Version classiqueVersion mobile

Les régulations sociales dans l'Antiquité

 | 
Michel Molin

Septième partie. Une mobilité sociale régulée

Les affranchis dans les collèges professionnels du Haut-Empire romain : l’encadrement civique de la mobilité sociale*

Nicolas Tran

Texte intégral

  • * Je remercie MM. Jean-Pierre Martin et Jean Andreau d’avoir accepté de relire ma communication oral (...)
  • 1 Les collèges correspondent à des associations volontaires dans le sens où l’adhésion à un collège (...)

1L’Italie du Haut-Empire est une somme de cités ; et dans les mondes municipaux italiens, le populus est un acteur fondamental. Les citoyens s’investissent dans la vie collective, par leur participation à la vie politique au sens strict, mais aussi par leur intégration dans des structures de sociabilité constitutives de la cité. Les collèges professionnels correspondent à de telles structures civiques d’intégration. Associations volontaires1, ils se distinguent cependant des groupes dans lesquels tout le populus est réparti. Communautés festives, cultuelles, souvent funéraires, les collèges professionnels sont des lieux de convivialité. Émanant du monde des métiers commerciaux et artisanaux, ils ne correspondent pas pour autant à des structures d’organisation de la vie économique. Leur recrutement, quoique assez large et assez hétérogène, trouve un point d’ancrage dans des catégories intermédiaires de la société. Or, celles-ci comptaient une proportion importante d’affranchis.

  • 2 J. Andreau, « L’affranchi », A. Giardina (dir.), L’Homme romain, Paris, 1992, p. 223-224 : « Il fa (...)
  • 3 J.-M. Flambard, « Collegia compitalicia : phénomène associatif, cadres civiques et cadres territor (...)
  • 4 P. Steiner, La Sociologie de Durkheim, Paris, 2000, p. 44-63.
  • 5 É. Durkheim, Le Suicide. Étude sociologique, Paris, 1897, p. 264 et 275-276.

2Comme on le sait, la condition des affranchis romains est, par nature, très ambiguë : les liberti sont pris dans un mouvement de balancier, un jeu de forces contradictoires, entre dépendance et autonomie2. Or, du fait même de sa libération, l’affranchi s’élève dans la hiérarchie du monde servile, et — d’une manière qui lui est propre — dans la société. La place du collège dans ce mouvement de balancier et dans cette trajectoire particulière de mobilité sociale, peut être précisée, à la lumière du concept de régulation sociale. Concluant un article sur les associations de quartier, Jean-Marc Flambard a présenté ces collectivités comme des structures remplissant une fonction de substitution et d’intégration, délivrant « une propédeutique civique »3. La relation entre collège et régulation sociale était posée, sans que le concept de régulation soit nommé. La sociologie d’Émile Durkheim peut fournir des éléments d’une définition de la notion de régulation sociale, d’une définition qui — toutefois — ne prétend pas englober toutes les dimensions du problème posé aujourd’hui4. Émile Durkheim, en liant les processus d’intégration et de régulation, s’est demandé en quoi les mécanismes qui intègrent les individus à la société contribuent au maintien d’un ordre social cohérent. Sous la plume du sociologue, « la société n’est pas seulement un objet qui attire à soi, avec une intensité inégale, les sentiments et l’activité des individus ; elle est aussi un pouvoir qui les règle5 ».

  • 6 La nature, incertaine, du métier de lenuncularius tabularius auxiliarius est discutée par J. Le Ga (...)
  • 7 Pour une présentation onomastique d’ensemble des lenuncularii tabularii auxiliarii d’Ostie : P. He (...)
  • 8 CIL XIV, 250 = ILS, 6174 et CIL XIV, 251 = ILS, 6175, datées de 152 et 192 ; d’autres fragments de (...)
  • 9 CIL XIV, 8 = ILS, 6174, Ostie : Genio coloniae / Ostiensium, / M(arcus) Cornelius / Epagathus, cur (...)
  • 10 CIL XIV, 341 = ILS, 6144, Ostie : Memoriae / M(arci) Corneli M(arci) f(ilii) Pal(atina tribu) Vale (...)

3De fait, dans une optique durkheimienne, les formes romaines de régulation sociale semblent à découvrir dans des mécanismes qui canalisent et modèrent les aspirations sociales des individus, et qui favorisent l’acceptation de la hiérarchie sociale comme juste et légitime. En quoi l’intégration des affranchis par et dans les collèges, en apaisant des tensions que les structures sociales romaines pouvaient faire naître, a-t-elle favorisé, et la stabilité d’un ordre social très hiérarchisé, et la mobilité des individus dans la hiérarchie sociale ? L’étude du recrutement d’un collège d’Ostie permet d’avancer quelques éléments de réponse à cette interrogation. Au sein du corpus lenunculariorum tabulariorum auxiliariorum, une communauté de bateliers spécialisés dans le remorquage ou l’utilisation de barques d’allège6, des M.M. Cornelii semblent former une nébuleuse issue notamment de l’affranchissement7. Leur collège est connu par de grandes listes nominatives, gravées dans la seconde moitié du iie siècle de notre ère8. Rapprochés d’une dédicace de 141 apr. J.-C.9, célébrant un don fait à la cité, et d’une épitaphe postérieure de cinq ou six décennies10, les deux alba conduisent à reconstruire le possible destin d’une lignée parmi les M.M. Cornelii.

4Dans le collège des lenuncularii tabularii auxiliarii d’Ostie, se trouvent des corporati qui, appartenant à un agrégat familial assez large, s’élèvent dans la hiérarchie sociale. En son sein, les M.M. Cornelii semblent former une nébuleuse enracinée dans le monde servile. Ainsi, la sur-représentation du nom Cornelius dans l’effectif collégial est manifeste. Sur le premier album, rédigé à partir de 152 apr. J.-C., les M.M. Cornelii sont au nombre de 12, parmi 127 bateliers comportant 28 Cornelii. La seconde liste, datée de l’année 192, recense 24 M.M. Cornelii, sur un total de 31 Cornelii et de 258 corporati. Dans l’absolu, le gentilice Cornelius est certes des plus courants. Toutefois, il est difficile d’admettre que la sur-représentation des Cornelii ne résulte que du hasard. Une comparaison avec les autres listes collégiales d’Ostie, gravées à une époque voisine, dans des milieux professionnels proches, révèle la très nette concentration du nom Cornelius, dans le métier très précis et dans le collège des lenuncularii tabularii auxiliarii (Tableau 1).

  • a Les inscriptions honorifiques dédiées à des présidents des corpora traiectus togatensium, traiectu (...)

Tableau 1. Les Cornelii dans les collèges liés aux activités portuaires d’Ostiea

Tableau 1. Les Cornelii dans les collèges liés aux activités portuaires d’Ostiea
  • b Proposant d’attribuer l’inscription CIL XIV, 247, au corpus lenunculariorum traiectus Rusticeli, H (...)

5Note bb

  • c Cet ordo corporatorum est identifié au corpus scaphariorum et lenunculariorum traiectus Luculli, p (...)

6Note cc

  • d H. bloch, op. cit. n. 8, p. 282-285, n° 43.

7Note dd

8Or, la documentation fournit des indices de l’ancrage des Cornelii du corpus lenunculariorum tabulariorum auxiliariorum dans la population servile. 38 portent un surnom hellénique, ou un surnom latin courant parmi les esclaves et les affranchis. En outre, les listes, complétées au fur et à mesure des entrées dans le collège, recensent des collegiati de même gentilice par groupes de deux, trois ou quatre (Tableau 2). Le travail du lapicide semble refléter un mode collectif d’adhésion au collège : l’énumération ordonnée des corporati témoigne sans doute de liens réels, de co-affranchissement notamment, entre les individus enregistrés les uns à la suite des autres.

Tableau 2. Les Cornelii inscrits à la suite les uns des autres dans les alba lenunculariorum

Tableau 2. Les Cornelii inscrits à la suite les uns des autres dans les alba lenunculariorum
  • 11 O. Salomies, Die römischen Vornamen. Studien zur römischen Namengebung, Helsinki, 1987, p. 378-389
  • 12 Sur la liste datée de 152, la lettre f(ilius) suit la nomenclature de trois corporati ; M. Cipius (...)
  • 13 Nous ne parvenons pas à expliquer la mention LIB, pour lib(ertus) probablement, qui suit les noms (...)

9Néanmoins, les M.M. Cornelii semblent ne former — au mieux — qu’une entité complexe, et non un ensemble unitaire soudé par des liens exclusivement simples et directs. Les prénoms des Cornelii diffèrent. Or, les deux listes envisagées ont été gravées à une époque où la transmission des prénoms, par les pères à l’ensemble de leurs fils, est héréditaire11. Hypothétique par nature, l’analyse gagne en sûreté relative, si l’on se concentre sur les liens potentiels entre M.M. Cornelii, et non entre tous les Cornelii du collège. Par ailleurs, les relations filiales, attestées12, et les différents niveaux d’affranchissement, probables, segmentent le groupe dont l’existence est pressentie13.

  • 14 Sur l’inscription, M. Cornelius Secundus est cité deux fois : simple « plébéien » du corpus en152, (...)

10La probable lignée de M. Cornelius Epagathus et de ses descendants correspond à une branche de la nébuleuse que les M.M. Cornelii semblent former. Sur la première liste, M. Cornelius Secundus est le seul corporatus dont la filiation est indiquée entre le gentilice et le cognomen. La mise en valeur de l’ingénuité de Secundus, quinquennalis après 15214, se comprend bien, si l’on voit en lui le fils d’un affranchi, quinquennalis perpetuus du collège en 152 : M. Cornelius Epagathus. Surtout, l’album de 192 recense trois M.M. Cornelii aux cognomina remarquables. Leurs surnoms découlent semble-t-il d’un sentiment lignager et de la volonté d’afficher ce sentiment. Aussi deux hypothèses de reconstruction d’un stemma familial paraissent-elles plausibles (Tableau 3).

Tableau 3. Hypothèses de filiation des Cornelii

Tableau 3. Hypothèses de filiation des Cornelii
  • 15 Sur l’accès des fils et petits-fils d’affranchis à l’élite municipale d’Ostie et à l’ordre équestr (...)

11Ces deux propositions généalogiques, fondées sur l’examen des listes collégiales, de la dédicace au Génie de la colonie d’Ostie et de l’épitaphe évoquées plus haut, conduisent à présenter l’hypothèse plausible15 d’une trajectoire de mobilité sociale intergénérationnelle. Curator Augustalium d’Ostie portant un cognomen grec, M. Cornelius Epagathus serait un très probable affranchi. Son petit-fils, ou son fils cadet, aurait accédé à l’ordre des décurions d’Ostie. Et son arrière-petit-fils, ou son petit-fils, aurait reçu la dignité équestre. Or, tout au long de cette ascension, le destin de la lignée demeure lié au collège et à la présidence de celui-ci. Ainsi, on est tenté de croire que les M.M. Cornelii du collège appartenaient à un même réseau de dépendance, fondé en grande partie sur des liens d’affranchissement, dans lequel Epagathus et ses descendants occupaient une position dominante.

  • 16 Le fragment Dig., XLVII, 22, 3, 2, qui traite des conditions d’admission des esclaves dans les col (...)
  • 17 C. Nicolet, « Les ordres romains : définition, recrutement et fonctionnement », C. Nicolet (dir.), (...)
  • 18 O. M. van Nijf, The Civic world of professional associations in the Roman East, Amsterdam, 1997, p (...)

12Or, pour les collegiati issus de l’esclavage, affranchis liés à leur ancien maître par un lien indissoluble, le changement de statut juridique se trouve associé à une forme d’intégration sociale et civique. Par leur entrée dans le collège des lenuncularii, des affranchis semblent avoir pénétré dans un groupe d’essence civique. Ces individus ont accès à un groupe d’hommes libres et de citoyens : l’absence d’esclaves dans l’effectif collégial est très significative. Le droit permettait pourtant aux esclaves d’être admis dans des collèges16. Les bateliers ont choisi de n’admettre parmi eux que des hommes libres. Admis dans le collège, l’ancien esclave entre dans un ordo corporatorum, composé d’une plebs, dirigée par les magistrats choisis par celle-ci. Telles sont les expressions employées par le corpus au moment de dresser la liste de ses membres. L’usage que les corporati font ici du mot ordo n’est-il que « métaphorique », pour reprendre une formulation de Claude Nicolet17 ? La réponse nuancée, et donc détaillée, à cette question ne peut être avancée dans le cadre restreint de ces quelques pages. La frontière entre l’imaginaire et le réel n’est pas nette. Certes, les collèges se mettent en scène à la manière d’ordres supérieurs dont le statut juridique, le rapport à la puissance publique et le mode de recrutement sont tout à fait différents des leurs. Cependant, le mimétisme des collèges à l’égard des cités et de l’État romain est si accompli, que l’attitude consistant à prendre le nom d’ordo peut se justifier en partie par des formes réelles d’organisation18. Les collegiati, construisant leurs communautés à l’imitation des cités, conçoivent leur collège comme une partie organique d’une sphère publique qui se confond avec la cité.

  • 19 En vertu de la lex Visellia (C.J., IX, 21) datée de 24 apr. J.-C., ou peut-être d’une disposition (...)

13De fait, dans leur communauté, les collegiati exercent une forme de citoyenneté : ils jouent un rôle de citoyen. Des affranchis, en choisissant d’adhérer à une structure associative hiérarchisée, acceptent d’être soumis à un pouvoir qui s’exerce sur eux en tant que « plébéiens ». Les collegiati reproduisent ainsi l’ordre social et civique, et par-là l’instituent. Le collège apparaît comme un lieu d’intériorisation de la norme et de la hiérarchie civiques. Or, exclus des gouvernements municipaux19, les affranchis ne disposaient que d’une citoyenneté incomplète. Pour le riche M. Cornelius Epagathus lui-même, la quinquennalitas du collège, comme la curatèle des Augustales, a donc valeur de compensation. Parce que le collège pourvoit à des honneurs, et parce que c’est un honneur que d’être admis dans un collège, celui-ci contribue à canaliser et à modérer les attentes d’individus de conditions variées, mais qui ont en commun d’être « sortis » de leur condition initiale. C’est en cela notamment que, dans la société romaine, le collège professionnel semble jouer un rôle à la fois d’intégration et de régulation.

  • 20 J. Andreau, La Vie financière dans le monde romain. Les métiers de manieurs d’argent (ive siècle a (...)
  • 21 C’est ce que suppose, implicitement et indirectement, l’idée, courante dans l’historiographie des (...)

14Le collège professionnel assure à des hommes issus du monde artisanal un accès à une existence sociale valorisante : la médiation du collège autorise la construction d’une identité positive fondée sur le métier. Le métier des affranchis était, le plus souvent, un héritage de la servitude. Le même nom de métier, toutefois, pouvait recouvrir plusieurs statuts de travail, pour reprendre le concept défini par Jean Andreau20. Ce n’est pas la même chose que d’être rameur, patron de barque ou armateur en batellerie. Les affranchis présents dans le collège ont-ils, derrière eux, un passé révolu de rameurs ? Les sources collégiales ne le disent pas, mais il est vraisemblable que l’évolution du statut de travail, l’affranchissement et l’entrée dans le collège ne soient pas sans liens21. En tout cas, à côté — sans doute — ou indépendamment de la hiérarchie des statuts de travail, l’entrée dans le collège enrichit le rapport social que l’affranchi entretient avec son métier. Le collège s’inscrit donc dans un rapport renouvelé au travail.

  • 22 L’émergence d’un sentiment de fierté liée à l’appartenance à un corps de métier, mais déliée de la (...)

15La qualité de corporatus, en effet, est un élément de prestige, une forme de dignité désignée par un titre. Et pourtant, l’appartenance au corpus résulte de l’exercice d’une activité issue le plus souvent de l’esclavage, dont la nature est en contradiction avec les codes romains du prestige, tels que l’élite sociale les définit. Le métier artisanal ou commercial peut représenter un élément de prestige, parce que le collège extrait le métier, et la sociabilité professionnelle, de la sphère économique au sens strict22. De fait, le collège professionnel joue un rôle régulateur dans le sens où il réduit les contradictions inhérentes à des identités sociales complexes, formées de facettes en partie dissonantes.

  • 23 F. Jacques, Le Privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de (...)
  • 24 Dig., L, 6, 5, 12 (Callistrate) : Quibusdam collegiis uel corporibus quibus ius coeundi lege permi (...)
  • 25 C’est ce que l’on peut déduire d’un fragment de Scaevola concernant les nauicularii et mercatores (...)
  • 26 À propos des affranchis attirés par l’acquisition de richesses foncières, voir notamment A. Los, « (...)
  • 27 Voir notamment P. Veyne, « Mythe et réalité de l’autarcie à Rome », REA, 81, 1979, p. 265-266 = La (...)

16En outre, aux hommes enrichis aspirant à la condition de notables, le collège professionnel offre la possibilité de prendre une certaine distance vis-à-vis du métier originel. Les sources juridiques évoquant les collegiati laissent percevoir des trajectoires de sortie du métier23. Plusieurs fragments du Digeste fixent à quelles conditions les membres de collège peuvent bénéficier de l’immunité des charges municipales, ou encore de l’exemption des tutelles. Les Prudents du début du iiie siècle, Callistrate en particulier, se réfèrent à des dispositions légales de l’époque antonine. Traitant en priorité — mais pas seulement — des corps de naviculaires, ces fragments s’enracinent dans le contexte historique et économique dans lequel évolue la lignée de M. Cornelius Epagathus. Les juristes rappellent que la jouissance individuelle des privilèges accordés aux membres d’un collège requiert l’exercice réel du métier qui donne à ce collège sa raison d’être24. Le métier est réputé réellement exercé, lorsque le collegiatus y consacre la plus grande part de son patrimoine25. Or, sous la plume des juristes, ne remplissent plus ce critère les hommes qui augeant facultates : les corporati enrichis ont vocation à siéger parmi les décurions. De fait, le décurionat de M. Cornelius Valerianus et la dignité équestre du fils de celui-ci supposent qu’une partie au moins de la richesse accumulée par M. Cornelius Epagathus et ses descendants ait été investie dans la terre26. En modifiant la structure de leur patrimoine, des hommes enrichis par les activités portuaires se plient à une norme sociale qui impose aux notables la jouissance de biens fonciers27. Des individus dont la fortune provient des trafics portuaires acceptent, dans son principe et ses réalités politiques, la supériorité sociale des propriétaires fonciers. Devenant eux-mêmes possesseurs de la terre, ils renforcent l’ordre social, les valeurs, et la hiérarchie propre à celui-ci, en les reproduisant.

  • 28 J. Andreau, « Mobilité sociale et activités commerciales et financières », E. Frézouls (dir.), La (...)

17Le collège favorise ce changement patrimonial nécessaire à la réussite, car il permet la perpétuation d’un lien utile, non-économique, avec le monde des métiers. Durant trois ou quatre générations, la lignée d’Epagathus maintient un lien fort avec le collège qui constitue le terrain originel de sa réussite : l’ordo corporatorum forme un premier cercle d’obligés, le noyau d’une clientèle. Or, la supériorité des notables est indissociable de la détention d’un tel capital de relations sociales. Le métier donne accès à l’honorabilité vraie, à la qualité de notable, à condition que les hommes enrichis grâce à lui l’abandonne : ici apparaît l’une des contradictions majeure de la mobilité dans la société romaine28. Les collegiati les plus éminents peuvent s’écarter de pratiques professionnelles jugées sans dignité, tout en restant liés à une communauté de métier, à un collège honorable par la nature de ses activités et la sélectivité de son recrutement. Ainsi, le collège permet à ses dignitaires de concilier des exigences contradictoires et d’échapper aux situations de blocage que celles-ci pouvaient engendrer. En cela, le collège professionnel régule l’ascension sociale de familles issues de l’économie portuaire d’Ostie.

  • 29 S. R. Joshel, Work, identity, and legal status at Rome. A study of the occupational inscriptions, (...)
  • 30 J. Andreau, La Vie financière dans le monde romain, op. cit. n. 20, p. 610.
  • 31 Id., « Modernité économique et statut des manieurs d’argent », MEFRA, 97, 1985, p. 397.
  • 32 Voir notamment J. Michel, La Gratuité en droit romain, Bruxelles, 1962, p. 157-167 ; G. Fabre, Lib (...)

18Le collège est utilisé à la fois comme un réseau de clientèle, et comme un lieu de construction de l’autonomie individuelle. Le collège professionnel contribue à l’autonomie relative d’affranchis qui accèdent à une vie sociale distincte de la familia de leur patron. Néanmoins, la présence, dans la même association de métier, d’hommes appartenant semble-t-il à un même réseau de dépendance conduit à s’interroger sur les relations économiques que ceux-ci ont pu entretenir. Bon nombre des M.M. Cornelii, dont on peut tenir pour probable la qualité d’affranchis, de co-affranchis ou de patrons, exerçaient-ils leur métier ensemble, dans un nombre restreint de sociétés ? L’hypothèse29 n’est pas à exclure a priori, mais la prudence est de mise. Les entreprises artisanales et commerciales romaines connues sont petites30. En outre, les sources mettent en lumière d’autres relations économiques possible entre patrons et affranchis : des formes de « collaboration sur un pied d’égalité », selon l’expression de Jean Andreau31, ou même de concurrence entre acteurs indépendants. D’autre part, les affranchis présents dans les associations de métier apparaissent comme des prestataires tout désignés d’operae à caractère professionnel. Toutefois, le dossier très complexe des operae donne, lui aussi, l’image d’une grande diversité des conditions d’affranchis32. La dépendance et l’autonomie constituent les deux pôles opposés de situations individuelles complexes et hétérogènes, sur le plan économique notamment. Ces deux pôles délimitent un champ dans lequel s’exercent des forces contradictoires. Et dans ce jeu de forces contradictoires, l’intégration par et dans le collège est un vecteur d’autonomie relative.

  • 33 Sur le caractère exceptionnel des affranchis à l’existence sociale très autonome, voir l’article c (...)
  • 34 P. Garnsey, « Independent freedmen and the economy of Roman Italy under the principate », Klio, 63 (...)
  • 35 J.-C. Dumont, Servus. Rome et l’esclavage sous la République, CÉFR 103, Rome, 1987, p. 428-429, év (...)

19Au-delà de la profonde hétérogénéité de la catégorie des affranchis, le collège semble pouvoir jouer un rôle adapté à des types sociaux d’une grande variété, dont nous ne discuterons pas ici le caractère plus ou moins exceptionnel33. Pour les collegiati peut-être les plus proches de l’archétype de « l’affranchi indépendant », pour reprendre la formule quelque peu abrupte de Peter Garnsey34, le collège a pu contribuer à l’émancipation très accomplie qui définit leur condition. Pour les affranchis — au contraire — restés très proches de leur patron, l’accès à la vie collégiale peut représenter un élément de rupture, au cœur de destinées dominées par des éléments de continuité. Grâce aux satisfactions sociales apportées à ses membres, le collège est susceptible de compenser le maintien de la dépendance, économique notamment. Le collège participe d’un environnement social fondé sur un renouvellement du rapport aux autres, d’un environnement dans lequel l’ancien esclave est traité en homme libre35. Atténuant les contradictions inhérentes à un statut juridique d’homme libre et dépendant à la fois, le fait collégial s’inscrit en fait dans une sphère d’autonomie de vie sociale, qui participe d’un processus de régulation. L’affranchi peut accepter plus aisément son statut juridique, car sa dépendance est tempérée. L’affranchi est enclin à modérer une aspiration à l’autonomie indissociable de son être social. Aussi le collège peut-il favoriser l’acceptation de la puissance patronale, et donc la légitimation de l’ordre social.

  • 36 Sur le recrutement social des patrons de collèges, et notamment sur le choix (fréquent à Ostie) de (...)

20Le collège et la nébuleuse familiale représentent deux appartenances collectives distinctes, qui se recoupent en partie. L’appartenance au même collège peut entretenir dans l’esprit des M.M. Cornelii la conscience de former un groupe issu de liens familiaux, alors même que ces liens pouvaient être indirects et assez lointains, alors même que l’existence de chacun pouvait être plus ou moins autonome vis-à-vis du réseau et de ceux qui le dominaient. Si bon nombre des M.M. Cornelii de l’ordo corporatorum étaient les affranchis, les descendants d’affranchis, ou les affranchis d’affranchis, de M. Cornelius Epagathus ou de ses descendants, la présidence du collège a pu être le moyen de maintenir des liens amenés à se distendre avec le temps, à mesure des filiations et des affranchissements. En outre, M. Cornelius Valerianus et M. Cornelius Valerianus Epagathianus atteignent la dignité de patroni corporis36 : le collège devient, de manière explicite, la composante d’une clientèle. La vie collégiale offre à la lignée de M. Cornelius Epagathus l’occasion d’étendre son réseau de clientèle au-delà de sa clientèle privée, dans le contexte civique où Epagathus et ses descendants recherchaient une position de supériorité.

  • 37 M. Maffesoli, Le Temps des tribus. Le déclin de l’individualisme dans les sociétés de masse, Paris (...)

21Les autres M.M. Cornelii, aussi, sont susceptibles d’avoir bénéficier de la métamorphose civique du lien de clientèle privée. Le cadre collégial, plus large que la clientèle privée, est valorisant. La manumission donne à l’esclave libéré la possibilité de multiplier les « appartenances » à des groupes distincts de la familia, alors que l’esclave est censé n’appartenir qu’à son maître. La multiplicité d’appartenances collectives entrelacées est un facteur d’autonomie individuelle, car elle donne à chacune de ces appartenances un caractère relatif37. Les structures collégiales semblent favoriser aussi bien l’ascension sociale d’Epagathus et de ses descendants, que la promotion personnelle de probables dépendants de cette lignée. M. Cornelius Epagathus et ses descendants ont pu prendre appui sur un réseau de relations sociales qui englobent des dépendants juridiques ; ces derniers ont pu atteindre par les activités et la convivialité collégiales une autonomie de vie sociale réelle, fût-elle très relative. Le collège, par ce biais encore, permet la conciliation de tendances contradictoires.

  • 38 N. Gauthier, P. Goujard, R. Montel, J.-P. Rioux, « Structures de sociabilité et pouvoirs », F. Thé (...)
  • 39 Pour É. Durkheim, une entité collective est un groupe d’intégration quand elle remplit ces trois c (...)
  • 40 B. Denni, P. Lecomte, Sociologie du politique, Grenoble, 1992, p. 12-28.

22Pour reprendre une formule évoquée lors d’un colloque rouennais sur la sociabilité, l’association apparaît au total comme « une préposée aux situations paradoxales38 ». L’association jugule les tensions qui peuvent naître du jeu de forces contradictoires qui caractérisent et le statut d’affranchis et les processus de mobilité dans la société romaine. Cet apaisement des tensions procède d’un mécanisme de régulation, au sens durkheimien du terme. Les collèges professionnels romains sont des groupes d’intégration39. Leurs membres entretiennent des rapports hiérarchiques, modèrent leurs « passions sociales », et acceptent l’ordre social comme juste et légitime. Le collège génère une forme particulière de régulation. L’adhésion au collège est volontaire ; et les structures et la vie collégiales sont établies par les collegiati eux-mêmes. La régulation associée au collège apparaît donc comme une régulation autonome, d’une certaine manière non-contraignante. Or, elle conduit à l’acceptation, d’autant plus achevée, de règles indépendantes de la volonté des acteurs. Ce processus s’enracine dans la cité, dans la sphère civique à laquelle appartiennent les structures associatives. De fait, le domaine civique, le politique au sens le plus large du terme, apparaît comme un médiateur de la société. L’analyse rejoint ici la position de politologues et de sociologues selon lesquels le politique, au sens le plus large du terme, est « le système de régulation indispensable à la vie d’une société tissée de relations conflictuelles40 ».

Annexe

Notes

1 Les collèges correspondent à des associations volontaires dans le sens où l’adhésion à un collège ne répond pas à un principe d’automaticité. Que l’engagement dans un collège ait pu s’imposer de lui-même, sous le poids de déterminations sociales indépendantes des volontés individuelles, est un autre problème. Certes sans très grande limpidité, la documentation laisse tout de même entendre que les nouveaux membres étaient officiellement admis dans les collèges après en avoir manifesté la volonté, et après l’acceptation de leur candidature. À ce titre, voir CIL XIV, 2112 ; CIL XIV, 409 = ILS, 6146 ; CIL V, 61 = Inscr. It., X, 1, 84 ; CIL V, 4048 ; CIL V, 4316 = Inscr. Brixiae, 96 ; CIL VI, 10294 = ILS, 7341 ; CIL VI, 33885 = ILS, 7214 ; Dig., L, 6, 5, 12 (Callistrate) ; Dig., XLVII, 22, 3, 2 (Marcien).

2 J. Andreau, « L’affranchi », A. Giardina (dir.), L’Homme romain, Paris, 1992, p. 223-224 : « Il faut se rappeler que l’être social de l’affranchi est compliqué et fragile. […] Entre le passé et l’avenir, entre la citoyenneté et l’esclavage, entre l’intégration et le repli, l’affranchi est sans cesse pris dans un mouvement de balancier, et la majeure partie des hétérogénéités et des contradictions de la société ambiante passent par lui ».

3 J.-M. Flambard, « Collegia compitalicia : phénomène associatif, cadres civiques et cadres territoriaux dans le monde romain à l’époque républicaine », Ktèma, 6, 1981, p. 165-166.

4 P. Steiner, La Sociologie de Durkheim, Paris, 2000, p. 44-63.

5 É. Durkheim, Le Suicide. Étude sociologique, Paris, 1897, p. 264 et 275-276.

6 La nature, incertaine, du métier de lenuncularius tabularius auxiliarius est discutée par J. Le Gall, Le Tibre, fleuve de Rome dans l’Antiquité, Paris, 1953, p. 222-223 et L. De Salvo, « I battellieri del Tevere », Messana, 3, 1990, p. 206-210. Le terme auxiliarius laisse entendre que ces bateliers utilisaient des lenunculi comme navires d’allège ou de remorquage. Les lenuncularii auxiliarii tabularii devaient être spécialisés dans des tâches distinctes, sans doute complémentaires, de celles des lenuncularii pleromarii auxiliarii Ostienses qui formaient un autre corpus. Or, pleromarius dérive du mot grec πλήρωµα qui désigne l’armement complet d’un navire : les barques des lenuncularii tabularii étaient sans doute plus modestes que celles de leurs confrères pleromarii ; peut-être leurs embarcations étaient-elles mues par la seule force des rameurs. Rapprocher l’adjectif tabularius des planches (tabulae) dont les lenunculi étaient faits, et non de l’activité de tabularius, paraît moins hasardeux, si l’on songe que le nom du métier de codicarius (pour caudicarius) semble découler du mot caudex « le tronc » : cf. CIL XIV, 131, 170, 185, 309, 4144, 4234, 45493.

7 Pour une présentation onomastique d’ensemble des lenuncularii tabularii auxiliarii d’Ostie : P. Herz, « Kollegien in Ostia. Gedanken zu den Inschriften CIL XIV 250 und 251 », R. Gunther et S. Rebenich (dir.), E fontibus haurire : Beiträge zur römischen Geschichte und zu ihren Hilfswissenschaften. H. Chantraine zum 65. Geburstag, Padenborn, Munich, Vienne et Zurich, 1994, p. 295-325.

8 CIL XIV, 250 = ILS, 6174 et CIL XIV, 251 = ILS, 6175, datées de 152 et 192 ; d’autres fragments de listes, émanant du même corpus, sont conservés : CIL XIV, 4567 et 4568 (peu après 152) et H. Bloch, « Ostia. Iscrizioni rinventute tra il 1930 e il 1939 », NSA, 1953, p. 278281, n° 42 (daté de 213).

9 CIL XIV, 8 = ILS, 6174, Ostie : Genio coloniae / Ostiensium, / M(arcus) Cornelius / Epagathus, curat(or) / Augustal(ium), argent(i) p(ondo) X d(onum) d(edit) ; / ob dedicatione(m) eius / uiritim dedit (denarium) I n(ummum), / id(ibus) dec(embris), Stloga et Seuero co(n)s(ulibus) (a. 141).

10 CIL XIV, 341 = ILS, 6144, Ostie : Memoriae / M(arci) Corneli M(arci) f(ilii) Pal(atina tribu) Valeriani Epagathiani, eq(uitis) [R(omani)], / decurioni (sic) splendissimae coloniae Os[tiensis], / flamini, praetori II sacra Volkani [fac(ienda)], / [ei]demque sodale Arulen[si], / decurioni Laurentium uici Aug(usti), eius[dem loci IIIIuiro ( ?)], / patrono corporis lenunculariorum [tabulariorum] / auxiliariorum Ostiensium, qui uix(it) annos XII me[nses…], / M(arcus) Cornelius M(arci) f(ilius) Palat(ina) Valerianus, decurio, f(ecit).

11 O. Salomies, Die römischen Vornamen. Studien zur römischen Namengebung, Helsinki, 1987, p. 378-389.

12 Sur la liste datée de 152, la lettre f(ilius) suit la nomenclature de trois corporati ; M. Cipius Natalis est qualifié de iun(ior) ; sur la liste datée de 192, les lettres p(ater), pa(ter), iun(ior) et f(ilius) apparaissent à 19 reprises.

13 Nous ne parvenons pas à expliquer la mention LIB, pour lib(ertus) probablement, qui suit les noms de deux T. T. Cornelii Felices et de deux C.C. Cornelii Felices. L’idée selon laquelle tous les autres collegiati seraient des ingénus ne nous paraît pas vraisemblable. Le cas de M. Cornelius M. f. Secundus, seul corporatus dont l’ingénuité est indiquée selon les règles d’usage, alors même que d’autres corporati sont les fils d’hommes libres, tend à révéler l’utilisation par les collegiati d’indicateurs de statuts juridiques, dans le dessein de signifier autre chose que le statut juridique lui-même.

14 Sur l’inscription, M. Cornelius Secundus est cité deux fois : simple « plébéien » du corpus en152, il n’a reçu le titre de q(uin)q(uennalis) que plus tard. À l’inverse, M. Cornelius Epagathus n’est cité qu’une seule fois, en qualité de quinq(uennalis) perp(etuus).

15 Sur l’accès des fils et petits-fils d’affranchis à l’élite municipale d’Ostie et à l’ordre équestre, voir notamment S. Demougin, « À propos des élites locales en Italie », L’Italie d’Auguste à Dioclétien. Actes du colloque international, Rome, 25 au 28 mars 1992, CÉFR 198, Rome, 1994, p. 373.

16 Le fragment Dig., XLVII, 22, 3, 2, qui traite des conditions d’admission des esclaves dans les collegia tenuiorum, est confirmé par plusieurs inscriptions.

17 C. Nicolet, « Les ordres romains : définition, recrutement et fonctionnement », C. Nicolet (dir.), Des ordres à Rome, Paris, 1984, p. 9 et 13 ; voir aussi J. Béranger, « Ordres et classes d’après Cicéron », Recherches sur les structures sociales dans l’Antiquité classique. Actes du colloque, Caen, 25 au 26 avril 1969, Paris, 1970, p. 231, 236 et 241 ; B. Cohen, « La notion d’ordo dans la Rome antique », BAGB, 1975, p. 267 ; Id., « Some neglected ordines. The apparitorial status groups », C. Nicolet (dir.), Des ordres à Rome, op. cit., p. 23-24 (n. 3).

18 O. M. van Nijf, The Civic world of professional associations in the Roman East, Amsterdam, 1997, p. 245, il utilise la notion d’ordo-making pour mettre en évidence, dans l’esprit des collegiati, « the hierarchical conception of society within which identity was derived from membership of a status group constructed along the lines of a Roman ordo ». Ainsi, la notion d’ordo-making renvoie à une « form of collective self presentation as a respected status group in society, that adopted the forms of self representation of the Roman élites ». Voir aussi S. E. Ostrow, « The Augustales in the Augustan scheme », K. A. Raaflaub et M. Toher (dir.), Between Republic and Empire. Interpretations of Augustus and his principate, Berkeley, Los Angeles et Oxford, 1990, p. 370.

19 En vertu de la lex Visellia (C.J., IX, 21) datée de 24 apr. J.-C., ou peut-être d’une disposition antérieure datant du principat d’Auguste.

20 J. Andreau, La Vie financière dans le monde romain. Les métiers de manieurs d’argent (ive siècle av. J.-C. -iiie siècle apr. J.-C.), BÉFAR 265, Rome, 1987, p. 25-33 ; Id., L’Homme romain, op. cit. n. 2, p. 232 : « Le statut de travail, c’est le rapport au travail au sens le plus large du mot, à la fois au plan des institutions et à celui des représentations. C’est l’organisation matérielle de la vie de travail ; le mode de rémunération et l’influence qu’il exerce sur la mentalité de l’agent ; la manière dont est conçu le travail par rapport à l’ensemble de la vie : soit comme activité principale qui conditionne la survie, soit comme une activité parmi d’autres, et qui ne cesse pas d’être facultative. » ; Id., La Banque et les affaires dans le monde romain (ive siècle av. J.-C. - iiie siècle apr. J.-C.), Paris, 2001, p. 128-130.

21 C’est ce que suppose, implicitement et indirectement, l’idée, courante dans l’historiographie des collèges professionnels d’Ostie, selon laquelle ces collectivités auraient accueilli des « employeurs », et non des « employés » : voir notamment R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford, 1973, p. 313.

22 L’émergence d’un sentiment de fierté liée à l’appartenance à un corps de métier, mais déliée de la pratique même de l’activité économique, révèle l’interaction entre ce que F. M. De Robertis désigne comme la conception « aulique » (au sens d’aristocratique) et comme la conception « vulgaire » (au sens de populaire) du travail : cf. F. M. De Robertis, Lavoro e lavoratori nel mondo romano, Bari, 1963, p. 21-49 et 76-83.

23 F. Jacques, Le Privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de l’Occident romain (161-244), CÉFR 76, Rome, 1984, p. 635-661.

24 Dig., L, 6, 5, 12 (Callistrate) : Quibusdam collegiis uel corporibus quibus ius coeundi lege permissum est, immunitas tribuitur ; scilicet eis collegiis uel corporibus, in quibus artificii sui causa unusquisque adsumitur : ut fabrorum corpus est, et si qua eandem rationem originis habent : id est, idcirco instituta sunt, ut necessariam operam publicis utilitatibus exhiberent. Nec omnibus promiscue, qui adsumpti sunt in his collegiis, immunitas datur : sed artificibus duntaxat. Nec ab omni aetate allegi possunt, ut Diuo Pio placuit ; qui reprobauit prolixae uel imbecillae admodum aetatis homines. Sed ne quidem eos qui augeant facultates, et munera ciuitatum sustinere possunt, priuilegiis quae tenuioribus per collegia distributis concessa sunt, uti posse, plurifariam constitutum est.

25 C’est ce que l’on peut déduire d’un fragment de Scaevola concernant les nauicularii et mercatores olearii (Dig., L, 4, 5 : Nauicularii et mercatores olearii, qui magnam partem patrimonii ei rei contulerunt, intra quinquennium muneris publici uacationem habent). Voir aussi Dig., L, 6, 5, 6 et 8 (Callistrate).

26 À propos des affranchis attirés par l’acquisition de richesses foncières, voir notamment A. Los, « Les intérêts des affranchis dans l’agriculture italienne », MEFRA, 104, 1992, p. 709-753.

27 Voir notamment P. Veyne, « Mythe et réalité de l’autarcie à Rome », REA, 81, 1979, p. 265-266 = La Société romaine, Paris, 1991, p. 138 ; et H. Mouritsen, « Mobility and social change in Italian towns during the Principate », H. M. Parkins (ed.), Roman urbanism. Beyond the consumer city, Londres et New York, 1997, p. 63.

28 J. Andreau, « Mobilité sociale et activités commerciales et financières », E. Frézouls (dir.), La Mobilité sociale dans le monde romain. Actes du colloque organisé à Strasbourg (novembre 1988), Strasbourg, 1992, p. 21-32.

29 S. R. Joshel, Work, identity, and legal status at Rome. A study of the occupational inscriptions, Norman (Okla.), 1992, p. 57-58 ou encore 79-80, par exemple, est prompte à formuler ce type d’hypothèses.

30 J. Andreau, La Vie financière dans le monde romain, op. cit. n. 20, p. 610.

31 Id., « Modernité économique et statut des manieurs d’argent », MEFRA, 97, 1985, p. 397.

32 Voir notamment J. Michel, La Gratuité en droit romain, Bruxelles, 1962, p. 157-167 ; G. Fabre, Libertus. Recherches sur les rapports patron-affranchi à la fin de la République romaine, CÉFR 50, Rome, 1981, p. 317-330 ; W. Waldstein, Operae libertorum. Untersuchungen zur Dienstpflicht freigelassener Sklaven, Stuttgart, 1986.

33 Sur le caractère exceptionnel des affranchis à l’existence sociale très autonome, voir l’article célèbre de P. Veyne, « Vie de Trimalcion », Annales ESC, 16, 1961, p. 213-247.

34 P. Garnsey, « Independent freedmen and the economy of Roman Italy under the principate », Klio, 63, 1981, p. 359-371.

35 J.-C. Dumont, Servus. Rome et l’esclavage sous la République, CÉFR 103, Rome, 1987, p. 428-429, évoque le changement de « style » de la dépendance maintenue au-delà de l’acte d’affranchissement.

36 Sur le recrutement social des patrons de collèges, et notamment sur le choix (fréquent à Ostie) des patrons au sein des effectifs collégiaux, voir G. Clemente, « Il patronato nei collegia dell’Impero romano », SCO, 21, 1972, p. 142-229.

37 M. Maffesoli, Le Temps des tribus. Le déclin de l’individualisme dans les sociétés de masse, Paris, 1988, p. 180.

38 N. Gauthier, P. Goujard, R. Montel, J.-P. Rioux, « Structures de sociabilité et pouvoirs », F. Thélamon (dir.), Sociabilité, pouvoirs et société. Actes du colloque, Rouen, 24 au 26 novembre 1983, Rouen, 1987, p. 218. L’expression est empruntée à F. Bloch-Lainé par des auteurs qui en viennent à déclarer : « la sociabilité se révèle une structure d’accueil pour des aspirations sociales nouvelles, un lieu privilégié où peuvent un temps cohabiter des volontés contradictoires ou inédites et où peut à l’occasion être mise en œuvre quelque chirurgie d’urgence. »

39 Pour É. Durkheim, une entité collective est un groupe d’intégration quand elle remplit ces trois conditions. Les membres du groupe doivent posséder une conscience commune, partager les mêmes sentiments, croyances et pratiques. Un groupe social est dit intégré quand ses membres sont en interaction, lorsqu’ils se fréquentent de façon régulière. Les membres du groupe d’intégration se donnent des buts communs. Voir P. Besnard, L’Anomie, ses usages et ses fonctions dans la discipline sociologique depuis Durkheim, Paris, 1987, p. 99.

40 B. Denni, P. Lecomte, Sociologie du politique, Grenoble, 1992, p. 12-28.

Notes de fin

* Je remercie MM. Jean-Pierre Martin et Jean Andreau d’avoir accepté de relire ma communication orale, et Mme Ségolène Demougin d’avoir bien voulu discuter avec moi des M.M. Cornelii d’Ostie. Il va de soi, cependant, que les imperfections des pages suivantes ne sont imputables qu’à moi-même. Cet article présente de façon condensée des développements de ma thèse de doctorat, soutenue en Sorbonne le 29 novembre 2003.

a Les inscriptions honorifiques dédiées à des présidents des corpora traiectus togatensium, traiectus marmorariorum et codicariorum, regroupant eux aussi des bateliers d’Ostie, ne font pas apparaître le moindre Cornelius : cf. CIL XIV, 309, 403 et 4314, 425. Les autres listes collégiales d’Ostie, émanant de professions distinctes de la batellerie et de la vie portuaire stricto sensu, permettent aussi de se convaincre que la sur-représentation des M.M. Cornelii parmi les lenuncularii tabularii auxiliarii ne résulte pas du hasard : cf. CIL, XIV, 4569, 4573, ou encore 281.

b Proposant d’attribuer l’inscription CIL XIV, 247, au corpus lenunculariorum traiectus Rusticeli, H. L. Royden, The Magistrates of the Roman professional collegia in Italy from the first to the third century AD, Pise, 1987, p. 37, souligne que les trois patrons qui y sont recensés sont des curatores aluei Tiberis. Les liens entre le corpus et la navigation fluviale sont donc assez probables. En outre, Royden propose d’identifier un M. Marius (dont le cognomen n’a pas été conservé sur l’album) à M. Marius Primitiuus, connu par ailleurs comme q(uin) q(uennalis) du corpus lenunculariorum traiectus Rusticeli : cf. CIL XIV, 4553 ; 4554 ; 5327 et 5328.

c Cet ordo corporatorum est identifié au corpus scaphariorum et lenunculariorum traiectus Luculli, par H. L. Royden, op. cit., p. 33 36. Quelques années auparavant, à partir de 135, le même ordo avait rédigé un autre album (CIL XIV, 5374), conservé à l’état de fragment. Le gentilice Cornelius est absent des onze nomina encore visibles sur la pierre. H. L. Royden, op. cit., p. 34, refuse de suivre L. Wickert dans l’attribution au même ordo d’un autre fragment de liste, daté de 179 (CIL XIV, 5356). Il s’appuie sur le fait que les nomina qui figurent sur cet album sont très différents de ceux inscrits sur les deux autres. On y dénombre 5 Cornelii sur 58 corporati. Ainsi, que le collège soit à considérer comme incertum ou non ne perturbe pas notre analyse, sur le fond.

d H. bloch, op. cit. n. 8, p. 282-285, n° 43.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les Cornelii dans les collèges liés aux activités portuaires d’Ostiea
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20369/img-1.png
Fichier image/png, 25k
Titre Tableau 2. Les Cornelii inscrits à la suite les uns des autres dans les alba lenunculariorum
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20369/img-2.png
Fichier image/png, 29k
Titre Tableau 3. Hypothèses de filiation des Cornelii
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20369/img-3.png
Fichier image/png, 30k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20369/img-4.png
Fichier image/png, 63k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search