Version classiqueVersion mobile

Les régulations sociales dans l'Antiquité

 | 
Michel Molin

Première partie. Réflexions antiques

Pars populi integra : clientèle et régulation sociale chez Tacite

Christophe Badel

Texte intégral

  • 1 A. von Premerstein, Vom Werden und Wesen des Prinzipats, New York, 1965, p. 25-26. Bon résumé de c (...)
  • 2 N. Rouland, Pouvoir politique et dépendance personnelle dans l’Antiquité romaine. Genèse et rôle d (...)
  • 3 P. A. Brunt, The Fall of the Roman Republic and Related Essays, Oxford, Clarendon Press, 1988, p. (...)

1Le rôle de la clientèle à l’époque impériale a connu des appréciations divergentes au cours du xxe siècle et l’historiographie sur le sujet suit un parcours aussi sinueux que contrasté. Dans le sillage de Anton von Premerstein, qui voyait dans l’empereur le patron de l’ensemble de la plèbe romaine, tout un courant historiographique a insisté sur la disparition des clientèles aristocratiques, en qui le pouvoir aurait vu une insupportable concurrence1. Cette vision fut remise en cause autour de 1980 par deux ouvrages, ceux de Norbert Rouland et de Richard P. Saller, qui mirent en lumière la permanence des relations clientélaires sous le principat, même s’ils le firent avec des esprits et des problématiques différents2. Au même moment, Peter A. Brunt relativisa l’ampleur des réseaux de clientèle à la fin de la République, constat qui acheva de discréditer l’idée d’une rupture fondamentale entre la République et l’Empire en ce domaine3. Dans la réflexion sur la clientèle au Haut-Empire, un passage de Tacite tient une place de choix, car il donne aux clientèles aristocratiques une place centrale dans l’organisation de la plèbe au moment de la crise de 68-69. C’était du moins l’interprétation canonique du texte jusqu’à ce qu’une nouvelle lecture en présente une autre radicalement différente. La réouverture du débat justifie donc un nouvel examen de ce passage et surtout des enjeux sociaux qu’il dévoile. Chemin faisant, cet examen révélera que la question des régulations sociales est justement au cœur de la réflexion de Tacite.

Pars populi integra : clientèle ou plebs media ?

  • 4 Histoires (désormais abrégé H.), I, 4, 2.

2Dans son ouverture des Histoires, Tacite éprouve le besoin de dresser un tableau de la situation de l’Empire et particulièrement de la ville de Rome après la mort de Néron et l’avènement de Galba. Abordant l’esprit des habitants de l’Urbs, ce morceau de bravoure rappelle d’abord les transports de joie consécutifs à la mort de Néron et l’émotion provoquée par la découverte de ce secret : « posse principem alibi quam Romae fieri4 ». Nuançant ensuite son propos, il module son analyse selon la structure sociale de Rome et distingue les sénateurs et les chevaliers de la masse du peuple. Mais ce peuple n’est lui-même pas homogène et s’avère divisé entre deux groupes, la pars populi integra et la plebs sordida :

  • 5 H., I, 4, 3.

Sed patres laeti, usurpata statim libertate licentius ut erga principem nouum et absentem ; primores equitum proximi gaudio patrum ; pars populi integra et magnis domibus adnexa, clientes libertique damnatorum et exulum in spem erecti ; plebs sordida et circo ac theatris sueta, simul deterrimi seruorum, aut qui adesis bonis per dedecus Neronis alebantur, maesti et rumorum auidi5.

  • 6 D. Van Berchem, Les Distributions de blé et d’argent à la plèbe romaine sous l’Empire, Genève, 193 (...)
  • 7 Lecture déjà présente chez W. A. Spooner (éd.), C. Taciti Historiarum libri, Londres, 1891, p. 109
  • 8 Z. Yavetz, « Plebs sordida », Athenaeum, NS, 43, 1965, p. 295-311 ; La Plèbe et le prince : foule (...)
  • 9 Voir spécialement : H. Heubner, Tacitus. Die Historien, Heildelberg, I, 1963, p. 30. G. E. F. Chil (...)

3Deux interprétations classiques polarisent la compréhension de ce passage mais il faut bien reconnaître que l’une des deux n’a rencontré que peu d’écho. Dans son étude sur les distributions frumentaires, Denis Van Berchem a cru y reconnaître une opposition institutionnelle entre la plèbe frumentaire, la « partie saine du peuple », ayant droit aux distributions de blé, et la plèbe sordide qui en aurait été privée, car elle regroupait les non-citoyens, qu’ils soient latins, pérégrins ou esclaves6. Cette hypothèse contredisait la lecture traditionnelle, déjà bien établie à l’époque, qui définissait la pars integra par son lien avec les grandes familles, en raison même du sens apparent du texte7. Objectant que l’expression plebs sordida n’était jamais utilisée par les auteurs latins à propos des acteurs des émeutes frumentaires, concernés au premier chef par l’absence des distributions, Zvi Yavetz discrédita durablement cette thèse et réaffirma l’assimilation du peuple sain avec les clients des grandes familles évoqués dans la suite de la phrase8. Le consensus sur le texte sortit renforcé de ce débat : depuis lors, tous les historiens qui insistèrent sur la survivance des clientèles aristocratiques à l’époque impériale mirent ce passage en exergue9.

  • 10 P. Veyne, « La “plèbe moyenne” sous le Haut-Empire romain », Annales HSS, 55, 2000, n° 6, p. 1169- (...)
  • 11 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XXVI, 1, 3 : Nec sensere id malum feminae aut seruitia plebesq (...)
  • 12 P. Veyne semble affirmer d’abord leur ingénuité (op. cit., p. 1172-1173) mais y intègre par la sui (...)
  • 13 P. Veyne, op. cit., p. 1195, n. 147.

4Mais la traduction canonique pouvait être contestée et Paul Veyne l’a fait récemment dans son article des Annales sur la plebs media10. Attestée par Pline l’Ancien et l’épigraphie, la plebs media s’opposait à la plebs humilis et démontre que la pensée sociale des Romains ne confondait pas tous les plébéiens dans une même masse misérable et méprisable11. Pour Paul Veyne, la plèbe moyenne regroupait des plébéiens aisés, ingénus semble-t-il (le texte est ambigu à ce sujet) et extérieurs aux liens de clientèle12. Conservatrice d’un point de vue social et moral, elle se serait sentie proche du milieu sénatorial tout en restant indépendante à son égard. C’est ainsi qu’il reconnaît cette plebs media dans la pars populi integra mentionnée par Tacite. Selon sa traduction, le terme adnexa faisant le lien entre la pars integra et les grandes maisons signifierait « proche », par son attitude, son affection ou ses intérêts. Il s’agirait d’un état et non d’un passif13. Absents du peuple sain, les réseaux de clientèle seraient seulement mentionnés après, lorsque le texte évoque les affranchis et les clients des condamnés. Avec une telle interprétation, les clientèles perdent leur rôle central dans ce texte, même si elles ne disparaissent pas pour autant, et le clivage social change de nature.

5Séduisante par son ingéniosité, cette interprétation apparaît toutefois peu convaincante pour deux raisons :

  • le sens du verbe adnecto. Ce terme renvoie en effet à l’idée d’une association forte, d’une articulation. Tacite l’utilise pour évoquer des liens de parenté créés par le mariage, l’association entre des troupes disposées sur terre et sur mer sur le même rivage ou un pont reliant les deux rives d’un fleuve14. Heinz Heubner, l’un des deux principaux commentateurs des Histoires, insiste sur l’idée d’obligation attachée à ce terme15. Un tel terme convient donc mieux à une association structurelle, comme la clientèle, qu’à une communauté provisoire d’intérêts ou de valeurs ;
  • la construction du passage. L’interprétation de Paul Veyne introduit un schéma ternaire au sein de la plèbe — la plèbe media/integra, les clientèles, la plèbe sordide. Or, tous les commentateurs, Paul Veyne compris, insistent sur l’opposition binaire entre la pars integra et la plebs sordida16. Dans le passage, chaque acteur autonome est gratifié d’un adjectif ou d’un participe passé qualifiant son état d’esprit, laeti pour les sénateurs, proximi gaudio pour les chevaliers, in spem erecti pour la plèbe intègre et les clients, maesti pour la plèbe sordide. Si plèbe intègre et clients avaient représenté deux groupes différents, une bonne rhétorique leur aurait attribué un participe passé différent.

6La comparaison des deux phrases sur les deux plèbes confirme cette analyse. Le passage sur la plèbe sordide signale aussi les esclaves et les endettés, qui n’en font pas partie puisque la plèbe regroupe des hommes libres et que les endettés vendus à Néron peuvent aussi se trouver dans l’aristocratie. Mais il les distingue clairement par l’adverbe simul ou la conjonction aut. Rien de tel dans la phrase sur la pars integra. Il paraît donc plus vraisemblable de penser que les clients des condamnés et des exilés font partie de la pars integra, formant un sous-groupe au sein d’un ensemble défini par les rapports de clientèle. La lecture traditionnelle me semble donc rester la plus crédible.

Tacite sociologue : la clientèle, une institution de régulation en déclin

  • 17 P. Garnsey et R. Saller, op. cit., p. 151-157.

7Ce passage de Tacite est en général utilisé pour montrer la survivance de l’influence des grandes familles sénatoriales sous l’Empire. De fait, le patronat est généralement étudié par rapport aux enjeux du pouvoir et de l’ordre. Dans l’interprétation globale de la société romaine, il est considéré comme un facteur d’ordre social et c’est ainsi que Richard P. Saller, le principal spécialiste du sujet à l’époque impériale, l’envisage dans le livre rédigé avec Peter Garnsey sur l’Empire romain17. Dans le cadre de ce colloque, nous proposons de modifier l’angle d’analyse et de passer de l’ordre à la régulation.

  • 18 Sur ces valeurs : N. Rouland, op. cit. n. 2, p. 104-107. R. P. Saller, op. cit. n. 2, p. 15-39.

8Car la clientèle est bien une institution de régulation sociale, en tant qu’elle est un élément définissant des règles, des rôles et des conduites légitimes. Il ne faut évidemment pas prendre « institution » au sens juridique du terme mais au sens sociologique, applicable à toute structure jouant ce rôle régulateur. Les règles en question découlent de valeurs que tous les romanistes connaissent bien comme la fides, l’obsequium ou la gratia, cette bonne foi, ce respect et cette reconnaissance générateurs de services mutuels entre les deux partenaires18. Les devoirs de la clientèle, l’échange de services entre le patron et le client, les rôles sociaux impliqués par ce code structurent un réseau de règles, qui oriente le comportement des acteurs sociaux. Ce système de régulation va conditionner les rapports sociaux aussi bien au sein de l’aristocratie qu’entre l’aristocratie et la plèbe. Les Romains n’ont évidemment jamais conceptualisé la notion de régulation sociale mais leur discours sur la clientèle, en dépit de son allure moralisante, délivre bien, de manière implicite, un message sur la question.

  • 19 Dix passages montrent la clientèle comme une référence normative inspirant leur conduite sociale a (...)
  • 20 An., IV, 68, 1..
  • 21 H., III, 73, 3 ; III, 74, 1 ; III, 86, 3..
  • 22 An., XIII, 44, 4 ; XIV, 9, 2.

9C’est bien ainsi que Tacite voit les choses. Sur les trente-cinq occurrences citant le patronat ou la clientèle (je n’ai intégré ni les références aux sociétés barbares ni l’acception juridique du terme patron), neuf évoquent la puissance sociale alors que vingt et un mobilisent des enjeux de régulation sociale19. Dans son œuvre, la clientèle est majoritairement mentionnée pour expliquer ou éclairer la conduite des acteurs sociaux. Ainsi, ce sont les normes du clientélisme qui poussent le chevalier Titius Sabinus à rester fidèle à la famille de Germanicus, visitant sa veuve et ses enfants, les accompagnant en public, alors même que tant de clients les ont abandonnés20. Ce sont les mêmes normes qui amènent les clients à offrir un abri à leurs patrons sénateurs ou à les cacher dans leurs bagages pendant la crise de 68-6921. Plus exigeantes encore, ces règles expliquent que l’affranchi Mnester se suicide sur le bûcher de sa patronne, Agrippine, ou qu’un autre affranchi s’accuse du meurtre commis par son patron, qui avait tué une femme refusant de l’épouser22.

  • 23 R. P. Saller, op. cit., p. 10.
  • 24 R. P. Saller, op. cit., p. 11-15.
  • 25 Clients affranchis : H., I, 2, 3 ; An., III, 36, 1 ; IV, 59, 3 ; XIII, 26-27 ; XIII, 44, 4 ; XIV, (...)
  • 26 Clients et esclaves : H., I, 2, 3 ; I, 81, 2 ; An., III, 36, 1 ; XIII, 47, 3 ; XIV, 61, 2. Clients (...)

10Il n’est donc pas difficile d’interpréter Tacite en terme de régulation sociale et la clientèle constitue à ses yeux un phénomène éminemment positif à cet égard. Richard P. Saller a noté qu’il était l’auteur latin du principat à utiliser le plus souvent le mot client mais qu’il le faisait de façon négative dans un contexte de dégradation humaine et sociale, lorsque les patrons connaissaient des revers de fortune23. Cette insistance s’explique par le point de vue de l’historien britannique qui estime que le terme cliens était péjoratif, réservé à des gens très humbles, et que le vocabulaire « honorable » de la clientèle se calquait normalement sur celui de l’amitié24. Il n’est pas contestable que les clients mentionnés par Tacite appartiennent en majorité à la plèbe, et particulièrement au milieu des affranchis (nous venons d’en donner deux exemples)25. Ils sont à plusieurs reprises mis sur le même plan que les esclaves et lorsque des sénateurs fuient un banquet d’Othon malencontreusement envahi par les prétoriens, Tacite précise qu’ils se réfugièrent chez leur client le plus humble, humillimus cliens26.

  • 27 An., IV, 68, 1
  • 28 Séjan : An., IV, 2, 3 ; Galba : H., I, 12, 3
  • 29 H., III, 66, 3

11Mais il serait réducteur de s’en tenir à ce seul aspect, et c’est ce que l’on peut reprocher à Richard P. Saller. Tacite applique sans difficulté le terme client à des membres de l’élite, voire à des sénateurs. Nous avons déjà abordé le cas du chevalier Titius Sabinus, client fidèle de la maison de Germanicus, mais son cas n’a rien d’isolé27. Dans son entreprise de noyautage de l’État romain, Séjan nommait des clients aux honores et aux gouvernements — il s’agit donc de sénateurs — de même que lors de la recherche d’un héritier par Galba, ses proches — donc des sénateurs ou des chevaliers — lui désignaient des hommes dont ils étaient les amis ou les clients28. À la veille de l’assaut des troupes flaviennes contre Rome, les conseillers de Vitellius se demandèrent si Vespasien lui laisserait la vie parce qu’il avait été le client de son père, le fameux censeur29. Il n’est pas évident que le terme soit chargé d’une connotation péjorative lorsque Tacite l’emploie à propos d’aristocrates. Le portrait de Titius Sabinus apparaît très laudatif et les proches de Galba ne sont pas spécialement stigmatisés (les clients sont d’ailleurs mis sur le même plan que les amis). Il en est de même des plébéiens qualifiés de clients, puisque Tacite relate volontiers leurs actes de dévouement envers leurs patrons. La thèse de Richard P. Saller, qui veut que le terme cliens ait été péjoratif et, pour cette raison, exclu du vocabulaire social, semble donc largement exagérée, du moins en ce qui concerne Tacite.

  • 30 La clientèle se transmettait normalement de façon héréditaire mais la formulation de Tacite indiqu (...)
  • 31 Liste des occurrences : voir n. 19
  • 32 An., XV, 54, 4. Sur son rôle : I. Cogitore, La légitimité dynastique d’Auguste à Néron à l’épreuve (...)
  • 33 An., XVI, 32, 3. Sur ce personnage : S. H. Rutledge, Imperial Inquisitions. Prosecutors and inform (...)

12L’enjeu social de son usage apparaît d’un autre ordre, qui nous place au cœur du thème de ce colloque. Tacite choisit le terme client chaque fois qu’il veut rappeler la présence d’un réseau d’obligations entre deux hommes, c’est-à-dire en termes modernes signaler l’existence d’une institution régulatrice conditionnant leurs relations. C’est bien ainsi qu’il faut comprendre la présence du terme pour définir les relations entre Vespasien et la famille de Vitellius. En tant qu’ancien client de son père, du fait même du code moral régissant les relations de clientèle, Vespasien ne pouvait tuer — ou ne devait pas tuer — son malheureux prédécesseur30. Sur un point, toutefois, l’analyse de Richard P. Saller conserve toute sa pertinence : l’historien romain emploie majoritairement le terme dans un contexte de crise, personnelle (danger menaçant le patron) ou générale (guerre civile). Car, pour Tacite, la clientèle se porte mal. Il insiste beaucoup sur les cas où les règles de la clientèle sont violées et beaucoup de clients mis en scène sont des « déviants », au sens sociologique du terme, c’est-à-dire des hommes transgressant les normes sociales31. Ces déviants se recrutent aussi bien dans la plèbe que dans l’aristocratie. La conspiration de Pison est ainsi dévoilée par la trahison de Milichus, affranchi d’un des conjurés, qui préféra la richesse au salut de son patron et au souvenir de la liberté reçue32. En revanche, le philosophe P. Egnatius Celer appartenait à l’aristocratie, puisqu’il reçut des honneurs en récompense de sa délation : il n’en témoigna pas moins contre son ami et disciple Soranus33.

  • 34 Il est évident qu’il s’agit d’une représentation idéologique sans lien avec la réalité. La clientè (...)
  • 35 An., III, 36, 1 (époque de Tibère) ; H., I, 2, 3 (crise de 69)

13Un tel constat n’étonnera pas à propos d’un auteur romain, car ces derniers ont coutume de déplorer la décadence des temps et des mœurs. Les historiens ont depuis longtemps mis en valeur la dimension morale de la réflexion sociale à Rome. Mais si l’on aborde ces réflexions en terme de régulation sociale, on doit bien constater que Tacite décrit une situation de bouleversement des règles, en termes sociologiques une situation d’anomie. Dans le sillage de Durkheim, les sociologues appellent anomie une situation résultant d’une absence de normes ou, et c’est le cas le plus courant, d’un conflit entre plusieurs normes. C’est bien une telle situation que peint Tacite sous les couleurs les plus sombres34. Sa stigmatisation des déviants débouche en effet sur un jugement plus général dénonçant la disparition des valeurs et conduites de la clientèle : à l’époque des proscriptions de Tibère, les affranchis en profitent pour menacer leurs patrons, renversant les rôles normaux, de même que la crise de 68-69 entraîne le retournement de ces mêmes affranchis contre ces mêmes patrons35.

  • 36 An., XIII, 26, 1-2 ; 27, 2-3
  • 37 Sur cet épisode : A. M. Duff, Freedmen in the Early Roman Empire, Oxford, 1928, p. 41. J. A. Crook(...)

14Mais ce jugement ne se cantonne pas aux périodes de crise politique. Le fameux débat de 56 sur l’insolence des affranchis le montre bien, puis-qu’il se déroula dans les belles années du quinquennium Neronis36. À cette date, des sénateurs se plaignirent que les affranchis se montraient ingrats envers leurs patrons et les traitaient d’égal à égal — ils ne respectaient plus le code de conduite de la clientèle — et demandèrent au Sénat de légiférer en ce sens, afin d’édicter l’annulation de la liberté des fautifs. Ils ne faisaient que constater l’affaiblissement de la régulation clientélaire et appelaient de leurs vœux une régulation étatique pour y remédier. Le Sénat s’avéra incapable de trancher et transmit l’affaire au prince. Le Conseil de Néron ne donna pas suite car il estima que le mos maiorum donnait au patron les moyens suffisants d’assurer son autorité. En d’autres termes, le Conseil impérial ne ratifiait pas le constat pessimiste des plaignants et pensait que la clientèle jouait son rôle régulateur de façon satisfaisante37. C’est dire que l’ensemble des élites romaines ne partageaient pas la vision pessimiste de Tacite sur la question.

L’enjeu social du texte : la compétition de deux institutions de régulation

  • 38 Z. Yavetz, Athenaeum, NS, 43, 1965, p. 309. N. Rouland, op. cit., p. 543

15Mais comme nous l’avons dit, l’anomie n’est pas tant l’absence de normes que le conflit entre plusieurs normes : c’est l’enjeu central du passage de Tacite, qui sert de cœur à cette communication. Pour le saisir, il faut décrypter la nature de l’opposition entre le peuple sain et la plèbe sordide. On a déjà vu qu’une opposition statutaire, reposant sur l’accès aux distributions publiques, telle que l’envisageait Denis Van Berchem, n’était guère convaincante. Les auteurs qui ont réagi contre cette thèse, Zvi Yavetz et Norbert Rouland essentiellement, insistent plutôt sur un clivage de nature politique38. Si la pars populi integra s’identifie aux clientèles nobiliaires, la plebs sordida regrouperait le peuple qui considérerait l’empereur comme son patron car il dépendrait pour l’essentiel de ses largesses. Ce serait donc la concurrence des patronats, aristocratique et nobiliaire, qui serait au cœur de ce passage.

  • 39 Thèse classique résumée par P. Wuilleumier, op. cit., p. 17, qui cite à l’appui de cette interprét (...)

16Le premier réflexe consiste à se tourner vers les termes populus et plebs pour voir si leur choix a un sens, ce que l’on a pensé généralement. Traditionnellement, on considère que le terme populus renvoie à une définition institutionnelle du peuple romain, à savoir l’ensemble des citoyens, opposée à une définition sociale, la plèbe, nettement plus péjorative39. En un sens, la thèse de Denis Van Berchem, qui assimilait le populus sain à la plèbe frumentaire, était encore une façon de conserver au populus une dimension institutionnelle. Pertinente chez d’autres auteurs et en d’autres temps, cette opposition n’est pas à l’œuvre ici, puisque sénateurs et chevaliers sont clairement différenciés de la pars populi integra par le texte de Tacite. Or, ils faisaient partie du populus au sens civique du terme, tel qu’un auteur de l’époque républicaine pouvait le concevoir.

  • 40 C’est le cas dès le début de l’Empire : C. Nicolet, « La Tabula Siarensis, la plèbe urbaine et les (...)
  • 41 Liste justificative fournie à l’appui : Z. Yavetz, Athenaeum, NS, 43, 1965, p. 304 ; La Plèbe et l (...)
  • 42 H., I, 35, 1 : Tum uero non populus tantum et imperita plebs in plausus ; 1, 36, 2 : non tamquam i (...)
  • 43 H., I, 82, 2 : c’est le sens de la traduction de H. Goelzer, CUF, 1951 (2e éd. corrigée) : « Il n’ (...)

17Mais nous ne sommes plus sous la République, le corps des citoyens n’a plus d’existence concrète et le vocabulaire de Tacite n’est plus celui de Cicéron. De son côté, le terme plebs a acquis sous l’Empire une dimension institutionnelle — il peut désigner les tribus de citoyens ou les bénéficiaires de distributions diverses — qui explique sa présence sur les documents épigraphiques40. Du coup, le populus a perdu non seulement sa connotation civique mais il n’est pas évident qu’il ait été forcément valorisé face à une plebs forcément dépréciée. De fait, quand on compare l’emploi des deux termes dans l’œuvre de Tacite, et particulièrement dans les Histoires, on se rend compte qu’ils sont interchangeables et fonctionnent souvent comme des synonymes. La remarque en avait déjà été faite par Zvi Yavetz qui notait qu’on ne pouvait dégager une opposition de nature claire entre les deux termes, leur sens précis dépendant à chaque fois du contexte41. À plusieurs reprises, Tacite emploie la formule populus et plebs et le contexte indique qu’il s’agit là d’un effet de redondance et non de distinction. Ainsi, le récit du renversement de Galba par Othon indique-t-il tour à tour que le peuple et la plèbe applaudissent à la fausse nouvelle de la mort d’Othon, puis que l’adulation du peuple et de la plèbe manque de nerfs comparée à celle des soldats, enfin que le peuple et la plèbe se taisent de peur dans le camp de Galba à l’annonce de la proclamation impériale d’Othon, sans que l’on puisse saisir une distinction réelle dans l’emploi des deux termes42. Tout au plus peut-on considérer que dans certains cas, le terme populus peut servir à désigner l’ensemble de la population alors que la plèbe conserve une dimension plus sociale. Il faut sans doute comprendre ainsi le passage décrivant les lendemains du jour où les soldats avaient chassé les invités d’un banquet du Palatin sous Othon : rarus per uias populus, maesta plebs43.

  • 44 H., I, 40.
  • 45 H., I, 89.
  • 46 H., II, 88.
  • 47 H., III, 82-83. Voir aussi III, 79-80.
  • 48 Le même constat peut être fait à partir des An. (VI, 13, 1-2 ; XII, 41, 1).

18Le constat d’une synonymie globale ressort pareillement des passages où les deux termes apparaissent à quelques phrases d’intervalle. On constate alors que Tacite peut appeler le peuple indifféremment populus ou plebs. Le récit des combats déchirant Rome à la fin de la guerre civile est riche en exemples de ce genre. Après avoir signalé le silence pesant du peuple et de la plèbe à la nouvelle de la proclamation d’Othon, il se concentre uniquement sur le mot plebs pour désigner les partisans de Galba écrasés par les prétoriens44. Lorsqu’il annonce l’entrée de la guerre dans sa dernière phase et analyse son impact sur le sort du peuple, les termes populus, plebs et même uolgus se mêlent sous sa plume45. Quand il décrit une échauffourée entre le peuple de Rome et les troupes de Vitellius, c’est la plèbe qui envahit le camp militaire mais c’est le populus que chargent les légionnaires irrités46. Décrivant les derniers combats de la guerre civile aux portes de Rome, il déclare que les soldats vitelliens étaient suivis d’un populus impropre à la guerre avant de montrer les cavaliers flaviens chargeant cette plebs47. D’un point de vue sémantique, l’opposition entre la pars populi integra et la plebs sordida joue donc sur l’emploi de deux synonymes renvoyant à deux parties différentes d’un même ensemble, le peuple48.

  • 49 H., II, 92, 3.

19Un dernier exemple le montre d’ailleurs avec éclat et nous ramène directement au passage qui nous intéresse. Dans les premières semaines de son règne, Vitellius prit une mesure destinée à satisfaire les sénateurs, en permettant aux citoyens rentrés d’exil de faire valoir leurs droits sur leurs affranchis49. Cette décision fait directement écho à notre passage puisque celui-ci évoquait l’espoir des clients et des affranchis des bannis, membres de la pars integra, de revoir leur patron après la chute de Néron. Galba avait répondu à ces espoirs en rappelant les exilés, Vitellius complétait la mesure en rétablissant le lien de clientèle. Tacite assure que la plèbe approuva une telle décision. Il s’agit évidemment des gens identiques au peuple sain du début des Histoires mais le populus a fait place à la plebs, sans que le sens en soit sensiblement modifié.

  • 50 H., III, 74, 2.
  • 51 H. Heubner, op. cit., III, p. 175.
  • 52 Tite-Live, IX, 46. Rapprochement fait par N. Rouland, op. cit., p. 209-213.
  • 53 Cicéron, Pro Sestio, 115. Rapprochement fait par Z. Yavetz, op. cit., p. 204-205. Cet auteur évoqu (...)

20La comparaison des adjectifs integer et sordidus laisse aussi sur sa faim bien qu’elle confirme un acquis de la première phase de notre réflexion. Le premier n’est pas autrement associé à la plèbe par Tacite mais l’expression sordida pars plebis apparaît une autre fois pour désigner le peuple qui a soutenu les soldats de Vitellius dans la reconquête du Capitole sur les Flaviens50. Heinz Heubner rapproche cette occurrence du passage qui nous intéresse mais il faut bien reconnaître que cette association se révèle peu significative51. Le contexte est en effet différent et cette plèbe révèle alors sa nature sordide, non par la participation aux jeux, mais par sa cruauté, puisqu’elle réclame l’exécution des chefs flaviens Sabinus et Atticus. Le terme sordidus semble dès lors plus comme l’expression d’un jugement moral que comme une catégorie de classification sociale. Le rapprochement opéré par certains commentateurs avec des expressions analogues puisées chez d’autres auteurs s’avère plus intéressant. Tite-Live emploie ainsi la formule integer populus à propos du peuple fidèle aux nobles lors des réformes d’Appius Claudius le Censeur, confirmant que les élites aimaient parer de cette appellation la plèbe tournant dans leur orbite52. De son côté, Cicéron désigne comme integra multitudo les spectateurs applaudissant spontanément les hommes politiques pendant les spectacles au contraire des claques achetées par les ambitions sans scrupule53. Le cadre des spectacles est à nouveau présent comme dans le passage de Tacite.

  • 54 Le texte mentionne certes des gens ruinés qui sont nourris par l’empereur (adesis bonis per dedecu (...)
  • 55 H., I, 32, 1 ; II, 87, 2 ; II, 91, 2 ; An., I, 77, 1 ; VI, 13, 2 ; XIII, 24, 1 ; XIV, 17, 1 ; XIV, (...)
  • 56 Sur cette attitude : E. Cizek, Néron, Paris, 1982, p. 121-165. M. T. Griffin, Nero. The End of a d (...)
  • 57 An., XVI, 4, 4.

21Car les spectacles jouent un rôle fondamental dans la vision que l’historien donne de la plèbe sordide et cette dimension livre la clef de l’affaire. En effet, Tacite n’insiste pas sur sa dépendance matérielle envers l’empereur, par exemple au moyen des distributions, ce qui disqualifie l’hypothèse de Zvi Yavetz et Norbert Rouland sur la concurrence des patronats54. En revanche, il la définit par sa fréquentation des lieux de spectacles, théâtre et cirque. Or, le lien de la plèbe, d’une certaine plèbe plutôt, avec les spectacles, fait partie des thèmes sociaux importants de Tacite et revient régulièrement dans son œuvre (une dizaine d’occurrences55). Ce lien est toujours jugé péjorativement et les spectacles apparaissent comme le lieu de la licence, de la corruption et de la sédition. Dans le contexte de la crise de 68-69, ce lien prend une dimension particulière puisque Néron avait forgé sa popularité sur l’organisation de spectacles somptueux où il s’exhibait lui-même en aurige ou en histrion56. Tacite note avec indignation que la plèbe applaudissait et encourageait Néron dans les concours artistiques57. Et dans notre passage, la plèbe sordide est aussi définie par son attachement à Néron.

  • 58 Sur ces factions au Haut-Empire : A. Cameron, Circus Factions. Blues and Greens at Rome and Byzant (...)
  • 59 H., II, 91, 2. Commentaire : H. Heubner, op. cit., II, p. 306.
  • 60 C. Hugoniot, « Les acclamations dans la vie municipale tardive et la critique augustinienne des vi (...)

22Or, le monde des spectacles apparaît aussi comme une institution de régulation sociale. Le terme peut surprendre car cet univers ne semble pas fortement structuré à l’image de l’école, de la famille ou précisément de la clientèle. Mais ce monde tire sa cohérence de l’unité de lieu, du déroulement du spectacle et du rôle des factions qui, au cirque tout au moins, soutiennent les différentes équipes de chars58. Tacite décrit avec dégoût comment Vitellius se mêlait à l’infima plebs dans les spectacles, siégeant comme spectateur au théâtre, comme partisan d’une faction (fautor) au cirque59. Dans un tel contexte, l’infima plebs fonctionne comme un synonyme de plebs sordida et les documents postérieurs de l’Antiquité tardive indiquent que les membres d’une faction se définissaient comme un populus60. Ainsi structuré, le monde des spectacles génère un ensemble de règles et de conduites qui lui est propre. Ce sont ces applaudissements, cette licence, ces revendications qui hérissent tant Tacite. À beaucoup d’égards, ce code de conduite est à l’exact opposé des règles de respect et de hiérarchie liées à la clientèle.

  • 61 H., I, 32, 1.
  • 62 H., III, 83, 1-2.

23Et comme toute institution régulatrice, il a tendance à rayonner sur l’ensemble de la société. Avec tristesse et inquiétude, Tacite prend bien soin de noter ses progrès. Ainsi, au début du soulèvement d’Othon, la plèbe réclame sa mort comme lorsqu’elle demande un divertissement au cirque ou au théâtre, avant d’exiger exactement le contraire à la fin de la journée, car la versatilité fait partie de la conduite habituelle aux spectacles61. Quelques mois plus tard, lors des derniers combats entre Vitelliens et Flaviens, le populus assiste au massacre en spectateur comme aux jeux, acclamant, battant des mains et dénonçant les vaincus réfugiés dans les maisons62. De tels tableaux révèlent avec éloquence le rôle de régulation, de diffusion de nouvelles règles de comportement, du monde des spectacles par rapport à l’ensemble de la société. Les conduites sociales et politiques ont tendance à se modeler sur celles des spectacles. Et cette concurrence menace le rôle régulateur de la clientèle aux yeux de Tacite.

Conclusion

24Tel est donc le véritable clivage à l’œuvre dans le passage de Tacite. Le problème ne se pose ni en termes de statut juridique (comme le voulait Denis Van Berchem), ni en termes de rivalité patronale (comme le pensaient Zvi Yavetz et Norbert Rouland), ni en termes d’autonomie sociale (comme l’estime Paul Veyne) et les enjeux de puissance ou d’ordre, s’ils ne sont pas inexistants, réduisent de beaucoup la dimension du texte. De façon plus profonde, il met en scène la compétition entre deux institutions de régulation sociale, la clientèle et les spectacles. Si l’on suit la formulation de l’historien, les populations régies par ces institutions formeraient deux peuples nettement séparés et naturellement antagonistes. Il n’est pas difficile de comprendre qu’il n’en était rien dans la réalité. Les clients des grandes familles allaient se divertir aux spectacles comme tous les Romains et le public des spectacles comptait beaucoup de membres des clientèles. Tout plébéien était susceptible d’être integer ou sordidus, ou d’être jugé tel, selon le moment et le contexte. On a cherché en vain à donner un contenu social aux deux peuples portraiturés par Tacite : ce ne sont que les incarnations de deux codes de régulation, des abstractions qui prennent ainsi corps sur la scène sociale de Rome.

Notes

1 A. von Premerstein, Vom Werden und Wesen des Prinzipats, New York, 1965, p. 25-26. Bon résumé de cette vision chez J. Gagé, Les Classes sociales dans l’Empire romain, Paris, 1971, p. 124-129.

2 N. Rouland, Pouvoir politique et dépendance personnelle dans l’Antiquité romaine. Genèse et rôle des rapports de clientèle, Bruxelles, Coll. « Latomus » 166, 1979, p. 500-576. R. P. Saller, Personal Patronage under the Early Empire, Cambridge, 1982..

3 P. A. Brunt, The Fall of the Roman Republic and Related Essays, Oxford, Clarendon Press, 1988, p. 382-442. Suivi par F. Millar, The Crowd in Rome in the Late Republic, Ann Arbor, 1998, p. 7-9.

4 Histoires (désormais abrégé H.), I, 4, 2.

5 H., I, 4, 3.

6 D. Van Berchem, Les Distributions de blé et d’argent à la plèbe romaine sous l’Empire, Genève, 1939, p. 60.

7 Lecture déjà présente chez W. A. Spooner (éd.), C. Taciti Historiarum libri, Londres, 1891, p. 109.

8 Z. Yavetz, « Plebs sordida », Athenaeum, NS, 43, 1965, p. 295-311 ; La Plèbe et le prince : foule et vie politique sous le Haut-Empire romain, Paris, 1984 (éd. anglaise, 1969), p. 191-209.

9 Voir spécialement : H. Heubner, Tacitus. Die Historien, Heildelberg, I, 1963, p. 30. G. E. F. Chilver, A Historical Commentary on Tacitus’ » Histories », I, Oxford, 1979, p. 48-49 ; N. Rouland, op. cit., p. 538-543 ; P. Garnsey et R. Saller, The Roman Empire. Economy, Society and Culture, Berkeley ; Los Angeles, 1987, p.151 et156 ; E. Flaig, Den Kaiser herausfordern : die Usurpation im römische Reich, Francfort ; New York, 1992, p. 41, n. 11. Dans son étude sur les distributions frumentaires, C. Virlouvet, Tessera frumentaria. Les Procédures de la distribution du blé public à Rome, Rome, 1995, ne mentionne même pas ce passage

10 P. Veyne, « La “plèbe moyenne” sous le Haut-Empire romain », Annales HSS, 55, 2000, n° 6, p. 1169-1199 (spéc. p. 1178-1179, n. 45, 1195-1196, n. 147).

11 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XXVI, 1, 3 : Nec sensere id malum feminae aut seruitia plebesque humilis aut media, sed proceres, ueloci transitu osculi maxime (anecdote sur la diffusion d’une maladie de peau due à la pratique du baiser lors de la salutatio). CIL VI, 10097 = 33960 = CLE 1111 : Roma mihi patria est, media de plebe parentes (épitaphe d’un comédien).

12 P. Veyne semble affirmer d’abord leur ingénuité (op. cit., p. 1172-1173) mais y intègre par la suite des affranchis notoires comme Trimalcion (p. 1188, et aussi n. 106). De toute façon, les affranchis sont logiquement exclus par sa définition puisqu’il distingue la plebs media de la clientèle et que les affranchis étaient forcément les clients de leur ancien maître.

13 P. Veyne, op. cit., p. 1195, n. 147.

14 Liens de parenté entre personnes ou cités : H., III, 34, 1 (Crémone et ses voisins) ; An., V, 1, 2 (entre Auguste et Livie). Articulation entre flotte et armée : H., II, 14, 2. Pont reliant les deux rives de la Moselle : H., IV, 77, 1..

15 H. Heubner, op. cit., p. 30.

16 P. Wuilleumier, Tacite. Histoires. Livre I, Paris, PUF, coll. « Érasme », 1959 (2e éd., 1973), p. 17. P. Veyne, op. cit., p. 1178, n. 45..

17 P. Garnsey et R. Saller, op. cit., p. 151-157.

18 Sur ces valeurs : N. Rouland, op. cit. n. 2, p. 104-107. R. P. Saller, op. cit. n. 2, p. 15-39.

19 Dix passages montrent la clientèle comme une référence normative inspirant leur conduite sociale aux clients : D. or., 3, 4 ; H., I, 81, 2 ; II, 72, 1 ; III, 66, 3 ; III, 73, 3 ; III, 74, 1 ; III, 86, 3 ; An., IV, 68, 1 ; XIII, 44, 4 ; XIV, 9, 2. Huit autres insistent sur des attitudes déviantes par rapport à cette règle : H., I, 2, 3 ; An., III, 36, 1 ; IV, 59, 3 ; XIII, 26-27 ; XV, 54, 4 ; XVI, 10, 2 ; XVI, 20, 2 ; XVI, 32, 3. Trois, enfin, illustrent le problème du conflit entre deux règles contraires : D. or., 9, 4 ; XIV, 61, 2 ; XVI, 22, 1. Neuf seulement renvoient à l’enjeu de la puissance sociale et à ses moyens d’action : H., I, 12, 3 ; An., II, 40, 2 ; II, 55, 5 ; III, 9, 2 ; III, 55, 2 ; IV, 2, 3 ; IV, 34, 1 ; XIII, 19, 3 ; XIII, 47, 3. Il faut laisser de côté quatre occurrences faisant allusion au passé républicain : D. or., 36, 5 ; 37, 1 ; 39, 4 ; 41, 2..

20 An., IV, 68, 1..

21 H., III, 73, 3 ; III, 74, 1 ; III, 86, 3..

22 An., XIII, 44, 4 ; XIV, 9, 2.

23 R. P. Saller, op. cit., p. 10.

24 R. P. Saller, op. cit., p. 11-15.

25 Clients affranchis : H., I, 2, 3 ; An., III, 36, 1 ; IV, 59, 3 ; XIII, 26-27 ; XIII, 44, 4 ; XIV, 9, 2 ; XV, 54, 4 ; XVI, 10, 2 ; XVI, 20, 2.

26 Clients et esclaves : H., I, 2, 3 ; I, 81, 2 ; An., III, 36, 1 ; XIII, 47, 3 ; XIV, 61, 2. Clients humbles : H., I, 81, 2

27 An., IV, 68, 1

28 Séjan : An., IV, 2, 3 ; Galba : H., I, 12, 3

29 H., III, 66, 3

30 La clientèle se transmettait normalement de façon héréditaire mais la formulation de Tacite indique clairement que Vespasien n’était pas le client du fils comme il l’avait été du père. À l’époque républicaine, l’accession d’un homme aux magistratures curules déliait normalement les liens de clientèle qu’il pouvait avoir (E. Deniaux, « Un problème de clientèle. Marius et les Herennii », Philologus, 117, 1973, p. 187-189 ; N. Rouland, op. cit., p. 301-303). On peut supposer qu’il en était de même au Haut-Empire

31 Liste des occurrences : voir n. 19

32 An., XV, 54, 4. Sur son rôle : I. Cogitore, La légitimité dynastique d’Auguste à Néron à l’épreuve des conspirations, BÉFAR 313, Rome, 2002, p. 250-251. Il était l’affranchi de Flavius Scaevinus, l’un des dix-sept sénateurs impliqués dans la conspiration. Sur ces conjurés : B. W. Henderson, The Life and Principate of the Emperor Nero, Londres, 1903, p. 486 ; B. Baldwin, « Executions, Trials and Punishment in the reign of Nero », PP, 22, 1967, p. 437-438. Par contraste, Tacite met en valeur l’attitude de nombreux affranchis des conjurés, qui ont vu les allées et venues liées à la conspiration mais se sont tus

33 An., XVI, 32, 3. Sur ce personnage : S. H. Rutledge, Imperial Inquisitions. Prosecutors and informants from Tiberius to Domitian, Londres et New York, 2001, p. 223-225 ; Y. Rivière, Les délateurs sous l’Empire romain, BÉFAR 311, Rome, 2002, p. 519-520. Sur les honneurs obtenus : Dion Cassius, LXII, 26, 2. Dans la même phrase, Tacite utilise les termes cliens et amicus comme des synonymes, confirmant l’usage du premier terme au sein de l’élite : Cliens hic Sorani, et tunc emptus ad opprimendum amicum..

34 Il est évident qu’il s’agit d’une représentation idéologique sans lien avec la réalité. La clientèle restait solidement enracinée dans la société romaine et devait connaître de beaux jours au Bas-Empire : J. U. Krause, Spätantike Patronatsformen im Westen des römischen Reiches, Vestigia 38, Munich, 1987

35 An., III, 36, 1 (époque de Tibère) ; H., I, 2, 3 (crise de 69)

36 An., XIII, 26, 1-2 ; 27, 2-3

37 Sur cet épisode : A. M. Duff, Freedmen in the Early Roman Empire, Oxford, 1928, p. 41. J. A. Crook, Law and Life of Rome, Londres, 1967, p. 53. E. Koestermann (ed.), Cornelius Tacitus. Annalen, III : Buch XI-XIII, Heidelberg, 1967, p. 283-287. J. Andreau, « L’affranchi », dans A. Giardina (dir.), L’Homme romain, Paris, 1992, p. 231-232. La décision du Conseil fut sans doute inspirée par Sénèque, alors très influent : P. Grimal, Sénèque ou la conscience de l’Empire, Paris, 19912, p. 181-182

38 Z. Yavetz, Athenaeum, NS, 43, 1965, p. 309. N. Rouland, op. cit., p. 543

39 Thèse classique résumée par P. Wuilleumier, op. cit., p. 17, qui cite à l’appui de cette interprétation d’autres passages du premier livre des Histoires sur lesquels nous reviendrons (35, 1 ; 40, 1 ; 76, 3 ; 82, 2). C’est encore l’avis de P. Veyne, op. cit., p. 1178, n. 45

40 C’est le cas dès le début de l’Empire : C. Nicolet, « La Tabula Siarensis, la plèbe urbaine et les statues de Germanicus », I. Malkin et Z. W. Rubinsohn (eds), Leaders and Masses in the Roman World, Leyde ; New York ; Cologne, 1995, p. 115-127.

41 Liste justificative fournie à l’appui : Z. Yavetz, Athenaeum, NS, 43, 1965, p. 304 ; La Plèbe et le prince, p. 199-200.

42 H., I, 35, 1 : Tum uero non populus tantum et imperita plebs in plausus ; 1, 36, 2 : non tamquam in populo ac plebe ; I, 40, 1 : Neque populi aut plebis ulla uox.

43 H., I, 82, 2 : c’est le sens de la traduction de H. Goelzer, CUF, 1951 (2e éd. corrigée) : « Il n’y avait presque personne dans les rues et la plèbe était consternée ». Il faut sans doute interpréter de la même manière le récit du ralliement de l’Afrique à Othon, qui fut amorcé par le don d’un banquet à la plèbe puis achevé par le basculement du populus : epulum plebi ob laetitiam recentis imperii obtulerat et populus pleraque sine modo festinauit (H., 1, 76, 3). Il est difficile d’y voir l’opposition classique populus/plebs comme le veut H. Heubner (op. cit. n. 9, p. 159) ou l’assimilation du populus aux gens aisés comme le pense H. Goelzer (Tacite, Histoires, CUF, Paris, 1951, p. 60, n. 1). G. E. F. Chilver, op. cit. n. 9, p. 139-140, est peu convaincu par l’opposition réelle entre les deux termes.

44 H., I, 40.

45 H., I, 89.

46 H., II, 88.

47 H., III, 82-83. Voir aussi III, 79-80.

48 Le même constat peut être fait à partir des An. (VI, 13, 1-2 ; XII, 41, 1).

49 H., II, 92, 3.

50 H., III, 74, 2.

51 H. Heubner, op. cit., III, p. 175.

52 Tite-Live, IX, 46. Rapprochement fait par N. Rouland, op. cit., p. 209-213.

53 Cicéron, Pro Sestio, 115. Rapprochement fait par Z. Yavetz, op. cit., p. 204-205. Cet auteur évoque aussi (p. 205, n. 66) l’expression proche intacta plebs utilisée par Velleius Paterculus à propos des partisans des sénateurs opposés aux réformes des Gracques (II, 3, 2). Nous retrouvons alors la plèbe soumise aux grandes familles, normalement par les liens de clientèle, mise en valeur par le passage que nous étudions.

54 Le texte mentionne certes des gens ruinés qui sont nourris par l’empereur (adesis bonis per dedecus Neronis alebantur), mais ils constituent une catégorie différente de la plèbe sordide (comme le montre l’emploi de la conjonction aut). Il doit s’agir d’aristocrates qui vivent à la cour des faveurs impériales.

55 H., I, 32, 1 ; II, 87, 2 ; II, 91, 2 ; An., I, 77, 1 ; VI, 13, 2 ; XIII, 24, 1 ; XIV, 17, 1 ; XIV, 21, 4 ; XV, 32, 1 ; XV, 44, 5 ; XVI, 4, 4.

56 Sur cette attitude : E. Cizek, Néron, Paris, 1982, p. 121-165. M. T. Griffin, Nero. The End of a dynasty, Londres, 1984, p. 160-163. C. Hugoniot, « Les spectacles à Rome. Le prince, la Ville et les jeux », dans Y. Le Bohec (dir.), Rome, ville et capitale de César à la fin des Antonins, Paris, 2001, p. 286-287.

57 An., XVI, 4, 4.

58 Sur ces factions au Haut-Empire : A. Cameron, Circus Factions. Blues and Greens at Rome and Byzantium, Oxford, 1976, p. 45-61.

59 H., II, 91, 2. Commentaire : H. Heubner, op. cit., II, p. 306.

60 C. Hugoniot, « Les acclamations dans la vie municipale tardive et la critique augustinienne des violences lors des spectacles africains », H. Inglebert (dir.), Idéologies et valeurs civiques dans le monde romain, Paris, 2002, p. 185-186.

61 H., I, 32, 1.

62 H., III, 83, 1-2.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search