Version classiqueVersion mobile

Les régulations sociales dans l'Antiquité

 | 
Michel Molin

Quatrième partie. Encadrement et ordre social

Existait-il des modes de régulation sociale dans l’Aquitaine pyrénéenne à l’époque romaine ?

Georges Fabre

Texte intégral

  • 1 Il est à peine besoin de rappeler que la fréquentation du saltus et les activités qui s’y pratique (...)
  • 2 Pline, N.H., IV, 108-109, dans la liste qu’il donne de la trentaine de peuples aquitains distingue (...)

1C’est un lieu commun que de relever un certain nombre de traits prêtés, dès l’Antiquité, aux populations qui fréquentaient la montagne, en particulier leur marginalité marquée tant par leur violence, voire leur sauvagerie, que par leur conservatisme en matière religieuse, comme en ce qui concerne leur mode d’organisation sociale. À en croire un certain nombre d’auteurs (César, mais surtout Strabon et Pline), et aussi un certain nombre de documents épigraphiques, le monde de la montagne pyrénéenne, celui qui est parcouru et exploité par des hommes1 qui, seuls ou en groupe, fréquentent le saltus, est dangereux et difficilement contrôlable2.

  • 3 Il est célébré tantôt comme « auctor bonarum tempestatium » (CIL XIII, 6, Lescure), tantôt comme « (...)

2Il est à peine besoin de signaler le poids des contraintes climatiques qui justifient en particulier des vœux concernant par exemple I.O.M., maître du ciel et des éléments, détenteur de la foudre3.

  • 4 CIL XIII, 60 (Saint-Béat).
  • 5 CIL XIII, 38 (Marignac) ; ILTG, 21-23 (Saint-Béat).
  • 6 CIL XIII, 382 = ILTG, 123 (Ferrère) ; ILTG, 130.
  • 7 Dont le nom est peut-être à mettre en rapport avec le nom gaulois de l’ours, « artus / artos » (X. (...)
  • 8 Espérandieu, II, 837 (Galié).
  • 9 Ainsi, par exemple, à Arties, dans le Val d’Aran : L. Diez Coronell, « El arte romano rústico del (...)
  • 10 G. Fabre, Les Pyrénées-Atlantiques, Carte archéologique de la Gaule, 64, Paris, p. 149, n°337, et (...)
  • 11 CIL XIII, 172 (Sepx), 261 (Valcabrère), cf. 85 (Gourdan).

3Le danger représenté par certains animaux sauvages justifie d’autres vœux adressés à des divinités, nommées ou non, censées les domestiquer : ainsi Diane4, et accessoirement Silvain5, qui sont parfois associés6 ou encore Artahe7, peut-être un dresseur d’ours, ou encore telle divinité féminine anonyme représentée nue, une lance à la main8. Par ailleurs la représentation d’hommes défunts armés d’une lance9 (fig. 1) peut correspondre à l’évocation de leur passion de la chasse mais aussi, ce qui n’est pas exclusif, à celle de leur courage face à un monde animal hostile. La même ambiguïté concerne le rôle des chiens dont les restes ont pu être découverts dans un contexte de grottes de montagne10, ou qui ont pu être figurés sur certains autels11 : chasse, garde et protection des troupeaux ont pu constituer, dans leur cas, des fonctions associées.

Fig. 1. Auge cinéraire d’Arties (Val d’Aran)

  • 12 CIL XIII, 259 = Saint-Bertrand-de-Comminges, Guides Archéologiques de France, 33, Paris, 1996, p. (...)
  • 13 César, B.G., III, 27 ; Florus, I, 45 (III, 10), 6 : Aquitani, callidum genus, in speluncas se reci (...)
  • 14 Strabon, IV, 2, 1.
  • 15 Alors que César et Strabon sont sensibles, l’un aux solidarités armées, l’autre aux parentés cultu (...)
  • 16 Jérôme, Ad Vigilantium, 4.
  • 17 B.C., III, 19, 2 : liceretne ciuibus ad ciues de pace duos legatos mittere quod etiam fugitiuis ab (...)

4Une autre forme de violence transparaît à travers la mention de brigands dont l’activité est particulièrement liée à ce type de régions : une épitaphe datée de 194 indique qu’au moment de la réouverture des passages, en mai, deux individus, sans doute des commerçants, dont l’un était originaire de Carthago Noua, avaient été, selon l’expression consacrée a latronibus interfecti12. Rien n’empêche de penser que, comme dans d’autres régions de l’Empire la différence entre latrones, voleurs de bétail, et pasteurs ne devait pas être très grande ou en tout cas n’était pas perçue comme telle. Les auteurs romains ont une vision négative de ces montagnards des confins qui ne se soumettent pas à Crassus en 5613, de ces petits peuples mal connus signalés par Strabon14. Ces populations ont, antérieurement à la conquête romaine et au moment de celle-ci, manifesté leur solidarité avec celles du versant hispanique de la chaîne15. Et le nom même des Conuenae, entendu comme « ramassis » par Strabon, permet à Jérôme, dans un contexte à la fois tardif et polémique, d’évoquer « une race de réfugiés et de brigands qu’il (Pompée) fit descendre du sommet des Pyrénées16 » ; d’une certaine façon, il ne faisait que reprendre des termes prêtés à Vatinius dans le récit de la Guerre civile attribué à César et associant populations pyrénéennes et banditisme17.

  • 18 Le conservatisme de ces populations se remarque aussi dans le domaine funéraire, puisque, dans la (...)
  • 19 CIL XIII, 49, 60.
  • 20 CIL XIII, 224.
  • 21 CIL XIII, 85.
  • 22 CIL XIII, 349, 382, 383.
  • 23 CIL XIII, 226-230 et les remarques de R. Sablayrolles et J.-L. Schenck, Les Autels votifs, Collect (...)

5L’approche qui nous est proposée par ces auteurs est donc celle de populations violentes, dangereuses, d’autant plus incontrôlables qu’elles sont émiettées. Ce tableau pourrait être complété par ce que nous laissent entrevoir les documents épigraphiques votifs datant de l’époque impériale, à savoir le maintien d’un panthéon ancien18, éclaté, qui est souvent en rapport avec l’espace montagnard : l’invocation de sommets divinisés, tels, le pic de Gar19, Agheius/Agheio, maître du Bassia20, le Basert21 ou des Dii Montes22, pour n’évoquer que quelques divinités topiques ou génériques, traduit ce conservatisme des milieux montagnards. Et même le relatif succès du culte d’Hercule auprès de pérégrins, particulièrement dans la cité des Convènes, pourrait s’expliquer par la figure rassurante d’un dieu berger qui franchit et pacifie les montagnes23.

6Peut-on penser que l’implantation de Rome dans ces régions a entraîné un changement des cadres mentaux et sociaux, alors que nos informations, ponctuelles et parfois imprécises, laisseraient supposer que l’encadrement officiel du monde pyrénéen était plutôt lâche ?

  • 24 Ports de la Bonaigua (2072 m) et de Vielha (2424 m).

7Il convient de rappeler que les seules voies transpyrénéennes officielles sont localisées aux extrémités orientale (col de Panissars) et occidentale de la chaîne (ports de Cize), ainsi que dans le secteur de la vallée d’Aspe (col du Somport). Nous ne pouvons que supposer l’existence, depuis la fin du néolithique, d’un certain nombre de pistes de transhumance, notamment dans les Pyrénées centrales, et que les liaisons, non comprises dans les itinéraires officiels, entre le secteur de la Garonne et les confins de la Catalogne et de l’Aragon actuels, ne devaient pas être aisées, dans la mesure où les cols étaient particulièrement élevés24.

  • 25 CIL XIII, 255.
  • 26 Dès 111 av. J.-C.

8Il y a bien eu, à Lugdunum ou dans les environs, un poste de la Quadragesima Galliarum qui fut l’objet d’une restauration sous les derniers Antonins ou sous les Sévères25, et dont on peut se demander quel rôle il a pu jouer : on pense à la perception de droits sur les marbres, en particulier ceux de Saint-Béat ou sur les troupeaux sur pied et les laines à destination ou en provenance de l’Hispanie voisine. Mais son personnel pouvait-il agir, de manière ponctuelle, comme un élément du maintien de l’ordre ? Pouvait-il intervenir dans l’accès aux pâturages d’altitude, notamment en contrôlant le nombre des animaux que chaque propriétaire déplaçait et en faisant payer une taxe par tête de bétail ? Comment se faisait l’accès des troupeaux individuels à des pacages que les communautés devaient considérer comme leurs et les troupeaux de celles-ci étaient-ils exemptés ? Autant de questions que soulève la présence de ce poste douanier et que nous ne pouvons pas résoudre, dans la mesure où les règles mises au point en Italie dès la fin du iie siècle avant notre ère26 n’ont pas été forcément transposées en Aquitaine méridionale.

  • 27 D. Schaad et G. Soukiassian, « Encraoustos : un camp militaire romain à Lugdunum civitas Convenaru (...)
  • 28 C’est l’hypothèse avancée par M. Reddé, « Le camp romain de Saint-Bertrand-de-Comminges », dans M. (...)

9Enfin, la présence à Lugdunum d’un camp militaire27, aménagé ou fonctionnant au iiie siècle, et ayant permis le stationnement d’une cohorte n’est pas facilement explicable : s’agissait-il de contrôler l’exploitation des carrières de marbre28 ou la perception de l’annone, ou de faire face à une agitation devenue, en des temps troublés, dangereuse ? Dans tous les cas, cette dernière explication ne vaut pas pour les deux premiers siècles de l’Empire, postérieurement aux campagnes de M. Valerius Messala en Aquitaine.

10C’est dans ce contexte que nous devons essayer d’observer le degré de marginalité des populations installées à la périphérie des cités des Conuenae et des Aquenses. Ce faisant, nous devons avoir conscience de certains enjeux idéologiques liés à l’étude du village et des communautés villageoises pyrénéennes dont certains auteurs ont voulu voir l’origine des modes d’organisation dans les pagi attestés à l’époque romaine ; c’est un débat dans lequel nous n’avons évidemment pas l’intention d’intervenir.

  • 29 Du ier siècle (CIL XIII, 5, Saint-Lizier) à la fin du iiie (CIL XIII, 412, Hasparren).
  • 30 R. Sablayrolles, « Le pagus dans le cadre pyrénéen », dans G. Fabre (dir.), Organisation des espac (...)
  • 31 CIL XIII, 384 ; voir G. Fabre, « À l’ombre d’Ag(h)eio : quelques réflexions à propos d’une divinit (...)
  • 32 G. Fabre, « Un nouveau pagus pyrénéen, d’après l’inscription votive de Vignec (Hautes-Pyrénées) », (...)
  • 33 R. Sablayrolles, « Le pagus », art. cit. n. 30.
  • 34 CIL XIII, 389.

11La mention de pagi et de pagani, et peut-être de uicini ou de uicani, que notre documentation épigraphique localise exclusivement dans la zone pyrénéenne des deux cités (carte n° 1), souligne le maintien, tout au long de la période impériale29, de structures collectives anciennes, constituées antérieurement à la conquête romaine. Il ne s’agit pas ici de reprendre un dossier qui, en ce qui concerne le domaine pyrénéen, a été récemment rouvert par Robert Sablayrolles30, mais de proposer quelques éléments de réflexion. La majorité des documents, à l’exception de ceux de Saint-Lizier et d’Hasparren, correspondent à des expressions collectives de pagani unis dans un même acte votif les mettant en relation avec une divinité protectrice de l’ensemble du groupe humain et de son territoire : Ageio, à Asque31, Oidretus à Vignec32, I.O.M. à Saint-Paul-d’Oueil33 ; et c’est au Genius pagi que rend hommage, au retour d’une legatio ad Augustum, l’auteur de l’inscription d’Hasparren. On notera que ces pagi pouvaient parfois regrouper plusieurs segments de population : il en est ainsi des Neouates et des Harexuates associés à Vignec. Par ailleurs, dans le texte d’une inscription funéraire de Bordères-Louron, rédigée dans un latin plus qu’approximatif et gravée, sur une auge cinéraire, en caractères négligés, on pourrait restituer des compagani, aussi bien que des conuicani ou conuicini ; dans tous les cas l’expression de formes de solidarité est assurée, mais dans la deuxième hypothèse, il faudrait penser à une forme d’encadrement plus modeste, plus proche des réalités villageoises. Quant aux uicani mentionnés sur une inscription de Bagnères-de-Bigorre dédiée au numen Augusti34, il est difficile de préciser s’ils se résument aux seuls habitants d’un uicus thermal ou s’ils englobent tous les habitants d’un secteur particulier du haut Adour.

Carte n°1. Témoignages épigraphiques concernant des pagi dans la cité des Convènes

  • 35 R. Sablayrolles, « Le pagus », art. cit. n. 30.
  • 36 Dans ce sens, voir W. van Andringa, La Religion en Gaule romaine, Paris, 2000, p. 258-264 ; mais n (...)

12Ces quelques documents doivent-ils nous conduire à penser que ces communautés attachées à des territoires particuliers et possédant leurs propres structures collectives et religieuses, seraient restées rétives à toute intégration dans la vie des cités ? Nous ne le pensons pas. On a dit que le maintien des pagi a été voulu par les autorités romaines comme moyen de maintenir la cohésion de groupes humains et comme base de perception des impôts35. Il est assuré, par ailleurs, que certains des notables qui en ont été les magistri ont pu, par la suite, assumer des charges municipales au niveau de la cité : le cas du Verus d’Hasparren, qui devint duouir et flamine, en fournit un exemple patent. Ajoutons que l’hommage rendu à I.O.M. par les pagani Oollaies ou Collaies de Saint-Paul-d’Oueil concerne une divinité éminemment plastique, qui a pu recouvrir ou concurrencer, ici comme ailleurs, de vieilles divinités topiques, mais qui a pu jouer un rôle dans la cohésion des diverses populations occupant le territoire des Conuenae36.

  • 37 Voir J.-M. Fabre, R. Sablayrolles, F. Tollon, « L’exploitation antique du fer dans la haut bassin (...)
  • 38 Il en a été sans doute ainsi dans les mines de fer des vallées de la Nive et des Aldudes, dans les (...)
  • 39 CIL XIII, 388 ; cf. G. Fabre, « À l’ombre d’Ag(h)eio », art. cit., n. 31.
  • 40 CIL XIII, 180, découvert il est vrai, à Montégut, un peu en marge du domaine de ce dieu, à savoir (...)

13Mais le pagus pyrénéen constitue parfois le cadre dans lequel d’autres formes de contrôle semblent s’exercer. Le cas des pagani ferrarienses d’Asque retient l’attention, dans la mesure où, dans un territoire (les Baronnies) ou d’anciennes « ferrières » ont donné lieu à des activités d’extraction et de transformation, l’époque romaine a vu la mise en place d’un véritable district minier et métallurgique, entre Neste et Adour37. Des techniques nouvelles, nécessitant des apports de capitaux et une organisation plus stricte de la production, ont été importées grâce à des éléments italiens ou Narbonnais38 : la mention d’un D. Cil(ius) ou Cil(nius) Iustus à Asque39 ou celle d’un Antonius Vindemialis, dont le surnom reflète une origine étrangère et dont un hommage rendu à Ageio40 pourrait, sans que cela soit assuré, en faire une des parties prenantes de cette exploitation, sont à signaler. À travers cette activité économique ce sont des relations de travail nouvelles, sans doute individualisées qui ont pu être mises en place.

  • 41 J.-M. Fabre, R. Sablayrolles, « Le dieu Erriape et les isotopes stables : les carrières antiques d (...)
  • 42 ILTG, 2.
  • 43 Dans ce sens, Wuilleumier, ILTG, ainsi que Sablayrolles et Schenck, Les Autels votifs, op. cit. n. (...)
  • 44 ILTG, 3 : marmo(rarii) omnes ; ILTG, 23 mentionne le vœu accompli par trois of(f)icinator(es) com (...)
  • 45 D. Nony, « Le dieu Eriapus dévoilé », ZPE, 43, 1981, p. 243-248.
  • 46 Aux personnages que nous indiquons ci-dessous, on pourrait ajouter le marmorarius Vennon[i]us Rufu (...)
  • 47 ILTG, 14, inscription relue par R. Sablayrolles et J.-L. Schenck, Les Autels votifs, op. cit., p. (...)
  • 48 ILTG, 13.
  • 49 Et Q. Iul(ius) Iulianus, qui primi hinc columnas uicenarias celauerunt et exportauerunt : l’inscri (...)
  • 50 ILTG, 10.
  • 51 Alors même que leur attachement à Erriape et à Silvain, protecteurs de leurs activités professionn (...)

14Des remarques de même nature pourraient concerner les officinatores et la main-d’œuvre (des carriers aux sculptores) employée dans le secteur marbrier de Saint-Béat, sur le fonctionnement duquel on a récemment attiré l’attention41. Si l’on ne peut assurer que les Gomferrani42 adorateurs du dieu local Erriape/Erriapus constituaient un groupement territorial et ethnique43, une association religieuse ou une confrérie professionnelle, l’existence de collèges professionnels est attestée, avec leur plèbe44, leurs responsables et leur organisation quinquennale45. Bien plus, parmi les marmorarii et autres responsables liés à l’exploitation des marbres et rendant hommage soit au dieu local, soit à Silvain et aux Montes, figurent des individus portant des tria nomina dont la consonance dénote une origine autre que locale46 : P(ompeius) Nuce(rinus) ou Nucer(ius) assurément un Italien47, Q. Minucius Ingenu(u)s48, Publicius Crescentinus49, Q. Fufius Spectatus50. On ne peut s’empêcher de penser que le développement de l’activité marbrière (extraction, préparation des blocs, façonnage d’éléments architectoniques, fabrication d’autels plus ou moins décorés, commercialisation et transport grâce à l’axe garonnais) a dû requérir l’intégration, dans des équipes de carriers et dans des ateliers de façonnage, d’un nombre important de pérégrins issus du milieu local et dont le sentiment d’appartenance à leur communauté d’origine n’a guère trouvé d’expression51.

  • 52 Sur les gisements de Salies, voir P. Gardes et M. Saule, « Aux origines de l’exploitation du sel d (...)
  • 53 Strabon, III, 4, 11 ; Sulpice Sévère, Dialogues, II, 1, 8.

15Mais même en dehors de ces espaces spécifiques que constituent les mines et les carrières, les populations montagnardes ne restent pas confinées ; c’est ainsi que leur dépendance traditionnelle des lieux de production du sel, plus précisément des salines de Salies-du-Salat et de Salies-de-Béarn52, a dû générer un commerce régulier dont nous ne mesurons pas encore les formes et dont nous ne pouvons savoir s’il a été modifié dans ses modalités et dans ses volumes à l’époque romaine. De même la réputation des jambons pyrénéens ou celle des manteaux bigourdans reflètent l’intégration de certains produits montagnards dans des circuits commerciaux dépassant le cadre régional53.

  • 54 Nous ne parlerons pas des concours de populations que le théâtre et surtout l’amphithéâtre de Sain (...)
  • 55 G. Fabre et J.-L. Paillet, « The macellum », J. Guyon (dir.), From Lugdunum to Conuenae : recent w (...)
  • 56 Les représentations d’outils liés au bois et les invocations à des divinités protectrices des bûch (...)

16Il faudrait, par ailleurs, pouvoir mesurer l’impact de la mise en place des structures urbaines54, dès l’époque augustéenne, dans des régions où elles faisaient défaut. On pense à la portée qu’a pu revêtir l’édification, à Lugdunum Conuenarum, d’un monument imposant comme le macellum, érigé dans la première moitié du ier siècle au cœur même de la nouvelle ville, et lié, au moins pour un temps, à une sorte de forum boarium55 ; au-delà des échanges portant notamment sur les produits de boucherie (et de tabletterie), les voies étaient ouvertes à l’intégration d’individus issus des communautés pastorales ou valléennes dans des formes de rapports sociaux et culturels marqués par l’urbanité. Le développement, dans cette même ville, de thermes publics, implantés dès le règne d’Auguste, et d’installations privées a dû déterminer une assez forte demande en bois qui n’a pu être satisfaite que dans le cadre d’une organisation régulière de l’approvisionnement qui devait reposer sur le travail d’une main-d’œuvre locale56 encadrée par des entrepreneurs dont nous ne connaissons ni le statut, ni l’origine.

  • 57 Le point est fait par F. Réchin, « Établissements pastoraux du piémont occidental des Pyrénées », (...)

17Par ailleurs, il convient de rappeler qu’une partie de l’élevage impliquant les populations pyrénéennes ne concernait pas seulement les zones de montagne ; si un certain nombre d’animaux transhumants devaient, à leur descente des estives, être nourris et consommés sur place, une partie importante des troupeaux étaient dirigés vers des sites de piémont, tels ceux dont les vestiges ont été découverts dans les Landes ou dans la zone béarnaise57. Il s’agit de restes de campements hivernaux installés en pleine nature ou aux abords mêmes d’une agglomération secondaire comme Beneharnum (Lescar) où plusieurs de ces installations traduisent des modes de consommations (amphores vinaires, monnaies) qui ne sont pas marginaux et cohabitent avec un site de villa. Une fois encore, au-delà des échanges économiques, la fixation saisonnière, autour d’une petite ville, de groupes d’éleveurs liés à la montagne, si elle pouvait générer des conflits d’intérêt avec les populations locales, était de nature à les intégrer dans un système de solidarités nouvelles avec ces dernières.

  • 58 CIL II, 4215.
  • 59 Auxquels les femmes devaient prendre une part non négligeable, puisqu’elles représentaient l’éléme (...)
  • 60 G. Fabre, « La dimension sociale du contrôle de l’espace », art. cit., passim.
  • 61 G. Fabre, « Les Valerii dans l’Aquitaine méridionale à l’époque romaine », Mélanges C.Desplat, II, (...)

18Un autre point à considérer est que l’économie de la montagne pyrénéenne n’appartenait pas, à l’époque romaine, aux seules populations traditionnelles. L’exemple des pagani Lauarenses58 localisés immédiatement au sud de la cité des Convènes et qui, en 193, sont condamnés par une sentence du légat de Tarraconaise à restituer à une propriétaire privée des terres qu’ils avaient indûment mises en culture, montre la vitalité de l’organisation collective traditionnelle, le rôle des activités proprement agricoles59 et pas uniquement sylvo-pastorales des populations montagnardes ainsi que les rivalités opposant ces dernières à de (grands) propriétaires privés. Sans vouloir reprendre l’ensemble d’un dossier que nous avons plusieurs fois abordé60, nous rappellerons que l’archéologie a révélé la présence de résidences, têtes de propriétés privées dans plusieurs vallées, à Bielle (vallée d’Ossau), à Pouzac (vallée de l’Adour), à Izaux (vallée de la Neste). Surtout nous avons pu remarquer l’intervention de quelques grandes familles dans l’économie du piémont mais aussi dans celle de la montagne. C’est le cas, d’Antonius Vindemialis déjà cité ; mais c’est surtout celui des L. Pompei Pauliniani dont la présence est attestée dans la cité des Convènes, par divers autels votifs inscrits (carte n° 2), dont certains ont été gravés en leur nom par un personnel servile constituant une familia hiérarchisée et représentant leurs intérêts. La famille est implantée à Ardiège et à Saint-Pé d’Ardet où devait se trouver le centre de ses intérêts, mais fréquente aussi le Val d’Aran, à Gessa (en direction du saltus), et, plus remarquablement, le Cortal de Tous, en bordure d’une piste de transhumance menant de la Neste à la Pique et à la Garonne (carte n° 3) : ici, l’invocation des Dii Montes associés à Silvain et à Diane laisse bien supposer qu’il s’agissait d’attirer la protection de ces divinités sur des activités liées à l’élevage saisonnier et/ou à l’exploitation forestière. La présence d’une telle famille dans des lieux aussi dispersés, les liens étroits entretenus par elle avec des divinités locales, Arard(us), Idiatte, Artahe, etc., le fait qu’au Cortal de Tous les tria nomina soient simplement indiqués par leur lettre initiale reflètent une certaine mainmise sur une partie de l’espace montagnard. Le cas des Valerii, qui ont fourni, au début du iiie siècle, le seul sénateur connu originaire de l’Aquitaine méridionale et qui sont présents sur la hauteur de La Madeleine, à Tadets, dans le Pays Basque actuel, renforce cette opinion61. Au-delà d’une présence symbolique, ces familles ont sans doute interféré dans l’organisation traditionnelle des activités montagnardes à travers l’intrusion d’esclaves qui ont pu concurrencer mais aussi encadrer une main-d’œuvre de bergers, de forestiers ou de manœuvres agricoles recrutés sur place.

Carte n°2. Sites de villae et inscriptions concernant certains notables entre Garonne et Neste

Carte n°3. La piste du Cortal de Tous, entre Neste et Pique/Garonne

  • 62 Autres exemples : CIL XIII, 37, 144, 310. On doit aussi noter la présence de dépendants de l’impor (...)

19L’imbrication entre des intérêts privés incarnés par des citoyens et leur domesticité, esclaves ou affranchis62, et les intérêts ancestraux des populations locales a sans doute eu des répercussions sur l’organisation de ces dernières en créant des rapports de dépendance permis par la mainmise de Rome sur ces régions. Un certain nombre de pérégrins, plus ou moins directement issus de ces communautés ont dû tomber sous l’autorité de fait d’un certain nombre de familles dominantes et échapper pour une part aux cadres traditionnels dans lesquels ils étaient nés. Qu’il s’agisse de notables venus de l’extérieur ou de notables issus du milieu local, tels ceux que nous avons aperçus à Hasparren ou à Saint-Lizier, ils ont, à leur manière, imposé des types d’encadrement social qui ont concurrencé, sans les faire disparaître, les vieilles formes de regroupement des populations qui avaient jusque-là prévalu dans l’espace pyrénéen.

Notes

1 Il est à peine besoin de rappeler que la fréquentation du saltus et les activités qui s’y pratiquent excluent les femmes.

2 Pline, N.H., IV, 108-109, dans la liste qu’il donne de la trentaine de peuples aquitains distingue bien ceux qui sont installés directement au contact de la haute chaîne (« saltus Pyrenaeus, infra quem… ») ; voir à ce sujet l’étude classique de P.-M. Duval, « Les peuples de l’Aquitaine d’après la liste de Pline », RPh, III, 29, 1955 (81), p. 213-227.

3 Il est célébré tantôt comme « auctor bonarum tempestatium » (CIL XIII, 6, Lescure), tantôt comme « d(eus) f(ulgurator) » (AE 1984, 61, Angoustrine) ou simplement « fulgur(ator) » (à Pouzac).

4 CIL XIII, 60 (Saint-Béat).

5 CIL XIII, 38 (Marignac) ; ILTG, 21-23 (Saint-Béat).

6 CIL XIII, 382 = ILTG, 123 (Ferrère) ; ILTG, 130.

7 Dont le nom est peut-être à mettre en rapport avec le nom gaulois de l’ours, « artus / artos » (X. Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Paris, 2001 p. 48-49) et celui de la déesse Artio (voir P.-M. Duval, Les Dieux de la Gaule, Paris, 19932, p. 51-52).

8 Espérandieu, II, 837 (Galié).

9 Ainsi, par exemple, à Arties, dans le Val d’Aran : L. Diez Coronell, « El arte romano rústico del Valle de Aran y sus pervivencias médiévales », Ilerda, 37, 1976, p. 171-174.

10 G. Fabre, Les Pyrénées-Atlantiques, Carte archéologique de la Gaule, 64, Paris, p. 149, n°337, et A. Lussault, Les Hautes-Pyrénées, Carte archéologique, 65, 1997, p. 108, n° 60.

11 CIL XIII, 172 (Sepx), 261 (Valcabrère), cf. 85 (Gourdan).

12 CIL XIII, 259 = Saint-Bertrand-de-Comminges, Guides Archéologiques de France, 33, Paris, 1996, p. 72.

13 César, B.G., III, 27 ; Florus, I, 45 (III, 10), 6 : Aquitani, callidum genus, in speluncas se recipiebant.

14 Strabon, IV, 2, 1.

15 Alors que César et Strabon sont sensibles, l’un aux solidarités armées, l’autre aux parentés culturelles, Pline, plus attentif aux réalités administratives mises en place par Auguste, insiste sur l’importance de la frontière.

16 Jérôme, Ad Vigilantium, 4.

17 B.C., III, 19, 2 : liceretne ciuibus ad ciues de pace duos legatos mittere quod etiam fugitiuis ab saltu Pyrenaeo praedonibusque licuisset.

18 Le conservatisme de ces populations se remarque aussi dans le domaine funéraire, puisque, dans la partie occidentale de la chaîne, des tombes à cromlech ont été (ré)utilisées jusqu’au Moyen Âge.

19 CIL XIII, 49, 60.

20 CIL XIII, 224.

21 CIL XIII, 85.

22 CIL XIII, 349, 382, 383.

23 CIL XIII, 226-230 et les remarques de R. Sablayrolles et J.-L. Schenck, Les Autels votifs, Collections du Musée Archéologique départemental de Saint-Bertrand-de-Comminges 1, Saint-Bertrand-de-Comminges, 1987, p. 36, n° 24.

24 Ports de la Bonaigua (2072 m) et de Vielha (2424 m).

25 CIL XIII, 255.

26 Dès 111 av. J.-C.

27 D. Schaad et G. Soukiassian, « Encraoustos : un camp militaire romain à Lugdunum civitas Convenarum (Saint-Bertrand-de-Comminges) », Aquitania, 8, 1990, p. 99-120 ; SaintBertrand-de-Comminges, op. cit. n. 12, p. 57-59.

28 C’est l’hypothèse avancée par M. Reddé, « Le camp romain de Saint-Bertrand-de-Comminges », dans M. Reddé (dir.), L’Armée romaine en Gaule, Paris, 1996, p. 209-210.

29 Du ier siècle (CIL XIII, 5, Saint-Lizier) à la fin du iiie (CIL XIII, 412, Hasparren).

30 R. Sablayrolles, « Le pagus dans le cadre pyrénéen », dans G. Fabre (dir.), Organisation des espaces antiques. Entre nature et histoire. Actes de la table ronde, Pau, 21 au 22 mars1997, Pau, 2000, p.109-132. D’utiles comparaisons peuvent être établies avec d’autres régions, notamment les Alpes, grâce à M. Tarpin, Vici et pagi dans l’Occident romain, CÉFR 299, Paris, 2002.

31 CIL XIII, 384 ; voir G. Fabre, « À l’ombre d’Ag(h)eio : quelques réflexions à propos d’une divinité secondaire des Pyrénées centrales », dans J.-M. Pailler et P. Moret (dir.), Mélanges C. Domergue, II, Pallas, 50, 1999, p. 153-160.

32 G. Fabre, « Un nouveau pagus pyrénéen, d’après l’inscription votive de Vignec (Hautes-Pyrénées) », Mélanges Monique Lévêque, 3, 2004, p. 181-192.

33 R. Sablayrolles, « Le pagus », art. cit. n. 30.

34 CIL XIII, 389.

35 R. Sablayrolles, « Le pagus », art. cit. n. 30.

36 Dans ce sens, voir W. van Andringa, La Religion en Gaule romaine, Paris, 2000, p. 258-264 ; mais nous nous séparons de la formulation trop brutale selon laquelle (p. 261) « il est le dieu des citoyens et représente plus particulièrement les intérêts de l’élite romanisée des Convènes » : l’inscription de Saint-Paul-d’Oueil, rédigée collectivement par les pagani, va à l’encontre de cette affirmation.

37 Voir J.-M. Fabre, R. Sablayrolles, F. Tollon, « L’exploitation antique du fer dans la haut bassin de l’Arros (Hautes-Pyrénées). Données techniques », dans R. Sablayrolles (dir.), Les Ressources naturelles des Pyrénées. Leur exploitation durant l’Antiquité. Actes de la table ronde, Toulouse, octobre 1999, Entretiens d’archéologie et d’histoire 6, Saint-Bertrand-de-Comminges, Musée archéol. départ., 2001, p. 119-139 ; A. Beyrie, J.-M. Fabre, R. Sablayrolles, « Les hommes de fer du dieu Ageio », Mines et métallurgies en Gaule, Gallia, 57, 2000, p. 37-52.

38 Il en a été sans doute ainsi dans les mines de fer des vallées de la Nive et des Aldudes, dans les Pyrénées-Occidentales : voir à ce sujet le travail d’A. Beyrie, Mines et métallurgies antiques au Pays Basque. Un vecteur de romanisation ?, thèse soutenue le 7 octobre 2003 à l’université de Toulouse-Le-Mirail (R. Sablayrolles dir.).

39 CIL XIII, 388 ; cf. G. Fabre, « À l’ombre d’Ag(h)eio », art. cit., n. 31.

40 CIL XIII, 180, découvert il est vrai, à Montégut, un peu en marge du domaine de ce dieu, à savoir le secteur compris entre la basse Neste et le haut Adour (CIL XIII, 221, 383-386) ; des découvertes archéologiques récentes ont permis de découvrir les restes d’un sanctuaire et d’une douzaine d’autels (dont un est inscrit) consacrés à ce dieu, sur la crête du Sarramer, au nord du Bassia (voir J.-L. Schenck, « Esparros (Hautes-Pyrénées), la coume des Arès », Bilan scientifique SRA Midi Pyrénées 1996-1997, Toulouse, 1997, p. 146.

41 J.-M. Fabre, R. Sablayrolles, « Le dieu Erriape et les isotopes stables : les carrières antiques des Pyrénées, entre terrain et laboratoire », dans J. Cabanot, R. Sablayrolles, J.-L. Schenck (dir.), Les Marbres blancs des Pyrénées. Approches scientifiques et historiques. Actes du colloque, SaintBertrand-de-Comminges, 14 au 16 octobre 1993, Entretiens d’archéologie et d’histoire 2, Saint-Bertrand-de-Comminges, Musée archéol. départ., 1995, p. 131-168.

42 ILTG, 2.

43 Dans ce sens, Wuilleumier, ILTG, ainsi que Sablayrolles et Schenck, Les Autels votifs, op. cit. n. 23, p. 54, n° 45.

44 ILTG, 3 : marmo(rarii) omnes ; ILTG, 23 mentionne le vœu accompli par trois of(f)icinator(es) com suis collegis.

45 D. Nony, « Le dieu Eriapus dévoilé », ZPE, 43, 1981, p. 243-248.

46 Aux personnages que nous indiquons ci-dessous, on pourrait ajouter le marmorarius Vennon[i]us Rufus, mentionné sur une inscription d’Ardiège (CIL XIII, 122) et le Q. Vedius Silvanus signalé à Siradan (G. Fabre, « Lectures nouvelles et inscriptions inédites des Pyrénées centrales », Revue de Comminges, Pyrénées centrales, 94, 1981, p. 382-388, et 95, 1982, p. 469, 475-478, 481).

47 ILTG, 14, inscription relue par R. Sablayrolles et J.-L. Schenck, Les Autels votifs, op. cit., p. 57, n° 48.

48 ILTG, 13.

49 Et Q. Iul(ius) Iulianus, qui primi hinc columnas uicenarias celauerunt et exportauerunt : l’inscription reflète bien les innovations techniques que de tels individus ont pu apporter (CIL XIII, 38).

50 ILTG, 10.

51 Alors même que leur attachement à Erriape et à Silvain, protecteurs de leurs activités professionnelles, est avéré : ILTG, 4-24.

52 Sur les gisements de Salies, voir P. Gardes et M. Saule, « Aux origines de l’exploitation du sel dans les Pyrénées. Les sites de production protohistorique de Salies », Les Ressources naturelles des Pyrénées, op. cit. n. 37, p. 21-46 ; voir Les Pyrénées-Atlantiques, op. cit. n. 10, p. 187-189.

53 Strabon, III, 4, 11 ; Sulpice Sévère, Dialogues, II, 1, 8.

54 Nous ne parlerons pas des concours de populations que le théâtre et surtout l’amphithéâtre de Saint-Bertrand-de-Comminges ont pu susciter : pourrait-on penser que les habitants des pagi pyrénéens de la cité n’auraient pas été concernés ?

55 G. Fabre et J.-L. Paillet, « The macellum », J. Guyon (dir.), From Lugdunum to Conuenae : recent work in Saint-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne), JRA, 4, 1991, p. 102-108.

56 Les représentations d’outils liés au bois et les invocations à des divinités protectrices des bûcherons et des scieurs sont analysées par R. Sablayrolles, « Les dieux des bûcherons dans les Pyrénées à l’époque de la domination romaine », J.-P. Métailié (dir.), Protoindustries et histoire des forêts. Actes du colloque, Loubières, Maison de la forêt, 10 au 13 octobre 1990, Toulouse, 1992, p. 15-26.

57 Le point est fait par F. Réchin, « Établissements pastoraux du piémont occidental des Pyrénées », Organisation des espaces antiques, op. cit. n. 30, p. 12-50.

58 CIL II, 4215.

59 Auxquels les femmes devaient prendre une part non négligeable, puisqu’elles représentaient l’élément stable de la population dans les vallées ; leur place importante dans le culte du dieu Mars (près d’un quart des hommages) pourrait traduire ce rôle.

60 G. Fabre, « La dimension sociale du contrôle de l’espace », art. cit., passim.

61 G. Fabre, « Les Valerii dans l’Aquitaine méridionale à l’époque romaine », Mélanges C.Desplat, II, Pau, 2004, p. 481-488.

62 Autres exemples : CIL XIII, 37, 144, 310. On doit aussi noter la présence de dépendants de l’importante famille des Antistii (CIL XIII, 73, 174), qui tenait le haut du pavé dans la cité d’Auch et qui a laissé des traces dans la toponymie bigourdane (Antist, Hautes-Pyrénées).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Auge cinéraire d’Arties (Val d’Aran)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20350/img-1.png
Fichier image/png, 557k
Légende Carte n°1. Témoignages épigraphiques concernant des pagi dans la cité des Convènes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20350/img-2.png
Fichier image/png, 150k
Légende Carte n°2. Sites de villae et inscriptions concernant certains notables entre Garonne et Neste
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20350/img-3.png
Fichier image/png, 105k
Légende Carte n°3. La piste du Cortal de Tous, entre Neste et Pique/Garonne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20350/img-4.png
Fichier image/png, 77k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search