Version classiqueVersion mobile

Les campagnes dans les sociétés européennes

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Frédéric Chauvaud

Troisième partie. Les conflits au village entre résistance et intégration

Jeunesse rurale et société nationale : le cas de la France au xixe siècle

Jean-Claude Farcy

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 E. Weber, La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale, 1870-1914, Paris, Fayard, 198 (...)
  • 2 Pour un développement plus détaillé, on se reportera à notre ouvrage (La jeunesse rurale dans la F (...)

1Poser la question de la place des campagnes dans l’évolution des sociétés européennes entre 1830 et 1930, c’est, peu ou prou, s’inscrire dans une perspective de différence radicale entre deux mondes, le rural, supposé conservateur d’une tradition millénaire, et celui de la société nationale, dirigée par un État central facteur de progrès. L’opposition se décline sous plusieurs modalités selon les différentes sciences sociales et l’évolution historiographique : villes et campagnes (géographes), communautés villageoises et société englobante (sociologues du rural), culture des élites (contrôlant les pouvoirs) et valeurs des populations rurales. C’est dans cette dernière perspective, celle de l’acculturation des campagnes, développée magistralement par Eugen Weber1 se situant dans une optique anthropologique, que nous nous placerons en considérant une classe d’âge, la jeunesse qui nous semble être un excellent révélateur de cette question2.

2Considérée ici de la sortie de l’enfance au mariage, elle constitue en effet un enjeu essentiel au niveau de l’évolution des sociétés. D’une part, via le processus de socialisation, sa formation permet de perpétuer les normes et valeurs dominantes, et, d’autre part, considérée comme force de renouvellement, apte à remettre en question l’autorité des adultes, c’est souvent par son intermédiaire que s’opèrent les évolutions culturelles. La question du contrôle de cette socialisation est donc capitale. Tant que cette formation reste sous l’emprise des familles et communautés villageoises, le monde rural pourra résister au mouvement d’intégration nationale, les jeunes pouvant même être les acteurs de cette résistance. Pour les élites et l’État central, encadrer la jeunesse après avoir généralisé la scolarisation de l’enfance, est, au contraire, un moyen d’imposer les valeurs nationales, de « civiliser » les campagnes. Établir une chronologie de ce processus d’acculturation est difficile : on se contentera d’en suggérer les grands traits en mettant davantage l’accent sur les facteurs susceptibles d’expliquer une évolution qui va dans le sens d’une intégration nationale progressive des campagnes françaises au cours de la période 1830-1930.

La jeunesse, force vive des communautés rurales

3Au milieu du xixe siècle, trois jeunes Français sur quatre vivent à la campagne. Dans un monde rural encore peu ouvert sur l’extérieur, dont l’horizon de vie majeur est le village, les jeunes ont un rôle essentiel. Au-delà de leur apport dans le domaine du travail (ils constituent l’essentiel de la main-d’œuvre salariée, notamment les domestiques agricoles), ils participent de manière déterminante à la vie sociale des communautés villageoises et sont souvent à la pointe du combat qu’elles mènent contre les politiques du pouvoir central visant à réduire leur autonomie et à imposer les normes nationales.

Les rôles de la jeunesse dans les campagnes

4Pour comprendre statut et fonctions de la jeunesse, il faut rappeler brièvement les cadres sociaux et mentaux de la vie dans les campagnes. Exploitation agricole, famille, hameau ou commune structurent depuis toujours l’existence, bien plus que les institutions émanant du pouvoir central, d’ailleurs tard venues à l’échelle historique. La vie en symbiose avec les éléments naturels, la dépendance à l’égard des saisons et des caprices du temps comme le faible niveau des techniques utilisées pour travailler la terre ainsi que le retard culturel expliquent la prégnance d’une conception magique de l’univers, encore très perceptible au niveau des pratiques religieuses. Dans une telle perception de la vie et de l’univers, la jeunesse est considérée comme une force de renouveau, garante du renouvellement des générations. De même, ces conditions de vie précaires renforcent les solidarités pour faire face à l’adversité : d’où le poids des structures communautaires, des pratiques collectives et la force du sentiment d’appartenance au village. Les jeunes participent au maintien de la cohésion de ce dernier en animant ses fêtes, en rendant une forme de justice coutumière en matière sexuelle et en défendant son patrimoine et son honneur contre les menaces extérieures.

5Un des rôles majeurs de la jeunesse est celui d’organiser les loisirs, dans les rares moments de temps libre que s’accorde la paysannerie. Elle anime ainsi, pendant l’hiver, les veillées, agrémentant la soirée par ses chants, ses jeux ou la danse, alors que les adultes s’occupent à des travaux divers (façonnage et réparation d’outils, émondage des noix, etc.). De même les jeunes sont les acteurs principaux des fêtes cycliques et calendaires, à commencer par le Carnaval pendant lequel leurs fonctions magiques sont très visibles : port des masques (figurant les fantômes) et rites d’aspersion (farine, cendres, suie) sont autant de pratiques festives de purification et de fertilité symbolisant le renouveau de la nature au sortir de l’hiver. Plantations des mais, feux des brandons et de la Saint-Jean relèvent du même registre, et, à chacun de ces moments, la jeunesse rassemble tous les habitants du village : quêtes rituelles de provisions pour faire la fête, tournées carnavalesques et procès du mannequin (symbolisant l’hiver), sauts et danses autour des feux, tout concourt à cimenter la cohésion du village. Quand, au fil du siècle, ces pratiques anciennes déclinent et que la part du rite s’estompe, les jeunes conservent leur fonction festive car ils animent la fête patronale devenue le temps fort des loisirs. Ils prennent en particulier en charge les jeux où ils font preuve de force et d’adresse (décollation de l’oie, concours de labour ou de fauchage), l’assistance les encourageant de ses cris, chants et rires. Ils font ainsi valoir leurs qualités auprès des filles et de toute la population. Défilés et danses en chaîne (rondes, branles) accentuent encore l’aspect communion de l’ensemble du village derrière sa jeunesse.

6Celle-ci exprime les valeurs de la communauté rurale dans un second registre, en parenté avec le précédent par son côté festif. Les jeunes sont en effet chargés de ce qu’on peut appeler une police des mœurs, ayant pour objectif de faire respecter les normes des campagnes en matière sexuelle : rejet des naissances illégitimes, des mariages mal assortis (par la forte différence d’âge ou le statut social), et de toute conduite estimée immorale et portant atteinte à la bonne réputation du village. Selon la nature des infractions commises, la pénalité varie : l’adultère est sanctionné par une paillade (paille semée sur le chemin reliant les deux coupables), le remariage d’un veuf – quand il ne respecte pas le temps du deuil ou, surtout, se fait avec une jeune fille –, l’est par le charivari, alors que l’asouade (promenade de l’âne) sanctionne les maris battus. Quels que soient l’objet et l’appellation de ces diverses manifestations, la jeunesse y joue un rôle déterminant, avec la complicité et le soutien de la communauté tout entière, les victimes n’ayant guère de chance de trouver secours auprès des autorités : le maire est souvent complice et les gendarmes, en quête de témoignages, se heurtent au silence des habitants. Tous sont unanimes à penser que la jeunesse est dans son rôle, celui de garantir ainsi l’harmonie dans les couples et d’assurer le maintien d’un ordre social, très conservateur des positions acquises et que les comportements sexuels incontrôlés risquent de remettre en question. Au mieux, les contrevenants peuvent racheter leur mauvaise conduite par une amende payée à la jeunesse. Au pire, ils sont l’objet de charivaris monstres, durant plusieurs jours, parfois plusieurs semaines, avec, en certaines régions, quand l’affaire se présente pendant la période de Carnaval, une parodie de procès.

  • 3 F. Ploux, Guerres paysannes en Quercy. Violences, conciliation et répression sociale dans les camp (...)

7En faisant la chasse aux dérèglements sexuels de quelques habitants, la jeunesse est aussi dans son rôle de défense de l’honneur du village et il semble bien que la compétition sexuelle soit en partie à l’origine des nombreuses rixes entre jeunes de villages voisins qui ensanglantent les campagnes, particulièrement dans la première moitié du xixe siècle. Elles ont lieu principalement lors des fêtes patronales ou lors du tirage au sort des conscrits. Dans ce dernier cas de figure, les batailles rangées sont fréquentes, les heurts étant alors d’autant plus violents que les jeunes, conseillés par d’anciens soldats, paradent et défilent, drapeau communal en tête, au son martial du tambour. Le patriotisme du village est à défendre, et la cohésion du groupe de conscrits est renforcée par l’épreuve du tirage au sort ou du conseil de révision. Aux provocations verbales (notamment les sobriquets injurieux à l’égard des adversaires) succèdent rapidement les menaces, puis les coups avec l’intention bien arrêtée, de part et d’autre, de terrasser l’ennemi, le voisin du village d’à côté. Ces rixes sont très répandues dans les premières décennies du xixe siècle – il semble qu’elles atteignent leur apogée sous la Restauration – mais elles perdurent encore longtemps, avec une violence atténuée, au moins jusqu’au milieu du siècle. Bien étudiées pour la région du Quercy où elles opposent parfois plusieurs centaines de combattants, ces « guerres paysannes3 » mobilisent la jeunesse au sens traditionnel, soit en fait le groupe des célibataires, parfois âgés, car nombre de cadets, évincés des successions, ne trouvent pas à se marier. Le nombre des participants, en pleine force de l’âge, et les armes utilisées (bâtons, pierres) font que le combat s’achève souvent dans le sang, avec plusieurs dizaines de morts dans cette région. Cette ardeur au combat paraît devoir être mise en rapport avec les données locales : conditions de vie très précaires, habitat de maisons isolées ou hameaux, alors que la structure communale a peu de réalité économique et sociale. Les bagarres entre villages renforcent alors le sentiment d’appartenance communale, la jeunesse étant ainsi, par ses manifestations violentes, un des fondements de la solidarité villageoise. De telles rixes se retrouvent surtout en France méridionale, dans la partie sud du Massif central, les Pyrénées, le Languedoc et le nord de la région alpine. Mais on les rencontre également ailleurs, notamment lors des jeux opposant les jeunes de villages proches, comme pendant les parties de soule en Bretagne. Même si leur violence s’atténue dans le second xixe siècle, ces bagarres expriment bien le « patriotisme » villageois dont les jeunes font preuve.

8En ce sens, la jeunesse constitue donc un élément essentiel dans le maintien de l’autonomie et des valeurs des communautés rurales. Incarnation du village, participant activement au respect de son identité et de ses valeurs, elle peut, à l’occasion, être au premier rang de sa défense quand la menace vient du pouvoir central.

La jeunesse à la pointe de la résistance aux emprises nationales ?

  • 4 P. McPhee, Les semailles de la République dans les Pyrénées-Orientales 1846-1852, Perpignan, Publi (...)

9Faisant respecter les valeurs d’une société traditionnelle estimée, par certains côtés, « archaïque », voire « sauvage », par les élites nationales et leurs représentants en province, la jeunesse rurale n’est pas contestataire au sens où on l’entendait à la fin des années 1960, celui d’une remise en cause de l’ensemble de la société. Au contraire, ce qui vient d’être dit va dans le sens d’une intégration évidente dans les communautés rurales. Elle n’est pas, non plus, contestataire au plan politique, dans la mesure où son rôle, de ce point de vue, est des plus réduits. Même quand le suffrage devient universel, à partir de 1848, la majorité de ses représentants ne sont pas en âge de voter et le temps des mouvements de jeunesse politique n’est pas venu, alors même que les partis politiques ne sont pas encore structurés. Par contre, se pose la question du rôle des jeunes dans les mouvements protestataires qui affectent les campagnes, particulièrement dans le premier xixe siècle, quand ces derniers ont une nette coloration politique. C’est le cas notamment des résistances au coup d’État du 2 décembre 1851 dont on sait qu’elles ont été particulièrement importantes dans de nombreuses régions rurales. Or, souvent, à l’exemple du Var, les soulèvements se font au niveau communal, soulignant la force de l’identité villageoise. Mais la participation des jeunes, appréhendée à travers les statistiques de la répression, paraît limitée, à prendre l’exemple des Pyrénées-Orientales où trois condamnés sur quatre par la Commission mixte sont des hommes mariés et pères de famille, à l’âge moyen de 37 ans4. En fait, cette rébellion politique, à l’enjeu directement national (défense de la République légitime contre un coup d’État) concerne peu une jeunesse dont l’horizon est avant tout communal, même si certains de ses représentants s’illustrent, à titre individuel, dans ce genre de mouvement. De même, on trouve peu de jeunes lors des émeutes frumentaires, nombreuses lors des crises cycliques jusqu’en 1846-1847 : ce sont alors les classes populaires, particulièrement les femmes, qui forment le gros des troupes, d’autant plus que les rébellions naissent sur les marchés des bourgs ou des villes.

  • 5 J.-F. Soulet, Les Pyrénées au xixe siècle, vol. 1. : Organisation sociale et mentalités, vol. 2 : (...)

10Par contre, quand les intérêts économiques et les valeurs des villages, ou de pays particuliers, sont mis en cause par la politique nationale, la jeunesse est au premier rang pour résister, notamment dans les régions montagneuses gardant plus longtemps leurs particularismes. On en a belle illustration avec les vallées pyrénéennes s’opposant aux prélèvements du fisc (droits réunis et taxes sur les boissons), et surtout à la mise en place du Code forestier de 1827 qui restreint fortement les droits d’usage des habitants alors que la forêt est pour eux une ressource essentielle. C’est ainsi que la guerre des Demoiselles rassemble, dans l’Ariège à partir du printemps 1829 et pendant plusieurs années, essentiellement des jeunes qui reprennent les traditions carnavalesques pour chasser les gardes forestiers et gendarmes. Le visage barbouillé, une chemise par-dessus le vêtement, ils constituent, sur une base communale, de petites bandes harcelant, souvent de nuit, tous ceux qui bénéficient de la nouvelle législation ou sont chargés de la faire appliquer. Avec un temps fort lors de la révolution de juillet 1830, le mouvement perdure, sous forme atténuée jusqu’au milieu du xixe siècle. Plus directement concernés, les jeunes refusent également en cette région, par des voies diverses, la conscription. Dans cette montagne dont on a pu estimer qu’elle était, jusqu’aux années 1860, dans un état de dissidence5, la jeunesse incarne la résistance à l’ennemi extérieur, ici l’État central qui porte directement atteinte à l’autonomie et aux intérêts des populations des vallées pyrénéennes.

11Dans le monde rural, les jeunes sont donc au service d’une communauté villageoise souhaitant préserver son autonomie face aux empiétements croissants de l’État et à la diffusion des normes nationales. À la pointe des révoltes exprimant cette résistance pendant le premier xixe siècle, surtout dans les régions les plus éloignées du centre du pouvoir, ils participent à la conservation des coutumes qui leur donnent d’ailleurs un rôle important : incarner la défense du territoire communal, appliquer le droit pénal en matière de mœurs, organiser les fêtes. Toutefois, ce tableau doit être fortement nuancé à la fin du siècle et plus encore au lendemain de la Première Guerre mondiale. Les politiques nationales d’encadrement de la jeunesse, comme l’évolution économique et sociale ont progressivement sapé le fondement communautaire de la vie rurale et, tout en donnant plus d’autonomie aux jeunes, favorisé l’intégration nationale des campagnes.

Les politiques nationales d’encadrement de la jeunesse

12Pour les classes dominantes et l’État central qu’elles contrôlent, l’objectif est, depuis longtemps, de diffuser les « Lumières » sur l’ensemble du territoire en luttant contre le retard culturel des campagnes. En combattant les traditions, les superstitions et les comportements estimés « barbares » (telles les bagarres entre villages), on souhaite civiliser le monde rural, un peu comme, dans le même temps, on pensera apporter la civilisation aux peuples « indigènes » des colonies. Dans cette perspective, le contrôle de la jeunesse, après celui de l’enfance réalisé par la généralisation de la scolarisation, est capital. Le service militaire, au-delà de sa fonction dans une politique de défense nationale, va constituer un instrument essentiel, alors que les tentatives d’encadrement de la jeunesse avant la conscription ne concerneront que très peu le monde rural.

Le service militaire

13Son rôle est essentiel, évidemment, lors de son accomplissement dans les casernes, mais peut-être, plus encore, en amont, pendant l’année de la conscription. Cette distinction est d’autant plus nécessaire que le service a été loin d’être universel pendant la majeure partie du xixe siècle. Établi en 1798, le service obligatoire et universel a été supprimé au début de la Restauration et si la conscription avec tirage au sort est maintenue, seule une petite minorité prend, jusqu’à la guerre de 1870, le chemin de la caserne, pour une durée de 7 ans. Comme les plus fortunés peuvent se payer un remplaçant, le service affecte alors les jeunes ruraux des milieux modestes. À partir de 1872, le remplacement est supprimé et le tirage répartit le contingent en deux parties, les bons numéros accomplissant un an de service, les autres un peu moins de 5 ans, la durée se réduisant à 3 ans à partir de 1889 et devenant alors égale pour tous. Mais compte tenu des exemptés, des dispensés et de ceux placés dans les services auxiliaires, un jeune sur deux séjourne à la caserne dans les années 1870-1880 (contre un sur quatre sous le Second Empire). Il est certain, toutefois, que la grande majorité du contingent est d’origine rurale.

14Le départ de jeunes en pleine force de l’âge diminue la main-d’œuvre disponible sur les exploitations, perturbe les rapports familiaux dans les provinces inégalitaires où l’on transmettait l’exploitation à l’aîné, ce qui est une des raisons de l’insoumission pyrénéenne. Mais, plus encore, le séjour à la caserne est perçu comme source de rupture avec le milieu d’origine : dès que l’exode rural se fera sentir avec acuité, on accusera le service militaire d’en être à l’origine, le démobilisé, censé avoir goûté aux plaisirs de la ville, ne revenant pas au pays. Par ailleurs, la caserne opère un brassage culturel, fait prendre conscience d’autres réalités que celles qui étaient appréhendées dans la commune d’origine, et tend ainsi à l’unification de la jeunesse. L’identité villageoise perd de sa force et la vie en commun, dans la même épreuve pendant plusieurs années, avec des jeunes venant d’autres pays, ne peut qu’atténuer le soupçon envers l’étranger et les inimitiés entre habitants de villages différents. Le service militaire, tout en forgeant, par la discipline et le dressage des corps, une identité masculine faite de maîtrise de soi et de courage, participe à la diffusion du sentiment national. En ce sens, les années de service sont souvent déterminantes pour la jeunesse rurale : elles en marquent la fin (le mariage suit de près le retour), achèvent le passage au monde des adultes et contribuent, sur le long terme, à faire évoluer les mentalités dans le sens d’un recul des identités communales d’origine.

15Avant le service, l’année de la conscription – inscription sur le tableau de recensement, tirage au sort et conseil de révision au début de l’année jusqu’au départ au régiment à l’automne – introduit une rupture capitale dans le temps de la jeunesse, valorisant la vingtième année qui tend à accaparer les manifestations coutumières qui étaient jusqu’alors le fait de l’ensemble des jeunes, de la sortie de l’école au mariage. On retrouve ici les rôles traditionnels de la jeunesse, à commencer par le côté festif lié à cet âge. Des quêtes rituelles, renouant avec celles de Pâques ou du Carnaval, sont effectuées lors de la tournée des fermes pour recueillir victuailles ou argent afin de faire ripaille, entre conscrits. Plus significatif encore, en se retrouvant ensemble à plusieurs reprises en fonction du calendrier des obligations militaires, les conscrits en arrivent à faire fonction de comité des fêtes, organisant notamment la fête patronale, encouragés en cela par les autorités municipales. À eux revient, de préférence, l’exercice de la justice coutumière : ils organisent, en cas de besoin, charivaris, asouades et paillades. Comme la conscription se fait en fonction du domicile des parents, tirage au sort et conseil de révision s’organisent dans le cadre communal. On va au chef-lieu de canton, drapeau communal en tête et tout un patriotisme villageois se révèle alors en pleine lumière comme le montre bien cette description faite pour le Gard au début du xxe siècle :

  • 6 L. Chaleil, Léonce Chaleil. La mémoire du village, Souvenirs recueillis par Max Chaleil, Paris, St (...)

« Pendant longtemps et jusqu’à l’époque de mon père, le jour où les conscrits passaient le conseil au canton de Vézénobres, c’est Brignon qui montait le premier. Et il aurait fallu voir qu’une autre commune s’avise de leur passer devant, ils se seraient fait étriper !… Le tambour et le clairon étaient retenus, et chaque village louait pour la journée la meilleure clique. Le conscrit le plus adroit tenait la canne-major, une canne à lourd pommeau, clouée tout du long, avec une prise au milieu, pour l’avoir bien en main. Il en jouait un air quand il lançait cette canne en l’air, en la faisant tourner et en la rattrapant au vol ; le pompon relié au bout par des cordons faisait comme un feu d’artifice. Chaque commune possédait sa propre canne que la classe allait prendre à la mairie avant le conseil. Les jeunes partaient avec la clique dans quatre ou cinq chars à bancs décorés pour la circonstance de branchages, de guirlandes, de roses et de cocardes, jusqu’au cheval pomponné comme une princesse, sans oublier bien sûr le drapeau avec le nom du village en toutes lettres6… »

  • 7 M. Bozon, Les conscrits, Paris, Berger-Levrault, 1981, 160 p.

16La conscription a donc pu redonner vigueur aux fonctions coutumières de la jeunesse en même temps qu’elle a instauré une nouvelle étape, avec son propre rituel. À partir des années 1830, l’organisation de la classe prend forme, avec ses rites spécifiques, sa mémoire construite autour du numéro de tirage précieusement conservé. Le caractère imposant de la cérémonie, en présence des notables, des autorités militaires et des gendarmes, comme le poids du hasard décidant de sort de chacun pour plusieurs années (« on tire sa vie »), en font un événement exceptionnel, perçu comme un passage à l’âge adulte. Le conseil de révision, peu de temps après le tirage, s’accompagne d’une « explosion de virilité7 » : par des cris, des chants à tonalité martiale – très différents des chansons de départ au régiment souvent mélancoliques – ces jeunes expriment la satisfaction d’être considérés comme des hommes, le fait d’être déclarés bons pour le service étant assimilé à un brevet de virilité. En ce sens, la conscription redéfinit les contours de la jeunesse rurale : on passe du groupe d’âge (de la puberté au mariage) à la classe d’âge, centrée sur la 20e année, qui, par les épreuves qu’elle subit, en sort valorisée aux yeux des autres jeunes comme du village. Ce mouvement de concentration des rôles traditionnels de la jeunesse sur la « classe » contribue donc, indirectement, à affaiblir l’importance de l’ensemble des jeunes dans la vie des communautés rurales. De plus, la conscription touchant l’ensemble des jeunes la même année, aux mêmes époques, quelle que soit la province ou la commune, fait prendre conscience de l’appartenance à une nation, ce qui va dans le sens de l’effacement des identités communales.

17Plus que le service militaire, qui touche, pendant longtemps, une minorité seulement de jeunes ruraux, c’est par le biais de la conscription que l’État national a facilité, sur le long terme, l’acculturation des campagnes, en remodelant les contours de la jeunesse et donc ses liens avec les communautés villageoises. Les moins de vingt ans, concernés par cette évolution qui diminue leur rôle, font également l’objet de tentatives d’encadrement.

Les tentatives d’encadrement de la jeunesse après 1870

18Pour les élites, la prise de conscience des conséquences des mutations économiques et sociales pour les jeunes qui cessent d’être surveillés par les structures traditionnelles (famille, apprentissage) conduit à la mise sur pied de nouvelles politiques d’encadrement, poursuivant au-delà de l’école, le contrôle de l’enfance et de la jeunesse, notamment pendant le temps libre. Parallèlement à la réflexion sur l’âge critique de l’adolescence qui se fait jour dans le second xixe siècle, on pense ainsi lutter contre l’immoralisme et la délinquance des jeunes qui s’accroît alors fortement. Même si la jeunesse ouvrière est la principale visée, ces inquiétudes se manifestent également, dans une moindre mesure, à l’égard des jeunes des campagnes dont on déplore la fréquentation malsaine du cabaret.

19Amorcée sous le Second Empire avec les cours d’adultes dont le succès est limité, cette politique d’encadrement des loisirs des jeunes se développe particulièrement dans le dernier tiers du xixe siècle, dans le contexte de la défaite de 1870, des débuts de la Troisième République désireuse de s’implanter durablement dans les campagnes et de la lutte contre l’influence de l’Église. Congrégations religieuses et sociétés laïques rivalisent dans ce contrôle du temps libre de la jeunesse. Dans le prolongement de l’école, des amicales d’anciens élèves se développent sous l’impulsion de la Ligue de l’Enseignement. Les statuts de l’amicale de l’école publique de Saint-Boil (Saône-et-Loire), La Concorde (1900), sont typiques de l’esprit de ces associations et de leurs activités : « Mettre un peu de gaieté et d’agrément dans un village où les distractions intellectuelles font généralement défaut… développer le goût du beau et du bien, tout en donnant des habitudes de bonne tenue et de savoir-vivre. » Pour atteindre ces buts les loisirs proposés sont à l’opposé de ceux qui sont pratiqués par la jeunesse traditionnelle et ravalés parfois au rang de « folklore », à recueillir comme témoin du passé :

  • 8 Cité par P. Goujon, « Associations et vie associative dans les campagnes au xixe siècle : le cas d (...)

« Étude de quelques chœurs, de chants individuels ayant surtout un caractère patriotique, d’un certain nombre de monologues, scènes, saynettes, dialogues présentant un caractère enjoué mais convenable… recherche et conservation des traditions locales et des curiosités historiques, géographiques et artistiques du pays… donner, principalement en hiver, un certain nombre de soirées récréatives et prêter son concours à l’œuvre déjà existante des conférences populaires8… »

20Les instituteurs sont également souvent à l’origine des sociétés musicales qui rassemblent, sur le modèle de l’école, tous les jeunes qui, quelle que soit leur condition, apprécient la musique et les possibilités modestes de promotion qu’elle offre (entrée dans la fanfare du village, meilleure place lors du service militaire). Une autre forme de reconnaissance sociale que celle de la force physique en honneur au village, est ainsi valorisée. Dans le département de l’Aude, ces sociétés musicales sont largement implantées dans les campagnes : plus d’un village sur trois en possède une à la fin du siècle. Elles sont particulièrement nombreuses dans la plaine viticole, plus riche, les jeunes des classes les plus pauvres (métayers, salariés agricoles) restant à l’écart, notamment du fait de l’investissement nécessaire en temps et argent (achat de l’instrument, frais des voyages organisés par la société). Comme les amicales d’anciens élèves, ces orphéons et fanfares sont dirigés et animés par les adultes : maire, commerçants, propriétaires et notables. Mais, à l’échelle nationale, il est probable que ces sociétés musicales, par ailleurs sur le déclin après 1900, ne touchent que marginalement le monde rural.

21Par contre, les sociétés de tir et de gymnastique, développées, pour des raisons évidentes (exalter le sentiment national et préparer les corps à l’exercice militaire), après la guerre de 1870, y paraissent bien davantage implantées. Développées d’abord dans la France de tradition militaire, celle du Nord et de l’Est, plus tardivement dans la France méridionale davantage attachée aux jeux traditionnels, on compte plus de 2 000 sociétés républicaines rassemblant 350 000 gymnastes à la veille de la guerre de 1914. Sous la direction d’instituteurs, de médecins ou d’anciens militaires, ces sociétés sont sans aucun doute présentes dans les campagnes, mais inégalement. Pour ses promoteurs, la société sportive locale canalise les violences incontrôlées des jeunes, valorise l’identité de la commune lors des représentations données à l’occasion des fêtes, tout en inculquant les valeurs nationales et militaristes.

22L’esprit est le même pour les sociétés développées par le clergé et les notables catholiques. Elles sont cependant moins nombreuses, car nées plus tardivement, à la fin du xixe siècle, l’Église ayant privilégié pendant longtemps les patronages, institution à finalité religieuse, qui concerne à peine la jeunesse, dans la mesure où l’institution encadre l’année du renouvellement de la première communion : on quitte le patronage à 13-14 ans. De plus, la diffusion des patronages dans le monde rural semble également limitée, et encouragée surtout à partir du début du xxe siècle si l’on juge par les études réalisées pour la Normandie.

23L’Église a eu plus de succès auprès de la jeunesse féminine et elle seule offre un cadre d’organisation aux jeunes filles des campagnes. Confinées dans les travaux domestiques, ces dernières ont une vie sociale limitée et sont très contrôlées par la famille. De plus, les rôles que le village assigne à ses jeunes sont exclusivement confiés aux garçons, les filles se contentant de participer, éventuellement, sans être à l’initiative (même pendant la période des mais plantés devant leurs maisons). De même, s’il existe encore, au xixe siècle, quelques rares sociétés de jeunesse masculine autonomes, les Catherines rassemblent les filles de façon très temporaire, pendant quelques mois, lors de l’entrée en jeunesse : elles relèvent donc bien plus du rite de passage que de groupements permanents destinés à animer le village comme le font les associations informelles des garçons. En fait, c’est l’Église qui va offrir un cadre élémentaire de vie différent aux jeunes filles mais en le contrôlant étroitement, dans le dessein de préserver au maximum la seule partie de la population qui lui restait fidèle. En développant le culte marial, en exaltant la virginité – avec des groupements dénommés Filles de la Vierge, Enfants de Marie – elle va dans le sens de l’attachement de la société rurale à la chasteté avant le mariage. Sous la tutelle du curé et des notables du village, ces associations se fixent pour objectif de préserver les filles des dangers des loisirs profanes (notamment de la danse) en les intégrant dans les cérémonies religieuses (chant aux offices et processions) et en exerçant sur elles une étroite surveillance morale : assister au bal, à une représentation théâtrale, fréquenter l’auberge sont autant de motifs de sanction.

  • 9 Action catholique de la jeunesse française.

24Développé après le milieu du xixe siècle dans les régions pratiquantes, ce contrôle des jeunes filles par le clergé a en commun avec les autres associations de jeunesse d’organiser le temps libre des jeunes sous l’étroite surveillance des adultes. Sous l’objectif de moraliser les comportements ou d’inculquer patriotisme et nationalisme, l’encadrement de la jeunesse par les adultes se place dans une perspective de rupture avec la communauté rurale traditionnelle. Il relève d’un mouvement d’acculturation des campagnes et d’intégration nationale : le groupe d’âge tend à se désolidariser quelque peu de la communauté pour s’ouvrir sur l’horizon national. Cette évolution préfigure l’apparition des mouvements de jeunesse de l’entre-deux-guerres qui, là encore, ne toucheront que marginalement les campagnes, la Jeunesse agricole chrétienne, issue des cercles ruraux de l’ACJF9, l’un des rares mouvements à s’implanter dans le monde rural pendant cette période, naissant officiellement en mars 1929 et revendiquant 10 000 adhérents au milieu des années 1930. Toutefois, même si la masse des jeunes ruraux ignore cet encadrement nouveau, la tendance est bien, sur le long terme, au déclin du cadre de vie communautaire. C’est à ce niveau, bien plus que dans l’influence du service militaire et des diverses sociétés encadrant la jeunesse que l’on peut trouver les raisons majeures de l’acculturation de cette dernière, dans une évolution qui affecte l’ensemble de la société rurale.

Le déclin des rôles traditionnels de la jeunesse et les voies de l’acculturation

25Au cours de la période 1830-1930, l’évolution est partout la même : les jeunes acquièrent davantage d’autonomie, desserrent les liens qui les unissaient à la communauté villageoise dont ils cessent peu à peu d’être les mandataires. La chronologie de ce mouvement, variable selon les régions, peut être esquissée en s’interrogeant sur les facteurs qui, pour ce qui concerne directement la jeunesse, conduisent progressivement les campagnes à s’intégrer dans la société nationale.

Les jeunes s’émancipent du cadre de la communauté villageoise

26Cette émancipation est particulièrement visible au niveau des loisirs, de la vie festive. Dans toutes les régions, on remarque un déclin des pratiques et cérémonies traditionnelles, déclin lié à l’abandon des jeunes qui tendent de plus en plus à privilégier les loisirs qui leur permettent de fréquenter l’autre sexe, hors du regard de la communauté. Ils cessent ainsi d’animer les veillées. Dans un premier temps, les jeunes ne viennent qu’en fin de soirée, après les travaux, uniquement pour chanter et danser. Parfois les veillées de certains jours leur sont réservées. Dans le marais vendéen, on distingue, à la fin du xixe siècle, les veillées de voisinage, inscrites dans la tradition – réunissant activités domestiques, conversations, jeux avec les plus jeunes – et les « veillées de réjouissance » ou « veillées de jeunesse », au rayonnement élargi, plus spécialement consacrées à la danse même si adultes et enfants sont présents. Puis, dans une dernière étape, les jeunes organisent leur propre réunion, en dehors des adultes, à l’auberge, le dimanche, en reprenant à leur compte ce modèle de sociabilité (de plus en plus abandonné par les adultes) mais en le réduisant à son seul côté ludique et de rapprochement des sexes. Le même retrait des jeunes se réalise dans les fêtes cycliques et calendaires : l’animation du Carnaval se concentre sur quelques jours seulement, occasion surtout de « faire ripaille » entre jeunes, les quêtes rituelles étant abandonnées aux enfants. Une évolution similaire vers la fête « mangeoire » se constate avec les mais : alors que dans le premier xixe siècle on récompensait ou stigmatisait la conduite des filles du village en choisissant avec soin les essences plantées au seuil de leurs maisons, le mai se limite ensuite à la plantation d’un arbre sur la place du village, la tournée des fermes n’ayant plus d’autre but que d’alimenter ou financer un repas festif.

27Quant à la fête patronale, qui, au fil du siècle, tend à devenir le moment essentiel des réjouissances au village, elle perd peu à peu son sens collectif originel. D’acteurs, ses participants deviennent des consommateurs de loisirs quand se développent les spectacles organisés par les forains (manèges, baraques de tir, loteries). On fait désormais la fête pour son plaisir personnel, les jeunes privilégiant bals et danses dont l’évolution est très significative. Dans les premières décennies du xixe siècle, la danse conserve, en nombre de régions, un caractère collectif, dans ses occasions (elle ponctue fréquemment les travaux agricoles importants ou les journées d’entraide) comme dans ses formes : elle rassemble tous les habitants, sans distinction d’âge, dans des rondes, caroles ou branles. Peu à peu, ces dernières sont remplacées par des danses à figure, fragmentant la chaîne des danseurs en cellules plus restreintes : bourrées auvergnates, jabadoas bretons regroupent rarement plus de six partenaires. Les danses par couples, venues de l’étranger (valses, polkas, mazurkas, scottishs) constituent la dernière étape, accentuant la fonction érotique de ces danses « ventre-à-ventre » stigmatisées par les curés, mais devenues le principal loisir de la jeunesse. En témoigne la multiplication des bals à la campagne qui s’opère sous la pression des jeunes. Ceux-ci commencent par délaisser les bals champêtres en plein jour – sur la place du village, en présence de tout le village – pour préférer le bal à l’auberge, qui se termine fort tard la nuit. Puis ils profitent de la moindre occasion pour danser, comme en témoigne un jeune paysan beauceron pour le début du xxe siècle :

  • 10 E. Grenadou et A. Prévost, Grenadou, paysan français, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 197 (...)

« Nous, les garçons et puis les filles, on aimait danser. Des bals, il y en avait : la fête de Saint-Loup en septembre, les Trois Maries à Mignières deux fois l’an, la Saint-Jean à La Bourdinière, et la Saint-Pierre à Ermenonvillela-Grande et la Saint-Blaise à Luplanté, la Saint-Denis à Vitray. Sans compter les mariages et le Carnaval… Sept ou huit bals par an, ça ne suffisait pas et on organisait le petit bal du pays au bistrot ou dans une grange. Julien Dunas, le sabotier, jouait du violon. C’est lui qui nous faisait danser. Pour sa soirée on lui donnait vingt sous… Julien, c’était un bon vieux gars, il nous amusait avec son crincrin… Tous les quinze jours on avait donc notre petit bal10. »

28Ainsi se multiplient des bals semi-privés, placés sous le contrôle des jeunes, bénéficiant de l’apprentissage de la musique développé par les fanfares et orphéons, de la diffusion de l’accordéon et de l’apparition des premiers balistes ayant su répondre à un nouveau marché. La tendance générale est donc bien, au long du xixe siècle, au recul de la fête comme expression communautaire au profit d’un usage plus individuel du loisir. Les jeunes ont été à la fois les acteurs et les bénéficiaires de cette évolution : ils ont fini par conquérir des espaces de loisirs autonomes. Dans le même sens, la justice coutumière abandonne ses formes violentes (tapages) pour privilégier l’amende destinée aux réjouissances communes et les rixes violentes entre jeunes de villages voisins font place aux bagarres de bals, ce qui illustre bien la perte du sens communautaire et le repli sur ce qui intéresse au premier chef la jeunesse, la fréquentation amoureuse.

Les facteurs de l’acculturation

29L’individualisation des loisirs de la jeunesse, consécutive à sa prise de distance d’avec le cadre de vie communautaire, a des facteurs multiples qui dépassent l’influence de l’État via le service militaire ou le développement des associations de jeunes sous contrôle. La faible implantation de ces dernières dans le monde rural suffit d’ailleurs à indiquer que cette évolution a des raisons plus profondes.

30Ces dernières sont d’abord d’ordre économique. Le progrès des techniques agricoles – recul de la jachère, amélioration des assolements, utilisation des engrais – et l’intégration de l’agriculture dans les circuits commerciaux permettent de rompre avec l’autarcie économique des villages et de faire face aux aléas climatiques. Avec la fin des crises de subsistance, après le milieu du xixe siècle, une sécurité alimentaire garantie conduit au recul des conceptions magiques de l’univers et atténue le besoin de renforcer périodiquement la solidarité de la communauté par des rites auxquels la jeunesse prenait une grande part. L’évolution des techniques sape les raisons d’être de la sociabilité rurale traditionnelle : les veillées pâtissent ainsi de l’amélioration de l’éclairage et du chauffage (il n’est plus besoin de se grouper entre voisins) comme du développement des circuits commerciaux qui rendent inutiles la fabrication à domicile d’objets utilitaires. Le développement des moyens de transport – routes d’abord, puis, à la fin du xixe siècle, chemins de fer cantonaux – est ici essentiel en désenclavant les campagnes, en les intégrant dans un marché national qui rend désormais accessibles les produits et services jusqu’alors apanage des citadins ou des habitants des régions les plus favorisées. Les jeunes ruraux plébiscitent, au début du xxe siècle, la bicyclette qui donne plus d’autonomie par rapport au village, autorise une fréquentation plus lointaine des filles et, en permettant une meilleure connaissance entre jeunes de villages voisins, contribue à faire disparaître les rixes traditionnelles. L’intégration progressive des campagnes dans l’économie marchande rend donc moins nécessaires les pratiques collectives et favorise l’individualisme.

31Celui-ci se développe également en parallèle avec le progrès de la petite exploitation familiale qui bénéficie, au cours du xixe siècle, de la perte d’influence – limitée – de la grande propriété et surtout de la disparition des couches les plus pauvres de la société rurale, les premières à participer à l’émigration vers la ville. En abandonnant leurs parcelles ces migrants ont renforcé le poids de la petite propriété qui mobilise toutes les forces de la famille pour se maintenir et si possible s’étendre. Cette évolution a deux conséquences : d’une part, les fils de l’exploitation familiale sont souvent conduits à supprimer leurs loisirs pour répondre aux besoins en main-d’œuvre de leurs parents, ce qui réduit leur participation aux activités traditionnelles de la jeunesse, et, d’autre part, cette « démocratie » de petits cultivateurs indépendants rend inutiles les solidarités villageoises. Là encore, les liens communautaires se distendent au profit de l’individualisme.

  • 11 J.-C. Farcy et A. Faure, La mobilité d’une génération de Français. Recherche sur les migrations et (...)

32En outre, les jeunes restent moins nombreux à la campagne, car ce sont eux qui, majoritairement, alimentent l’émigration vers les villes, mouvement dont l’ampleur alarme les élites conservatrices stigmatisant ces départs sous le vocable d’exode rural dans les premières années du xxe siècle. Dans le dernier tiers du siècle précédent, on a pu estimer qu’un jeune sur cinq prenait le chemin de la ville (avec parfois des retours au pays d’origine), à considérer la dizaine de départements qui participent traditionnellement au peuplement de la capitale11. Dans les régions les plus concernées par cette émigration, il y a donc moins de jeunes pour participer à l’animation du village, et les fonctions traditionnelles que la communauté leur confiait sont d’autant plus affectées, que ce sont les plus entreprenants, les plus dynamiques qui partent.

Une chronologie en rapport avec la diversité régionale

33L’émigration rurale, comme l’intégration dans le marché national et le développement de la petite exploitation ne peuvent être datés sur le court terme : ces évolutions, de longue durée, affectent à des époques variées les différentes régions du territoire national. La chronologie du déclin du cadre de vie communautaire, et, parallèlement, de l’émancipation des jeunes villageois, varie selon les régions, en fonction de la nature de l’habitat, des structures agraires, des pratiques successorales, du degré d’intégration dans la société globale. À la limite, comme la caractéristique de cette jeunesse était d’incarner sa communauté d’appartenance, il y a autant de situations différentes que de villages.

34Proposer une périodisation d’ensemble est donc difficile. Pour les historiens de la période moderne et de la Révolution, le déclin des contraintes communautaires s’amorcerait dans le second xviiie siècle, et le progrès de l’individualisme favorisant l’émancipation des jeunes ruraux connaîtrait un coup d’accélérateur pendant la période révolutionnaire.

35Pour le siècle que nous considérons (1830-1930), les moments forts sont constitués par les phases de l’exode rural et les guerres. Celle de 1870, avec des pertes humaines sensibles dans les régions occupées, conduit à reporter sur un petit nombre de jeunes l’organisation des rituels saisonniers et des réjouissances collectives. Certains renoncent et les folkloristes datent souvent de cette époque le déclin du Carnaval et des autres cérémonies calendaires. Si l’on ajoute que l’exode rural se manifeste particulièrement à partir des années 1870-1880, quand débute la grande dépression agricole qui pousse une bonne partie des jeunes ruraux à partir à la ville pour trouver un emploi qui fait défaut à la campagne, on peut considérer que le dernier quart du xixe siècle constitue une étape décisive dans l’affaiblissement des pratiques communautaires. Dans le même temps, la victoire républicaine, les progrès de l’école, la diffusion de la grande presse et l’accomplissement plus général du service militaire renforcent l’emprise des valeurs nationales sur les campagnes.

36L’évolution est brutalement accentuée par la guerre de 1914-1918, à l’origine de pertes humaines considérables qui affectent particulièrement la jeunesse rurale. Dans les années qui suivent le conflit, il n’est plus question de charivaris : il y a tant de veuves – jeunes – à marier. Les associations d’anciens combattants prennent alors la relève de la jeunesse dans l’organisation des fêtes locales, accentuant ainsi le mouvement amorcé dans les dernières décennies du siècle précédent par les sociétés de loisirs encadrées par les adultes.

37Quelle que soit l’incertitude de la chronologie, le mouvement d’acculturation des campagnes est certain. Les jeunes en ont été à la fois les acteurs et les bénéficiaires. Acteurs, car ils ont pu prendre appui sur les mutations techniques et le désenclavement des campagnes – facilité par le développement des transports –, pour s’émanciper du cadre de vie communautaire traditionnel qui les confinait dans le rôle de mandataires du village pour organiser ses fêtes, rendre une justice coutumière en matière sexuelle et défendre son honneur. Bénéficiaires, dans la mesure où l’affaiblissement des communautés villageoises leur offre la possibilité de développer des loisirs plus individuels, centrés sur la fréquentation de l’autre sexe. À travers l’histoire de la jeunesse rurale, on perçoit ainsi mieux combien la question de l’acculturation ne saurait se réduire au face-à-face État national et monde rural, société englobante et communautés rurales. Certes, la politique d’encadrement national de la jeunesse est une réalité via le service militaire et la mise sur pied, après 1870, de sociétés musicales et sportives, qui ne touchent d’ailleurs que marginalement les paysans. De même, la jeunesse rurale anime, dans les régions montagneuses notamment, la résistance des villages face à la remise en cause de leurs droits d’usage traditionnels. Mais le processus d’intégration nationale des campagnes ne se comprend complètement que si l’on fait référence à l’évolution du contexte économique et social (progrès de l’agriculture, progrès de la petite exploitation, exode rural, etc.) comme à des événements d’ordre politique, telles les guerres de 1870 et de 1914-1918 qui remettent fortement en question la place et le rôle des jeunes dans la société rurale.

Notes

1 E. Weber, La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale, 1870-1914, Paris, Fayard, 1983, 844 p.

2 Pour un développement plus détaillé, on se reportera à notre ouvrage (La jeunesse rurale dans la France du xixe siècle, Paris, Éditions Christian, 2004, 220 p.) dont nous reprenons ici éléments et principales conclusions.

3 F. Ploux, Guerres paysannes en Quercy. Violences, conciliation et répression sociale dans les campagnes du Lot (1810-1860), Paris, La Boutique de l’Histoire, 2002, 376 p.

4 P. McPhee, Les semailles de la République dans les Pyrénées-Orientales 1846-1852, Perpignan, Publications de l’Olivier, 1995, p. 393.

5 J.-F. Soulet, Les Pyrénées au xixe siècle, vol. 1. : Organisation sociale et mentalités, vol. 2 : Une société en dissidence, Toulouse, Eché, 1987, 478 et 714 p.

6 L. Chaleil, Léonce Chaleil. La mémoire du village, Souvenirs recueillis par Max Chaleil, Paris, Stock, 1977, p. 109-110.

7 M. Bozon, Les conscrits, Paris, Berger-Levrault, 1981, 160 p.

8 Cité par P. Goujon, « Associations et vie associative dans les campagnes au xixe siècle : le cas du vignoble de Saône-et-Loire », Cahiers d’Histoire, t. 26, 1981, n° 2, p. 142.

9 Action catholique de la jeunesse française.

10 E. Grenadou et A. Prévost, Grenadou, paysan français, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1978, p. 53-54.

11 J.-C. Farcy et A. Faure, La mobilité d’une génération de Français. Recherche sur les migrations et les déménagements vers et dans Paris à la fin du xixe siècle, Paris, Les cahiers de l’INED, 2004, XV-592 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search