Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les régulations sociales dans l'Antiquité

 | 
Michel Molin

Cinquième partie. Le règlement des conflits et des désordres

Le gouverneur de province, la veuve et l’orphelin

Agnès Bérenger-Badel

Texte intégral

1Le règlement des conflits entre particuliers, dans les provinces de l’Empire, a souvent lieu devant le tribunal du gouverneur de province. Le rôle de ce dernier dans la protection des plus faibles est souligné aussi bien dans les écrits théoriques de certains auteurs antiques que dans la documentation papyrologique. L’objet de cette contribution est d’examiner, à la lumière de ces deux types de sources, si la possibilité d’arbitrage ainsi offerte aux provinciaux peut être analysée comme un moyen volontairement mis en œuvre par l’administration romaine afin de protéger les plus faibles, par exemple les femmes, d’abus manifestes, et si cette protection, en permettant d’assurer le maintien de l’ordre dans les provinces, constitue une forme de régulation sociale.

2Les textes qui réfléchissent sur la fonction de gouverneur de province et sur les obligations qu’elle comporte insistent sur l’idée que le gouverneur doit protéger les plus faibles (sous-entendu, les femmes, en particulier les veuves, les enfants mineurs, les pauvres, etc.) contre les abus des plus puissants, qu’il s’agisse des notables locaux ou des publicains. Cette idée s’appuie, plus largement, sur l’affirmation que le gouverneur est celui qui doit punir l’injustice et que c’est en particulier pour cela que les provinciaux doivent se réjouir du pouvoir romain. Ainsi, la justice du gouverneur apparaît comme un moyen de justifier la domination romaine, qui permet une égalité de traitement entre les faibles et les puissants.

  • 1 Cicéron, Ad Quintum fratrem, I, 1 = Correspondance, XXX, éd. L.-A. Constans, CUF, Paris, 1934. Sur (...)
  • 2 Cic., Ad Q. fr., I, 1, 9 : Esse quocumque ueneris et publice et priuatim maximam laetitiam, cum ur (...)
  • 3 Cic., Ad Q. fr., I, 1, 24 : Ac mihi quidem uidentur huc omnia esse referenda iis qui praesunt alii (...)
  • 4 Cic., Ad Q. fr., I, 1, 25.
  • 5 Cic., Ad Q. fr., I, 1, 21 : Adiungenda etiam est facilitas in audiendo. « Il faut aussi qu’on puis (...)
  • 6 Cic., Ad Q. fr., I, 1, 21 : Adiungenda etiam est […] lenitas in decernendo, in satisfaciendo ac di (...)

3Cette idée est déjà développée par Cicéron dans sa lettre à son frère Quintus (Ad Quintum fratrem, I, 1), écrite à la fin de 60 ou au début de 59av. J.-C.1.Quintus Tullius Cicero, préteur en 62, gouverne l’Asie pendant trois années, de 61 à 58, et reçoit alors deux longues lettres de conseils et de critiques de la part de Cicéron, resté à Rome. Celle qui nous analysons ici fut écrite à l’occasion de la troisième année de proconsulat de Quintus et se présente comme une réponse à ce dernier qui se plaint d’avoir été prorogé dans son gouvernement. Les paragraphes 7 à 19 sont particulièrement intéressants, car ils abordent la question des devoirs du gouverneur envers ses administrés. Si Cicéron peint d’abord un tableau idyllique des rapports entre son frère et les provinciaux, en soulignant que l’allégresse se déchaîne partout où il se rend2, il souligne avec insistance que le but premier d’un gouverneur est d’assurer le bonheur des populations qui sont placées sous son autorité3, de se dévouer au bonheur de ceux qu’il gouverne, et il dresse une liste des qualités nécessaires pour ce faire, parmi lesquelles figurent la clémence (clementia), la bienveillance (mansuetudo) et l’humanité (humanitas)4. Ses réflexions s’orientent en particulier sur l’importance de l’administration de la justice, point sur lequel il revient à plusieurs reprises. Quintus doit se montrer accessible à tous, afin que nulle plainte ne soit repoussée5, et savoir faire preuve à la fois de douceur (lenitas) et de zèle (diligentia)6.

4Le contexte immédiat n’est sans doute pas étranger aux affirmations de Cicéron. En effet, il écrit cette lettre trois ans après la fin de la guerre contre Mithridate, qui est vaincu par Pompée et se suicide en 63. Or ce conflit a eu des effets dévastateurs pour l’Asie et il convient de panser ces blessures et d’éviter tout rejet de la domination romaine.

5Tout au long de cette lettre, Cicéron insiste donc sur l’importance du comportement individuel du gouverneur, sur son tact et son bon sens, indispensables afin de limiter les conflits entre les publicains et les provinciaux, par exemple.

  • 7 Sur ces passages (§ 31-39, 65-66), voir J. H. Oliver, The Ruling Power : A Study of the Roman Empi (...)
  • 8 Aelius Aristide, En l’honneur de Rome, 36 :…ἐὶπ προστασίᾳ καὶ προνοίᾳ τῶν ἀρχοµένων, οὐκ ἐπὶ τῷ δε (...)
  • 9 Aelius Aristide, En l’honneur de Rome, 66 : …’'Ετι δὲ και µέτεστιν ἠ αὐτή πἄσιν ἄδεια τοῖς, πλήθ (...)
  • 10 Plutarque, Préceptes politiques, 19. Cf. J. H. Oliver, The Ruling Power, op. cit. n. 7, p. 953-958

6Aelius Aristide, dans son panégyrique En l’honneur de Rome, prononcé devant l’empereur Antonin en 144 apr. J.-C., reprend la même idée7. Il souligne que les gouverneurs sont chargés de la protection des provinciaux, sur lesquels ils doivent veiller8, et réaffirme que la domination romaine assure à tous la même protection vis-à-vis des puissants du lieu9. Cette idée selon laquelle les humbles doivent craindre avant tout les notables locaux se retrouve chez Plutarque, qui dénonce à plusieurs reprises l’attitude des πρῶτοι10. Face à ce danger, le gouverneur, représentant de l’autorité romaine, est présenté comme le seul recours des humbles.

7Néanmoins, ces affirmations peuvent ne renvoyer qu’à un idéal, et ne pas être suivies d’effet dans la réalité. Il importe donc de confronter ces affirmations avec les documents issus de la pratique de l’administration provinciale, afin de déterminer si le gouverneur y apparaît vraiment en défenseur des opprimés. Or, un certain nombre de papyrus présentent les cas de provinciaux qui insistent sur leur propre faiblesse et s’adressent au gouverneur pour obtenir sa protection contre les abus perpétrés par certains de leurs concitoyens qui jouissent d’une position plus élevée, en particulier des notables locaux.

  • 11 N. Lewis, Y. Yadin et J. C. Greenfield, The Documents from the Bar Kokhba Period in the Cave of Le (...)
  • 12 Sur la création de cette province, voir M. Sartre, Bostra. Des origines à l’Islam, Paris, 1985, p. (...)

8Je me propose d’examiner ici principalement la documentation papyrologique provenant d’Arabie, qui a fait l’objet de publications récentes, tout en recourant également à des papyrus d’autres provenances. Les documents provenant d’Arabie appartiennent à l’ensemble appelé « archives de Babatha » (P. Yadin), qui comprend une soixantaine de papyrus datés d’août-septembre 94 à août 132 apr. J.-C. Retrouvés en 1960 et 1961 dans une grotte du désert de Judée par une expédition menée par Yigael Yadin, ils ont été publiés en 198911. Babatha, fille de Siméon fils de Menahem, s’était réfugiée avec sa famille à Nahal Hever, afin d’échapper aux représailles des Romains après les débuts de la révolte de Bar-Kokhba, en 132. Originaire du village de Maoza, au sud de la mer Morte, où elle possédait un certain nombre de biens, Babatha avait déjà été mariée à deux reprises, mais chacune de ses unions s’était achevée par son veuvage. Elle avait pris le soin d’emporter dans sa fuite tous les documents importants qu’elle possédait. Trente-cinq d’entre eux ont été retrouvés, enveloppés avec soin et rangés selon les sujets concernés. Or, parmi ces documents, sept concernent des affaires portées devant le tribunal du gouverneur, en l’occurrence le légat d’Auguste propréteur d’Arabie, puisque le village de Maoza faisait auparavant partie du royaume nabatéen, qui fut annexé par Trajan en 106 apr. J.-C. et constitua la province impériale d’Arabie, gouvernée par un sénateur de rang prétorien12.

  • 13 La polygamie est attestée chez les Juifs à cette période : voir The Documents from the Bar Kokhba (...)

9La compréhension des affaires évoquées devant le tribunal du gouverneur nécessite au préalable de connaître les connexions familiales de Babatha. En premières noces, elle avait épousé Yeshua fils de Yehoseph, avec lequel elle avait eu un fils, Yeshua. Après son veuvage, elle se remarie avec Yehudah Khthusion, fils d’Eleazar, qui meurt peu de temps après le mariage (avant juin 130), laissant une grande fortune à Babatha. Yehudah avait eu d’un autre mariage avec une dénommée Miriam13 une fille, Shelamzion, qui était donc la belle-fille de Babatha, et il avait aussi un frère, Yeshua, lui aussi décédé avant juin 130.

  • 14 B.-H. Isaac, « The Babatha Archive : a review article », IEJ, 42, 1992, p. 63-64 ; H. M. Cotton, « (...)
  • 15 The Documents from the Bar Kokhba Period, op. cit. n. 11, n° 13, p. 51-53.
  • 16 Sur Ti. Iulius Iulianus Alexander, consul suffect en 126 : PIR2, I 361a ; M. Sartre, Trois études (...)
  • 17 Sur ce papyrus, Y. Yadin, Bar-Kokhba, Jérusalem, 1971, p. 240-241.
  • 18 Sur le statut de Pétra à cette période, voir M. Sartre, Bostra, Paris, 1985, p. 73-76 ; G. W. Bowe (...)
  • 19 Sur ce papyrus, M. Lemosse, « Le procès de Babatha », The Irish Jurist, 3, 1968, p. 363-376 ; Y. Y (...)

10La première affaire dont il est question dans les archives de Babatha concerne une plainte déposée par elle-même contre les tuteurs de son fils Yeshua, qui avaient été désignés par la boulè de Pétra14. Le P. Yadin 1315, daté de 124 apr. J.-C., est une copie de la pétition (ἀξίωμα) adressée par Babatha au gouverneur Ti. Iulius Iulianus Alexander, en fonction entre 124 et 127 apr. J.-C.16, dont elle a conservé une copie pour elle-même. Dans ce document, très fragmentaire, elle se plaint que les deux tuteurs nommés pour gérer la fortune de son premier mari défunt, Yeshua fils de Yehoseph, ne lui aient remis qu’une somme insuffisante (soit deux deniers par mois) pour l’entretien de son fils orphelin, lui aussi nommé Yeshua, et elle demande au gouverneur de leur donner l’ordre d’utiliser toutes les ressources de la fortune de l’orphelin pour son bénéfice. Les papyrus suivants se rapportent à la même affaire : le P. Yadin 14, daté du 11 ou 12 octobre 125, est une assignation à comparaître (παρπγγελὶα) adressée par Babatha à Iohanes fils de Joseph Eglas, un des tuteurs de son fils. Elle l’y somme de se présenter devant le tribunal du gouverneur Iulius Iulianus à Pétra pour répondre à sa plainte, selon laquelle il ne lui donne pas une somme suffisante pour pourvoir aux besoins de l’enfant17, et anticipe ainsi l’arrivée du gouverneur à Pétra au cours de son circuit régulier pour tenir des assises dans les chefs-lieux de conuentus (διοικήσεις) de la province18. Un troisième document (P. Yadin 15), daté également du 11 ou 12 octobre 125 et de la main du même scribe que P. Yadin 14, est une déposition faite par Babatha, devant témoins, contre les deux tuteurs, Iohanes fils de Joseph Eglas et Abdobdas fils d’Ellouthas, également présents. Elle leur reproche de ne pas fournir une somme correspondant au montant des intérêts de l’argent et du reste de l’héritage (l. 5-7 = l. 20-21), mais seulement 0,5 %, ce qui correspond à deux deniers par mois (P. Yadin 13, l. 19-24), et demande en conséquence que l’héritage lui soit confié pour qu’elle en retire des intérêts plus importants et les affecte directement à l’entretien de son fils, sa propre fortune servant d’hypothèque19.

11Une autre affaire, à laquelle se rapportent plusieurs papyrus, concerne la propriété d’une palmeraie. Après la mort de Yeshua, frère de Yehudah, le deuxième mari de Babatha, le tuteur de ses enfants orphelins, Besas fils de Yeshua, et une certaine Iulia Crispina, fille de Bernicianus, poursuivent Babatha à propos d’une palmeraie à Mahoza, dont ils affirment qu’elle appartiendrait aux orphelins. Selon Babatha, elle l’a prise pour compenser l’argent qu’il lui devait.

  • 20 Sur T. Haterius Nepos, consul suffect en avril 134 : PIR2, H 30 ; W. Eck, RE, Suppl. XIV, 1974, co (...)

12Le premier document qui concerne cette affaire (P. Yadin 23) est une assignation à comparaître adressée à Babatha par le tuteur des orphelins, qui l’accuse de garder la palmeraie par la force. Elle est datée du 17 novembre 130 et enjoint à Babatha de se présenter devant le tribunal du gouverneur T. Haterius Nepos20, à Pétra ou ailleurs dans la province. Une deuxième assignation à comparaître devant le tribunal du gouverneur à Pétra (P. Yadin 25), datée du 9 juillet 131, est adressée par Iulia Crispina, en raison de la maladie de Besas. L’accusation y est répétée. Iulia Crispina affirme qu’elle lance l’assignation « en accord avec la souscription du gouverneur » (l. 6-7 = l. 38-39 : κατἀ τὴν ὐπογραϕὴν τοῦ κρατίστου ἡόγεμνος), ce qui laisse penser qu’au cours des huit mois écoulés depuis la première assignation, Besas a obtenu, par l’intermédiaire de la souscription (subscriptio, ὑπογραϕή du gouverneur à sa pétition, la permission de continuer son procès contre Babatha devant le tribunal du gouverneur.

  • 21 Lors des actions en justice, les femmes ont recours à un tuteur, appelé dans les archives de Babat (...)

13Toutefois, le même document nous renseigne sur la suite de l’affaire : Babatha a riposté par l’intermédiaire de son tuteur21, Maras fils d’Abdalgos, qui réside à Pétra, et a adressé une lettre (πιττάκιον) au gouverneur, qui a répondu par une souscription. Babatha assigne alors Iulia Crispina à comparaître devant le gouverneur à Rabbath-Moab.

  • 22 Sur ce papyrus, N. Lewis, « In the World of P. Yadin : Where did Judah’s Wives Live ? », IEJ, 46, (...)

14La troisième affaire oppose Babatha à l’autre épouse de Yehudah, Miriam, et concerne les biens mobiliers de leur défunt mari. Dans le P. Yadin 26, daté du 9 juillet 131, en présence de témoins, Babatha assigne Miriam à comparaître devant le tribunal d’Haterius Nepos, légat d’Auguste propréteur, « quel que soit l’endroit où il se trouve » (l. 5-6 : ὃπου ἂν ᾖ ὑπ᾽αὐτοῦ ὑπαρχία), parce que cette dernière a pillé la maison de Yehudah, leur époux commun. Miriam réplique que Babatha n’a aucun droit sur les biens de Yehudah22. Dans un autre papyrus, très fragmentaire, daté sans doute de juillet 131 (P. Yadin 34), Babatha présente une pétition au gouverneur à propos du conflit avec Miriam.

  • 23 Sur cette question, H. M. Cotton, art. cit. n. 14, p. 104-105.
  • 24 Digeste, XXVI, 10, 1, 3 (Ulpien, Ad edictum, Livre 35) : Damus autem ius remouendi suspectos tutor (...)
  • 25 C.J., V, 50, 1 : Pupillus, si ei alimenta a tutore suo non praestantur, praesidem prouinciae adeat(...)

15Les trois affaires qui sont évoquées devant le tribunal du gouverneur d’Arabie sont donc d’ordre privé, et liées à des questions d’héritage. Par ailleurs, on peut se demander pourquoi Babatha et ses adversaires ne s’adressent pas à la boulè de Pétra, au moins dans la première affaire, puisque c’est cette institution qui a désigné les tuteurs23. Deux explications sont possibles : soit parce qu’elle craignait que les bouleutes ne se montrent pas impartiaux, soit parce que les litiges concernant des tuteurs étaient du ressort exclusif du gouverneur de la province. Les sources juridiques tendent à confirmer la deuxième hypothèse. En effet, un passage d’Ulpien conservé au Digeste précise que le droit de relever de leur fonction des tuteurs indignes de confiance était de la compétence des préteurs à Rome et des gouverneurs dans les provinces24. Un passage du Code Justinien souligne qu’au cas où un tuteur ne s’occupe pas convenablement de l’entretien de son pupille, ce dernier peut s’adresser au gouverneur de la province25. Certes, ces textes juridiques sont postérieurs de près d’un siècle aux archives de Babatha, mais rien n’interdit de penser que les règles énoncées s’appliquaient déjà au début du iie siècle. En tout cas, l’ensemble du dossier tend à prouver qu’elle s’est adressée à la juridiction compétente, puisque sa pétition au gouverneur a reçu une réponse favorable et qu’elle a continué la procédure, en lançant l’assignation à comparaître.

  • 26 Il est peut-être identique à Claudius Marcellus, rationalis summarum en Égypte sous Philippe (juin (...)
  • 27 P. Euphr. 2 (inv. I). Sur ce papyrus, D. Feissel et J. Gascou, « Documents d’archives romains inéd (...)

16Des thématiques similaires se retrouvent dans des papyrus provenant d’autres régions de l’empire. Dans un lot de provenance incertaine, qui comprend dix-sept documents en grec, datés entre 232 et 252 apr. J.-C., ont été retrouvées cinq pétitions concernant les habitants de plusieurs villages du Moyen-Euphrate. L’une d’entre elles a été adressée par un certain Rôstamos, fils de (...), originaire de Birtha Okbanôn, à [---] Marcellus26, perfectissime, exerçant les fonctions de gouverneur de Coelé-Syrie27. Le plaignant insiste sur le fait qu’il s’est retrouvé très jeune orphelin de père, ce qui a été la cause de ses malheurs présents. Il réclame en effet une vigne qui lui appartient par héritage et qui est occupée indûment, depuis six ans, par un certain Barsèmaias, qui a profité de sa longue absence, imputée à une attaque des Perses, et de sa faiblesse due à son isolement. Malgré des démarches auprès du centurion de la région, il n’a pu récupérer son bien, alors même que celui-ci est hypothéqué à une certaine Bathsabbatha, créancière de son père, qui veut faire valoir ses droits. Il demande donc à Marcellus de prendre une mesure conservatoire : donner l’ordre à Claudius Aristôn, procurateur d’Appadna, de lui faire restituer par Barsèmaias les revenus perçus indûment pendant six ans.

  • 28 P. Ryl. 114 = Select Papyri II, n° 293.
  • 29 P. Thead. 15.

17Parmi la documentation égyptienne, le dossier d’Aurelia Artemis, daté des années 280 apr. J.-C., fera l’objet d’un examen approfondi, car il présente l’intérêt de comporter à la fois la pétition de la plaignante devant le préfet d’Égypte (dont le nom a disparu sur le papyrus)28et les minutes du procès devant l’épistratège29. Cette femme, du village de Thraso, dans le nome arsinoïte, est la veuve d’un dénommé Ganis, qui faisait paître les moutons d’un des notables de son village, le dékaprôtos Syrion. Elle accuse ce dernier de s’être emparé illégalement des chèvres et des moutons qui appartenaient en propre à son mari à la mort de celui-ci et de l’avoir menacée, le tout alors que Ganis n’était même pas encore enterré. Elle demande donc au préfet de protéger ses intérêts et ceux de ses jeunes enfants.

  • 30 Sur cette question, voir The Documents from the Bar Kokhba Period, op. cit. n.11, p. 24.
  • 31 Pour des parallèles avec d’autres papyrus égyptiens, voir N. Lewis, La Mémoire des sables. La vie (...)
  • 32 Cf. The Documents from the Bar Kokhba Period, op. cit. n. 11, p. 22-23.

18L’analyse des documents ci-dessus présentés fait apparaître le recours à des arguments similaires dans les différentes pétitions adressées aux gouverneurs, qu’il s’agisse du préfet d’Égypte ou du légat d’Auguste propréteur d’Arabie. On peut en premier lieu constater des similitudes dans la façon dont les plaignants se présentent eux-mêmes et décrivent leur statut. Babatha est une femme d’une aisance certaine : elle possède des biens fonciers, puis-qu’elle déclare quatre palmeraies lors du recensement de 127apr. J.-C. (P. Yadin 16), mais aussi de l’argent, puisqu’elle peut accorder un prêt de 300 deniers à son second mari, Yehudah (P. Yadin 17)30. Ganis, le mari d’Aurelia Artemis, possédait un troupeau de soixante chèvres et moutons, dont la valeur peut être estimée à un peu moins de mille drachmes31, mais nulle mention n’est faite de propriétés foncières, ce qui peut s’expliquer dans la mesure où le troupeau est mentionné uniquement parce qu’il est au centre de l’affaire. Il ne s’agit donc pas de femmes appartenant à des familles nécessiteuses, mais leur faiblesse réside essentiellement dans leur statut de veuve32.

  • 33 Sur cette question, voir surtout H. M. Cotton, « Fragments of a declaration of landed property fro (...)
  • 34 P. Yadin 15, l. 35 : δια τὸ αὐτῆς µὴ εἰδέναι γράµµατα.

19Babatha insiste sur le fait qu’elle est illettrée, affirmation confirmée par le fait que son mari, Yehudah fils d’Eleazar, a écrit la souscription en araméen à sa place dans la déclaration de cens conservée dans ses archives (P.Yadin 16, l. 35-36)33. En outre, Eleazar fils d’Eleazar précise qu’il a écrit pour Babatha « à sa demande, parce qu’elle ne connaît pas les lettres »34. Rôstamos lui aussi est dit illettré, ce qui explique qu’un dénommé Clanis ait écrit la pétition à sa demande.

20Cette insistance sur de tels arguments s’explique avant tout par la volonté de jouer sur la corde sensible, en soulignant, fût-ce au prix d’exagérations manifestes, le dénuement extrême et la faiblesse des plaignants face à leur adversaire. Il convient donc de susciter la pitié du gouverneur : Aurelia Artemis précise par deux fois qu’elle est veuve, mais surtout rappelle à quatre reprises l’existence de ses jeunes enfants. L’effet de pathétique est accentué, dans la pétition d’Aurelia Artemis, par le fait que Syrion se soit attaqué à la veuve et aux orphelins alors que le cadavre de Ganis gisait encore là et qu’elle le préparait pour les funérailles. La plaignante souligne ainsi que son adversaire n’a nul respect pour les lois divines et humaines, puisqu’il ne respecte même pas la mort. En effet, dans cet appel à la sollicitude du gouverneur, l’accent est souvent mis sur la personnalité de l’adversaire, qu’il importe de rendre le plus détestable possible. Aurelia Artemis souligne que Syrion a eu recours à la force ; Rôstamos précise que Barsèmaias est un homme très violent et arrogant (l. 8-9 : ἀνὴρ πάνν βίαιος καὶ αὐθάδης). Tous deux présentent leur adversaire comme un qanotable local : Barsèmaias a un grand pouvoir dans la région (l. 9 : πολύ τε ἐν τοῖς τόποις δυνάμςνος), Syrion, depuis peu dékaprotos, abuse de sa puissance locale (l. 16 : τῇ τοπικῇ δυναστείᾳ χρώμενος). Ainsi le contraste le plaignant et son adversaire est accentué et cette situation explique l’appel suppliant au gouverneur. Le plaignant majore donc au besoin sa faiblesse, son dénuement et son incapacité à se défendre tout seul.

  • 35 M. Humbert, « La juridiction du préfet d’Égypte d’Auguste à Dioclétien », Aspects de l’empire roma (...)
  • 36 P. Yadin 15, l. 10-11 = 27-28 : τοῖς µακαριωτάτοις καιροῖς ἡγεµωνείας ᾿Ιοήλίοή ᾿Ιοήλιανοῦ ἡγε (...)

21L’autre passage obligé est l’éloge des vertus du gouverneur et l’insistance sur le caractère universel de sa justice35. Ainsi, Aurelia Artemis insiste sur la sollicitude (l. 4 : κηδεµονία) du préfet pour tous, en particulier envers les femmes et les veuves (l. 5 : µάλιστα περὶ γυναῖκας και χήρας), et souligne qu’elle est au courant de son amour pour la justice (l. 3 : τὸ µετριοϕιλές σου αἰσθοµένη). Ces louanges figurent dès le début de la pétition, avant l’exposé de l’affaire. La pétition s’achève avec des remerciements anticipés, Aurelia Artemis s’engageant, en cas de succès, à toujours confesser sa reconnaissance envers la Fortune du préfet (l. 32 :καὶ ἀεὶ τῇ τύχῃ σου χάριτας ὁμολογεῖν δυνηθῶ). Babatha flatte le gouverneur Iulius Iulianus en mentionnant « les temps très heureux de son gouvernement36 ».

22L’analyse du discours des provinciaux dans leurs pétitions montre donc une concordance avec le discours théorique des Romains comme Cicéron sur la fonction de gouverneur et les attentes des provinciaux à son égard.

  • 37 H. M. Cotton, JRS, 83, 1993, p. 107.
  • 38 P. Yadin 26, l. 5-6 : ὃποή ἄν ᾖ ὑπ αὐτοῦ ὑπαρχία. Cf. G. W. Bowersock, « The Babatha papyri, Masad (...)
  • 39 P. Yadin 23, l. 4-5 : εἰς Πέτραν ἢ ἄλλοή ἐν τῇ αὐτοῦ ἐπαρχίᾳ.
  • 40 The Documents from the Bar Kokhba Period, op. cit. n. 11, p. 104, n. 5.
  • 41 M. Goodman, JRS, 81, 1991, p. 171 ; H. M. Cotton, JRS, 83, 1993, p. 106-107.

23Ces attentes et cette volonté d’être jugés par le gouverneur37 sont également perceptibles dans la tendance des plaignants à le poursuivre dans son circuit d’assises. Babatha assigne Miriam, l’autre épouse de son défunt mari Yehudah, à comparaître devant Haterius Nepos, quel que soit l’endroit où il se trouve38, et la même idée se retrouve à propos de l’affaire de la palmeraie, où Besas assigne Babatha à comparaître devant le même gouverneur, « à Pétra ou ailleurs dans la province39 ». L’expression employée rend l’assignation applicable en n’importe quel endroit où le gouverneur décidera de tenir ses prochaines assises40. Les parties adverses se montrent également prêtes à parcourir le long trajet jusqu’à Pétra et à y rester en attendant l’arrivée du gouverneur (P. Yadin 25, l. 15-16, 42-43)41. L’attente peut se prolonger pendant la session des assises judiciaires. En effet, il est précisé à plusieurs reprises que les adversaires devront attendre dans la localité où siège le gouverneur jusqu’à ce que l’affaire soit jugée par lui (P. Yadin 25, l. 11-12).

  • 42 Cicéron, Ad Q. fr., I, 1, 15-16 ; Pline le Jeune, Ep., IV, 9, 6-7 ; Dig., I, 18, 19 pr. Cf. M.I. F (...)
  • 43 P. Euphr. I (inv. 5). Cf. D. Feissel et J. Gascou, « Documents d’archives romains inédits du Moyen (...)

24Reste à cerner la raison de tous ces appels au gouverneur. L’intérêt principal, pour les plaignants, est que le gouverneur apparaît comme une instance supérieure, moins susceptible d’être circonvenue par les notables locaux. C’est d’ailleurs cette nécessaire indépendance que soulignent des auteurs comme Cicéron ou Pline le Jeune, ainsi que des textes juridiques42. Toutefois, autoriser tous les provinciaux à s’adresser au gouverneur, y compris pour des affaires de peu d’importance, comportait des risques, en particulier celui d’un engorgement des tribunaux qui conduirait les plaignants à devoir attendre longtemps que le jugement soit rendu. C’est d’ailleurs parfois le cas, comme le montre par exemple un papyrus du Moyen-Euphrate, qui porte une pétition datée de 24543. Les plaignants, quatre villageois de Bèphphoura, un village de statut impérial, situé sur l’Euphrate, ont pris la décision de se rendre à Antioche, capitale de la province de Coelé-Syrie, pour y plaider leur cause devant le gouverneur. Ils ont à se plaindre des lenteurs de la justice, puisque l’affaire n’est introduite que le 24 août 245, soit huit mois après le dépôt de leur plainte.

  • 44 M. Humbert, Aspects de l’empire romain, loc. cit. n. 35, p. 100-101 ; N. Lewis, La Mémoire des sab (...)
  • 45 M. Humbert, Aspects de l’empire romain, p. 108-110.

25Ces problèmes pratiques expliquent en partie pourquoi, dans la plupart des cas, les affaires sont renvoyées par le gouverneur devant une juridiction déléguée. En Égypte, le préfet charge souvent d’autres instances de régler les litiges, car cette province est divisée en trois districts régionaux, administré chacun par un épistratège44. Sont ainsi déléguées des affaires d’un type précis : des plaintes pour coups et blessures, pour injures, pour vols. L’épistratège est alors investi d’une délégation complète, et chargé à la fois de l’examen des faits et du jugement45. Dans le cas de la veuve Aurelia Artemis, le papyrus comporte la réponse du préfet, qui écrit « son Excellence l’épistratège jugera l’affaire avec la plus grande équité ». Les minutes du procès devant l’épistratège ont aussi été conservées (P. Thead. 15), ce qui atteste que la procédure prévue par le préfet a bien été suivie.

  • 46 D. Feissel et J. Gascou, JS, 1995, p. 90.

26Le cas de Rôstamos est plus délicat : le papyrus ne comprend pas la réponse du gouverneur à la suite de la pétition, sous la forme d’une souscription, ce qui semble indiquer que la pétition a été refusée ou n’a jamais atteint son destinataire. Toutefois, Denis Feissel et Jean Gascou estiment que le plaignant n’attendait en fait que la permission d’introduire sa cause auprès d’une juridiction déléguée46. Il s’agit en l’occurrence de celle du procurateur Claudius Aristôn, qui exerce ses fonctions dans le conuentus d’Appadna, ville située au nord de Doura, sur la rive droite de l’Euphrate, et semble avoir des compétences similaires à celle d’un épistratège en Égypte.

  • 47 B. Isaac, IEJ, 42, 1992, p. 64-65.

27La situation semble différente en Arabie, et nous n’avons aucune mention dans les archives de Babatha de tribunaux ou de fonctionnaires locaux qui auraient été chargés de régler les litiges d’ordre financier. Pourtant, les affaires en question peuvent sembler d’une importance mineure, comme la propriété d’une palmeraie47. L’intervention du légat d’Arabie, outre l’absence d’instances déléguées, s’explique aussi par le fait qu’il s’agit de problèmes liés à des héritages. Or, savoir à qui appartient tel ou tel bien est important pour l’administration romaine, dans la mesure où cela représente la base de fixation du tributum soli. Il est par ailleurs frappant de constater que dans les années 125-132 apr. J.-C., soit un quart de siècle après l’annexion du royaume nabatéen, l’habitude de recourir au tribunal du légat d’Arabie semble déjà bien ancrée dans les pratiques des habitants de la province. Le système mis en place par Rome devait donc répondre à un véritable besoin. Les procédures sont déjà bien maîtrisées par les justiciables.

28L’intérêt de ce système, tel qu’il apparaît dans nos sources, est de justifier par la justice et la protection de tous les provinciaux la domination romaine. L’accès à la justice du gouverneur semble relativement aisée, si l’on en croit le nombre élevé de pétitions qui lui sont parvenues. Cela concourait à donner l’impression que n’importe quel habitant de l’empire pouvait s’adresser directement aux plus hautes instances. Au-delà des affirmations rhétoriques, un véritable système de régulation sociale semble bien apparaître ici. Le système de la délégation permet ensuite d’éviter l’engorgement de la justice, tout en donnant aux justiciables la satisfaction de savoir que le gouverneur en personne avait répondu à leur requête.

Notes

1 Cicéron, Ad Quintum fratrem, I, 1 = Correspondance, XXX, éd. L.-A. Constans, CUF, Paris, 1934. Sur cette lettre, E. Fallu, « La première lettre de Cicéron à Quintus et la lex Julia de repetundis », REL, 48, 1970, p. 180-204 ; D. R. Shackleton Bailey (dir.), Cicero : Epistulae ad Quintum fratrem et M. Brutum, Cambridge, 1980, p. 147-159 ; P. Grimal, Cicéron, Paris, 1986, p. 177-179 ; S. Mitchell, « The Administration of Roman Asia from 133 BC to AD 250 », W. Eck (dir.), Lokale Autonomie und römische Ordnungsmacht in den kaiserzeitlichen Provinzen vom 1. bis 3. Jahrhundert, Munich, 1999, p. 25-26 ; C. E. W. Steel, Cicero, Rhetoric, and Empire, Oxford, 2001, p. 195-197, 201-202.

2 Cic., Ad Q. fr., I, 1, 9 : Esse quocumque ueneris et publice et priuatim maximam laetitiam, cum urbs custodem non tyrannum, domus hospitem non expilatorem recepisse uideatur ? « Partout où tu te présentes, l’allégresse publique et la joie de chacun sont à leur comble, parce que chaque ville croit recevoir son protecteur et non pas son tyran, chaque maison un hôte et non point un détrousseur. » (trad. L.-A. Constans).

3 Cic., Ad Q. fr., I, 1, 24 : Ac mihi quidem uidentur huc omnia esse referenda iis qui praesunt aliis, ut ii qui erunt in eorum imperio sint quam beatissimi… « À mon avis, il est un but auquel ceux qui commandent aux autres doivent tout rapporter : rendre aussi heureuses que possible les populations qu’ils auront à gouverner… »

4 Cic., Ad Q. fr., I, 1, 25.

5 Cic., Ad Q. fr., I, 1, 21 : Adiungenda etiam est facilitas in audiendo. « Il faut aussi qu’on puisse obtenir facilement ton audience » ; 25 : Facillimos esse aditus ad te, patere aures tuas querelis omnium, nullius inopiam ac solitudinem non modo illo populari accessu ac tribunali sed ne domo quidem et cubiculo esse exclusam tuo. « On a très facilement accès auprès de toi, tu prêtes une oreille attentive à toutes les plaintes ; il n’est pas d’indigence ni de faiblesse sans appui qui ait été repoussée je ne dis pas de ton tribunal, où tout le peuple est admis, mais de ta maison même et de ta chambre. »

6 Cic., Ad Q. fr., I, 1, 21 : Adiungenda etiam est […] lenitas in decernendo, in satisfaciendo ac disputando diligentia. « Il faut aussi […] que tes arrêts soient prononcés avec douceur, que dans la fixation des sommes à acquitter comme dans la discussion entre parties tu te montres exact et scrupuleux. »

7 Sur ces passages (§ 31-39, 65-66), voir J. H. Oliver, The Ruling Power : A Study of the Roman Empire in the Second Century after Christ through the Roman Oration of Aelius Aristides, Philadelphie, 1953, p. 920, 929-930 ; L. Pernot, La Rhétorique de l’éloge dans le monde grécoromain, II : Les valeurs, Paris, 1993, p. 751-762 ; S. A. Stertz, « Aelius Aristides’ Political Ideas », ANRW, II, 34, 2, 1994, p. 1260-1262.

8 Aelius Aristide, En l’honneur de Rome, 36 :…ἐὶπ προστασίᾳ καὶ προνοίᾳ τῶν ἀρχοµένων, οὐκ ἐπὶ τῷ δεσπότας εἶναι ἐπ αὐτοῖς, « … en les chargeant de protéger les sujets et de veiller sur eux, non d’être leurs maîtres. » (trad. L. Pernot, Paris, Les Belles Lettres, 1997).

9 Aelius Aristide, En l’honneur de Rome, 66 : …’'Ετι δὲ και µέτεστιν ἠ αὐτή πἄσιν ἄδεια τοῖς, πλήθεσιν ἐκ τῶν παῤ αὐτοῖς δυνατῶν, ἠ παῤ ὐµῶν ἐπ αὐτούς, ἐὰν τι τολµῶσι παρακινεῖν, εὐθὺς ἣξοήσα ὀργὴ τε καὶ τιµωπὶα « En outre, les masses jouissent toutes de la même protection vis-à-vis des puissants du lieu : votre colère et votre châtiment, qui fondront immédiatement sur eux s’ils osent introduire quelque mauvais changement. »

10 Plutarque, Préceptes politiques, 19. Cf. J. H. Oliver, The Ruling Power, op. cit. n. 7, p. 953-958.

11 N. Lewis, Y. Yadin et J. C. Greenfield, The Documents from the Bar Kokhba Period in the Cave of Letters. Greek Papyri, Jérusalem, 1989, p. 65-70 (n° 16) (cité désormais The Documents from the Bar Kokhba Period).

12 Sur la création de cette province, voir M. Sartre, Bostra. Des origines à l’Islam, Paris, 1985, p. 63-72 ; K. Strobel, « Zu Fragen der frühen Geschichte der römischen Provinz Arabia und zu einigen Problemen der Legionsdislokation im Osten des Imperium Romanum zu Beginn des 2 Jh. n. Chr. », ZPE, 71, 1988, p. 251-280 ; F. Millar, The Roman Near East 31 B. C. D. 337, Cambridge (Mass.) ; Londres, 1993, p. 92-99.

13 La polygamie est attestée chez les Juifs à cette période : voir The Documents from the Bar Kokhba Period, p. 23-24.

14 B.-H. Isaac, « The Babatha Archive : a review article », IEJ, 42, 1992, p. 63-64 ; H. M. Cotton, « The Guardianship of Jesus son of Babatha : Roman and Local Law in the Province of Arabia », JRS, 83, 1993, p. 94-108.

15 The Documents from the Bar Kokhba Period, op. cit. n. 11, n° 13, p. 51-53.

16 Sur Ti. Iulius Iulianus Alexander, consul suffect en 126 : PIR2, I 361a ; M. Sartre, Trois études sur l’Arabie romaine et byzantine, coll. Latomus 178, Bruxelles, 1982, p. 81-82 ; W. Eck, « Jahres- und Provinzialfasten der senatorischen Statthalter von 69/70 bis 138/139, II », Chiron, 13, 1983, p. 158-162, 213.

17 Sur ce papyrus, Y. Yadin, Bar-Kokhba, Jérusalem, 1971, p. 240-241.

18 Sur le statut de Pétra à cette période, voir M. Sartre, Bostra, Paris, 1985, p. 73-76 ; G. W. Bowersock, Roman Arabia, Cambridge (Mass.) et Londres, 1983, p. 85-86. Sur les assises judiciaires, P. Garnsey, « The Criminal Jurisdiction of Governors », JRS, 58, 1968, p. 51-59 ; G. P. Burton, « Proconsuls, Assizes and the Administration of Justice under the Empire », JRS, 65, 1975, p.92-106 ; A. Bérenger-Badel, « Le voyage des gouverneurs à l’époque impériale », H. Duchêne (dir.), Voyageurs et Antiquité classique, Dijon, 2003, p. 78-82.

19 Sur ce papyrus, M. Lemosse, « Le procès de Babatha », The Irish Jurist, 3, 1968, p. 363-376 ; Y. Yadin, Bar-Kokhba, Jérusalem, 1971, p. 241 ; H. J. Wolff, « Römisches Provinzialrecht in der Provinz Arabia (Rechtspolitik als Instrument der Beherrschung) », ANRW, II, 13, 1980, p. 767-771.

20 Sur T. Haterius Nepos, consul suffect en avril 134 : PIR2, H 30 ; W. Eck, RE, Suppl. XIV, 1974, col. 127-128, s.u. Haterius 9 ; Id., Chiron, 13, 1983, p. 167-173 ; 213 ; M. Sartre, Trois études sur l’Arabie romaine et byzantine, op. cit. n. 16, p. 82 ; P.-L. Gatier, « Gouverneurs et procurateurs à Gerasa », Syria, 73, 1996, p. 48-49 (= AE 1996, 1599) publie une nouvelle inscription où il porte le titre d’ὑπατικός.

21 Lors des actions en justice, les femmes ont recours à un tuteur, appelé dans les archives de Babatha ἐπίτορπος (P. Yadin 25, l. 46), alors que le terme de κύριος est attesté en Égypte. Cf. A. Bérenger-Badel, « Les recensements dans la partie orientale de l’Empire : le cas de l’Arabie », MEFRA, 113, 2, 2001, p. 610.

22 Sur ce papyrus, N. Lewis, « In the World of P. Yadin : Where did Judah’s Wives Live ? », IEJ, 46, 1996, p. 256-257.

23 Sur cette question, H. M. Cotton, art. cit. n. 14, p. 104-105.

24 Digeste, XXVI, 10, 1, 3 (Ulpien, Ad edictum, Livre 35) : Damus autem ius remouendi suspectos tutores Romae praetoribus, in prouinciis praesidibus earum.

25 C.J., V, 50, 1 : Pupillus, si ei alimenta a tutore suo non praestantur, praesidem prouinciae adeat.Cf. bM. Lemosse, The Irish Jurist, 3, 1968, p. 372-376.

26 Il est peut-être identique à Claudius Marcellus, rationalis summarum en Égypte sous Philippe (juin 246-août 247) ; cf. D. Feissel et J. Gascou, JS, 1995, p. 94. Sur ce Claudius Marcellus, A. Stein, PIR2, C 923 ; P. J. Parsons, JRS, 57, 1967, p. 134-141 ; R. Delmaire, Largesses sacrées et res privata, CÉFR 121, Rome, 1989, p. 179-180.

27 P. Euphr. 2 (inv. I). Sur ce papyrus, D. Feissel et J. Gascou, « Documents d’archives romains inédits du Moyen Euphrate (iiie siècle après J.-C.) », JS, 1995, p. 84-94.

28 P. Ryl. 114 = Select Papyri II, n° 293.

29 P. Thead. 15.

30 Sur cette question, voir The Documents from the Bar Kokhba Period, op. cit. n.11, p. 24.

31 Pour des parallèles avec d’autres papyrus égyptiens, voir N. Lewis, La Mémoire des sables. La vie en Égypte sous la domination romaine, trad. fr., Paris, 1988, p. 130-131.

32 Cf. The Documents from the Bar Kokhba Period, op. cit. n. 11, p. 22-23.

33 Sur cette question, voir surtout H. M. Cotton, « Fragments of a declaration of landed property from the province of Arabia », ZPE, 85, 1991, p. 265 ; Ead., « Subscriptions and signatures in the papyri from the Judaean Desert : the χειροχρηστής », JJP, 25, 1995, p. 29-40.

34 P. Yadin 15, l. 35 : δια τὸ αὐτῆς µὴ εἰδέναι γράµµατα.

35 M. Humbert, « La juridiction du préfet d’Égypte d’Auguste à Dioclétien », Aspects de l’empire romain, Paris, 1964, p. 132-134.

36 P. Yadin 15, l. 10-11 = 27-28 : τοῖς µακαριωτάτοις καιροῖς ἡγεµωνείας ᾿Ιοήλίοή ᾿Ιοήλιανοῦ ἡγεµώνος.

37 H. M. Cotton, JRS, 83, 1993, p. 107.

38 P. Yadin 26, l. 5-6 : ὃποή ἄν ᾖ ὑπ αὐτοῦ ὑπαρχία. Cf. G. W. Bowersock, « The Babatha papyri, Masada, and Rome », JRA, 4, 1991, p. 340.

39 P. Yadin 23, l. 4-5 : εἰς Πέτραν ἢ ἄλλοή ἐν τῇ αὐτοῦ ἐπαρχίᾳ.

40 The Documents from the Bar Kokhba Period, op. cit. n. 11, p. 104, n. 5.

41 M. Goodman, JRS, 81, 1991, p. 171 ; H. M. Cotton, JRS, 83, 1993, p. 106-107.

42 Cicéron, Ad Q. fr., I, 1, 15-16 ; Pline le Jeune, Ep., IV, 9, 6-7 ; Dig., I, 18, 19 pr. Cf. M.I. Finkelstein, « Mandata principum », Tijdschrift voor Rechtsgeschiedenis, 13, 1934, p. 158.

43 P. Euphr. I (inv. 5). Cf. D. Feissel et J. Gascou, « Documents d’archives romains inédits du Moyen Euphrate (iiie siècle après J.-C.) », CRAI, 1989, p. 535-561 ; Eid., JS, 1995, p. 65-84.

44 M. Humbert, Aspects de l’empire romain, loc. cit. n. 35, p. 100-101 ; N. Lewis, La Mémoire des sables, op. cit. n. 31, p. 181-190.

45 M. Humbert, Aspects de l’empire romain, p. 108-110.

46 D. Feissel et J. Gascou, JS, 1995, p. 90.

47 B. Isaac, IEJ, 42, 1992, p. 64-65.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540