Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les régulations sociales dans l'Antiquité

 | 
Michel Molin

Conclusions

Patrick Le Roux

Texte intégral

1La notion de « régulations » n’est guère familière a priori aux historiens des époques dites reculées. Le mot évoque la physique mécanique, l’économie et les finances, mais également la sociologie et la biologie ou science du vivant. C’est sans doute sous l’influence de celles-ci que les organisateurs ont été conduits à proposer une réflexion globale sur les « régulations sociales » dans l’Antiquité. Retrouvant les rythmes propres à l’histoire ancienne, souvent plus à son aise, en dépit des apparences, dans l’étude des plages d’histoire lente que dans le temps court de l’événement ou de la chronique, nos collègues n’ont pas hésité à réunir des spécialistes de l’Égypte pharaonique et gréco-romaine, de la Mésopotamie, des mondes grecs et hellénistiques, de l’Empire romain et de la période tardive. Pour le plus grand profit de chacun : à la diversité du temps s’est ajoutée la variété des espaces et des sources, invitation à l’échange, à la comparaison toujours fructueuse. Nous avons écouté vingt-trois communications classées sous sept rubriques dont le point commun était, me semble-t-il, la question de l’ordre social et des désordres qui le guettaient, ce qui revenait à poser le problème de l’autoprotection des sociétés face aux risques de déstabilisation et, à terme, de remise en cause du groupe social ou de la communauté tout entière. Bref, un nouvel objet, comme tel parfaitement légitime, dont la pertinence ressort des réflexions foisonnantes apportées par les différentes contributions et de son adaptation modulée aux réalités antiques. Un exemple concret de la nécessité, toujours d’actualité quoi qu’on en ait, de confronter le passé le plus reculé et le présent pour un enrichissement de notre compréhension des expériences humaines dans le temps et de la manière dont elles se répondent.

Définitions et questions de méthode

2Je ne reviens pas sur ce qu’a très bien énoncé l’introduction de M. Molin. Au xixe siècle, le développement des sciences de la nature et de la vie a fourni des modèles à la réflexion historique en quête de lois sur l’évolution humaine, dans le prolongement d’une tradition culturelle remontant à l’Antiquité, selon laquelle les sociétés humaines obéissaient à la règle commune fixée par la Nature, quel qu’ait été ensuite le rôle correcteur de la Raison. Au départ l’idée simple, puisque le thème portait sur les « régulations sociales », est celle d’un équilibre indispensable à l’organisation sociale et au fonctionnement de la société qui, soumis à un jeu complexe de forces et d’intérêts contradictoires, doit être préservé et rétabli selon les moments et les circonstances. Le temps, l’expérience accumulée, l’usure des rapports sociaux, les faiblesses du système représentent autant de facteurs susceptibles, à tout moment, de déséquilibrer le groupe social ou politique. Les régulations, dans ce contexte, sont le résultat d’une adaptation constante du milieu concerné, qu’il s’agisse d’autorégulation ou d’intervention volontaire visant à régulariser des mécanismes, à la manière d’une horloge ou d’un corps malade réagissant par la fièvre qu’il convient de faire tomber. Les régulations sont indissociables des dérégulations, ce qui signifie des temps de latence, des perceptions retardées ou des signes de faiblesses inaperçues, la mise en place aussi de mesures visant à éviter les débordements.

3Sous cet angle, le corps social est appréhendé de façon dynamique, comme un organisme toujours en mouvement, mû par un jeu de relations internes et de communications plus ou moins libres, car en partie conditionnées par la dynamique de l’ensemble. La question posée est alors celle de l’existence de politiques régulatrices en liaison avec une « science du gouvernement » visant à contrôler ce qui devrait l’être et à « laisser-faire » ce qui est de l’ordre de l’autonomie du vivant. Les sociétés incluent des individualités et des sous-groupes. Ces composantes établissent des rapports entre elles qui interfèrent avec le fonctionnement global de la société qui n’en est pas la résultante. La surveillance permanente et complète des dispositifs est utopique, à plus forte raison concernant des communautés ayant atteint un niveau d’organisation élevé, ce qui était le cas des sociétés étudiées. Le problème de la pertinence du concept de continuité des organisations sociales sous les adaptations et les changements réguliers est assurément soulevé par l’approche proposée.

4Il est logique que les différents intervenants aient dû choisir et privilégier un aspect ou un registre.

5La démarche empirique a consisté à analyser ce qui échappait à une norme sociale et ne relevait donc pas du domaine des institutions ni des structures hiérarchisées formant l’ossature collective. Il s’est dégagé quelques pistes de réflexion : la place de la liberté d’action, le rôle des solidarités associatives, la cohésion sociale, les réponses immédiates aux situations de crise, la nature sociale de la violence jugée « régulatrice » par certains. La démarche « modélisée » a eu la préférence de ceux qui étaient sensibles aux apports méthodologiques de l’économie, des sciences politiques et sociales : ces contributions ont mis l’accent sur des mécanismes de régulation issus de l’observation expérimentale au sein du groupe social lui-même, en particulier quand le droit ou la justice sont inopérants : ces modélisations impliquent toutefois la référence à une anthropologie sociale mettant en évidence les valeurs et les ressorts des styles de raisonnement et des comportements. Suivant les secteurs de l’activité et le degré de la conscience d’appartenir à une communauté qu’il fallait protéger et préserver, des normes de régulation ou règles furent fixées dont la vocation était de s’étendre à tout le corps social.

6Personnellement, j’ai essayé tout au long des deux journées de m’attacher à une série d’interrogations ayant pour point commun l’éventuelle délimitation d’un champ social des régulations et les conditions de son élaboration, dans la mesure où la fluidité du concept me paraissait peut-être préjudiciable à l’efficacité des analyses en termes de « régulations sociales ». On peut distinguer, dès le départ, les micro- et les macrorégulations. Celles-ci se situent dans un rapport jamais fixé avec l’État, les institutions, les structures sociales, car les actions régulatrices, sont, on l’a vu, de deux ordres : ou volontaires ou automatiques. C’est évidemment le passage de l’un à l’autre qui est le plus riche à explorer, car il traduit le degré de conscience sociale dans une collectivité et reflète la diversité des significations des pratiques politiques et administratives à l’intérieur d’un État. Au couple ordre et désordre s’ajoute ainsi celui de la tradition et de l’innovation : l’accent est mis sur le poids des choses autant que des hommes. Il me semble que l’on a gagné en compréhension quand on s’est efforcé de sérier les questions et les plans : si les régulations sociales ont assurément existé dans l’Antiquité, il ne semble pas que ce soit par le biais de ce qu’on appellerait aujourd’hui un « traitement social » des problèmes, ce qui induit une distinction préalable entre « régulations sociales » et « réponse à des crises » d’une part, « sanction de la loi » et « idée de réforme » d’autre part.

7Les régulations sociales ne se confondent pas davantage avec les sociabilités, mais les rites sociaux et les relations indéfinies tissées par un groupe social jouent un rôle, ne serait-ce que de force d’inertie, à l’heure des régulations. Il n’est pas étonnant que ce soit surtout par ce qu’elles ne sont pas qu’on puisse les aborder, puisqu’elles relèvent de l’action et de la pratique expérimentale. Les régulations sociales concourent à la perpétuation d’un équilibre et à la conservation de la collectivité organisée. Elles n’en sont pas la condition essentielle puisque dans un organisme vivant existent des dérégulations accidentelles qui ne remettent pas en cause la stabilité de l’ensemble ni sa durée. Dérégulation n’est pas dérèglement comme régulation n’est pas réglementation.

Contributions aux débats et nouvelles orientations

8Les points saillants des travaux exposés et les pistes à suivre pour prolonger la recherche méritent d’être établis sans distinction de méthode, le volume des Actes lui-même, dans lequel prendront place ces conclusions, permettant à chaque lecteur d’avoir directement connaissance des choix opérés, des exemples et des illustrations

9L’accent a été clairement mis sur ce qui était susceptible de renforcer ou de menacer la cohésion sociale des communautés, quelles qu’aient été leurs dimensions et leur époque. On se trouvait là, en effet, sur des terrains familiers, répondant à des définitions et des préoccupations au cœur même des travaux sur les communautés antiques à savoir la guerre et la défense du territoire, le maintien de l’ordre, le monde de la cité et ses bornes culturelles et sociales, la fonction de la mémoire civique, etc. Cependant, le prisme des régulations a permis de confronter la part d’ombre à la part de lumière et de mettre en évidence les conditions et les limites du contrôle social. Les sociétés antiques avaient conscience d’être soumises en permanence à des forces négatives ou contraires qu’il convenait de traiter par le gouvernement, la prévision, la coercition, la justice bien comprise. Les communautés antiques n’étaient ni primitives ni modernes. Fondées sur des modes de raisonnement très élaborés mais tributaires de contextes anthropologiques précis, les pratiques sociales y obéissaient à une rationalité illustrée par les philosophes, les écrivains et les chefs politiques ou même les notables à l’honneur dans les inscriptions en grec ou en latin.

10Les individus ou les groupes qui composaient la communauté n’avaient ni les mêmes droits ni les mêmes devoirs et ne disposaient pas de la même liberté d’action, des mêmes protections. Les valeurs morales partagées et le code social formaient un cadre à l’intérieur duquel jouaient les mécanismes régulateurs face à des débordements ou des menaces ponctuelles ou bien circonscrites. Celles-ci étaient de nature variée à écouter ce qui a été dit : le sentiment, l’individu, la femme, l’esclave, l’argent et les dettes, la pauvreté dessinaient des domaines de faiblesse qu’il fallait circonscrire ou contrôler, qu’il fallait en quelque sorte intégrer à la communauté sans la bouleverser. La justice et le respect des règles dans une cité comme Athènes, mais aussi dans les cités d’époque postérieure, offraient un champ privilégié aux régulations sociales en définissant des normes évolutives à partir de cas et d’expériences vécues. Sur ce plan, les analyses renvoient à la question d’une définition de l’ordre public, si elle est possible, et demandent de réfléchir à la place de la coutume, le mos des Romains.

11Les solidarités, dont la fonction régulatrice est indéniable, se traduisaient par l’existence d’associations, collèges, corps de métiers très divers auxquels participait un grand nombre, sans limitation de condition sociale pour une bonne part. Dans le monde hellénistique et romain, quel qu’ait été leur but avoué, certaines pratiques jouaient un rôle de redistribution et de compensation : on pense à l’évergétisme accompagné de fêtes et jeux, mais d’autres formes associées au ravitaillement ou aux cérémonies funéraires entrent en ligne de compte. Bien sûr, ces aides étaient liées à des privilèges et à des avantages réservés à titre individuel ou collectif. On touche pourtant par là à des notions essentielles pour la mesure des régulations : ce qu’on pourrait appeler des « espaces inoccupés », des « interstices » ou des « angles morts » échappant au contrôle des autorités responsables par la force des choses. Il s’agit alors de réalités extérieures à proprement parler au champ juridique ou judiciaire et politique, de nature indéfinie, mouvantes : l’exemple des grèves, la recherche sur l’origine des dérégulations et sur l’apparition de mécanismes compensatoires forment un faisceau de réflexions prometteuses. La contrainte est un élément fréquent des modes de régulation sociale et ce qui pouvait inciter une communauté à adopter des règles rigoureuses est un indice d’une recherche tâtonnante d’un équilibre difficile à atteindre faute de repères identifiés. Le cas des monastères chrétiens d’époque tardive illustre l’intérêt du problème d’autant que ces communautés d’un genre nouveau, à la limite du public et du privé, se devaient d’asseoir leurs propres règles et de les adapter aux mutations de la société.

12Le troisième registre dans lequel se répartissent les communications correspond à l’évolution des rapports sociaux et aux relations sociales incluant les formes religieuses. Le colloque est une invitation à réexaminer les codes qui régissaient les sociétés et à comparer les principes et les données concrètes. En outre, le monde romain pose plus que d’autres la question d’un changement de norme et du passage de l’une à l’autre et donc des mécanismes conduisant au nouvel équilibre. Il est clair que la conquête romaine a fonctionné au départ comme un élément de dérégulation. Il a fallu du temps pour que les correctifs et les effets compensateurs favorisent les adaptations nécessaires, car il n’y eut pas au bout du compte de remise en question radicale. La période augustéenne fut celle des véritables ajustements pour des provinciaux usés par des abus de pouvoir qui n’avaient que trop duré. Sous le nom d’apaisement, se manifeste en réalité une des formules de transition, expressément présente dans le dossier documentaire, opérant à la manière de ce que nous avons désigné comme des « régulations ». Il s’agit, il est vrai, de champ administratif plus que social. Enfin, le thème de l’équilibre entre les classes d’âge, indissociable des questions démographiques classiques, a permis de traduire l’émergence d’une conscience des problèmes débouchant parfois sur des solutions insolites et brutales.

Une recherche exploratoire : problèmes et difficultés

13Sans vraiment se référer au syntagme, les communications ont posé la question de l’ » intégration sociale » et de la mobilité dans l’Antiquité. Cependant, on a aussi compris très vite qu’une différence existait entre les deux approches et que la notion de régulation invitait à pénétrer plus profondément à l’intérieur même du corps social et des mouvements désordonnés qui le traversaient. On s’est heurté à un certain nombre de limites qu’on ne doit pas masquer.

14La documentation est d’un maniement délicat à la fois à cause de sa nature inadaptée au thème, à diverses reprises, et plus encore de ses lacunes. On note des inégalités : les papyrus et les sources grecques, comme on le constate le plus souvent, sont, semble-t-il, beaucoup plus riches d’informations sur le sujet que les textes d’époque romaine. En revanche, on a pu constater qu’une étude archéologique fine, attentive au contexte précis, autorise des conclusions nouvelles. Le recours aux méthodes de l’histoire quantitative est également concerné, sans qu’on puisse leur attribuer une efficacité particulière en matière de « régulations sociales ».

15Le temps est un facteur décisif de l’histoire des régulations. La difficulté est d’évaluer ce qui ressortit à la longue durée et ce qui relève des corrections rapides. On ne peut remédier à l’inconvénient que par des comparaisons pertinentes en termes d’analyse spatiale et temporelle ou par des questionnaires croisés susceptibles de faire apparaître les interactions, sans succomber à l’idée que le domaine privé de la vie sociale serait par nature celui où s’expriment les forces régulatrices. On ne peut pas faire l’économie d’une analyse sur les rythmes. Il semble que les schémas chronologiques traditionnels issus de l’histoire événementielle doivent être oubliés pour mieux y revenir après un détour profitable par le répétitif, l’imperceptible, le quotidien. La force de l’habitude, la soumission à la nature des choses qui auraient été le lot des sociétés antiques en sortent affaiblies et pour tout dire inadaptées à la recherche d’une compréhension meilleure des relations sociales.

16Malgré les difficultés inévitables, le colloque paraît avoir tenu toutes ses promesses. Les discussions et échanges l’ont montré. Les communications ont apporté un lot important de relectures de dossiers connus, permettant à chacun de faire valoir ses prédilections et ses résultats sur un thème fédérateur et novateur. Pouvoirs, États, fondements économiques et culturels des sociétés ont été étudiés autrement ouvrant sur des perspectives rarement prises en compte auparavant.

17Dans le rôle qui devait être le mien, je me suis efforcé d’aller à l’essentiel, c’est-à-dire de faire preuve d’un minimum d’autorégulation, non que je me sois senti en danger, mais à cause de l’exercice lui-même, toujours périlleux, des conclusions que j’avais imprudemment accepté à l’invitation de M. Molin. L’intérêt et les curiosités éveillés par les séances de travail durant ces deux journées me font, au bout du compte, un devoir supplémentaire de remerciements chaleureux envers lui et les organisateurs de ces journées, avec toutefois la certitude d’être l’interprète des collègues unanimes.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540