Version classiqueVersion mobile

Les régulations sociales dans l'Antiquité

 | 
Michel Molin

Cinquième partie. Le règlement des conflits et des désordres

Corrigere et mollire1 : les autorités face à l’émeute, dans le monde romain, à l’époque impériale

Hélène Ménard

Texte intégral

  • 1 Ammien Marcellin, Histoire, XXVII, 3, 12.
  • 2 C. Virlouvet, Famines et émeutes frumentaires à Rome, des origines de la République à la mort de N (...)
  • 3 Ead., op. cit., p. 79.

1Dans son ouvrage sur les émeutes et les violences frumentaires à Rome, Catherine Virlouvet expliquait la diminution des actions violentes à partir de l’époque impériale, par l’existence de forces de police et donc de maintien de l’ordre. La capacité à réprimer d’éventuels mouvements de foule devenait alors dissuasive2. Catherine Virlouvet reconnaît elle-même les limites de cette menace3. En effet, d’autres acteurs que les forces militaires intervenaient dans le maintien de l’ordre. La notion de disciplina publica, que Michel Humbert considère comme équivalente à l’ordre public, est à cet égard, essentielle. Son maintien était du ressort des élites, qui avaient pour tâche de réguler les conflits au sein de la cité. Les autorités avaient ainsi le souci de prévenir, ou de mettre fin à tout mouvement collectif dangereux pour l’ordre public.

2À partir des sources littéraires, se dessine un comportement idéal que l’on attendait de l’autorité. En effet, il reflète une certaine conception des rapports sociaux. Le choix de l’utilisation de la parole, ou au contraire de l’armée, pour mettre fin à un désordre, est révélateur d’un rapport de force, mais aussi de la volonté de se conformer à un modèle, qu’il s’agira ici d’esquisser.

3La difficulté pour le détenteur de l’autorité à endiguer la violence collective est évoquée par Ammien Marcellin, qui détermine ainsi le résultat que le préfet de la Ville, en l’occurrence Léontius, aurait dû obtenir. En 366 apr. J.-C., les violences entre les partisans de Damase, l’évêque de Rome, et ceux de son rival malheureux, Ursinus, atteignent une intensité telle, que le préfet de la Ville Léontius est contraint de se réfugier dans l’une de ses propriétés suburbaines. Pour l’historien, cette fuite de Léontius s’explique par le fait qu’il n’a pu rétablir l’ordre et donc qu’il a échoué dans sa fonction :

  • 4 Ammien Marcellin, loc. cit. (trad. M.-A. Marié, Paris, CUF, 1984) : quae nec corrigere sufficiens (...)

Comme Viventius n’était pas en mesure d’y apporter remède ni apaisement, contraint de céder devant l’ampleur de la violence, il se retira dans une propriété aux environs de Rome4.

  • 5 A. Ernout et A. Meillet, s.u. « mollis », Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, 20 (...)
  • 6 A. Ernout et A. Meillet, s.u. « rego », op. cit., p. 567-568.

4Les termes de mollire et de corrigere ne sont pas ici utilisés au hasard. Mollire signifie d’une façon générale « rendre souple », « amollir », « adoucir »5. Dans le contexte qui nous intéresse, il s’agirait d’apaiser, de calmer la population. Corrigere signifie « redresser », « améliorer », « corriger ». Dans ce passage, il s’agit de rappeler les normes à la foule. Corrigere a souvent comme complément les mores et l’expression corrigere mores, est usitée notamment quand il est fait allusion à la charge du censeur6.

  • 7 J.-M. David, Patronus. Le patronat judiciaire au dernier siècle de la République romaine, Rome, 19 (...)
  • 8 F. Pina Polo, Contra arma verbis : der Redner vor dem Volk in der später römischen Republik, Stutt (...)

5Ammien Marcellin ne fait pas référence ici à une répression éventuelle par une force armée, mais bien à ce que l’on attend des autorités : persuader la foule de mettre fin au désordre qu’elle a suscité. Cet objectif est en particulier atteint par le discours, par l’éloquence dont le détenteur de l’autorité doit faire preuve pour répondre à l’attente de la foule. Ce rôle a déjà été montré dans un cadre « normal », qui est celui du procès. Ainsi l’éloquence judiciaire fait partie des normes civiques et représente donc « un ensemble de conduites socialement efficaces », qui permet à l’orateur de gouverner la cité7. Une analyse semblable peut être tenue dans le cadre des contiones, des assemblées comitiales8.

6L’éloquence rend ainsi visibles des valeurs morales qui fondent la légitimité à gouverner de celui qui les exprime, et cela d’autant plus quand il s’agit d’un contexte de crise.

7L’attitude attendue d’un bon gouvernant consiste à intervenir auprès de la foule par un discours raisonné et argumenté. Ce sont donc, avant tout, les orateurs qui ont laissé des traces de leur capacité à mettre fin au désordre. C’est le cas de Cicéron. Plutarque raconte ainsi comment en 63 avant notre ère, le consul mit fin aux manifestations des citoyens qui refusaient l’application de la lex Roscia de 67 av. J.-C. en faveur des chevaliers, et cela en leur tenant un discours raisonnable :

  • 9 Plutarque, Cicéron, 13, 4 (trad. R. Flarelière et É. Chambry, Paris, CUF, 1976).

Puis, se tournant les uns contre les autres, ils s’insultèrent mutuellement, et le théâtre fut en proie au désordre. Cicéron, informé de l’incident, arriva ; il appela le peuple à le suivre au sanctuaire de Bellone, où il le réprimanda et l’admonesta. Après quoi le peuple, retournant au théâtre, applaudit bruyamment Otho et rivalisa avec les chevaliers pour lui marquer estime et honneur9.

  • 10 Libanios, Autobiographie, 208-210 (trad. J. Martin et P. Petit, Paris, CUF, 1979).

8Près de quatre siècles plus tard, dans son Autobiographie, Libanios raconte10 comment, lors de l’affaire des boulangers en 382-383, il met fin à une situation dangereuse pour la cité, qui aurait pu se terminer sur une sédition. Après un hiver difficile, la pénurie se faisait sentir à Antioche et le prix du pain augmentait ; le comte d’Orient Philagrios fut alors accusé de corruption par la rumeur. Il soumit les boulangers, considérés comme responsables de la situation, à une flagellation publique. Le but était de leur faire avouer à qui ils versaient de l’argent pour avoir ainsi besoin d’augmenter le prix du pain. Libanios intervient alors. Sous la menace des pierres, il prend position contre cette mesure. Les deux arguments qu’il développe portent sur son injustice, puisque les boulangers ne sont pas coupables, ainsi que sur ses conséquences pour la cité. Ainsi, dit Libanios,

  • 11 C’est-à-dire d’être lynché. Libanios, op. cit., 210.

En définitive, je fus considéré comme le bienfaiteur des boulangers échappant ainsi à la torture, celui du gouverneur et celui des habitants de la ville elle-même, pour avoir épargné aux uns la famine, à la ville d’être incendiée et au gouverneur d’être traîné par les pieds11.

9L’exagération du rhéteur pour mettre son courage en exergue est vraisemblable, mais au-delà de la volonté de souligner sa propre valeur, c’est aussi une réalité : l’orateur prenait des risques, notamment celui d’être lapidé par une foule surexcitée et mécontente de son opposition à une mesure populaire. Un autre exemple, toujours au ive siècle, plus précisément en374, mais cette fois-ci dans la partie occidentale de l’Empire, est fourni par Ambroise. Consulaire d’Émilie-Ligurie, Ambroise intervient lors de l’assemblée réunie pour l’élection du nouvel évêque de Milan, après la mort de l’arien Auxence. Comme le raconte Rufin d’Aquilée (Hist. eccl., XI, 11), il fait preuve d’un tel charisme face au désordre qu’il est réclamé par les fidèles pour être désigné évêque. Détenteur de l’autorité publique, il met fin au désordre et restaure la concorde par sa seule parole ; par son seul discours, il opère un renversement complet de la situation.

  • 12 Quintilien, Institution oratoire, VI, 1, 23.
  • 13 Quint., Inst. or., VI, 1, 25 ; XI, 3, 173 ; fait allusion à Cic., Mil., 105.
  • 14 Quint., Inst. or., VI, 1, 54, cite l’exécution de Philodamos : Cic., In Verr. Sec., I, Pract. urb. (...)
  • 15 Quint., Inst. or., VI, 2, 36 (trad. J. Cousin, CUF, Paris, 1977).

10Apaiser la foule, lui faire retrouver la concorde civile, ne dépend pas uniquement de la parole, mais aussi de gestes, qui ont pour objectif d’émouvoir la foule. Deux moyens sont utilisés : les larmes et les enfants. Ainsi le préfet Tertullus, comprenant que l’agitation gagnait, lors d’une disette en 359 ou 360, fit venir ses enfants et les montra à la foule. Tertullus fait appel à la pitié, aux sentiments du peuple, non seulement en mettant en avant ses enfants, dont il remet le sort entre les mains de la foule, mais également en faisant couler ses larmes (Ammien, Histoire, XIX, 10). Il s’agit là de procédés rhétoriques classiques. Les larmes sont évoquées dans le traité de Quintilien sur l’art oratoire. Il est vrai qu’il s’agit surtout des larmes du public. Mais l’orateur, dans le cadre d’une plaidoirie, peut également utiliser ses propres larmes pour manifester sa miseratio, son émotion12. Cicéron est le modèle de l’orateur pleurant : Quintilien cite le Pro Milon13 ainsi que plusieurs discours de la seconde action contre Verrès dans lesquels Cicéron dit pleurer14. Que l’accusation contre Verrès n’ait pas été réellement plaidée, ne modifie en rien le fait que l’orateur cherchait à susciter l’émotion du public. Quintilien lui-même reconnaît avoir versé des larmes au cours de sa carrière, pour montrer « une pâleur et une douleur qui avaient les apparences de la vérité15 ».

  • 16 Suétone, Auguste, 34.

11Mettre en avant ses enfants fait également partie des procédés utilisés par les responsables pour attendrir la foule ou la ramener à une attitude plus convenable aux yeux de l’autorité. Le modèle reste celui d’Auguste : au cours d’un spectacle, les chevaliers réclamant l’abolition de la loi sur le mariage des ordres, il présenta à l’assistance les enfants de Germanicus, pour signifier que ces mesures étaient justes16. Il était également traditionnel, dans les procès, de mettre en avant la famille, en particulier les enfants, pour susciter la compassion des juges. Ce procédé était déjà utilisé dans l’Athènes du ve siècle avant notre ère : d’après Platon (Apologie de Socrate, 34c), Socrate s’y refusa pendant son procès.

  • 17 Tacite, Histoires, III, 68. G. S. Aldrete, Gestures and Acclamations in Ancient Rome, Londres, 199 (...)

12L’exemple de Vitellius, étudié par Gregory Aldrete17, rejoint celui du préfet de la Ville Tertullus. Le 18 décembre 69, Vitellius, après la capitulation de troupes à Narni, déclare vouloir renoncer à l’empire pour le bien public, et « élève son fils dans ses bras et le recommandait tour à tour à chacun en particulier et à tous ensemble. Enfin, comme les larmes et les gémissements l’empêchaient de parler, il se tourna vers le consul debout à ses côtés ». Son attitude lui permet de retourner la situation en sa faveur, et d’obtenir un consensus favorable, après avoir craint son élimination.

  • 18 G. S. Aldrete, op. cit., p. 3.

13La forme la plus aboutie du charisme consiste à calmer des désordres par sa seule présence physique, sans utiliser de paroles. Gregory Aldrete parle à ce propos d’ » éloquence sans les mots18 ». Le meilleur exemple en est Apollonios de Tyane. Philostrate décrit le pouvoir qu’il avait sur la foule du simple fait de sa présence. L’autorité émanant de sa personne était telle que le désordre cessait à la vue de son expression ou de ses gestes :

  • 19 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane, I, 15 (trad. P. Grimal, Romans grecs et latins, Paris, « B (...)

Toutes les fois qu’il se trouvait dans une ville divisée par les factions — et il y en avait beaucoup qui étaient divisées par des spectacles frivoles —, il survenait et se montrait, exprimait un peu des reproches qu’il voulait faire par ses gestes et par l’expression de son visage, et aussitôt le désordre cessait et, comme aux Mystères, la foule se taisait. Sans doute, contenir des gens qui se sont mis à se quereller pour des danseurs et des chevaux n’est pas un si grand exploit, car les hommes qui se livrent à des désordres pour de tels sujets, lorsqu’ils voient un homme digne de ce nom, rougissent, se reprennent et reviennent aisément à leur bon sens ; mais une cité accablée par la famine ne prête pas aisément l’oreille à des discours modérateurs et persuasifs et n’est pas facile à calmer19.

  • 20 Hérodien, Histoire des empereurs romains, VII, 7, 1 (trad. D. Roques, Paris, « La roue à livres », (...)

14Face aux désordres, le détenteur d’une autorité, quelle qu’elle soit, de nature légale ou simplement morale, fait donc appel aux différents procédés oratoires utilisés traditionnellement lors des procès. Cela traduit une certaine conception de la nature de la foule, qu’exprime le terme de leuitas. Les esprits populaires sont définis comme leues, légers et donc maniables ou manipulables. Ainsi Hérodien parle de la mobilité d’esprit, de la légèreté de la foule romaine, qu’il attribue à son caractère composite20.

15Cette idée que la foule est un élément mouvant et donc influençable, était déjà développée de façon poétique par Virgile dans l’Énéide. Comme l’orateur, avec autorité, met fin à l’émeute, par la seule vertu de sa parole, Neptune calme la tempête :

  • 21 Virgile, Énéide, I, vers 148-156 (trad. M. Rat, Paris, Classiques Garnier, 1955).

De même, on voit souvent une sédition s’élever dans un grand peuple, et l’ignoble populace, en proie à la colère, faire voler les brandons et les pierres et la fureur armer tous les bras ; mais qu’alors apparaisse un homme recommandable par sa piété et les services rendus, la foule se tait, et lui prête, immobile, une oreille attentive : il parle, et sa parole gouverne les esprits, et adoucit les cœurs. Ainsi est tombé tout d’un coup le bruit des vagues, dès que le père des dieux, jetant les yeux sur la plaine liquide et porté sous un ciel serein, lance ses chevaux et abandonne les rênes à son char qui vole sur les eaux21.

  • 22 Firmicus Maternus, Mathésis, IV, 7, 1.

16Au ive siècle, Firmicus Maternus évoque ceux qui « par le pouvoir de leur éloquence, apaisent les esprits légers du peuple22 ».

  • 23 M. Pani, La politica in Roma antica, Cultura e prassi, Rome, 1999, p. 58-59. Sur la seueritas qu’i (...)
  • 24 Ammien Marcellin, Histoire, XV, 7, 3 (trad. É. Galletier et J. Fontaine, Paris, CUF, 1968).
  • 25 Ammien Marcellin, Histoire, XV, 7, 4.
  • 26 E. Auerbach, Mimésis. La représentation de la réalité dans la littérature occidentale, trad. fr., (...)

17Cette leuitas s’oppose à la grauitas dont doit faire preuve tout bon gouvernant, et que démontre sa capacité à s’imposer à la foule. La grauitas est proche de la constantia, la constance, de la firmitudo, la fermeté, ainsi que de la seueritas, la sévérité23. Ammien Marcellin rapporte l’épisode de l’arrestation de Pierre Valvomérès par le préfet de la Ville Léontius, en 356-357 apr. J.-C.24. Le contexte est troublé : une première émeute a lieu en raison de l’arrestation d’un aurige, Philoromus. Le préfet reste alors stabilis et erectus, « ferme et résolu », et envoie les apparitores s’emparer d’éléments de la foule. Puis une sédition naît à cause de la pénurie de vin. La foule se rassemble au Septizodium ; Léontius s’y rend alors avec résolution. Selon Ammien Marcellin, difficilis ad pauorem, recta tetendit, « inaccessible à la peur, il continua tout droit ». L’immobilité du préfet assis dans son siège, opposée à l’image des serpents mouvants utilisée pour décrire la foule, souligne cette stabilité, cette gravité, ce poids révélateur d’une autorité sans faille dont fait preuve le préfet25. Dans Mimésis, Eric Auerbach écrit que le récit de la scène dénote une relation « purement physique, magique et violente » entre le préfet et la foule26. Au contraire, il semble qu’elle fasse appel aux normes de comportement auxquelles un bon gouvernant doit se conformer.

  • 27 Fronton, Lettres à Marc Aurèle sur l’éloquence, II, 6 (éd. Van den Hout, Leipzig, 1988).

18C’est évidemment dans la figure de l’empereur, l’Orateur par excellence, pour reprendre l’expression de Laurent Pernot, que cette capacité à maîtriser la foule par le discours, doit atteindre sa perfection. Fronton montre à son disciple Marc Aurèle, l’importance de la parole impériale, qui doit seditiosos compescere « réprimer les séditieux »27. La parole impériale est non seulement impérative, mais également ordonnatrice.

  • 28 Marc Aurèle, Écrits pour lui-même, I, 16, 15.

19Marc Aurèle, dans ses Pensées, en dressant le portrait de son père adoptif, Antonin le Pieux, définit en fait un modèle du « bon empereur »28. Parmi les vertus mises en avant, se trouve la fermeté, la firmitudo. Celle-ci n’exclut pas la douceur de l’empereur, qu’illustre un extrait du Pseudo-Aurélius Victor concernant Antonin le Pieux :

  • 29 Pseudo-Aurélius Victor, Abrégé des Césars, XV, 9 (trad. M. Festy, Paris, CUF, 1999).

Il était si doux, qu’essuyant des jets de pierre de la part de la plèbe romaine parce qu’elle soupçonnait une pénurie de blé, il préféra l’apaiser en lui rendant compte de la situation plutôt que de réprimer la sédition29.

  • 30 Dion Cassius, LXIX, 8, 1a : Oὔτω που πλέον ἰσχύσει αὐτοκράτορος λόγος τῶν ὃπλων.

20La foule manifeste son inquiétude devant le risque d’une disette. Malgré les jets de pierre, Antonin le Pieux choisit d’expliquer la situation à la foule, et non d’envoyer les troupes réprimer l’émeute. Derrière cette douceur, se cache aussi l’autorité de l’empereur. La source ne précise pas comment l’empereur porte à la connaissance de la foule l’état réel des réserves annonaires, mettant ainsi fin au désordre. S’agit-il d’un discours ou d’un édit ? Rien ne l’indique. Toujours est-il que la parole impériale suffit à apaiser l’émeute. Faisant allusion à une lettre d’Hadrien réprouvant l’attitude des Alexandrins, et qui mit ainsi fin à une sédition que rien jusque là n’arrivait à contenir, Dion Cassius résume, en une phrase, l’efficacité de la parole impériale : « Tellement il est vrai que les paroles d’un empereur ont plus de force que les armes30. »

  • 31 Eutrope, Bréviaire, IX, 14.
  • 32 Histoire Auguste, Vie d’Aurélien, 21, 5 (trad. A. Chastagnol, Paris, 1994) : seditionum auctoribus (...)

21L’empereur qui recourt à la force armée pour mettre fin aux troubles acquiert ainsi une réputation de sévérité et de cruauté. Libanios, incitant Théodose à la clémence après la sédition qui se déroula à Antioche en 387, illustre son propos par une anecdote, mettant en scène Constantin, lors d’un de ses séjours à Rome (en 315 ou 326). L’empereur s’interroge sur l’attitude à adopter face aux quolibets dont l’accable la foule romaine. Il pose la question à ses deux frères, sans doute Hannibalien et Jules Constance. Les deux personnages adoptent des positions contraires ; ce débat n’est pas sans rappeler celui qui oppose chez Dion Cassius au livre LII, Agrippa et Mécène concernant la nature du régime politique que doit adopter Auguste. L’un propose l’intervention de la troupe et l’élimination des perturbateurs ; l’autre préconise au contraire d’ignorer les quolibets, et, en restant impassible, de montrer ainsi sa clémence. Le recours à la force publique est finalement rejeté par Constantin, qui disgracie le partisan de la manière forte. L’empereur doit être capable, par sa seule autorité, de contenir le désordre et de maintenir l’ordre public (Libanios, Discours, XIX,19). Certaines situations nécessitent l’intervention de forces armées ; mais elles ne doivent agir qu’en dernier recours. Ainsi la réputation de crudelitas d’Aurélien vient en partie de la façon dont il réprima les séditions qui eurent lieu au début de son règne, en particulier la révolte des monétaires. Les historiens antiques condamnent unanimement cette répression sanglante. Eutrope parle d’ultima crudelitas, « de dernière cruauté »31. L’Histoire Auguste dénonce l’excès de sévérité de l’empereur, qui « fit exécuter les instigateurs de la révolte et se livra à une répression trop sanguinaire pour des faits dont la solution aurait demandé plus de souplesse32 ».

  • 33 P. Brown, Pouvoir et persuasion dans l’Antiquité tardive. Vers un empire chrétien, Paris, trad. fr (...)
  • 34 Dion Cassius, Histoire romaine, LXXX, 2, 3 ; Hérodien, Histoire des empereurs romains, VII, 12, 5.
  • 35 Hérodien, op. cit., I, 12, 8 ; II, 6, 13.
  • 36 Voir supra n. 33.
  • 37 Hérodien, op. cit., IV, 6, 5.

22Les autorités doivent avoir un charisme suffisant pour s’imposer à la foule et mettre fin à une situation dangereuse ; elles doivent ainsi démontrer leur compétence et leur capacité à faire régner l’harmonie. Que les évêques apparaissent aux ve et vie siècles, comme les principaux acteurs du maintien de l’ordre au niveau local ne saurait dès lors surprendre33. Laparole joue en effet un rôle essentiel dans la manifestation de l’autorité que les élites doivent inspirer à la population. Les évêques acquièrent progressivement un charisme qu’ils manifestent, en particulier par les sermons, lors des célébrations dominicales. Ambroise de Milan est ainsi accusé, lors du conflit des basiliques, d’être l’instigateur de la sédition. La parole de l’évêque est alors perçue comme concurrente de celle des autorités publiques. Cette ambivalence de l’éloquence ne saurait étonner. Tacite, Dialogue des orateurs, 40, 2, la qualifie d’alumna licentiae, de « fille de la licence » ; Quintilien, Institution oratoire, II, 16, 4, de pernicieuse. C’est donc aussi grâce à son influence sur la foule des fidèles, par une parole nourrie de citations bibliques, la Parole par excellence, qu’Ambroise affirme son autorité. La parole reste donc un enjeu de pouvoir. De plus, la répression des troubles par la force publique doit, dans la mesure du possible, être évitée, sous peine d’apparaître comme excessive. Les soldats ne sont pas nécessairement en position de force dans les rues d’une ville, comme en témoignent les épisodes opposant les prétoriens aux habitants de Rome sous le règne de Sévère Alexandre et surtout en 238 apr. J.-C34. Si les prétoriens sont supérieurs en terrain découvert, à l’extérieur de la ville, il n’en est plus de même dans les combats de rue : les hommes reçoivent pierres et tuiles, sur lesquelles les chevaux glissent35 et ne semblent vraiment venir à bout des résistances populaires qu’en incendiant des bâtiments36. L’efficacité des forces armées n’est donc pas garantie. Du moins est-elle acquise avec des pertes importantes chez les civils. Il faut dire qu’une intervention armée est souvent aveugle et ne fait pas la différence entre simples badauds et véritables agitateurs. Ainsi lorsque Caracalla demande aux soldats d’intervenir contre les auteurs de propos injurieux envers son cocher préféré, les soldats mettent à mort, d’après Hérodien, les premiers venus37.

  • 38 Théodoret, Histoire ecclésiastique, IV, 17.

23Les autorités préfèrent donc éviter d’utiliser la force armée si la situation semble contrôlable par d’autres moyens. Ainsi, comme le rapporte Théodoret de Cyr dans son Histoire ecclésiastique, lorsque Valens veut réprimer la tenue d’une assemblée chrétienne non autorisée, hors de la ville d’Édesse, il pense faire appel aux soldats38. Ces derniers étaient, jusque là, chargés de collecter l’impôt. Mais son préfet du prétoire, Modeste, le fait renoncer à l’intervention de l’armée, sans doute pour éviter un massacre et ainsi, risquer d’envenimer la situation.

24Si la plupart de ces textes semblent refléter un topos littéraire, ils n’en sont pas moins révélateurs d’une réflexion des autorités sur la meilleure façon de mettre fin au désordre. Assurer l’équilibre des rapports sociaux passe aussi par la prise en compte de ces situations de crise et par une réponse adaptée.

25Le choix entre et l’intervention violente des troupes et le rappel à la discipline, par une attitude empreinte de gravité et par un discours suffisamment persuasif, reste, au fil des siècles, un problème récurrent, comme en témoigne un extrait des Essais de Michel de Montaigne. Il rapporte un événement dont il a été le témoin en août 1548, à Bordeaux. Le gouverneur de la ville, Tristan de Moneins, a tenté de mettre fin à une sédition. Mais il a été mis à mort par la foule émeutière. Michel de Montaigne exprime alors sa conception de ce que doit être l’attitude idéale de l’autorité face à la foule :

  • 39 C’est-à-dire en admonestant.
  • 40 « autorité ».
  • 41 « sérénité », « tranquillité ».
  • 42 « réussi ».
  • 43 Il s’agit de la populace, réminiscence de la belua multorum capitum d’Horace, Épîtres, I, 1, 76.
  • 44 Michel de Montaigne, Essais, I, 24 (édition de 1588), [= Paris, « Bibliothèque de La Pléiade », 19 (...)

Mais il ne semble pas que sa faute fut tant d’être sorti, ainsi qu’ordinairement on le reproche à sa mémoire, comme ce fut d’avoir pris une voie de soumission et de mollesse et d’avoir voulu endormir cette rage, plutôt en suivant qu’en guidant, et en requérant plutôt qu’en remontrant39 ; et (j’)estime qu’une gracieuse sévérité, avec un commandement40 militaireplein de sécurité41 et de confiance, convenable à son rang et à la dignité de sa charge, lui eût mieux succédé42, au moins avec plus d’honneur et de bienséance. Il n’est rien moins espérable de ce monstre43 ainsi agité que l’humanité ; il recevra bien plutôt la révérence et la crainte44.

Notes

1 Ammien Marcellin, Histoire, XXVII, 3, 12.

2 C. Virlouvet, Famines et émeutes frumentaires à Rome, des origines de la République à la mort de Néron, CÉFR 87, Rome, 1985, p. 77-78.

3 Ead., op. cit., p. 79.

4 Ammien Marcellin, loc. cit. (trad. M.-A. Marié, Paris, CUF, 1984) : quae nec corrigere sufficiens Viuentius nec mollire, coactus ui magna, secessit in suburbanum.

5 A. Ernout et A. Meillet, s.u. « mollis », Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, 20014, p. 410-411.

6 A. Ernout et A. Meillet, s.u. « rego », op. cit., p. 567-568.

7 J.-M. David, Patronus. Le patronat judiciaire au dernier siècle de la République romaine, Rome, 1992, p. VIII : « Même la conviction du public romain tenait à ce que l’orateur savait manifester par les mots et les gestes, qu’il était digne de la confiance qu’on pouvait placer en lui et donc s’identifier à la figure attendue — et socialement convenue — de celui que l’on savait capable de mener et de protéger l’ensemble de la communauté. L’éloquence en tant que telle se manifestait au travers de diverses pratiques, n’était pas indépendante des autres comportements : elle s’enracinait comme eux dans le système des normes civiques. On pourrait dans ce cas cesser, pour quelque temps, de la prendre pour une vertu en soi et la considérer davantage comme un ensemble de conduites socialement efficaces. On détaillerait alors ces dernières et l’on chercherait à savoir à quelles conditions il était possible, à la fin de la République, de se définir comme un très grand orateur, voire même comme le plus grand, de revendiquer le droit de s’imposer à la tête de la cité, de gouverner enfin les esprits et les décisions. »

8 F. Pina Polo, Contra arma verbis : der Redner vor dem Volk in der später römischen Republik, Stuttgart, 1996.

9 Plutarque, Cicéron, 13, 4 (trad. R. Flarelière et É. Chambry, Paris, CUF, 1976).

10 Libanios, Autobiographie, 208-210 (trad. J. Martin et P. Petit, Paris, CUF, 1979).

11 C’est-à-dire d’être lynché. Libanios, op. cit., 210.

12 Quintilien, Institution oratoire, VI, 1, 23.

13 Quint., Inst. or., VI, 1, 25 ; XI, 3, 173 ; fait allusion à Cic., Mil., 105.

14 Quint., Inst. or., VI, 1, 54, cite l’exécution de Philodamos : Cic., In Verr. Sec., I, Pract. urb., 63-84, la condamnation des navarques de Syracuse : V, Suppl., 117-125, et la crucifixion de Gauius : ibid., 158-173.

15 Quint., Inst. or., VI, 2, 36 (trad. J. Cousin, CUF, Paris, 1977).

16 Suétone, Auguste, 34.

17 Tacite, Histoires, III, 68. G. S. Aldrete, Gestures and Acclamations in Ancient Rome, Londres, 1999, p. 28-30.

18 G. S. Aldrete, op. cit., p. 3.

19 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane, I, 15 (trad. P. Grimal, Romans grecs et latins, Paris, « Bibliothèque de La Pléiade », 1958).

20 Hérodien, Histoire des empereurs romains, VII, 7, 1 (trad. D. Roques, Paris, « La roue à livres », 1990).

21 Virgile, Énéide, I, vers 148-156 (trad. M. Rat, Paris, Classiques Garnier, 1955).

22 Firmicus Maternus, Mathésis, IV, 7, 1.

23 M. Pani, La politica in Roma antica, Cultura e prassi, Rome, 1999, p. 58-59. Sur la seueritas qu’il distingue du concept français de sévérité, voir M. Molin, « Seueritas, une valeur politique en échec au iiie siècle apr. J.-C. », M. Christol et M.-H. Quet (dir.), La « Crise » de l’Empire romain de Marc Aurèle à Constantin, à paraître.

24 Ammien Marcellin, Histoire, XV, 7, 3 (trad. É. Galletier et J. Fontaine, Paris, CUF, 1968).

25 Ammien Marcellin, Histoire, XV, 7, 4.

26 E. Auerbach, Mimésis. La représentation de la réalité dans la littérature occidentale, trad. fr., Paris, 1968, p. 63 (Mimesis. Dargestellte Wirklichkeit in der abendländischen Literatur, Berne, 19592).

27 Fronton, Lettres à Marc Aurèle sur l’éloquence, II, 6 (éd. Van den Hout, Leipzig, 1988).

28 Marc Aurèle, Écrits pour lui-même, I, 16, 15.

29 Pseudo-Aurélius Victor, Abrégé des Césars, XV, 9 (trad. M. Festy, Paris, CUF, 1999).

30 Dion Cassius, LXIX, 8, 1a : Oὔτω που πλέον ἰσχύσει αὐτοκράτορος λόγος τῶν ὃπλων.

31 Eutrope, Bréviaire, IX, 14.

32 Histoire Auguste, Vie d’Aurélien, 21, 5 (trad. A. Chastagnol, Paris, 1994) : seditionum auctoribus interemptis cruentius ea, quae mollius fuerant curanda, compescuit.

33 P. Brown, Pouvoir et persuasion dans l’Antiquité tardive. Vers un empire chrétien, Paris, trad. fr., 1998, p. 204 (Power and persuasion in late Antiquity, Madison, 1992).

34 Dion Cassius, Histoire romaine, LXXX, 2, 3 ; Hérodien, Histoire des empereurs romains, VII, 12, 5.

35 Hérodien, op. cit., I, 12, 8 ; II, 6, 13.

36 Voir supra n. 33.

37 Hérodien, op. cit., IV, 6, 5.

38 Théodoret, Histoire ecclésiastique, IV, 17.

39 C’est-à-dire en admonestant.

40 « autorité ».

41 « sérénité », « tranquillité ».

42 « réussi ».

43 Il s’agit de la populace, réminiscence de la belua multorum capitum d’Horace, Épîtres, I, 1, 76.

44 Michel de Montaigne, Essais, I, 24 (édition de 1588), [= Paris, « Bibliothèque de La Pléiade », 1962, p. 129-130].

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search