Version classiqueVersion mobile

Les régulations sociales dans l'Antiquité

 | 
Michel Molin

Troisième partie. Associations et solidarités

Les équipes d’ouvriers royaux en Égypte au Moyen Empire

Pierre Tallet

Texte intégral

  • 1 A. H. Gardiner, « The Tomb of a Much-Travelled Theban Official », JEA, 4, 1917, p. 28-38.

1Des expéditions ont été lancées dans le désert à la recherche de matières premières dès le début de la civilisation pharaonique : déjà, sous les premières dynasties, les équipes royales parcouraient toutes les marges de la vallée du Nil pour rapporter des matériaux de construction, des métaux et des pierres précieuses. De cette exploitation des ressources naturelles, le Moyen Empire (2000-1700 av. J.-C.) est un témoin privilégié : à la suite d’une période de dissolution du pouvoir central, les souverains de la fin de la XIIe dynastie et de la XIIe dynastie — éprouvant de nouveaux besoins pour la réalisation de leurs programmes royaux — ont été particulièrement soucieux de rouvrir les sites de carrières et d’exploitation minière. La présence des équipes qu’ils y ont envoyées y est évoquée par de très nombreux documents inscrits, stèles ou inscriptions rupestres, qui jalonnent les sites les plus importants. Ceux-ci conservent la mémoire des individus qui étaient impliqués dans les expéditions, et donnent parfois des indications sur l’encadrement et le déroulement de celles-ci. Ce type de documentation est particulièrement abondant au ouadi el-Houdi (au sud du pays) où se trouvaient des mines d’améthystes, au ouadi Hammamat (désert oriental) où l’on extrayait une pierre de couleur verte essentiellement destinée à la confection de statues, et enfin dans la péninsule du Sinaï, très tôt exploitée pour ses ressources en cuivre et en turquoises. Les inscriptions ainsi retrouvées insistent sur la présence, sur les lieux de l’exploitation, de véritables corporations de spécialistes (carriers, tailleurs de pierres, sculpteurs, mais aussi géologues, et prospecteurs chargés de repérer les filons). Les responsables encadrant ces équipes semblent de la même façon avoir été régulièrement engagés dans ce type d’opération : la biographie d’un dénommé Khéty (fin XIe-début XIIe dynastie), découverte dans sa tombe de la région thébaine, montre ainsi que ce personnage avait travaillé sur la quasi-totalité des mines et des carrières connues à son époque1. Dans ce contexte, l’éclosion d’une conscience identitaire des participants aux expéditions est très vraisemblable: ces équipes tournantes, composées d’artisans spécialisés, exposées également à de nombreux dangers lors de leur participation à des expéditions lointaines, semblent très tôt avoir développé des structures corporatistes et associatives. La documentation est, cependant, souvent ambiguë sur ce point, et il est difficile de faire la part des choses entre les monuments à vocation purement individuelle, les monuments à caractère officiel — érigés sur ordre du roi — et ceux qui traduisent la conscience d’une identité collective des équipes d’ouvriers. Nous voudrions ici analyser successivement la documentation provenant de trois chantiers royaux situés au nord de l’Égypte: les mines de turquoise du Sinaï, le site des pyramides de Dahchour, et l’implantation d’Ayn Soukhna, sur la côte de la mer Rouge — trois sites qui entretiennent sans doute des relations étroites — à la recherche d’indices témoignant d’une organisation horizontale de ces groupes sociaux.

Les expéditions au Sinaï

  • 2 J. Cerny, T. E. Peet, A. H. Gardiner, The Inscriptions of Sinai, Oxford, 1952 (cité ensuite IS + n (...)

2La documentation provenant du Sinaï est sans doute l’une des plus abondantes2. La présence des équipes pharaoniques dans cette région remonte à l’Ancien Empire. Au ouadi Maghara, de nombreuses inscriptions sont associées à l’exploitation de mines de turquoises, ouvertes dès le règne de Djoser (IIIe dynastie). Au Moyen Empire, de nouveaux sites miniers sont exploités, notamment sur le plateau de Sérabit el-Khadim, où un temple dédié à la déesse Hathor, maîtresse de la turquoise, fut édifié sous la XIIe dynastie. L’espace sacré de cette implantation — qui se dresse encore aujourd’hui dans l’un des plus beaux sites naturels de l’Égypte — comporte en fait trois éléments distincts : le temple spéos de la déesse Hathor, creusé dans la montagne à l’extrémité orientale du sanctuaire, une «chapelle des rois», tout particulièrement aménagée pour la célébration du principe monarchique, et un ensemble de stèles votives qui jalonnent les différents axes de culte. Ces derniers monuments sont sans doute, pour l’étude des équipes d’ouvriers, les plus intéressants: ils étaient laissés sur le site par le responsable de l’expédition — un fonctionnaire du Trésor portant le plus souvent le titre de « chancelier du Dieu » (khetemou netjer) — qui semble avoir eu pour consigne d’en élever un, et un seul, lors de son passage sur le site. Il s’agit donc, à proprement parler, de monuments officiels, qui donnent la date de l’expédition et évoquent le souverain qui en est le commanditaire. Cependant, la fonction de ce type de stèle reste ambiguë: il s’agit également d’un monument à la gloire du responsable des opérations, qui détaille son rôle, et livre parfois une narration du déroulement de sa mission, pour mettre en valeur l’excellence de son commandement. Ainsi, une stèle érigée par un dénommé Horourrê en l’an VI du roi Amenemhat III (IS 90), montre comment le personnage, parti dans le désert à la mauvaise saison, a rapporté (selon ses dires) plus de turquoises que quiconque avant lui — tout en ramenant, détail important, toute son équipe à bon port. C’est en cela que ce type d’inscription échappe, au moins en partie, à son caractère officiel: si la stèle est effectivement érigée par un fonctionnaire accomplissant la volonté du roi, elle l’est aussi dans l’intérêt des membres de l’expédition. Le monument, dressé dans l’enceinte du temple d’Hathor, a pour fonction de placer sous la protection de la déesse l’ensemble de l’équipe — dont le chef d’expédition est le garant — jusqu’à son retour dans la vallée du Nil. Cet heureux événement est d’ailleurs anticipé par le responsable de la mission qui insiste bien, avant même son retour, sur l’absence de pertes humaines. De nombreuses stèles sont encore plus précises, en conservant la mémoire de la quasi-totalité des membres de l’équipe, tous nommés par l’inscription. C’est le cas, par exemple, d’une stèle datant de l’an IV du règne d’Amenemhat III (IS 85), qui fait apparaître l’organisation interne de l’équipe. Elle nomme ainsi un chef de troupe (imy-ro mesha) commandant 10 directeurs d’équipes (imyroa), eux-mêmes responsables d’unités de 10 hommes, tous nommés. Figurent également sur le document les noms de fonctionnaires du Trésor, d’auxiliaires, de maîtres sculpteurs, de tailleurs de pierres, médecins, prêtres, jardiniers, convoyeurs, domestiques.

3La stèle n’est donc pas l’expression directe des équipes envoyées au Sinaï. Cependant, si elle demeure un monument officiel, érigé au nom du roi, elle conserve néanmoins la mémoire de l’ensemble des ouvriers, carriers et mineurs qui y sont soit cités comme entité collective, soit mentionnés de façon individuelle, et sont, au même titre que le responsable de l’expédition, les bénéficiaires de l’érection du monument.

4Un dernier élément remarquable, sur le site de Sérabit el-Khadim, est le culte d’un roi divinisé de l’Ancien Empire — Snéfrou, le fondateur de la IVe dynastie (c. 2600 av. J.-C.). On a longtemps pensé que, si ce roi était tout particulièrement vénéré sur le site de Sérabit el-Khadim, c’était parce que l’on avait plus de six siècles après son règne le souvenir du rôle qu’il avait pu jouer dans la mise en valeur du Sinaï. En réalité, rien dans les sources disponibles ne permet de confirmer cette hypothèse : si l’on a retrouvé, sur les premiers sites d’extraction de la turquoise, des traces du passage d’équipes de Snéfrou, celles-ci ne sont pas plus massives, ni plus déterminantes, que celles qui ont été laissées par des expéditions antérieures et postérieures à son règne. Par ailleurs, on est maintenant certain que le site de Sérabit el-Khadim lui-même n’a probablement pas été exploité avant le début de la XIIe dynastie (c. 2000 av.-J.-C.). Toutes les mentions de Snéfrou que l’on y trouve sont donc bien contemporaines de la fréquentation du site au Moyen Empire. Son rôle est cependant très important: ce souverain est représenté dans la chapelle des Rois édifiée sur le site, comme le modèle même du roi égyptien. Il est sans cesse évoqué par les stèles, qui prennent ce règne comme référence universelle, en indiquant régulièrement que ce qui a été fait à leur époque « n’a jamais été accompli depuis le temps du roi de Haute et Basse Égypte Snéfrou » (IS 139). Le chef de l’expédition lui-même met en valeur son rôle en spécifiant que « de ces très nombreux commandants qui sont venus après Snéfrou, aucun n’a fait ce qu’ [il] a fait ». Enfin, le roi Snéfrou est évoqué par des inscriptions privées, laissées par des membres de l’expédition qui se placent sous sa protection: ainsi un petit texte gravé, proche de l’accès au plateau, se lit ainsi (IS 510):

Celui qui désire que Snéfrou, l’Horus Nebmaât, le protège est celui qui rentrera chez lui en paix et dira: « une libation, un holocauste et de l’en cens pour l’auxiliaire Senouseret, vénéré, né de Satrê, vénérée. »

5Comme on peut le voir, le culte de ce roi est étroitement lié aux membres des équipes en mission, qu’il protège, et pour lesquelles il constitue une référence obligatoire. On peut d’ailleurs noter que, de façon plus générale, toute une historiographie présentant le roi Snéfrou sous les traits d’un souverain débonnaire se développe à cette époque. Peut-être est-ce toujours auprès des équipes d’ouvriers spécialisés employés par le pharaon, mais cette fois-ci dans la vallée du Nil, qu’il faut en chercher la raison.

Dahchour : la construction des pyramides royales

6Le site de Dahchour se trouve sur la rive ouest de la vallée du Nil, à quelques kilomètres au sud de l’ancienne capitale de Memphis. Cet endroit fut pour la première fois sélectionné au début de la IVe dynastie par le roi Snéfrou pour y établir son complexe funéraire. Deux pyramides y furent successivement érigées sous ce règne. La première, dite Pyramide rhomboïdale se caractérise par un changement d’angle important en cours de construction; la seconde dite Pyramide rouge — première pyramide géométrique à avoir été édifiée en Égypte — a certainement servi de sépulture à ce pharaon. Chacun de ces édifices est accompagné de structures plus modestes permettant de rendre un culte au roi défunt. Six à sept siècles plus tard, certains rois de la XIIe dynastie, dans le cadre d’un intérêt plus général pour les réalisations de leurs devanciers de l’Ancien Empire, ont réinvesti le site. Dès le milieu de la XIIe dynastie, AmenemhatII y a fait construire sa pyramide, suivi en cela par deux de ses successeurs, Sésostris III et Amenemhat III, dont les règnes cumulés couvrent une période de près de 63 ans. Autour des monuments royaux s’établissent les tombes et les mastabas de membres de la famille royale et de nombreux hauts personnages ayant travaillé sous le règne de ces souverains. Dahchour prend donc, à cette époque, les allures d’un chantier de construction permanent.

  • 3 A. Fakhry, The Monuments of Sneferu at Dahshur II. The Valley Temple, 2: The Finds, Le Caire, 1961

7En 1951-1952, lors de l’exploration du temple associé à la Pyramide rhomboïdale de Snéfrou, l’archéologue égyptien Ahmed Fakhry découvrit — outre les vestiges du culte royal remontant à l’Ancien Empire — un abondant matériel du Moyen Empire3. Toute une série de statues, de stèles, d’autels et de tables d’offrandes montraient que le culte de ce roi, présenté comme une divinité, avait connu un regain d’intérêt à cette époque. L’ensemble des monuments votifs retrouvés témoigne de la présence sur le site d’une communauté sans doute très largement endogène : les inscriptions, qui mentionnent régulièrement la généalogie des dédicants, font apparaître les relations familiales de plusieurs personnages entre eux. On note également la récurrence de noms (Meket, Kerehi) qui semblent par ailleurs rares dans les sources : signe sans doute, de l’usage de ces anthroponymes comme patrimoine familial. Un grand nombre de ces noms sont des basilophores intégrant le nom de Snéfrou (Snéfrou-menou, Snéfrou-hotep, Snéfrou-nakht, Ameny-Snéfrou, Snéfrou-ankh, Snéfrou her-khentet, voire simplement Snéfrou…) qui témoignent de l’enraci nement de cette communauté sur le site. Les titres portés par les personnages les situent essentiellement dans la sphère cultuelle : la plupart d’entre eux se présentent comme des prêtres-ouab, ou des prêtres-lecteurs chargés du culte de Snéfrou. Cependant, de nombreux titres administra tifs et civils apparaissent également, qui permettent de mieux cerner la nature profonde de cette communauté: on relève en particulier la présence de sculpteurs (genoutiou) et de décorateurs (sesh kedou), ainsi que des mêmes catégories de personnel d’encadrement que l’on trouve sur les sites d’exploitation du désert (chef d’équipe [imy-ro sa], chef des recrues, etc.). Il est vraisemblable que tous ces éléments dénotent la présence à Dahchour d’une véritable communauté d’artisans spécialisés (carriers, maçons, sculpteurs, décorateurs) qui préfigure ce que l’on observe, au Nouvel Empire, sur le site mieux connu de Deîr el-Médînéh.

8Un document mérite, dans ce contexte, une attention particulière : il s’agit d’un autel de torche dédié par le chef des sculpteurs Séshenou, né de Kerehi. Cet objet n’est pas, à proprement parler, un monument privé puisqu’il s’agit d’une pièce de mobilier jouant un rôle direct dans le culte de Snéfrou. Cependant, sa décoration en fait un objet particulièrement ambigu. La partie supérieure du monument est — de façon logique — gravée d’un texte religieux évoquant la torche qui s’adaptait à l’autel (fig. 1a). En revanche, sa façade mentionne à la fois le roi Snéfrou divinisé et le dédicant du monument (fig. 1b). Cette « privatisation » de l’objet est encore plus évidente sur les deux parois latérales de l’autel, qui font apparaître à gauche Séshenou devant des offrandes (fig. 1c) et à droite Séshenou recevant l’offrande funéraire des mains de son fils (fig. 1d). Mais le plus intéressant est sans doute la décoration qui figure à l’arrière du monument : on y trouve en effet une série de cases, comportant chacune la représentation d’un personnage accompagné d’une colonne de texte précisant son nom, son titre, et son ascendance (fig. 2). Il est certain que l’apparition de ces personnages n’obéit pas à une raison familiale : seuls des hommes ont été représentés, et, selon les mentions de l’ascendance, tous sont d’une mère différente. Leurs titres sont plus éloquents: les dix premiers sont prêtres ouab, le onzième prêtre-lecteur et décorateur, le douzième sculpteur. Tous ces personnages sont probablement impliqués dans le culte de Snéfrou divinisé, et il est vraisemblable que tous ont un lien avec la communauté des artisans et décorateurs engagés dans la construction du monument royal, bien que le titre de «prêtre» masque, la plupart du temps, leurs fonctions civiles. Le principal bénéficiaire de l’objet, le dénommé Séshenou, combine quant à lui le titre de chef des sculpteurs et celui de «supérieur du temple» (imy-rohout-netjer). Il joue donc simultanément le rôle de chef d’équipe, et celui de principal responsable d’un édifice religieux. Il est très possible que nous ayons là l’une des premières traces d’association religieuse, en relation avec une divinité bien spécifique pour ses talents d’intercesseur, et dans le cadre étroit d’une corporation d’artisans spécialisés. On peut penser soit que le monument a été érigé par une communauté en l’honneur de son chef, soit — plus probablement — qu’il l’a été par le chef de cette communauté au nom de tous ses membres qui se voient, par leur signature, associés au culte divin. Dans ce dernier cas, l’autel de torche de Seshenou jouerait le même rôle que les stèles érigées en l’honneur d’Hathor sur les sites du Sinaï — mais dans un cadre bien plus restreint, témoignant de l’existence de véritables solidarités horizontales dans l’Égypte du Moyen Empire.

Ayn Soukhna, sur la côte du golfe de Suez

  • 4 M. Abd El-Raziq,G.Castel, P. Tallet, V. Ghica, Les Inscriptions d’Ayn Soukhna, MIFAO 122, Le Caire (...)
  • 5 P. Tallet, « Notes sur le ouadi Maghara et sa région au Moyen Empire », BIFAO, 102, 2002, p. 371-3 (...)

9Le site de Ayn Soukhna a été découvert récemment sur la côte du golfe de Suez, au débouché d’une piste qui mène, en droite ligne, de l’ancienne capitale de Memphis à la mer Rouge. Il s’agit d’un point remarquable de la côte, qui offre d’abondantes ressources en eau douce. Le rivage lui-même, constitué de rades sableuses, a pu jouer le rôle de point d’embarquement pour des expéditions traversant le bras de mer en direction du Sinaï. De nombreuses inscriptions hiéroglyphiques — qui remontent essentiellement au Moyen Empire — ont été découvertes sur les rochers du site : elles évoquent des expéditions volumineuses de 3 000 à 4 000 hommes, et dont l’objectif semble avoir été de rapporter du cuivre et de la turquoise4. À côté des inscriptions officielles, qui font apparaître des représentations de rois, de nombreux fonctionnaires ont laissé une marque de leur passage sur le site, comme — entre autres — un supérieur des sculpteurs du nom d’Ameny. La fouille du site, en cours, a montré l’existence sur place de mines de cuivre, mais aussi d’entrepôts importants qui ont sans doute servi de base arrière à des expéditions plus lointaines. Certains per sonnages attestés à Ayn Soukhna sont d’ailleurs présents dans les sources du Sinaï, ce qui confirme que le site était un lieu de transit vers cette dernière destination5.

Fig. 1: Autel de Séshenou

Fig. 2: Décoration de la partie arrière de l’autel de Séshenou

  • 6 J. Cerny, A Community of Workmen at Thebes in the Ramesside Period, Bibliothèque d’Étude 60, Le Ca (...)
  • 7 R. Ventura, « Snefru in Sinai and Amenophis I at Deir el-Medina », dans S. Israelit-Groll (ed.), P (...)
  • 8 D. Valbelle, Ch. Bonnet, op. cit. n. 2, p. 121, fig. 143.

10C’est peut-être ce dernier élément qui permet d’effectuer le lien entre les chantiers royaux de Dahchour et du Sinaï: il apporte concrètement la preuve que les équipes envoyées dans cette zone étaient régulièrement issues de la région de Memphis, dont Dahchour fait partie, et transitaient par ce point de la côte avant d’atteindre leur objectif final. On pourrait alors penser que les ouvriers travaillant sur le site de la pyramide royale pouvaient être régulièrement mobilisés pour aller extraire de la turquoise dans la péninsule: cette polyvalence des équipes est en tout cas bien connue à une époque postérieure pour la communauté des artisans de Deîr el-Médînéh, que l’on peut par exemple envoyer extraire des pierres dans les carrières de grès du Gebel Silsileh, à plus de 100 km au sud de leur lieu de résidence6. Cet élément pourrait, en soi, donner l’une des clés de la diffusion du culte du «bon roi Snéfrou» au Sinaï: choisi (pour des raisons de proximité) comme patron des communautés d’artisans œuvrant à Dahchour, il aurait logiquement accompagné ces mêmes équipes lorsqu’elles étaient réquisitionnées pour aller chercher le cuivre et la turquoise dans le désert7. En tout cas, le rôle de Snéfrou comme «patron» des ouvriers semble être resté évident aux yeux des Égyptiens bien après le Moyen Empire. Un relief de Deîr el-Médînéh conservé au musée du Caire (JE 41469) met ainsi en scène un ouvrier présentant de l’encens devant quatre divinités: le cortège est ouvert par le roi Snéfrou, suivi par Amenhotep Ier et sa mère Ahmès Néfertari « patrons » officiels du village des ouvriers. La déesse Merseger, également réputée pour son rôle de médiatrice, ferme la marche8. Ce tableau est peut-être ainsi, indirectement, l’hommage présenté par la communauté thébaine des artisans royaux du Nouvel Empire à ses anciens homologues de la région de Memphis.

Notes

1 A. H. Gardiner, « The Tomb of a Much-Travelled Theban Official », JEA, 4, 1917, p. 28-38.

2 J. Cerny, T. E. Peet, A. H. Gardiner, The Inscriptions of Sinai, Oxford, 1952 (cité ensuite IS + n° de l’inscription évoquée) ; D. Valbelle, Ch. Bonnet, Le Sanctuaire d’Hathor maîtresse de la turquoise, Paris, 1996 ; K. J. Seyfried, Expeditionen des Mittleren Reiches, HÄB 15, Hildesheim, 1981.

3 A. Fakhry, The Monuments of Sneferu at Dahshur II. The Valley Temple, 2: The Finds, Le Caire, 1961.

4 M. Abd El-Raziq,G.Castel, P. Tallet, V. Ghica, Les Inscriptions d’Ayn Soukhna, MIFAO 122, Le Caire, 2002.

5 P. Tallet, « Notes sur le ouadi Maghara et sa région au Moyen Empire », BIFAO, 102, 2002, p. 371-387.

6 J. Cerny, A Community of Workmen at Thebes in the Ramesside Period, Bibliothèque d’Étude 60, Le Caire, 1973, p. 21.

7 R. Ventura, « Snefru in Sinai and Amenophis I at Deir el-Medina », dans S. Israelit-Groll (ed.), Pharaonic Egypt, Jérusalem, 1985, p. 278-281.

8 D. Valbelle, Ch. Bonnet, op. cit. n. 2, p. 121, fig. 143.

Table des illustrations

Légende Fig. 1: Autel de Séshenou
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20341/img-1.png
Fichier image/png, 879k
Légende Fig. 2: Décoration de la partie arrière de l’autel de Séshenou
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20341/img-2.png
Fichier image/png, 551k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search