Version classiqueVersion mobile

Les campagnes dans les sociétés européennes

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Frédéric Chauvaud

Première partie. Question agraire, question sociale ? Les apports de l'historiographie

Les sociétés rurales en Allemagne, 1830-1930. Tendances actuelles de la recherche : un guide bibliographique

Rita Aldenhoff-Hübinger

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Synthèses

1Avant d’entrer dans la discussion des tendances récentes de la recherche à propos des campagnes allemandes, il paraît utile de mettre en avant les manuels, statistiques, articles et recensions en facilitant l’accès. L’ouvrage de Walter Achilles (Walter Achilles, Deutsche Agrargeschichte im Zeitalter der Reformen und der Industrialisierung, Stuttgart, Ulmer, 1993, 397 p.) peut servir d’introduction solide, surtout les chapitres III à VI. On y trouvera les dates de base, par exemple concernant la production agricole, les prix, les rendements, la structure des exploitations, la part de la population active agricole et autres informations indispensables. Comme W. Achilles se borne à la période de l’industrialisation du xixe siècle, et s’arrête donc en 1914, il faut également consulter l’ouvrage d’Ulrich Kluge (Ulrich Kluge, Agrarwirtschaft und ländliche Gesellschaft im 20. Jahrhundert, Munich, Oldenbourg, 2005, XI + 158 p.). Cette synthèse très précise et actuelle fournit des informations sur la situation de l’agriculture pendant la guerre de 1914-1918 et l’entre-deux-guerres, époque extrêmement difficile à saisir (p. 1-26). U. Kluge néglige néanmoins les enjeux politiques, si importants face à l’essor du national-socialisme. Comme c’est l’habitude dans la série « Enzyklopädie deutscher Geschichte », dont l’étude d’U. Kluge fait partie (vol. 73), les problèmes fondamentaux de la recherche en cours sont débattus dans la deuxième partie, p. 78-88.

Statistiques

2Si on désire plonger plus avant dans la recherche elle-même, il faut étudier les statistiques officielles développées seulement depuis la deuxième moitié du xixe siècle. On trouvera toutes les informations bibliographiques nécessaires pour s’orienter dans le guide de Sigrid Dillwitz (Sigrid Dillwitz, « Quellen zur sozialökonomischen Struktur der Bauernschaft im Deutschen Reich nach 1871 », Jahrbuch für Wirtschaftsgeschichte, 1977/II, p. 237-269, surtout p. 242-269). Bernd Kölling a quant à lui édité les sources propres à la province prussienne de Brandebourg (Bernd Kölling [dir.], Agrarstatistik der Provinz Brandenburg, 1750-1880, Quellen und Forschungen zur Historischen Statistik von Deutschland, vol. 25, St. Katharinen, Scripta Mercaturae Verlag, 1999, V + 524 p.). Des sources complémentaires sont fournies par les grandes enquêtes contemporaines et privées du Verein für Socialpolitik (Association pour la politique sociale, fondée en 1872) portant sur la situation des paysans et des ouvriers agricoles entre 1880 et 1892 (Bäuerliche Zustände in Deutschland = Schriften des Vereins für Socialpolitik, vol. 22-24, Leipzig, Duncker & Humblot, 1883 ; Die Verhältnisse der Landarbeiter in Deutschland = Schriften des Vereins für Socialpolitik, vol. 5355, Leipzig, Duncker & Humblot, 1892). Tous ces volumes ont été reproduits par Topos Verlag, Vaduz. En ce qui concerne le volume 55, on préférera l’édition commentée et pourvue d’une introduction approfondie dans le cadre du Max Weber-Gesamtausgabe (MWG, vol. I/3, Tübingen, J. C. B. Mohr [Paul Siebeck], 1984, XIII + 1066 p.), Max Weber étant l’auteur de l’enquête portant sur les ouvriers agricoles en Allemagne orientale.

Bilans de recherche

3Si on est en quête d’informations historiographiques à propos de la recherche depuis les années 1980, il faut se référer aux articles et comptes rendus présentés par Christof Dipper et Rita Aldenhoff dans la revue Neue Politische Literatur en 1993 (Christof Dipper, « Landwirtschaft im Wandel. Neue Perspektiven der preußisch-deutschen Agrargeschichte im 19. Jahrhundert », Neue Politische Literatur, 38, 1993, p. 29-42 ; Rita Aldenhoff, « Politische Interessen und wirtschaftliche Entwicklung des Agrarsektors », Neue Politische Literatur, 38, 1993, p. 392-402). Clemens Zimmermann consacre un article éclairant relativement à la recherche dans les années 1990 (Clemens Zimmermann, « La modernisation des campagnes allemandes, xixe-xxe siècle. Les apports de l’historiographie récente en Allemagne », Histoire et sociétés rurales, n° 11, 1er semestre 1999, p. 87-108). De son côté, Rita Gudermann propose une mise au point sur les courants de l’historiographie entre 1995 et 2000 (Rita Gudermann, « Neuere Forschungen zur Agrargeschichte », Archiv für Sozialgeschichte, 41, 2001, p. 432-449).

Vers une nouvelle orientation

4L’intérêt pour la micro-histoire et le quotidien (« Alltagsgeschichte ») se trouve à l’origine de la nouvelle orientation historiographique des années 1990. La recherche en Allemagne profite également des nombreuses études approfondies anglaises et américaines. Il s’agit surtout des études de David Blackbourn, Robert G. Moeller et Jonathan Osmond (David Blackbourn, « Peasants and Politics in Germany, 1871-1914 », European History Quarterly, vol. 14, 1984, p. 47-75 ; Robert G. Moeller, German Peasants and Agrarian Politics, 1914-1924. The Rhineland and Westfalia, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1986, XV + 286 p. ; Jonathan Osmond, Rural Protest in the Weimar Republic. The Free Peasantry in the Rhineland and Bavaria, Houndmills, Macmillan/New York, St. Martin’s Press, 1993, XIV + 224 p.). Tous ces auteurs substituent la perspective « d’en bas » à celle « d’en haut » en mettant en relief l’action des groupes ruraux eux-mêmes et non pas l’action étatique ou administrative.

Tendances actuelles

5Heinz Reif fait partie de ceux qui ont été inspirés parmi les premiers par cette nouvelle perspective. À l’Université technique de Berlin, il concentre un cercle de chercheurs qui s’avère extrêmement productif et innovant. Ce groupe prend aussi en considération la recherche conceptuelle de l’école de Rostock, la plus importante école en histoire rurale de l’ancienne RDA. C’est Ilona Buchsteiner qui coopère avec le groupe de H. Reif en continuant et en modifiant l’apport conceptuel de Rostock. Dans son étude sur la Poméranie, la province prussienne la plus riche à l’époque de l’Empire, elle emploie des termes socio-structurels (non marxistes au sens strict) pour analyser systématiquement la situation économique, sociale et politique des grands propriétaires fonciers (Ilona Buchsteiner, Großgrundbesitz in Pommern, 1871-1914. Ökonomische, soziale und politische Transformation der Großgrundbesitzer, Berlin, Akademie Verlag, 1993, 448 p.). Dans un volume collectif, issu d’un colloque tenu près de Berlin en 1992, Heinz Reif rassemble les nouvelles perspectives portant sur l’étude de la société rurale en Allemagne orientale, donc les territoires situés à l’est de l’Elbe. L’introduction met en lumière son projet : analyser le rôle des divers groupes ruraux (grands propriétaires, paysans, métayers, ouvriers) face à l’industrialisation et à la première vague de la mondialisation. Il met surtout en relief les initiatives nées au sein même de ces groupes – crédit agricole, syndicats agricoles, enseignement, emploi des machines, adaption des méthodes rationnelles de gestion des fermes (Heinz Reif [dir.], Ostelbische Agrargesellschaft im Kaiserreich und in der Weimarer Republik, Berlin, Akademie Verlag, 1994, 416 p.). Ces recherches sont continuées et approfondies dans un autre projet de H. Reif : « Elitenwandel in der gesellschaftlichen Modernisierung » (« Transformation des élites face à la modernisation ») qui réunit un cercle d’une douzaine de jeunes historiens. Ce sont avant tout les deux monographies de René Schiller et de Stephan Malinowski qui attirent l’attention. Dans son étude monographique régionale (René Schiller, Vom Rittergut zum Grossgrundbesitz. Ökonomische und soziale Transformationsprozesse der ländlichen Eliten in Brandenburg im 19. Jahrhundert, Berlin, Akademie Verlag, 2003, 588 p.), l’auteur analyse minutieusement dans la première partie la structure socioéconomique des exploitations supérieures à 100 hectares en Brandebourg (en particulier : structure des exploitations, rendements, productivité, prix) entre 1800 et 1914. Dans la deuxième partie, il examine la relation entre les propriétaires fonciers aristocratiques d’un côté et les propriétaires fonciers bourgeois de l’autre. En analysant les comportements démographiques et sociaux ainsi que les modes et conditions de vie de ces deux groupes, il dépasse le cadre d’une étude purement économique. Stephan Malinowski, lui aussi inspiré par les écrits de Pierre Bourdieu, poursuit ce chemin. Sa monographie est consacrée à l’aristocratie allemande et à l’essor du national-socialisme entre 1918 et 1933 (Stephan Malinowski, Vom König zum Führer. Sozialer Niedergang und politische Radikalisierung im deutschen Adel zwischen Kaiserreich und NS-Staat, Berlin, Akademie Verlag, 2003, 660 p. ; d’après le 3e tirage révisé en livre de poche sous le titre : Vom König zum Führer. Deutscher Adel und Nationalsozialismus, Francfort-sur-le-Main, Fischer Taschenbuch, 2004, 660 p.). Le déclin économique de la petite propriété foncière aristocratique combiné avec sa mentalité anti-bourgeoise, antirépublicaine, anti-capitaliste et guerrière aurait été, selon Malinowski, à l’origine de l’orientation national-socialiste de nombreux aristocrates allemands.

6En 1994 un autre groupe de chercheurs a été fondé à Göttingen. L’« Arbeitskreis für Agrargeschichte » (Association d’étude d’histoire rurale) réunit désormais des historiens, des ethnographes et des géographes qui s’intéressent au développement des sociétés rurales à partir du Moyen Âge jusqu’au xxe siècle. Pour l’époque allant de 1830 à 1930, il faut mettre en lumière les apports de Stefan Brakensiek, Rainer Prass et Clemens Zimmermann. Il n’est pas facile de définir l’idée commune à ce groupe, dont la liste de colloques et de publications (volumes collectifs et monographies régionales) témoigne de l’intérêt croissant pour l’histoire des campagnes. Mais on peut dire, sommairement, qu’il s’agit de mettre en relief l’action des groupes ruraux eux-mêmes et cela accompagné d’une certaine remise en question de la perspective moderniste et progressiste. Les campagnes ne seraient pas traditionnelles ou conservatrices ou même rétrogrades, mais elles se comporteraient plutôt selon les contextes et les possibilités donnés dans le cadre de la famille, du village ou de la région. Il revient à Clemens Zimmermann d’avoir souligné cet aspect fondamental dans son article déjà cité au début (sur la modernisation). Il s’agirait donc de plusieurs types de « modernisations » à plusieurs vitesses et perspectives. De son côté, Stefan Brakensiek étudie le processus de privatisation des biens communaux en Allemagne du Nord-Ouest (Ravensberg, la Basse-Saxe, la Westphalie) (Stefan Brakensiek, Agrarreform und ländliche Gesellschaft. Die Privatisierung der Marken in Nordwestdeutschland, 1750-1850, Paderborn, Schöningh, 1991, IX + 516 p.). L’action administrative et les actions et réactions des paysans pendant la mise en œuvre des réformes agricoles dans le sud de la Basse-Saxe se trouvent au centre de la monographie régionale de Reiner Prass (Reiner Prass, Reformprogramm und bäuerliche Interessen. Die Auflösung der traditionellen Gemeindeökonomie im südlichen Niedersachsen, 1750-1883, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1997, 436 p.). R. Prass met en avant, de manière convaincante, le fait qu’il faut analyser les décisions prises par la population paysanne face à l’exigence de la privatisation des biens communaux dans le contexte concret où elles surgissent ; d’ailleurs, la privatisation n’aurait point abouti, en tout état de cause, à une agriculture plus intensive.

7On se référera également aux articles de S. Brakensiek et R. Prass, publiés en français dans les actes du colloque de Göttingen où s’étaient réunis en 2000 des historiens français et allemands adhérents de l’Association d’histoire des sociétés rurales et de l’« Arbeitskreis für Agrargeschichte » (Gérard Béaur, Christophe Duhamelle, Reiner Prass et Jürgen Schlumbohm [dir.], Les sociétés rurales en Allemagne et en France, xviiie-xixe siècles, actes du colloque de Göttingen, 23-25 novembre 2000, Rennes, Association d’histoire des sociétés rurales, « Bibliothèque d’histoire rurale, 8 », 2004, p. 175-191, 231-251 ; voir aussi : Stefan Brakensiek, « Les biens communaux en Allemagne. Attaques, disparition et survivance, 1750-1900 », Marie-Danielle Demélas et Nadine Vivier [dir.], Les propriétés collectives face aux attaques libérales, 1750-1914. Europe occidentale et Amérique latine, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 78-96). Il faut également souligner que la privatisation des terres collectives est un des sujets occupant une place centrale dans la discussion actuelle de part et d’autre du Rhin comme le montrent les études approfondies de Nadine Vivier (voir aussi les articles sur le sujet publiés dans la revue Jahrbuch für Wirtschaftsgeschichte, 2000/2). Rita Gudermann, bien que pas directement liée à l’« Arbeitskreis für Agrargeschichte », mais y intervenant souvent, représente l’approche écologique de la recherche en histoire rurale, analysant les conséquences économiques et écologiques des amendements en Westphalie et dans le Brandebourg (Rita Gudermann, Morastwelt und Paradies. Ökonomie und Ökologie in der Landwirtschaft am Beispiel der Meliorationen in Westfalen und Brandenburg, 1830-1880, Schöningh, Paderborn, 2000, XIII + 578 p. ; voir aussi : Karl Ditt [dir.], Agrarmodernisierung und ökologische Folgen. Westfalen vom 18. bis zum 20. Jahrhundert, Paderborn, Schöningh, 2001, XI + 812 p.). De nouvelles perspectives de recherches s’ouvrent grâce aux articles de Gunter Mahlerwein, Clemens Zimmermann et Andreas Gestrich portant sur les effets des moyens de communication modernes, comme le télégraphe et le téléphone, sur la vie dans les campagnes (Werner Rösener [dir.], Kommunikation in der ländlichen Gesellschaft vom Mittelalter bis zur Moderne, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2000, p. 345-364, 365-385, 387-398).

8Bien que la recherche se soit concentrée sur les acteurs eux-mêmes, il existe toutefois des études mettant en lumière l’action des organisations étatiques ou semi-étatiques. Ainsi les chambres d’agriculture, introduites en Prusse en 1894, font-elles l’objet de plusieurs monographies récentes (Norbert Steinbeck, Bürokratisierung und betriebliche Rationalisierung. Die preußischen Landwirtschaftskammern und die Entwicklung der Agrarverfassung im wilhelminischen Kaiserreich, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 1997, 264 p. ; Hans Wolf von Koeller, Die Pommersche Landwirtschaftskammer. Entwicklung und Leistung von der Gründung bis zum Ausbruch des Ersten Weltkriegs, Cologne, Böhlau, 1999, XIII + 266 p.). Heinrich Becker analyse les modes d’action des agriculteurs face aux crises politiques et économiques sous la République de Weimar (Heinrich Becker, Handlungsspielräume in der Weimarer Republik zwischen 1923 und 1929, Stuttgart, Steiner, 1990, 388 p.). En ce qui concerne l’approche comparatiste, qui devient de plus en plus fréquente, il faut attirer l’attention sur la synthèse de Rita Aldenhoff-Hübinger (Rita Aldenhoff-Hübinger, Agrarpolitik und Protektionismus. Deutschland und Frankreich im Vergleich, 1879-1914, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2002, 258 p. ; Rita Aldenhoff-Hübinger, « Deux pays, deux politiques agricoles ? Le protectionnisme en France et en Allemagne, 1880-1914 », Histoire et sociétés rurales, n° 23, 1er semestre 2005, p. 65-87) et sur les études concernant l’enseignement agricole en France et en Allemagne de Susanne Reichrath (Susanne Reichrath, Entstehung, Entwicklung und Stand der Agrarwissenschaften in Deutschland und Frankreich, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 1991, XII + 256 p., surtout chap. 4.3 à 4.5.). Bernd Kölling compare la situation des ouvriers agricoles en Poméranie avec celle de la Lomelline, au Nord de l’Italie (Bernd Kölling, Familienwirtschaft und Klassenbildung. Landarbeiter im Arbeitskonflikt. Das ostelbische Pommern und die norditalienische Lomellina, 1901-1921, Vierow bei Greifswald, SH-Verlag, 1996, 426 p.).

9Toujours sur l’action étatique, on signalera également un projet en cours à l’université de Trèves. Sous la direction de Lutz Raphael, des chercheurs réfléchissent à la question du « Staat im Dorf » (« l’État au village »), et analysent donc les procès d’interaction entre l’administration et les villageois. Les objets de recherches se croisent souvent avec ceux de Jean-Luc Mayaud, de l’université Lyon II (Jean-Luc Mayaud, Lutz Raphael, Claude-Isabelle Brelot et Pierre Cornu, « À propos de la question d’histoire contemporaine du programme d’agrégation 2006 et 2007 : “Les campagnes dans les évolutions sociales et politiques de l’Europe de 1830 à la fin des années 1920 : étude comparée, France, Allemagne, Espagne, Italie” », Ruralia, n° 15, 2004).

10Tout bien considéré, on peut constater que la recherche s’est avérée particulièrement riche et différenciée pendant les dernières années. Ce qui fait encore défaut, cependant, c’est une synthèse qui tienne compte de ces nouvelles tendances pour récrire l’histoire des campagnes et surtout celle des ruraux aux xixe et xxe siècles.

Auteur

Europa – Universität Viadrina, Francfort-sur-l’Oder

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search