Version classiqueVersion mobile

Les régulations sociales dans l'Antiquité

 | 
Michel Molin

Quatrième partie. Encadrement et ordre social

Les bénéficiaires des banquets publics africains sous le principat*

Christophe Hugoniot

Texte intégral

  • * Je tiens à remercier vivement Manuel de Souza, qui a eu la gentillesse de relire et d’enrichir ce (...)
  • 1 P. Veyne, Le Pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris, Le Seuil, (...)

1Dans son livre sur le pain et le cirque, Paul Veyne écrivait en 1976 que l’évergétisme n’était ni un don pour l’obtention des magistratures, ni une redistribution des richesses destinée à acheter la « paix sociale ». Les évergètes ne donnaient pas pour obtenir un pouvoir qu’ils avaient déjà par leur fortune, et cherchaient en fait à affirmer leur supériorité sociale en inscrivant leurs diverses largesses dans la « mémoire civique » de leur cité. Un autre point important de la démonstration de Paul Veyne est qu’ils donnaient aux citoyens, et non aux pauvres1. Le pauvre était absorbé et masqué par le citoyen, même si un nombre considérable de citoyens étaient pauvres eux aussi. L’évergétisme n’avait rien à voir avec la charité chrétienne, car la finalité du donateur dans le christianisme était l’obtention du paradis, alors que l’évergète cherchait à atteindre par ses dons un but autrement plus concret.

  • 2 J. Andreau, A. Schnapp et P. Schmitt-Pantel, « Paul Veyne et l’évergétisme », Annales ESC, 33, 197 (...)
  • 3 P. Veyne, « La “plèbe moyenne” sous le Haut-Empire romain », Annales HSS, 55, 2000, 6, p. 1169, n. (...)
  • 4 P. Schmitt-Pantel, La Cité au banquet. Histoire des repas publics dans les cités grecques, CÉFR 15 (...)

2L’exemple des banquets publics invite à réfléchir sur les implications de cette affirmation. Il ne s’agit pas de revenir ici sur les polémiques qui ont entouré la publication du livre de Paul Veyne et qui ont donné lieu à un article critique de trois historiens du monde grec et romain, Pauline Schmitt-Pantel, Jean Andreau et Alain Schnapp2. Lorsqu’il évoque la question, souvent indirectement, Paul Veyne aujourd’hui est moins affirmatif sur ses conclusions initiales3. Il se trouve que les banquets publics sont bien connus dans les cités du monde grec grâce aux travaux de Pauline Schmitt-Pantel. L’auteur y constate une dilution relative de la citoyenneté à la fin de l’époque hellénistique et au début du principat4.

  • 5 R. Hodot, « Décret de Kymè en l’honneur du prytane Kléanax », GMusJ, 10, 1982, p. 165-180 ; J. et (...)

3Commentant plus précisément le décret honorifique de Kymè, en Éolide, voté en l’honneur du prytane Kléanax au début de l’ère chrétienne5, elle constate que ce notable offrit des repas publics, sur fond de sacrifices, et des distributions de nourriture à d’autres catégories que les citoyens de sa patrie : les Romains, les étrangers domiciliés (paroikoi) et les étrangers de passage (xenoi), mais aussi, moins fréquemment il est vrai, les femmes, les esclaves, ainsi que des catégories sociales restreintes comme les prêtres, les vainqueurs aux concours et les magistrats. Même si la dispersion de la documentation épigraphique et le caractère exceptionnel de cette ouverture sociale interdisent de généraliser cet exemple, il n’en demeure pas moins que

  • 6 P. Schmitt-Pantel, ibid., p. 405.

le critère de la citoyenneté, c’est-à-dire la participation à la vie politique, ne joue plus un rôle aussi déterminant dans l’invitation au banquet qu’aux époques précédentes. Les invités sont aussi ceux qui participent à la vie économique et sociale de la cité, ceux que l’on côtoie dans les activités quotidiennes, sans que toutefois ce critère soit donné pour tel. Les invités continuent certes d’être définis par leur statut, c’est-à-dire leur rapport à la citoyenneté : étrangers domicilés, étrangers de passage, affranchis, esclaves… Les groupes professionnels n’apparaissent pas « ès qualités » dans les invitations, contrairement à ce qui se passe dans les repas d’associations. Les exclusions sont elles aussi très attendues : elles marquent les rapports sociaux tout au long de l’histoire des cités et notre corpus ne nous permet pas de repérer d’évolution significative. Les jeunes, les femmes et les esclaves restent pour l’essentiel exclus de cette forme particulière de la vie sociale. Les privilèges enfin sont eux aussi les marques de toute l’époque hellénistique : la faveur dont jouissent les notables est à l’image des cités dont la vie politique et la survie économique dépendent d’une poignée d’évergètes6.

4Peut-on étendre ces conclusions au reste de l’Empire romain ? Affirmer que l’évergétisme alimentaire s’élargit à d’autres groupes sociaux que le corps civique revient-il en fait à nier la place centrale que celui-ci occupait dans la définition de la citoyenneté ? Faut-il y voir une redistribution des richesses et une assurance sociale avant la lettre qui dépassait les barrières politiques ? Il serait légitime de parler alors d’une forme de régulation sociale, dans le sens sociologique d’une conduite correctrice d’un groupe social — large ou restreint — au sein d’un système social donné, régulation qui atténuait les déséquilibres et les inégalités économiques et sociales de la civilisation municipale et en validait ainsi le fonctionnement. L’enjeu ici n’est-il pas plutôt la pertinence d’une lecture purement sociologique de l’évergétisme qui l’interprète comme une forme d’assistance et considère les limites politiques de la cité comme un cadre formel ? L’étude des banquets publics africains sous le principat est un exemple concret qui illustre ce problème. La richesse de la documentation épigraphique apporte sur ce point des renseignements d’une grande précision.

Les banquets municipaux réguliers, un modèle pour les évergètes ?

  • 7 G. Wesch-Klein, Liberalitas in rem publicam. Private Aufwendungen zugunsten von Gemeinden im römis (...)
  • 8 J. Scheid, « Aspects religieux de la municipalisation. Quelques réflexions générales », M. Dondin- (...)
  • 9 F. Jacques, « Quelques problèmes d’histoire municipale à la lumière de la lex Irnitana », L’Afriqu (...)

5Pour le Haut-Empire, les ouvrages de Gabriele Wesch-Klein et de José Ramirez Sádaba sur les banquets africains permettent de dresser des listes relativement exhaustives de ces prestations en Afrique du Nord, qui s’ajoutent aux conclusions de Stanilaw Mrozek sur les banquets publics italiens sous le principat7. Les banquets publics en Afrique du Nord s’inspiraient vraisemblablement des banquets réguliers qui étaient organisés lors des fêtes religieuses et étaient financés en grande partie pecunia publica. Comme dans les cités ibériques, où John Scheid a rappelé la présence d’un calendrier calqué plus ou moins fidèlement sur le calendrier romain et fixé chaque année avec souplesse par les autorités municipales8, les municipes et les colonies de l’Afrique romaine devaient organiser des banquets publics (éventuellement doublés de jeux) lors des principales fêtes en l’honneur de leurs dieux9.

  • 10 Tertullien, Apologétique, 42, 5 : Non in publico Liberalibus discumbo, quod bestiariis supremam ce (...)
  • 11 Augustin, Sermo 62, 9-10, PL, 38, col. 419. Sur ce sermon, C. Lepelley, « Une forme religieuse du (...)
  • 12 Augustin, Sermo 104, SPM, 1, p. 59, l. 33.

6Si l’on examine la documentation épigraphique, ces repas sont invisibles, car ils ne ressortaient pas vraiment de l’évergétisme. On trouve toutefois des allusions à ces prestations régulières chez les auteurs chrétiens comme Tertullien et Augustin. Tertullien évoque ainsi les tables disposées dans les rues de Carthage lors des Liberalia, ainsi que les excès des banquets dans les rues lors des dies natales des empereurs10. À la fin du ive siècle, dans une période de vives tensions religieuses entre les évêques chrétiens et les autorités municipales, le théologien africain fait allusion à un banquet public (cena publica) organisé par les décurions carthaginois lors du dies natalis de la colonie. Ce repas avait lieu en l’honneur du genius coloniae. Des lits de table étaient disposés devant son autel et, si le sacrifice préliminaire n’avait plus lieu lorsqu’Augustin en parlait, en raison de l’interdiction des rites païens par Théodose, le banquet existait toujours au début du ve siècle11. Augustin mentionne aussi des epulae Venerales, dont le lieu et la date sont hélas impossibles à déterminer12.

Des fêtes de dédicace

7Ces banquets réguliers sont à distinguer de ceux offerts aux frais des évergètes, qui étaient par définition exceptionnels. Le dossier africain livre 110 attestations qui mentionnent de tels repas officiels, essentiellement du iie siècle à la fin du iiie siècle. Ces repas furent offerts neuf fois sur dix lors de la dédicace des monuments ou des statues offerts par des évergètes, que le don ait été effectué à titre privé ou ob honorem. Dans un nombre de cas plus restreint, une dizaine environ, il était prévu d’organiser ces banquets à date fixe dans le cadre de fondations, testamentaires ou non. Beaucoup plus rares étaient les prestations ob honorem directes.

  • 13 Sur les dédicaces, E. Pottier, « Dedicatio. II. Rome », DAGR, I, col. 42-45 ; G. Wissowa, « Dedica (...)
  • 14 Fustel de Coulanges, « Epulum », DAGR, II, col. 738 : « Cependant il est hors de doute qu’à la lon (...)
  • 15 P. Schmitt-Pantel, La Cité au banquet, p. 6-7.

8Un sacrifice avait-il lieu lors des fêtes de dédicace au cours desquels se déroulèrent la plupart des epula africains ? Quelle était alors la nature du lien entre cet éventuel sacrifice et la nourriture distribuée13 ? Il règne un certain flou terminologique dans les travaux récents sur ce point. Pauline Schmitt-Pantel rappelle les affirmations de Fustel de Coulanges sur la banalisation des repas sacrés et la disparition de leur sacralité initiale14 : cette présentation a contribué à répandre, à tort selon elle, l’idée d’une dichotomie entre repas sacrés et repas profanes, alors que l’« insertion du religieux » est manifeste dans tous les repas officiels, même s’il y avait selon elle des degrés différents de sacré15.

  • 16 Cicéron, De domo sua, 127-128, 136, 138-139.

9Rien ne prouve formellement l’existence d’un sacrifice initial lors des fêtes de dédicace africaines, d’autant plus que les monuments dédiés n’étaient pas que des statues divines ou des édifices sacrés (temples, chapelles, autels), mais aussi, très souvent, des édifices à usage civil et des statues élevées en l’honneur des généreux dédicants eux-mêmes. La dedicatio n’impliquait pas en théorie de consecratio aux dieux. À Rome, les deux rites étaient clairement dissociés. Cicéron explique, lorsqu’il argumente contre Clodius pour défendre sa maison, que la consécration découlait d’une loi votée par la plèbe qui autorisait la dédicace par un magistrat16. Lors de la consécration d’un temple, d’un autel ou d’une statue divine, le transfert d’une portion d’espace au monde sacré des dieux était accompli par un magistrat, le dédicant, qui récitait, en touchant de ses mains le jambage de la porte du temple (postem tenere), la formule dédicatoire que lui dictait un pontife (uerba praeire). Si toute consécration impliquait donc une dédicace, il apparaît qu’une dédicace pouvait être effectuée par un magistrat sans qu’il y ait nécessairement consécration, c’est-à-dire retranchement d’une portion du sol civique pour le transférer au monde sacré des dieux. Il était tout à fait possible de dédier un monument, notamment à usage civil, sans le consacrer, mais bien évidemment un tel argument n’indique pas que ce type de dédicace s’accompagnait alors de rites religieux et d’un sacrifice.

  • 17 Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, IV, 26 ; ILS, 4907 ; G. Wissowa, Religion und Kultus de (...)
  • 18 Tacite, Histoires, IV, 53.
  • 19 Pline, Ep., X, 50 (59) ; Gaius, Institutes, II, 7 a, considérait que ce qui avait été consacré dan (...)
  • 20 Sur ce point, X. Dupuis, « Les pontifes et les augures dans les cités africaines au Bas-Empire », (...)

10Lors d’une consécration, la lex dedicationis énonçait les modalités du culte rendu à la divinité concernée. La formule était composée le plus souvent sur le modèle de la lex énoncée à Rome lors de la dédicace de l’autel de Diane sur l’Aventin17. Le transfert n’était opéré qu’une fois la formule correctement récitée. Le plus souvent, comme le montre la procession de suouetauriles autour du Capitole, lors de sa dédicace après l’incendie de 69 apr. J.-C., le dédicant effectuait un sacrifice18. Ces règles, ainsi qu’il ressort d’une lettre de Trajan à Pline, s’appliquaient dans les provinces sous l’Empire uniquement aux cités de droit romain, colonies déduites ou honoraires, et peut-être municipes de droit latin. Le sol des cités étrangères n’obéissait pas à ces règles, même si le sol romain tendit à se confondre dans l'esprit des juristes avec le sol provincial sous l’Empire19. Dans le cas de dédicaces de temples, les pontifes municipaux, dont l’existence est attestée dans les cités de statut romain, devaient jouer en Afrique un rôle analogue à celui des pontifes romains20.

  • 21 J. Scheid, La Religion des Romains, Paris, 1998, p. 125-128.

11La documentation épigraphique est peu précise en Afrique sur les règles des dédicaces de monuments à usage civil. Les inscriptions africaines ne disent rien ainsi sur la présence éventuelle des magistrats et des prêtres municipaux lors d’une dédicace d’un édifice religieux ou « profane » — sauf bien sûr lorsqu’ils étaient eux-mêmes les donateurs du monument qu’ils offraient à leur cité. Le problème est de savoir si un rituel officiel en présence des magistrats et des prêtres municipaux accompagnait une dédicace qui avait pour but d’honorer la cité ou ses membres et entraînait au minimum un décret des décurions. Même dans le cas de monuments à usage civil, il y avait passage avec la dédicace du privé au public ou du moins ajout d’un élément architectural (statue ou superstructure) au sol public. Les dieux étant également des citoyens21, ils veillaient à la cohésion et aux valeurs civiques et on peut supposer qu’ils étaient les garants d’un rituel de dédicace qui visait à embellir leur cité.

  • 22 J. Scheid, « Sacrifice et banquet à Rome. Quelques problèmes », MEFRA, 97, 1985, p. 193-206. La pa (...)

12La présence d’epula lors d’un grand nombre de ces fêtes soulève la question de la nature de ces rites. Les cités africaines pouvaient se contenter de rituels comme les fumigations ou les offrandes d’encens ou de vin, mais il est tentant de supposer que des sacrifices sanglants et une distribution de viande et de nourriture aux personnes présentes avaient lieu, d’autant plus que les modes de distribution relativement hiérarchisés qui prévalaient lors de ces banquets de dédicace semblent formellement analogues — nous allons le voir — aux règles de partage des banquets sacrificiels organisés dans la Rome républicaine et impériale22. Une certaine prudence s’impose toutefois, car toutes les fêtes de dédicace en Afrique ne donnaient pas lieu à des banquets publics.

Des réunions symboliques ?

  • 23 T. Kotula, Curies, op. cit. n. 10, p. 114.
  • 24 Les cenae impliquaient une organisation sophistiquée et étaient habituellement réservées aux décur (...)
  • 25 Sur les distinctions entre cena, epulum et uisceratio, S. Mrozek, ibid., p. 37-43. L’auteur réfute (...)
  • 26 Dans la Rome républicaine, les sénateurs avaient le privilège, en vertu du ius publice epulandi, d (...)

13Premier point à relever, les inscriptions parlent d’epula ou plus rarement d’epulationes. Le terme désignait comme à Rome de véritables repas et non des réunions symboliques23 : une inscription d’Uthina [21] indique que les intérêts d’une fondation servirent à donner 75 deniers par an à chaque curie de la cité pour se nourrir lors de l’anniversaire du fondateur (ut natali eius in publico uescantur curiae uniuersae). Il s’agissait bien ici d’un véritable repas. Ces collations devaient toutefois être relativement modestes. L’épigraphie africaine ne mentionne pas de cenae comme à Irni ou dans les cités italiennes24, et deux inscriptions seulement évoquent des uiscerationes, c’est-à-dire des distributions de viande [44, 97]25. On peut certes estimer que les epula africains ne comportaient habituellement pas de consommation de nourriture et encore moins de viande, mais il paraît excessif de les réduire à une simple distribution symbolique de nourriture et il est tout aussi difficile d’affirmer que les uiscerationes se résumaient en Afrique à des distributions de viande alors que les epula étaient des banquets plus sophistiqués incluant plusieurs types de mets26.

  • 27 AE 1986, 333, § 92 :… quibusque di/ebus ex decurionum conscriptorumue decreto spectacula in eo{m}/ (...)
  • 28 CIL VIII, 14863.
  • 29 Le terme en tant que substantif désigne des rations journalières données par exemple aux soldats o (...)
  • 30 Autres attestations du uinum en Afrique, CIL VIII, 14365 (Uccula), 16556 et 16560 = ILAlg, I, 3071 (...)
  • 31 . J -M. André, L’Alimentation et la cuisine à Rome, Paris, 19812 ; N. Blanc et A. Nercessian, La C (...)

14La distinction entre cenae, epula et uiscerationes prévalait dans les banquets des évergètes italiens ainsi que dans les banquets publics réguliers d’Irni27. Cette trilogie culinaire est absente de l’épigraphie africaine, mais pourquoi faudrait-il considérer que les epula africains n’étaient pas de véritables banquets publics ? Le règlement de la curia Iouis de Simitthus offre sur ce point un élement de comparaison. Ses rédacteurs avaient établi ainsi des sommes honoraires et des amendes en espèce et en nature versées par les simples membres et les magistrats de la curie28. Le vin, le pain, le sel et des aliments dont la nature n’est pas précisée (cibaria)29y sont énumérés comme prestations obligatoires. Dans une autre cité, Thagaste, l’organisation d’epula uini [22] suggère que la coutume y était de limiter la fête à une forme de « vin d’honneur »30. C’est un autre indice que les epula comprenaient habituellement plusieurs types d’aliments. On sait que dans la société romaine, du pain, une poignée d’olives, des légumes, des fruits et du vin, auxquels s’ajoutaient parfois un peu de viande grillée ou bouillie ou du poisson, constituaient les aliments de base de la vie quotidienne31. La préparation de ces repas communs n’impliquait pas de grosses dépenses.

  • 32 Tertullien, Apol., 39, 5 : Modicam unusquisque stipem menstrua die uel cum uelit, et si modo uelit (...)
  • 33 ILAlg, I, 3071.
  • 34 R. Duncan-Jones, « Costs and Outlays from Roman Africa », PBSR, 30, 1962, p. 73 ; Id., The Economy (...)

15La véritable question qui se pose est de savoir si ces repas publics suffisaient à rassasier correctement tous les convives. Tertullien opposait ainsi la modestie des repas communautaires chrétiens aux excès de table et de boisson des epula municipaux32, mais il est vraisemblable que le rhéteur carthaginois grossissait l’importance de ces repas. Les indications chiffrées sur ces banquets sont en fait peu nombreuses. Une dizaine d’epula africains furent distribués dans le cadre de fondations, testamentaires ou non, en association ou non à d’autres prestations (sportulae, gymnasium, ludi). Les sommes dépensées chaque année avec les intérêts des capitaux placés par les évergètes révèlent que l’on n’avait pas affaire, comme le disait Stéphane Gsell à propos d’un repas offert à Théveste, à des « festins de Lucullus » [31]33. Dans cette cité, un notable plaça 600 deniers à 12 % afin d’organiser un banquet pour les membres de sa curie (concuriales). Les intérêts permettaient de dégager 72 deniers par an, soit 288 sesterces. Richard Duncan-Jones estime que le prix moyen d’un repas par personne devait atteindre au iie et au début du iiie siècle 2,5 sesterces34. Cette fondation permettait donc de nourrir au maximum une centaine de personnes.

Les curies africaines

  • 35 T. Kotula, Curies, p. 60 : « Voilà comment semble s’effondrer la base même jetée sous l’hypothèse, (...)
  • 36 ILAlg, I, 1295 ; T. Kotula, Curies, p. 61-62. Une inscription d’Haïdra récemment publiée (AE 1999, (...)
  • 37 G.-Ch. Picard, « Civitas Mactaritana », Karthago, 8, 1957 ; A. Beschaouch, « Mustitana. Recueil de (...)
  • 38 M. Le Glay, « Les curiales de la curia Commodiana de Timgad », Epigraphica, 42, 1980, p.93-118.
  • 39 F. Jacques, Le Privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de (...)
  • 40 C. Courtois, Antique Thamugadi, Alger, 1951.

16La question du nombre de convives est en fait étroitement liée à celle des curies qui composaient le populus des cités. Un débat a opposé Gilbert-Charles Picard et d’autres Africanistes à Tadeusz Kotula sur le nombre des membres que comptaient les curies africaines. L’historien polonais estimait que tous les citoyens d’une cité étaient inscrits dans les curies municipales et qu’il y avait donc une équivalence stricte entre les curiae et le populus35. Il se fondait notamment sur une inscription de Thubursicu Numidarum qui désigne le populus in curias contributus36. D’autres historiens comme Louis Maurin, Jean Peyras ou Marcel Le Glay, en considérant l’association dans les inscriptions du peuple et des curies, pensent plutôt que les curies étaient sous l’Empire des « clubs » restreints à une petite élite de citoyens, la grande masse des citoyens formant le populus proprement dit37. La liste des membres de la curia Commodiana à Timgad comprenait seulement 52 membres en 211-212 apr. J.-C.38. Il est cela dit possible que le nombre des curiales ait varié d’une curie à l’autre. François Jacques considérait que les curies étaient ouvertes à tous les citoyens, mais elles avaient selon lui un nombre variable de membres inscrits, car les Romains de l’Empire répugnaient à l’égalité arithmétique et cherchaient à modérer les effets de la démocratie directe en inscrivant les citoyens les plus pauvres dans une minorité de curies, exactement comme sous la République39. Il se fondait notamment sur le règlement intérieur de la curie de Jupiter à Simitthus (Chemtou, en Tunisie) : la médiocrité des cotisations versées par ses membres, en nature ou en argent, ne plaidait guère selon lui pour un recrutement élitaire, du moins dans cette curie40.

Les renseignements de l’archéologie

  • 41 F. Jacques, Cités, p. 94.
  • 42 J. Kolendo, « La répartition des places de spectacle et la stratification sociale dans l’Empire rom (...)

17La vivacité de ce débat provient en bonne part des difficultés que rencontrent les archéologues lorsqu’ils proposent une estimation démographique des populations urbaines. Sensibles à la dimension souvent restreinte des espaces urbains en Afrique du Nord, notamment dans la vallée du Bagradas, ils ont du mal à concevoir de vastes assemblées du peuple : à Timgad ainsi, qui comptait environ 10 000 habitants aux iie et iiie siècles41, les 10 à 11 curies de la colonie trajanienne auraient compris, dans l’hypothèse de « clubs » restreints, 600 membres, soit 2 000 personnes si l’on ajoute les femmes et les enfants, ce qui représenterait un cinquième de la population totale42.

  • 43 J.-C. Golvin et M. Janon, « L’amphithéâtre de Lambèse (Numidie) d’après les documents anciens », BC (...)
  • 44 Le terme semble désigner des mesures d’huile distribuée pour les soins corporels dans les thermes a (...)

18Le problème vient du fait que les estimations de la population des cités africaines repose souvent sur la contenance supposée des édifices de spectacles. La superficie des villes africaines est en effet rarement connue avec exactitude, car il est quasiment impossible de déterminer, comme à Timgad ou Thugga, la frontière entre le tissu urbain et la ceinture périphérique des nécropoles. Or, Jerzy Kolendo a montré que les contraintes architecturales propres aux théâtres, aux amphithéâtres et aux cirques, dont la contenance ne pouvait dépasser un certain nombre de places, et la chronologie souvent discutée de leur construction, empêchent de proposer des estimations absolues de la population urbaine43. Un seul amphithéâtre, à Lambèse, offre des renseignements un peu précis : dans cet édifice, les spectateurs étaient répartis par curies dans la cauea, mais les limites entre les curies dépendent de la lecture que l’on fait des marques sur les gradins : les curies occupaient-elles des cunei entiers, de l’ima à la summa cauea, comme le considèrent Jean-Claude Golvin et Michel Janon, ou couraient-elles au contraire, comme le pense plutôt Jerzy Kolendo, le long d’un ou deux gradins sur plusieurs cunei, ce qui limitait le nombre des curiales à quelques centaines de personnes44 ? Les réponses apportées font varier considérablement le nombre des citoyens inscrits dans les curies de cette cité.

Curiae et populus

  • 45 Une inscription trouvée à Chaouat (ancienne Tburaria ?) évoque par contre l’organisation d’un banq (...)
  • 46 T. Kotula, Curies, p. 59.
  • 47 Le uinum correspondait sans doute, comme dans le monde grec, à une collation de vin doux (γλυκισµóς (...)
  • 48 Gaius, Institutes, I, 3 : Plebs a populo ea distat, quod populi appellatione uniuersi ciues signifi (...)

19En l’absence de certitudes archéologiques il faut revenir aux inscriptions. La terminologie employée dans le dossier des epula est effectivement ambiguë sur cinq dédicaces : des inscriptions de Madaure, Théveste, Thugga et Timgad évoquent des gymnasia45, des epula, des sportulae et des ludi offerts conjointement aux curies et au populus [15, 16, 20, 25, 45]46. Le premier sentiment est donc que les curies des cités concernées n’englobaient pas le peuple, mais Tadeusz Kotula a relevé que les cadeaux offerts au peuple et aux curies mentionnés sur ces dédicaces furent à chaque fois différents47. En dehors de Théveste où les curies reçurent en même temps que les affranchis impériaux, les Augustales et les forenses deux pièces d’or, tandis que du vin fut offert par la suite au peuple [45]48, les curies des autres cités concernées furent conviées à un banquet : le populus reçut des distributions d’huile. Faut-il en déduire, comme les tenants de l’interprétation restreinte, que les curies bénéficièrent dans ces cités de cadeaux plus importants que le peuple et donc qu’elles étaient ouvertes seulement à une élite de citoyens ? Aucune estimation chiffrée ne le prouve quantitativement et qualitativement. Il est tentant de supposer a contrario que les epula se faisaient dans un cadre plus hiérarchisé et formel que les distributions d’huile ; dans les deux cas, tous les citoyens bénéficaient de ces prestations. Ce qui changeait, c’était le cadre et le mode de distribution.

  • 49 Z. Yavetz, La Plèbe et le prince. Foule et vie politique sous le Haut-Empire romain, Paris, 1984, p (...)
  • 50 J. Scheid, Romulus et ses frères. Le collège des frères arvales, modèle du culte public dans la Rom (...)
  • 51 S. Demougin, « Quo descendat in campo petitor. Élections et électeurs à la fin de la République et (...)
  • 52 T. Kotula, Curies, p. 56-57, n. 24.
  • 53 Le terme peut laisser croire que les décurions faisaient partie de la distribution, mais le terme p (...)

20Pour les jurisconsultes romains, le peuple était l’ensemble des citoyens (uniuersi ciues) et se distinguait de la plèbe qui ne comprenait pas les ordres supérieurs de la société romaine, à Rome sénateurs et chevaliers49. Même si la polysémie des termes employés par Suétone, Tacite ou Dion Cassius pour en déplorer les turpitudes et le faible degré de moralité supposés interdit d’exploiter leurs allusions autrement que dans un sens sociologique large50, le populus Romanus resta sous le principat une réalité juridique et institutionnelle qui continua à Rome jusqu’au iiie siècle à investir l’empereur de ses pouvoirs fondamentaux51 et à ratifier l’élection des magistrats par le Sénat52. En Afrique, l’opposition binaire entre décurions et populus montre que le terme désignait plutôt la plèbe au sens juridique du terme, c’est-à-dire les citoyens mâles adultes de la plèbe urbaine53. L’examen du dossier des epula invite à croire que le populus comprenait en tout cas l’ensemble des citoyens mâles adultes d’une cité, qui pouvaient prouver leur origine (origo) et n’appartenaient pas au groupe des résidents domiciliés (incolae).

Des dons hiérarchisés ?

  • 54 Les décurions étaient eux aussi des citoyens.
  • 55 Si l’on accepte bien sûr l’idée que le terme désignait à la fois les décurions et la plèbe urbaine.
  • 56 Il paraît difficile de croire que les curiales étaient les membres de la curie du donateur : l’insc (...)

21Si l’on admet l’hypothèse que les curies correspondaient au corps civique des cités, 39 repas publics sur les 92 dont le contexte est connu furent organisés pour les citoyens de la plèbe urbaine. Les curies sont parfois associés à des collèges spécifiques (Augustales, dendrophori, Cerealicii), ce qui porte le nombre de banquets destinés en priorité aux citoyens à 43. 7 banquets (7,6 %) furent offerts aux citoyens (ciues, municipes, uniuersi populares54) : la distinction épigraphique entre ciues et uniuersi ciues55 et la distribution d’autres cadeaux aux décurions laisse entendre que ces epula s’adressaient en fait eux-aussi à la plèbe urbaine [6, 8, 55, 56]. Le nombre de banquets destinés à cette catégorie se monte donc à 50 (54,3 %). 26banquets publics furent destinés exclusivement aux décurions des conseils municipaux (28,5 %). Un petit nombre de banquets seulement, 4 en tout (4,3 %), semble avoir réuni indistinctement décurions et citoyens (uniuersi, uniuersi ciues)56. La distinction épigraphique entre les deux groupes sociaux est d’ailleurs fréquemment maintenue en cas de banquet commun : 6inscriptions correspondent à ce cas de figure, soit 6,5 % des inscriptions (decuriones et ciues, decuriones et populus, decuriones et curiae, decuriones, curiae et Augustales). Certains banquets se limitaient à des groupes restreints, la curie du donateur [31, 32] ou les Augustales [91]. Un repas fut destiné aux membres de la tribu du donateur (congentiles) et à leurs sacerdotes [57]. Deux inscriptions mentionnent conjointement le peuple et les curies [62, 62bis].

  • 57 R. Duncan-Jones, Costs, p. 114, n. 262 ; Id., Economy, p. 117-118, n. 262.
  • 58 F. Jacques, Privilège, p. 399-406 ; Id., Cités, p. 100-104.

22La hiérarchisation sociale qui inspirait les dons ressort beaucoup moins nettement de ce dossier qu’en Italie ou même à Rome. Les inscriptions livrent très peu de renseignements. Lorsque toute la cité (uniuersi, uniuersi ciues) était conviée sans autre précision au banquet, ce qui arrivait rarement [1, 2, 3, 4], les évergètes pouvaient rappeller par des distributions de sportules aux décurions le respect de la hiérarchie sociale [2, 3]. Sur les 6 inscriptions qui précisent que les décurions et la plèbe urbaine furent conviés en même temps [58, 59, 60, 61, 63, 64], la hiérarchisation ressort de même une fois sur deux. À Uchi Maius, les décurions furent ainsi invités deux fois à un epulum et le peuple une seule fois : epulo decurionibus bis et populo dato [59]. Dans la même cité [60], le peuple semble avoir été invité à quatre reprises à un banquet, mais les décurions furent invités deux jours de suite et les repas durent être copieux : quarto epulum populo et decurionibus biduum. À Abthugni enfin, un dénommé L. Sisenna Bassus offrit 22 000 sesterces par testament à sa cité [61] : les intérêts de ce capital, au bout de la septième année, servirent à construire une statue en son honneur et à distribuer, pour une collation prévue lors de son anniversaire, des sportules aux décurions et aux membres des curies (curiales). Les décurions reçurent chacun 5 deniers par personne, soit 20 sesterces, et les citoyens inscrits dans les curies 60 deniers par curie, soit 240 sesterces : et epulationis nomine decurionibus sportulas denarios V et curialibus denarios sexagenos VI kalendas Maias die natali suo praestari iussit decreto decurionum. L’inégalité du partage est flagrante : au bout de la septième année, la capital, en supposant un taux d’intérêt à 5 %, permit de dégager la somme de 7 700 sesterces. Outre les 3 200 sesterces que coûta la statue, les 100 décurions (chiffre théorique) se partagèrent 2 000 sesterces pour le banquet d’anniversaire tandis que les 10 (ou 11 ?) curies de la cité reçurent 2 400 sesterces57 (un reliquat de 100 sesterces restant à la disposition de la cité)58. En acceptant l’hypothèse de François Jacques que les curies comprenaient un nombre variable de membres, les sportules étaient nécessairement inférieures à celles des décurions et variaient également entre chaque curie.

23L’idée de hiérarchisation sociale ressort principalement du fait que les dons faits au peuple et aux décurions étaient le plus souvent différents. Premier cas de figure, lorsque les décurions étaient invités exclusivement à un banquet, le peuple ne recevait rien [65, 66, 67, 70, 71, 72, 73, 74, 78, 81, 83, 85, 87, 89, 90] ou il se contentait de dons qui semblent financièrement moins importants : petits cadeaux jetés à la volée (missilia) [68, 69], mesures d’huile (gymnasia) [75, 79, 84], plus rarement sportules [84], quand celles-ci n’étaient pas réservées aux décurions en plus du banquet[82]. Ces dons (gymnasia, missilia) étaient rarement combinés entre eux ou avec d’autres largesses. Celles-ci prenaient alors la forme de ludi scaenici [75, 76, 77, 86, 88], de ludi circenses [82] ou de combats de pugilistes [79,80]. Les spectacles, du fait des contrats que les éditeurs souscrivaient avec les compagnies théâtrales et les factions du cirque, étaient dispendieux, mais les décurions des cités y étaient également conviés et ils occupaient les meilleures places dans l’orchestre des théâtres ou sur le podium des cirques. La hiérarchie sociale était donc là encore conservée.

24Deuxième cas de figure, l’invitation exclusive du populus au banquet public (organisé ou non dans le cadre des curies). Dans un certain nombre de cas, 20 sur 50, les décurions ne reçurent théoriquement rien en tant que tels [5, 7, 9, 13, 14, 17, 18, 19, 21, 22, 23, 25, 26, 28 ?, 30, 34, 35, 38 ?, 44, 53], mais lors des jeux scéniques qu’organisèrent les donateurs [5, 22, 25, 28, 30, 53] ils étaient invités aux meilleures places, ce qui restreint à 14 cas le nombre de banquets publics au cours desquels les décurions ne reçurent en théorie aucune marque d’honneur. Sur 92 banquets, 14 seulement semblent donc avoir totalement oublié, du moins nominalement, les membres de l’élite dirigeante (15,2 %). Dans 30 cas, même si le peuple était convié à un banquet, les décurions touchèrent des sportules [6, 8, 10, 11, 12, 15, 16, 20, 24, 27 ?, 29, 33, 36, 37, 39, 40, 41, 42, 43, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51, 52, 54, 55, 56] et profitèrent au moins des éventuels jeux scéniques aux places d’honneur [20, 24, 39, 45, 47, 48, 50, 51, 52, 54]. Aucune indication chiffrée ne permet de dire que le montant de ces sportules était supérieur au coût par personne des repas publics, mais la cohérence de la documentation plaide en faveur d’une hiérarchisation des dons maintenue à cette occasion.

25Un autre enseignement des mentions épigraphiques d’epula africains est que la hiérarchisation sociale lors des banquets publics n’était pas uniforme ; tout dépendait des usages en vigueur dans les cités et des traditions locales. À Giufi, les epula lors des fêtes de dédicace étaient réservés apparemment aux décurions [68-77]. Si le peuple était associé, il se contentait de gymnasia ou de missilia, agrémentés parfois de ludi scaenici (auxquels bien évidemment assistaient les décurions). Les règles n’étaient pas uniformes d’une cité à l’autre et on peut estimer que certains évergètes se montraient plus ou moins généreux en fonction de leur fortune personnelle ou de leurs préférences sociales. À Mustis, les banquets s’adressaient plutôt aux simples citoyens [6, 17, 18, 30, 39, 40], même si les décurions recevaient parfois à cette occasion des sportules [39, 40].

26Malgré ce respect des préséances, le spectre social dans les cités africaines apparaît comme moins finement dessiné qu’en Italie et surtout dans les cités de l’Orient romain au début du principat. Il opposait classiquement le peuple aux élites municipales. Les différences quantitatives entre les dons sont réelles, mais difficilement perceptibles ; tout au plus peut-on les supposer, mais elles ne sont pas affichées et sont escamotées derrière le populus. Si l’on oublie ce formalisme épigraphique (en soi révélateur d’une mentalité conservatrice), comment expliquer cette importance du corps civique municipal dans les dons de nourriture ?

  • 59 ILAlg, II, 479 : ob cuius dedicationem sportulas denarios singulos secundum matricem publicamciuibu (...)
  • 60 S. Mrozek, Distributions, p. 94-102.

27On peut avancer deux explications : sa présence quasi systématique s’expliquait par l’importance de la citoyenneté locale. Loin d’être un « sans voix », le peuple des cités, comme l’a montré François Jacques59, exerçait des pressions sur les notables municipaux, notamment lors des spectacles, et son rôle électoral n’était pas qu’une simple formalité. Par ailleurs, les cités africaines, du moins celles qui occupaient le cœur de l’Afrique proconsulaire, étaient le plus souvent de toutes petites communautés, dont la population atteignait rarement 10 000 habitants. Leur territoire était de dimension restreinte. Ces petites bourgades étaient loin d’égaler leurs homologues orientales, italiennes ou gauloises. Les notables municipaux appartenaient à des familles enrichies dans l’agriculture et le négoce. La prospérité économique de l’Afrique profitait à une classe de petits et moyens propriétaires. Le corps civique était plus homogène qu’ailleurs. Tout le monde se connaissait dans ces cités et on peut supposer que les sociabilités locales impliquaient une promiscuité sociale assez forte entre honestiores et humiliores. Cette importance du peuple dans la vie locale est corroborée par une inscription de Cirta qui évoque une distribution de sportules aux citoyens de la cité ainsi que l’organisation de jeux scéniques avec lancer de cadeaux ; des sportules d’un denier par citoyen furent versées conformément au registre d’état-civil (secundum matricem publicam)60, de manière à éviter les fraudes. La tenue d’un tel registre montre que la citoyenneté locale n’était pas sans importance et que l’appartenance au corps civique avait des retombées concrètes.

Conclusion

  • 61 CIL X, 5853 = ILS, 6271 : A(ulo) Quinctilio A(uli) f(ilio) / Pal(ilia) Prisco / IIIIuir(o) aed(ilic (...)
  • 62 Sur l’auteur de ce roman, R.Martin, Le Satiricon. Pétrone, Paris, 1999 ; Id., « Qui a vraiment écri (...)

28Les banquets organisés par les évergètes en Afrique sous le principat s’inspiraient donc de principes hiérarchiques conformes à ceux de la civilisation romaine. Les différentes catégories d’invités se définissaient dans leur rapport à la citoyenneté, exactement comme en Italie61. Le banquet organisé dans le cadre d’une fondation par A. Quinctilius Priscus à Ferentinum, probablement au iie siècle, offre avec la documentation africaine un parallèle intéressant62. Les décurions de cette cité du Latium reçurent plus de nourriture, de boisson et d’argent que les Augustales, tandis que les municipes et les incolae de la cité, ainsi que leurs épouses, qualifiées d’honorables, se contentèrent de portions plus modiques. La distinction entre libres et non-libres s’estompait seulement lors d’une distribution de noix à la volée, mais les fils de décurions étaient là encore privilégiés et recevaient des boissons à part pour éviter la bousculade.

  • 63 Satiricon, 71, 9-10.
  • 64 P. Veyne, « Vie de Trimalcion », Annales ESC, 16, 1961, 2 = La société romaine, Paris, 1991, p. 13- (...)
  • 65 La nature des monuments offerts par les évergètes et leur qualité au moment du don n’ont pas été re (...)

29La relégation aux secondes places des affranchis italiens lors de ces banquets est significative de la double coupure sociale entre libres et non-libres, citoyens et non-citoyens, qui prévalait dans la vie municipale. Ce n’est pas un hasard si l’auteur du Satiricon63 attribue à Trimalcion l’organisation d’un repas public (epulum) et la distribution de sportules de deux deniers par personne, dans une salle à manger imaginaire où le peuple tout entier se goberge à ses frais (totus populus)64. Ce banquet imaginaire, sans doute offert dans l’esprit de l’auteur à l’occasion du sévirat augustal du riche affranchi, laisse bien apparaître les structures du banquet « à la romaine » et son rôle de révélateur social. Instrument de l’ascension de Trimalcion, ce banquet ouvert à tous et sans distinction de rang sert dans le roman de contre-type. C’est le contraire d’un repas officiel ; il est organisé pourrait-on dire sur un modèle christique où tous les convives seraient égaux, utopie dont Paul Veyne a montré le caractère chimérique dans une société d’ordres fondée sur des relations sociales verticales65. Le banquet public est pour Trimalcion un moyen d’affirmer son appartenance à une communauté civique qui restait la référence absolue de tous ceux qui n’en faisaient pas partie.

30À la différence des cités grecques, où le faible rayonnement régional des droits de cité donnait aux autres catégories de convives une forte visibilité, notamment les résidents étrangers et les Romains, la vocation universelle de la citoyenneté romaine et l’homogénéité des institutions municipales en Occident, malgré les particularismes locaux, contribuaient à placer le corps civique au centre des distributions alimentaires. Les autres groupes de bénéficiaires apparaissaient comme un prolongement logique du populus. Les Africains apparaissent même en ce domaine comme plus conservateurs que les Italiens, car le peuple des cités y occupait une place centrale et les Augustales, on l’a vu, étaient rarement conviés à ces agapes publiques en tant que tels.

31C’est bien le citoyen qui mangeait aux frais de l’évergète, et non le pauvre ; il se régalait cela dit dans un cadre festif élaboré, que ce soit lors des banquets réguliers des fêtes religieuses ou à l’occasion de banquets exceptionnels organisés par de généreux évergètes sur le modèle de ces prestations collectives. À vrai dire, y avait-il vraiment une opposition entre les théories de Paul Veyne et celles de Pauline Schmitt-Pantel ? Cette dernière se situe sur une échelle de temps très longue, qui englobe les banquets aristocratiques de l’époque archaïque, alors que les réflexions de Paul Veyne sur la distinction entre évergétisme et charité chrétienne, portent sur un laps de temps beaucoup plus bref, la période de transition entre le principat et l’Empire chrétien. Il paraît difficile d’opposer a priori une lecture sociale à une lecture politique de l’évergétisme alimentaire dans le système municipal romain sans introduire dans la réflexion la variété des contextes historiques, mais aussi géographiques, ainsi que l’omniprésente dimension religieuse. Cette étude du singulier n’enlève rien à la pertinence générale des concepts élaborés par Paul Veyne.

Annexe .Catalogue des bénéficiaires des banquets publics en Afrique

32Uniuersi (1 cas)

331. Sutunurca : et ob dedicationem uniuersis epulum et gymnasia dedit.

34ILAf, 304 ; Duncan-Jones, 1962, n° 25, 80 ; Bassignano, 1974, n° 4, 208 ; Duncan-Jones, 1982, n° 25, 91 ; Jouffroy, 1986, 416 ; Wesch-Klein, 1990, 181.

35Uniuersi ciues (3 cas)

362. Agbia : et die dedicationis decurionibus sportulas asses octonos et uniuersis ciuibus epulum dedit (…) dedicauit et ea die decurionibus pagi et ciuitatis sportulas asses VIII uniuersis ciuibus epulum dedit.

37CIL VIII, 1548 + VIII, 15 550 = ILS, 6827 ; Rockwell, 1909, n° 55, 17 = n° 27, 55 ; Engesser, 1957, n° 85, 70 ; Harmand, 1957, 313 ; Duncan-Jones, 1962, n° 144, 87, n° 174, 88 et n° 303, 98 ; Duncan-Jones, 1982, n° 144, 96, n° 174, 97 et n° 303, 105 ; Jouffroy, 1986, 209 ; Wesch-Klein, 1990, 57-58.

383. Hr-Sidi-Nawi : et ob dedicationem sportulas decurionibus item epulum et gymnasium uniuersis ciuibus dedit et spectaculum ludorum scaenicorum edidit.

39CIL VIII, 23107 (= VIII, 754 + VIII 12218…) ; Duncan-Jones, 1962, n° 24, 80, n° 368, 104 ; Bassignano, 1974, n° 1, 107 ; Pflaum, 1970, 102-103 (= Pflaum, 1978, 327-328) ; Duncan-Jones, 1982, n° 24, 91, n° 368, 110 ; Jouffroy, 1986, 254 ; Wesch-Klein, 1990, 274-275.

404. Thiggba Bure (Djebba) : dedicauit et aepulum uniuersis ciuibus dedit.

41A. Beschaouch, CRAI, 1999, 1042-1045 ; AE 1999, 1845.

42Ciues (5 cas)

435. Capsa : dedicauit et epulum ciuibus dedit et ludos per triduum ob dedicationem exhibuit.

44CIL VIII, 100 + VIII, 11228 ; Jouffroy 1986, 253 ; Wesch-Klein 1990, 78.

456. Mustis : et ob dedicationem sportulis decurionibus et epulis ciuibus datis.

46CIL VIII, 1578 + p. 1501 ; Duncan-Jones, 1962, n° 60, 82 ; Jarret, 1972, n° 60, 180 ; Bassignano, 1974, n° 10, 127 ; Devijver, F 91 ; Duncan-Jones, 1982, n° 60, 92 ; Weschklein, 1990, 149.

477. Thabarbusis : etiam exibito epulo et gymnasio cum ciuibus dedicauit.

48AE 1960, 214 ; Duncan-Jones, 1962, n° 123, 86 ; Duncan-Jones, 1967, n° 95, 173 ; Bassignano, 1974, n° 5, 302 ; Duncan-Jones, 1982, n° 123, 95 ; Wesch-Klein, 1990, 183.

498. Thibica : et die dedicationis sportulas decurionibus et epulum et gymnassium (sic) ciuibus dederunt.

50CIL VIII, 769 + VIII, 12224 ; Bassignano, 1974, n° 2, 213 ; Wesch-Klein, 1990, 199.

519. Uchi Maius : ---] de suo fieri expostulasset pro memoria etiam munificentiae domus eius qua genium patriae statuis adornasset et epulum ter dedisset imagines ipsi patri coniugi liberisque eius decreuit Pullaienus Bassus ut adfectibus ciuium pareret epulo quarto a se dato titulo contentus statuam de suo posuit itemque dedicauit.

52CIL VIII, 26279 ; Wesch-Klein, 1990, 253.

53Curiae (17 cas)

5410. Althiburos : et ob dedicationem decurionibus sportulas curiis epulum actores eius dederunt.

55CIL VIII, 1828 + p. 2722 + ILT, 1645 = ILS, 5783 ; Rockwell, 1909, n° 520, 66 = n° 532, 67 ; Jouffroy, 1986, 409 ; Wesch-Klein, 1990, 60-61.

5611. …decurionibus sportulas epulum curiis… CIL VIII, 1830 + VIII, 16468 ; Wesch-Klein, 1990, 62.

5712. Cillium : ob cuius dedicationem decurionibus sportulas curiis epulum dedit.

58CIL VIII, 210 + VIII, 11299 + p. 925 + p. 2353 + ILT, 330 = ILS, 5570 : Rockwell, 1909, n° 83, 21 ; Jouffroy, 1986, 266 ; Wesch-Klein, 1990, 84.

5913. Lares : itemque dedicauit Publio Valerio Prisco proconsule uniuersis curiis epulo dato.

60CIL VIII, 16322 ; Duncan-Jones, 1962, n° 46, 81 ; Bassignano, 1974, n° 1, 166 ; Duncanjones, 1982, n° 46, 92 ; Wesch-Klein, 1990, 108-109.

6114. Mactaris : inlatis sestertium milibus rei publicae coloniae suae Mactaritanae epulaticium ex usuris curialibus die natali fratris sui quodannis dari iussit.

62CIL VIII, 11 813 + p. 2372 = ILS, 1410 ; Laum, 1914, II, n° 125, 195 ; Duncan-Jones, 1962, n° 255, 93 ; Duncan-Jones, 1967, n° 19, 167 ; Jarret, 1972, n° 119, 208 ; Deviijver, S 49 ; Duncan-Jones, 1982, n° 255, 102 ; Wesch-Klein, 1990, 127.

6315. Madauros : et ob dedicationem sportulas decurionibus et epulum curiis et gymnasium populo dedit.

64ILAlg, I, 2130 ; Duncan-Jones, 1962, n° 35, 80 ; Freis, 1967, 34 ; Bassignano, 1974, n° 6, 277 ; Duncan-Jones, 1982, n° 35, 91 ; Jouffroy, 1986, 265 ; Wesch-Klein, 1990, 133.

6516. ob cuius dedicationem idem Flauius [---] sportulas decurionibus dedit et cu[riis epulum et] populo gymnasium.

66AE 1931, 41 ; Wesch-Klein, 1990, 134.

6717. Mustis : dedicauit epulo curiis dato.

68AE 1968, 591 ; Beschaouch, 1967-1968, n° 16, 195 ; Bassignano, 1974, n° 9, 127 ; Duncan-Jones, 1982, n° 333a, 107 ; Wesch-Klein, 1990, 148.

6918. et amplius curiae honestissimae Augustae classi primae summam pecuniae dignam ex cuius usuris annuis redactis omnibus annis in perpetuum epularetur tribuit donoque dedit epulumque dedecens ob dedicationem curiis dari iussit Quintus Iulius Felix frater eius et Iulius Homullus et Iulius Honoratus fili eius ab ea statuam adlatam statuerunt et epulo curiis dato dedicauerunt.

70AE 1968, 588 ; Beschaouch, 1967-1968, n° 20, 202 ; Bassignano, 1974, n° 11, 127 ; Wesch-Klein, 1990, 151-152.

7119. Theuestis : sestertium L milia nummum curiis donauit ut ex usuris eius quotannis epularentur natali suo.

72CIL VIII, 1887 + VIII, 16 510 ; ILAlg, I, 3066 ; Duncan-Jones, 1962, n° 257, 93 ; Bassignano, 1974, n° 1, 313 ; AE 1977, 859 ; Duncan-Jones, 1982, n° 257, 103 ; Weschklein, 1990, 194-195.

7320. Thugga : ob flaminicatum sestertium C milia nummum patriae suae donauerit ex quorum reditu decurionibus utriusque ordinis sportulae curiis epulum et uniuerso populo gymnasia praestentur ludique scaenici dentur.

74CIL VIII, 26590-26591 + ILT, 1427 ; Laum, 1914, II, n° 132, 197 ; Rockwell,, 1909, n° 77, 20 ; Bassignano, 1974, n° 21, 193, n° 21, 198 ; Duncan-Jones, 1982, n° 253, 102 ; Weschklein, 1990, 237-238 ; Dougga 2000, n° 73, 188-192.

7521. Uthina : legauit etiam curiis singulis annuos denarios LXXV dedit ut natali eius in publico uescantur curiae uniuersae sua pecunia fecerunt.

76CIL VIII, 24017 ; Duncan-Jones, 1967, n° 196, 180 ; Kotula, 1968, n° 82, 38 ; Bassignano, 1974, n° 1, 141 ; Wesch-Klein, 1990, 255.

7722.Thagaste : et curiis praeter epulas uini (sic) et ludum denarios quingenos. CIL VIII, 5146 + p. 1634 ; ILAlg, I, 876 ; Wesch-Klein, 1990, 325.

7823. Timgad : epulo curiarum dato.

79CIL VIII, 17831 = ILS, 5400 ; Rockwell, 1909, n° 235, 40 ; Duncan-Jones, 1962, n° 73, 83, n° 95, 84 ; Bassignano, 1974, n° 5, 290, n° 5, 294 ; Duncan-Jones, 1982, n° 73, 93, n° 95, 94 ; Jouffroy, 1986, 430 ; Wesch-Klein, 1990, 326.

8024. posuit sportulis decurionibus datis et epulis curiis et ludis scaenicis editis dedicauit. CIL VIII, 17829 ; Bassignano, 1974, n° 11, 290, n° 11, 296 ; Wesch-Klein, 1990, 327-328.

8125. et ob dedicationem curiis epulum et gymnasium populo et ludos scaenicos dedit.

82AE 1941, 46 ; Duncan-Jones, 1962, n° 78, 83 (n. 121, 110) ; Bassignano, 1974, n° 12, 290, n° 12, 296 ; Duncan-Jones, 1982, n° 78, 93 (n. 78, 115) ; Jouffroy, 1986, 268, 278 ; Wesch-KleiN, 1990, 329.

8326. Zawiet el Laâla : et ob dedicationem epulum uniuersis curiis ex sestertium V milibus nummum praebuit.

84CIL VIII, 12434 + p. 2434 ; Wesch-Klein, 1990, 278.

85Curiae et dendrophori (1 cas)

8627. Timgad : dedicauitque [--- decurionibu]s et curiis item dendro[phoris e]pulis distributis denarios XX dedit.

87AE 1954, 154 ; Duncan-Jones, 1962, n° 312, 99 ; Duncan-Jones, 1982, n° 312, 106 ; Wesch-Klein, 1990, 330.

88Curiae et Augustales (2 cas)

8928. Thesvestis : [ob cuius operis dedicationem curiis ? et Aug]ustalibus epulum dedit et ludos scaenicos edidit.

90AE 1933, 233 ; Duncan-Jones, 1962, n° 11, 79 ; Duncan-Jones, 1982, n° 111, 90 ; Jouffroy, 1986, 212 ; Wesch-Klein, 1990, 188-189.

9129. ob cuius statuae dedicationem sportulae datae sunt decurionibus denarii quini item curiis et Augustalibus epulum.

92CIL VIII, 1889 + p. 1576 = ILAlg, I, 3072 ; Duncan-Jones, 1962, n° 291, 97 ; Duncanjones, 1982, n° 291, 105 ; Kotula, 1968, n° 28, 41 ; Wesch-Klein, 1990, 197.

93Curiae et Cerealicii (1 cas)

9430. Mustis : ob cuius dedicationem ludos scaenicos et epulum curiis et Caerealicis (sic) exhibuerunt.

95CIL VIII, 16417 + AE 1962, 337 = AE 1968, 609 = Beschaouch, 1967-1968, n° 14, 190 ; Rockwell, 1909, n° 100, 22 ; Jouffroy, 1986, 221 ; Wesch-Klein, 1990, 147.

96Curia (2 cas)

9731. Theuestis : rei curiae suae donauisset et denarios sescentos quos praesentes intulit ex quorum usuris centesimis concuriales eius epulentur die natalis sui qui est Iduum Maiarum.

98CIL VIII, 1845 + VIII, 16501 = ILS, 6837 = ILAlg, I, 3017 ; Laum, 1914, II, n° 127, 196 ; Duncan-Jones, 1962, n° 68, 95 et note 268, 115 ; Duncan-Jones, 1982, n° 268, 103 ; Wesch-Klein, 1990, 196.

9932. Vallis : ob quam dedicationem sportulas condecurionibus suis dedit et curiam suam epulauit.

100ILT, 1282 ; Duncan-Jones, 1962, n° 91, 84 ; Duncan-JonES, 1982, n° 91, 94 ; Weschklein, 1990, 256-257.

101Populus (22 cas)

10233. Aradi : et ob dedicationem sportulas decurionibus et epulum et gymnasium populo dedit.

103CIL VIII, 23862 ; Jouffroy, 1986, 221 ; Wesch-Klein, 1990, 63-64.

10434. Bisica Lucana : populo aepulas et gymnasio CAE [---] dederunt itemque dedicauerunt. CIL, VIII, 1361 + VIII, 1414 + VIII, 14844 + p. 2566 ; Wesch-Klein, 1990, 70.

10535. Furnos Minus : ob cuius dedicationem ipse ludos scaenicos et epulum populo dedit et gymnasium.

106CIL VIII, 25808b = ILS, 9403 ; Bassignano, n° 28, 113 ; Pflaum, 1970 (1978), 91 (316) ; Jacques 1982, n° 12, 68 ; Jacques, 1983, n° 77, 363-364 ; Wesch-Klein, 1990, 89-90.

10736. Municipium Septimium (Hr Debbik) : et ob dedicationem decurionibus sportulas et epulum populo dedit.

108CIL VIII, 14791 + ILT, 1283 = ILS, 6808 ; Duncan-Jones, 1962, n° 168, 88 ; Duncanjones, 1982, n° 168, 97 ; Wesch-Klein, 1990, 141-142.

10937. et ob dedicationem sportulas decurionibus et epulum populo dedit.

110CIL VIII, 14792 ; Duncan-Jones, 1962, n° 190, 88 ; Duncan-Jones, 1982, n° 190, 98 ; Wesch-Klein, 1990, 142.

111[---] populo epulum [---]. CIL VIII, 14795 ; Wesch-Klein, 1990, 142.

11239. Mustis : et ob dedicationem triduo ludos decurionibus sportulas populo epulum et gymnasium dedit.

113CIL VIII, 15576 (= VIII, 1574) et CIL, VIII, 1582 (= ILT, 1538) ; ILT, 1538 A ; AE, 1933, 33a ; Duncan-Jones, 1962, n° 9, 79 ; Bassignano, 1974, n° 6, 126 ; Duncan-Jones, 1982, n° 9, 90 ; Jouffroy, 1986, 211, 294 ; Wesch-Klein, 1990, 145-146.

11440.[---] decurionibus sportulas populo epulum et gymnasium dedit. CIL VIII, 27441 (= VIII, 1587) ; Wesch-Klein, 1990, 152.

11541.Numluli : ob quam dedicationem decurionibus utriusque ordinis sportulas item populo epulum et gymnasium dedit…

116CIL VIII, 26121 ; Rockwell, 1909, n° 38, 51 ; Duncan-Jones, 1962, n° 17, 79 ; Bassignano, 1974, n° 1, 202 ; Pflaum, 1970 (1978), 77 (302) ; Duncan-Jones, 1982, n° 17, 90 ; Jouffroy, 1986, 211 ; Wesch-Klein, 1990, 155.

11742. ob quam dedicationem decurionibus utriusqu[e ordinis sportulas et populus epulum ? et dedit].

118CIL VIII, 15383 + VIII, 26125 ; Wesch-KleiN, 1990, 156.

11943.et sportulas decurionibus et uniuerso populo epulum edidit dedicauitque.

120CIL VIII, 26126 ; VIII, 15386 + p. 2585 ; Wesch-Klein, 1990, 156.

121Sutunurca : et ob dedicationem uiscerationem et gymnasium populo dedit.

12244.ILAf, 300 ; Duncan-Jones, 1962, n° 371, 104 ; Bassignano, 1974, n° 2, 208 ; Duncanjones, 1982, n° 371-373, 110 ; Wesch-Klein, 1990, 180-181.

12345. Theuestis : idem Rufinus sportulas decurionibus et libertis Caesaris nostri itemque forensibus et amicis curiis quoque et Augustalibus aureos binos et populo uinum dedit et ludos edidit.

124CIL VIII, 16556 ; ILAlg, I, 3064 = ILS, 6839 ; Duncan-Jones, 1962, n° 309, 99 ; Duncanjones, 1982, n° 309, 106 ; Wesch-Klein, 1990, 195.

12546. Thuburnica : donauit et dedicauit et die dedicationi[s decurionibus sportulis et populo epulum dedit].

126CIL VIII, 15271 ; Jouffroy, 1986, 418 ; Wesch-Klein, 1990, 212-213.

12747. Thugga : idemque edito spectaculo ludorum tri [duo ---] ui decurionibus sportulas et universo populo epulum et gymnasium dedit et dedicauit. CIL VIII, 26527 + ILT, 1404 ; Duncan-Jones, 1962, n° 45, 81 et note 113, 109 ; Duncan-Jones, 1982, n° 45, 92 et note 45, 115 ; Jouffroy, 1986, 213 ; Wesch-Klein, 1990, 227 ; Aounallah et Ben Abdallah, 1997, 84-86.

12848. item ciuitati Thuggensi sestertium XXV milia nummum Quintus Pacuuius Saturus flamen perpetuus daturum se pollicitus est ex cuius summae reditu quotannis decurionibus sportulae darentur et ob diem muneris ludos scaenicos et sportulas decurionibus utriusque ordinis et uniuerso populo [epulum ? dedit].

129CIL VIII, 26482 = ILAf, 516 (cf. VIII, 26 485 = ILAf, 517) ; Duncan-Jones, 1962, n° 4, 79 et n. 95, 108 ; Bassignano, 1974, n° 15, 193, 197 ; Duncan-Jones, 1982, n° 4, 90 et n. 4, 114 ; Jouffroy, 1986, 213, 225 Wesch-Klein, 1990, 232-235 ; Dougga, 2000, n° 34, 9398 (construction du temple de Mercure et fondation d’une rente annuelle pour les décurions par le flamine perpétuel Q. Pacuvius Saturus. L. Maurin et S. Saint-Amans ne retiennent pas la mention finale de l’epulum).

13049. et dedicauit sportulis datis decurionibus et epulis uniuerso populo.

131CIL VIII, 26558 (VIII, 1505 + VIII, 15510) ; ILAf, 530 ; Bassignano, 1974, n° 26, 194, 199 ; Jouffroy, 1986, 253 ; Wesch-Klein, 1990, 240 ; Dougga, 2000, n° 40, 117-121.

13250. Thysdrus : qui iussit circenses [---] palmarum duodenarum natalibus filiarum suarum Victorinae et Macedoniae item sportulas decurionibus et epulum populo quodannis dari praecepit bono ciui pecunia sua.

133CIL VIII, 22856 – 22859 + ILT, 106 ; Wesch-Klein, 1990, 242-243.

13451. Tuccabor : et ob dedicationem sportulas decurionibus et epulum et gymnasium et ludorum scaenicorum spectaculum populo dedit de sua pecunia.

135CIL VIII, 14856 ; Wesch-Klein, 1990, 245.

13652. et ob dedicationem pugilum certamina edidit et decurionibus sportulas et populo gymnasium epulum dedit et hoc amplius pro sua liberalitate cameram superposuit et opere museo exornauit (…) dedicauit ob quam dedicationem epulum decurionibus et populo gymnasium dedit.

137CIL VIII, 14855 (= VIII, 1323) + ILT, 1288 ; Bassignano, 1974, n° 1, 215 ; Jouffroy, 1986, 420 ; Wesch-Klein, 1990, 245 ; Briand-Ponsart, 1999, n° 6, 138.

13853. Vallis : etiam ludos scaenicos edidit et epulum populo dedit.

139CIL VIII, 14783 ; Wesch-Klein, 1990, 256.

140Hr-esch-Schorr : et ob dedicationem sportulas decurionibus eisdemque et uniuerso populo epulum et gymnasium dedit itemque spectaculum pugilum et aurigarum et ludorum scaenicorum edidit.

141CIL VIII, 11998 + ILT, 610 = ILS, 5072 ; Duncan-Jones, 1962, n° 202a, 89 ; Bassignano, 1974, n° 1, 108 ; Pflaum, 1974, 158 (= Pflaum, 1978, 399) ; Duncan-Jones, 1982, n° 202a, 98 ; Wesch-Klein, 1990, 268.

142Populares (1 cas)

14355. Mustis : dedicauit datis [---] et sportulis decurionibus omnibus et gymnasio uniu[s diei et epulis uniuer]sis popularibus.

144CIL VIII, 1577 + VIII, 15572 + Beschaouch, BSAF, 1967, 273 ; Rockwell, 1909, n° 88, 21 ; Duncan-Jones, 1962, n° 37, 80 ; Duncan-Jones, 1982, n° 37, 91 ; Jouffroy, 1986, 265, 269 ; Wesch-Klein, 1990, 150.

145Municipes (1 cas)

14656. Seressi : et die dedicationis sportulas decurionibus et epulum et gymnasium municipibus dederunt.

147CIL VIII, 11216 (= VIII, 937) + p. 2340 ; Duncan-Jones, 1967, n° 173, 178 ; Pflaum, 1970 (1978), 97 (322) ; Jouffroy, 1986, 265, 282 ; Wesch-Klein, 1990, 166.

148Congentiles et sacerdotes (1 cas)

14957. Tuccabor : aram a solo ex sestertium D nummum sua pecunia fecit idemque dedicauit et ob dedicationem congentilibus et sacerdotibus uiscerationem et epulum dedit.

150CIL VIII, 14853 (= VIII, 1321) ; Duncan-Jones, 1962, n° 246, 91 ; Duncan-Jones, 1982, n° 246, 102 ; Wesch-Klein, 1990, 244.

151Decuriones et ciues (1 cas)

15258. Sululos (Bir Ul-Och) : sua pecunia in foro constituit et epulo decurionibus et omnibus ciuibus dato ludos scaenicos per biduum adsidue edidit.

153A. Beschaouch, BSAF, 1996, 258-260 ; AE 1997, 1643.

154Decuriones et populus (2 cas)

15559. Uchi Maius : epulo ( ?) decurionibus bis et populo dato.

156CIL VIII, 26264 ; Jouffroy, 1986, 266 ; Wesch-Klein, 1990, 251.

15760. quarto epulum populo et decurionibus biduum dedit.

158CIL VIII, 26278 (= VIII, 15457) ; Wesch-Klein, 1990, 253-254.

159Decuriones et curiae (1 cas)

16061. Abthugni : et epulationis nomine decurionibus sportulas denarios V et curialibus denarios sexagenos VI kalendas Maias die natali suo praestari iussit decreto decurionum.

161CIL VIII, 11201 (VIII, 924) + p. 2338 + ILT, 783 ; Laum, 1914, II, n° 135, 197 ; Duncan-Jones, 1962, n° 262, 94 ; Duncan-Jones, 1982, n° 262, 103 ; Wesch-Klein, 1990, 56-57.

162Curiae et populus (2 cas)

16362. Chaouat : ob quam dedicationem sportulas decurionibus et epulum curiis et uniuerso populo dedit.

164CIL VIII, 25371 ; Rockwell, 1909, n° 335, 49 ; Bassignano, 1974, n° 1, 229 ; Jouffroy, 1986, 253 ; Wesch-Klein, 1990, 265.

16562bis. Ureu : ob cuius dedicationem decurionibus sportulas et epulum curialibus et uniuersis ciuibus.

166J.Peyras et L. Maurin, Ureu : municipium Uruensium, Paris, 1974, n°3, 27-31 ; AE 1975, 877.

167Decuriones, curiae et Augustales (2 cas)

16863. Theuestis : [decurionibus ? curiis ? Aug]ustalibus epulum gymnasium populo praestitit.

169CIL VIII, 16530 + p. 2731 ; ILAlg, I, 3032 ; Rockwell, 1909, n° 213, 37 ; Duncan-Jones, 1962, n° 331, 101 ; Duncan-Jones, 1982, n° 331, 107 ; Wesch-Klein, 1990, 189-190.

17064. Hadrumetum : quo testamento dedit illatis ? sestertium C milibus in die natali Mariae [---] filiae ? Honoratianae ? uxoris suae flaminicae diuae Liuiae perpetuo decurio[nibus item curiis omnibus ?] et Augustalibus epula[---]ria.

171AE 1958, 144 ; Bassignano, 1974, n° 3, 270 ; Duncan-Jones, 1982, n° 252, 102 ; Weschklein, 1990, 107-108.

172Decuriones (26 cas)

17365. Auedda : et ob dedicationem ordini epulum dedit.

174CIL VIII, 14371 ; Wesch-Klein, 67.

17566. Civitas Geumitanorum : [---epulo ? decurioni ?]bus praebito perfecit et dedicauit. CIL VIII, 27413 + p. 2695 + ILT, 1529 ; Jouffroy, 1986, 412 ; Wesch-Klein, 1990, 91-92.

17667. Gigthis : et epulum decurionibus dedit.

177CIL VIII, 22698 + ILT, 26 ; Pflaum, 1968 (1978), 162-163 (254-255) ; Duncan-Jones, 1967, n° 178, 179 ; Jouffroy, 1986, 214 ; Wesch-Klein, 1990, 93-94.

17868.Giufi : dedicationis die epulum decurionibus et populo missilia dederunt.

179ILAf, 294 ; Wesch-Klein, 1990, 97-98.

18069. et ob dedicationem epulum decurionibus et missilia populo dederunt.

181CIL VIII, 23991 + ILT, 750 = ILS, 5776 ; Jouffroy, 1986, 242 ; Wesch-Klein, 1990, 98.

18270. et ob dedicationem ordini epulas dedit.

183CIL VIII, 12382 (= VIII, 862) = ILS, 6821 ; Duncan-Jones, 1962, n° 115, 85 ; Duncan-jones, 1982, n° 115, 95 ; Wesch-Klein, 1990, 98.

18471. et ob dedicationem ordini epulas dedit.

185CIL VIII, 863 + p. 1273 ; Duncan-Jones, 1962, n° 116, 85 ; Duncan-Jones, 1982, n° 116, 95 ; Wesch-Klein, 1990, 99.

18672. et ob dedicationem epulas decurionibus dederunt.

187CIL VIII, 12376 (= VIII, 859) ; Bassignano,, n° 1, 204 ; Wesch-Klein, 1990, 99.

18873. et ob dedicationem epulum ordini dederunt.

189CIL VIII, 12378 ; Wesch-Klein, 1990, 99.

19074. et ob dedicationem epulas decurionibus dederunt. CIL VIII, 12379 (= VIII, 861) ; Wesch-Klein, 99-100.

19175. et ob dedicationem simul cum Annio Memmiano collega suo ludos scaenicos et gymnasium populo et aepulas (sic) decurionibus dedit.

192CIL VIII, 858 = ILS, 5073 ; Duncan-Jones, 1962, n° 114, 85 ; Bassignano,, n° 2, 204 ; Duncan-Jones, 1982, n° 114, 95 ; Wesch-Klein, 1990, 100.

19376. et ob dedicationem ludos scaenicos biduo ediderunt gymnasium populo epulum decurionibus dederunt. CIL VIII, 860 ; Wesch-Klein, 1990, 100.

19477. et ob dedicationem decurionibus [---] s epulum dederunt et ludos scaenicos exhibuerunt. CIL VIII, 867 + VIII, 12374 ; Wesch-Klein, 1990, 101.

19578. Gori :… statuam… posuit et… suo ordini epulum dedit.

196CIL VIII, 12422 + p. 2432 ; Laum, 1914, II, n° 129, 196 ; Duncan-Jones, 1962, n° 263, 94 ; Bassignano, 1974, n° 1, 226 ; Duncan-Jones, 1982, n° 263, 103 et 118, n. 263 ; Wesch-Klein, 1990, 102-103.

19779. rei publicae suae sestertium IIII milia nummum inferenda repromisit ut ex eius summae reditum (sic) id est usurae denariorum LX die XVI kalendas Ianuarias natalis eius pugilibus et gymnasio itemque decurionibus epulo suo quoque anno in perpetuum ab eadem re publica insumerentur.

198CIL VIII, 12421 + p. 2432 + ILT, 766 = ILS, 5071 ; Laum, 1914, II, n° 128, 196 ; Duncan-jones, 1962, n° 267, 95 et n° 280, 96 ; Duncan-Jones, 1982, n° 267, 103 et n° 280, 104 ; Wesch-Klein, 1990, 102-103 ; Briand-Ponsart, 1999, n° 4, 137.

19980. X mille pollicitus est ut [---] ex reditu eorum [---] pugiles [---] et epulum decurionibus.

200ILT, 769 ; Duncan-Jones, 1962, n° 266, 96 ; Duncan-Jones, 1982, n° 266, 103 ; Weschklein, 1990, 103 ; Briand-Ponsart, 1999, n° 5, 137-138.

20181. Municipium Aurelium C [---] : et ob dedicationem decurionibus epulas dederunt.

202CIL VIII, 23966 ; Wesch-Klein, 1990, 141.

20382. ob cuius dedicationem ludos circenses itemque epulum et sportulas condecurionibus suis dedit.

204ILT, 746 ; Wesch-Klein, 1990, 141.

20583. Mustis : et epulum ob dedicationem decurionibus et [---] milia ex quorum usuris quodannis ob diem dedicationis epulum et [---].

206CIL VIII, 15578 + p. 2698 ; Jouffroy, 1986, 414 ; Wesch-Klein, 1990, 152.

20784. Thugga : idemque ludis scaenicis editis et sportulis datis et epulo (decurionibus)* et gymnasio dedicauit.

208CIL VIII, 26606-26607 + ILT, 1434-1435 ; Pflaum, 1968 (1978), 168-169 (260-261) ; Bassignano, 1974, n° 13, 115 ; Jouffroy, 1986, 146, 231, 243 ; Wesch-Klein, 1990, 227-230 ; Dougga, 2000, n° 33, 90-92 (construction du théâtre par P. Marcius Quadratus). *La mention des décurions est donnée par CIL VIII, 26528.

20985. suo testamento die dedicationis suis et deinceps quodannis epulum decurionibus ab heredibus suis dari praecepit item agrum qui appellatur circus ad uoluptatem populi rei publicae remisit.

210ILAf, 527 + CIL VIII, 26546 + 26650 + 26639 + AE 1998, 1654 (cinq fragments inédits) ; Wesch-Klein, 1990, 238-239 ; Dougga, 2000, n° 39, 114-117 (lecture révisée).

21186. sportulas et epulum decurionibu[s --- inla]ta rei publicae praesentibus Lmilibus nummium et die dedicationis [--l]udos scaenicos [edidit et ---] uniuerso populo.

212CIL VIII, 26559 + ILT, 1314 ; ILT, 1416 ; Duncan-Jones, 1962, n° 323, 101 ; Duncan-Jones, 1967, n° 94, 173 ; Bassignano, 1974, n° 28, 194 et 199 ; Duncan-Jones, 1982, n° 323, 107 ; Jacques 1982, n° 31, 68, 96 ; JACQUES 1983, n° 72, 370-371 ; Jouffroy, 1986, 242 ; Wesch-Klein, 1990, 241 ; Dougga 2000, 156, 166, 168.

21387. Uchi Maius : et epulo decurionibus dato dedicauit.

214CIL VIII, 26255 = ILS, 9401 ; Duncan-Jones, 1962, n° 103, 85, note 125, 110 ; Bassignano, 1974, n° 1, 212 ; Duncan-Jones, 1982, n° 103, 95 ; Wesch-Klein, 1990, 250.

21588. Vallis : ob dedicationem ludos scaenicos ediderunt [---] epulum ( ?) uniuersis condecurionibus dederunt. CIL VIII, 14782 (= VIII, 1284) ; Wesch-Klein, 1990, 257.

216Aïn Ghechil : epulo decurionibus dato. CIL VIII, 23283 ; Wesch-Klein, 1990, 263.

217Hr Munchar : posuit item dedicationis die epulum decurionibus dedit.

218CIL VIII, 25468 + ILT, 1221 ; Wesch-Klein, 1990, 270-271.

219Augustales (1 cas)

22091. Hippo Regius : decurionibus sportulas [---] sestertium epulandi gratia Augustalibus quodannis dandos statuit corpori quoque Augustalium ad sportulas aureos binos.

221AE 1955, 152 ; Duncan-Jones, 1962, n° 311, 99 ; Duncan-Jones, 1982, n° 310, 196 ; Wesch-Klein, 1990, 106.

222Contexte imprécis (18 cas)

22392. Abitina : et epulum publice dedit.

224CIL VIII, 25847 ; Pflaum, 1970 (1978), 107 (332) ; Wesch-Klein, 1990, 56.

22593. Althiburos : curiales curiarum X ob merita posuerunt ob quam dedicationem epulaticium actores posuerunt.

226CIL VIII, 16472 (= VIII, 1827) + p. 2722 + ILT, 1647 ; Bassignano, 1974, n° 1, 174 ; Pflaum, 1968 (1978), 170 (262) ; Wesch-Klein, 1990, 59-60.

22794. Auitta Bibba : et epulo suo dato dedicauit.

228CIL VIII, 12278 ; Bassignano, 1974, n° 1, 174 ; Wesch-Klein, 1990, 69.

22995. Numluli : dedicauit et epulatum est.

230CIL VIII, 15381 ; Wesch-Klein, 1990, 155.

23196. Sustri : et ob utramque laetitiam epulatus est.

232CIL VIII, 25935 ; Jouffroy, 1986, 252 ; Wesch-Klein, 1990, 179.

23397. Sutunurca : ob dedicationem uiscerationem et [---] dedit

234CIL VIII, 24003 ; Bassignano, 1974, n° 1, 208 ; Duncan-Jones, 1962, n° 117, 85 ; Duncan-Jones, 1982, n° 117, 95 ; Wesch-Klein, 1990, 180.

23598. et ob dedicationem epulum et gimnasia (sic) et ludos scaenicos dedit.

236ILAf, 303 ; Bassignano, 1974, n° 3, 208 ; Duncan-Jones, 1962, n° 197, 89 ; Duncan-Jones, 1982, n° 197, 98 ; Wesch-Klein, 1990, 181.

23799. Theuestis : epulo dato dedicauit.

238CIL VIII, 1842 ; ILAlg, I, 3007 ; Duncan-Jones, 1962, n° 122, 86 ; Duncan-Jones, 1982, n° 122, 95 ; Wesch-Klein, 1990, 195.

239100. Thuburbo Maius : qui ob honorem flamonii sestertium X milia nummum rei publicae intulit et amplius ludorum scaenicorum diem et epulum dedit.

240CIL VIII, 12370 (= VIII, 853) + ILT, 692 + AE 1942-1943, 102 ; Duncan-Jones, 1962, n° 335, 102 ; Bassignano, 1974, n° 2, 170 ; Pflaum, 1970 (1978), 113 (338) ; Duncan-Jones, 1982, n° 335, 108 ; Wesch-Klein, 1990, 204.

241101. Thuburnica : et amplius ludos et epulas bis et tritici modios X milia.

242CIL VIII, 25703 et VIII, 25 704 ; Duncan-Jones, 1962, n° 489, 106 ; Bassignano, 1974, n° 4, 146 ; Duncan-Jones, 1982, n° 389, 111 ; Wesch-Klein, 1990, 208.

243102. Thubursicu Numidarum : ad cuius dedicationem [---] ad epulandum bis [---] dederunt. ILAlg, I, 1301 ; Wesch-Klein, 1990, 214-215.

244103. Thugga : ob diem dedicationis rei publicae numeratis [---] dedit adiectis sportulis et epulo et gymnasio.

245CIL VIII, 26457-26462 (= VIII, 1500-1502… + VIII, 15509…) + ILAf, 514-515 + ILT, 1385 ; Duncan-Jones, 1962, n° 400, 107 et n. 162, 112 ; Duncan-Jones, 1982, n° 400, 112 ; Jouffroy, 1986, 253 ; Wesch-Klein, 1990, 223-224 ; Dougga, 2000, 76 (construction du temple de Caelestis).

246104. [---] epulum dedit cur [atoribus ---] [--- decu] rionibus sportulas et [---] [--epul] um dedit curatoribus [---].

247CIL VIII, 26525 + ILAf, 522 et VIII, 26490 26525 + ILAf, 522 ; Bassignano, 1974, n° 10, 196 ; Jouffroy, 213 ; Wesch-Klein, 1990, 226 (fondation de Iulia Paula Laenatiana, flaminica perpetua ?).

248105. Uchi Maius : epulo dato dedicauit.

249CIL VIII, 26419 ; Wesch-Klein, 1990, 248.

250106. qui rei publicae Uchitanorum at statuam deae [ponendae sestertium ---]

251milia nummum et in epulationem (…) concessit.

252CIL VIII, 26239 ; Wesch-Klein, 1990, 251.

253107. Vazi Sarra : et ob dedicationem aepulum (sic) et gymnasium dedit.

254CIL VIII, 12006 ; Rockwell, 1909, n° 64b : 18 (= n° 234 : 39) ; Bassignano, 1974, n° 2, 100 sq. ; Jouffroy, 1986, 254, 266, 271 ; Wesch-Klein, 1990, 257-258.

255108. Zama Regia : posuit et epulum bis dedit itemque dedicauit.

256CIL VIII, 12018 + ILT, 603 ; Bassignano, 1974, n° 1, 80 ; Duncan-Jones, 1962, n° 205, 89 ; Duncan-Jones, 1982, n° 205, 99 ; Wesch-Klein, 1990, 262.

257109. Icosium : ob honorem pontificatus epulo dato dono dedit. CIL VIII, 20853 ; Wesch-Klein, 1990, 351.

Notes

1 P. Veyne, Le Pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris, Le Seuil, 1976, p. 58 : « (L’Empire) païen du iiie siècle aurait pu cultiver (la charité) tout autant que le fera l’Empire chrétien du siècle suivant […]. Seulement, il demeurait prisonnier du système de pensée, qui dissout la catégorie sociale du pauvre dans l’universalité civique de la loi, il n’apercevait même pas le pauvre. » L’auteur envisage bien, dans son premier chapitre sur les agents et les conduites, la variété des destinataires (p. 16), mais en fonction des mobiles des donateurs (charité, philanthropie, libéralisme), ce qui lui permet de bien distinguer la singularité du phénomène évergétique. Quelles que soient les apparentes contradictions de P. Veyne, on prendra cet axiome comme point de départ.

2 J. Andreau, A. Schnapp et P. Schmitt-Pantel, « Paul Veyne et l’évergétisme », Annales ESC, 33, 1978, p. 307-325.

3 P. Veyne, « La “plèbe moyenne” sous le Haut-Empire romain », Annales HSS, 55, 2000, 6, p. 1169, n. 169.

4 P. Schmitt-Pantel, La Cité au banquet. Histoire des repas publics dans les cités grecques, CÉFR 157, Rome, 1992.

5 R. Hodot, « Décret de Kymè en l’honneur du prytane Kléanax », GMusJ, 10, 1982, p. 165-180 ; J. et L. Robert, Bull. ép., 1983, 323. Texte repris par R. Merkelbach, Epigraphica Anatolica, 1, 1983, p. 33-38 ; P. Schmitt-Pantel, La Cité au banquet, op.cit., p. 255-260.

6 P. Schmitt-Pantel, ibid., p. 405.

7 G. Wesch-Klein, Liberalitas in rem publicam. Private Aufwendungen zugunsten von Gemeinden im römischen Afrika bis 284 n. Chr., Antiquitas, Reihe 1, 40, Bonn, 1990 ; J. L. Ramirez Sádaba, Gastos suntuarios y recursos económicos de los grupos sociales del Africa romana, Oviedo, 1981 (non uidi) ; S. Mrozek, Les Distributions d’argent et de nourriture dans les villes italiennes du Haut-Empire romain, coll. Latomus 198, Bruxelles, 1987 ; Id., « Caractère hiérarchique des repas officiels dans les villes romaines du Haut-Empire », M. Aurell, O. Dumoulin et F. ThélamoN (dir.), La Sociabilité à table. Actes du colloque, Rouen, 14 au 17 novembre 1990, Publications de l’université de Rouen, 178, Mont-Saint-Aignan, 1992, p. 181-186.

8 J. Scheid, « Aspects religieux de la municipalisation. Quelques réflexions générales », M. Dondin-Payre et M.-Th. Raepsaet-Charlier (dir.), Cités, municipes, colonies. Le processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut-Empire romain, Paris, 1999, p. 381-424, notamment p. 394. La lex Irnitana enjoignait que les duumvirs devaient réunir, dès le début de l’année, les décurions de leur cité, pour fixer le montant des sommes à dépenser lors des cérémonies sacrées, des jeux et des repas officiels (sacra, ludi, cenae) donnés dans le courant de l’année aux conscripti, c’est-à-dire aux citoyens du municipe inscrits sur les registres, et aux décurions (AE 1986, 333, rub. 72). La rubrique 92 sur les jours fastes et néfastes atteste que les procès locaux ne pouvaient avoir lieu lors des fêtes où se tenaient les spectacles et les banquets municipaux (cenae, epula, uiscerationes), mais aussi lors des fêtes en l’honneur des empereurs et de la Domus Augusta ainsi que les jours où se tenaient les comices électoraux et ceux pendant lesquels avaient lieux les moissons et les vendanges. Pour éviter une paralysie de la vie judiciaire, il était cela dit permis de rendre la justice si toutes les parties tombaient d’accord sur ce point, sauf lors des fêtes impériales qui ne souffraient pas d’exception et étaient entièrement consacrées aux dieux. Le calendrier local ne se résumait donc pas à quelques journées de festivités, mais reproduisait plus ou moins fidèlement les grandes structures du calendrier de Rome, notamment la division entre jours fastes et jours néfastes. Le seul interdit — et il était absolu — concernait les jours de « fêtes impériales » qui étaient décidés par le Sénat de Rome et la chancellerie impériale et imposés par des circulaires d’information des bureaux provinciaux à tous les citoyens romains vivant à Rome, en Italie et dans les provinces. Une telle procédure fut employée ainsi pour afficher dans les cités des provinces le senatus-consulte sur les honneurs funèbres rendus à Germanicus (AE 1991, 20).

9 F. Jacques, « Quelques problèmes d’histoire municipale à la lumière de la lex Irnitana », L’Afrique dans l’Occident romain ier siècle av. J.-C.-ive siècle apr. J.-C. Actes du colloque, Rome, 3 au 5 décembre 1987, CÉFR 134, Rome, 1990, p. 381-401, a montré en effet que le nombre de curies dans les municipes africains post-flaviens était souvent le même que celui fixé à Irni. Les constitutions des municipes africains devaient être assez proches de celles des municipes ibériques.

10 Tertullien, Apologétique, 42, 5 : Non in publico Liberalibus discumbo, quod bestiariis supremam cenantibus mos est ; attamen ubicumque de copiis tuis ceno. « Je ne m’attable pas dans la rue aux fêtes de Liber, comme ont coutume de le faire les bestiaires prenant leur repas suprême ; cependant, quelque part que je dîne, on me sert des mets qui viennent de toi. » (trad. J.-P. Waltzing, CUF, Paris, 1929) ; ibid. 39, 15 : Tot tribubus et curiis et decuriis ructuantibus acescit aer. « Pendant que tant de tribus, de curies et de décuries rotent, l’air empeste ! » (trad. J.-P. Waltzing). Si les tribus font clairement référence aux divisions territoriales et civiques de Rome, les curies évoquent les repas destinés aux curies africaines, subdivision du corps civique municipal. Il s’agit donc là encore d’un realium africain. Sur ce point, T. Kotula, Les Curies municipales en Afrique romaine, Wroclaw, 1968, p. 116.

11 Augustin, Sermo 62, 9-10, PL, 38, col. 419. Sur ce sermon, C. Lepelley, « Une forme religieuse du patriotisme municipal : le culte du génie de la cité dans l’Afrique romaine », Afrique du Nord antique et médiévale. Spectacles, vie portuaire, religions. Actes du Ve colloque international du CTHS (Avignon, 1990), Paris, 1992, p. 125-137.

12 Augustin, Sermo 104, SPM, 1, p. 59, l. 33.

13 Sur les dédicaces, E. Pottier, « Dedicatio. II. Rome », DAGR, I, col. 42-45 ; G. Wissowa, « Dedicatio », RE, IV, 1901, col. 2356-2359. Les deux notices sont très vagues sur les dédicaces municipales de la période impériale.

14 Fustel de Coulanges, « Epulum », DAGR, II, col. 738 : « Cependant il est hors de doute qu’à la longue le caractère de ces repas s’altéra. Le peuple romain, qui finit par être recruté parmi des esclaves de tout pays, perdit ses traditions. Pauvre, sans ressource et sans travail, il ne vit dans ces repas publics qu’un moyen de vivre un jour entier dans l’abondance, et il fallut les multiplier pour assouvir sa faim. Alors le repas sacré n’eut plus lieu que pour la forme ; quelques prêtres continuèrent à se réunir dans un temple, auprès du foyer, pour accomplir pieusement les vieux rites ; mais pour la foule le repas se changea en distribution de viande, de pain, de vin, ou d’argent. »

15 P. Schmitt-Pantel, La Cité au banquet, p. 6-7.

16 Cicéron, De domo sua, 127-128, 136, 138-139.

17 Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, IV, 26 ; ILS, 4907 ; G. Wissowa, Religion und Kultus der Römer, Munich, 1912 (réimp. 1971), p. 394-395 et 473.

18 Tacite, Histoires, IV, 53.

19 Pline, Ep., X, 50 (59) ; Gaius, Institutes, II, 7 a, considérait que ce qui avait été consacré dans les provinces sans autorisation du peuple romain était considéré comme sacré (pro sacro habetur).

20 Sur ce point, X. Dupuis, « Les pontifes et les augures dans les cités africaines au Bas-Empire », Afrique du Nord antique et médiévale. Spectacles, vie portuaire, religions, op. cit. n. 11, p. 139-151 ; Id., « Pontifes et augures dans les cités d’Afrique. Modèle romain et spécificités locales », H. Inglebert (dir.), Idéologies et valeurs civiques dans le monde romain. Hommage à Claude Lepelley, Paris, 2002, p. 215-229 ; mêmes observations de W. Van Andringa pour la Gaule, La Religion en Gaule romaine. Piété et politique (ier-iiie siècle apr. J.-C.), Paris, 2002, p. 104-107.

21 J. Scheid, La Religion des Romains, Paris, 1998, p. 125-128.

22 J. Scheid, « Sacrifice et banquet à Rome. Quelques problèmes », MEFRA, 97, 1985, p. 193-206. La participation aux sacrifices sanglants ne se résumait pas sous l’Empire aux seuls officiants et à leurs assistants : en prenant l’exemple du protocole de la réunion des arvales de l’année 240 apr. J.-C., le simple examen des victimes sacrifiées à titre expiatoire par les membres de ce collège, afin d’émonder le bois sacré le 30 mars, permet de recenser 21 animaux offerts aux dieux, soit 3 bovins et 18 ovins. Ce sont plusieurs centaines de kilogrammes de viande qui furent dépecés. Sur ce texte, voir J. Scheid, Commentarii fratrum arvalium qui supersunt. Les copies épigraphiques des protocoles annuels de la confrérie arvale (21 av. J.-C.-304 apr. J.-C.), Rome, 1998, n° 114, p. 335-337 ; Id., « Manger avec les dieux. Partage sacrificiel et commensalité dans la Rome antique », S. Georgoudi, R. Koch-Piettre et P. Schmitt (dir.), Sacrifice animal et offrande végétale, sous presse. Lors de la fête mobile de Dea Dia au mois de mai, des courses de chars et des exercices de cavaliers-voltigeurs (desultores) avaient également lieu dans le cirque du sanctuaire. Ces ludi circenses restreints devaient attirer un grand nombre de Romains que la présence de grillades ne devait pas mécontenter.

23 T. Kotula, Curies, op. cit. n. 10, p. 114.

24 Les cenae impliquaient une organisation sophistiquée et étaient habituellement réservées aux décurions, ainsi qu’il ressort d’une allusion de Fronton aux en Vénétie, Ad amicos, II, 7, 7 : Ususne per quinque et quadraginta annos omnibus decurionum praemis commodisque, cenis publicis, in curia, in spectaculis ? Cenauitne, seditne ut decurio, censuitne ? En Italie, les cenae étaient d’habitude réservées aux décurions : S. Mrozek, op. cit. n. 7, p. 38.

25 Sur les distinctions entre cena, epulum et uisceratio, S. Mrozek, ibid., p. 37-43. L’auteur réfute l’idée de J. Marquardt que le terme uisceratio désignait en Italie des distributions d’argent. Le jurisconsulte Pomponius distinguait bien les deux, Digeste, XXXII, 1, 54, pr. : Lucius Titius plebi quina millia dedit, hoc amplius Seius uiscerationem. Le mulsum et le crustulum sont absents par contre des repas publics africains. Sur ces douceurs et le vin doux, voir S. Mrozek, « Crustulum et mulsum dans les villes italiennes », Athenaeum, 50, 1972, p. 294-300.

26 Dans la Rome républicaine, les sénateurs avaient le privilège, en vertu du ius publice epulandi, de participer au banquet de Jupiter des ludi Romani et des ludi Plebei, les 13 septembre et 13 novembre, sur l’esplanade capitoline. Le peuple était également convié et mangeait en plein air sur le forum sur des lits de table, comme l’apprend Tite-Live, XXXIX, 46, 2, qui évoque l’installation de tentes en cas de précipitations intempestives. L’encombrement du centre de Rome avec la construction des forums impériaux dut rendre impossible l’organisation de tels rituels, mais Tertullien, Apol., 35, 2, apprend que des banquets publics avaient lieu sous Septime Sévère à Rome uicatim, peut-être lors des Compitalia : Grande uidelicet officium focos et toros in publicum deducere, uicatim epulari, ciuitatem tabernae habitu abolefacere, uino lutum cogere, cateruatim cursitare ad iniurias, ad impudicitias, ad libidinum ludibria ! « C’est un grandiose hommage, vraiment, que de dresser sur la place publique des fourneaux et des lits de table, de célébrer des festins dans tous les quartiers de la ville, de changer l’aspect de la cité en celui d’une taverne, de coaguler la boue avec le vin, de courir en bande pour le livrer aux outrages, aux indécences, aux plaisirs du libertinage ! » (trad. J.-P. Waltzing). Sur les jeux romains et les jeux plébeiens, F. Bernstein, Ludi Publici. Untersuchungen zur Entstehung und Entwicklung der öffentlichen Spiele im republikanischen Rom, Historia Einzelschriften 119, Stuttgart, 1999, p. 282-291. À propos du caractère sacré des banquets, on consultera en dernier lieu P. Veyne, « Inviter les dieux, sacrifier, banqueter. Quelques nuances de la religion romaine », Annales HSS, 55, 2000, 1, p. 3-42, qui minimise la dimension religieuse des lectisternes et des autres banquets et relance le débat.

27 AE 1986, 333, § 92 :… quibusque di/ebus ex decurionum conscriptorumue decreto spectacula in eo{m}/municipio edentur, epulum aut uesceratio municipibus aut ce/na decurionibus conscriptisue municipum inpensa dabitur

28 CIL VIII, 14863.

29 Le terme en tant que substantif désigne des rations journalières données par exemple aux soldats ou aux esclaves, TLL, III, 1035, s.v. « Cibarius, cibarium ».

30 Autres attestations du uinum en Afrique, CIL VIII, 14365 (Uccula), 16556 et 16560 = ILAlg, I, 3071 (Théveste).

31 . J -M. André, L’Alimentation et la cuisine à Rome, Paris, 19812 ; N. Blanc et A. Nercessian, La Cuisine romaine antique, Paris, 1992.

32 Tertullien, Apol., 39, 5 : Modicam unusquisque stipem menstrua die uel cum uelit, et si modo uelit et si modo possit, apponit. Nam nemo compellitur, sed sponte confert. Haec quasi deposita pietatis sunt. Quippe non epulis inde nec potaculis nec ingratis uoratrinis dispensatur, sed egenis alandis humandisque. « Chacun paie une cotisation modique à un jour fixé par mois ou quand il veut bien, et s’il le veut et s’il le peut. Car personne n’est forcé ; on verse librement sa contribution. En effet, on n’y puise pas pour des festins, ni des beuveries, ni pour des lieux de stériles ripailles, mais pour nourrir et inhumer les pauvres. » (trad. J.-P. Waltzing).

33 ILAlg, I, 3071.

34 R. Duncan-Jones, « Costs and Outlays from Roman Africa », PBSR, 30, 1962, p. 73 ; Id., The Economy of the Roman Empire. Quantitative studies, Cambridge, 19822, p. 281.

35 T. Kotula, Curies, p. 60 : « Voilà comment semble s’effondrer la base même jetée sous l’hypothèse, suivant laquelle les curies africaines ne groupaient qu’une partie des citoyens des villes africaines, tout en revêtant un caractère aristocratique […]. Et pourquoi donc les curies africaines, copiées d’après le modèle romain, se seraient-elle soustraites à la règle générale ? En Afrique elle est corroborée par des sources locales, nullement négligeables : l’inscription de Thubursicu Numidarum mentionnant le vote du populus in curias contributus, ce qui veut dire de tout le peuple au sens politique… »

36 ILAlg, I, 1295 ; T. Kotula, Curies, p. 61-62. Une inscription d’Haïdra récemment publiée (AE 1999, 1796) évoque le populus curiatim, ce qui relance l’hypothèse d’une répartition de l’ensemble des citoyens dans les différentes curies de la cité.

37 G.-Ch. Picard, « Civitas Mactaritana », Karthago, 8, 1957 ; A. Beschaouch, « Mustitana. Recueil des nouvelles inscriptions de Mustis, cité romaine de Tunisie », Karthago, 14, 1967-1968, L. Maurin et J. Peyras, Ureu municipium. Recherches archéologiques et épigraphiques dans une cité inédite d’Afrique proconsulaire, Paris, 1974, n° 3, p. 27-31 (ob cuius dedicationem decurionibus sportulas et epulum curialibus et uniuersis ciuibus) ; G.-Ch. Picard, La Civilisation de l’Afrique romaine, Paris, 19902, p. 52. Le problème se double de la question de l’origine des curies : prolongeaient-elles les sissyties des hétairies de l’Afrique punique ou furent-elles introduites en Afrique par les Romains ? W. Seston, « Des “portes” de Thugga à la “constitution de Carthage” », RH, 237, 1967, p. 277-294, avait soulevé la question d’un lien entre les « portes » de Thugga, lieux de rassemblement du peuple selon lui dans le monde sémitique, et les curies italiennes. J. Gascou, « Les curies africaines : origine punique ou italienne », AA, 10, 1976, p. 33-48, constate que les curies sont attestées dans des colonies, des municipes et des cités de fondation romaine. Il estime que le système des curies accompagna la municipalisation de l’Afrique.

38 M. Le Glay, « Les curiales de la curia Commodiana de Timgad », Epigraphica, 42, 1980, p.93-118.

39 F. Jacques, Le Privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de l’Occident romain (161-244), CÉFR 76, Rome, 1984, p. 435-456 ; Id., Les Cités de l’Occident romain, Paris, 1990, p. 90-99. Il faut tenir compte aussi de l’existence possible de classes à l’intérieur des curies. Sur ce point, A. Beschaouch, op. cit. n. 37, n° 19 (classis tertia ex curia Augusta) et 20 (curiae honestissimae Augustae classi primae). L’organisation interne des curies se faisait apparemment sur des critères rigoureux, peut-être censitaires, ce qui renforce le sentiment d’une inégalité numérique et sociale entre les curies et en leur sein même.

40 C. Courtois, Antique Thamugadi, Alger, 1951.

41 F. Jacques, Cités, p. 94.

42 J. Kolendo, « La répartition des places de spectacle et la stratification sociale dans l’Empire romain », Ktèma, 1, 1981, p. 306-316.

43 J.-C. Golvin et M. Janon, « L’amphithéâtre de Lambèse (Numidie) d’après les documents anciens », BCTH, n.s., 12-14, 1976-1978, p. 169-193.

44 Le terme semble désigner des mesures d’huile distribuée pour les soins corporels dans les thermes avant les réjouissances publiques. Sur ce point, S. Lancel, « Populus Thabarsitanus et les gymnasia de Quintus Flavius Lappianus », Libyca, 6, 1958, p. 143-151. Le terme est mentionné généralement à la place de l’oleum qu’évoquent les inscriptions italiennes. M. Khanoussi, « Compte rendu d’un spectacle de jeux athlétiques et de pugilat sur une mosaïque de la région de Gafsa », CRAI, 1988, p. 543-561, estime que les gymnasia correspondaient à des concours de gymnastique.

45 Une inscription trouvée à Chaouat (ancienne Tburaria ?) évoque par contre l’organisation d’un banquet pour les curies et le populus [62]. C’est la deuxième inscription après celle d’Ureu [62bis] à mentionner un don unique pour les deux institutions : compte tenu de la cohérence d’ensemble du dossier épigraphique, une erreur de formulaire ou un oubli des lapicides nous apparaît comme l’hypothèse la plus plausible. On peut aussi estimer à Ureu qu’une partie du repas fut distribuée dans le cadre des curies et le reste au peuple tout entier.

46 T. Kotula, Curies, p. 59.

47 Le uinum correspondait sans doute, comme dans le monde grec, à une collation de vin doux (γλυκισµóς )Sur ce terme, P. Schmitt-Pantel, La Cité au banquet, p. 344-348.

48 Gaius, Institutes, I, 3 : Plebs a populo ea distat, quod populi appellatione uniuersi ciues significantur ; Digeste, L, 16, 238, pr. : Plebs est ceteri ciues sine senatoribus.

49 Z. Yavetz, La Plèbe et le prince. Foule et vie politique sous le Haut-Empire romain, Paris, 1984, p. 189-202.

50 J. Scheid, Romulus et ses frères. Le collège des frères arvales, modèle du culte public dans la Rome des empereurs, BEFAR 275, Rome, 1990, p. 385-394.

51 S. Demougin, « Quo descendat in campo petitor. Élections et électeurs à la fin de la République et au début de l’Empire », L’Urbs. Espace urbain et histoire (ier siècle av. J.-C.-iiie siècle apr. J.-C.). Actes du colloque intern., Rome, 8-12 mai 1985, CÉFR 98, Rome, 1987, p. 305-317. Sur le rôle des comices lors de l’élection des consuls, le témoignage de Pline, Panégyrique, 76, 9-77,1, laisse entendre clairement que les comices centuriates ratifiaient bien l’élection aux Saepta Iulia : Iter illi saepius in forum, frequenter tamen et in campum. Nam comitia consulum obibat ipse ; tantum ex renuntiatione eorum uoluptatis quantum prius ex destinatione capiebat. « Assez souvent, il prenait la direction du Forum, mais fréquemment aussi celle du Champ de Mars. Car il venait lui-même aux comices des consuls. Il prenait autant de plaisir à la proclamation (renuntiatio) que précédemment à leur désignation (destinatio) » (trad. M. Durry). Une forte participation électorale n’était pas nécessaire à la tenue de ces comices, qui ne devaient guère perturber les boutiques d’objets d’art qui occupaient les Saepta

52 T. Kotula, Curies, p. 56-57, n. 24.

53 Le terme peut laisser croire que les décurions faisaient partie de la distribution, mais le terme popularis désigne plutôt les membres du populus.

54 Les décurions étaient eux aussi des citoyens.

55 Si l’on accepte bien sûr l’idée que le terme désignait à la fois les décurions et la plèbe urbaine.

56 Il paraît difficile de croire que les curiales étaient les membres de la curie du donateur : l’inscription aurait parlé dans ce cas des concuriales et ceux-ci auraient touché une sportule de 240 sesterces par personne : soit la curie ne comptait qu’une dizaine de membres (2400 : 240= 10), soit le don était destiné à la curie de L. Sisenna Bassus en tant que telle, et il serait alors resté un reliquat inemployé de 2 260 sesterces. Il faut plutôt penser que les curiales étaient les membres de toutes les curies de la cité et que chacune d’entre elles reçut 240 sesterces. Une erreur du lapicide est également possible.

57 R. Duncan-Jones, Costs, p. 114, n. 262 ; Id., Economy, p. 117-118, n. 262.

58 F. Jacques, Privilège, p. 399-406 ; Id., Cités, p. 100-104.

59 ILAlg, II, 479 : ob cuius dedicationem sportulas denarios singulos secundum matricem publicamciuibus de suo dedit itemque ludos scaenicos cum missilibus edidit.

60 S. Mrozek, Distributions, p. 94-102.

61 CIL X, 5853 = ILS, 6271 : A(ulo) Quinctilio A(uli) f(ilio) / Pal(ilia) Prisco / IIIIuir(o) aed(ilicia) potest(ate) IIIIuir(o) iure / dicundo IIIIuir(o) quinq(uennali) adlecto ex s(enatus) c(onsulto) pontif(ici) / praef(ecto) fabr(um). / [Hu]ius ob eximiam munificenti(am) quam in munic(ipibus) / suos contulit senat(us) statuam publice ponend(am) in foro ubi ipse / uellet censuere. H(onore) a(ccepto) i(mpensam) r(emisit). Hic e(x) s(enatus) c(onsulto) fundos Ceponian(um) et Roianum et Mamian(um) pratum Exosco ab r(e) p(ublica) redem(it) / (sestertium) LXX m(ilibus) n(ummum) et in auit(um) r(ei) p(ublicae) reddid(it), ex quor(um) reditu de(sestertium) IV m(ilibus) CC / quodannis VI id(us) Mai(as) die nata(i) suo perpetu(o) daretur praesent(ibus) / municipib(us) et incol(is) et mulierib(us) nuptis crustul(i) pond(o) I, mulsi hemin(a) ; / et circa triclin(ia) decurionib( us) mulsum et crust(ulum) et sportul(a sestertii deni) n(ummi) ; / item puer(is) curiae increment(is) ; et (sex)uir(is) Aug(ustalibus) quibusq(ue) u(na) u(escendum) e(st) crust(ulum) / mulsum et (sestertii octoni) n(ummi) ; et in triclin(io) meo ampl(ius) in singulos h(omines) (sestertii singuli) n(ummi) ; et in orn(atum) / statuae et imag(inum) mear(um) res p(ublica) perpet(uo sestertios) XXX n(ummos) impend(at) arbitr(atu) IIIIuir(um) / aedilium cura. Fauorabil(e) est si puer(is) plebeis sine distinctione liber/tatis nucum sparsion(em) mod(iorum) XXX et ex uini urnis VI potionum / eministrationem digne incrementis praestiterint. Pour le commentaire, S.Mrozek, Distributions, p. 52-53 ; trad. de ce texte dans F. Jacques, Cités, p. 187-188.

62 Sur l’auteur de ce roman, R.Martin, Le Satiricon. Pétrone, Paris, 1999 ; Id., « Qui a vraiment écrit le Satiricon ? », REL, 78, 2000, p. 139-163.

63 Satiricon, 71, 9-10.

64 P. Veyne, « Vie de Trimalcion », Annales ESC, 16, 1961, 2 = La société romaine, Paris, 1991, p. 13-56.

65 La nature des monuments offerts par les évergètes et leur qualité au moment du don n’ont pas été retenus ici. Seule l’identité des bénéficiaires constitue la trame de ce catalogue. Les références biliographiques sont les suivantes : J.C. Rockwell, Private Baustiftungen für die Stadtgemeinde auf Inschriften der Kaiserzeit im Westen des römischen Reiches, Berlin, 1909 ; B. Laum, Die Stiftungen in der griechieschen und römischen Antiken, Berlin, 1914 ; F. Engesser, Der Stadtpatronat in Italien und Westprovinzen des römischen Reiches bis Diokletian, Freiburg, 1957 (Diss.) ; L. Harmand, Un Aspect social et économique du monde romain. Le patronat sur Les Collectivités Publiques Des Origines Au Bas-Empire, Clermont-Ferrand, 1957 ; A. Beschaouch, « Mustitana. Recueil des nouvelles inscriptions de Mustis, cité romaine de Tunisie », Karthago, 14, 1967-1968, p. 117-224; T. Kotula, Les Curies municipales en Afrique romaine, Wroclaw, 1968 ; M. Bassignano, Il flaminato nelle province romane dell’Africa, Pavie, 1974 (compte rendu d’H.-G. Pflaum, Athenaeum, 54, 1976, p. 152-163 = Afrique romaine. Scripta Varia I, Paris, 1978, p. 393-404) ; H.-G. Pflaum, « Les juges des cinq décuries originaires d’Afrique », AA, 2, 1968, p. 153-195 (= Afrique romaine. Scripta Varia I, Paris, 1978, p. 245-287) ; Id., « La romanisation de l’ancien territoire de la Carthage punique à la lumière des découvertes épigraphiques récentes », AA, 4, 1970, p. 75-117 (= Afrique romaine. Scripta Varia I, Paris, 1978, p. 300-344); R. Duncan-Jones, « Costs, Outlays and Summae Honorariae from Roman Africa », PBSR, 30, 1962, p. 47-115 ; Id., « Equestrian Rank in the African Provinces : an Epigraphic Survey », PBSR, 35, 1967, p. 147-188; M. G. Jarret, « An Album of the Equestrians from North Africa in the Emperor’s Service », Epigraphische Studien, 9, 1972, p. 146-232 ; H. Freis, « Die Cohortes Urbanae », Epigraphische Studien, 2, 1967; H.Devijver, Prosopographia militarium equestrium quae fuerunt ab Augusto ad Gallienum (= PME), Louvain, I-III, 1976- 1980; A.Merlin et L. Poinssot, Les Inscriptions d’Uchi Maius, Notes et documents 2, Paris, réimp. 1980 ; R. Duncan-Jones, The Economy of the Roman Empire. Quantitative Studies, Cambridge, 19822 ; F. Jacques, « Les curateurs des cités africaines au iiie siècle », ANRW, II, 10, 2, 1982, p. 62-135 ; Id., Les Curateurs de cités dans l’Occident romain de Trajan à Gallien, Paris, 1983 ; H. Jouffroy, La Construction publique en Italie et en Afrique romaine, Strasbourg, 1986 ; G.Wesch-KleiN, Liberalitas in rem publicam. Private Aufwendungen zugunsten von Gemeinden im römischen Afrika bis 284 n. Chr., Antiquitas, Reihe 1, 40, Bonn, 1990 ; S. Aounallah et Z. Ben Abdallah, «Les Calpurnii de Thugga», M. Khanoussi et L.Maurin (dir.), Dougga (Thugga). Études épigraphiques, Bordeaux, 1997, p. 77-96; C. Briand-Ponsart, «Une évergésie modeste : les combats de boxe dans quelques cités d’Afrique proconsulaire pendant l’Empire », AA, 35, 1999, p. 135-149 ; M. Khanoussi et L. Maurin, Dougga. Fragments d’histoire. Choix d’inscriptions latines éditées, traduites et commentées, Bordeaux et Tunis, 2000.

Notes de fin

* Je tiens à remercier vivement Manuel de Souza, qui a eu la gentillesse de relire et d’enrichir ce travail par ses remarques et ses critiques.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search