Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les justices locales

 | 
Antoine Follain

Deuxième partie. Administration et justice locales de l'Ancien Régime au XIXe siècle

« Accorder selon Dieu et conscience »

Le rôle des curés dans le règlement des conflits locaux sous l’Ancien Régime

Anne Bonzon

Texte intégral

  • 1 La similitude entre pratique du pardon, au cœur d’une justice réparatrice, et rituel de la confess (...)
  • 2 François Billacois, « Clio chez Thémis », Droits et cultures, n° 19, 1990.
  • 3 Nicole Castan, Justice et répression en Languedoc à l’époque des Lumières, Paris, Flammarion, 1980 (...)
  • 4 Jean-Pierre Lethuillier, « Trente mille témoins dans les registres d’information criminelle bas-no (...)
  • 5 À la notable exception de l’article de Jean Queniart, « Recteurs et régulation sociale en Bretagne (...)
  • 6 Ainsi, la récente Histoire des curés, sous la direction de Nicole Lemaitre (Paris, Fayard, 2002, 5 (...)
  • 7 Eric Wenzel, « Le clergé au service de l’État royal : le problème du monitoire à fin de révélation (...)

1L’étude des justices de proximité sous l’Ancien Régime rencontre nécessairement le personnage du curé, notable, intermédiaire culturel et de surcroît administrateur du « tribunal de la pénitence ». Ce rôle du clergé paroissial, au service de la justice et de la paix sociale, reste en partie méconnu, probablement parce qu’il se situe à l’intersection de deux domaines d’étude qui jusque-là se sont largement ignorés1. Certes, l’histoire de la justice, de la délinquance et de l’infrajudiciaire, en plein essor depuis au moins deux décennies, s’est interrogée de manière approfondie sur les justices « sans lien (ou presque) avec les professionnels du droit2 ». Ce faisant, les études n’ont pas manqué de mentionner la place importante des membres du clergé agissant en tant que médiateurs3 ou témoins4 de la procédure. Mais, en raison de la diversité des intermédiaires qui sont amenés à intervenir en amont ou en marge des affaires judiciaires (seigneur, notaire, homme d’Église…), la spécificité de l’action des curés n’a pas été abordée en tant que telle5. L’histoire religieuse quant à elle, plus intéressée par les pratiques sacramentelles et la pastorale, sans ignorer les tâches administratives ou conciliatrices des curés, tend souvent à les considérer comme des activités secondaires, voire parasites et néglige de les étudier pour elles-mêmes6. Pourtant, de manière récente, les travaux portant sur le rôle des curés comme auxiliaires de la justice et les contradictions nées, par exemple, de l’obligation de publier les monitoires à fin de révélations7 ont apporté un éclairage nouveau sur les relations entre les communautés locales et les desservants. Mais l’insistance sur ces contradictions entre tâches religieuses et activités d’ordre administratif tend à accentuer l’idée que l’action au service de la justice représente, pour l’homme de Dieu, une obligation accessoire vis-à-vis de ses devoirs exclusivement religieux dans la paroisse. Nous voudrions au contraire souligner la véritable cohérence entre ses activités pastorales et ses interventions conciliatrices.

  • 8 Alfred Soman, « L’infra-justice à Paris d’après les archives notariales », Histoire, Économie et S (...)
  • 9 Exemple de précision chiffrée : Gilbert Larguier, « “À l’imitation de Notre Seigneur Dieu Jesus-Ch (...)
  • 10 Alfred Soman, « L’infra-justice à Paris… », op. cit., p. 369. Id., « Le registre consistorial de C (...)
  • 11 La rencontre de 2002 consacrée aux nouvelles lectures historiques des écrits du for privé s’est po (...)

2La connaissance des accommodements conclus par l’intermédiaire d’un curé suppose que le texte en ait été formalisé et enregistré par un notaire, à moins qu’un accord verbal antérieur ne soit mentionné dans une procédure judiciaire, laquelle n’est alors que l’ultime conséquence d’un échec de la conciliation préalable. C’est de cette manière que se repère l’ampleur de l’infrajudiciaire en amont des procédures et, au sein de celui-ci, le rôle éminent du clergé. Toutefois, à moins d’embrasser l’ensemble de la production d’un notaire pour y quêter les transactions8, et, au sein de ces dernières, celles qu’encadre un curé, la faible productivité des recherches9 incite à se tourner vers d’autres sources, au nombre desquelles les journaux de curés semblent prometteurs. Voici plus de vingt ans, Alfred Soman attirait l’attention sur les apports de ces documents10, tout en déplorant leur rareté. Depuis, la publication de nouveaux journaux et l’intérêt accru pour les « ego-documents11 » font que leur faible nombre ne constitue plus une raison suffisante pour les négliger.

Les accommodements, au cœur de la pastorale « administrative » du xviiie siècle

  • 12 Justice et répression en Languedoc…, op. cit., p. 26-43.
  • 13 Cette idée a été développée par Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, art. cité.

3Le rôle médiateur du clergé au sein de ce qu’il est convenu d’appeler « infrajustice » a été précisément quantifié, à l’échelle d’une vaste province, par Nicole Castan12, à partir des causes portées en appel devant le parlement de Toulouse dans la seconde moitié du xviiie siècle. Tout en soulignant la tendance au déclin de la médiation gracieuse et au progrès de la justice d’État13, ce travail pionnier révélait l’importance, jusque-là insoupçonnée, de la négociation, menée en amont de la procédure ou parallèlement à celle-ci. Rappelons-en brièvement les principaux enseignements. Sur les 152 accommodements repérés et pour lesquels les arbitres sont identifiables, 48 (soit 31 %) impliquent un membre du clergé. En ville comme dans les campagnes, mais plus encore dans ces dernières, le premier ordre fournit les intermédiaires les plus nombreux, suivi par la noblesse, les bourgeois notables, et les hommes de loi.

Des curés médiateurs et acteurs du contrôle social

  • 14 Nicole et Yves Castan, « Une économie de justice à l’âge moderne : composition et dissension. Reco (...)

4La fréquente participation des membres du clergé aux arbitrages dans la seconde moitié du xviiie siècle, bien que relativement déclinante, est un phénomène qui s’explique par de multiples facteurs, dont certains ne caractérisent pas les seuls ecclésiastiques : celui vers lequel on porte les différends doit présenter des garanties de notabilité, d’instruction et d’impartialité, qualités largement répandues au sein d’un groupe tout entier formé, depuis la fin du xviie siècle, au moule des séminaires. Mais à ces traits communs aux autres notables sollicités, le clergé ajoute, surtout en milieu rural, une expérience qui le porte spécialement à intervenir dans les affaires judiciaires. Seul prêtre du village souvent, le curé de campagne constitue un recours d’autant plus recherché qu’il est devenu, avec l’amélioration de la résidence, une figure familière, bien distincte néanmoins de la masse rurale par son mode de vie, ses origines sociales et sa formation intellectuelle. Ce mélange de distance et de proximité fait du curé, au sein des notables, la figure idéale capable de dénouer les conflits internes car jouissant de l’estime et de l’autorité nécessaires pour que sa parole emporte l’adhésion des deux parties. De plus, son intervention reste discrète dans la mesure où elle peut toujours s’interpréter, même lorsqu’il n’en est rien, comme le résultat d’un aveu spontané dans le cadre du sacrement de pénitence, ou comme le fruit d’une pression morale que le pasteur exerce sur ses ouailles; ainsi, la cohésion de la communauté est sauvegardée14.

  • 15 Michel Vernus, Le presbytère…, op. cit., p. 68.
  • 16 Eric Wenzel, « Forcer les témoignages : le délicat recours au monitoire sous l’Ancien Régime », da (...)

5Médiateur, le curé l’est aussi entre les villageois et le monde extérieur. On sait que depuis le xvie siècle l’État monarchique a confié aux desservants des paroisses nombre de tâches administratives qui s’ajoutent à la cura animarum : tenue des registres, publication des ordonnances et édits royaux, réception des testaments, participation aux enquêtes à visée fiscale ou statistique en font les « hommes à tout faire de l’administration15 ». Ces obligations, certes, alourdissent le quotidien du curé; mais, jointes à son activité plus étroitement pastorale, elles le placent dans une position unique qui le désigne comme l’un des premiers acteurs du contrôle social. Dans la même logique, la pratique des monitoires à fin de révélations imposée au clergé paroissial16 exploite cette situation particulière du curé vis-à-vis de ses paroissiens.

Les monitoires

  • 17 Eric Wenzel, « Le clergé au service de l’État… », op. cit.
  • 18 Plusieurs exemples cités par Fabrice Vigier, « Des témoins pas comme les autres ? », op. cit.; de (...)
  • 19 J. de Sainte-Beuve, Résolutions de plusieurs cas de conscience ou décisions des plus considérables (...)
  • 20 Moi, Hugues Aulanier, t. II, p. 12. Sa demeure est l’objet d’une autre agression consécutive à un (...)
  • 21 Journal… de Jean-Baptiste Raveneau, p. 30.
  • 22 Jean Delumeau, Le péché et la peur. La culpabilisation en Occident (xiiie-xviiie siècles), Paris, (...)

6Ces appels à témoins publiés au prône des paroisses concernées, par trois dimanches consécutifs, obligent les fidèles qui savent quelque chose sur l’affaire à se faire connaître à leur curé, sous peine d’excommunication. Celui-ci devra ensuite transmettre à la justice les noms des témoins, fondamentaux pour l’étape de l’instruction. Or cette pratique, d’abord réservée aux crimes graves et scandales publics, se développe au cours de l’Ancien Régime, au point de concerner toutes sortes d’affaires et de transformer les curés en véritables auxiliaires de la justice. Loin de faire l’unanimité, cette évolution soulève la désapprobation d’une partie du clergé qui estime que ses fonctions sont détournées à des fins temporelles17; elle menace également, à l’échelle locale, le fonctionnement de la communauté paroissiale, d’autant que certains curés ne se contentent pas de transmettre les noms mais vont jusqu’à recevoir eux-mêmes les dépositions18. La contradiction entre logique religieuse et logique judiciaire se manifeste en effet à plusieurs niveaux. Si le monitoire est soigneusement distingué de la pratique du confessionnal, certains ne peuvent manquer d’y voir une violation du secret d’un sacrement dont la pratique approfondie et régulière a été difficile à imposer dans les campagnes. De plus, parmi ces prêtres du xviiie siècle, modelés par la Réforme catholique et dotés d’un ascendant sans précédent sur les paroissiens, certains se considèrent comme une sorte de père spirituel pour leurs ouailles et estiment que le monitoire les oblige à « déposer contre [leur] enfant19 ». Il faut ajouter que cette pratique ne facilite pas l’existence quotidienne de ceux qui s’y soumettent, comme le montrent les réflexions émaillant les journaux de curés : Hugues Aulanier, après avoir publié le 10 février 1641 un monitoire mettant en cause certains de ses paroissiens pour des actes de violence, note « cette nuit les susnommés attaquèrent à coups de pierre mes fenêtres de rage et de furie20 ». La communauté peut-elle faire la part, comme le supposent l’État monarchique et l’Église post-tridentine, de ce qui relève de la personne du curé et des obligations que suppose sa fonction ? Plus habiles peut-être, d’autres savent combiner prédication et publication de monitoire, confessions et dépositions, dès lors que la justice au sein de la communauté paroissiale est en jeu. L’on voit ainsi en 1678 le curé de Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux, près de Meaux, orchestrer savamment les publications en période de Carême – c’est-à-dire de confession obligatoire – pour une affaire de malversation dans la répartition des tailles, « une affaire où il falloit tenir la balance bien juste entre les accusateurs et les accusez comme étant également parroissiens21 ». La première publication du monitoire, le troisième dimanche de Carême, est assortie d’une exhortation sur les injustices commises dans l’assiette des tailles. La seconde, le dimanche suivant, utilise les méthodes de la culpabilisation et de la peur d’une excommunication22; à en croire le curé, elle soulève…

« […] encore plus d’épouvante et fit venir déjà plusieurs personnes à révélation, ce qui obligea les parties adverses, contre toute la résolution et fermeté qu’elles avoient témoigné jusqu’alors, de travailler sous main à assoupir cette affaire, en se soumettant à messieurs de l’élection, et obtinrent ainsi de leur bonté de faire surseoir la troisième publication, sur la promesse qu’il firent de satisfaire à toutes choses, en satisfaisant au devoir de la Pasques. »

7Suivent des considérations sur les modalités de réception des révélations, étroitement liées au sacrement de pénitence, puisque les promesses de restitution faites au confessionnal se voient ratifiées par écrit hors de la confession, et que la menace de refus d’absolution est employée.

Les enjeux des accommodements par les curés

  • 23 Nicole Castan, Justice et répression en Languedoc…, op. cit., p. 16.

8Si la pratique monitoriale et l’accommodement ont pour point commun, outre le contrôle social qu’elles favorisent, d’impliquer les curés dans le monde de la justice, ces deux formes d’intervention au sein de la paroisse relèvent de logiques humaines et sociales largement contradictoires. Dans le premier cas, le curé est perçu comme l’agent de l’extérieur qui dispose du pouvoir redoutable de faire émerger les témoignages, au risque de menacer la cohésion locale – à moins toutefois qu’il ne s’agisse, comme dans l’exemple ci-dessus, d’une dénonciation salutaire au fonctionnement de la communauté; dans le second, le curé apparaît comme l’artisan de la pacification interne, celui dont l’intervention cherche à éviter à la fois les règlements de comptes sauvages et le recours à l’appareil judiciaire. Infiniment plus gratifiante pour l’image que le curé donne de lui-même, elle porte avec elle les idées de paix, d’amour du prochain, de conversion de toute une société. Si les populations voient dans la médiation du curé la possibilité d’échapper à une justice lointaine et inquiétante tout en sauvegardant l’honneur23, le prêtre y trouve l’occasion de concilier sa charge pastorale et ses responsabilités humaines, celles d’un notable qui veille à la bonne entente au sein d’une communauté conçue à l’image d’une famille.

  • 24 La catégorisation adoptée ici, en partie anachronique pour l’Ancien Régime, n’est pas sans poser d (...)

9Les études prenant en compte les procédures d’arbitrage et de conciliation, surtout centrées sur le xviiie siècle, se sont prioritairement intéressées aux raisons pour lesquelles les justiciables s’adressaient à un ecclésiastique. En revanche on ne s’est guère penché sur les motivations qui poussaient les curés eux-mêmes à prendre en main telle ou telle affaire pour s’efforcer de la soustraire à l’institution judiciaire. Pour aborder cette question, il semble nécessaire de distinguer les affaires criminelles (au sens actuel) de celles qui concernent de simples conflits locaux24.

L’accommodement, pour échapper à une justice criminelle redoutée

  • 25 Journal d’un curé de campagne au xviie siècle…, op. cit., rééd. Presses Universitaires du Septentr (...)
  • 26 Journal (1676-1688) de Jean-Baptiste Raveneau…, op. cit., Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux : Seine-et-M (...)
  • 27 Moi, Hugues Aulanier : journal de l’abbé Aulanier, curé du Brignon, 1638-1691…, op. cit., tome II (...)
  • 28 Journal d’un curé de campagne au xviie siècle […] par Henri Platelle, 1997, p. 41-51.
  • 29 M. Bardon, « Les curés du diocèse de Meaux au temps de Bossuet », dans Meaux et son diocèse au tem (...)
  • 30 Aulanier s’oppose avec force aux mariages clandestins, interdit les danses pendant le Carnaval et (...)

10Pour replacer les pratiques conciliatrices au sein de l’action quotidienne des curés, les journaux conservés et publiés, bien que rares et d’une représentativité discutable, nous offrent une source particulièrement éclairante dans toute sa subjectivité. Trois d’entre eux, contemporains du règne de Louis XIV et inégalement connus, nous serviront ici de guide : le journal d’Alexandre Dubois, curé de Rumegies (1686-1739) en Hainaut25; celui de Jean-Baptiste Raveneau, curé de Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux (16761688), dans le diocèse de Meaux26; celui d’Hugues Aulanier, curé du Brignon dans le Velay, publié pour la période 1641-166727. Si les trois paroisses concernées appartiennent à des aires géographiques et culturelles fort diverses, les points communs entre ces mémorialistes n’en sont pas moins remarquables. Voici trois curés dotés d’une solide formation initiale (deux au moins sont gradués, Raveneau en théologie, Aulanier en droit canon); longtemps résidents (12 ans pour Raveneau, 53 ans pour Dubois et Aulanier – ce dernier, né en 1601, plus vieux cependant d’une génération que les deux autres); de surcroît, ils sont tous trois investis de responsabilités au sein de leur diocèse et plutôt en bons termes avec leur hiérarchie : Alexandre Dubois, janséniste et surtout gallican, fortement influencé par le modèle de l’évêque Gilbert de Choiseul (évêque de Tournai jusqu’en 1689)28; Raveneau, proche de Bossuet29 et de son prédécesseur, Dominique de Ligny, lequel l’invite en 1680 à présider les conférences ecclésiastiques de La Ferté-sous-Jouarre; Hugues Aulanier, qui reçoit le même honneur de son évêque Henri de Maupas du Tour en 1656 et s’acquitte avec zèle de sa mission de « vicaire forain ». Tous trois, enfin, représentatifs de la tendance rigoriste très répandue dans le clergé français du xviie siècle30.

Des médiations mises en scène par le curé de Rumegies

  • 31 Journal…, éd. 1997, p. 72.

11Dans son ouvrage qui, on le sait, n’est pas écrit au jour le jour mais reconstruit a posteriori, le curé de Rumegies évoque à trois reprises ses possibles interventions médiatrices à la suite d’actes criminels. Ces récits ne sont pas retenus pour eux-mêmes, mais mis au service d’un discours à visée moralisatrice sur les méfaits de la guerre, le port d’arme dans la paroisse et la cruauté des rapports humains. Ainsi, désireux d’illustrer son propos sur la « cruauté » et l’attachement excessif aux biens temporels de ses paroissiens, il relate son intervention consécutive à une affaire d’homicide commis par les villageois sur « un pauvre soldat » surpris en train de marauder dans les poulaillers : « Le pasteur fut prié d’aller à Maulde, ou il y avait un camp volant, pour remédier à ce coup; et il l’a fait avec assez de succès31. » Voici par excellence l’affaire qui peut échapper à la justice : la victime est étrangère à la paroisse, elle s’est rendue coupable d’actes de délinquance qui certes ne méritaient pas un coup de fusil – d’autant que les maraudeurs étaient déjà « mis à merci » – mais risquaient de venir troubler la communauté. L’action conciliatrice du curé, relatée avec une sorte d’affection paternelle pour ses paroissiens, « ces cruels », revient à effacer la bavure, à étouffer l’affaire afin de remédier à un désordre. Le curé n’en dira pas davantage. En revanche, en 1704, un délinquant chronique, auteur de larcins répétés, tombe entre les mains de la justice, sans qu’un arrangement soit possible et même souhaitable, parce que le voleur a fini par se rendre insupportable aux villageois. C’est du moins ce que laisse entendre Dubois, qui note à ce propos :

  • 32 Ibid., p. 130-131.

« […] c’était un hypocrite qui dérobait tous les jours, et lorsque son curé le corrigeait, il avait de si belles paroles que, si on ne l’aurait point connu, il aurait passé pour un saint. Mais trois vaches qui avait dérobées, un homme qu’il avait volé dans les bois, etc. l’ont fait connaître à la justice qui lui a fait son procès et qui l’a condamné à être pendu et étranglé32. »

  • 33 Benoît Garnot, « L’ampleur et les limites de l’infrajudiciaire dans la France d’Ancien Régime (xvi(...)

12Cet exemple illustre le cas typique du multirécidiviste dont l’arrestation soulage le village et pour la sauvegarde duquel nul ne songe à intercéder33. Pour autant, l’intervention du curé n’est pas totalement absente du récit; mais elle se cantonne ici, en amont pourrait-on dire, au domaine purement religieux et secret, celui de la confession. La troisième affaire est plus complexe, puisqu’elle met en scène deux jeunes gens de la paroisse dont l’un est tué par l’autre au cours d’une rixe de cabaret. Le curé, surtout préoccupé de déplorer ce « malheur » qui porte à trois le nombre de ses paroissiens tués en six semaines, précise qu’« on eut toute la peine du monde pour faire paix-à-partie » : a-t-il servi personnellement d’intermédiaire pour la négociation entre les deux familles ? Sans l’affirmer, on peut le supposer; l’auteur use fréquemment du pronom indéfini pour désigner son action; il est en tout cas suffisamment bien renseigné pour préciser : « Il eut plus forte partie à contenter : il avait tué le fils du mayeur du village; aussi lui en a-t-il coûté plus cher. » Le règlement des dommages, rendu ici possible par le caractère fortuit de l’homicide, est fonction de la place occupée dans la hiérarchie locale : sans doute le mayeur fait-il monter les enchères parce que son assise lui rend la justice moins redoutable ? Ainsi, au fil de ces trois récits, le discours de la déploration sur la violence, l’esprit querelleur de la jeunesse et la brutalité des mœurs prend le pas, sous la plume de notre chroniqueur, sur une action conciliatrice pourtant réelle, cohérente avec ses responsabilités pastorales et les nécessités de la cohésion villageoise : étouffer le meurtre de l’intrus, arranger l’homicide accidentel interne à la communauté, livrer à la justice le délinquant perturbateur. Sous couvert de considérations morales – l’endurcissement dans le péché, le malheur qui s’abat sur une famille – le curé reste fidèle aux normes implicites mais approuvées de tous qui tracent la frontière entre recours à la justice et choix de la conciliation.

Des meurtriers sauvés par Raveneau, curé dans le diocèse de Meaux

13Dans son journal, Jean-Baptiste Raveneau se montre plus prolixe que son confrère sur une affaire unique, mais dont le règlement occupe une bonne partie des derniers mois de sa vie. À l’origine, un événement banal, bien que les circonstances ne le soient guère. Lors d’un passage du roi dans la paroisse, le 11 mai 1687, plusieurs habitants, comme à l’accoutumée, se présentent à la porte du carrosse pour lui offrir de menus objets en échange de ses libéralités. C’est là l’origine d’une rixe entre manouvriers travaillant sur les chemins, qui entraîne ce que Raveneau, reprenant l’expression du curé de Rumegies, qualifie de « malheur » :

  • 34 Journal (1676-1688), p. 254.

« […] un nommé Charles Chesneaux, de Monceaux, terrassier de son mestier, lequel s’estant présenté avec les autres travailleurs à la portière du roy, receut en effet quelque demy-louis d’or. Il disoit qu’il n’y en avoit qu’un, les autres luy soutenoient qu’il y en avoit plusieurs. Des paroles on en vint aux coups, un de la bande luy porta un coup de pierre dans la tempe, dont il mourut deux heures après… C’estoit un garçon aussi de la paroisse, nommé Charles Poulain. Il y eut ordre exprès de Monsieur l’Intendant de luy faire son procez34. »

  • 35 Ibid., p. 267.
  • 36 Arch. dép. Seine-et-Marne, 79 E171.
  • 37 Benoît Garnot, « L’ampleur et les limites de l’infrajudiciaire… », op. cit.
  • 38 Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, « Le crime pardonné… », op. cit.
  • 39 D’après Raveneau, Bossuet et le Père de la Chaise se sont entremis.
  • 40 Journal (1676-1688), p. 272.
  • 41 Dans cette affaire, le curé sait parfaitement exploiter ses relations et sa bonne connaissance des (...)

14Pour réparer ce meurtre fortuit et le retirer à la justice, le curé n’hésite pas à employer les grands moyens : le 6 juin, un placet au roi, présenté lors d’un dîner à Monceaux, expose l’affaire comme un accident, ce qui vaut « deux louis d’or pour la vefve, en attendant un plus grand éclaircissement »; le 19 octobre, lors d’une visite pastorale, l’évêque lui-même promet de contribuer au règlement, « quand l’accommodement seroit fait avec les parties35 »; de fait, le samedi suivant, Bossuet s’engage à verser à la veuve « un écu d’aumosne par mois, à condition qu’elle se désisteroit de toutes les prétentions qu’elle pouvoit avoir contre les complices de la mort de son mary ». Charles Poulain et ses complices, entre-temps, ont obtenu leurs lettres de rémission, en septembre. Ainsi, le pardon royal vient rétablir un ordre qui avait été troublé, indirectement, par une manifestation de la libéralité royale. Comme le veut la règle, parallèlement à cela, un accommodement est passé à Meaux devant le notaire Jean Léger. Par cet acte daté du 26 novembre 168736, la veuve reconnaît que la mort de son époux « est arrivée par un pur accident » et en décharge les accusés. En contrepartie, ces derniers témoignent « le regret qu’ils ont de cet accident et de la mort qui s’en est ensuivie » et, pour contribuer à la nourriture et à l’éducation de la fille du défunt âgée de 2 ans, ils s’engagent à payer la somme de 120 livres. Il s’agit donc par excellence du type d’affaire qui relève de la justice réparatrice, en raison du caractère fortuit de l’accident37 et de la bonne intégration locale des agresseurs. Quant à leur pauvreté, qui serait plutôt un obstacle à la rémission38, elle est compensée par les puissants soutiens dont ils disposent39. Elle leur permet d’être dispensés d’amende mais est appréciée diversement par les autorités : alors que le lieutenant criminel « vous disait nettement que s’ils estoient si pauvres, ce n’estoit pas à eux de faire des folies, n’ayant pas moyen de les payer40 », le curé estime cette affaire « beaucoup plus malheureuse que criminelle et plus digne de compassion que de châtiment ». Sensible à la situation des accusés qui sont tous ses paroissiens et, comme le précise l’acte, désireux « que la paix puisse estre fait sans retardement », le curé n’est pas seulement témoin, mais il se porte caution sur ses propres biens. De manière surprenante, Raveneau ne dit mot de cette dernière intervention dans son journal; mais sa motivation est clairement énoncée : ramener la concorde parmi ses ouailles. Aux dommages promis à la veuve, s’ajoutent les frais de justice qu’il faut payer pour délivrer les paroissiens retenus en prison depuis le 16 décembre, dans l’attente de la décision d’élargissement. Comme les intéressés sont pauvres, c’est le curé lui-même qui se charge de réunir les fonds nécessaires : la contribution de l’évêque est complétée par le produit d’une quête extraordinaire dans les maisons de la paroisse. Cette conclusion, à la fin de l’année 1687, est présentée par Raveneau comme « une affaire de charité […] véritablement bénie de Dieu41 ».

15Cet accommodement n’est pas seulement représentatif du genre d’affaire qui échappe, au moins en partie, à la justice. Du point de vue du curé, il répond à une logique parfaitement conforme à ses devoirs pastoraux : réparer l’injustice, mais aussi ramener la paix au sein de sa paroisse. Il est maintenant nécessaire, à partir d’exemples de transactions plus banales, de replacer les accommodements dans la logique de l’action quotidienne des curés.

La résolution des conflits, une pratique en concordance avec la pastorale post-tridentine

  • 42 Nicole Castan, Justice et répression en Languedoc…, op. cit., p. 40; Jean Quéniart, « Recteurs et (...)
  • 43 Nicole Castan, ibid., p. 43.

16On a remarqué que les curés étaient les arbitres les mieux placés, au temps des Lumières, pour statuer sur les affaires liées à la famille et à la moralité, tout particulièrement celles qui exigent tact et discrétion, comme les grossesses illégitimes, surtout dans les milieux modestes42. Leur intervention, motivée par des préoccupations d’ordre moral, peut alors s’accompagner de sanctions religieuses – refus d’absolution notamment. Dans le Languedoc, le fossé qui se creuse entre des curés trop rigoristes et des fidèles attachés aux formes traditionnelles de la sociabilité expliquerait le recul relatif de l’arbitrage clérical au profit de la médiation bourgeoise et du recours à la justice43… Mais les dernières décennies de l’Ancien Régime ne sont peut-être pas les années les plus propices à une saisie de la logique des accommodements dans le cadre de l’action quotidienne des prêtres.

L’exemple d’Aulanier, curé dans le Velay au xviie siècle

  • 44 Sur la violence et ses significations dans la société du Velay, Gérard Sabatier, Le vicomte assail (...)
  • 45 Suivant la définition exposée par Madeleine Foisil, « L’écriture du for privé », dans Histoire de (...)

17Le journal du curé du Brignon présente le double avantage de concerner les années centrales du xviie siècle, celles de la mise en place de la Réforme catholique, et de mentionner un nombre non négligeable d’interventions conciliatrices dans une société dont la violence éclate à chaque page : guet-apens multiples, rixes et règlements de comptes meurtriers, razzias diligentées par le seigneur servent de toile de fond à l’existence quotidienne de ce village pourtant peu éloigné du Puy44. Assez différent des journaux de Raveneau ou de Dubois, le document est plus proche d’un livre de raison45 avec ses mentions comptables et ses notes jetées sur le papier au jour le jour, sans volonté explicite de faire œuvre de mémoire, ou même de transmettre un quelconque message à visée moralisatrice. Précis, il garde néanmoins une trace détaillée de l’activité de son auteur, fournissant notamment la teneur de plusieurs accords. Par exemple le 8 novembre 1643 :

  • 46 Moi, Hugues Aulanier…, t. II, p. 72.

« Ce jour je fis l’accord entre Antoine Séjalon, de Tourtinhac, d’avec André Rousset, de Tarret, cousins, du procès qu’ils avaient pendant au Sénéchal comme s’ensuit : c’est que led. Séjalon passera aud. Rousset et Ysabeau Séjalon, sa mère, pour tous les droits qu’ils pourraient avoir dans les biens dud. Antoine Séjalon, outre et par dessus la dot constituée à lad. Ysabeau Séjalon, comme est à son contrat de mariage d’avec feu Jean Rousset, dud. Tarret, la somme de 240 L et une douzaine d’arbres pins, savoir 6 arbres de rase grands et les autres 6 arbres moyens pour faire de tenalz, à dicte de Michel Boudoulh et Pierre Boudoulh, dud. Lieu, de laquelle somme de 240 L led. Antoine Séjalon doit payer présentement 120 L et les autres 120 L à trois paiements égaux de 40 L chacun de la fête prochaine de Saint-André que vient en un an et ainsi continuant jusques à fin de paiement, et les 12 arbres tout présentement; et moyennant ce led. André Rousset et Ysabeau Séjalon, mère, quittent tous droits paternels, maternels et renoncent à tout procès et demeurent bons amis46. »

  • 47 Ibid., t.V, p. 163
  • 48 L’accord final en sa faveur intervient en octobre 1650 (ibid., t. II, p. 208-209).
  • 49 Mise à sac de sa cure le 13 juillet 1658, tentative d’assassinat le 21 décembre 1659. Ces attentat (...)
  • 50 Ibid., t. IV, p. 16.
  • 51 Michel Vernus affirme qu’on ne s’adresse pas au curé s’il est adonné à la chicane (Le presbytère…, (...)

18Au fil des pages, 39 interventions dans des conflits sont mentionnées par Hugues Aulanier pour les années 1643 à 1667, alors que ses tentatives d’accommodement – du reste infructueuses – dans les affaires criminelles n’interviennent qu’à trois reprises. Cela représente en moyenne un peu plus de deux arbitrages tous les trois ans, pour une population qui s’élève, dans les années 1660, à « douze cent personnes effectives47 » et se répartit en une vingtaine de hameaux. Mais on n’a pas la certitude que toutes les interventions du curé soient systématiquement mentionnées : certains litiges, renvoyés à un règlement ultérieur, n’apparaissent plus dans la suite du journal. De plus, la répartition dans le temps de ces affaires est fort irrégulière, avec 7 cas seulement jusqu’en 1650, 22 de 1651 à 1660 et 11 après 1661. Les explications tiennent probablement aux aléas de la carrière d’Aulanier, marquée dans sa première décennie par maintes difficultés personnelles : démêlés avec l’« Université » Saint-Mayol du Puy, qui lui valent les foudres de l’official et même un séjour en prison48, implication dans un conflit avec la maison de Polignac, seigneur du Brignon, et plusieurs tentatives d’assassinat dont il se dit l’objet. De même, après 1656, s’ouvre une nouvelle période troublée de l’existence d’Aulanier49, marquée par des relations alors plus tendues avec ses ouailles, ce qui peut contribuer à expliquer la raréfaction des recours. Lui-même bachelier en droit canon, le curé mémorialiste fait preuve d’un indéniable goût pour la chicane; impliqué dans d’innombrables causes, pour son compte ou celui de ses amis, il va fréquemment plaider au Puy ou à Toulouse et se targue d’une compétence juridique particulière, comme le montre cette remarque amère sur ses paroissiens, en mars 1656 : « Étant méchants et de mauvaise intelligence et gens sans esprit pour les affaires de justice et procès50. » Loin d’éloigner les plaideurs, contrairement à ce que l’on pourrait croire51, ce tempérament querelleur associé à une bonne connaissance des rouages de la justice paraît pousser certains à se tourner vers lui. En effet, dans la plupart des cas, ce sont les parties en présence qui s’en remettent à son arbitrage, qu’un procès soit par ailleurs engagé (dans 8 cas) ou non (dans 4 cas, le reste étant indéterminé).

Un juge de paix avant l’heure ?

  • 52 Une justice de proximité : la justice de paix (1790-1958), Paris, PUF, 2003, 283 p. Recherche effe (...)

19En dépit de ses travers personnels, ce curé présente en effet des qualités qui l’amènent à remplir les fonctions d’un véritable juge de paix avant l’heure52 : disponibilité, écoute et autorité. Disponible, il prétend fréquemment passer une journée entière à la préparation d’un accord; ainsi, par exemple, le 28 octobre 1652 :

  • 53 Ibid., t. III, p. 116.

« Tout le jour fus occupé avec M. Florit, curé de Laussonne jusques à la nuit pour accommoder le différent qu’est entre Me Reynaud, notaire, et Vincent Freschon, des Salles, et ne fut rien avancé, attendu leur opiniâtreté53… »

  • 54 Le 12 octobre 1652 (ibid., t. III, p. 113) et le 24 mai 1657 (ibid., t. IV, p. 63); dans les deux (...)
  • 55 Ibid., t. III, p. 245.

20Consacrant du temps et de l’importance, comme nombre de ses confrères, à la pratique de la confession, il sait écouter, et connaît bien les paroissiens qui se tournent vers lui pour régler les petites affaires du quotidien. Remarquons enfin qu’il n’est pas toujours l’unique arbitre : il arrive, dans 7 cas, que le règlement soit mis entre les mains de deux personnes (chacun défendant une partie semble-t-il). On trouve même mention, à deux reprises, d’un troisième et jusqu’à un quatrième intervenant54. Le changement d’arbitre est également envisagé lors d’une affaire qui oppose un des neveux du curé à l’un de ses parents : après un premier échec, le 1er octobre 1655, « fut arrêté de nous trouver mardi prochain, 5e de ce mois, au lieu de Landos et Me Cayres, notaire, sera l’arbitre et moyenneur de cette affaire55 ». Un tel changement d’intermédiaire peut être rapproché de l’habitude prise par Aulanier, lorsqu’un paroissien avec qui il était en mauvais termes vit ses derniers moments, de lui proposer de confesser ses péchés à un autre prêtre.

  • 56 À commencer par sa propre famille : le 21 juin 1663, le curé renvoie son neveu Antoine Michel qui (...)
  • 57 Le lien fréquemment souligné des curés avec milieu notarial se vérifie ici : son beau-frère Guilla (...)

21Des matières concernées, il faut distinguer celles qui découlent plus ou moins de ses fonctions sacerdotales. Ainsi de ses trois interventions dans des querelles opposant différents prêtres, pour des questions de répartition des legs par exemple. C’est en tant que vicaire forain que deux prêtres de Rauret se tournent vers lui, le 8 octobre 1664, pour arbitrer le différend qui les oppose à leur curé; ils lui laissent par écrit le détail du conflit; la conférence ecclésiastique, dix jours plus tard, offrira le cadre idéal pour une pacification. Lorsqu’il s’agit de simples paroissiens, le domaine d’intervention le plus fréquent (14 cas) est le partage d’une succession entre plusieurs héritiers. Non seulement le curé qui peut recevoir les testaments est rompu à ce genre d’exercice, mais dans ces affaires il retire la satisfaction d’avoir réussi à réconcilier des membres d’une même famille, dont il supporte mal les divisions56. On comprend aussi que l’on se tourne vers le curé pour une affaire de tutelle (un cas) ou pour intervenir à la suite de l’inhumation par erreur d’un défunt dans le caveau voisin, appartenant à une autre famille. Mais, au-delà de ces situations en relation avec son ministère, Hugues Aulanier n’hésite pas à se mêler des questions les plus diverses : dettes, hypothèques, querelle de bornage, larcin, métayage, conflits relatifs au bétail… Bien inséré dans la société locale – on ne compte plus les cousins et neveux qui peuplent le village et les environs57 – le curé n’est pas encore déconnecté des préoccupations paysannes. On devine chez lui une véritable passion à démêler les fils des affaires les plus embrouillées.

  • 58 La thèse récente de Bruno Restif met en évidence la persistance, au xviie siècle, de testaments or (...)
  • 59 Moi, Hugues Aulanier…, t. III, p. 154.
  • 60 Ibid., t. V, p. 123.

22Il faut bien le reconnaître, ces interventions ne sont pas toujours couronnées de succès. Seule une grosse moitié d’entre elles (23) aboutit à un règlement, parfois après plusieurs tentatives infructueuses. En cas de succès, une ratification devant notaire n’est mentionnée qu’à 7 reprises; le silence ne signifie pas nécessairement l’absence de contrat notarié, mais il est certain que, comme on l’a constaté ailleurs pour les testaments58, une partie des accords, seulement oraux, n’a pas besoin d’être enregistrée. Ainsi, le 22 août 1653, il note « tout le reste du jour occupé à partager le différent qu’était entre François Dussuc, cordonnier, et Antoine Chacornac dit Trioulaud pour raison de quelques limites que je posai et les mis d’accord59 »; ou encore, le 4 septembre 1664 : « Tout ce jour fus aux Ceyssoux pour accorder Antoine Vazeilles avec Jacques Liabeuf, dudit lieu, touchant certain prétendu différent de quelque prétendu larcin qui s’était fait cette nuit, et après tout cela ne fut rien60. »

  • 61 Une dizaine d’interventions sont notées dans son journal entre 1653 et 1667.
  • 62 Le journal de Raveneau offre aussi des exemples de ce type d’intervention (op. cit., p. 165-167).
  • 63 On note une autre affaire similaire à celle-ci en mars 1666 (ibid., t. V, p. 207); la menace, rela (...)

23Il est parfois délicat de faire le partage entre ces interventions qui relèvent de l’infrajudiciaire au sens strict, et d’autres activités conciliatrices davantage liées à l’administration des sacrements. Pour Hugues Aulanier, la logique est la même, ramener la paix dans la communauté en vue du bien moral de ses ouailles. Ainsi, le curé excelle comme intermédiaire entre deux familles qui vont se lier par un mariage pour la fixation de la dot61. Comme pour l’accommodement, l’accord se marque par l’énoncé des clauses, la signature d’un contrat chez le notaire avec les termes de paiement, et se clôt par un rituel bien réglé (partage d’un verre ou d’une collation). Le curé se démène aussi pour régulariser la situation matrimoniale des filles enceintes, ou enlevées, ou des époux ayant contracté un mariage clandestin62. Ainsi, par exemple, en 1646, il cherche à faire épouser une certaine Jeanne Pagès par Vidal Ras qui l’a rendue enceinte et qui refuse le mariage malgré l’accord de sa mère. Trois ans plus tard, le 16 février 1649, alors qu’une fille est née le 5 juin 1647, le curé assiste aux fiançailles des dits Ras et Pagès, « pour réparer cette faute et tirer ladite Jeanne d’ignominie et de peine de plus grand malheur ». Artisan de cette union, il explique qu’il en a précipité la conclusion, « crainte que ledit Ras ne l’abandonnât au péché et ne se dédit après Pâques, comme c’est l’ordinaire de la jeunesse débauchée, et attendu que le Carême pressait ». Sans doute a-t-il su manier, en cette période de confession obligatoire, l’arme de l’absolution pour peser en vue d’un arrangement63.

Une attitude et des activités conformes aux exigences épiscopales

  • 64 Sans aborder la question des accommodements par les curés, G. Sabatier a insisté sur le rôle de l’ (...)
  • 65 D’origine champenoise, le prélat s’est d’abord signalé dans le diocèse de Reims : artisan de l’int (...)
  • 66 Parallèlement à la longue procédure devant le parlement de Toulouse, au sujet des fruits de la cur (...)
  • 67 Le 8 octobre 1657, quelques jours après le synode, l’évêque le convoque au Puy à la suite d’accusa (...)
  • 68 Ibid., t. II, p. 82.

24Si cette activité régulatrice et conciliatrice s’accorde, dans le cas d’Aulanier, avec un indéniable plaisir à dénouer les situations conflictuelles, elle s’insère pleinement dans la logique de la Réforme catholique qui triomphe alors64. Comme ses confrères, le curé du Brignon est soumis à de puissantes incitations de la part de son évêque, très présent, ainsi qu’à l’exemple suggestif des missionnaires. L’évêque réformateur Henri de Maupas du Tour65, à la tête du diocèse de 1641 à 1661, développe la formation du clergé par le biais des conférences ecclésiastiques, instituées en 1645. Il intervient personnellement auprès d’Hugues Aulanier en vue de la résolution de ses démêlés avec Saint-Mayol66 ou avec les prêtres de sa communauté67 pour lesquels il le convoque à plusieurs reprises. Surtout, il l’oblige à pardonner dans une affaire criminelle qui le touche de près, en 1643 : un de ses neveux, âgé de 25 ans, qu’il avait personnellement élevé et pris à son service comme clerc, meurt assommé par un coup de pierre lors d’une rixe; le procès des meurtriers, au Puy, aboutit le 6 février 1644 à une quadruple condamnation : pendaison pour deux accusés, galères à perpétuité pour les deux autres, ainsi qu’une amende de 400 livres envers Hugues Aulanier. L’évêque convoque alors le curé pour le pousser à un accommodement avec les prisonniers; il le garde trois heures, en vain. Après une nouvelle tentative tout aussi infructueuse, le 9 avril, ce n’est que cinq jours plus tard qu’un arrangement est conclu avec les deux condamnés aux galères, sous la pression du prélat : « Fut conclu par autorité dudit seigneur que je lui pardonnerai leur galère et pour les dépens ils me bailleront la somme de 100 écus68 »; la transaction est enregistrée devant notaire le 27 avril. Cette logique du pardon, que l’on sent ici particulièrement douloureuse, triomphe à de multiples reprises, d’abord à l’incitation de l’évêque, puis sur l’initiative du curé lui-même qui, afin de donner l’exemple, ne recule pas devant la mise en scène. Il note par exemple, le 6 juin 1655 :

  • 69 Ibid., t. III, p. 233.

« […] Ce jour je m’accommodai avec Pierre Gimbert, de Tarret, touchant la prise de l’eau du pré appelé la narse appartenant à François Masclaux, mon neveu, et fut dit que ledit Gimbert n’irait plus prendre l’eau dans ledit pré de la narse et qu’on ne plaiderait plus, ayant rompu lui-même l’exploit et maintenue du sénéchal que je lui avais fait donner et impétrer dans ma chambre, et demeurâmes bons amis69. »

  • 70 Ibid., t. V, p. 179.

25Maître dans l’art de la transaction, Aulanier sait aussi utiliser l’arme du procès comme une menace; ainsi en septembre 1665, pour se faire payer une dîme novale contestée, il raconte avoir fait assigner l’un de ses paroissiens uniquement pour l’amener à un accord, assorti du « pacte que lui ni moi ne plaiderons point, ni ne se ferait pour raison de ce aucune poursuite un contre l’autre70 ».

26Le pardon et la réconciliation sous la houlette du curé correspondent à la vision du rôle pastoral caractéristique de la Réforme catholique. Les évêques agissent en ce sens dans de nombreux diocèses et toute une littérature ecclésiastique, bien au-delà de la simple exhortation à pardonner à ses ennemis, incite les curés à jouer ce rôle de médiateur. On lit par exemple dans le Traité des devoirs d’un bon curé de l’évêque de Châlons Félix Vialart de Herse (1660), au titre de ce que le curé « doit à ses paroissiens » :

  • 71 Traité des devoirs d’un bon curé…, Châlons, Seneuse, 1660, p. 440. Sur cette « tradition morale » (...)

« [Il est tenu de] travailler autant qu’il sera en luy à ce que ses paroissiens n’entrent en procès les uns contre les autres, taschant pour cela d’accorder leurs differens, ou du moins de les porter à quelque accommodement raisonnable par l’entremise de leurs amis communs, ou de quelques personnes désintéressées et intelligentes, sans jamais prendre party pour l’un, ni pour l’autre, mais se montrant un Père commun à leur endroit71. »

  • 72 Exemples proposés par Robert Sauzet, Les visites pastorales dans le diocèse de Chartres pendant la (...)
  • 73 L’Arbitre charitable pour éviter les procez et les querelles, ou du moins pour les terminer prompt (...)

27Les évêques ou leurs subordonnés peuvent donner l’exemple eux-mêmes lors des visites pastorales. Dans le diocèse de Chartres, doyens et archidiacres président à des réconciliations ou incitent fortement les curés à mettre fin à des inimitiés72. Ces actions sont reprises et systématisées au début des années 1670, en liaison avec la publication et la diffusion par le royaume de L’Arbitre charitable d’Alexandre de La Roche73, un ouvrage qui place évêques et curés au premier rang des pacificateurs.

L’influence des missions

  • 74 Jean Delumeau, « Missions de l’intérieur au xviie siècle », Un chemin d’histoire. Chrétienté et ch (...)
  • 75 François Lebrun, « Les missions des lazaristes en Haute-Bretagne », repris dans Cultures et croyan (...)
  • 76 François Lebrun, « Une mission à Brissac en 1707 », Ibid., p.27 et31.
  • 77 Charles Berthelot du Chesnay, Les missions de saint Jean Eudes. Contribution à l’histoire des miss (...)
  • 78 Jeanne Ferté, La vie religieuse…, op. cit., p. 387-391.

28Une autre incitation provient des missionnaires, qui ont aussi pour vocation de former et de modeler le clergé paroissial par l’exemple. Les missions intérieures, en effet, ne cherchent pas seulement à instruire, mais aussi à rétablir la paix et la concorde au sein de communautés rurales ou urbaines travaillées par de multiples conflits. Les rapports rédigés ensuite accordent une place de choix au récit des réconciliations obtenues, que ce soit par les capucins comme le P. Honoré de Cannes74, les lazaristes75, les jésuites76, ou encore le P. Eudes et ses confrères77. Tous ces exemples nous révèlent, au-delà du simple effet immédiat des prédications, une volonté de perpétuer la concorde ainsi obtenue, soit par la mise en place de structures permanentes destinées à régler les petites affaires du quotidien – tels les « bureaux d’accommodement » ouverts à Angers après la mission du P. Honoré de Cannes – soit par la collaboration avec les curés du lieu. Ceux-ci sont parfois personnellement impliqués dans les accommodements auxquels président les missionnaires, comme le montre par exemple l’accord conclu entre le curé de Gentilly et ses paroissiens en 1670 cité par Jeanne Ferté78. Le clergé local, souvent associé aux exercices des religieux, en apprend aussi les méthodes par la pratique.

29Les journaux se font l’écho de cette réception par les curés de l’exemple des missionnaires. Après la mission à Saint-Jean durant le Carême de 1682, Raveneau note la « dévotion extraordinaire » qu’elle entraîne, visible à l’affluence aux prédications, au grand nombre de communiants, mais aussi aux réconciliations et restitutions :

  • 79 Journal, p. 128. De fait, les minutes de Pierre Judas, notaire à Monceaux, enregistrent pour 1682 (...)

« […] au reste, pour une paroisse médiocre, il s’est fait des choses assez considérables, tant pour les réconciliations, accords de procès, que restitutions, en sorte que l’on peut compter pour plus de cent écus d’affaires accommodées, et bien 80 livres de restitutions manuelles79 ».

  • 80 Ibid., p. 31.
  • 81 Une autre mission, confiée aux jésuites cette fois, a lieu dix ans plus tard, en août-septembre 16 (...)

30Dès 1678, il disait s’inspirer des méthodes employées par les missionnaires pour obtenir au confessionnal des promesses de restituer80. Quant à Aulanier, son implication dans les missions paraît déterminante dans l’intensification de son activité conciliatrice. En mai 1654, des capucins s’installent à Cayres, le village voisin, pour une durée de 15 jours81; Hugues Aulanier est associé à leurs exercices : à plusieurs reprises, il dîne avec les missionnaires et les aide à confesser. Cette expérience explique probablement la vague d’accommodements auxquels il préside ensuite : pas moins de 10 interventions entre la mission et la fin de l’année 1655, concentrées notamment pendant la période pascale, celle de la confession obligatoire. Qui plus est, ces accords s’enchaînent les uns aux autres : trois d’entre eux, par exemple, intéressent Jacques Pagès, pour des affaires remontant à un certain temps, comme si le curé était parvenu à le convaincre de régler ses vieux procès et de s’entendre avec ses ennemis…

  • 82 Mt., 5, 25-26.

31La mission, moment de rupture et de formation des curés par l’exemple, fait le lien entre la pratique du confessionnal et la mise au point des accommodements. Renouant avec l’enseignement évangélique82, les ouvrages destinés aux curés vont dans le même sens. Par exemple, un Avis aux confesseurs imprimé à Paris en 1657 précise :

  • 83 Advis aux confesseurs, et demandes à faire aux penitens, Paris, Pierre Trichard, 1657.

« Si le penitent se trouve avoir quelque different contre son prochain, s’il n’y va que du temporel, et qu’il n’y ayt point d’inimitié declarée entre les parties, le confesseur le doit exhorter à la paix, s’offrans soy-mesme, ou luy proposant la voye d’arbitrage […]. Que s’il y a inimitié veritable et formée, il faut le porter à la reconciliation, s’offrant d’y ayder et fournir personnes; que si le penitent refuse de se reconcilier et de pardonner, il faut luy denier l’absolution83… »

  • 84 Moi, Hugues Aulanier…, t. III, p. 18.
  • 85 Journal, p. 192.

32Ce lien que nous avons déjà souligné entre sacrement de pénitence et action au service de la justice se devine à plusieurs reprises sous la plume d’Hugues Aulanier : le 4 mars 1643 il va révéler à l’évêque un meurtre qu’il a « appris secrètement d’ailleurs ». Le 13 février 1654 il porte les sacrements de pénitence et d’eucharistie à un paroissien blessé d’un coup de pierre à la tête par ses voisins, « pour certain différent qu’ils avaient de quelque fumier »; le curé l’exhorte à pardonner, le blessé « reçut dévotement ledit sacrement et les pardonna de bon cœur84 ». Jean-Baptiste Raveneau, quant à lui, préconise que l’on fasse, en préparation des confessions pascales, « un petit mémoire secret de toutes les affaires qui se sont passées dans une paroisse pendant le cours de l’année, batteries, larcins, vengeances, procez, tailles et semblables. Et en communiquer autant qu’il est nécessaire au prestre qui occupe le confessionnal avec vous, afin d’estre unis ensemble pour combattre le péché et le faire réparer85 ».

Conclusion

33Les sources du xviie siècle offrent donc un éclairage d’autant plus précieux qu’un équilibre est alors atteint : les curés, déjà bien formés et informés, restent suffisamment crédibles pour que leur parole ait encore du poids et puisse emporter l’adhésion des parties en conflit. Certes, nous ne disposons ici que de cas individuels, et la manière de présider aux accommodements varie selon la sensibilité personnelle. Mais, au-delà de leurs différences, ces curés agissent en fonction d’une logique qui n’est pas exactement la même que celle d’arbitres quelconques, et qui ne s’accorde pas toujours avec les attentes des solliciteurs. Cette logique proprement religieuse, qui fait du curé le garant de la paix et le médiateur entre Dieu et les hommes, paraît triompher sous la double impulsion des évêques et des missionnaires. Le lien entre les activités au service de la justice et le sacrement de pénitence a été maintes fois mis en évidence : si le monitoire se rapproche de l’aveu, l’accommodement renvoie davantage au pardon.

34Il faudrait pouvoir dépasser le cas particulier, en remarquant que le rôle des curés dans la résolution des conflits est étroitement lié à la place qu’ils tiennent dans la société locale et à leur plus ou moins grande capacité à épouser les intérêts communautaires. Ce n’est peut-être pas un hasard si la plupart des exemples disponibles ont pour cadre des régions telles que la Bretagne, la Bourgogne et l’Auvergne, au clergé nombreux, regroupé souvent en communautés, aux prêtres bien enracinés localement et d’origine majoritairement rurale.

Notes

1 La similitude entre pratique du pardon, au cœur d’une justice réparatrice, et rituel de la confession, a néanmoins été soulignée par Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, « Le crime pardonné. La justice réparatrice sous l’Ancien Régime (xvie-xviiie siècles) », Criminologie, vol. 32, n° 1, 1999, p. 32-56. Cette approche vient nuancer l’opposition, soulignée naguère par Jean Delumeau, entre le tribunal de la pénitence, qui dispense le pardon divin, et les « justices ordinaires de tous les temps », qui punissent les coupables : L’aveu et le pardon. Les difficultés de la confession xiiie-xviiie siècle, Paris, Fayard, 1990, 194 p. (p. 8).

2 François Billacois, « Clio chez Thémis », Droits et cultures, n° 19, 1990.

3 Nicole Castan, Justice et répression en Languedoc à l’époque des Lumières, Paris, Flammarion, 1980, 313 p. (p. 26 sqq.), et plusieurs contributions à L’infrajudiciaire du Moyen Âge à l’époque contemporaine, actes du colloque de Dijon (1995) édités par Benoît Garnot, Dijon, EUD, 1996, 477 p.

4 Jean-Pierre Lethuillier, « Trente mille témoins dans les registres d’information criminelle bas-normands (1650-1850) », dans Les témoins de l’Antiquité au xxe siècle. Une histoire des statuts et des comportements, textes remaniés des communications présentées au colloque de Dijon (2001) édités par Benoît Garnot, Rennes, PUR, 2003, p. 233-245. Cet auteur range les curés parmi les témoins « par fonction », sollicités en raison de la confiance qu’ils inspirent.

5 À la notable exception de l’article de Jean Queniart, « Recteurs et régulation sociale en Bretagne au xviiie siècle », dans L’infrajudiciaire…, op. cit., p. 231-239.

6 Ainsi, la récente Histoire des curés, sous la direction de Nicole Lemaitre (Paris, Fayard, 2002, 523 p.) leur consacre seulement quelques lignes (p. 243) pour illustrer la primauté, au xviiie siècle, de l’utilité sociale sur la perception plus strictement religieuse des fonctions sacerdotales. Les interventions du curé y sont mises en relation avec son rôle croissant de correspondant des intendants pour les grandes enquêtes administratives. La synthèse de Bernard Plongeron, La vie quotidienne du clergé français au xviiie siècle (Paris, Hachette, 1974, 284 p.), n’évoque pas les accommodements, ni au sujet des curés « gendarmes des services sociaux », ni « au service de la charité », et ce probablement en raison de la date de sa rédaction. En revanche, Michel Vernus fait une petite place à ces questions : Le presbytère et la chaumière, Rioz, Togirix, 1986, 270 p. (p. 68-69).

7 Eric Wenzel, « Le clergé au service de l’État royal : le problème du monitoire à fin de révélations (xvie-xviiie siècle) », Cahiers d’Histoire, 1998, n° 71, p. 97-108.

8 Alfred Soman, « L’infra-justice à Paris d’après les archives notariales », Histoire, Économie et Société, 1982, n° 2, p. 369-375.

9 Exemple de précision chiffrée : Gilbert Larguier, « “À l’imitation de Notre Seigneur Dieu Jesus-Christ”. Pardons catalans », dans L’infrajudiciaire…, op. cit., p. 405-417. Cet auteur estime que les actes de pardons qu’il étudie ne représentent pas plus de 0,2 % de la production notariale.

10 Alfred Soman, « L’infra-justice à Paris… », op. cit., p. 369. Id., « Le registre consistorial de Coutras », repris dans Sorcellerie et justice criminelle (xvie-xviiie s.), recueil d’articles de l’auteur publiés en français et en anglais de 1977 à 1990, Aldershot [G.Br.], 1992, p. 193-228; Id., « Deviance and Criminal Justice in Western Europe, 1300-1800 : An Essay in Structure », Ibid., p. 3-28. Assurément, la comparaison de l’action pacificatrice des curés et de celle des consistoires ne manquerait pas d’intérêt.

11 La rencontre de 2002 consacrée aux nouvelles lectures historiques des écrits du for privé s’est poursuivie par la mise en place du GDR n° 2649 du CNRS sur « les écrits du for privé en France de la fin du Moyen Âge à 1914 » et l’organisation de plusieurs autres colloques.

12 Justice et répression en Languedoc…, op. cit., p. 26-43.

13 Cette idée a été développée par Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, art. cité.

14 Nicole et Yves Castan, « Une économie de justice à l’âge moderne : composition et dissension. Recours, besoin et sens de la justice devant l’institution judiciaire française au 18e siècle », Histoire, Économie et Société, 1982, p. 361-368 (p. 362).

15 Michel Vernus, Le presbytère…, op. cit., p. 68.

16 Eric Wenzel, « Forcer les témoignages : le délicat recours au monitoire sous l’Ancien Régime », dans Les témoins devant la justice…, op. cit., p. 83-90; Fabrice Vigier, Les curés du Poitou au siècle des Lumières (1681-1792), Poitiers, Geste éditions, 1999, 356 p.; Id., « Des témoins pas comme les autres ? Les Poitevins face aux monitoires ecclésiastiques du xviiie siècle », dans B. Garnot, Ibid., p. 91-102; Michel Vernus, « Les monitoires dans le diocèse de Saint-Claude », Société d’émulation du Jura, 1985; Charles Berthelot du Chesnay, Les prêtres séculiers en Haute-Bretagne au xviiie siècle, Rennes, Presses Universitaires, 1984, 660 p. (p. 552 sqq.).

17 Eric Wenzel, « Le clergé au service de l’État… », op. cit.

18 Plusieurs exemples cités par Fabrice Vigier, « Des témoins pas comme les autres ? », op. cit.; de même, dans son journal, Jean-Baptiste Raveneau, curé de Saint-Jean-Les-Deux-Jumeaux, s’interrogeant en 1678 sur la démarche à suivre après publication d’un monitoire, se croit obligé de prendre les dépositions (Journal (1676-1688) de Jean-Baptiste Raveneau présenté et annoté par Michel Bardon et Michel Veissière, Etrépilly, Les Presses du village, 1994, XXIII-316 p. : p. 30-31). Hugues Aulanier, curé du Brignon, fait de même : le 9 mars 1653, « Y a eu dix personnes qui se sont révélées devant nous, desquelles avons fidèlement reçu les déclarations dans un cahier » (Moi, Hugues Aulanier : journal de l’abbé Aulanier, curé du Brignon, 1638-1691, publié par Sylvère Heuze, Saint-Vidal, éd. de la Borne, t. III, 1990, p. 129).

19 J. de Sainte-Beuve, Résolutions de plusieurs cas de conscience ou décisions des plus considérables difficultés touchant la morale et la discipline ecclésiastique, Paris, 1689, cité et analysé par Eric Wenzel, « Le clergé au service de l’État… », op. cit. Nous nous contentons de renvoyer à cet article pour un exposé des débats doctrinaux que soulève cette question au xviiiie siècle.

20 Moi, Hugues Aulanier, t. II, p. 12. Sa demeure est l’objet d’une autre agression consécutive à un monitoire le 20 septembre 1665 (Ibid., t. V, p. 180).

21 Journal… de Jean-Baptiste Raveneau, p. 30.

22 Jean Delumeau, Le péché et la peur. La culpabilisation en Occident (xiiie-xviiie siècles), Paris, Fayard, 1983, 741 p.

23 Nicole Castan, Justice et répression en Languedoc…, op. cit., p. 16.

24 La catégorisation adoptée ici, en partie anachronique pour l’Ancien Régime, n’est pas sans poser de problèmes mais nous l’adoptons pour sa commodité. Voir à ce sujet la mise au point d’Antoine Follain, « Justice seigneuriale, justice royale et régulation sociale du xve au xviiie siècle : rapport de synthèse », dans Les Justices de village, administration et justice locales de la fin du Moyen Âge à la Révolution, actes du colloque d’Angers « Justice seigneuriale et régulation sociale », édités par François Brizay, Antoine Follain, et Véronique Sarrazin, Rennes, PUR, 2002, 430 p. (p. 9-58, notamment p. 10).

25 Journal d’un curé de campagne au xviie siècle…, op. cit., rééd. Presses Universitaires du Septentrion, 1997; Id., « Le ministère pastoral décrit par le curé de Rumegies, un contemporain de Fénelon », dans Gilles Deregnaucourt et Philippe Guignet, Fénelon, évêque et pasteur en son temps, 16951715, Villeneuve-d’Ascq, CRHN, 1996, p. 267-279. Rumegies : Nord, ar. Valenciennes, c. SaintAmand-les-Eaux.

26 Journal (1676-1688) de Jean-Baptiste Raveneau…, op. cit., Saint-Jean-les-Deux-Jumeaux : Seine-et-Marne, ar. Meaux, c. La Ferté-sous-Jouarre.

27 Moi, Hugues Aulanier : journal de l’abbé Aulanier, curé du Brignon, 1638-1691…, op. cit., tome II (1641-1650), 1987; tome III (1651-1655), 1990; tome IV (1656-1661), 1995; tome V (16621667), 2000. Le Brignon : Haute-Loire, ar. Le Puy-en-Velay, c. Solignac-sur-Loire.

28 Journal d’un curé de campagne au xviie siècle […] par Henri Platelle, 1997, p. 41-51.

29 M. Bardon, « Les curés du diocèse de Meaux au temps de Bossuet », dans Meaux et son diocèse au temps de Bossuet, colloque de Meaux (2003) édité par Damien Blanchard, Meaux, Société littéraire et historique de la Brie, 2004, p. 133-147.

30 Aulanier s’oppose avec force aux mariages clandestins, interdit les danses pendant le Carnaval et au Reinage, exclut de la confrérie du Rosaire deux paroissiennes qui ont bravé l’interdiction, et use de refus d’absolution. Raveneau également s’oppose à tout ce qu’il considère comme des superstitions et au mélange du sacré et du profane. Les sympathies jansénisantes d’Alexandre Dubois, quant à elles, sont bien connues.

31 Journal…, éd. 1997, p. 72.

32 Ibid., p. 130-131.

33 Benoît Garnot, « L’ampleur et les limites de l’infrajudiciaire dans la France d’Ancien Régime (xvie, xviie et xviiie siècles) », dans L’infrajudiciaire…, op. cit., p. 69-76; Jean Quéniart expose un exemple breton similaire, celui d’un multirécidiviste que l’intervention de son recteur auprès de la justice contribue à accabler plus qu’à sauver, « Recteurs et régulation sociale… », op. cit., p. 236.

34 Journal (1676-1688), p. 254.

35 Ibid., p. 267.

36 Arch. dép. Seine-et-Marne, 79 E171.

37 Benoît Garnot, « L’ampleur et les limites de l’infrajudiciaire… », op. cit.

38 Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, « Le crime pardonné… », op. cit.

39 D’après Raveneau, Bossuet et le Père de la Chaise se sont entremis.

40 Journal (1676-1688), p. 272.

41 Dans cette affaire, le curé sait parfaitement exploiter ses relations et sa bonne connaissance des rouages et des acteurs de la justice et de l’administration (le notaire auquel il s’adresse est le frère d’un curé voisin). Il est donc médiateur à deux degrés : entre les parties, et surtout, comme Jean Quéniart l’avait remarqué pour la Bretagne du xviiie siècle, « entre les formes internes de règlement des conflits et les procédures officielles de la justice ou de l’administration » (« Recteurs et régulation sociale… », op. cit., p. 236).

42 Nicole Castan, Justice et répression en Languedoc…, op. cit., p. 40; Jean Quéniart, « Recteurs et régulation sociale… », op. cit., p. 236-238.

43 Nicole Castan, ibid., p. 43.

44 Sur la violence et ses significations dans la société du Velay, Gérard Sabatier, Le vicomte assailli : économie rurale, seigneurie et affrontements sociaux en Languedoc des montagnes (Velay, Vivarais, Gévaudan) aux xviie et xviiie siècles, Saint-Vidal, éd. de la Borne, 1988, 449-36 p. (p. 145-163).

45 Suivant la définition exposée par Madeleine Foisil, « L’écriture du for privé », dans Histoire de la vie privée, sous la direction de Philippe Ariès et Georges Duby, t. III, Paris, Seuil, 1999, p. 319-357.

46 Moi, Hugues Aulanier…, t. II, p. 72.

47 Ibid., t.V, p. 163

48 L’accord final en sa faveur intervient en octobre 1650 (ibid., t. II, p. 208-209).

49 Mise à sac de sa cure le 13 juillet 1658, tentative d’assassinat le 21 décembre 1659. Ces attentats ne relèvent apparemment pas de la seule imagination d’Aulanier : non loin du Brignon, un curé en conflit avec ses paroissiens est assassiné dans son église le 19 juin 1666 (ibid., t. V, p. 226 et Sabatier, Le vicomte assailli…, op. cit., p. 164).

50 Ibid., t. IV, p. 16.

51 Michel Vernus affirme qu’on ne s’adresse pas au curé s’il est adonné à la chicane (Le presbytère…, op. cit., p. 69). À l’évidence, cette logique ne concerne pas Hugues Aulanier.

52 Une justice de proximité : la justice de paix (1790-1958), Paris, PUF, 2003, 283 p. Recherche effectuée sous la direction de Jacques-Guy Petit par le Centre d’histoire des régulations sociales de l’Université d’Angers pour la Mission de recherche Droit et justice.

53 Ibid., t. III, p. 116.

54 Le 12 octobre 1652 (ibid., t. III, p. 113) et le 24 mai 1657 (ibid., t. IV, p. 63); dans les deux cas les autres sont également prêtres. Le journal ne permet guère de faire le partage entre conciliation et arbitrage (sur ces notions : Jean-Jacques Clere, « Recherches sur l’histoire de la conciliation en France aux xviiie et xixe siècles », Mémoires de la société pour l’histoire du droit et des institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, 1989, p. 191-213).

55 Ibid., t. III, p. 245.

56 À commencer par sa propre famille : le 21 juin 1663, le curé renvoie son neveu Antoine Michel qui le servait comme clerc, « pour ne vouloir s’accorder avec Jean Michel son frère aîné ni vivre en paix avec lui, nonobstant toutes les offres justes et raisonnables qu’il leur faisait » (ibid., t. V, p. 71).

57 Le lien fréquemment souligné des curés avec milieu notarial se vérifie ici : son beau-frère Guillaume Michel entérine ordinairement les accommodements négociés par Hugues Aulanier.

58 La thèse récente de Bruno Restif met en évidence la persistance, au xviie siècle, de testaments oraux, relevés par les mémoires des recteurs mais non enregistrés devant notaire : Bruno Restif, La révolution des paroisses. Culture paroissiale et Réforme catholique en Haute-Bretagne au xvie et xviie, Rennes, PUR, 2006, 415 p.

59 Moi, Hugues Aulanier…, t. III, p. 154.

60 Ibid., t. V, p. 123.

61 Une dizaine d’interventions sont notées dans son journal entre 1653 et 1667.

62 Le journal de Raveneau offre aussi des exemples de ce type d’intervention (op. cit., p. 165-167).

63 On note une autre affaire similaire à celle-ci en mars 1666 (ibid., t. V, p. 207); la menace, relativement efficace, de l’excommunication ou du refus de sacrements est utilisée à plusieurs reprises pour réconcilier des époux ayant contracté un mariage clandestin.

64 Sans aborder la question des accommodements par les curés, G. Sabatier a insisté sur le rôle de l’Église catholique comme force de régulation et de gestion des tensions sociales et mis en relation la nécessité de se confesser avec la violence proverbiale des habitants du Velay. L’action du curé Aulanier, que son ouvrage n’évoque pas, s’insère parfaitement dans cette perspective (op. cit., p. 163-170). De même, avec une démarche plus anthopologique, Elisabeth Claverie et Pierre Lamaison, insistent sur le rôle de la confession et la figure dominante du curé dans la canalisation de l’agressivité et l’émergence de la justice en milieu rural : Elisabeth Claverie et Pierre Lamaison, L’impossible mariage. Violence et parenté en Gévaudan, xviie-xviiie-xixe siècles, Paris, Hachette, 1982, 361 p. (p. 176-180).

65 D’origine champenoise, le prélat s’est d’abord signalé dans le diocèse de Reims : artisan de l’introduction de la congrégation de Sainte-Geneviève à l’abbaye Saint-Denis de Reims, puis vicaire général du diocèse, il est le biographe de saint François de Sales et sollicite à Rome sa béatification. Proche de Vincent de Paul, il lui doit sa désignation sur le siège épiscopal du Puy en 1641. À la tête de ce diocèse, il se signale par l’institution de la congrégation de Saint-Joseph qui se consacre à l’enseignement des filles, l’ouverture d’un séminaire confié aux sulpiciens (1652), le développement des conférences ecclésiastiques, des missions, des confréries.

66 Parallèlement à la longue procédure devant le parlement de Toulouse, au sujet des fruits de la cure, on note des tentatives d’accommodement le 26 juillet 1647, le 27 novembre 1647, le 29 mai 1648, le 25 juin 1648, le 27 novembre 1648, le 4 janvier 1649, le 15 septembre 1650. L’accord, favorable à Aulanier, aboutit finalement le 3 octobre 1650.

67 Le 8 octobre 1657, quelques jours après le synode, l’évêque le convoque au Puy à la suite d’accusations de deux de ses prêtres, puis, après avoir réglé le différend, « nous fit pardonner et embrasser à sa présence » (ibid., t. IV, p. 80).

68 Ibid., t. II, p. 82.

69 Ibid., t. III, p. 233.

70 Ibid., t. V, p. 179.

71 Traité des devoirs d’un bon curé…, Châlons, Seneuse, 1660, p. 440. Sur cette « tradition morale » catholique favorable à la pacification et son supposé recul durant l’Ancien Régime, John BOSSY, Peace in the Post-Reformation, Cambridge University Press, 1998, 105 p.

72 Exemples proposés par Robert Sauzet, Les visites pastorales dans le diocèse de Chartres pendant la première moitié eu xviie siècle. Essai de sociologie religieuse, Rome, 1975, 371 p. (p. 240).

73 L’Arbitre charitable pour éviter les procez et les querelles, ou du moins pour les terminer promptement…, Paris, 1668. Cette publication a retenu récemment l’attention de Stuart Carroll, « The Peace in the Feud in Sixteeth-and Seventeeth-Century France », Past and Present, 178, février 2003, p. 7411 ainsi que de Jean-Pierre Gutton, Dévots et société au xviie siècle. Construire le ciel sur la terre, Paris, Belin, 2004, 219 p. Cet auteur voit dans l’ouvrage de l’abbé de Saint-Pierre la marque de la Compagnie du Saint-Sacrement mais n’étudie pas précisément les modalités et l’extension géographique du modèle d’arbitrage qu’il propose.

74 Jean Delumeau, « Missions de l’intérieur au xviie siècle », Un chemin d’histoire. Chrétienté et christianisation, Fayard, 1981, 286 p. (p. 154-187). À Angers, en 1684, au moment de la mission, 17 traités mettant fin à des procès ont été repérés dans les archives notariales de la ville, cf. Jacques Maillard, « La mission du Père Honoré de Cannes à Angers en 1684 », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1974, t. 81, p. 501-516).

75 François Lebrun, « Les missions des lazaristes en Haute-Bretagne », repris dans Cultures et croyances dans la France d’Ancien Régime, 304 p. (p. 64); Jeanne Ferté, La vie religieuse dans les campagnes parisiennes (1622-1695), Paris, 1962, 543 p. (p. 214-215).

76 François Lebrun, « Une mission à Brissac en 1707 », Ibid., p.27 et31.

77 Charles Berthelot du Chesnay, Les missions de saint Jean Eudes. Contribution à l’histoire des missions en France au xviie siècle, Paris, Procure, 1967, LXXIV-405 p. (p. 169-175).

78 Jeanne Ferté, La vie religieuse…, op. cit., p. 387-391.

79 Journal, p. 128. De fait, les minutes de Pierre Judas, notaire à Monceaux, enregistrent pour 1682 une augmentation du nombre de transactions (5, contre une seule l’année précédente et aucune en 1683, mais 3 en 1684) sans qu’il soit toutefois possible d’imputer directement ces accords de procès à la mission (Arch dép. Seine-et-Marne, 117E9).

80 Ibid., p. 31.

81 Une autre mission, confiée aux jésuites cette fois, a lieu dix ans plus tard, en août-septembre 1665, à Saint-Martin de Fugères, autre village voisin (ibid., t. V, p. 176). Aulanier la mentionne mais semble y être moins étroitement associé.

82 Mt., 5, 25-26.

83 Advis aux confesseurs, et demandes à faire aux penitens, Paris, Pierre Trichard, 1657.

84 Moi, Hugues Aulanier…, t. III, p. 18.

85 Journal, p. 192.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540