Version classiqueVersion mobile

Les régulations sociales dans l'Antiquité

 | 
Michel Molin

Introduction

Michel Molin

Texte intégral

  • * Nous tenons à exprimer notre gratitude au Professeur J.-G. Petit, à qui cette réflexion doit beauc (...)

1Les termes de régulation et de régulateur sont évidemment liés et se définissent l’un par l’autre : un régulateur est un appareil, un système ou un dispositif qui assure une régulation et le mot peut être employé comme adjectif pour qualifier tout appareil, système ou dispositif ayant cette fonction, une régulation étant l’opération résultant du fonctionnement d’un (appareil, système ou dispositif) régulateur. Les dictionnaires et les bases de données informatisées nous indiquent qu’en français moderne régulateur et son féminin régulatrice, utilisés comme substantifs ou comme adjectifs, ont précédé le mot régulation et sont beaucoup plus fréquents*.

2D’abord employé au xviiie siècle par les horlogers (régulateur de montre, ou tout simplement, régulateur, pendule très régulière, sans sonnerie, servant à régler les montres et les autres pendules) et par les physiciens en mécanique et en thermodynamique (régulateur à boules, dit de Watt, d’une machine à vapeur), le mot est toujours utilisé aujourd’hui avec ce sens pour parler d’un appareil, d’un mécanisme ou d’un système de commande chargé de maintenir constante la valeur d’une ou de plusieurs grandeurs conformément à des règles ou à des normes malgré les perturbations dues à des causes internes ou externes d’abord rendues étrangères les unes aux autres par leur diversité ou leur succession. C’est ainsi que les lexicographes mentionnent les régulateurs de vitesse, de pression, de température, de débit, de tension, d’écoulement, d’alimentation, etc.

  • 1 Voir par ex. Chateaubriand, Génie du christianisme, Paris, Migneret, 1803, I, 5, 8, p. 193.
  • 2 Volney, Voyage en Égypte et en Syrie, Paris, Volland, 1787, ch. 40, p. 432.
  • 3 Necker, Du pouvoir exécutif dans les grands États, t. 8, p. 388 (1792), dans Trésor de la langue f (...)
  • 4 Robespierre, Œuvres, Paris, PUF, 1958, Discours, t. 4, « Jugement de Louis XVI, 2 », p. 186 (1792)
  • 5 Sieyès, Œuvres, Paris, Edhis, 1989, t. 3, « Sur le projet de constitution », p. 14 (20 juillet 179 (...)
  • 6 Chateaubriand, Essai sur les révolutions, Paris, Ladvocat, 1826, I, 1, 31, p. 199 (1797).
  • 7 Tocqueville, De la démocratie en Amérique, Paris, Gallimard, 1998, I, 5, p. 118 (1835).

3Dès l’époque révolutionnaire, le terme de régulateur a connu, de l’Angevin Volney à Chateaubriand ou à Bonald, en passant par Robespierre, Condorcet et Sieyès, un usage politique calqué sur la conception déiste, reprise par la franc-maçonnerie, de l’existence d’un grand horloger régissant l’univers1 : il est alors employé pour parler du gouvernement et de la religion (Volney2), de la loi (Necker3), de la volonté du peuple (Robespierre4), des institutions (Sieyès5, Chateaubriand6), du pouvoir (Tocqueville7).

  • 8 G. Canguilhem, « Régulation (Épistémologie) », Encyclopaedia universalis, Paris, 1972, p. 2 [Corpu (...)
  • 9 Saint-Simon, Œuvres, t. 3, Paris, Anthropos, 1966, Du nouveau christianisme : dialogues entre un u (...)
  • 10 A. Comte, Discours sur l’esprit positif, Paris, Société positiviste internationale, 1932, p. 112 ( (...)
  • 11 É. Durkheim, De la division du travail social, Paris, Alcan, 1911, passim (1893).
  • 12 L. Blanc, Organisation du travail, Paris, Cauville, 1845, p. 85.
  • 13 P.-J. Proudhon, Œuvres complètes, t. 4, Paris, Rivière, 1926, Qu’est-ce que la propriété ?, p. 274 (...)

4L’assimilation de l’organisme vivant à une mécanique qui apparaît déjà dans le titre de l’ouvrage du médecin philosophe La Mettrie L’Hommemachine dont la première édition date de 1748 explique l’emploi du mot en physiologie animale dès la fin du xviiie siècle : ainsi Lavoisier, dans son Premier mémoire sur la respiration des animaux (1789), dit que « la machine animale est principalement gouvernée par trois régulateurs principaux », en parlant de la respiration, de la transpiration et de la digestion. À la suite de Cuvier et des travaux de Claude Bernard, même si, comme l’a remarqué G. Canguilhem8, le terme ne se rencontre pas sous la plume de ce dernier, le concept devient fréquent chez les médecins et les physiologues dans le dernier tiers du xixe siècle. Ce succès en biologie justifie ensuite son exportation dans deux autres domaines : celui de la sociologie, si l’on étend la comparaison avec ces mêmes organismes vivants des sociétés par des philosophes tels Saint-Simon9, A. Comte10, É. Durkheim11, des théoriciens du socialisme comme L. Blanc 12 ou Proudhon 13 utilisant même déjà le terme à propos du marché et des prix, emploi qui devait être repris au xxe siècle, par les économistes.

  • 14 D’Alembert, Lettre au roi de Prusse, 2 août 1770, Trésor de la langue française, op. cit. n. 3, ib (...)
  • 15 Bernardin de Saint-Pierre, Œuvres posthumes, t. 2, Paris, Ledentu, 1840, Harmonies de la nature, L (...)
  • 16 P. Bourget, Œuvres complètes critiques, t. 1, Paris, Plon, 1899, Essais de psychologie contemporai (...)
  • 17 H. Bergson, Essai sur les données immédiates de la conscience, Paris, Alcan, 1932, p. 102 (1889).
  • 18 E. Mounier, Traité du caractère, Paris, Le Seuil, 1961, p. 172, 173, 275, 280, 281, etc. (1946).
  • 19 J. Vuillemin, Essai sur la signification de la mort, Paris, PUF, 1949, p. 106-110, passim.

5D’autre part le passage de l’animal-machine à l’homme-machine explique que l’usage des termes régulateur/régulatrice se soit étendu alors aussi du domaine de la physiologie à celui de la psychologie : déjà d’Alembert en 1770 désignait la crainte et l’intérêt comme « les deux grands régulateurs, les deux roues principales qui font aller la machine14 » et Bernardin de Saint-Pierre disait que le cœur était le régulateur des passions15 ; à la fin du xixe siècle, P. Bourget parle de « régulateur de toutes les consciences16 » et H. Bergson de faits psychiques utilisés comme régulateurs17 ; au xxe siècle, le terme de régulateur est devenu fréquent chez des auteurs comme E. Mounier 18 ou J. Vuillemin19.

  • 20 P.-É. Littré, Dictionnaire de la langue française, Paris, 1987, t. 5, p. 5364, s.u. « Régulateur » (...)

6Le dictionnaire de P.-É. Littré, rédigé entre 1863 et 1873, présentait aussi le mot régulateur comme un terme technique de plomberie, de métallurgie ou de fonderie et indiquait que le régulateur d’une charrue est l’organe qui permet de régler la position du soc et par conséquent la profondeur du sillon20.

  • 21 Voir op. cit. n. 3, s.u. « Régulation », p. 685.
  • 22 De façon générale, sur le concept de régulation et son histoire, on consultera l’article déjà cité (...)
  • 23 Dupuy de Lôme (1816-1885), Acad. des sc., Comptes-rendus, t. 65, p. 95, P.-É. Littré, op.cit.,s.u. (...)
  • 24 « régulation tonique » d’E. Mounier, Traité du caractère, p. 194, 197, 201, 203, 372, 627 (1946).
  • 25 P. Ricœur, Philosophie de la volonté : le volontaire et l’involontaire, Paris, Aubier, 1949, p. 91 (...)
  • 26 J. Vuillemin, Essai sur la signification de la mort, p. 103, 104, 105, 106, 108, 113, 117, 121, 12 (...)
  • 27 F. Perroux, L’Économie du xxe siècle, Paris, PUF, 1964, p. 161, 162, 218, 450, 451, 636, 637.
  • 28 G. Belorgey, Le Gouvernement et l’administration de la France, Paris, A. Colin, 1967, p. 17, 26, 1 (...)
  • 29 Voir par ex. J. Commaille, s.u. « Régulation », Dictionnaire encyclopédique de théorie et de socio (...)
  • 30 C. Lévi-Strauss, La Pensée sauvage, Paris, Pocket, 1995, p. 88 : « régulation structurale du deven (...)
  • 31 M. Foucault, Folie et déraison : histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Plon, 1964, p. 83, (...)
  • 32 J.-G. Petit, « Les régulations sociales et l’histoire », J.-M. Fecteau et J. Harvey (dir.), La Rég (...)
  • 33 P. Chaunu, « L’histoire sérielle : bilan et perspectives », RH, 494, 4-6/1970, p. 297-320.
  • 34 F. Furet, « L’histoire quantitative et la construction du fait historique », Annales ESC, 26, 1971 (...)
  • 35 D’abord en histoire moderne, par ex. par F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitali (...)

7Après une première apparition au Moyen Âge, au sens de « domination21 », le mot régulation 22 resurgit au xixe siècle avec différents emplois correspondant à ceux de régulateur/régulatrice et apparus dans le même ordre : utilisation par les sciences physiques (régulation thermique d’un corps, régulation de la durée de l’introduction de la vapeur dans les cylindres, chez Dupuy de Lôme23), puis par la physiologie et la médecine (régulation du rythme cardiaque, du débit circulatoire, du système sanguin, endocrinienne, génétique, métabolique). Au lendemain de la Seconde guerre mondiale, la psychologie s’empare du terme (E. Mounier24, P. Ricœur25, J. Vuillemin26), rejointe dans les années soixante par les économistes (F. Perroux27), le droit administratif (G. Belorgey28) et, de façon plus générale, toutes les sciences humaines et sociales29. On notera cependant que des auteurs comme C. Lévi-Strauss et M. Foucault ont aussi peu utilisé le concept de régulation 30 que les termes régulateur/régulatrice31, M. Foucault préférant du reste parler de « contrôle social », dans le cadre d’une lutte de forces traduisant différents modes de pouvoir32. Entre temps, l’emploi du mot s’est répandu largement dans les sciences humaines du fait de l’influence de plus en plus grande des mathématiques, qu’il s’agisse dans les années soixante-dix de l’exploitation des données numériques par exemple par l’histoire sérielle de P. Chaunu 33 ou l’histoire quantitative de F. Furet34, ou de l’application de la théorie des jeux à l’histoire économique et sociale pour les différentes périodes35.

  • 36 F. Perroux, op. cit. supra n. 27, p. 341.
  • 37 O. Leduc, Cours de chemins de fer, Paris, 1949, p. 345.
  • 38 M. Daumas (dir.), Histoire de la science, Paris, Gallimard, « Encyclopédie de la Pléiade », 5, 195 (...)
  • 39 Déclaration de l’Assemblée des cardinaux et archevêques de France, 3 mars 1961, dans Trésor de la (...)

8La régulation est même devenue l’objet d’une nouvelle science contemporaine, la cybernétique, qui s’applique aussi bien aux êtres vivants qu’aux machines ou aux systèmes sociologiques et économiques. Aujourd’hui on a fréquemment recours au terme pour parler de toute forme de contrôle d’une grandeur variable : flux monétaire36, trafic routier mais surtout ferroviaire (« poste de régulation37 »), démographie (« régulation de la natalité38 », « régulation des naissances39 »), etc.

9Après ces réflexions d’ordre historique et épistémologique, il est maintenant nécessaire de chercher à appréhender le sens du mot régulation. Trois acceptions, du reste fort proches l’une de l’autre, peuvent être indiquées :

  • action visant à maintenir une grandeur variable entre des limites fixées : c’est le sens en physiologie quand on parle de la régulation thermique du corps qui assure la constance de la température interne du corps en débit des variations du milieu extérieur ;
  • opération, processus pour assurer la marche correcte d’un appareil ou d’un dispositif compliqué, par exemple d’un mécanisme d’horloge, permettre à une machine de fonctionner malgré des facteurs de dérèglement, ou maintenir la stabilité au sein d’un système ou d’un ensemble complexe, en cas de régulation de flux, quelle qu’en soit la nature (liquide, gaz, espèces monétaires, taux de natalité, courants migratoires, circulation ferroviaire ou automobile) ;
  • fonction préventive de l’intégrité d’un organisme, comme en embryologie, expression d’une faculté d’autoconservation.

10Ces trois acceptions présupposent cependant toutes la possibilité d’un fonctionnement pérenne et l’existence d’un équilibre durable, ce qui permet de saisir le rapport au temps qu’entretient la notion de régulation, rapport qui justifie pleinement son emploi, et son étude, par les historiens.

11Le concept est également précisé par l’existence de deux dérivés autorégulation et dérégulation : le premier désigne une régulation sinon spontanée, en tout cas autonome, sans agent extérieur, ce qui revient à dire qu’une régulation n’est pas nécessairement dissociée d’une intervention externe qu’il convient d’abord d’identifier puis d’expliquer ou de justifier ; quant au second, n’est-il que l’antonyme de régulation ou n’entraîne-t-il pas, précisément par autorégulation, une nouvelle forme de régulation ? Dans le cas qui nous intéresse de l’application du concept à des sociétés, se pose donc d’abord le problème de la perception et de l’appréhension de ces phénomènes de régulation par les groupes humains qui les vivent, puis, dans la mesure où ils en sont conscients, celui du caractère volontaire, sinon volontariste, de ce qui est bien alors une forme d’autorégulation.

  • 40 A. Comte, Système de politique positive ou Traité de sociologie instituant la religion de l’humani (...)
  • 41 M. Daumas (dir.), Histoire de la science, p. 1530.
  • 42 . J-G. Petit, art. cit. supra n. 32, p. 40-41.
  • 43 À Montréal, le CHRS de l’UQAM (Centre d’histoire des régulations sociales), dirigé par Jean-Marie (...)
  • 44 Sans doute parce qu’en anglais, comme il ressort de la consultation des dictionnaires, par ex. A. (...)
  • 45 J.-D. Reynaud, Les Règles du jeu. L’action collective et la régulation sociale, Paris, 19932, cité (...)

12L’expression « régulation sociale » se trouve, au singulier, sous la plume d’A. Comte40. Le pluriel, « les régulations sociales », est préféré dès le milieu du xxe siècle dans des ouvrages didactiques 41 et, comme le rappelle J.-G. Petit42, s’impose aux historiens qui, à la suite de l’anthropologie et de la sociologie, se sont à leur tour attaqués à ce paradigme. Dans les quinze dernières années, plusieurs centres de recherches historiques se sont créés sur cette thématique43, surtout, semble-t-il, dans des pays de langue française44. J.-D. Reynaud définit les régulations sociales non pas seulement comme l’organisation ou la défense d’un ordre, ce qui relève du « contrôle social », mais aussi comme l’ensemble des processus qui à la fois maintiennent et renouvellent, détruisent ou créent, et donc font « vivre le lien social45 ».

  • 46 On peut songer, aux travaux, dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, du GRHIS, groupe de (...)
  • 47 . Pour le monde romain, voir par ex. E. Frézouls (dir.), La Mobilité sociale dans le monde romain. (...)

13Pour l’Antiquité, l’histoire sociale a surtout travaillé jusqu’à présent sur la notion de sociabilité 46 ou de mobilité sociale47, ascendante bien sûr, mais aussi descendante, bien que celle-ci soit beaucoup plus difficile à appréhender à travers les sources, la déchéance n’attirant ni sympathie ni compréhension ni même curiosité, mais il ne s’agit là que d’épiphénomènes par rapport à la notion de régulations sociales telles que nous avons tenté de les définir. Aussi nous est-il apparu nécessaire de lancer une réflexion sur ce thème, persuadé qu’encore une fois celle-ci sera d’autant plus riche et pertinente que nous ferons appel à des sources très diverses, textes littéraires et épigraphiques, mais aussi archéologie, iconographie, numismatique et que l’étude précise de dossiers appartenant à des contextes aussi différents que la Mésopotamie ancienne, l’Égypte pharaonique, la Grèce archaïque et classique, la Rome républicaine ou le monde romain impérial nous permettra de fructueuses comparaisons. Il serait toutefois bien sûr vain et présomptueux de prétendre élaborer au cours de ces deux journées d’étude une théorie définitive des régulations sociales dans les sociétés antiques, qui, de l’Égypte pharaonique à l’Antiquité tardive, présentent cependant des caractéristiques communes : poids du phénomène religieux, importance de hiérarchies codifiées et normatives, existence de l’esclavage.

  • 48 On se reportera aux actes d’un séminaire de recherches historiques, tenu ces dernières années à l’ (...)

14En fin de compte, au-delà du questionnement provocateur Y avait-il des régulations sociales dans l’Antiquité ?, trois pistes de recherches indissociables s’ouvrent donc à nous. D’abord l’analyse des facteurs de régulation sociale : facteurs économiques, démographiques, politiques, mais aussi philosophiques et moraux. Puis, s’il y a initiative humaine, l’étude des outils institutionnels mis en place par les sociétés à l’aide de différents modes d’encadrement, de la législation au phénomène associatif, comme des outils mentaux, par exemple les stéréotypes48. Enfin et surtout l’étude des modes de régulation, qui peuvent se réduire à l’alternative, ou à l’alternance, entre deux processus dynamiques : maintien d’un équilibre antérieur passant par la pérennisation du pouvoir des puissants, la défense des intérêts des riches, c’est-à-dire une logique de coercition et d’exclusion visant à réduire à l’impuissance sinon à éliminer définitivement tout élément perturbateur, ou au contraire, mise en place d’un nouvel équilibre prenant en compte certains intérêts de nouveaux groupes, protégeant les faibles et les opprimés, qui se situe alors dans une dynamique d’association et d’intégration d’éléments jusqu’alors marginaux et de validation de comportements socialement ou économiquement déviants par rapport au droit, à la norme ou à la coutume.

Notes

1 Voir par ex. Chateaubriand, Génie du christianisme, Paris, Migneret, 1803, I, 5, 8, p. 193.

2 Volney, Voyage en Égypte et en Syrie, Paris, Volland, 1787, ch. 40, p. 432.

3 Necker, Du pouvoir exécutif dans les grands États, t. 8, p. 388 (1792), dans Trésor de la langue française. Dictionnaire de la langue du xixe et du xxe siècles, Paris, CNRS Éditions, 1990, t. 14, p. 684, s.u. « Régulateur ».

4 Robespierre, Œuvres, Paris, PUF, 1958, Discours, t. 4, « Jugement de Louis XVI, 2 », p. 186 (1792).

5 Sieyès, Œuvres, Paris, Edhis, 1989, t. 3, « Sur le projet de constitution », p. 14 (20 juillet 1795) ; « Sur le jury constitutionnaire », p. 5 (5 août 1795).

6 Chateaubriand, Essai sur les révolutions, Paris, Ladvocat, 1826, I, 1, 31, p. 199 (1797).

7 Tocqueville, De la démocratie en Amérique, Paris, Gallimard, 1998, I, 5, p. 118 (1835).

8 G. Canguilhem, « Régulation (Épistémologie) », Encyclopaedia universalis, Paris, 1972, p. 2 [Corpus, t. 19, 2002, p. 584].

9 Saint-Simon, Œuvres, t. 3, Paris, Anthropos, 1966, Du nouveau christianisme : dialogues entre un un conservateur et un novateur, Premier dialogue, p. 113, 187, 189 (1825).

10 A. Comte, Discours sur l’esprit positif, Paris, Société positiviste internationale, 1932, p. 112 (1844).

11 É. Durkheim, De la division du travail social, Paris, Alcan, 1911, passim (1893).

12 L. Blanc, Organisation du travail, Paris, Cauville, 1845, p. 85.

13 P.-J. Proudhon, Œuvres complètes, t. 4, Paris, Rivière, 1926, Qu’est-ce que la propriété ?, p. 274 (1840) ; Système des contradictions économiques ou philosophie de la misère, Paris, Librairie internationale, 1872, t. 1, p. 99, 239 (1846).

14 D’Alembert, Lettre au roi de Prusse, 2 août 1770, Trésor de la langue française, op. cit. n. 3, ibid.

15 Bernardin de Saint-Pierre, Œuvres posthumes, t. 2, Paris, Ledentu, 1840, Harmonies de la nature, Livre 7, p. 313 (1814).

16 P. Bourget, Œuvres complètes critiques, t. 1, Paris, Plon, 1899, Essais de psychologie contemporaine, IV, M. Taine, p. 162 (1882).

17 H. Bergson, Essai sur les données immédiates de la conscience, Paris, Alcan, 1932, p. 102 (1889).

18 E. Mounier, Traité du caractère, Paris, Le Seuil, 1961, p. 172, 173, 275, 280, 281, etc. (1946).

19 J. Vuillemin, Essai sur la signification de la mort, Paris, PUF, 1949, p. 106-110, passim.

20 P.-É. Littré, Dictionnaire de la langue française, Paris, 1987, t. 5, p. 5364, s.u. « Régulateur », (1863-1873).

21 Voir op. cit. n. 3, s.u. « Régulation », p. 685.

22 De façon générale, sur le concept de régulation et son histoire, on consultera l’article déjà cité supra n. 8, de G. Canguilhem, « Régulation (Épistémologie) », Encyclopaedia universalis, Paris, 1972, p. 1-3 [Corpus, t. 19, 2002, p. 583-585].

23 Dupuy de Lôme (1816-1885), Acad. des sc., Comptes-rendus, t. 65, p. 95, P.-É. Littré, op.cit.,s.u. « Régulation ».

24 « régulation tonique » d’E. Mounier, Traité du caractère, p. 194, 197, 201, 203, 372, 627 (1946).

25 P. Ricœur, Philosophie de la volonté : le volontaire et l’involontaire, Paris, Aubier, 1949, p. 91, 104, 218, etc.

26 J. Vuillemin, Essai sur la signification de la mort, p. 103, 104, 105, 106, 108, 113, 117, 121, 124, 220, 221, 238, etc. (1949).

27 F. Perroux, L’Économie du xxe siècle, Paris, PUF, 1964, p. 161, 162, 218, 450, 451, 636, 637.

28 G. Belorgey, Le Gouvernement et l’administration de la France, Paris, A. Colin, 1967, p. 17, 26, 110, 121, 149, 203, 207, 266 etc.

29 Voir par ex. J. Commaille, s.u. « Régulation », Dictionnaire encyclopédique de théorie et de sociologie du droit, dir. par A.-J. Arnaud, Paris, 1993 2 ; J. Chevallier, « De quelques usages du concept de régulation », M. Miaille (dir.), La Régulation entre droit et politique, Paris, 1995, p. 71-93.

30 C. Lévi-Strauss, La Pensée sauvage, Paris, Pocket, 1995, p. 88 : « régulation structurale du devenir historique » (1962) ; M. Foucault, Les Mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966, p. 366 : « régulations physiologiques ».

31 M. Foucault, Folie et déraison : histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Plon, 1964, p. 83, 97, 379, 386 (1961) ; C. Lévi-Strauss, La Pensée sauvage, p. 280 (1962) ; M. Foucault, Les Mots et les choses, p. 389 (1966).

32 J.-G. Petit, « Les régulations sociales et l’histoire », J.-M. Fecteau et J. Harvey (dir.), La Régulation sociale entre l’acteur et l’institution. Pour une problématique historique de l’interaction/ Agency and Institutions in Social Regulation. Towards an historical Understanding of their Interaction, Sainte-Foy, Presses de l’université du Québec, 2005, p. 28-45.

33 P. Chaunu, « L’histoire sérielle : bilan et perspectives », RH, 494, 4-6/1970, p. 297-320.

34 F. Furet, « L’histoire quantitative et la construction du fait historique », Annales ESC, 26, 1971, 1, p. 63-75, repris sous le titre « Le quantitatif en histoire », J. Le Goff et P. Nora (dir.), Faire de l’histoire, I- Nouveaux problèmes, Paris, 1974, p. 42-61.

35 D’abord en histoire moderne, par ex. par F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme. xve-xviiie siècle, Paris, 1979, notamment II- Les jeux de l’échange. Pour le Moyen Âge, voir A. Greif, « Théorie des jeux et analyse historique des institutions. Les institutions économiques du Moyen Âge », Annales HSS, 53, 1998, 3, p. 597-633 ; pour l’Antiquité, voir dans ce volume la contribution de L. Graslin, « Les modes de régulation des marchands mésopotamiens au Ier millénaire av. J.-C. ».

36 F. Perroux, op. cit. supra n. 27, p. 341.

37 O. Leduc, Cours de chemins de fer, Paris, 1949, p. 345.

38 M. Daumas (dir.), Histoire de la science, Paris, Gallimard, « Encyclopédie de la Pléiade », 5, 1957, p. 1611.

39 Déclaration de l’Assemblée des cardinaux et archevêques de France, 3 mars 1961, dans Trésor de la langue française, t. 14, p. 685, s.u. « Régulation ».

40 A. Comte, Système de politique positive ou Traité de sociologie instituant la religion de l’humanité, t. 2, ch. 5. (1852).

41 M. Daumas (dir.), Histoire de la science, p. 1530.

42 . J-G. Petit, art. cit. supra n. 32, p. 40-41.

43 À Montréal, le CHRS de l’UQAM (Centre d’histoire des régulations sociales), dirigé par Jean-Marie Fecteau et à l’université d’Angers, l’HIRES (Centre d’histoire des régulations sociales), fondé en 1991 par Jacques-Guy Petit.

44 Sans doute parce qu’en anglais, comme il ressort de la consultation des dictionnaires, par ex. A. S. Hornby, Oxford advanced learner’s Dictionary of current English, Oxford, 19743, s.u., p. 723, le terme regulation est un faux-ami, au sens beaucoup plus restreint de « règlement », « réglementation », d’où « mise en conformité, ajustement à des normes » : le concept est donc beaucoup moins dialectique qu’en français et l’expression social regulation ne peut se traduire que par « contrôle social », d’où les malentendus épistémologiques qui peuvent survenir entre chercheurs anglophones et francophones.

45 J.-D. Reynaud, Les Règles du jeu. L’action collective et la régulation sociale, Paris, 19932, cité par J.-G. Petit, art. cit. supra n. 32, p. 37.

46 On peut songer, aux travaux, dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, du GRHIS, groupe de recherches en histoire de l’université de Rouen sur la sociabilité de l’Antiquité à nos jours

47 . Pour le monde romain, voir par ex. E. Frézouls (dir.), La Mobilité sociale dans le monde romain. Actes du colloque de Strasbourg, novembre 1988, Strasbourg, 1992.

48 On se reportera aux actes d’un séminaire de recherches historiques, tenu ces dernières années à l’université d’Angers dans le cadre de l’HIRES, qui a bien montré comment ce genre d’images mentales pouvaient réguler les rapports entre groupes sociaux, collectivités, cités, peuples, dans l’Antiquité comme pour les autres périodes de l’histoire : M. Grandière et M. Molin (dir.), Le Stéréotype, outil de régulations sociales, Rennes, 2003.

Notes de fin

* Nous tenons à exprimer notre gratitude au Professeur J.-G. Petit, à qui cette réflexion doit beaucoup, comme l’indiqueront les références à son intervention au séminaire de Montréal en mai 2002.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search