Version classiqueVersion mobile

Les régulations sociales dans l'Antiquité

 | 
Michel Molin

Deuxième partie. Dérégulation ou régulation ?

Le phénomène d’autodéfense sous le Haut-Empire romain à travers deux inscriptions de Dacie

Catherine Wolff

Texte intégral

  • 1 Sur l’organisation de la police, voir J. Reynolds, « Cities », D. Braund (ed.), The Administration (...)
  • 2 P. Karanis 421 ; J.-J. Aubert, « Policing the countryside : Soldiers and civilians in Egyptian vil (...)
  • 3 P. Fay. 108 ; BGU I, 325 (= W. Chr., 472). W. Riess, Apuleius und die Räuber. Ein Beitrag zur hist (...)
  • 4 R. Taubenschlag, « Selfhelp in Greco-Roman Egypt », dans Opera Minora, Varsovie, 1959, p. 135 : «  (...)
  • 5 C’est la définition que donne le Grand Robert de l’autodéfense : « Défense par les moyens dont on (...)

1La police au sens moderne du terme n’existe pas dans l’Antiquité. Cela ne veut pas dire que l’ordre n’était pas assuré. Il l’était, ou devait l’être, par les cités, qui recouraient pour cela à des civils1. Mais manifestement, ces dernières n’étaient pas toujours à la hauteur de leur tâche. C’est ainsi que, quand la situation est particulièrement grave, le pouvoir central fait intervenir l’armée. On peut considérer cependant qu’il s’agit là d’une réaction normale : les cités n’ont pas les moyens de faire face à une révolte importante, ce n’est pas leur rôle. Mais au quotidien, les hommes chargés de la police ne semblent pas être toujours très efficaces : plaintes contre leur corruption2, constatations qu’ils ne font pas toujours bien leur travail3. Les habitants interviennent parfois eux-mêmes, à titre privé, que ce soit pour se faire justice4 ou pour prendre en main leur défense5. Nous sommes alors en présence du phénomène de l’autodéfense. C’est ce phénomène que je souhaite étudier, à travers l’étude de deux épitaphes trouvées en Dacie.

  • 6 CIL III, 1579 = IDR, III. 1, n° 71 (ad Mediam) : D(is) M(anibus) / L(ucio) Iul(io) L(ucii) fil(io) (...)
  • 7 CIL III, 1585 (= 8021) = IDR, II, n° 134 (Zagaia) :… interfecta a latron(ibus) / et uindicata / Ul (...)
  • 8 Il existe une troisième inscription, trouvée elle aussi sur le territoire de Drobeta, qui mentionn (...)
  • 9 C. Patsch, « Archäologisch-epigraphische Untersuchungen zur Geschichte der römischen Provinz Dalma (...)

2Ces deux inscriptions indiquent que la mort de la personne honorée a été vengée. La première est en l’honneur de L. Iulius Bassus, décurion de Drobeta, questeur, tué par des brigands à l’âge de 40 ans. Son frère, Iulius Valerianus, a vengé sa mort6. Le nom de la morte manque sur la seconde inscription. Elle aussi a été tuée par des brigands et sa mort a été vengée7. Les deux inscriptions proviennent du territoire de Drobeta8, la première ayant été trouvée non loin de Baile Herculane, une station thermale, sur la route Drobeta-Dierna-Tibiscum. Il est impossible de savoir si elles datent de la même époque. Tout ce que nous pouvons dire, c’est que la première, qui présente Drobeta comme un municipe, ne peut dater que du iie siècle, puisque Drobeta est devenue colonie pendant le règne de Septime Sévère9. Aucun élément ne nous permet de dater la seconde. On peut simplement remarquer que l’expression utilisée pour indiquer qu’il y a eu vengeance n’est pas la même : mortem eius exsecutus pour la première, uindicata pour la seconde. Dans le premier cas, c’est le frère qui s’est chargé de la vengeance, dans le second, on ne sait pas.

  • 10 I. Ilion, 102 (= IGRR IV, 219 = CIG 3612).
  • 11 SEG 29, 1514 (= CRAI, 1979, p. 235-237 ; Bull. ép., 1980, 188) ; SEG 31, 1390 (= Bull. ép., 1993, (...)
  • 12 F. Schindler, Die Inschriften von Bubon (Nordlykien), Sitzungberichte Akad. Wien philolog.-hist. K (...)

3Il s’agit là, à ma connaissance, des deux seules inscriptions mentionnant que la victime de brigands a été vengée, alors que d’autres inscriptions évoquent des personnages qui ont lutté contre des pirates ou des brigands. C’est le cas de T. Valerius Proculus, qui a lutté contre les pirates dans l’Hellespont au début du règne de Tibère10. À la fin du iiie siècle, à Termessos de Pisidie, M. Aurelius Hermaios et son fils M. Aurelius Kiliortès ont entrepris de lutter contre des brigands11. On peut rattacher à ces deux inscriptions celle de Bubon : l’empereur Commode félicite les habitants d’avoir lutté victorieusement contre les brigands en 19012. Certes il ne s’agit pas d’un individu particulier, mais de l’ensemble des habitants. La situation est cependant très semblable.

  • 13 Appien, B.C., IV, 4, 28.
  • 14 La situation est certes très particulière, puisque c’est une époque de proscriptions.
  • 15 Lucien, Demonax, 1. Le personnage n’est peut-être pas historique, mais son cas est comparable à ce (...)
  • 16 Pausanias, X, 34, 5 ; Aelius Aristide, Eleusinios, XII, 2, 11 K ; Souda, s.u. Lh/vstai ; IG II2, 3 (...)
  • 17 Dion Chrysostome, Eub., VII, 123.
  • 18 Il n’y a pas danger dans les cas ci-dessous. Mais il y a incontestablement violence.
  • 19 P. Oslo 21. Voir R. W. Davies, « The investigation of some crimes in Roman Egypt », AS, 4, 1973, p (...)
  • 20 SB 9203. Voir R. W. Davies, art. cit., p. 205.
  • 21 A. Lukaszewicz, « Petition concerning a theft. P. Berol. 7306 », JJP, 19, 1983, p. 107 sq. ; R. S. (...)
  • 22 Apulée, Métamorphoses (désormais abrégé M.), IV, 10.
  • 23 M., VII, 12.
  • 24 M., VII, 13.
  • 25 M., IX, 8.
  • 26 M., IV, 19.
  • 27 M., III, 3. Ce veilleur de nuit est peut-être à rapprocher des patrouilles évoquées par la Lex Irn (...)
  • 28 Pour d’autres exemples, voir F. Millar, « The World of the Golden Ass », JRS, 71, 1981, p. 71.
  • 29 Apulée, M., VIII, 17 : des paysans lâchent des chiens féroces contre des voyageurs et leur lancent (...)
  • 30 F. Millar, art. cit., p. 74.

4Les témoignages épigraphiques sont bien peu nombreux, et il serait difficile d’en tirer une conclusion, s’ils étaient les seuls à mentionner de telles pratiques. Mais d’autres sources signalent également des recours à l’autodéfense. À la suite de la proscription décrétée par les triumvirs, en 43 av. J.-C., Varus s’est échappé et est arrivé dans les environs proches de Minturnes. Les habitants, à la recherche de brigands, sont en train de nettoyer le marais ; l’agitation des roseaux dans lesquels Varus s’est caché le trahit et il est arrêté et condamné à mort en tant que brigand13. Certes, on peut se demander quelle est la signification exacte du mot « brigand », surtout dans un contexte de guerres civiles, quand l’adversaire est souvent qualifié ainsi. Mais ce qui est important ici, c’est de voir que les habitants ont entrepris les recherches eux-mêmes14. Lucien parle d’un personnage, Sostratos, qui a débarrassé le Parnasse de ses brigands15. Pausanias indique que lors de l’invasion des Costoboques, en 170-171 apr. J.-C., Mnasiboulos, un ancien champion olympique, a essayé de résister à l’envahisseur16. Parfois, les habitants ne paient pas de leur personne, mais essaient quand même de se protéger : s’il faut en croire une remarque de Dion Chrysostome, ils offrent des récompenses pour l’arrestation des voleurs17. Les sources papyrologiques montrent également que les habitants ne se fient pas aux hommes chargés de la police lorsqu’il s’agit de lutter contre les malfaiteurs18. Le 28 septembre 71, Limmaeus, un régisseur, a attrapé des voleurs en flagrant délit : il les a surpris à l’aube en train de ramasser des olives. Avec ses hommes, il s’est chargé de les arrêter, et souhaite les présenter devant le centurion19. À l’époque de Septime Sévère, alors qu’Aurelius Heracleidès était absent pour une mission officielle, son ânesse s’est échappée. Ce sont ses voisins qui ont organisé une battue, et qui ont trouvé l’animal attaché et mort. Aurelius demande au centurion de mener une enquête et de punir les coupables20. Il y a certes recours aux autorités, mais pour trouver et arrêter les coupables. Ce sont les voisins qui se sont occupés de la recherche de l’animal. De nombreux autres papyrus montrent que ce sont souvent les plaignants qui recherchent les coupables, avec ou sans l’aide des autorités, et qu’ils ne demandent ensuite que la punition des coupables, ou tout simplement la restitution de ce qui a été volé21. Enfin, les romans présentent souvent leurs personnages en train de se défendre eux-mêmes. Ces scènes n’ont en elles-mêmes aucune valeur historique, mais elles renforcent le témoignage des autres sources. C’est ainsi que dans Les Métamorphoses d’Apulée, Chryséros lutte victorieusement contre les brigands22 ; le fiancé de Charité délivre sa fiancée lui-même23, puis se fait accompagner par des concitoyens pour aller chercher les brigands qui ont enlevé Charité24 ; les habitants d’un bourg envisagent de poursuivre des brigands25 ; lorsque les gens de la maison de Démocharès s’aperçoivent que l’ours (en fait un brigand déguisé en ours) s’est échappé, ils ne songent pas une minute à appeler les hommes chargés de la police : les serviteurs se saisissent de leurs armes et lâchent les chiens de chasse26. Or ils auraient pu appeler quelqu’un : la scène se passe de nuit, et il y a un gardien chargé de veiller à la sécurité des habitants27. De même, lorsque l’ancien gouverneur se fait attaquer, sa femme appelle à l’aide les voisins, qui ne font d’ailleurs rien28. C’est encore plus net à la campagne29, où les propriétaires ont des armes et des hommes armés, souvent des bergers30.

  • 31 Apulée, M., II, 18.
  • 32 F. Millar, art. cit., p. 69 ; id., « Italy and the Roman Empire : Augustus to Constantine », Phoen (...)
  • 33 F. Millar, art. cit. supra n. 28, p. 66-67.
  • 34 K. Hopwood, « Towers, Territory and Terror : How the East was held », Ph. Freeman et D. Kennedy (d (...)
  • 35 A. Zamai, art. cit. n. 1, p. 60 ; C. Brélaz, art. cit. n. 1.

5Si l’on regroupe tous ces témoignages, on constate qu’il y a deux cas où les habitants prennent en main leur défense : dans la vie de tous les jours, et lors d’événements plus ou moins graves. Pourquoi, dans la vie de tous les jours, les hommes chargés de la police n’interviennent-ils pas systématiquement ? Parce que leurs effectifs (en nombre et en qualité) ne leur permettent pas de répondre à l’ampleur de la tâche ; parce que ce que l’on nomme maintenant la « police de proximité » n’existe pas ; mais surtout parce qu’on ne l’appelle pas : les gens préfèrent manifestement appeler leurs voisins ou se débrouiller tout seuls. D’autres cas sont plus particuliers. Les coupables peuvent être des notables de la cité : lorsque Photis recommande à Lucius de faire attention à la bande de jeunes fous qui sévit à Hypata, elle lui dit que les troupes du gouverneur sont trop loin pour faire quelque chose31. Elle ne dit rien de la police. Dans la mesure où ces jeunes gens appartiennent aux grandes familles de la ville, il est vraisemblable que les autorités locales se refusent à agir contre eux32. Sa remarque indique également que les autorités romaines ne peuvent se charger de cette police quotidienne : le gouverneur a certes des troupes, même dans les provinces inermes, mais il n’en a pas assez pour en placer dans chaque ville de sa province. Ce n’est que dans des cas très particuliers qu’il intervient pour assurer la police quotidienne33. Quand Pauline, la femme de l’ancien gouverneur, obtient l’aide de l’empereur, c’est le gouverneur qui intervient pour supprimer la bande de brigands. Mais il s’agit de cas très particuliers et sans doute très rares. Il faut aussi faire la différence entre ce qui se passe dans les cités et à la campagne. La police est essentiellement urbaine, et c’est surtout là qu’elle opère, ainsi que sur les territoires proches de la cité. Pour maintenir l’ordre dans les campagnes, les propriétaires, qui sont aussi les notables des cités, entretiennent des troupes34. Dans les romans, les paysans se regroupent pour assurer leur défense. Enfin, la juridiction de la police est exclusivement locale : elle ne peut intervenir qu’à l’intérieur des frontières de la cité35. Or les bandes de malfaiteurs sont mobiles, et donc difficiles à capturer. Pour l’essentiel, le fait que les habitants de l’Empire, au quotidien, se débrouillent seuls en cas de problème n’est pas la preuve d’une quelconque dérégulation sociale, mais une façon d’agir pour ainsi dire « normale » devant les lacunes du système mis en place par les cités.

  • 36 Elles ne sont pas exclusives l’une de l’autre et le cas des deux personnages n’est pas obligatoire (...)
  • 37 Baedarus et Epicadus (les noms des parents de Ulcudius et Sutta, eux-mêmes parents de la jeune fil (...)
  • 38 IDR, III. 1, n° 56.
  • 39 M.-F. Petraccia, art. cit. Voir également S. Dubanic, « Army and Mining in Moesia Superior », dans (...)

6La situation était-elle plus grave dans le cas des deux inscriptions de Dacie ? La réponse à cette question est difficile (la première inscription n’est pas très explicite, et la seconde ne l’est pas du tout), et passe par une autre question : qui sont ces brigands qui ont tué L. Iulius Bassus et la jeune fille, et pourquoi les ont-ils tués ? Deux raisons sont possibles36. Ce peut être parce qu’ils représentent l’autorité romaine. L. Iulius Bassus est en effet citoyen romain et fait partie de l’ordre des décurions ; il a occupé des fonctions importantes au sein de sa ville, Drobeta : il a été questeur, et s’est donc occupé des finances du municipe. La famille de la jeune fille est noble et manifestement romanisée37. Mais les deux personnages peuvent aussi avoir été tués parce qu’ils étaient des proies tentantes, riches, et qu’ils sont passés au mauvais endroit au mauvais moment. Dans une inscription datant de 153 ap. J.-C. et trouvée à Mehadia, donc à côté de Baile Herculane, des ambassadeurs remercient les divinités des eaux d’être revenus sains et saufs de Rome38. Il peut s’agir simplement d’un vœu qu’ils avaient fait avant leur voyage, étant donné qu’un voyage présente toujours des dangers. Mais ils ont dû traverser la région de Baile Herculane, et leur vœu est peut-être le signe que la région est particulièrement dangereuse, et que l’on peut à tout moment être attaqué39. Mais dans la mesure où nous ne connaissons pas la date des deux autres inscriptions, il n’est pas sûr qu’il s’agisse des mêmes dangers.

  • 40 C. Patsch, art. cit. n. 9, p. 124. D. Tudor, « “Interfecti a latronibus” în inscriptiile din Dacia (...)
  • 41 C’est la peine normale pour les brigands : Digeste, XLVII, 12, 3, 7 ; XLVIII, 8, 1 ; XLVIII, 19, 2 (...)
  • 42 Épictète, Entretiens, IV, 1, 91, conseille au voyageur de faire route avec un personnage important (...)
  • 43 B. Isaac, « Reflections on the Roman Army in the East », Defence of the Roman and byzantine East, (...)
  • 44 Faut-il mettre en relation ces morts et le fait que le pouvoir romain a fait entreprendre par la c (...)
  • 45 Digeste, I, 18, 13, pr. ; XLVIII, 13, 4, 2.
  • 46 C. Patsch, art. cit. n. 9, p. 124. Il s’appuie cependant sur une inscription (CIL III, 827 = 7633) (...)
  • 47 M.-F. Petraccia, art. cit.
  • 48 E. Birley, art. cit., p. 65-73 ; P. Brunt, « Did Imperial Rome disarm her subjects », Phoenix, 29, (...)
  • 49 La participation des iuuenes à cette expédition punitive exceptionnelle n’implique pas que le rôle (...)

7La raison du meurtre des deux personnages est importante parce que la réponse à la question concernant l’identité des brigands dépend en grande partie d’elle. S’ils ont été tués en tant que symboles de l’autorité romaine, ceux qui les ont tués sont des adversaires de l’Empire romain. Il s’agirait alors d’un épisode se situant pendant la guerre contre les Marcomans, et les brigands seraient soit des ennemis étrangers entrés de force en Dacie, soit des Daces indigènes soulevés contre l’administration romaine40. Le brigandage serait de nature « politique ». Si l’homme et la jeune fille ont été tués par des gens qui voulaient les voler, il ne s’agit plus que de brigands de grand chemin, et l’affaire s’est soldée par deux morts (au moins) parce que les victimes se sont défendues. L’examen de la façon dont les morts ont été vengés peut-elle permettre de trancher ? Cette vengeance a pu intervenir dans le feu de l’action, au moment même de l’attaque, ou lors d’une expédition punitive ; dans ce dernier cas, les brigands ont été tués sur place, lors du combat, ou ils ont été arrêtés, amenés en ville pour être jugés et condamnés à la peine de mort41. La première solution (dans le feu de l’action) est possible : L. Iulius Bassus ne voyageait certainement pas seul42, et la jeune fille non plus. On peut cependant se dire que ceux qui les ont attaqués l’ont fait parce qu’ils considéraient qu’ils avaient des chances raisonnables de réussir, ce qui implique qu’ils étaient plus nombreux, sans compter l’avantage procuré par la surprise. Cependant, des assaillants ont pu être tués au cours du combat, ce qui permettrait au frère de L. Iulius Bassus de dire que la mort de ce dernier a été vengée. On ne peut donc repousser complètement cette solution. Dans le cas de l’expédition punitive, qui s’en est chargé ? Certainement pas les forces romaines : certes, le maintien de l’ordre incombe à l’armée, mais ce n’est pas toujours sa tâche prioritaire43. D’autre part, rien dans le texte de l’inscription ne l’indique, bien au contraire, puisque c’est sur l’impulsion du frère de la victime, Iulius Valerianus, que la mort de L. Iulius a été vengée44. Cette précision interdit également de penser que le gouverneur de la province est intervenu dans la lutte contre les brigands, ainsi que c’est normalement son rôle45. C’est bien le frère de la victime qui s’en est chargé, et un inconnu dans le cas de la jeune fille. Mais il n’a sûrement pas agi seul. A-t-il reçu l’aide d’une milice locale ? C’est possible46. Mais s’il s’agit d’une milice déjà constituée, on s’explique mal le rôle que le frère de L. Iulius Bassus a pu jouer, à moins bien sûr qu’il n’ait fait partie de la milice ou qu’il n’ait demandé à y être enrôlé pour l’occasion. D’autre part, il n’y a pas de milice locale attestée à Drobeta47. Il faut donc préférer une autre solution. Il peut s’agir d’une vengeance entièrement privée, et les membres de la troupe sont alors des esclaves, des affranchis et des amis de L. Iulius Bassus et de son frère, ce qui expliquerait aussi le rôle de ce dernier. Mais les membres de la troupe réunis par Iulius Valerianus peuvent être des iuuenes, c’est-à-dire des membres d’une association sur laquelle les notables locaux (et le frère de L. Iulius Bassus est un notable) exerçaient un contrôle48. Dans ce cas, la cité participerait à la vengeance, soit que les habitants aient décidé eux aussi de se débarrasser des hommes qui rendaient les environs de leur ville peu sûrs, soit qu’ils aient voulu venger la mort d’un des personnages importants de leur cité. Rien ne nous permet a priori de choisir entre les deux dernières solutions, et la seconde inscription, qui concerne la jeune fille, est trop concise pour nous aider. Simplement, les membres de l’expédition punitive devaient être assez nombreux pour pouvoir venir à bout des brigands, mais pas trop (réunir beaucoup d’hommes aurait pris du temps, et le temps est précieux quand il s’agit de poursuivre des brigands) ; et il leur fallait posséder une certaine expérience du combat, sans quoi leur présence était inutile. Ces deux obligations me conduisent à préférer la solution des iuuenes49. Iulius Valerianus était selon toute vraisemblance à la tête de ce groupe. Pourquoi ? En tant que frère de la victime ? en tant que notable ? en tant que possesseur d’une magistrature, ordinaire ou extraordinaire ? Les trois solutions sont possibles, mais dans le dernier cas, on peut s’étonner que cette magistrature ne figure pas sur l’inscription, pas plus que l’intervention de la cité.

  • 50 CIL III, 3385 (= ILS 395), 10312 et 10313 ; AErt, 1905, p. 224 et 1909, p. 333 (= AE 1905, 114 et (...)
  • 51 Ces derniers peuvent être des provinciaux ou des autochtones : D. Protase, « Les rapports entre Ro (...)
  • 52 D. Tudor, Oltenia Romana, Bucarest, 19784, p. 156-157. Je ne pense cependant pas, comme lui, que l (...)
  • 53 À moins bien sûr qu’il ne fasse partie des autorités, ou que sa nomination à un poste particulier (...)

8Nous avons donc deux personnes qui ont été tuées par des gens qualifiés de brigands, et dont la mort a été vengée, peut-être lors d’une expédition punitive. Ces faits permettent plusieurs conclusions à propos de l’identité desdits brigands. La première, c’est que les meurtriers ne devaient pas représenter une force trop importante. L’expédition punitive a suffi, ce qui n’aurait pas pu être le cas si les adversaires avaient été très nombreux et puissamment armés. Mais il ne s’agissait pas non plus de quelques individus isolés : nous avons vu que L. Iulius Bassus avait certainement une escorte, tout comme la jeune fille. Comment l’expédition punitive a-t-elle pu avoir lieu ? Il y a certainement eu un délai entre les attaques et la vengeance : il a fallu que les faits soient connus, et l’on ne rassemble pas en cinq minutes un groupe relativement important d’hommes décidés à se battre. Le délai n’a pas pu être par ailleurs trop important, dans la mesure où les gens de la famille devaient avoir hâte de retrouver les coupables. Un délai d’au moins quelques heures, un jour grand maximum, semble raisonnable. Enfin, comment les vengeurs ont-ils retrouvé les brigands ? Soit il y a eu des survivants, qui leur ont donné des indications sur les assaillants et la direction qu’ils avaient prise, soit les habitants savaient de qui il s’agissait : si les responsables de l’attaque sont des gens des environs, ils ont pu trouver refuge dans les zones montagneuses, nombreuses autour de Drobeta. C’est là que les ont trouvés les gens du municipe, et qu’ils les ont attaqués par surprise. S’il s’agit d’une bande de passage constituée de Daces étrangers au municipe ou de barbares qui ont pénétré en Dacie, il faut que le délai entre l’attaque et l’expédition ait été très court, pour que les habitants de Drobeta aient été en mesure de la rattraper avant qu’elle ne quitte la Dacie, ou le territoire de Drobeta, et cela même s’ils l’ont poursuivie à cheval. Il peut en effet s’agir de bandes semblables à celles des latrunculi contre les passages desquels Commode a fait construire des burgi en Pannonie inférieure, le long du Danube50. Or l’une des caractéristiques principales de ces bandes me semble être la rapidité, ce qui rend la tâche des vengeurs beaucoup plus difficile. Certes, les bandes responsables des meurtres ont pu aussi décider de demeurer quelque temps dans la région, établir leurs quartiers dans les zones montagneuses qui entourent Drobeta et de là lancer leurs attaques. Mais elles n’avaient rien à gagner à rester ainsi autour de Drobeta, sinon le risque accru de se faire prendre. C’est pourquoi, même si l’on ne peut avoir de certitude quand il s’agit de choisir entre les barbares de l’extérieur et la population de l’intérieur51, il faut plutôt voir dans ces brigands des Daces, qui connaissent bien Drobeta et ses environs, et en particulier les cachettes que leur offrent la forêt épaisse et la montagne proche52. S’agissait-il pour eux de se rebeller contre l’autorité romaine ? Dans le cas du magistrat de Drobeta, la réponse peut être positive. C’est beaucoup moins sûr pour la jeune fille. D’autre part, s’agissant de brigandage « politique », on attendrait plutôt une réponse des autorités, et non pas du frère de la victime53.

  • 54 W. Riess, op. cit. n. 3, p. 142 sq.

9L’épitaphe de L. Iulius Bassus est certes laconique, et les conclusions que l’on peut en tirer ne peuvent être qu’hypothétiques. Mais si l’on pense à la troisième inscription, qui mentionne également un personnage important de Drobeta, dont la mort n’a cependant pas été vengée, il me semble que dans le cas de L. Iulius Bassus, il s’agit plutôt d’une vengeance accomplie à titre privé, même si des iuuenes ont participé à l’expédition punitive. La bande que le frère a poursuivie peut être certes constituée d’opposants à l’autorité romaine, mais aussi, parce qu’elle semble relativement importante, d’hommes qui se sont joints à eux parce qu’ils pensaient y trouver des occasions de profit54.

  • 55 A. W. Lintott, « Provocatio. From the Struggle of the Orders to the Principate », ANRW, I, 2, 1972 (...)
  • 56 C’est le cas à Bubon. Voir ci-dessus n. 12.
  • 57 Dig., XLVIII, 8, 1 pr. C’est la lex Cornelia de sicariis et ueneficiis.
  • 58 Cicéron, Mil., IV, 11. P. Brunt, art. cit. n. 48, p. 260-270 ; id., Italian Manpower, Oxford, 1987(...)
  • 59 Dig., IX, 2, 4 pr. ; C.J., IX, 16, 4 (265).
  • 60 M. H. Crawford (ed.), Roman Statutes, II, Londres, 1996, p. 789 : l’auteur considère qu’il y a deu (...)
  • 61 Dig., XLVIII, 6, 1-2 ; 10 pr. ; 11, 2 = Paul, Sent., V, 23, 1. Voir aussi P. Brunt, art. cit. et o (...)
  • 62 Quintilien souligne à de nombreuses reprises (Inst. or., V, 10, 88 ; V, 14, 9 ; VIII, 4, 1 ; IX, 2 (...)
  • 63 Apulée, M., II, 18.
  • 64 Ibid., II, 32.
  • 65 C. Th., IX, 14, 2 (= C. J., III, 27, 1), loi promulguée le 1er juillet 391 par Théodose Ier.
  • 66 P. Jaillette, « Brigands et voleurs de bétail dans les campagnes de l’Antiquité tardive. Le témoig (...)
  • 67 C. Th., VII, 18, 13 et 14.
  • 68 Voir P. Jaillette, art. cit., pour une discussion sur le caractère exceptionnel ou non de ces lois (...)

10Les choses ont certes évolué depuis l’époque des XII Tables, où les poursuites contre le meurtre, le vol et l’incendie volontaire étaient conduites par des individus privés, la partie lésée ou ses proches55. La plupart du temps, si les enquêtes sont menées par les habitants, les coupables sont déférés devant la justice, ou l’on demande que cela soit fait. Mais il y a encore des cas où les coupables sont tués, sans autre forme de procès, et où l’empereur félicite les habitants de faire le travail de la police, voire de l’armée56. D’ailleurs, la loi elle-même permet aux gens d’assurer leur propre défense : il est interdit de porter une arme pour voler ou tuer57, mais on peut en porter une pour se défendre58, et ceux qui tuent des brigands ne sont pas punis, parce qu’il s’agit de légitime défense59. La lex Iulia de ui publica, qui date de César ou d’Auguste60, interdit de rassembler des armes chez soi, sauf entre autres pour la chasse et les voyages61. Du reste, les voyageurs sont armés, ou ont des escortes armées62. Pour tranquilliser Photis, Lucius lui montre son arme63 ; elle n’est pas décorative : il s’en sert quand il croit être attaqué64. Sous l’empire tardif, en 391, une loi65 concède à tous les provinciaux le droit à l’autodéfense66, et en 403, Honorius permet aux provinciaux de se saisir des brigands et de les punir67. C’est la reconnaissance légale de ce que faisaient les personnages du roman d’Apulée, mais aussi Iulius Valerianus, les anonymes qui ont vengé la mort de la jeune fille, et tous ceux qui ont encouragé leurs concitoyens à lutter pour assurer leur propre défense. Mais l’État n’agit ainsi que dans des circonstances particulières68, ou contre une certaine catégorie de personnes. Sinon, ce serait reconnaître son impuissance.

Notes

1 Sur l’organisation de la police, voir J. Reynolds, « Cities », D. Braund (ed.), The Administration of the Roman Empire 241 BC-AD 193, Exeter, 19932, p. 33 sq. ; W. Nippel, Public Order in Ancient Rome, Cambridge, 1995, p. 104-105 ; A. Zamai, « Gli irenarchi d’Asia Minore », Patavium, 17, 2001, p. 53-73 ; J. L. Rife, « Officials of the Roman Provinces in Xenophon’s Ephesiaca », ZPE, 138, 2002, p. 93-108 ; C. Brélaz, « Les colonies romaines et la sécurité publique en Asie Mineure », (Colloque de Pise 2000 Les Colonies romaines d’Orient). L’Égypte est un cas particulier : elle a une tradition de forces de police que ne possèdent pas les autres cités de l’Empire. Voir à ce sujet R. S. Bagnall, « Army and Police in Roman Upper Egypt », JARCE, 14, 1977, p. 67-87.

2 P. Karanis 421 ; J.-J. Aubert, « Policing the countryside : Soldiers and civilians in Egyptian villages in the third and fourth centuries A.D. », Y. Le Bohec(dir.), La Hiérarchie (Rangordnung) de l’armée romaine sous le Haut-Empire. Actes du Congrès de Lyon, 15-18 septembre 1994, Paris, 1995, p. 260. Certaines inscriptions, dans les cités grecques, soulignent que le notable a rempli la fonction nomivmw~, c’est-à-dire « sans arbitraire », ainsi que le note L. Robert, Études anatoliennes, Paris, 1937, p. 323, n. 3.

3 P. Fay. 108 ; BGU I, 325 (= W. Chr., 472). W. Riess, Apuleius und die Räuber. Ein Beitrag zur historischen Kriminalitätsforschung, Stuttgart, 2001, p. 212-216 ; A. Zamai, art. cit., p. 60, souligne que les forces de police et leurs chefs sont constitués d’amateurs.

4 R. Taubenschlag, « Selfhelp in Greco-Roman Egypt », dans Opera Minora, Varsovie, 1959, p. 135 : « Selfhelp in the technical sense of the term exists when somebody unilaterally secures or satisfies his real or pretended claims ; that means that somebody takes the lax in his own hands without the permission of his adversary and without the intervention of the court and proceeds against the person or the property of his adversary ». L’auteur note que de telles pratiques sont interdites dans l’Égypte gréco-romaine, à quelques exceptions près. Pour une discussion, voir D. W. Hobson, « The Impact of Law on Village Life in Roman Egypt », B. Halpern et D. W. Hobson (dir.), Law, Politics and Society in the Ancient Mediterranean World, Sheffield, 1993, p. 205. Voir également W. Riess, op. cit., p. 191 sq. et 274.

5 C’est la définition que donne le Grand Robert de l’autodéfense : « Défense par les moyens dont on dispose ».

6 CIL III, 1579 = IDR, III. 1, n° 71 (ad Mediam) : D(is) M(anibus) / L(ucio) Iul(io) L(ucii) fil(io) Sergia (tribu) / Basso dec(urioni) mun(icipii) / Drobetae, quaes/tori, interfecto a / latronib(us), uix(it) an(nis) / XXXX. Iuli(i) Iulianus / et Bassus patri / piissimo / et Iul(ius) Valerianus / frater mortem / eius exsecutus / f(aciendum) c(urauerunt).

7 CIL III, 1585 (= 8021) = IDR, II, n° 134 (Zagaia) :… interfecta a latron(ibus) / et uindicata / Ulcudius Baedari / et Sutta Epicadi / p(arentes) p(ientissimi) fil(iae) tit(ulum) p(osuerunt).

8 Il existe une troisième inscription, trouvée elle aussi sur le territoire de Drobeta, qui mentionne un personnage tué par des brigands. Mais sa mort n’a pas été vengée. CIL III, 1559 (= 8009) = IDR, III. 1, n° 118 : D(is) M(anibus) / P(ublio) Aelio / Ariorto / IIII uir(o) an(nuali) m(unicipii) / D(robetae) interfect(o) / a latronib(us), / uix(it) an(nis) L. Ulp(ia) / Digna con(iugi) pientissimo / et P(ublius) Ael(ius) fil(ius) et P(ublii) / Ael(ii) Val(ens) et Au/darus n(epotes) b(ene) [m(erenti)] p(osuerunt). Pour la restitution annuali et la date de cette inscription, voir M.-F. Petraccia, « Magistrati municipali uccisi da latrones : il caso di Drobeta (Dacia) », à paraître dans les actes du Congrès international d’épigraphie grecque et latine de Barcelone, septembre 2002.

9 C. Patsch, « Archäologisch-epigraphische Untersuchungen zur Geschichte der römischen Provinz Dalmatien », Wissenschaftliche Mittheilungen aus Bosnien, 8, 1902, p. 124 ; D. Tudor, « Municipiul roman Drobeta », Drobeta, 1974, p. 323-326 ; R. Florescu, « L’organisation de la Dacie romaine », Revue roumaine d’histoire, 24, 1-2, 1985, p. 17 ; M.-F. Petraccia, art. cit., qui propose les années 130 à 198.

10 I. Ilion, 102 (= IGRR IV, 219 = CIG 3612).

11 SEG 29, 1514 (= CRAI, 1979, p. 235-237 ; Bull. ép., 1980, 188) ; SEG 31, 1390 (= Bull. ép., 1993, 537 ; id., 1996, 449). M. Zimmermann, « Probus, Carus und die Raüber im Gebiet des Pisidischen Termessos », ZPE, 110, 1996, p. 268, propose une autre lecture.

12 F. Schindler, Die Inschriften von Bubon (Nordlykien), Sitzungberichte Akad. Wien philolog.-hist. Kl., 278, 3, 1972, p. 11-23 (= AE 1979, 624). Dans ce texte, l’empereur Commode s’adresse aux habitants de Bubon pour les féliciter de ce qu’ils ont fait pour lutter contre les brigands et leur promettre une récompense. L’inscription est très longue, seules les lignes 12 à 15 font référence à la lutte contre les brigands.

13 Appien, B.C., IV, 4, 28.

14 La situation est certes très particulière, puisque c’est une époque de proscriptions.

15 Lucien, Demonax, 1. Le personnage n’est peut-être pas historique, mais son cas est comparable à celui de Mnasiboulos.

16 Pausanias, X, 34, 5 ; Aelius Aristide, Eleusinios, XII, 2, 11 K ; Souda, s.u. Lh/vstai ; IG II2, 3411 v. 3-6 ; CIL VI, 31856 (= ILS 1327) l. 8-11. Voir W. Sheidel, « Problemer der Datierung des Costoboceneinfalls im Balkanraum unter Marcus Aurelius », Historia, 39, 1990, p. 493-498.

17 Dion Chrysostome, Eub., VII, 123.

18 Il n’y a pas danger dans les cas ci-dessous. Mais il y a incontestablement violence.

19 P. Oslo 21. Voir R. W. Davies, « The investigation of some crimes in Roman Egypt », AS, 4, 1973, p. 203.

20 SB 9203. Voir R. W. Davies, art. cit., p. 205.

21 A. Lukaszewicz, « Petition concerning a theft. P. Berol. 7306 », JJP, 19, 1983, p. 107 sq. ; R. S. Bagnall, « Official and private violence in Roman Egypt », BASP, 26, 1989, p. 209 sq. ; D. W. Dobson, art. cit., p. 206 sq.

22 Apulée, Métamorphoses (désormais abrégé M.), IV, 10.

23 M., VII, 12.

24 M., VII, 13.

25 M., IX, 8.

26 M., IV, 19.

27 M., III, 3. Ce veilleur de nuit est peut-être à rapprocher des patrouilles évoquées par la Lex Irnitana (XIX, l. 7) : quand la situation l’exige, l’édile peut organiser des uigiliae, des patrouilles. Ces patrouilles peuvent avoir été organisées sur le modèle des vigiles à Rome ; elles sont donc essentiellement chargées de surveiller les incendies éventuels (J. González, « The Lex Irnitana : a new copy of the Flavian municipal law », JRS, 76, 1986, p. 201). Mais les cohortes de vigiles devaient également assurer la police nocturne, ce que devaient aussi faire les patrouilles instaurées par l’édile pour le municipe d’Irni.

28 Pour d’autres exemples, voir F. Millar, « The World of the Golden Ass », JRS, 71, 1981, p. 71.

29 Apulée, M., VIII, 17 : des paysans lâchent des chiens féroces contre des voyageurs et leur lancent des pierres, car ils craignent qu’il ne s’agisse de brigands.

30 F. Millar, art. cit., p. 74.

31 Apulée, M., II, 18.

32 F. Millar, art. cit., p. 69 ; id., « Italy and the Roman Empire : Augustus to Constantine », Phoenix, 40, 1986, p. 311sq., pour l’Italie. L’auteur note que les cités n’ont pas obligatoirement la volonté politique de renforcer la loi contre les potentiores locaux, ni les moyens nécessaires pour assurer de façon satisfaisante la sécurité publique. W. Riess, op. cit. supra n. 3, p. 250-251 et 264.

33 F. Millar, art. cit. supra n. 28, p. 66-67.

34 K. Hopwood, « Towers, Territory and Terror : How the East was held », Ph. Freeman et D. Kennedy (dir.), Defence of the Roman and Byzantine East. Proceedings of the colloquium, Sheffield, 4/1986, BAR Intern. Series, 297, Oxford, 1986, 1, p. 343-356 ; id., « Consent and Control : how the peace was kept in Rough Cilicia », D. H. French et C. S. Lightfoot (dir.), The Eastern Frontier of the Roman Empire. Proceedings of the colloquium, Ankara, 9/1988, BAR Intern. Series, 553, Oxford, 1989, 1, p. 194 : l’auteur précise qu’en protégeant ainsi les hommes, ils s’assurent de leur loyauté.

35 A. Zamai, art. cit. n. 1, p. 60 ; C. Brélaz, art. cit. n. 1.

36 Elles ne sont pas exclusives l’une de l’autre et le cas des deux personnages n’est pas obligatoirement le même.

37 Baedarus et Epicadus (les noms des parents de Ulcudius et Sutta, eux-mêmes parents de la jeune fille), sont d’origine illyrienne, comme vraisemblablement Ulcudius et Sutta. Voir I. Russu, « L’onomastique de la Dacie », N. Duval (dir.), L’Onomastique latine, Colloques internationaux du CNRS n° 564, Paris, 1975, p. 359, qui indique que les ciues Romani illyriens sont très peu nombreux : les Illyriens sont en grande majorité pérégrins ; M.-F. Petraccia, art. cit. n. 8.

38 IDR, III. 1, n° 56.

39 M.-F. Petraccia, art. cit. Voir également S. Dubanic, « Army and Mining in Moesia Superior », dans G. Alföldy, B. Dobson et W. Eck (dir.), Kaiser, Heer und Gesellschaft in der Römischen Kaiserzeit. Gedenkschrift für Eric Bailey, Stuttgart, 2000, p. 347.

40 C. Patsch, art. cit. n. 9, p. 124. D. Tudor, « “Interfecti a latronibus” în inscriptiile din Dacia », SCIV, 4, 1953, p. 595, privilégie la seconde hypothèse et pense qu’il s’agit de la lutte de gens opprimés contre les exploiteurs romains, de partisans sortis des rangs de la population autochtone, qui opèrent le long des grandes voies et dans les contrées boisées. Voir également M. Macrea, Viata în Dacia Romana, Bucarest, 1969, p. 279-280.

41 C’est la peine normale pour les brigands : Digeste, XLVII, 12, 3, 7 ; XLVIII, 8, 1 ; XLVIII, 19, 28, 10. Pour un exemple d’expédition punitive, voir Apulée, M., VII, 13.

42 Épictète, Entretiens, IV, 1, 91, conseille au voyageur de faire route avec un personnage important, ambassadeur, questeur ou proconsul, parce qu’il a une escorte importante. Sénèque, Ep., 123, 7, déclare que le cortège des gens qui se veulent importants comprend une troupe d’éclaireurs numides et une avant-garde de coureurs. Même si L. Iulius Bassus et la jeune fille ne font pas preuve d’une telle ostentation, ils ont une escorte.

43 B. Isaac, « Reflections on the Roman Army in the East », Defence of the Roman and byzantine East, op. cit. n. 34, p. 383sq. ; Y. Le Bohec, L’Armée romaine, Paris, 1998, p. 222. Il y a pourtant des troupes à Drobeta : C. M. Vladescu, « El ejército romano en Dacia Inferior », Aquila legionis, 3, 2002, p. 89 sq.

44 Faut-il mettre en relation ces morts et le fait que le pouvoir romain a fait entreprendre par la cohors VIII Raetorum la construction de défenses sur la route Dierna-Tibiscum ? Voir I. Bogdan Cataniciu, op. cit., p. 42-43.

45 Digeste, I, 18, 13, pr. ; XLVIII, 13, 4, 2.

46 C. Patsch, art. cit. n. 9, p. 124. Il s’appuie cependant sur une inscription (CIL III, 827 = 7633) qui date de 239. Il n’est pas sûr que dans la seconde moitié du iie siècle, la situation ait été la même que dans la première moitié du iiie. Sur les milices locales, voir E. Birley, « Local Militias in the Roman Empire », BHAC, 1972-1974, Antiquitas 4, 12, 1976, p. 65-73.

47 M.-F. Petraccia, art. cit.

48 E. Birley, art. cit., p. 65-73 ; P. Brunt, « Did Imperial Rome disarm her subjects », Phoenix, 29, 1975, p. 264sq. ; F. Jacques, « Humbles et notables. La place des humiliores dans les collèges de jeunes et leur rôle dans la révolte africaine de 238 », Ant Afr, 15, 1980, p. 217-224 ; P. Ginestet, Les Organisations de la jeunesse dans l’Occident romain, Bruxelles, Latomus 213, 1991. Ce dernier distingue les Collegia Iuuenum des Iuuentutes. Les premiers sont urbains, très romanisés, peu ou pas militarisés, et se rencontrent surtout en Italie. Les seconds se rencontrent surtout dans les campagnes et les provinces, et peuvent avoir une réelle importance militaire.

49 La participation des iuuenes à cette expédition punitive exceptionnelle n’implique pas que le rôle habituel de ces derniers soit celui d’une formation paramilitaire.

50 CIL III, 3385 (= ILS 395), 10312 et 10313 ; AErt, 1905, p. 224 et 1909, p. 333 (= AE 1905, 114 et 1910, 145) ; ILS 8913. Ces inscriptions datent de 183 et 185. Sur les burgi de Dacie,voir A. Mocsy, op. cit., p. 196-197 ; I. Ferenczi, « Limes-ul Daciei. Sectorul de pe Somesul (Unit). Elemente de aparare pe subsectorul Casei-Ileanda », Acta Musei Porolissensis (= AMP), 14-15, 1990-1991, p. 127sq.

51 Ces derniers peuvent être des provinciaux ou des autochtones : D. Protase, « Les rapports entre Romains et Daces dans la province de Dacie », Assimilation et résistance à la culture gréco-romaine dans le monde ancien. Actes de la conférence internationale classique de Madrid, 1974, Paris, 1976, p. 493 sq.

52 D. Tudor, Oltenia Romana, Bucarest, 19784, p. 156-157. Je ne pense cependant pas, comme lui, que les brigands sont des éléments de la population en conflit avec l’exploitation esclavagiste romaine.

53 À moins bien sûr qu’il ne fasse partie des autorités, ou que sa nomination à un poste particulier ne soit précisément la réponse des autorités.

54 W. Riess, op. cit. n. 3, p. 142 sq.

55 A. W. Lintott, « Provocatio. From the Struggle of the Orders to the Principate », ANRW, I, 2, 1972, p. 235.

56 C’est le cas à Bubon. Voir ci-dessus n. 12.

57 Dig., XLVIII, 8, 1 pr. C’est la lex Cornelia de sicariis et ueneficiis.

58 Cicéron, Mil., IV, 11. P. Brunt, art. cit. n. 48, p. 260-270 ; id., Italian Manpower, Oxford, 19872, p. 553.

59 Dig., IX, 2, 4 pr. ; C.J., IX, 16, 4 (265).

60 M. H. Crawford (ed.), Roman Statutes, II, Londres, 1996, p. 789 : l’auteur considère qu’il y a deux lois, une de César et une d’Auguste. La loi d’Auguste a été promulguée entre 19 et 16 av. J.-C.

61 Dig., XLVIII, 6, 1-2 ; 10 pr. ; 11, 2 = Paul, Sent., V, 23, 1. Voir aussi P. Brunt, art. cit. et op. cit.

62 Quintilien souligne à de nombreuses reprises (Inst. or., V, 10, 88 ; V, 14, 9 ; VIII, 4, 1 ; IX, 2, 12) que si l’on a une escorte et des armes, c’est pour s’en servir.

63 Apulée, M., II, 18.

64 Ibid., II, 32.

65 C. Th., IX, 14, 2 (= C. J., III, 27, 1), loi promulguée le 1er juillet 391 par Théodose Ier.

66 P. Jaillette, « Brigands et voleurs de bétail dans les campagnes de l’Antiquité tardive. Le témoignage du Code Théodosien », Histoire et société rurales, 14, 2000, p. 196-197 : « Le libre droit de se défendre, nous l’octroyons à tous, quand un soldat ou un civil s’introduit, de nuit, sur des terres pour les piller ou bloque, par des embuscades en vue d’agressions, des routes fréquentées : la liberté étant laissée à chacun, que celui qui le mérite soit aussitôt soumis au supplice, qu’il subisse la mort qu’il menaçait de donner et qu’il encoure ce qu’il prévoyait pour les autres. Il vaut mieux en effet faire face au moment opportun qu’être vengé à titre posthume (post exitum uindicari). Nous vous permettons donc de vous venger et, comme il est trop tard pour punir par procès, nous soumettons par édit ; que personne n’épargne un soldat à qui il faut résister avec une arme comme à un voleur ». Interprétation : chaque fois qu’un individu, la nuit, attaque un voyageur pour le dévaliser ou s’introduit dans une maison pour la piller, nous autorisons les personnes qui subissent cette violence à se défendre, même avec des armes ; et si, conséquence de sa témérité, le coupable a été tué, que la mort de ce brigand ne fasse l’objet d’aucune enquête.

67 C. Th., VII, 18, 13 et 14.

68 Voir P. Jaillette, art. cit., pour une discussion sur le caractère exceptionnel ou non de ces lois de 391 et 403.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search