Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et enfermements

 | 
Bernard Delpal
, 
Olivier Faure

Avant-propos

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Isabelle von Bueltzingslowen (dir.), Famines et exclusions sous l’Occupation, Rennes, PUR, 2005, a (...)

1Les textes rassemblés ici constituent avec le colloque « Famines et exclusions1 » l’un des acquis principaux du groupe de recherche « Enfermements, marges et société » (EMS) fondé en 1995 au sein de l’université Lyon III sous l’impulsion de Bernard Delpal puis dirigé par Olivier Faure et reconnu de 1997 à 2003 comme « programme pluri-formations » par le ministère de la recherche.

  • 2 Ouvrage qui a lancé les polémiques mais aussi les recherches (voir note 1) sur le sort des malades (...)
  • 3 BP 87 75722 PARIS CEDEX 05. Outre ses lettres, l’association a publié Chiffres en folie, Paris, La (...)

2En inscrivant le thème de l’enfermement au centre de ses préoccupations, le groupe n’exprimait, malgré les apparences, aucune nostalgie pour la grande époque révolue de la dénonciation du pouvoir mais le simple sentiment que la querelle provoquée par les interprétations de Foucault avait prématurément enterré un sujet avant qu’il n’ait été épuisé. Il a donc tenté de reprendre ce thème dans un cadre original. Lors de séminaires réguliers et de journées d’études, le groupe n’a pas seulement permis de confronter en un même lieu les analyses de spécialistes de différentes sciences humaines, essentiellement juristes comme (Jean-Louis Halpérin, Évelyne Serverin, Dominique Thouvenin) et historiens, français (Michelle Perrot, Philippe Artières, Jacques-Guy Petit) et européens (Martin Dinges, Michel Porret, Sabina Loriga). Il a surtout été un lieu où les chercheurs ont pu dialoguer avec des praticiens de la justice et de l’administration pénitentiaire, mais aussi des militants de terrain (Michaël Faure de l’observatoire international des prisons) et des « militants chercheurs » que ce soit l’auteur de L’extermination douce, Max Lafont2, ou Pierre Tournier et Annie Kensey, les animateurs de l’association Pénombre consacrée à la réflexion critique de l’usage social et politique du chiffre3. Le point d’orgue de cette démarche fut, en mars 1978 la tenue d’une journée consacrée à l’art en prison à laquelle participaient à la fois un artiste ancien détenu (Didier Chamizo) et le premier président de la Cour de cassation, Pierre Truche.

  • 4 Bernard Delpal, Le silence des moines : les Trappistes au xixe siècle, Paris, Beauchesne, 1998.
  • 5 Isabelle von Bueltzingsloewen, Denis Pelletier (dir), La charité en pratique : chrétiens sur le te (...)
  • 6 Pierre Guillaume, Médecins, église et foi (xixe-xxe siècles), Paris, Aubier, 1990.

3Les textes ici rassemblés illustrent un deuxième versant, plus classique moins ambitieux mais peut-être plus fécond de cette aventure. Par le jeu des hasards et des nominations, le groupe était devenu d’abord une affaire d’historiens. Les uns, venus de l’histoire religieuse, avaient étudié les ordres religieux4 les autres, issus de l’histoire économique et sociale « labroussienne » se vouaient à l’histoire de la protection sociale et de la santé. Mal à l’aise dans leurs familles d’origine, les uns et les autres découvraient combien le religieux restait présent dans la société contemporaine, bien au delà d’un territoire propre en constante régression et combien les monastères étaient souvent près du monde. Dans le domaine sanitaire et social, « l’illusion historique » de la radicale opposition entre le religieux et le médical s’évanouissait au fur et à mesure que le terrain social se peuplait de chrétiens5 et que les médecins catholiques sortaient de l’ombre6. Dans ce contexte intellectuel, particulièrement propice à Lyon, le thème des enfermements se prêtait particulièrement bien à l’approfondissement de cette hypothèse. Organisée à la fois par EMS et l’Institut d’histoire du christianisme, dirigé par Bernard Hours, la table ronde dont ce livre est issu voulait montrer, sur un thème précis, comment le religieux construit le social et comment une entreprise sociale influence les structures, les pratiques des églises et de leurs membres. Bref, il ne s’agit plus de faire une histoire religieuse ou une histoire sociale mais bien une histoire du religieux dans le social et une histoire du social qui intègre le religieux.

4Tenue à l’automne 2001, cette table ronde a joué un rôle décisif dans la constitution d’un programme de recherche consacré à l’histoire moderne et contemporaine des milieux réellement ou symboliquement clos, du couvent à la Cour en passant par les sectes religieuses ou les écoles médicales, et à leur rôle dans l’élaboration et la diffusion de nouveaux modèles de comportements politiques, religieux et culturels. Conçu à l’origine pour être l’armature d’une unité de recherche, ce programme est devenu pour la période 2003-2006 celui de l’équipe RESEA (Religion, société et acculturation), composante essentielle du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA), Unité mixte de recherche du CNRS associant les historiens modernistes et contemporainistes de tous les établissements d’enseignement supérieur de Lyon et Grenoble et dirigée par Jean-Luc Pinol. RESEA et LARHRA, ainsi que l’université Jean-Moulin Lyon III ont apporté à cette publication une aide qui mérite notre reconnaissance.

  • 7 Le même choix vient d’être fait par RESEA dans le cadre d’un colloque sur « Ville et religion » pr (...)

5Comme il n’est pas question de faire ici une histoire de la religion dans les lieux clos mais bien d’étudier les inter-relations entre religion et enfermements, on a volontairement exclu un plan qui aurait regroupé les communications selon une thématique religieuse7. Celle-ci aurait d’abord fait apparaître la prégnance du modèle religieux de la clôture avant de repérer la place et le rôle des communautés religieuses dans les différents types d’institutions. On a préféré retenir une logique plus neutre qui rassemble les différentes expériences selon le type de population ou de situation auxquelles elles s’adressent. Le premier ensemble de textes traite des enfants et jeunes adultes qu’il s’agit de former ou de réformer. Les malades font l’objet d’une deuxième partie où l’on a volontairement regroupé les affections du corps et celle de l’esprit en réaction à la tentation d’assimiler les aliénés aux prisonniers au point de nier toute réalité à la maladie mentale. Plus attendue, la troisième partie a trait aux marginaux et aux déviants, mais, conformément au développement d’un nouveau champ historiographique, elle accorde autant de place aux « handicapés » qu’aux prisonniers.

6Outre une orientation « foucaldienne » que soulignent les titres, la présentation choisie pourrait laisser supposer un simple catalogue. C’est pour dissiper cette impression que l’ensemble des communications est encadré par deux textes plus généraux qui ont pour but de mettre en valeur la façon originale d’aborder la question. Nourri de la relecture des contributions, le texte introductif insiste sur les apports majeurs du religieux aux enfermements contemporains. Loin de se contenter de fournir un modèle et la plus grande partie du personnel nécessaire, les religions chrétiennes donnent aux institutions closes, laïques comme confessionnelles, une bonne part de leur philosophie. Loin d’être une entreprise froide et impersonnelle, l’enfermement contemporain est une utopie qui engage si profondément les individus qu’elle dépasse largement les murs des lieux de réclusion. L’intérêt du texte de Jean-Marie Fecteau qui conclut l’ouvrage dépasse largement son seul objet avoué, le Québec. En affirmant que cette pratique sociale qui atteint son apogée au siècle de la démocratie libérale est une pratique de liberté qui doit être analysée en termes de modernité et non d’héritage, il invite à penser les enfermements en termes renouvelés, réaffirmant ainsi fermement le but essentiel de cet ouvrage.

Notes

1 Isabelle von Bueltzingslowen (dir.), Famines et exclusions sous l’Occupation, Rennes, PUR, 2005, avec des contributions de la plupart des membres d’EMS.

2 Ouvrage qui a lancé les polémiques mais aussi les recherches (voir note 1) sur le sort des malades mentaux et autres reclus pendant l’Occupation.

3 BP 87 75722 PARIS CEDEX 05. Outre ses lettres, l’association a publié Chiffres en folie, Paris, La Découverte, 1999.

4 Bernard Delpal, Le silence des moines : les Trappistes au xixe siècle, Paris, Beauchesne, 1998.

5 Isabelle von Bueltzingsloewen, Denis Pelletier (dir), La charité en pratique : chrétiens sur le terrain social en France et en Allemagne, Strasbourg, PUS, 1999.

6 Pierre Guillaume, Médecins, église et foi (xixe-xxe siècles), Paris, Aubier, 1990.

7 Le même choix vient d’être fait par RESEA dans le cadre d’un colloque sur « Ville et religion » programmé en 2006.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540