain) et les autres sont dispersées dans l’ensemble du pays aucun autre diocèse n’en comptant plus d’une. Dans celui de Lyon, les providences qui existent hors de la métropole se trouvent dans les centres d’industrie textile comme Tarare et surtout à Saint-Étienne8.

  • 9 Ibid., p. 111.

8Si les débuts de ces providences furent humbles, la plupart ont connu une rapide expansion. Au début de l’histoire de chaque providence, il y a presque toujours deux ou trois enfants indigents, une ou plusieurs femmes pieuses et un ecclésiastique qui assure la direction spirituelle et (ou) une assistance matérielle. On peut prendre deux exemples pour constater les progrès rapides de ces providences. Le « Pieux Secours », à Saint-Étienne, providence crée en 1821 par Reine Françon avec une seule orpheline, en compte 20 en 1822, 80 en 1829, 135 en 1842. Quant à la providence de Jésus-Marie, fondée par Claudine Thévenet, à Fourvière en 1821, elle comptait 23 enfants et dix métiers à tisser. Quatre ans plus tard, 90 enfants furent logés dans un nouveau bâtiment où on installa 33 métiers à tisser9.

  • 10 Ibid., p. 82-85.

9La protection et le placement des filles d’ouvriers sont devenus tellement importants qu’une Société lyonnaise de patronage pour les jeunes filles fut créée en 1837 à l’initiative de la Congrégation de Lyon, plus précisément au sein de la Congrégation des dames créée en 1804. Cette société de patronage était une sorte d’agence inter-paroissiale qui s’occupait du placement des jeunes filles dans les ateliers des providences et qui assurait le suivi de ce placement. L’œuvre du patronage était essentielle aux yeux de l’Église de Lyon puisque l’archevêque, Mgr de Bonald, présidait la plupart de ses assemblées générales. De 1838 à 1842, la société de patronage réussit à assurer le parrainage financier de 561 filles10.

  • 11 Cas de la providence de l’abbé Collet à Caluire.

10Les élites catholiques n’ont pu montrer la même sollicitude pour les providences de garçons. En 1848, la France n’en recensait que sept, toutes situées à Lyon et dans ses faubourgs. Il était plus difficile de patronner de jeunes garçons, de former des ouvriers vertueux et surtout d’inciter certains à s’engager dans l’apostolat pour devenir les frères d’une congrégation. Par ailleurs, il y eut de nombreux conflits entre les directeurs de providences de garçons et leurs familles11. Non seulement, les parents voulaient reprendre leur garçon plus rapidement que ne le prévoyait le contrat, mais l’absence d’autonomie et d’indépendance du jeune garçon était d’autant moins acceptée que les canuts refusaient d’établir avec les marchands-fabricants des relations paternalistes que les providences avaient justement pour mission de développer.

  • 12 Éric Baratay, Le père Joseph Rey (1798-1874) serviteur de l’enfance défavorisée, Paris, Beauchesne (...)

11Les providences de garçons n’ont pas donné naissance à des congrégations, si on excepte les frères de Saint-Joseph qui aidèrent l’abbé Rey au refuge qu’il avait créé à Oullins en 183512.

  • 13 Émile Keller, Les congrégations religieuses en France, Paris, Poussièlgue, 1880, p. 256-257.

12En ce qui concerne les providences de filles, trois établissements tenus par des laïques et situés dans la paroisse Saint-Bruno de la Croix-Rousse donnèrent naissance à de nouvelles congrégations : la maison Rollet (1813-1836) fut le berceau des religieuses de Saint-François d’Assise ; la providence de Pierres Plantées (1818) qui s’installa à Fourvière en 1821 donna naissance aux religieuses des Sacrés Cœurs de Jésus et Marie ; enfin la maison Descombes (1825) permit la création de la congrégation des religieuses de la Sainte-Famille de Lyon. Par ailleurs, deux ouvrières, qui commencèrent à accueillir dans la maison de l’une d’elles des pauvres orphelines, sont à l’origine de la Congrégation des Petites sœurs de l’Enfant-Jésus, née en 1847 à Saint-Sorlin dans le Rhône. Cette congrégation à spiritualité franciscaine avait pour but d’accueillir orphelines et sourdes muettes et de les placer à Lyon dans des ateliers choisis et visités souvent par les religieuses13. On retrouve la spiritualité franciscaine avec en exergue la pauvreté et la piété, à la maison Rollet où il s’agit véritablement d’un atelier-couvent puisque Madame Rollet, sa fille Anne et la vingtaine de jeunes filles qui travaillent là, veulent toutes être religieuses.

  • 14 Jeanne Pousset-Carcel, op. cit., Feurs, imprimerie forézienne, 1998, p. 52-58.

13Les débuts de la maison Descombes furent similaires : une demoiselle pieuse, Marie Descombes, s’était perfectionnée dans le métier de soierie et s’était associée à Claudine Piégeay. Toutes deux avaient pris dans leur atelier de jeunes orphelines et avaient demandé à l’abbé Pousset, curé de la paroisse Saint-Bruno des Chartreux, de devenir le père spirituel de leur maison et de rédiger pour leur communauté un projet de règle. Avant de choisir les règles de la Maison Descombes, l’abbé Pousset avait médité devant une image en albâtre de la Sainte-Famille qu’il avait sur son prie-Dieu et c’est ainsi que la maison Descombes est devenue la première providence de la Sainte-Famille. Les filles de la Sainte-Famille, comme celles de Saint-François adoptèrent l’habit bleu en l’honneur de la Sainte Vierge et leurs règles mettaient surtout à l’honneur les vertus de la Sainte Famille à Nazareth, en particulier celles de l’obéissance, de la piété et du travail : « Plus l’on travaillera, plus on effacera ses péchés…L’obéissance fondée sur l’humilité chrétienne, sera la vertu que les filles de la Sainte-Famille estimeront le plus14. »

  • 15 Laurent Degat, L’œuvre du refuge (1837-1918), DEA, Université de Saint-Étienne, 199 ; p. 5-12.

14L’idéal de vie préconisé par les dirigeants des providences impose aux jeunes qui y sont accueillis un enfermement, un isolement par rapport au monde extérieur. L’enfermement est plus sévère quand il s’agit de remettre les pensionnaires dans le droit chemin. Créé en 1837 par Mesdames David et Foujols, le refuge de Saint-Étienne qui recueillait les jeunes filles tombées dans l’immoralité, était entouré de hauts murs et les visites des parents ou tuteurs, autorisées une fois par mois, se déroulaient au parloir, sous la surveillance des religieuses de Saint-Joseph. En dehors de la grande promenade organisée chaque année à Valfleury ou à Lyon, les pensionnaires ne sortaient pas de l’établissement15.

  • 16 Jeanne Pousset-carcel, op. cit., p. 57-58.
  • 17 Marie-Antoinette Kœhly, Sur les pas du poverello, Lyon, éd. du Sud-est, 1954, p. 17-38.

15Mais l’enfermement paraît plus surprenant à la « Sainte-Famille » et chez les franciscaines de la Croix-Rousse. Dans les règles générales de la société de la Sainte-Famille, il est précisé : « On sortira très peu de la maison et jamais sans permission. On renverra celle qui aurait pris cette liberté16 » ; et dans le règlement de l’abbé Dufêtre qui s’était occupé de la maison Rollet, l’enfermement est tout autant recommandé : « Il faut vivre dans un grand éloignement du monde, il est souhaitable que les visites des parents soient le plus rare possible et très courtes, il ne faut jamais sortir de la maison sans nécessité expresse et toujours accompagné17. » À la providence du Sacré-Cœur, dans celle des Pierres Plantées, les sorties sont tout aussi limitées et les parents ne pouvaient voir leur enfant qu’une fois par mois et toujours en présence d’une autre personne.

  • 18 Janice Farnham, op. cit., p. 138-142.
  • 19 Antoine Limousin, Enquête industrielle et sociale des ouvriers et des chefs d’atelier rubaniers, S (...)

16L’isolement du monde extérieur imposé aux pensionnaires était prolongé puisque les enfants étaient pour la plupart admis entre cinq et onze ans dans les providences et n’en sortaient généralement qu’entre dix-huit et vingt-et-un ans18. Il représentait une dizaine d’années de la vie des jeunes concernés. Cet enfermement de longue durée alimentait les dénonciations comme celle des ouvriers rubaniers de Saint-Étienne accusant les religieuses du refuge de séquestrer les jeunes filles et d’user envers elle du cachot et de la camisole de force19.

La contestation des providences 1840-1847

17Axée sur le thème de la concurrence déloyale faite aux ouvriers des ateliers textiles, la campagne contre les providences commence au début des années 1840 et s’intensifie en 1847. Ces campagnes sont à la fois liées à la conjoncture économique de la « fabrique lyonnaise », au développement d’une presse ouvrière et à la présence de Mgr de Bonald nommé archevêque de Lyon au cours de l’été 1840.

  • 20 Janice Farnham, op.cit., p. 230-232.
  • 21 Jeanne Pousset-Carcel, op.cit., p. 185.

18Si le mouvement de création se ralentit après 1830, les providences connaissent leur apogée dans cette décennie, tant par le nombre des enfants hébergés que par celui des métiers installés. Ainsi, la providence Saint-Bruno, à la Croix-Rousse, compte deux métiers en 1822 et 16 en 1835 ; celle de la Sainte-Famille, passe de huit métiers en 1825 à vingt en 1835 ; celle de Jésus-Marie, à Fourvière, de 33 métiers en 1825 à 46 en 1840. Claudine Thévenet, la directrice, écrivait en 1833 : « La Fabrique va mieux que jamais – Nous avons deux nouveaux magasins qui nous donnent de l’ouvrage – tous nos métiers battent – Nous en aurions cent, nous trouverions à les placer20. » De son côté, le père Pousset, directeur spirituel de la « Sainte-Famille » et exerçant, comme Claudine Thévenet, la fonction de chef d’atelier, écrivait le cinq août 1836 : « Oh ! Que nous avons du monde et puis toujours de nouvelles maisons21. »

  • 22 Janice Farnham, op.cit., p. 228.
  • 23 Nicolas Bez, La ville des aumônes. Tableau des œuvres de charité de la ville de Lyon, Lyon, Librai (...)
  • 24 Articles de l’Écho de la fabrique cités par Roger voog, « Les problèmes religieux à Lyon pendant l (...)
  • 25 L’Écho des ouvriers, août 1840.
  • 26 L’Écho des ouvriers, mars 1841.
  • 27 Étienne Fournial, Saint-Étienne. Histoire de la ville et de ses habitants, Roanne, Horvath, 1976, (...)

19La conjoncture est donc particulièrement favorable au milieu des années 1830 pour la fabrique lyonnaise et les providences, pour lesquelles le travail des enfants est une source majeure de revenus, profitent de cette prospérité. Mais la situation se dégrade à partir de 1837-1838 à la suite d’une crise économique aux États-Unis et l’inondation de 1840 provoque une migration de mille ouvriers à la Croix-Rousse22. Or, alors que la fabrique est en crise, les « ateliers de travail dans les providences sont occupés23 ». En août 1840, L’Écho des ouvriers de Lyon, organe des chefs d’atelier, confirme ce constat : « tandis que les ateliers des pères de famille chôment, ceux des monastères-ateliers sont pourvus d’ouvrage ». Un chef d’atelier dénonce la « concurrence homicide qu’ils font aux ouvriers en avilissant les salaires ». On leur reproche également la rigueur excessive de leur méthode de formation : ainsi, on souligne le travail harassant des filles repenties soumises à la direction des sœurs Saint-Joseph, au château de Virieux, près de Sathonay24. Les chefs d’atelier espèrent toutefois une intervention du nouvel archevêque de Lyon, Mgr de Bonald, pour empêcher la création de nouvelles providences. Les milieux ouvriers lyonnais ont à son égard un préjugé favorable : « On dit que Mgr l’archevêque n’entend pas que l’on fasse de la religion métier et marchandise. Il aurait déclaré ne plus vouloir autoriser l’établissement de nouvelles communautés25. » De plus, l’aide de l’archevêque aux sinistrés lors des inondations d’octobre 1840 a conforté leur opinion favorable. Lorsque douze chefs d’atelier, lui présentent le 4 mars 1841 une pétition visant à obtenir l’abolition du travail des étoffes de soie dans les communautés religieuses, l’archevêque aurait assuré qu’à l’avenir il ne donnerait aucune permission pour l’établissement de nouvelles communautés-ateliers et qu’il ferait cesser le dévidage pénalisant de nombreuses femmes vivant de ce travail26. Il est vrai que dès sa prise de fonction (juillet 1840), l’archevêque avait retiré aux sœurs Saint-Charles de Saint-Étienne la permission de faire exécuter par leurs élèves des travaux dont la communauté retirait de grands profits au détriment des mères de famille et des jeunes filles sans travail27. Par ailleurs, aucune providence ne fut, semble t’il créée entre 1840 et 1844.

  • 28 Jeanne pousset-carcel, op.cit., p. 242-243.
  • 29 Janice farnham, op. cit., p. 236.
  • 30 Le Censeur, 22 mai 1847.

20La position de Mgr de Bonald devint pourtant difficile car, après la visite des ouvriers en soie, il reçut celle des négociants qui lui firent « remarquer combien il serait injuste de refuser à de pieuses filles et cela contre les lois, ce qui était permis à tout le monde28 ». De toute façon, les points de vue des ouvriers en soie et des dirigeants de providence étaient inconciliables : ces derniers étaient persuadés de rendre service aux ouvriers et à leurs familles et Claudine Thévenet, directrice de la providence de Jésus-Marie, pensait qu’elle pouvait garder une position de neutralité à propos des tarifs que lui proposaient les fabricants : « Si on nous paye davantage, nous ne le refusons pas, si on ne nous augmente pas, nous ne disons mot29. » De son côté, une large part de la classe ouvrière acceptait de moins en moins sa dépendance économique à l’égard d’organismes d’assistance publics ou religieux et dans une pétition adressée au ministre des Cultes, des ouvriers en soie affirmaient : « Nous préférons encore qu’on nous laisse notre travail et qu’on nous offre point une insultante aumône30. »

  • 31 Vincent Robert, Les chemins de la manifestation. Lyon (1848-1914), Lyon, PUL, 1996, p. 71-72.
  • 32 Circulaire conservée aux archives de l’archevêché de Lyon (non classé).

21En 1847, la dégradation de la conjoncture et la création des dernières providences augmente l’animosité contre ces établissements. À la fin du mois de septembre 1847, « l’affaire Denis » excita encore plus les esprits lyonnais. Ce simple fait divers concernant une affaire de possession, s’était toutefois déroulé dans un pensionnat providence de la Croix-Rousse, celui de la dame Denis, rue de Margnolles. Le samedi 25 septembre un simple attroupement devant la providence se transforme en une véritable émeute. Elle s’étend à tout le quartier de la Croix-Rousse et dure à peu près deux semaines. Elle réunit au total quatre à cinq mille personnes qui s’en prennent à une autre providence, celle de l’abbé Collet31. Face à ce qui devient une émeute anticléricale, Mgr de Bonald réagit. Dans une circulaire adressée aux curés de son diocèse du 11 octobre 1847, il indique que la maison Denis est étrangère à l’Église, et justifie les providences où, selon lui, on donne à la jeunesse des habitudes d’ordre et de travail et on lui apprend un métier. Sans doute désabusé, il ajoute que ceux qui écrivent contre le clergé trouveraient la position de l’Église concernant la classe ouvrière beaucoup plus proche de la leur s’ils écoutaient ses observations32.

  • 33 Citations tirées de Janice Farnham, op. cit., p. 242.

22De son côté, le préfet tente de calmer les esprits et nomme, en décembre 1847, une commission chargée d’examiner la question des providences et des maisons de travail. Désigné par le cardinal, l’abbé Pousset qui y siège aux côtés de négociants et d’ouvriers signale dans une lettre à son frère un incident prémonitoire : « des ouvriers, un cierge allumé à la main passèrent plusieurs fois devant la maison (providence de Jésus-Marie à Fourvière) en chantant le Miserere et le De Profundis ». Il redoute que comme « il y a très peu de travail, Lyon souffrira peut-être plus cet hiver que dans celui de l’an passé33 ».

  • 34 François Dutacq, Histoire politique de Lyon pendant la Seconde république, Lyon, Cornély, 1910, p. (...)

23Le pressentiment est confirmé dans la nuit du 25 au 26 février 1848, lorsque après la proclamation de la Deuxième république, une bande d’ouvriers met complètement à sac deux ateliers. Jusqu’au 29 février, en l’absence de réaction des autorités municipales, une dizaine d’autres providences furent saccagées, leurs métiers à tisser détruits, à Lyon et dans les faubourgs, jusqu’à Villefranche34.

  • 35 Janice Farnham, op. cit., p. 251-252.

24À Saint-Étienne, des mesures avaient été prises en mars pour arrêter le tissage de la soie et la passementerie dans les couvents, car ces activités attisaient la colère des ouvrières. Une suspension temporaire du travail y fut décidée par le maire et les scellés furent placés sur les métiers des couvents-ateliers. Mais, sous la pression de la directrice du Pieux-Secours, sœur Marie-Claire, et des marchands, le préfet ordonna, mi mars, d’enlever les scellés. Toutefois, les métiers des couvents-ateliers de Saint-Étienne ne purent pas fonctionner longtemps35. Les 13 et 14 avril 1848, cinq maisons religieuses furent pillées à Saint-Étienne, les métiers et la marchandise qui s’y trouvaient incendiés. Il en fut de même dans deux communes proches, Villars et Saint-Priest en Jarez. Les ouvrières qui souvent se trouvaient à la tête des émeutiers, payèrent un lourd tribut, puisque quatre d’entre elles trouvèrent la mort après la destruction du couvent de la Sainte-Famille.

  • 36 Ibid., p. 244 ; 250.
  • 37 Archives municipales de Lyon (AML), I 2 40, 273, acte d’accusation du procureur lors du procès rel (...)
  • 38 Janice Farnham, op. cit., p. 245-254.

25D’autres providences subirent des destruction similaires dans l’Ain, à Paris et à Reims36. Mais les manifestants ne s’en prirent pas seulement aux providences mais détruisirent aussi à Lyon37 et à Villefranche des métiers mécaniques. Dans cette dernière ville, ils brûlèrent aussi les métiers de la prison. Par ailleurs, les petites providences paroissiales, comme celle de l’œuvre des Messieurs et les ouvroirs des filles de la Charité qui apprenaient la couture, le métier de tailleur et la broderie furent épargnées38. Seuls les établissements qui pratiquaient le tissage et le dévidage à grande échelle – celui des frères des écoles chrétiennes à Fourvière ; celui de l’abbé Collet à Caluire – furent dévastés. Les attaques n’étaient donc pas des manifestations d’anticléricalisme mais bien des réactions de défense d’ordre économique.

26Toutes les providences ont subi les conséquences des événements du printemps 1848 : certaines ont disparu, la plupart se sont reconverties à la suite du décret du 24 mars 1848 qui interdit les travaux exécutés dans les communautés religieuses s’ils créent une concurrence fâcheuse pour l’industrie libre.

  • 39 Jeanne Pousset-carcel, op.cit., p. 342 ; 359 ; 432 ; 748.

27La providence de la Sainte-Famille à Vaise et celle de l’abbé Collet ont disparu. Au début de mars1848, la maison-mère de la Sainte-Famille à Lyon ne compte plus que 25 religieuses contre 67 en 184639. Elles s’adonnent surtout à la couture avant de travailler dans l’enseignement et de diriger les jeunes filles dans quelques fabriques.

  • 40 Ibid., p. 501.
  • 41 Janice Farnham, op. cit., p. 256-257.

28L’abbé Pousset, qui, aurait souhaité réinstaller des métiers à tisser, s’est heurté aux réticences de Mgr de Bonald. Le 15 août 1848, il écrit au père Pousset : « Je désire avant tout que l’on fasse des sujets de votre congrégation des religieuses plutôt que des ouvrières. Il y a plus d’un danger à faire d’une maison religieuse un atelier de travail40. » Le cardinal réagit de la même façon lorsque Mère Saint-André songea à réorganiser la providence de Jésus-Marie, à Fourvière. Dans la maison restaurée, on ouvrit finalement une pension de dames âgées. Enfin, en 1853, le cardinal écrit au maire de Saint-Étienne qu’on ne doit pas travailler dans les providences à meilleur marché que dans les maisons des ouvriers de la ville et qu’il est hostile à ce que les sœurs reprennent la fabrication des rubans en étoffe41.

  • 42 Antoine Limousin, op. cit., p. 40.
  • 43 AML 744 WP 074, Recensement des œuvres de bienfaisance.

29Pourtant, des providences ont continué leurs activités et d’autres ont été créées. Dans leur réponse à la dix-septième question de l’enquête sur le travail industriel et agricole, ouverte par le gouvernement le 25 mai 1848, des ouvriers rubaniers de Saint-Étienne affirment que les couvents des paroisses environnantes absorbent encore une partie considérable du travail des dévideuses bien que dans une moindre proportion qu’avant février42. Par ailleurs, si on examine le tableau des œuvres particulières de bienfaisance du département du Rhône daté du quatorze janvier 1863, on s’aperçoit que le produit du travail des enfants intervient dans les recettes de nombreuses providences mais rares sont celles qui, comme le refuge Saint-Michel, à Saint-Just, ont des métiers pour le travail de la soie43. En tout cas, le travail des enfants dans les providences demeure un enjeu financier important. On retrouve ces enjeux financiers avec les usines-couvents.

Les usines-couvents : concurrence économique et moralisation des ouvrières

30Si la création de providences a été due le plus souvent à des initiatives de dames ou demoiselles pieuses qui ont essayé de s’adapter aux aléas de l’industrie de la soie, l’installation des usines-couvents obéit à une stratégie économique et financière fondée sur la soumission des ouvrières permise par un encadrement de religieuses.

  • 44 Tout le paragraphe s’appuie sur Pierre Cayez, Métiers Jacquard et hauts fourneaux. Aux origines de (...)

31Pour assurer les nouveaux débouchés anglais et américains et affronter la concurrence suisse et prussienne, la Fabrique utilisa d’abord la solution de l’extension géographique puis celle de l’intensification usinière. La diffusion des métiers hors de Lyon connut une première phase dès le premier Empire avec des extensions dans le Rhône et l’Ain puis sous la Monarchie censitaire. L’autre solution choisie pour résister à la concurrence consistait à regrouper les opérations du travail de la soie dans une usine. La plus ancienne fut celle de la Sauvagère, créée par Berna de Francfort, à Saint-Rambert, au bord de la Saône, près de Lyon, en 1817. L’usine, qui fabriquait des châles, intégrait toutes les opérations et fut la première usine-pensionnat : en effet, l’amélioration technique introduite dans l’usine permettait l’utilisation d’une main d’œuvre non qualifiée et très jeune, en l’occurrence 300 garçons qui mangeaient en commun et couchaient dans de grands dortoirs. D’autres usines suivirent le modèle de la Sauvagère, en intégrant les opérations de fabrication et / ou en utilisant la force hydraulique ou celle de la vapeur44.

  • 45 Bernard Plessy, Louis Challet, La vie quotidienne des canuts, passementiers et moulinières, Paris, (...)
  • 46 Xavier de Monclos, (dir.), Dictionnaire du monde religieux de la France contemporaine, Paris, Beau (...)
  • 47 Bernard Delpal, Entre paroisse et commune : les catholiques de la Drôme au milieu du xixe siècle, (...)
  • 48 Emile Keller, op. cit., p. 555.

32Les usines de filature, moulinage et tissage qui se sont installées le long des petites vallées des départements entourant le Rhône, recrutaient de nombreuses jeunes filles des villages environnants : il s’agissait parfois de concentrations allant de cent jusqu’à six cents ouvrières et les fabricants, soucieux d’éviter les risques représentés par une main d’œuvre aussi nombreuse, mirent en place une discipline de vie rigoureuse45. Les religieuses étaient naturellement les plus à même d’assurer cette discipline en essayant de rendre les jeunes filles vertueuses et elles furent engagées d’autant plus facilement que certains manufacturiers, comme Claude-Joseph Bonnet à Jujurieux dans l’Ain et Jean-Baptiste Martin à Tarare dans le Rhône étaient des catholiques convaincus46. Il existe toutefois au moins un exemple d’usine-couvent sans religieuses, celle des établissements Chartron à Saint-Vallier qui tissaient le crêpe47. La géographie de ces usines-couvents correspondait surtout à l’espace couvert par la « diaspora » des fabriques lyonnaise et stéphanoise. Sur un minimum d’une trentaine d’usines-couvents munies de religieuses que l’on peut répertorier en France, les plus nombreuses étaient installées dans l’Isère. Les autres se répartissaient pour la plupart dans la Loire, la Haute-Loire, l’Ardèche et la Drôme. En dehors du sud-est de la France, on trouvait dans le diocèse de Saint-Dié des Vosges, quelques usines dans lesquelles les sœurs étaient chargées de la surveillance des jeunes ouvrières48. La plupart des installations eurent lieu dans les années 1850 et 1860.

  • 49 Bernard plessy, Louis challet, op. cit., p. 56.

33Les congrégations religieuses sollicitées furent celles qui avaient fourni l’encadrement des providences (Saint-Joseph et Sainte-Famille). Toutefois, une congrégation, tout entière consacrée à la surveillance des ateliers séricicoles fut fondée par la baronne de Montbrond, à Recoubeau dans la Drôme, au milieu du siècle, avec la protection de l’évêque de Valence. Dans les années 1860 cette congrégation des Saints-Cœurs de Jésus et Marie était présente dans sept établissements industriels49.

  • 50 Archives de l’archevêché de Lyon, « Règles des petites sœurs de l’enfance » (approuvées 21 mars 18 (...)
  • 51 Jeanne pousset-carcel, op. cit., p. 510.
  • 52 Archives des petites sœurs de la sainte enfance, lettre du curé Bedoin au curé de Grand-Croix, 7 m (...)

34Après s’être assuré de l’accord de l’évêché, les congrégations répondent positivement, mais avec plus ou moins d’empressement aux demandes des manufacturiers. Pour elles, il s’agit d’abord de ramener au bien les jeunes ouvrières, de les diriger dans la piété, ou de leur servir de guide50 sans négliger des préoccupations plus terre à terre : à la « Sainte-Famille », l’abbé Pousset envoyait parfois des religieuses dans les fabriques « où elles gagnaient plus de ressources pour payer nos grandes dettes51 ». Pour sa part, le curé Bedoin de Lavalla-en-Gier (Loire), fondateur de la congrégation des Petites sœurs de l’enfance, envisage d’envoyer trois religieuses dans la fabrique de M. Simon à Saint-Chamond en 1864, en sachant que ce dernier est susceptible de fournir du travail à ses religieuses. Mais il craint que ces dernières n’aient pas suffisamment de temps pour leurs prières et pour se rendre à la messe52. Les relations entre les dirigeants de fabriques et les religieuses n’étaient pas toujours faciles, surtout au niveau des responsabilités et du pouvoir accordés à ces dernières : ainsi, à trois reprises dans l’Isère, à Bressieux chez Gindre et Auger, à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs chez Joly, au Péage-de-Roussillon chez Heckel, les religieuses de la Sainte-Famille ont quitté l’usine au bout de quelques années à cause d’une mésentente avec les propriétaires ou parce qu’elles ne jouissaient pas d’une liberté suffisante.

35Les règlements stipulent seulement que les religieuses surveillent les ouvrières. Dans certains cas, elles semblent tout régenter alors que dans d’autres, elles n’ont qu’une direction morale et religieuse. Dans le règlement des Petites sœurs de l’enfance concernant les fabriques, il est précisé que les sœurs doivent surveiller le travail sans s’ingérer dans les emplois des unes et des autres. On imagine les conflits qui pouvaient naître entre les contremaîtres(-ses) et les religieuses, qui semble-t-il, le plus souvent, jouaient le rôle d’intermédiaire entre ces derniers et les jeunes ouvrières.

  • 53 Jacques Valserres, Les industries de la Loire, Saint-Étienne, 1862, p. 369.
  • 54 Louis reybaud, Études sur le régime des manufactures et condition des ouvriers en soie, Paris, 185 (...)

36En tout cas, la surveillance des religieuses est constante, surtout lorsqu’il existe une présence masculine et le terme d’enfermement se justifie tout autant que pour les providences. Ainsi, à la rubanerie Vignat, à Bourg-Argental, les ouvrières sont en permanence surveillées par les religieuses et si on les accompagne en promenade le dimanche, après les vêpres, il ne leur est pas permis de sortir seules53. Dans la fabrique de rubans Colombet à La Séauve (Haute-Loire), les apprenties ne peuvent sortir que toutes les six semaines54.

  • 55 Voir note 46.
  • 56 Archives des sœurs Saint-Joseph de Lyon (non classées) Prospectus de l’usine Martin envoyé aux cur (...)

37L’étude des deux établissements de Claude-Joseph Bonnet à Jujurieux (Ain) et de Jean-Baptiste Martin à Tarare permet de mieux comprendre le fonctionnement des usines-couvents. Les deux manufacturiers furent les promoteurs de ce type d’usine et l’expérience connut dans leurs établissements une grande longévité puisque les religieuses y étaient encore présentes au début des années 1930. Grâce à cette initiative, C. J. Bonnet et J. B. Martin ont obtenu reconnaissance et distinctions : le premier a été nommé officier de la légion d’honneur55 ; le second est distingué en 1867, par la Société de protection des apprenties, comme le manufacturier ayant organisé son établissement en vue d’assurer la santé, l’instruction, la moralité, l’enseignement religieux et l’avenir des apprenties et jeunes ouvrières. Les deux manufacturiers ont obtenu l’appui des hautes autorités de leur diocèse, l’évêque de Belley, Mgr Devie et l’archevêque de Lyon, Mgr de Bonald. Mgr Devie est venu donner les sacrements de communion et de confirmation dans l’usine de Jujurieux. Pour sa part, Mgr de Bonald a visité deux fois l’établissement J. B. et P. Martin en 1855 et en 1868 et chaque fois félicité les propriétaires. Dans les deux lettres qui suivent ses visites, il reprend l’essentiel de l’argumentation de leurs promoteurs. Il s’agit de préserver : « Une grande réunion de jeunes ouvrières…n’offrira pas les inconvénients qui se manifestent dans tant d’établissements industriels. » Il s’agit aussi de surveiller : « la présence d’un aumônier prudent secondera encore puissamment les religieuses ». Il s’agit enfin de former une grande famille chrétienne : « Les sœurs de Saint-Joseph forment les jeunes filles à une vie chrétienne […] Aussi […] l’ordre, la probité et l’union font de toutes ces ouvrières une seule famille56. »

  • 57 Louis reybaud, op. cit., p. 203-214 ; Julien-François turgan, Les grandes usines de France : table (...)
  • 58 Prospectus cité note 56.
  • 59 Renseignement aimablement communiqué par Henri pansu qui prépare un ouvrage sur C. J. Bonnet et so (...)

38Dès la fin des années 1860, les deux usines rassemblaient plus de 500 jeunes filles, encadrées par une vingtaine de religieuses. À Jujurieux comme à Tarare, les jeunes filles sont admises entre treize et seize ans avec un certificat de bonne conduite. Leur séjour dure généralement de trois à cinq ans et la durée quotidienne du travail est d’environ douze heures. Les gages annuels reçus par les jeunes filles varient dans les deux cas entre quatre vingt francs et cent cinquante francs. Elles reçoivent aussi des gratifications financières (primes) pour un travail bien accompli. On les incite par ailleurs à placer leur argent à la caisse d’épargne de l’établissement57. Dans les deux usines, les religieuses exercent une surveillance continuelle, que ce soit au travail ou hors des ateliers58. Elles donnent des leçons de lecture, écriture, calcul, instruction religieuse. Le dimanche, elles accompagnent les ouvrières dans une promenade, qui, à Jujurieux, les conduit à la maison de C. J. Bonnet à Chevarel. Les deux fabriques ont, bien sûr, un aumônier qui préside aux cérémonies du culte dans la chapelle. Les jeunes filles bénéficient, semble-t-il, de conditions de nourriture et de logement meilleures que dans la plupart des fabriques avec quatre repas par jour et la présence d’une salle de bains. À Jujurieux et à Tarare, les jeunes filles sont un bon parti pour les jeunes gens de la région. C. J. Bonnet donne son avis sur les demandes de mariage et dote certains couples d’un métier à tisser59.

39Peu de choses différencient les deux établissements. À Jujurieux, le personnel est entièrement féminin à l’exception de quelques ouvriers-mécaniciens alors qu’à Tarare, les hommes travaillant dans les ateliers de la manufacture de peluches sont proches mais séparés des ateliers de jeunes filles qui s’occupent du moulinage des soies. De plus, à Tarare, les jeunes ouvrières portent un uniforme lorsqu’elles sortent et les religieuses font le maximum pour les protéger de l’extérieur : le courrier est visé par la supérieure, les promenades sont recommandées le matin du dimanche pour éviter les rencontres et, si celles-ci se produisent, il est défendu de lier conversation avec une personne qui ne fait pas partie de l’établissement.

  • 60 Dans la brochure citée note 56 la supérieure de Saint-Joseph écrit « cet établissement est fondé s (...)

40On imagine que des établissements si contraignants ont suscité autant de critiques que les providences auxquels ils s’assimilent volontiers60. C’est ce que nous allons évoquer avant de nous interroger sur la stratégie et sur la philosophie communes des providences et des usines-couvents.

  • 61 Abel chatelain, « Les usines internats et les migrations féminines dans la région lyonnaise (2e mo (...)
  • 62 Louis reybaud, op. cit., p. 207-208.
  • 63 Claudia et Joseph jeury, Le crêt de Fonbelle, Paris, Seghers, 1981, cité par Bernard plessy, Laure (...)

41La critique contre les usines-couvents est venue d’abord des ouvriers en contact avec elles. Ainsi, à Tarare, les ouvriers qui, on l’a vu, travaillaient à proximité de l’usine-couvent et avaient des salaires plus élevés61, craignaient qu’on finisse par confier aux femmes des travaux de fabrication et non plus de préparation. Aussi, certains d’entre eux, allant à la rencontre de celles qui s’étaient mises en route en direction de l’internat, les apostrophaient et « cherchaient à les détourner de leur dessein en comparant le moulinage à un Cayenne. Puis ils entraient dans le détail des prétendues misères qui attendaient l’apprentie62 ». Mais il faudrait aussi connaître l’avis des ouvrières occupées au travail des soies à Tarare et dans les autres usines-couvents. Peu d’entre elles ont eu la parole. On peut toutefois se faire une idée des contraintes permanentes que ces jeunes paysannes subissaient en lisant un témoignage de jeune fille ayant connu les derniers prolongements de cette vie au début du xxe siècle. Claudia Jeury63 se souvient de ce besoin irrépressible de s’extérioriser au dortoir qu’elle éprouvait avec ses compagnes car « C’était tellement sérieux la vie à ce moment-là ; on était soumises, on était vaillantes, mais on n’était pas heureuses, on était trop seules ».

  • 64 Si Julien-François Turgan op. cit. est très favorable, Jacques Valserres, op. cit. et Jules Simon, (...)
  • 65 Jean Lorcin, Economie et comportements sociaux et politiques : la région de Saint-Etienne de la gr (...)
  • 66 Alberto Melucci, « Action patronale, pouvoir, organisation. Règlements d’usine et contrôle de la m (...)
  • 67 Alain dewerpe, « Conventions patronales : l’impératif de justification dans les politiques sociale (...)
  • 68 Jeanne pousset-carcel, op. cit., p. 623.

42Les nombreux économistes, juristes et autres journalistes du xixe siècle qui visitent ces établissements implantés en milieu rural y sont plutôt favorables car ils permettent aux jeunes filles d’échapper à l’immoralité de la ville64. L’organisation paternaliste leur convient même s’ils critiquent sa rigueur excessive. Leur approbation ne surprend pas dans la mesure où ils souhaitent que les ouvrières des usines-couvents s’intègrent à l’univers moral de la bourgeoisie fait d’amour du travail, de maîtrise de soi, d’ordre, d’économie (apprendre à gérer son budget et préparer son trousseau) et de propreté65. L’Église souscrit à ces valeurs dans la mesure où le patron des usines-couvents « substitue en partie à la répression directe l’usage de la religion comme instrument de contrôle66 ». De plus, ce dernier a une supériorité sociale sur le simple fabricant. On a vu qu’il assume parfois les fonctions paternelles en autorisant le mariage des jeunes femmes qu’il emploie. Son paternalisme l’amène à assurer un devoir social et à donner plus que le salaire. Il a un contact direct avec ses ouvrières qu’il éduque comme ses enfants tout en leur donnant les moyens d’une vie chrétienne67. Il est donc en parfait accord avec les prêtres-aumôniers des usines-couvents ou les responsables des congrégations religieuses qui encadrent ces usines. Ces derniers accordent une importance toute particulière à la moralisation des jeunes filles qui s’y trouvent. Ainsi, l’abbé Pousset, dans les notes qu’il a transmises en août 1869 à une des congrégations préparant le concile de Rome, indique que la « Sainte-Famille » dont il est directeur spirituel a du s’occuper de toutes les œuvres pouvant convenir à des femmes, surtout la surveillance morale et religieuse d’ateliers et de certaines usines68. Il précise aussi que des grands industriels réclament les sœurs pour éviter l’immoralité et que c’est là que ces dernières font le plus de bien et empêchent le plus de mal.

43Pour sa part, l’abbé Meyzonnier, aumônier de l’établissement séricicole Lacroix à Montboucher près de Montélimar indique pourquoi il est si important de commencer par moraliser les jeunes filles. Dans une lettre qu’il adresse le 4 mars 1858 à l’économiste Louis Reybaud pour lui reprocher d’avoir employé le terme de couvent à propos des fondations industrielles tempérées par l’élément religieux, il affirme :

  • 69 Louis reybaud, op. cit., p. 265-277.

« L’immense influence dont dispose la femme, personne ne l’ignore. C’est donc sur elle que doit se reporter spécialement l’attention de l’homme qui veut sérieusement moraliser… La religion seule a le secret d’une régénération sociale… Ils l’ont compris, ces hommes qui n’ont pas craint de l’appeler dans leurs ateliers. Ils ont senti que c’était par la femme qu’il fallait commencer, que c’était par elle qu’il fallait combattre le socialisme et ses exécrables doctrines69. »

  • 70 Jean lorcin, op. cit., p. 359.
  • 71 Alain dewerpe, op. cit., p. 40.

44En conclusion, on peut dire que les providences comme les usines-couvents ont prolongé l’œuvre de rechristianisation engagée par les « missions » de la Restauration70. Ce phénomène passe essentiellement par les femmes dont le rôle a été majeur dans l’Église jusqu’à aujourd’hui. Mais la défiance ouvrière et les violences du printemps 1848 ont transformé la plupart des providences en orphelinats. D’autre part, le paternalisme mis en œuvre dans ces dernières comme dans les usines-couvents a été de plus en plus remis en question à la fin du siècle avec l’affirmation du principe d’égalité concrétisé par le suffrage universel et la liberté syndicale71.

Notes

1 Pour l’étude des providences nous nous appuyons largement sur la thèse d’une religieuse américaine de la congrégation Marie Joseph Janice Farnham, Alternative childhood : girls’ providences in 19th century Lyon (1800-1850), catholic university of America, Whashington, 1989, dactyl.

2 Ibid., p. 31.

3 Ibid., p. 22-42.

4 Ibid., p. 49.

5 Laura Strumingher, « Les canutes de Lyon », Mouvement social, 1978, janvier-mars, p. 60-61.

6 Janice Farnham, op. cit., p. 69-70.

7 Ibid., p. 242.

8 Ibid., p. 266-268.

9 Ibid., p. 111.

10 Ibid., p. 82-85.

11 Cas de la providence de l’abbé Collet à Caluire.

12 Éric Baratay, Le père Joseph Rey (1798-1874) serviteur de l’enfance défavorisée, Paris, Beauchesne, 1996.

13 Émile Keller, Les congrégations religieuses en France, Paris, Poussièlgue, 1880, p. 256-257.

14 Jeanne Pousset-Carcel, op. cit., Feurs, imprimerie forézienne, 1998, p. 52-58.

15 Laurent Degat, L’œuvre du refuge (1837-1918), DEA, Université de Saint-Étienne, 199 ; p. 5-12.

16 Jeanne Pousset-carcel, op. cit., p. 57-58.

17 Marie-Antoinette Kœhly, Sur les pas du poverello, Lyon, éd. du Sud-est, 1954, p. 17-38.

18 Janice Farnham, op. cit., p. 138-142.

19 Antoine Limousin, Enquête industrielle et sociale des ouvriers et des chefs d’atelier rubaniers, Saint-Étienne, Pichon, 1848, p. 39 ; Laura Strumingher, art.cit., p. 75-76 cite des rapports de la police lyonnaise évoquant des enlèvements de jeunes ouvrières par certains monastères.

20 Janice Farnham, op.cit., p. 230-232.

21 Jeanne Pousset-Carcel, op.cit., p. 185.

22 Janice Farnham, op.cit., p. 228.

23 Nicolas Bez, La ville des aumônes. Tableau des œuvres de charité de la ville de Lyon, Lyon, Librairie chrétienne, 1840, p. 269.

24 Articles de l’Écho de la fabrique cités par Roger voog, « Les problèmes religieux à Lyon pendant la monarchie de Juillet et la Seconde république d’après des journaux ouvriers », Cahiers d’Histoire, 1963, octobre-décembre, p. 405-421.

25 L’Écho des ouvriers, août 1840.

26 L’Écho des ouvriers, mars 1841.

27 Étienne Fournial, Saint-Étienne. Histoire de la ville et de ses habitants, Roanne, Horvath, 1976, p. 246.

28 Jeanne pousset-carcel, op.cit., p. 242-243.

29 Janice farnham, op. cit., p. 236.

30 Le Censeur, 22 mai 1847.

31 Vincent Robert, Les chemins de la manifestation. Lyon (1848-1914), Lyon, PUL, 1996, p. 71-72.

32 Circulaire conservée aux archives de l’archevêché de Lyon (non classé).

33 Citations tirées de Janice Farnham, op. cit., p. 242.

34 François Dutacq, Histoire politique de Lyon pendant la Seconde république, Lyon, Cornély, 1910, p. 113.

35 Janice Farnham, op. cit., p. 251-252.

36 Ibid., p. 244 ; 250.

37 Archives municipales de Lyon (AML), I 2 40, 273, acte d’accusation du procureur lors du procès relatif aux violences de février. René Lacour, La Révolution de 1848 dans le Beaujolais et la campagne lyonnaise, Lyon, éd. de La Guillotière, 1955, p. 37.

38 Janice Farnham, op. cit., p. 245-254.

39 Jeanne Pousset-carcel, op.cit., p. 342 ; 359 ; 432 ; 748.

40 Ibid., p. 501.

41 Janice Farnham, op. cit., p. 256-257.

42 Antoine Limousin, op. cit., p. 40.

43 AML 744 WP 074, Recensement des œuvres de bienfaisance.

44 Tout le paragraphe s’appuie sur Pierre Cayez, Métiers Jacquard et hauts fourneaux. Aux origines de l’industrie lyonnaise, Lyon, PUL, 1978, p. 152-163.

45 Bernard Plessy, Louis Challet, La vie quotidienne des canuts, passementiers et moulinières, Paris, Hachette, 1987, p. 40.

46 Xavier de Monclos, (dir.), Dictionnaire du monde religieux de la France contemporaine, Paris, Beauchesne, 1996, vol. 6, p. 67-68 (sur C. J. Bonnet). Archives des sœurs de Saint-Joseph de Lyon, « Histoire de la maison » (vol. 2) sur J. B. Martin.

47 Bernard Delpal, Entre paroisse et commune : les catholiques de la Drôme au milieu du xixe siècle, Valence, Peuple libre, 1989, p. 248-249.

48 Emile Keller, op. cit., p. 555.

49 Bernard plessy, Louis challet, op. cit., p. 56.

50 Archives de l’archevêché de Lyon, « Règles des petites sœurs de l’enfance » (approuvées 21 mars 1865).

51 Jeanne pousset-carcel, op. cit., p. 510.

52 Archives des petites sœurs de la sainte enfance, lettre du curé Bedoin au curé de Grand-Croix, 7 mai 1864.

53 Jacques Valserres, Les industries de la Loire, Saint-Étienne, 1862, p. 369.

54 Louis reybaud, Études sur le régime des manufactures et condition des ouvriers en soie, Paris, 1859, p. 341.

55 Voir note 46.

56 Archives des sœurs Saint-Joseph de Lyon (non classées) Prospectus de l’usine Martin envoyé aux curés de paroisses ; brochures de la supérieure envoyée aux communautés de sa congrégation. Lettres de Mgr de Bonald.

57 Louis reybaud, op. cit., p. 203-214 ; Julien-François turgan, Les grandes usines de France : tableau de l’industrie française au milieu du xixe siècle, Paris, 1867, vol. 7, p. 220-223.

58 Prospectus cité note 56.

59 Renseignement aimablement communiqué par Henri pansu qui prépare un ouvrage sur C. J. Bonnet et son entreprise.

60 Dans la brochure citée note 56 la supérieure de Saint-Joseph écrit « cet établissement est fondé sous la forme d’une providence »

61 Abel chatelain, « Les usines internats et les migrations féminines dans la région lyonnaise (2e moitié du xixe siècle) », Revue d’histoire économique et sociale, 1970, juin-septembre, p. 387-388.

62 Louis reybaud, op. cit., p. 207-208.

63 Claudia et Joseph jeury, Le crêt de Fonbelle, Paris, Seghers, 1981, cité par Bernard plessy, Laurent chaillet, op. cit., p. 72-73.

64 Si Julien-François Turgan op. cit. est très favorable, Jacques Valserres, op. cit. et Jules Simon, L’ouvrière, Paris, Hachette, 1861 sont plus critiques.

65 Jean Lorcin, Economie et comportements sociaux et politiques : la région de Saint-Etienne de la grande dépression à la Deuxième guerre mondiale, thèse d’État, Lyon 2, 1988, dactyl., p. 361 et sq.

66 Alberto Melucci, « Action patronale, pouvoir, organisation. Règlements d’usine et contrôle de la main d’œuvre au xixe siècle », Mouvement social, 1976, octobre-décembre, p. 155.

67 Alain dewerpe, « Conventions patronales : l’impératif de justification dans les politiques sociales des patronats français (1830-1936) » in Sylvie schweitzer (dir.) Logiques d’entreprises et politiques sociales, Lyon, PPSH, 1993, p. 25-26.

68 Jeanne pousset-carcel, op. cit., p. 623.

69 Louis reybaud, op. cit., p. 265-277.

70 Jean lorcin, op. cit., p. 359.

71 Alain dewerpe, op. cit., p. 40.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search