Version classiqueVersion mobile

Les campagnes dans les sociétés européennes

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Frédéric Chauvaud

Deuxième partie. Espace local, espace national : la modernisation des campagnes ?

L’agriculture espagnole au temps d’Isabelle II : réformes institutionnelles et expansion agricole

Ramón Villares

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le règne d’Isabelle II (1833-1868) correspond à une période de profonds changements dans l’histoire contemporaine de l’Espagne. La monarchie constitutionnelle et la réforme de l’administration consolident le régime libéral. Les premiers pas de l’industrialisation s’affirment de manière décisive, en particulier dans les décennies centrales du xixe siècle. Les bases d’une nouvelle infrastructure de communications sont jetées avec les réseaux du chemin de fer et de télégraphe. Les premières incursions militaires dans le nord marocain lors de la « guerre d’Afrique » (1860) viennent désormais scander la politique extérieure de l’Espagne pour un siècle. Mais s’il existe un secteur qui connut des transformations décisives, c’est bien celui de l’agriculture, à tel point que la « réforme agraire » principalement mise en œuvre pendant les années du règne d’Isabelle II est généralement considérée comme la matrice ou la base du régime libéral en Espagne.

2La présente contribution s’intéresse à la mutation qui caractérisa la réforme agraire espagnole selon trois aspects essentiels : d’abord, les réformes de caractère institutionnel qui modifièrent en particulier la nature juridique de la propriété à la recherche de ce qu’on dénomma la « propriété parfaite ». Puis, l’affirmation de l’individualisme agraire révélé autant par les pratiques de cultures communautaires que par la privatisation des espaces communaux. Enfin, les effets de ces transformations sur l’organisation de la production agricole et les limites de la croissance. Nous conclurons cette présentation sur les politiques agraires dans une perspective institutionnelle.

Les réformes institutionnelles

  • 1 F. Tomás y Valiente, « La obra legislativa y el desmantelamiento del Antiguo Régimen », J. M. Zamo (...)

3Le bloc de mesures le plus important de la révolution libérale fut celui des réformes institutionnelles et de la modification des bases juridiques des relations sociales à la campagne. Ces changements d’ordre juridique furent de nature très diverse, mais les plus importants, dans le démantèlement de l’Ancien Régime, furent celles que F. Tomas y Valiente qualifia de « triade législative » : l’abolition des droits seigneuriaux, la suppression des majorats et le désamortissement1. Ce train de mesures poursuivit clairement l’objectif d’instaurer une « propriété parfaite » dont l’élaboration et la mise en œuvre suivirent trois étapes chronologiques et furent l’objet d’intenses débats parlementaires, d’innombrables conflits sociaux et de combats politiques pendant toute la première moitié du siècle.

  • 2 J. Fontana et R. Garrabou, Guerra y Hacienda. La Hacienda del gobierno central en los años de la g (...)

4Les deux premiers jalons sont antérieurs au règne d’Isabelle II. Entre août 1811 et 1813, les Cortes de Cadix adoptèrent les décrets d’abolition de l’Ancien Régime qui incluaient une ample législation agraire, et constituaient le nouveau cadre de toute la politique libérale du xixe siècle2. À l’époque du Trienio libéral (1820-1823), le désamortissement des biens des congrégations masculines fut étendu tandis que le renouveau de la question des droits seigneuriaux provoqua la chute du régime. Cependant, en 1833, alors qu’Isabelle II succéda à son père Ferdinand VII, l’essentiel des réformes institutionnelles dessinées par le programme libéral de Cadix restait encore en suspens, excepté la perte de la capacité juridique des seigneurs que Ferdinand VII n’avait pas remise en vigueur en 1814.

5Ce fut donc à partir de 1833 que se développèrent définitivement les réformes institutionnelles initiées un quart de siècle plus tôt. Cet élan commença en 1835 avec l’arrivée au ministère des Finances de Mendizábal et se continua tout au long du règne d’Isabelle, avec des moments de plus forte intensité réformatrice, comme par exemple le Bienio progressiste (1854-1856). On citera en particulier l’approbation et l’exécution de l’abolition des droits seigneuriaux (1837), l’abrogation du majorat (1841) et l’élargissement des lois de désamortissement (1855) qui entraîna la privatisation de tout usage ou de toute possession corporative ou communautaire de la propriété. Du point de vue politico-institutionnel, la question la plus importante fut sans doute celle des droits seigneuriaux, objet de trois lois successives en 1811, 1823 et 1837. Mais la mesure dont les conséquences sociales et économiques furent les plus retentissantes fut la loi de désamortissement, particulièrement celle de 1855.

6La question des droits seigneuriaux suscita en son temps des débats politiques nourris : le premier concernait la distinction établie par le décret de 1811 entre la « seigneurie juridictionnelle » et la « seigneurie territoriale ». La seigneurie juridictionnelle fait référence à la capacité des seigneurs à rendre justice, à lever des impôts comme les alcabalas et à dominer politiquement leurs vassaux. C’est précisément ce que le décret de 1811 élimina dans la mesure où l’existence d’autres formes de souveraineté qui ne soit pas nationale n’était pas possible. De fait, Ferdinand VII ne rétablit pas la seigneurie juridictionnelle après 1814. La seigneurie territoriale est un titre de propriété sur des biens et un patrimoine qui peut être cédé de diverses manières (fermage, emphythéose, etc.) et pour laquelle le seigneur perçoit des rentes en espèce ou en nature. C’est ce que le décret de 1811 convertit en « propriété individuelle », estimant que les rentes perçues par les seigneurs étaient le fruit d’un libre contrat établi en son temps, dut-il être ancien, entre seigneurs et paysans. La discussion portait donc sur la distinction entre les deux formes de seigneuries : comment séparer le titre sur les terres et le patrimoine de la supériorité politique des seigneurs ? Pour les seigneurs, la perte de la seigneurie juridictionnelle entraînait-elle celle des terres ?

  • 3 F. Tomás y Valiente, op. cit.
  • 4 Joaquin Costa est un auteur régénérationniste de la fin du xixe siècle qui plaça le problème socia (...)
  • 5 R. Garcia Ormachea, Supervivencias feudales en España, 1932. Pour toutes ces questions, voir R. Ru (...)
  • 6 M. Artola, Antiguo Régimen y revolución liberal, Barcelone, Ariel, 1978.

7De là venait le second débat qui portait sur la nécessité de présenter les titres originaux de possession ou de concession. Serait-ce le seigneur ou les vassaux ? En général, les dispositions des lois (surtout celles de 1811 et de 1837) tendirent à établir « les thèses les plus avantageuses aux anciens seigneurs » pour l’« administration des preuves » de titulature3. Telle est en tout cas l’interprétation que fit une longue tradition historiographique qui va de Joaquin Costa4 ou de R. Garcia Ormachea5 à des auteurs plus récents comme Miguel Artola pour qui la noblesse espagnole traversa la période révolutionnaire sans voir, ou à peine, ses positions entamées6. Autrement dit, les anciens seigneurs se convertirent en grands propriétaires selon une sorte de « voie prussienne » à l’espagnole qui expliquerait la conservation de la grande propriété latifundiaire dans le Sud de l’Espagne. Elle expliquerait également la nécessité, aussi bien économique que politique, de promouvoir une réforme agraire de fond jusqu’aux tentatives de la Deuxième République, une réforme d’autant plus indispensable qu’elle résultait d’un échec survenu au xixe siècle.

  • 7 B. Clavero, « Foros y rabassas. Los censos agrarios ante la revolución española », Agricultura y S (...)
  • 8 En guise de bilan, voir P. Ruiz Torres, « Del Antiguo al Nuevo Régimen : carácter de la transforma (...)

8Cette thèse qui fait directement référence à la dimension sociale de la réforme agraire et à la voie suivie par la noblesse est actuellement remise en question, parfois même réfutée avec fermeté. Le débat recouvre l’interprétation de la révolution libérale et, de manière plus générale, celle d’une histoire de l’Espagne contemporaine davantage comprise en terme de normalité que d’exception par rapport aux autres pays européens. Il se fonde sur de solides recherches empiriques, notamment centrées sur la région valencienne, qui permettent de nuancer l’ancienne interprétation au moins de deux manières. La première insiste sur le fait que l’organisation seigneuriale antérieure à la révolution libérale n’était pas aussi uniforme qu’on le supposait. La diversité des situations n’était pas seulement régionale mais aussi structurelle. Il existait par exemple à Valence, en Catalogne, en Galice et dans quelques autres régions d’Espagne, des cessions emphytéotiques de la terre qui distinguaient clairement la position du seigneur exerçant la juridiction de celle des nombreux titulaires de la juridiction utile. On peut dire que la propriété utile des emphytéotes était quasiment une propriété, alors que la propriété éminente ou directe des seigneurs s’apparentait à une seigneurie juridictionnelle non territoriale. La solution que le libéralisme élabora donna toujours avantage à la domination utile, de sorte que la propriété pleine et entière de la terre finit par bénéficier aux paysans, quoique parfois tardivement comme dans le cas galicien7. Ainsi, la seigneurie était non seulement variée mais aussi stratifiée, et comprenait une pluralité de mode de domination juridique en son sein. Son abolition ne pouvait affecter de la même façon les différents échelons de sa structure8.

  • 9 Nous entendons par là ceux qui en France seraient appelés « gros fermiers ».
  • 10 Mª T. Pérez Picazo, El mayorazgo en la historia económica de la región murciana. Expansión, crisis (...)

9La seconde nuance dérive de la précédente : les seigneurs pâtirent très directement des effets de la réforme agraire libérale en perdant quelques-unes de leurs ressources (alcabalas, banalités), en se montrant incapables de territorialiser systématiquement leurs titres juridictionnels ou de s’imposer face aux titulaires utiles de la terre. Il est vrai que ce constat s’applique surtout aux territoires de l’ancienne couronne d’Aragon davantage qu’à ceux de la Castille, à l’exception notoire de la Galice et de la côte cantabrique où la petite noblesse provinciale, la higaldia, maintint son hégémonie plus facilement. Quoi qu’il en soit, l’image d’une réforme agraire libérale, qui n’aurait été qu’une opération de façade au bénéfice de l’ancienne noblesse, en ressort brouillée si l’on tient compte de la pression exercée par les propriétaires aisés9, les emphytéotes et les hidalgos, véritables gagnants de la bataille anti-seigneuriale si l’on en croit l’historiographie récente. Sans doute, la clé de compréhension réside-t-elle dans la présence ou non de groupes intermédiaires entre les seigneurs et les paysans car là où ces derniers existaient, l’abolition les avantagea clairement. De plus, la suppression des lois du majorat fragilisa la position de la haute noblesse en favorisant la mobilité de la richesse foncière, tout particulièrement importante dans des régions comme celle de Murcie10.

  • 11 Marcelino Menéndez y Pelayo (1856-1912) fut l’un des plus grands intellectuels de la culture espag (...)
  • 12 Sur cette question, voir J. Arango, « La crítica de Flórez Estrada a la desamortización de Mendizá (...)

10L’historiographie espagnole a versé beaucoup d’encre sur le processus de désamortissement et ceci pour plusieurs raisons. La première, d’ordre idéologique, reposait sur le jugement de Menendez Pelayo11 qui considérait cette opération comme un « immense forfait » que l’État aurait commis sur les biens de l’Église. La seconde, de nature contrefactuelle, se fondait sur les considérations de l’économiste A. Florez Estrada qui considérait le désamortissement comme une « occasion perdue » pour le capitalisme espagnol parce qu’il avait empêché la transmission des biens ecclésiastiques aux familles paysannes en emphytéose12. La troisième, d’ordre plus proprement historiographique, regardait la politique de privatisation des biens communaux commencée à partir de 1855 comme un tour de vis supplémentaire dans la « voie prussienne » de l’abolition seigneuriale, parce qu’elle avait exproprié des millions de paysans en faveur de certaines élites, accroissant ainsi la concentration des terres. Ces critiques ne sont pas dénuées de fondements, mais on ne peut plus aujourd’hui les prendre au pied de la lettre. Voyons donc de quelle manière le désamortissement contribua à modifier le cadre juridique de la propriété territoriale et dans quelle mesure il est responsable de la concentration de la terre entre quelques mains.

11Le désamortissement fut un processus de longue haleine mais qui maintint un certain nombre de traits communs tout au long du siècle. D’une part, il s’élargit progressivement jusqu’à embrasser tout type de biens qui se trouvait en mainmorte ou privé de mobilité, c’est-à-dire en situation d’amortissement. La mise sur le marché de cette richesse fut un objectif attesté des premières mesures de désamortissement. Elle impliquait une profonde modification du régime de propriété et de la nature juridique de la richesse amortie. D’autre part, ce fut un processus sur lequel l’État libéral maintint un strict contrôle grâce à une nombreuse bureaucratie tout entière vouée à la nationalisation des biens, mais aussi à leur administration immédiate et à leur transmission postérieure à des particuliers par plusieurs procédés dont le plus fréquent fut la vente publique aux enchères. Que les gains obtenus n’aient pas été suffisants pour combler la dette publique, ou bien, que les désirs de Mendizábal de voir se constituer une « copieuse famille de propriétaires » ne se réalisèrent pas, ne signifie pas que le processus ait manqué de rigueur administrative ou de cohérence politique.

  • 13 J. Nadal, El fracaso de la revolución industrial en España, 1814-1913, Barcelone, Ariel, 1975.
  • 14 A. Garcia Sanz et R. Garrabou, Historia agraria de la España contemporánea, op. cit.
  • 15 J. Garcia Pérez, Las desamortizaciones eclesiástica y civil en la provincia de Cáceres (1836-1870)(...)
  • 16 En Galice, une grande partie des biens de désamortissement furent des rentes forales et non pas de (...)

12L’évaluation du processus de désamortissement peut s’établir selon divers paramètres. Selon les calculs les plus généreux13, le volume des ventes atteignit environ 14 000 millions de reales en prix d’adjudication nominale. Si l’estimation retient l’extension des terres désamorties, le montant total a varié d’environ d’un quart du territoire14 à quelque 7 millions d’hectares (un septième de la surface de l’Espagne) selon des calculs plus récents. Mais le processus a des proportions régionales très disparates : il fut en effet plus intense dans l’Espagne méridionale que dans la septentrionale15. Quoi qu’il en soit, ces approximations sont simplement indicatives dans la mesure où tous les biens vendus ne renvoient pas directement à des terrains concrets comme l’attestent les cas des biens foraux en Galice16, dans les Asturies ou bien dans le Léon. Mais l’évaluation la plus habituelle du désamortissement s’effectue par l’identification sociale des participants aux enchères, généralement désignés comme les « bénéficiaires » (le terme n’est pas innocent). Bien que leur identité sociologique ait beaucoup varié, les acheteurs de biens désamortis appartenaient généralement à la notabilité rurale, à la bourgeoisie commerciale et au haut fonctionnariat d’État. Mesurée en quantité de biens acquis, la participation aux enchères de cultivateurs et de paysans est moindre, quoique plus importante en nombre de personnes.

  • 17 P. Ruiz Torres, « Del Antiguo al Nuevo Régimen : carácter de la transformación », VV.AA., Antiguo (...)

13La somme de toutes les mesures qui tendaient à la transformation et/ou au transfert de la propriété essentiellement territoriale permet de conclure que les objectifs institutionnels de la réforme agraire espagnole furent globalement accomplis. Les droits seigneuriaux furent abolis, les dîmes supprimées, les majorats éliminés et les biens en main morte saisis par l’État et transférés à des particuliers. Les groupes sociaux intermédiaires, en tant que locataires, titulaires de baux emphytéotiques ou notables ruraux, bénéficièrent des changements institutionnels apportés par la révolution. Déjà assez solide à l’époque de la monarchie absolue, la position des « propriétaires-hacendados » s’adonnant de plus en plus à l’exploitation directe fut renforcée. De plus, une grande partie de la richesse foncière vit sa nature juridique modifiée en propriété individuelle, débarrassée des régimes si divers qui caractérisaient la société d’Ancien Régime. Ce que les contemporains avaient l’habitude d’appeler la « propriété parfaite » fut le principal résultat de la réforme agraire libérale. Comme on l’a vu, même si la dimension sociale du processus admet des nuances, il est avéré que les élites nobiliaires furent remplacées par de nouvelles élites bourgeoises ou par des notables ruraux17. Bien entendu, tout ne fut pas que réussite : le régime de propriété ne fut pas « parfait », ni en partie ni même dans tous les sens du terme et les progrès de l’individualisme ne furent pas aussi nets que l’on pourrait le supposer.

Progrès et limites de l’individualisme agraire

14À toutes ces mesures de nature juridico-institutionnelles, s’ajoutèrent d’autres dispositions relatives à l’individualisme agraire (liberté de culture et de bornage, interdiction de la vaine pâture, aliénation des communaux et des terres en friches, etc.) et à la fiscalité (suppression des dîmes en 1838), établissement d’un nouveau système tributaire en 1845. Elles marquent les jalons les plus décisifs de la réforme agraire libérale en Espagne ainsi que l’établissement d’un nouveau système politico-institutionnel. De plus, l’administration intervint massivement sur les biens communaux, en général connus sous le nom de « biens propres », bouleversant ainsi de fond en comble le régime de propriété et la distribution et l’usage de la terre en Espagne. Le processus fut historiquement très long, plus encore que celui du désamortissement, mais c’est sous le règne d’Isabelle II que se mirent en place les bases d’une véritable érosion des « coutumes communautaires », pour reprendre le terme thompsonien. Dans la mesure où l’expression d’individualisme agraire est très large et déborde les cadres chronologiques du règne d’Isabelle II, j’attirerai l’attention sur deux aspects. D’un côté, le changement de la politique touchant aux biens communaux au tournant du siècle ; de l’autre, les premiers assauts relatifs aux servitudes et aux obligations collectives. Ces derniers ont plus de rapport avec l’organisation du travail agraire et des cultures qu’avec régime de propriété que nous traiterons dans un troisième temps.

  • 18 A. Nieto, Bienes Comunales, Madrid, Revista de Derecho privado, 1964.
  • 19 G(rupo) de E(studios) de H(istoria) R(ural), « Más allá de la “propiedad perfecta”. El proceso de (...)

15De toute évidence, l’un des domaines de redéfinition du concept de propriété fut celui des biens communaux dont le titre et l’usage étaient généralement collectifs ou pour le moins, non individuel. Il s’agit d’analyser ici les conséquences de la privatisation des biens communaux qui affecta la titulature juridique et les résistances des oligarchies locales et des communautés rurales qui en découlèrent. Dans l’Espagne du milieu du xixe siècle, la typologie et l’extension des biens communaux étaient très vastes. Leurs définitions n’étaient pas sans ambiguïtés même si dans l’inventaire de la richesse communale, la condition d’ » usage commun » l’emportait sur le titre. L’usage pouvait être partagé entre les habitants ou pouvait être corporatif s’il était attribué aux communes. Dans le premier cas, il s’agit de communaux « atypiques » et dans le second de communaux « typiques », appelés également « biens propres », selon la distinction classique établie par les études juridiques modernes18. La législation de l’époque introduisit d’autres appellations comme celle de montes utilisée dans les catalogues réalisés par les ingénieurs des Eaux-et-Forêts, la Classification générale des montes en 1859 ou bien dans le catalogue des montes d’Utilité publique en 1901. La diversité typologique cache à son tour la difficulté de connaître l’étendue exacte de cette masse de biens. Les évaluations contemporaines et actuelles tendent à se rejoindre autour du chiffre de 32,5 millions d’hectares de terres non destinées à l’usage agricole, même si le strict comptage des montes donne une fourchette comprise entre 11,4 et 14 millions d’hectares19. En termes relatifs, il s’agit d’une surface équivalante au quart de la superficie totale de l’Espagne, ce qui révèle le poids de cette richesse disponible pour l’agriculture espagnole au xixe siècle.

  • 20 A. Ortega Santos, La tragedia de los cercamientos. Desarticulación de la comunalidad en la provinc (...)

16Depuis 1850, les communaux espagnols furent l’objet de changements considérables qui transformèrent substantiellement ses modes de mise en valeur et son appartenance. L’un d’entre eux, fréquemment sous-estimé, est la modification de l’usage des sols au bénéfice de la production agricole et au détriment des usages traditionnels silvo-pastoraux. Selon le point de vue éco-environnemental des études les plus récentes, la rupture avec le modèle de l’agriculture « organique » montre que les mutations de la fonctionnalité économique et sociale des biens communaux sont aussi importantes que les changements juridiques et leur privatisation pour en expliquer la « désarticulation20 ». Le processus de démantèlement commencé au xixe siècle ne cessera justement de s’accroître au xxe siècle, comme nous le verrons plus tard. Cependant, ce phénomène différa grandement de ce que les législateurs libéraux du début du xixe siècle avaient prévu, c’est-à-dire la voie d’un « désamortissement universel » de toute la richesse foncière. C’est ici que l’on peut saisir clairement la condition hasardeuse et incomplète de cet engouement pour privatiser la terre.

  • 21 G. Gómez Urdáñez, « Doctrinas y realidades. Los frenos a la liberalización de la propiedad en Espa (...)

17Dès la seconde moitié du xviiie siècle, les Lumières s’intéressèrent au sort des communaux et des friches (englobés fréquemment sous la dénomination de « biens propres »). C’est du temps de Charles III que datent les premières mesures, comme la Pragmatique de 1770 qui autorisait les municipalités à effectuer la vente de certains de ces biens. L’élan réformateur se maintint à l’époque de Cadix dont le décret de 1813 établit précisément la « réduction à la propriété particulière » des terrains en friche, une disposition reconduite à plusieurs reprises par la suite jusqu’à la loi générale de désamortissement en 1855. Toutefois, avant cette date, la liberté des municipalités pour décider de la quantité et des modalités de la privatisation restait intacte, de sorte que purent coexister des politiques d’aliénation de biens aux côtés de procédures de partage, notamment en Andalousie et en Estrémadure. En dépit de l’orientation de toutes les mesures prises à partir du xviiie siècle, les ressources communales furent d’ordinaire conservées. De fait, on pourrait dire que « le premier libéralisme ajourna autant que possible » l’aliénation des biens communaux21.

  • 22 J. Sanz, « La historia contemporánea de los montes públicos españoles, 1812-1930. Notas y reflexio (...)

18Un tournant eut lieu en 1855 lorsque les progressistes appliquèrent leurs propositions, et déjà en 1851 à l’occasion du débat parlementaire sur « l’arrangements de la dette », sous le gouvernement de Bravo Murillo. C’est alors que triomphent les thèses des « prédateurs22 » selon des modes toujours nuancés et flexibles. D’une part, on substitua les communautés d’habitants et les municipalités par l’action de contrôle et de gestion de l’État. L’interventionnisme de l’administration publique en matière de communaux est la grande nouveauté de la politique de désamortissement après 1855. D’autre part, on organisa la vente à des propriétaires particuliers moyennant l’inclusion de ces biens dans la politique générale de désamortissement, à savoir leur nationalisation, puis leur vente aux enchères.

  • 23 Voir note 19.

19À partir de 1855, l’interventionnisme et l’encouragement à la privatisation furent donc les deux objectifs de la politique libérale des communaux. Mais la mise en pratique progressive de ces fins se heurta à toutes sortes de difficultés. La première fut de connaître avec précision le type de biens qu’on pouvait considérer comme communaux ou montes publics selon la terminologie officielle de 1859. Il fallait ensuite distinguer les biens aliénables de ceux susceptibles d’échapper à la vente. C’est là que surgirent de nombreux conflits entre le pouvoir central et les pouvoirs locaux (municipalités et députations provinciales) qui aboutirent à des réponses très diverses selon les régions : au nord, les exceptions furent la norme alors qu’en Estrémadure et en Andalousie occidentale, les biens considérés comme « aliénables » constituèrent la majorité. Le rôle des institutions locales fut décisif. Pour certains auteurs, ces résultats démontreraient la faible capacité de « l’administration centrale pour conduire des processus de changement social23 ». Il faut cependant reconnaître que beaucoup d’institutions politiques locales ne firent simplement que défendre les intérêts des oligarchies agraires liés à l’exploitation surtout agropastorale des montes.

  • 24 X. Balboa, O monte en Galicia, Vigo, Edicións Xerais, 1990.

20La privatisation des biens communaux fut par conséquent beaucoup plus aléatoire et hétérogène que ne l’avaient prévue les législateurs de 1855. Les ventes furent relativement nombreuses, autour de 4,8 millions d’hectares, ce qui supposerait qu’environ 40 % des montes publics, inventoriés comme tels en 1859, auraient été aliénés depuis cette date jusqu’au premier tiers du xxe siècle. Mais une quantité notable de biens parvinrent à résister à la privatisation en demeurant la possession des municipalités ou des habitants. Une autre partie non négligeable, comme les montes de la corniche cantabrique, finirent par être partagés entre les possesseurs traditionnels afin d’empêcher leur aliénation par la vente aux enchères. Le meilleur exemple connu est celui des montes galiciens qui furent systématiquement individualisés depuis la fin du xixe siècle sous la forme d’une répartition (égalitaire ou pas) entre ses bénéficiaires mais sans intervention de l’État24.

  • 25 J. M. Gastón Aguas, « Los campesinos navarros ante la revolución burguesa, 1841-1868 », Historia S (...)
  • 26 A. Ortega, op. cit.

21Dans sa tentative de redéfinir totalement les droits de propriété et les formes d’usage des biens communaux, la politique agraire libérale comporta d’authentiques zones d’ombre. Même si à long terme l’interventionnisme étatique finit par porter ses fruits, dans un premier temps, les résistances furent multiples. À l’opposition nourrie des propres institutions locales qui parvinrent à retirer une grande partie des biens communaux de la vente publique s’ajoute celle des communautés rurales, manifeste à partir du tournant du siècle. Les dénonciations pour larcins et agressions contre la propriété constituent le principal chapitre de la criminalité rurale du nord au sud de la péninsule. Entre 1846 et 1865, 42,5 % des affaires judiciaires ouvertes à Tafalla, en Navarre, représentent des délits contre la propriété, avant tout des vols de bétail, de bois ou de produits divers25. Dans les montagnes de la province de Grenade et généralement dans toute l’Andalousie orientale, le vol de bois et surtout de sparte constitue le principal motif de conflictuosité26. La nécessité d’un service de vigilance et de police rurale ne cessa de croître et aboutit à la création de la Guardería de Montes, ce qui tend à démontrer que les propriétaires ruraux, en plus de chercher la sécurité de leur propriété, avaient besoin d’instruments coercitifs supérieurs à ce que prévoyait l’ordonnance juridique.

22Historiquement, il est difficile d’attester la lente attaque aux « coutumes communautaires » du travail agraire : l’accès aux pâturages et aux chaumes moyennant le contrôle de la vaine pâture ; la fixation du calendrier agricole (semences, récoltes et vendanges) ; la détermination du droit coutumier de l’eau ou bien la régulation des servitudes collectives. Le phénomène s’inscrit en outre dans une tendance de l’individualisme agraire à s’affirmer qui caractérise les agricultures européennes à partir de la première « révolution agricole », pour reprendre la typologie proposée par Paul Bairoch. La somme de toutes ces pratiques communautaires constitue un énorme puzzle des agricultures péninsulaires où les degrés d’individualisation sont très variables selon les régions et pas nécessairement contemporains des modifications du régime de propriété. Dans les décennies centrales du xixe siècle, les innombrables formes de ce que Joaquin Costa appela le « collectivisme agraire » subirent davantage une érosion qu’une destruction systématique. Il faut cependant en évoquer les principaux enjeux.

  • 27 A. Nieto, Ordenación de pastos, hierbas y rastrojeras, Valladolid, 1959.

23La désagrégation du collectivisme agraire se manifesta de manière flagrante dans le bornage des fermes et dans la vaine pâture. Les premières mesures provenaient des Cortes de Cadix : le décret de juin 1813 déclarait « fermés et bornés perpétuellement tous les pâturages et toutes les autres terres dépendantes d’une possession particulière ». Cela fut considéré par un auteur comme Francisco Cardenas, en 1873, comme une disposition « mémorable » bien que son application connut de nombreux obstacles et de notables résistances de la part des conseils et des communautés rurales, particulièrement en Castille, comme l’a montré A. Nieto, dans son travail sur « les herbes, les pâtures et les chaumes ». Le décret de 1813, révoqué plusieurs fois au cours de la révolution libérale, finit par être rétabli définitivement en 1836, puis fut consolidé par « plus d’une douzaine de dispositions légales » complémentaires27.

24Que le législateur ait à réitérer ces mesures indique la cohérence des politiques agraires suivies par les gouvernements isabellins, mais aussi la force d’opposition des conseils et des communautés de cultivateurs. Le décret de 1853 qui interdisait explicitement la vaine pâture (« nom barbare », selon l’opinion du rédacteur) laissait en revanche la possibilité d’exceptions de traitement qui semblent avoir effectivement existées. En effet, si « tous les propriétaires et les bénéficiaires de la pâture » accordaient un « consentement unanime », le gouverneur civil de la province pouvait autoriser la sauvegarde de cette pratique « barbare ». Les pétitions d’exemption furent significatives comme le prouvent la documentation de l’ancien ministère de l’Intérieur et les témoignages littéraires et ethnographiques. Toutefois, comme le reconnut Joaquin Costa à la fin du xixe siècle, le régime de la vaine pâture « alla en disparaissant », davantage par le biais des transformations et l’intensification des modes de cultures que par l’effet d’une législation coercitive. En tout cas, ce fut l’administration isabelline qui assit les bases de l’individualisme agraire aussi bien par la politique de privatisation des communaux que par le combat contre les obligations collectives, amorçant ainsi un processus qui ne se conclue qu’au cours du siècle suivant.

L’organisation de l’agriculture : stagnation ou expansion ?

25Toutes les réformes à caractère social et institutionnel évoquées sont sans aucun doute la clé de voûte des politiques agraires libérales. Bien que, sourde aux observations des contemporains, l’historiographie les a ignorées, l’ampleur de ces changements fut considérable. Si l’on tient compte de la faiblesse de l’État libéral, il faut reconnaître que son principal succès fut de pouvoir arbitrer et de réguler les décisions prises par des individus concrets, notamment le désamortissement qui mobilisa des centaines de milliers d’actes de vente, d’actes d’enchères et de recouvrement des adjudications, sans oublier la gestion de la richesse foncière nationalisée jusqu’à son transfert à des particuliers. La mobilité de la terre eut des effets considérables sur l’organisation de la production agricole, sur les contrats agraires, sur l’usage des terroirs et sur les marchés de biens de consommation d’origine rurale. Il est certain que l’attention portée jusqu’à présent par l’historiographie à ces faits est bien inférieure à l’effet quasiment hypnotique exercé par le désamortissement ou la fin des seigneuries. La question est ici d’évaluer les résultats produits par les réformes institutionnelles, autrement dit de savoir si l’agriculture espagnole du milieu du siècle demeura identique ou bien si au contraire, elle connut une étape d’expansion. Finalement, les modifications engagées par la réforme agraire libérale eurent-elles de quelconques conséquences ?

  • 28 C. Gómez Benito et A. Ortí, Estudio critico, reconstrucción y sistematización del corpus agrario d (...)
  • 29 R. Villares, « La historiografía agraria de la España contemporánea. Interpretaciones y tendencias (...)

26La thèse d’une agriculture retardée fut le prédicat absolu de l’historiographie espagnole non seulement dans la littérature « régénérationniste ». Pensons à Costa qui, dans Oligarchie et Caciquisme en 1901, soutenait que le problème politique de l’Espagne venait de la réponse incomplète qu’avait apportée la révolution libérale à la question agraire. Pour lui, ces mesures avaient été excessivement individualistes (abolition des seigneuries, désamortissement civil et des biens communaux), ce qui avait marginalisé les « pueblos », c’est-à-dire les communautés paysannes28. Pensons plus récemment aux historiens économistes qui ont considéré le secteur agricole comme un « facteur d’archaïsme » de l’économie espagnole contemporaine. Bien que ces conclusions soient aujourd’hui amplement révisées dans un certain nombre de travaux historiques29, il n’en demeure pas moins que nombre d’indicateurs de l’activité agricole permettent de conclure à l’expansion de l’agriculture espagnole dans les années centrales du xixe siècle. S’agissant d’une période où les statistiques agricoles sont très déficientes, les informations qualitatives sont les plus à même de conforter cette thèse. Mais il existe également un certain nombre d’éléments indirects qui renforcent ces considérations, comme par exemple le fait que la population a notablement augmenté et que, parallèlement, les exportations de biens agricoles ont enregistré une croissance significative, aussi bien celles de la trilogie méditerranéenne du blé, du vin et de l’huile que celles des productions animales (viande d’abattage, laine), de bois ou des conserves végétales.

  • 30 R. Garrabou et J. Sanz, Historia agraria de la España contemporánea, II, op. cit.
  • 31 Littéralement, la « cave à vin du monde ». P. Pan-Montojo, La bodega del mundo. La vid y el vino e (...)

27Dans son Histoire économique de l’Espagne, J. Vicens Vives avait indiqué un premier indicateur de l’expansion agraire lorsqu’il signalait que le désamortissement avait permis le gain de près de 4 millions d’hectares de culture. L’estimation doit être actuellement révisée à la hausse car face aux 10,5 millions d’hectares destinés aux céréales en 1800, des calculs récents estiment la superficie agricole en 1860 à près de 16 millions d’hectares en incluant les friches et les terres en jachère30. La tendance à la croissance qui s’accentue davantage à partir de 1860 ne se démentit pas jusqu’à la crise de la fin de siècle. Les gains furent obtenus aussi bien dans la céréaliculture (qui occupait 80 % des terroirs) que dans la vigne et l’olivier, cultures expansives par excellence. De fait, vers 1850, la surface viticole avait décuplé par rapport au début du siècle de sorte qu’on croyait que l’Espagne pourrait se convertir en la « bodega del mundo31 ». Une illusion entretenue plus encore par l’euphorie exportatrice de chais espagnols vers la France à cause du phylloxéra, surtout à partir de 1882.

  • 32 L’économiste Antonio Flores de Lemus est l’auteur d’un article important, « Sobre una dirección fu (...)
  • 33 J. Pujol, op. cit.

28La production agricole se trouvait essentiellement composée de céréales destinées à l’alimentation (différentes des céréales d’alimentation animale) dont Flores de Lemus se fit l’avocat dans le premier tiers du xxe siècle32, à tel point que le secteur de l’élevage déclina au xixe siècle alors que le cheptel se redistribuait en faveur des bêtes de somme (tout particulièrement, la mule) et au détriment des bêtes de rente (bovin et ovin). La suppression de l’antique Mesta, l’abolition de ses privilèges et la croissance des terres de culture au préjudice des pâturages accélérèrent ce déclin. Bien que les statistiques agricoles du xixe siècle soient peu fiables, on peut affirmer avec D. Gallego qu’entre 1800 et 1900, le secteur de l’élevage liés au pacage fut le seul à décroître dans la production agricole totale33.

  • 34 Ibid.

29Dans les années centrales du siècle, les résultats de la réforme agraire furent clairement positifs tant pour l’usage des terres que pour la croissance de la production totale. On sait bien par ailleurs que dans le contexte d’une politique douanière qui interdisait les importations agricoles, assortie de mesures protectionnistes en 1820 et complétées en 1847, la production agricole put nourrir une population qui passait de 10,5 millions d’habitants à la fin du xviiie siècle à presque 15,5 millions lors du premier recensement de 1857. Cette croissance démographique, particulièrement intense entre 1820 et 1860, confirme que l’offre de produits agricoles suivit au moins un rythme similaire. De plus, à partir de 1850, la création d’un marché intérieur de produits agricoles, favorisée par la mise en place d’un premier réseau ferroviaire, connut une accélération qui culmina à la fin du siècle. Comme le dit D. Gallego, on peut également apprécier l’expansion du secteur agricole espagnol selon son degré d’ouverture sur l’extérieur, c’est-à-dire la part croissante des produits agricoles dans l’ensemble des exportations de l’économie espagnole34. Même si ces données excèdent le cadre chronologique du règne d’Isabelle II, il est évident que ce sont durant les années centrales du xixe siècle que l’expansion de l’agriculture espagnole devint patente, des résultats qu’il convient de lier étroitement à la réalisation des réformes institutionnelles promues par le libéralisme, depuis l’époque de Cadix jusqu’en 1855.

  • 35 Le lugar et le caserio désignent des exploitations de polyculture (élevage, céréales, produits mar (...)

30Les lumières du processus de transformation agraire ne pouvaient pas ne pas comprendre des ombres au tableau. Nous avons déjà évoqué certaines d’entre elles en parlant de l’individualisme agraire. Mais on peut également en repérer dans d’autres domaines de l’organisation de la production agricole, notamment la distribution de la propriété de la terre, les formes de possession ou bien encore le niveau technique du tissu productif, autant d’aspects qui présentent de forts contrastes, notamment régionaux. En dépit de l’absence d’une source cadastrale, on sait que la distribution sociale des titres de propriété de la terre connut d’énormes différences régionales. Selon la Statistique administrative de 1855, les plus gros contribuables au chapitre « Cultures, immeubles et élevage » ainsi que les nouveaux bénéficiaires des enchères du désamortissement appartenaient à la haute noblesse. En outre, des noms et des maisons nobiliaires identiques se retrouvent dans plusieurs provinces, en particulier dans le centre et le sud de la péninsule. Quant à l’organisation des cultures, l’inégalité de la propriété ne se reproduisit pas avec la même gravité. La taille des labours varia suffisamment pour qu’il y ait correspondance entre une ferme du nord, un lugar ou un caserio, et une ferme du sud, une dehesa ou un cortijo35. La petite et la grande exploitation coexistèrent sans que l’on puisse attribuer au bénéfice des réformes libérales une plus forte concentration de la propriété ni un agrandissement significatif de la taille moyenne des exploitations.

  • 36 Les foros et rabassas étaient des cessions à longue échéance. La durée des foros était de « trois (...)
  • 37 J. Carmona Pidal, Aristocracia terrateniente y cambio agrario en la España del siglo xix. La Casa (...)

31Ce qui caractérisa surtout l’agriculture espagnole du xixe siècle fut la faiblesse du faire-valoir direct, ce qui entraîna une hégémonie sociologique et économique du rentier. Les rares statistiques et les rapports qualitatifs plus abondants du tournant du siècle montrent qu’il exista une grande diversité dans les formes de cession de la terre, depuis les contrats emphytéotiques, foros ou rabassas36, jusqu’au métayage et au fermage. La formule la plus courante fut sans doute celle du fermage de courte durée, notamment dans les deux Castille, en Aragon et dans une grande partie de l’Andalousie. Malgré le caractère temporaire du contrat, l’analyse de quelques patrimoines agraires indique que la mobilité des colons fut très réduite et la transmission héréditaire attestée. Plus que tout, on n’enregistre pas de niveau significatif d’impayés de rente, comme en témoigne par exemple le marquisat de Alcañises étudié par J. Carmona Pidal, dont les terres essentiellement louées se trouvaient en Castille et en Andalousie37.

32Là où l’agriculture espagnole du milieu du xixe siècle fut la moins dynamique fut certainement l’équipement technique. L’abondance de la main-d’œuvre ne favorisa pas l’introduction d’un outillage agricole permettant d’économiser le travail humain et encouragea la substitution des fertilisants traditionnels par des engrais modernes à l’exception du guano péruvien destiné presque exclusivement aux cultures horticoles du Levant. Malgré tout, on perçoit à partir de 1850 quelques nouveautés, au moins sur le plan agronomique chez quelques propriétaires. En effet, quelques « fermes modèles » apparurent, des expositions agricoles commencèrent à se célébrer, des institutions comme l’École des eaux-et-forêts (1848) ou l’Institut agricole de Saint-Isidore (1857) furent fondées.

Récapitulation

33La majorité des changements réalisés pendant le règne d’Isabelle II réside dans le registre juridique de la terre et la régulation des usages du sol. Bien qu’à l’époque l’État manqua de ressources propres pour développer des politiques de modernisation du secteur agricole (centres de recherche, travaux d’infrastructure, services agronomiques, remembrement), il est manifeste que son action fut capitale dans deux domaines : l’impulsion de réformes à caractère institutionnel et la création d’une administration rudimentaire mais responsable, entre autres missions, de la branche que l’on appelait alors « agriculture ».

34Les réformes institutionnelles conduisirent à redéfinir, avec quelques limites, un nouveau concept de propriété. Son renforcement fut rendu possible grâce à de nombreuses mesures comme la Loi hypothécaire (1863) qui permit la création du Registre de la Propriété et l’organisation du droit hypothécaire, lui-même davantage rendu nécessaire par le renforcement des droits de propriété que par la diffusion du crédit agricole. De fait, presque toutes les grandes dispositions relatives au démantèlement du complexe juridique de l’Ancien Régime furent l’œuvre de décisions politiques liées au programme de la révolution libérale, depuis l’abolition des droits seigneuriaux ou des dîmes jusqu’à l’extension de la législation du désamortissement. Par contre, les libéraux ne s’intéressèrent guère à la taille des exploitations ou bien à l’organisation de la production agricole.

  • 38 R. Villares, op. cit.
  • 39 J. Carmona et J. Simpson, op. cit.
  • 40 J. Pujol, op. cit.

35Un autre problème est de comprendre dans quelle mesure l’État contribua à bouleverser les campagnes sous le règne d’Isabelle II, un fait souvent débattu dans l’historiographie espagnole lorsqu’elle cherchait à déterminer les causes de ce qu’on appelait le « retard agricole », selon un des paradigmes interprétatifs les plus ancrés au xxe siècle38. Bien que ce débat soit encore très vif et que certains continuent à parler de la réforme libérale comme d’une « chance perdue » et de ses « répercussions économiques limitées » comme de « la plus grande énigme » de l’histoire de l’Espagne du xixe siècle39, la majorité des historiens ruralistes actuels soutiennent que l’action de l’État fut relativement semblable à celle d’autres pays d’Europe au sens où son objectif central était les réformes institutionnelles et non pas la production agricole40. Ceci implique de considérer que, en matière institutionnelle, la réforme agraire, inspirée par les libéraux et exécutée principalement pendant le règne d’Isabelle II, a accompli ses objectifs fondamentaux.

  • 41 R. Vallejo Pousada, Reforma tributaria y fiscalidad sobre la agricultura en la España liberal, 184 (...)

36La discussion historiographique demeure bien entendu ouverte car les différences qui séparent l’agriculture espagnole de celle des pays de son environnement européen sont nombreuses, qu’il s’agisse de l’organisation de la production agricole, des améliorations techniques ou de la formation agronomique, bref de toutes les mutations analysées et systématisées par Paul Bairoch à la lumière des « révolutions agricoles » successives. En outre, il y a bien des secteurs où l’action de l’État se révéla manifestement insuffisante. Par exemple, la politique fiscale, établie sur de nouvelles bases à partir de la réforme fiscale de 1845 de Mon-Santillan, faisait de l’agriculture le pilier du nouveau système, puisque la contribution sur les immeubles, les cultures et l’élevage représentait le principal impôt direct alimentant les caisses de l’État tout au long du xixe siècle. Ce qui caractérisait alors les relations entre les Finances et le secteur agraire était bien la tension permanente provoquée par l’incapacité de l’administration à élaborer une statistique susceptible de connaître plus précisément la richesse disponible. Le renoncement à élaborer un cadastre de la propriété rurale supposa que « l’arbitraire règne en maître dans tout le système tributaire41 ».

  • 42 Auteur du Diccionario de Bibliografía Económica y de toda clase de escritos relacionados con la ag (...)
  • 43 J. Pan-Montojo, « La administración agraria en España, 1847-1907 », Noticiero de Historia Agraria, (...)

37L’action de l’État était par conséquent plus efficace pour délier les liens institutionnels hérités de l’Ancien Régime que pour servir d’aiguillon à la croissance agricole. Cependant, un acquis important de la période concernée fut la création d’une administration naissante spécialisée dans ce secteur. Depuis 1851, le ministère de l’Intérieur regroupa toutes les compétences en matière d’agriculture dans une Direction générale au sein de laquelle un expert agricole comme Braulio A. Ramirez (1856-1868) joua un rôle notable42. La structure de l’administration était double, selon une centralisation administrative typique de l’époque isabelline : d’une part, des organismes centraux comme le Conseil de l’agriculture chargé de conseiller le ministère du même nom ; de l’autre, des organismes provinciaux comme les Juntes de l’agriculture, assemblées consultatives liées aux gouverneurs civils. Dans tous les cas, il s’agissait d’intégrer dans l’organisation administrative des représentants des intérêts agraires, des experts et des techniciens parmi lesquels se distinguent les membres du corps des ingénieurs des Eaux-et-Forêts créé en 185343.

  • 44 P. Ruiz Torres, « La historiografía de la “cuestión agraria” en España », op. cit.

38Une vision de l’ensemble du secteur agraire à l’époque d’Isabelle II se confond pratiquement avec une évaluation générale des effets de la réforme agraire libérale dont la portée, selon les contemporains, était évidente : ils reconnaissaient la profondeur des changements effectués par les Cortes de Cadix et poursuivis par les différents gouvernements libéraux à partir de 1833. Un fonctionnaire comme M. Colmeiro (1818-1894), le plus influent des professeurs de droit administratif et politique dans l’Espagne du xixe siècle, considérait, il y a un siècle et demi, que les tâches fondamentales de la révolution libérale avaient été accomplies, qu’il s’agisse de l’abolition des droits seigneuriaux, de la liberté de bornage, de la proclamation de la liberté de circulation des grains ou bien de l’exécution de la politique de désamortissement. Bien entendu, les objectifs qui visaient l’établissement d’une « propriété parfaite » ne furent pas remplis, mais il est certain que la dimension institutionnelle de la réforme agraire libérale fut profonde et capable, qui plus est, de trouver des solutions juridiques, sociales et spatiales efficaces (dans le cas des recensements ou des communaux par exemple) dans le cadre d’une législation apparemment uniformisatrice. Cependant, vers la fin du xixe siècle une vision beaucoup plus pessimiste des effets de la révolution libérale s’élabora, qui visait surtout à diagnostiquer la question agraire et l’absence d’une réforme agraire sur le mode de celle réalisée en France44. Aujourd’hui, il existe des éléments assez solides pour réviser la question agraire et la considérer assurément comme une pièce centrale du phénomène plus général de la révolution libérale. Ses effets à long terme sont plus délicats à évaluer, mais vont au-delà de la période dominée par Isabelle II. Et même si les rapports que la reine entretint avec le secteur agraire ne furent qu’épisodiques, les répercussions qu’eurent les transformations institutionnelles sur la distribution de la richesse rurale et l’organisation de son exploitation demeurent hors de doute.

39Traduit par Stéphane Michonneau

Notes

1 F. Tomás y Valiente, « La obra legislativa y el desmantelamiento del Antiguo Régimen », J. M. Zamora (dir.), La era isabelina y el sexenio democrático, 1834/1874, Madrid, Espasa-Calpe, 1981.

2 J. Fontana et R. Garrabou, Guerra y Hacienda. La Hacienda del gobierno central en los años de la guerra de la Independencia (1808-1814), Alicante, F. Gil-Albert, 1986.

3 F. Tomás y Valiente, op. cit.

4 Joaquin Costa est un auteur régénérationniste de la fin du xixe siècle qui plaça le problème social agraire au cœur de son diagnostic sur le retard ou la décadence de l’Espagne. L’une de ses œuvres principales est Colectivismo agrario en España (1898).

5 R. Garcia Ormachea, Supervivencias feudales en España, 1932. Pour toutes ces questions, voir R. Ruiz Torres, « La historiografía de la “cuestión agraria” en España », J. Fontana, Historia y proyecto social. Jornadas de debate del Institut Universitari d’Història Jaume Vicens Vives, Barcelone, Editorial Critica/U.Pompeu Fabra, 2004, p. 153 sq.

6 M. Artola, Antiguo Régimen y revolución liberal, Barcelone, Ariel, 1978.

7 B. Clavero, « Foros y rabassas. Los censos agrarios ante la revolución española », Agricultura y Sociedad, 16, 1980 ; Ramón Villares, La propiedad de la tierra en Galicia, 1500-1936, Siglo xxi, Madrid, 1982.

8 En guise de bilan, voir P. Ruiz Torres, « Del Antiguo al Nuevo Régimen : carácter de la transformación », VV.AA., Antiguo Régimen y liberalismo. Homenaje a Miguel Artola, I, Visiones generales, Madrid, Alianza Editorial, 1994 ; et pour un cas plus concret, M. J. Baze Vicente, Señorío y propiedad de la alta nobleza en Galicia : la Casa de Alba, Madrid, Ministerio de Agricultura, 1996.

9 Nous entendons par là ceux qui en France seraient appelés « gros fermiers ».

10 Mª T. Pérez Picazo, El mayorazgo en la historia económica de la región murciana. Expansión, crisis y abolición (s. xvii-xix), Madrid, MAPA, 1990.

11 Marcelino Menéndez y Pelayo (1856-1912) fut l’un des plus grands intellectuels de la culture espagnole contemporaine. D’idéologie conservatrice, il tenta de défendre le rôle de la religion dans l’histoire de l’Espagne. Il fut très hostile à la révolution libérale quant à la politique religieuse. Dans l’une de ses œuvres les plus célèbres publiée en 1882, il analysait la politique de Mendizabal en ces termes : « La révolution libérale espagnole n’a de base ni doctrinale ni philosophique. Elle ne s’appuie sur rien de plus que sur une immense spoliation et un contrat infamant de vente-achat des consciences » (Historia de los heterodoxos españoles, México, Ed. Porrúa, 1983, p. 380).

12 Sur cette question, voir J. Arango, « La crítica de Flórez Estrada a la desamortización de Mendizábal : una oportundiad perdida para el capitalismo español », Revista de Trabajo, 31, 1970 ; et J. Fontana, « La desamortización de Mendizábal y sus antecedentes », A. Garcia Sanz et R. Garrabou (éd.), Historia agraria de la España contemporánea, I. Cambio social y nuevas formas de propiedad (1800-1850), Barcelone, Critica, 1985, qui examine de manière critique les thèses de Flórez Estrada.

13 J. Nadal, El fracaso de la revolución industrial en España, 1814-1913, Barcelone, Ariel, 1975.

14 A. Garcia Sanz et R. Garrabou, Historia agraria de la España contemporánea, op. cit.

15 J. Garcia Pérez, Las desamortizaciones eclesiástica y civil en la provincia de Cáceres (1836-1870), Cáceres, Diputación provincial, 1994.

16 En Galice, une grande partie des biens de désamortissement furent des rentes forales et non pas des terres, si bien que l’acheteur acquérait le droit de percevoir une rente mais pas le titre de propriété de la terre qui la produisait. Le titre de propriété est donc partagé entre l’acheteur et le paysan qui acquitte la rente, ou forero. Voir R. Villares, Desamortización e réxime de propiedade, Vigo, A Nosa Terra, 1994.

17 P. Ruiz Torres, « Del Antiguo al Nuevo Régimen : carácter de la transformación », VV.AA., Antiguo Régimen y liberalismo. Homenaje a Miguel Artola, I, Visiones generales, Madrid, Alianza Editorial, 1994.

18 A. Nieto, Bienes Comunales, Madrid, Revista de Derecho privado, 1964.

19 G(rupo) de E(studios) de H(istoria) R(ural), « Más allá de la “propiedad perfecta”. El proceso de privatización de los montes públicos españoles (1859-1926) », Noticiario de Historia Agraria, 8, 1994.

20 A. Ortega Santos, La tragedia de los cercamientos. Desarticulación de la comunalidad en la provincia de Granada, Alzira-Valencia, UNED, 2002.

21 G. Gómez Urdáñez, « Doctrinas y realidades. Los frenos a la liberalización de la propiedad en España, 1835-1855 », Historia Agraria, 27, 2002.

22 J. Sanz, « La historia contemporánea de los montes públicos españoles, 1812-1930. Notas y reflexiones (I) », R. Garrabou et J. Sanz (éd.), Historia agraria de la España contemporánea, 2, op. cit., p. 207 sq.

23 Voir note 19.

24 X. Balboa, O monte en Galicia, Vigo, Edicións Xerais, 1990.

25 J. M. Gastón Aguas, « Los campesinos navarros ante la revolución burguesa, 1841-1868 », Historia Social, 46, 2003.

26 A. Ortega, op. cit.

27 A. Nieto, Ordenación de pastos, hierbas y rastrojeras, Valladolid, 1959.

28 C. Gómez Benito et A. Ortí, Estudio critico, reconstrucción y sistematización del corpus agrario de Joaquin Costa, Huesca, Instituto de Estudios Altoaragoneses, 1996.

29 R. Villares, « La historiografía agraria de la España contemporánea. Interpretaciones y tendencias », J. L. De la Granja, A. Reig et R. Miralles (éd.), Tuñón de Lara y la historiografía española, Madrid, Siglo xxi, 1999 ; J. Pujol et al., El pozo de todos los males. Sobre el atraso en la agricultura española contemporánea, Barcelone, Editorial Critica, 2001 ; R. Robledo, « Nuevas y viejas cuestiones en la historia agraria española », Ayer, 47, 2002.

30 R. Garrabou et J. Sanz, Historia agraria de la España contemporánea, II, op. cit.

31 Littéralement, la « cave à vin du monde ». P. Pan-Montojo, La bodega del mundo. La vid y el vino en España (1800-1936), Madrid, Alianza, 1994.

32 L’économiste Antonio Flores de Lemus est l’auteur d’un article important, « Sobre una dirección fundamental de la producción rural española », paru dans El Financiero en 1926. Il soutenait que la production agricole espagnole, protégée par une haute protection douanière, s’acheminait vers une spécialisation en céréales animales non alimentaires. Voir J. I. Jiménez Blanco, « Flores de Lemus y la producción rural de su tiempo », J. L. Garcia Delgado (éd.), La crisis de la Restauración. España, entre la primera guerra mundial y la II República, Siglo xxi, Madrid, 1986.

33 J. Pujol, op. cit.

34 Ibid.

35 Le lugar et le caserio désignent des exploitations de polyculture (élevage, céréales, produits maraîchers). La dehesa estrémègne ou andalouse est une exploitation d’élevage. Le cortijo andalous est essentiellement céréalicole (N.D.T.).

36 Les foros et rabassas étaient des cessions à longue échéance. La durée des foros était de « trois règnes et 29 ans » ou bien de « trois vies du forero », bien qu’en pratique, ils furent perpétuels à partir de la Provision de Charles III de 1763. Les rabasses sont des cessions de terres vitivoles qui durent le temps de la vie d’un cep, c’est-à-dire environ 50 ans pour ce qui touche aux contrats de rabassa morta. Les foros sont fréquents en Galice ; les rabasses en Catalogne. Voir B. Clavero, « Foros y rabassas… », op. cit.

37 J. Carmona Pidal, Aristocracia terrateniente y cambio agrario en la España del siglo xix. La Casa de Alcañices (1790-1910), Junta de Castilla León, Valladolid, 2001 ; J. Carmona et J. Simpson, El laberinto de la agricultura española. Instituciones, contratos y organización entre 1850 y 1936, Zaragoza, Prensas Universitarias de Zaragoza, 2003.

38 R. Villares, op. cit.

39 J. Carmona et J. Simpson, op. cit.

40 J. Pujol, op. cit.

41 R. Vallejo Pousada, Reforma tributaria y fiscalidad sobre la agricultura en la España liberal, 1845-1900, Zaragoza, Prensas Universitarias, 2001.

42 Auteur du Diccionario de Bibliografía Económica y de toda clase de escritos relacionados con la agricultura, seguido de un Indice de autores y traductores con algunos apuntes biográficos, Madrid, 1865. Dans la présentation qu’en fit A. Garcia Sanz à l’occasion de sa réédition en 1988, il est dit que « c’est sans doute l’œuvre la plus importante de son genre écrite en castillan » (Ministerio de Agricultura, Pesca y Alimentación, Madrid, 1988, p. V).

43 J. Pan-Montojo, « La administración agraria en España, 1847-1907 », Noticiero de Historia Agraria, 10, 1995.

44 P. Ruiz Torres, « La historiografía de la “cuestión agraria” en España », op. cit.

Auteur

Université de Saint-Jacques-de-Compostelle

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search