Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les campagnes dans les sociétés européennes

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Frédéric Chauvaud

Première partie. Question agraire, question sociale ? Les apports de l'historiographie

L’agrarisme, question d’histoire urbaine ? Approche comparée de la construction des « campagnes » dans la France et l’Allemagne de l’ère industrielle

Pierre Cornu et Jean-Luc Mayaud

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1S’il est un champ de l’histoire dans lequel il est difficile de produire et, plus encore, de faire entendre un discours scientifique distancié, c’est bien celui des études rurales. Saturée de mémoire, investie par la sensibilité, construite par des représentations superposées et enfin soumise à une demande sociale et institutionnelle aussi pressante que multiforme – jusqu’à l’irrationnel –, la « question rurale » ne peut pas être un simple objet scolastique, dont les spécialistes pourraient parler froidement, avec des mots froids eux-mêmes, et non pas brûlants des intérêts et des passions du siècle. À la fois biaisée et rétive à toute domestication savante, cette question doit donc faire l’objet d’une rigueur, d’une vigilance et d’une maîtrise du discours de tous les instants de la part de ceux qui, au nom de l’exigence de scientificité de l’histoire, veulent en construire l’analyse. Et toute l’histoire des études rurales françaises, depuis les pères fondateurs des Annales jusqu’aux jeux d’échelles actuels, en passant par toutes les étapes, les vicissitudes et les ruptures du xxe siècle, est là pour témoigner de la difficulté du combat, des réussites et des échecs de ceux qui tentèrent, aux prises avec le contexte et les représentations dominantes de leur temps, et sous la pression d’une demande sociale et institutionnelle toujours en quête de légitimation de ses propres choix et orientations, de dire le rural dans son historicité. C’est donc forts de cette expérience et de cet acquis historiographique, et avec l’humilité de ne pas se croire exempts des tentations et des aveuglements que la distance permet de mettre au jour chez nos devanciers, qu’il s’agit, dans le contexte et avec les moyens qui sont les nôtres, de poursuivre ce combat pour l’histoire.

2La demande sociale et institutionnelle peut s’exprimer de bien des manières : elle le fait aujourd’hui sous la forme d’une question de concours de recrutement des enseignants du second degré. Mais davantage que son prétexte et sa forme (et, même, que la période historique retenue, qui n’a valeur que de miroir), c’est le fond de cette question qui importe : ses présupposés, son rapport aux champs culturel et politique, ses finalités immédiates et ultimes. Et c’est bien par rapport à la configuration présente du jeu entre l’académie, le pouvoir et la société pour la définition du fait rural que les historiens doivent orienter et moduler leurs discours.

  • 1 J.-L. Mayaud et alii, « À propos de la question d’histoire contemporaine du programme d’agrégation (...)
  • 2 F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. 2 : Les jeux de l’échange, Paris, (...)
  • 3 P. Barral, Les agrariens français de Méline à Pisani, Paris, Presses de la FNSP, 1968, 388 p. Voir (...)

3Or, interroger la place et le rôle des « campagnes » dans les évolutions sociales et politiques globales du xixe siècle, comme nous l’impose cette question, peut donner l’apparence d’un enfermement de la réponse dans une forme d’essentialisation d’une ruralité dominée – c’est-à-dire, en quelque sorte, dans la validation tautologique des prémisses du questionnement1. En effet, poser la question de cette manière pourrait laisser supposer – en suivant la pente « naturelle », c’est-à-dire puissamment creusée par les « vainqueurs » ultimes de la lutte pour la définition de la fonction sociale et de l’identité symbolique des espaces ruraux – que les « campagnes » constituent non seulement un espace, lieu neutre en soi d’observation de phénomènes historiques, mais également une entité sociale, un être collectif doté d’un certain nombre de caractéristiques lui conférant un statut de sujet historique sinon autonome et cohérent, du moins identifiable dans ses actions et réactions à la dynamique de « l’ensemble des ensembles2 » de la société contemporaine, c’est-à-dire au processus de « modernisation ». Or, cette définition de la « campagne » comme entité historique distincte est, justement, le produit de l’agrarisme, mouvement historique mis en lumière par Pierre Barral3 et qui, en quête d’une justification à sa propre existence et d’un gage de sa pérennisation, s’est arrogé peu à peu la représentation des intérêts et de l’identité rurale. Une identité qui ne s’est toutefois pas fondée sur la prise de conscience de ces fameuses caractéristiques propres – convoquées a posteriori seulement, à fin de légitimation – mais, dans le contexte des débuts de l’ère industrielle en Europe occidentale, par réaction (au sens dynamique, mais aussi politique du terme) à l’affirmation d’une identité soudain perçue comme antagonique : celle de la ville, vecteur d’une modernité industrielle et libérale synonyme d’aliénation et d’exploitation. Dès lors, si l’on n’y prend garde, le débat se trouve refermé : constituées négativement et passivement dans une position de périphérie dominée, les « campagnes » ne peuvent que subir des évolutions qui se dessinent et se décident en dehors et au-dessus d’elles, et y répondre par l’inertie, la soumission… ou l’agrarisme, quod erat demonstrandum.

  • 4 Non pas tant d’ailleurs dans sa forme académique, produit de multiples filtrages, que dans son ori (...)
  • 5 P. Cornu, « Lucien Gachon : un itinéraire entre géographie rurale et littérature agreste », Rurali (...)

4Ainsi, puisqu’on ne saurait interroger l’agrarisme dans le cadre de cette question sans être induits à en épouser la représentation cardinale, il importe de retourner les choses et d’oser interroger la question posée4 à la lumière de l’agrarisme. C’est-à-dire, partir du constat du triomphe du paradigme agrarien – encore présent aujourd’hui, quand bien même sa mission historique, contrecarrer la force de fragmentation de la question sociale durant l’ère industrielle par une fragmentation spatiale, est achevée depuis un demi-siècle déjà –, et revenir en historiens au contexte de son essor pour en comprendre la dynamique sociale et politique et en saisir l’interaction avec l’évolution globale des sociétés et des États concernés. Autrement dit, il nous importe, dans une démarche heuristique libératoire des représentations duales inscrites jusque dans les pratiques et les représentations des sciences sociales, et singulièrement de l’histoire et de la géographie rurales5, de déconstruire la position surplombante de l’agrarisme sur le « fait rural » contemporain pour en interroger l’alchimie, la rationalité et les faiblesses.

  • 6 P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, édition revue et corrigée en 2003, 392 (...)
  • 7 Et même s’il dépasse la période interrogée, un questionnement sur la manière dont ce compromis his (...)

5Dès lors, un certain nombre de questions, certaines résolument impertinentes, peuvent être soumises au débat. La première touche à l’ancrage social de l’agrarisme : se construit-il comme superstructure politique des « intérêts agricoles » dans un mouvement de prise de conscience puis, en quelque sorte, de « légitime défense » face au déséquilibre croissant des échanges avec les « intérêts industriels » – ce qui revient à lui conférer, malgré son visage éminemment élitaire, un caractère de légitimité sociale et de cohérence économique ? Ou peut-on s’efforcer de mettre à distance le discours agrarien et, dans une utilisation historienne de l’arsenal de Pierre Bourdieu6, montrer comment un vaste procès de mythification de la « campagne » a, par une violence symbolique multiforme, acculturé le corps social de vastes régions rurales (mais ni toutes les régions ni tous les ruraux) à une acceptation de la domination des élites agrariennes ? La seconde question concerne l’échelle de pertinence de l’analyse du développement de l’agrarisme : là encore, convient-il, en continuité avec les héritages de l’histoire économique et des sciences politiques de l’après-guerre, de demeurer dans une approche comparative d’État à État, centrant son observation sur le lobbying syndical et associatif et le travail législatif ? Ou peut-on chercher à compléter et nuancer leur œuvre par un recours aux outils de la micro-histoire sociale, pour essayer de révéler, au plus près des enjeux locaux et régionaux, la dynamique intime de construction des projets, des représentations et des clientèles de l’agrarisme ? La troisième question, enfin, touche au rôle de la puissance publique dans la genèse et l’affirmation de l’agrarisme. Est-elle extérieure, complice, actrice à part entière du processus ? En quoi sa rationalité propre rencontre-t-elle le projet agrarien, et dans quels contextes, lieux, figures et réseaux le compromis historique s’est-il construit7 ? Au vrai, ces trois questions ne se dissocient pas, et, mêlant étroitement considérations heuristiques et épistémologiques, interrogation sur les sources et sur les modèles produits par l’historiographie, doivent être posées de front, dans une lecture résolument chronologique et historienne du sujet.

  • 8 J.-L. Mayaud, La petite exploitation rurale triomphante, France xixe siècle, Paris, Belin, 1999, 2 (...)
  • 9 Étudiées par Rita Aldenhoff-Hübinger, dans une approche quantitative à l’échelle des États. R. Ald (...)

6L’agrarisme se pose comme réaction à l’industrialisme et à l’urbanisation : c’est le premier point qu’il convient d’interroger, à la fois dans une lecture diachronique des « révolutions » agraire et industrielle, et dans un rappel salutaire de la dimension proto-industrielle et pluriactive affirmée des sociétés rurales contemporaines8. L’industrie, mais également le commerce et même le capital financier, ne sont pas exclusivement urbains. L’agrarisme se pose ensuite en représentant des intérêts agricoles et ruraux dans la grande dépression de la fin du xixe siècle : notre second point portera donc sur une relecture de la question du protectionnisme, non pas toutefois du point de vue de l’« offre » et des politiques douanières9, mais de la demande sociale dans sa diversité et, parfois, ses contradictions. Enfin, l’agrarisme construit un système de représentation et d’acculturation des « campagnes » destiné à assurer leur adaptation à la modernité : notre troisième point sera consacré à analyser la jointure entre réalités sociales du monde rural au début du xxe siècle, et représentations construites d’en haut pour en dire l’ordre et la rationalité – avec une réflexion indispensable sur la manière dont l’État « récupère » cette construction pour le développement de sa propre emprise sur les territoires et le corps social.

  • 10 Une partie de la présente réflexion s’appuie sur les travaux du séminaire doctoral franco-allemand (...)

7La richesse des sources et des travaux, l’ébauche d’un comparatisme multiscalaire10 nous incitent à privilégier, pour cette relecture de la genèse et de l’affirmation de l’agrarisme européen, les exemples contrastés et néanmoins complémentaires de la France et de l’Allemagne. Contrastés, car les rapports à l’État d’un vieux pays précocement centralisé et d’une jeune nation issue des convulsions de l’Europe post-révolutionnaire ne peuvent qu’être fondamentalement différents ; complémentaires, car les deux puissances voisines et rivales de la fin du xixe siècle se construisent l’une par rapport à l’autre, dans l’observation attentive de leurs choix et de leurs difficultés propres, et une conjoncture qui, malgré les rythmes et les formes quelque peu décalées du processus d’industrialisation et d’urbanisation de part et d’autre du Rhin, épouse la même scansion globale, de la crise de 1847-1848 à celle du début des années 1930, en passant par la « Grande Dépression » et, bien sûr, l’affrontement majeur des deux modèles – et de leurs paysanneries mobilisées – dans les tranchées de la Grande Guerre.

L’agrarisme, construction réactionnaire ?

  • 11 Avec l’épisode emblématique de l’abolition des Corn Laws en 1846.

8Tout en le plaçant dans la filiation des physiocrates français et anglais du xviiie siècle, Pierre Barral fait naître l’agrarisme moderne non des forces propres de la révolution culturale et de ses élites, mais d’une réaction tardive de défiance, puis de défense collective des « campagnes » contre la montée en puissance de l’industrie. Avec des destins contrastés de part et d’autre de la Manche, l’agrarisme britannique ayant été, en quelque sorte, étouffé au berceau par la précocité du décollage industriel de la grande île11, tandis que les nations continentales auraient connu un essor plus tardif et plus lent – pour la France surtout – permettant à la « résistance » de s’organiser au plan syndical et politique.

9De fait, on ne saurait isoler l’agrarisme d’un contexte social et politique qui, depuis la Révolution française, est caractérisé justement par une logique réactionnaire systémique, qui voit les familles idéologiques de gauche comme de droite naître et se développer par prise de conscience (le plus souvent « morale » et donc négative) des effets de la « modernité » incarnée par cette révolution sociale et politique et ses prolongements. Ce qui ne signifie pas qu’il faille minorer l’impact de la révolution anglaise, économique et politique, libre-échangiste et libérale, sur l’évolution globale de l’Europe occidentale ; simplement, reconnaître que le xixe siècle ne parvient plus à la lire pour elle-même, rationnellement, mais seulement à travers le prisme inquiétant et fortement idéologisé de sa « petite sœur » française. Et quand bien même les élites « traditionnelles » de la première moitié du siècle sont conscientes de l’importance du changement économique impulsé par le Royaume-Uni dans la remise en cause de leur emprise, encore largement fondée sur la rente foncière et le contrôle social des ruraux, ce n’est pas à cette dynamique propre qu’elles entendent s’attaquer, mais aux conditions de son affirmation – à savoir le libéralisme politique.

  • 12 C.-I. Brelot, « Itinérances nobles : la noblesse et la maîtrise de l’espace, entre ville et châtea (...)

10Au reste, ces élites sociales qui commencent à s’inquiéter du délitement de l’ordre social dans les campagnes ne sont pas exclusivement rurales elles-mêmes : notables anciens ou récents, titrés ou seulement propriétaires, ils pratiquent bien souvent la bi-résidentialité12 et la diversification des placements. Inscrits dans des réseaux de parenté, d’alliances, de sociabilité qui trouvent leurs points nodaux dans les capitales provinciales et étatiques pour l’essentiel, on ne saurait les enfermer dans la ruralité. Même les junkers prussiens ou les nobles « émigrés de l’intérieur » de la monarchie de Juillet participent activement à la vie sociale et culturelle urbaine, parfois jusqu’à délaisser dangereusement leurs intérêts de propriétaires. La vraie question n’est donc pas dans cette opposition factice villes-campagnes, mais bien dans la dialectique ordre-liberté. Le dilemme est parfaitement compris d’un Tocqueville qui, ayant visité les terres d’élection du libéralisme, en a perçu la force de dissolution des formes anciennes et organiques de contrôle social. On ne peut libérer l’esprit d’entreprise et de profit sans libérer l’individu, et donc mettre en péril le consensus artificiel et fragile du régime censitaire.

11Ainsi, ce n’est pas par un raisonnement économique rationnel, mais par l’effet d’une projection politique fantasmatique (héritée du trauma de 1793) que les rentiers du sol et leurs alliés sociaux se défient du « libéralisme aux champs », et préfèrent une productivité modeste à l’aventure anglophile.

  • 13 À l’exception de la loi scolaire de Guizot en 1833.
  • 14 Dans ces régions tout particulièrement, le conflit entre seigneuries et États en gestation dans la (...)
  • 15 Sur l’analyse de la signification anthopologique, sociale et/ou politique de cette conflictualité (...)

12Quant aux paysanneries française et allemande, on serait bien en peine de les doter, avant 1848, d’un quelconque sentiment d’identité rurale ou agricole holistique les opposant aux « urbains ». « Paysan » est un terme qu’on ne rencontre jamais ou presque dans les auto-désignations, et « cultivateur » en dit bien peu sur des individus et des familles aux statuts, occupations et conditions de vie très contrastés. Petits et moyens propriétaires pluriactifs de l’Est et du Sud de la France et de l’Ouest de l’Allemagne, métayers de l’Allier et des Landes, fermiers ou régisseurs des grands bassins céréaliers, travailleurs de la terre et journaliers soumis aux aléas du marché du travail, montagnards habitués des migrations saisonnières, paysannerie écrasée par le pouvoir des junkers à l’est de l’Elbe partagent certes, peu ou prou, une même existence rythmée par les soins des cultures, du bétail et de la production textile ou métallurgique, mais ne dépendent pas tous des mêmes marchés, des mêmes systèmes de pouvoir, des mêmes modèles anthropologiques et culturels. Imparfaitement assimilés au corps de la nation dans la France de Louis-Philippe – qui ne leur reconnaît qu’un droit de vote restreint aux élections municipales et se soucie peu encore de leur acculturation13 –, soumis à des autorités seigneuriales, juridiques et politiques morcelées, intriquées et concurrentes dans l’espace germanophone (singulièrement dans sa partie centrale et occidentale14), les ruraux ne constituent encore qu’une catégorie statistique floue, des intérêts mal reliés et une société à la conflictualité interne importante15.

13Survient 1848 : dans sa version française, initiatrice, avec l’affirmation soudaine et inquiétante (pour les notables) de la prétention du nouvel État républicain à mener une politique sociale avec le produit de l’impôt, et la découverte plus inquiétante encore (pour la bourgeoisie dans son ensemble) de la vigueur de la question sociale après les journées de Juin, inspirant un mouvement général de recul et de raidissement ; et dans sa version allemande, avec l’effondrement définitif de l’Ancien Régime sous les coups de boutoir désordonnés mais puissants des idéaux libéraux et nationaux et, sensible dès les premiers mois, la pression de la machine d’État prussienne, candidate au remplacement d’une Confédération germanique défaillante, mais sans possibilité de s’imposer encore dans une configuration chaotique. Vacillantes dans leur emprise, divisées par la révolution elle-même, les élites françaises et allemandes s’interrogent avec anxiété sur le laboratoire urbain surtout. Paris, Berlin, Vienne ont fait voler en éclats les derniers vestiges de l’ancien régime social, et déclenchent un effet de souffle dans toute la hiérarchie urbaine des États concernés, imposant des compromis bancals que seule la force, militaire en Allemagne et policière en France, permet de consolider entre 1849 et 1852.

14Née dans les villes, l’agitation révolutionnaire n’y est toutefois pas restée cantonnée. Les formes qu’elle a pu prendre dans les espaces ruraux sont certes loin de correspondre à un effet d’adhésion aux idéaux démocrates et nationaux : parfois à contre-courant, le plus souvent en totale discontinuité, les revendications qui émergent ici et là, à la faveur de l’éclipse des pouvoirs centraux et de la libération de la parole publique, peuvent aussi bien prendre la forme de l’anti-étatisme, de la défense de la propriété, que de la revendication civique, juridique ou religieuse. En Allemagne centrale et méridionale, l’agitation paysanne de mars 1848, avec ses manifestations violentes et ses prises de châteaux, s’apparente à une « Grande Peur » tardive, anti-féodale plus que radicale, et s’éteint aussitôt satisfaction obtenue. Mais les ruraux français démontrent leur émancipation partielle des notables par le vote de décembre 1848 en faveur de Louis Napoléon Bonaparte, puis l’élection, ici et là, de candidats radicaux à la Législative, enfin et surtout les insurrections de décembre 1851. Les « campagnes », que l’on pensait acquises à l’ordre, commencent à apparaître comme un enjeu majeur de contrôle social et politique.

15Malgré un début d’urbanisation, les populations française et allemande restent en effet très majoritairement rurales au tournant du siècle. Si l’émigration (il conviendrait mieux de parler de mobilité rurale) est inscrite dans les comportements depuis des siècles, l’on n’y perçoit pas encore la perspective d’un basculement semblable à celui connu par l’Angleterre. Occupés et mis en valeur dans leur plus grande partie par une agriculture de peuplement, polyvalente et pluriactive, les espaces ruraux, des Pyrénées aux Sudètes, sont même proches de la saturation, avec un marché de la terre et de la main-d’œuvre extrêmement vulnérable à la conjoncture, comme l’a révélé la crise de 1847-1848, laissant toute une population flottante à la limite de la misère et potentiellement réceptive aussi bien au paternalisme qu’à la contestation. Quant aux petits et moyens exploitants ruraux, délivrés des formes de dépendance collective verticale par l’abolition de l’ancien régime juridique, l’exercice du suffrage « universel » et la démultiplication de l’espace marchand, ils sont désormais en mesure, en France mais également dans certains États de l’Allemagne rhénane, d’effectuer des choix entre les individus et les structures qui prétendent les représenter.

  • 16 Y compris entre noblesse terrienne et bourgeoisie rentière, dont les oppositions culturelles et po (...)

16Ceux qui aspirent à garder ou à prendre les rênes du gouvernement ne peuvent donc faire abstraction de ces « masses » rurales complexes et mobiles, dont la dynamique de modernisation a été mise en lumière dans les événements de 1848, et doivent s’efforcer d’en conserver ou d’en capter la représentation. Pour simplifier, il y a trois candidats à cette fonction : les notables, modérément ouverts aux « idées du siècle », mais prêts à des compromis pour pérenniser leur emprise – même en Prusse – ; les élites nouvelles, plus ouvertes, issues des capacités (médecins et juristes notamment) ou de l’entreprise (boutique, négoce, fabrique), et désireuses de diffuser leur modèle de réussite ou d’appliquer les remèdes des Lumières aux maux de la société rurale ; enfin et surtout, l’État moderne, de plus en plus présent par ses agents, sa fiscalité, ses lois, et qui propose aux populations ses propres instances de médiation et d’arbitrage, contre les notables s’il le faut. Ce qui ne signifie pas, loin de là, que ces trois sphères soient étanches les unes aux autres : les capacités sont à leur aise avec la rationalité de la gestion administrative des territoires, et les notables du Second Empire, par exemple, savent aussi jouer le jeu du régime. Enfin, les alliances matrimoniales, la sociabilité et les affinités politiques assurent une cohésion certaine de l’élite à l’échelle régionale16.

17Concurrents dans l’affirmation de leur emprise, ces trois acteurs s’entendent sur un constat : celui de la nécessité politique de réguler l’accès des « masses rurales » à la modernité, en ajustant à la fois les règles du marché, de la loi et de la représentation. Et c’est pour cela que le discours dominant sur les ruraux, abandonnant les stéréotypes de la période précédente sur la « brutalité » du paysan, étranger à la « civilisation », vont désormais mettre l’accent, par contraste avec la mobilité et l’indiscipline ouvrières, sur la valeur de son ancrage « terrien » et la sagesse de sa soumission à l’« ordre éternel des champs ». Non pas que l’on renonce au développement économique (et à l’augmentation de la rente foncière, jusqu’aux années 1870), mais dans une voie séparée du libéralisme urbain, fondée sur un idéal de consensus social construit « d’en haut » par les élites et susceptible d’empêcher tout effet de contagion semblable à celui de 1851 en France. Et dans cet objectif, la dénonciation fantasmatique de la « ville » répond à un impératif stratégique majeur : susciter, par l’extériorisation de la cause de tous les maux internes à la société rurale, une réaction collective de soumission à des médiateurs légitimes. Le « retour à l’ordre » des années 1850 ne paraît pas obéir à une autre logique.

  • 17 Nous ne contestons pas ici la thèse de Pierre Barral selon laquelle les organisations agrariennes (...)
  • 18 E. Weber, Peasants into Frenchmen, 1976, traduit sous le titre : La fin des terroirs. La modernisa (...)

18Ainsi, l’agrarisme, modèle de construction duale de la modernité, ne naît ni d’une pensée économique, ni d’une prise de conscience identitaire, et pas même d’une conjoncture de crise économique – qui ne survient que dans les années 1870 au plus tôt17 –, mais bien d’une stratégie sociale globale de pérennisation d’un ordre bousculé. Paradoxalement, c’est donc au moment où le monde rural s’ouvre véritablement aux échanges, à la circulation de l’information, à la participation à l’agora nationale, qu’une construction fictionnelle vient l’enfermer dans sa singularité et lui signifier une voie de développement détournée. Il revient donc aux élites responsables de ce choix d’en assurer l’acceptabilité, par une pédagogie politique de vaste ampleur (difficilement réalisable sans le concours de l’État18), mais également des dividendes tangibles (inenvisageables sans le concours des marchés). C’est tout l’œuvre du dernier quart du xixe siècle d’en imposer les apparences… et d’en masquer les incohérences.

L’agrarisme, mouvement corporatiste ?

19Affirmer ex abrupto que l’agrarisme défend, par le jeu institutionnel, les intérêts économiques du monde rural, c’est considérer comme admis le caractère corporatif de ces derniers. En effet, il ne peut y avoir de représentation que de ce qui partage les mêmes intérêts et perspectives, et il faut supposer soit que l’agrarisme a triomphé par adéquation de son programme à la rationalité propre de l’économie rurale de son temps, soit qu’il a indûment capté un certain nombre de frustrations, craintes et attentes incohérentes pour en représenter artificiellement la cause dans le champ politique.

  • 19 Notamment par le développement des réseaux ferroviaires.
  • 20 Le taux d’urbanisation en Allemagne n’est toutefois que de 36 % en 1871. Il faut attendre le chang (...)

20À l’évidence, dans les années de croissance du Second Empire et de l’unification allemande, le modèle agrarien est encore d’une faible visibilité et d’une tout aussi faible efficience. La participation politique des ruraux est soit strictement encadrée, soit quasi-inexistante, et l’État bien peu présent encore dans les affaires économiques, si ce n’est par le biais de la question des subsistances – au reste moins aiguë que dans la première moitié du siècle – ou de l’aide à l’unification du marché intérieur par les communications19. Les sociétés d’agriculture, actives en France au niveau régional, mais encore dans l’enfance en Allemagne, ne se sont pas encore transformées en mouvements de masse ni en interlocuteurs permanents de l’État. En France, les républicains tardent à prendre la mesure des réalités rurales, et doivent subir le désastre des élections de 1871 pour prendre conscience des lacunes de leur programme. En Allemagne, la Prusse de Bismarck se soucie fort peu de la question sociale dans sa construction « par le fer et par le sang » de l’unité allemande, et il lui faut attendre les difficultés des lendemains du triomphe de 1870-1871 pour saisir l’importance stratégique des campagnes dans une stratégie de contrepoids à la pression démocratique des villes, rendue menaçante à cette date par l’accélération de la croissance urbaine du fait de l’émigration rurale vers l’ouest industriel20. Puissant à l’extérieur mais faible à l’intérieur, le pouvoir fédéral du nouvel empire a besoin de trouver des relais et des appuis au-delà de la caste des junkers, traditionnellement liée à la monarchie et à l’administration prussiennes. En France également, encore que dans une configuration différente, la jeune république de l’après-1875 a besoin de trouver des soutiens – ou du moins une neutralité bienveillante – dans une partie de l’élite sociale provinciale, en attendant d’avoir assuré son socle électoral populaire par la pédagogie à long terme de l’école publique.

  • 21 Pour des raisons de conjoncture politique, avec la nécessité du nouveau régime de s’appuyer à la f (...)
  • 22 Blés et betteraves pour l’essentiel.
  • 23 G. Garnier, Le phylloxéra, une guerre de trente ans, Paris, Albin Michel, 1989, 198 p.

21C’est paradoxalement le retournement de la conjoncture, avec l’entrée dans la crise d’ajustement entre la première et la seconde révolution industrielle et le déséquilibre des marchés agricoles provoqué par l’irruption des pays neufs d’outre-Atlantique, qui crée les conditions du compromis historique entre élites rurales et État, dans l’Allemagne de Bismarck d’abord21, et plus tardivement dans la France de Méline. En effet, si la rente foncière est directement menacée dans les régions de grande culture22, provoquant un déplacement de capitaux vers l’industrie et le négoce, les petits et moyens exploitants, pour leur part, ne souffrent que modérément de la crise. Certes, ils sont nombreux à fréquenter le marché, pour de petites quantités le plus souvent, et à se plaindre du bas niveau des cours. De plus en plus acheteurs d’intrants issus de la production industrielle, en Allemagne du Nord notamment, ils voient leurs marges s’amincir. Mais il convient de nuancer fortement selon les régions et les secteurs. Incontestablement, le marché de la consommation urbaine est dynamique, et les exploitants situés dans la périphérie immédiate des grands centres urbains ou efficacement reliés par les progrès des communications, continuent à se spécialiser et à améliorer la qualité et la quantité de leur production – dans le secteur laitier (Normandie, moyennes montagnes françaises…) ou l’élevage porcin (Ouest de l’Allemagne) par exemple. Les productions spéculatives, qui ne sont pas seulement le fait des grandes exploitations en fermage ou en régie, souffrent incontestablement de la concurrence internationale et de la baisse des cours, d’autant que l’émigration rurale raréfie et renchérit la main-d’œuvre agricole. La viticulture française représente un cas à part : sinistrée par la crise du phylloxéra qui exerce ses ravages durant les années 1870 et 188023 et l’empêche de profiter de l’augmentation de la demande urbaine, elle produit un immense effort de reconstitution qui, malheureusement, se traduit par une crise de surproduction dans les premières années du xxe siècle et la contraint à demander le secours des pouvoirs publics.

  • 24 Qui, même en Prusse orientale, compte une proportion non négligeable de familles bourgeoises agrég (...)
  • 25 M. Malatesta, Le aristocrazie terriere nell’Europa contemporanea, Rome/Bari, Laterza, 1999, 200 p.

22À l’origine toutefois, c’est donc bien la grande propriété qui, aux côtés des industries continentales menacées par les concurrences anglaise et, de plus en plus, américaine, émet la revendication du protectionnisme douanier. Cette demande prend forme dans un contexte politique bien particulier, qui est celui de la mise en place de l’État central en Allemagne, et de sa républicanisation en France, suscitant en réaction un mouvement d’organisation et de structuration des intérêts dans le cadre des institutions proposées, à savoir pour l’essentiel l’enceinte parlementaire et, à ses marges, les bureaux centraux de l’administration. Partagée entre sa méfiance vis-à-vis de l’État central et sa crainte plus grande encore de voir l’évolution de la société et de l’économie marginaliser son emprise, l’« aristocratie de la terre24 » prend alors le tournant historique de sa propre « nationalisation25 », permettant l’élaboration du compromis agrarien.

  • 26 On ne doit pas se laisser leurrer par la posture anti-gouvernementale des fondateurs du BdL, simpl (...)
  • 27 Fondées dans les années 1860 par des membres de l’aristocratie foncière, tels Burghard Freiherr vo (...)

23Les données du problème sont certes différentes dans la démocratie française et le régime sans responsabilité gouvernementale du Reich, mais les céréaliers français et les junkers prussiens doivent de même assurer leur représentation dans ces instances d’arbitrage, et pour cela jouer un difficile jeu électoral et éventuellement syndical. Celui-ci est ouvert en France par la loi de 1884 sur les coalitions ouvrières, qui permet à la Société des agriculteurs de France (conservatrice, créée en 1867), puis à la Société nationale d’encouragement à l’agriculture (républicaine, initiée par Léon Gambetta en 1880), de se transformer en mouvements de masse et de se disputer le rôle de représentant des intérêts agricoles. En Allemagne, dans un paysage politique moins structuré, l’initiative étatique est plus directe, débouchant en 1893 sur la création du Bund der Landwirte26, confédération asymétrique rassemblant d’une part des organisations agricoles de l’ouest, représentant la masse des moyens exploitants, et, d’autre part, le Junkertum oriental, appuyé localement sur le maintien tardif de ses privilèges juridiques et électoraux, et à l’échelon national, sur sa consanguinité avec l’appareil d’État… Les organisations catholiques du Sud et de l’Ouest27, bien implantées dans la population rurale au sein de laquelle elles alimentent un antilibéralisme fortement teinté d’antisémitisme, ont toutefois du mal à s’imposer face à l’État prussien en raison de la position périphérique des catholiques dans la nouvelle nation.

  • 28 H. Reif (dir.), Ostelbische Agrargesellschaft im Kaiserreich und in der Weimarer Republik. Agrarkr (...)

24Loin d’être fortuite, cette présence de l’antisémitisme dans l’agrarisme allemand, que l’on retrouverait mutatis mutandis dans la France de l’affaire Dreyfus, doit suffire à éveiller l’attention sur les ressorts cachés de la domination symbolique du discours agrarien. En effet, l’antisémitisme – tout comme l’anticapitalisme, l’antimodernisme, la haine des intermédiaires, des spéculateurs, des banquiers, etc. – n’a rien de spécifiquement rural, et ne correspond pas non plus à la culture politique du monde des rentiers du sol, bourgeois ou aristocrates. L’assimilation de la ville au « juif spoliateur » du travailleur de la terre est une construction opportuniste et tardive, mal décalquée des diatribes populistes de Wilhelm Marr ou d’Édouard Drumont, et diffusée dans le monde rural par des canaux concurrents et contradictoires (notamment entre organisations catholiques et protestantes en Allemagne, cléricales et nationalistes en France). Quelle est la rationalité de cet argumentaire ? La définition de soi par autrui, bien sûr, dans un schéma paranoïaque visant à justifier le rassemblement de tous les ruraux, sous la bannière des élites conservatrices28, contre une menace urbaine fantasmée. Figure du « citadin » pour le « campagnard » et, concomitamment, de l’« étranger » pour le « citadin », le « juif » est l’instrument d’une segmentation verticale de la société qui témoigne non pas de son archaïsme, mais au contraire de sa modernité – et de la crainte des élites d’en perdre le contrôle.

  • 29 Ces derniers, employeurs de main-d’œuvre agricole, sont de plus réceptifs aux arguments des junker (...)
  • 30 P. Cornu, La forteresse vide. Une histoire des hautes terres du Massif central entre déprise humai (...)
  • 31 A.-M. Thiesse, Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la (...)

25Ce qui prouve clairement que l’option protectionniste, le lobbying parlementaire, et même les avantages du « syndicat-boutique » sont jugés insuffisants pour assurer cette cohésion et cette soumission des ruraux. Cela n’est guère étonnant si l’on ouvre les yeux sur les contrastes existant au sein des sociétés rurales, entre exploitations rivales pour la maîtrise du foncier, parentèles et clientèles au village, propriétaires et colons, chefs de famille et main-d’œuvre saisonnière, prêteurs et débiteurs, etc. En outre, les voies de développement régional, fondées sur une spécialisation croissante et la segmentation des marchés correspondants, produisent des effets de décalage ou de contradiction des intérêts des uns et des autres – par exemple lors de la crise viticole du début du xxe siècle –, qui ne peuvent que paralyser des organisations représentatives à prétention universelle. Vive en Allemagne, plus modérée en France, la croissance du produit agricole à la fin du siècle attise encore ces contrastes et cette concurrence interne et, par l’augmentation des investissements fonciers et techniques nécessaires, génère une aliénation au capital et au marché anxiogène, tout particulièrement chez les « vainqueurs » apparents de la compétition. D’où, sans doute, le succès des ligues conservatrices auprès de la population des moyens et gros exploitants29. Dès lors, tout est bon pour restaurer la fiction d’un consensus du monde rural30, et les nouveaux instruments de communication de masse, presse, meetings, manifestations, et même littérature de combat31, sont employés aussi précocement que dans les villes, et avec non moins de démagogie.

26Mais du point de vue de l’État également, cette construction identitaire rurale holistique présente des garanties politiques hautement désirables, dans l’assurance d’une part de trouver des interlocuteurs en nombre restreint et aptes au compromis afin de légitimer la politique agricole, et d’autre part de pouvoir circonscrire à l’archipel urbain le jeu dangereux de la croissance libérale et de ses effets délétères sur l’ordre social et politique. Les élus provinciaux en France, les aristocrates liés au régime en Allemagne, peuvent dès lors jouer les médiateurs et, par-delà les poncifs de l’anti-étatisme, établir une complicité de facto entre élites et puissance publique pour le contrôle durable des « campagnes ». Seule la question religieuse, finalement, pose problème dans ce compromis : allié aux conservateurs, le clergé dispose encore, dans cette période, d’une grande puissance symbolique et d’une importante capacité de diffusion de ses valeurs et représentations. Or, l’État moderne, dans la version du Kulturkampf allemand ou du combat laïque français, entend exercer à son profit le monopole de la production symbolique (la langue, le drapeau, les rites civiques) et ne peut accepter qu’une institution transnationale, historiquement fondée par antagonisme à la raison d’État, lui dispute cette légitimité. Et si le luthéranisme allemand accepte relativement rapidement de s’étatiser, les résistances sont plus longues à désarmer dans les terres de catholicité. D’où, sans doute, la mue du conservatisme d’une partie de l’élite en modernisme autoritaire, qui ne défend plus les fondements religieux de l’ordre social que de manière purement instrumentale, et peut donc espérer collaborer au contrôle du corps de la nation aux côtés de l’État et de ses institutions – voire même en leur sein.

  • 32 Dans le sens où l’« état paysan », auparavant socialement déprécié et nié dans sa valeur professio (...)

27Quel bilan établir de cette entreprise multiforme ? Assurément, à la veille de la Grande Guerre, la double entreprise d’acculturation des ruraux par les institutions publiques et par les structures d’encadrement professionnel a porté ses fruits. Le protectionnisme, imaginé comme moyen de réponse conjoncturelle à la chute des cours des productions agricoles, est devenu une valeur en soi, revendiquée même par les gouvernements que la rationalité économique conduit à en marchander le niveau. Solidement encadrés, fournis en engrais azotés, en consignes électorales et éventuellement en prêches, mobilisés en temps utile pour battre le pavé des villes, les exploitants semblent gagnés à la cause. Satisfaits de voir leur « état » reconnu comme « fonction32 », moralement et politiquement légitimés, ils espèrent recevoir la sanction économique de leur inclusion dans cette marge centrale de l’ordre social.

  • 33 À l’image des relations suivies entretenues par exemple par les « Aveyronnais de Paris », structur (...)

28Mais cette réussite de l’entreprise agrarienne est incomplète encore, et présente des failles évidentes. Dans la représentation de la main-d’œuvre agricole par exemple : celle-ci, qui n’a aucun intérêt à adhérer à des organisations qui visent à la compression de ses revenus, est naturellement tentée de se placer en position dissidente. Les tentatives d’organisation collective des ouvriers agricoles et des forestiers sont toutefois encore balbutiantes, et notablement freinées, en Allemagne, par la double contrainte de l’État autoritaire et du chantage à l’emploi sur les grandes propriétés. Si l’on y ajoute la « polonisation » de la main-d’œuvre à l’est, on voit la difficulté du salariat à trouver un espace d’échanges et de revendication. Les métayers ne sont guère mieux lotis, même si l’amoindrissement de la pression sur le marché foncier leur laisse quelque espoir de sortir de la dépendance. Mais les petits et moyens exploitants ruraux eux-mêmes, qui n’ont d’autre variable d’ajustement que leur propre travail pour répondre aux pressions du marché, et qui ont eu l’occasion, depuis les années 1870 au moins, de vérifier l’impact de leur vote dans les différentes élections qui leur étaient proposées, ne sont pas enclins à aliéner aussi facilement leur représentation. En France surtout, il existe des nuances importantes dans les options mutualistes, syndicales et politiques des exploitants, et une capacité non négligeable à peser sur les orientations des structures. Loin de se soumettre aux représentations construites pour elle, la population rurale, dans sa diversité et dans une continuité non négligeable avec l’espace urbain, notamment par les migrations temporaires et les réseaux de parenté33, joue aussi sa propre partition, « bricole » son devenir et traduit ad libitum les normes que l’englobant lui impose.

29Si, en effet, on sort de l’histoire institutionnelle pour étudier, au plus près des sources nominatives, les choix et les parcours des individus, on constate une liberté et une diversité étonnantes. L’acculturation, la soumission aux logiques de domination sont bien réelles. Mais l’exploitation familiale notamment garde sa rationalité propre, et ses finalités qui ne coïncident guère avec les discours normatifs ou moralisateurs de la littérature agrarienne qui fleurissent à la « Belle Époque ». Car les familles rurales, elles aussi, savent calculer, prévoir, anticiper. Et dans cet habitus de dominés et de précaires, elles pratiquent vis-à-vis des structures, des normes et des contraintes, un opportunisme qui n’a rien à envier à celui de la République des « Jules ». Que l’on considère, par exemple, le comportement des ruraux face à l’institution scolaire en France : dénoncée par les agrariens comme machine à fabriquer des migrants et des socialistes, elle est résolument investie par une bonne partie des adhérents de leurs propres organisations, afin de placer, qui les filles, qui les cadets, sur les rails d’une profession ou d’un état non agricole (et bien souvent dans la fonction publique), ou au contraire d’une formation technique nécessaire au développement de l’exploitation, dans une stratégie multiforme de pérennisation et d’adaptation de la géométrie du groupe familial et de sa force de travail. Et l’observation fine des comportements électoraux révèle la même chose, y compris en Allemagne : non seulement les ruraux se divisent sur leurs options, mais ils les modifient d’une élection à l’autre, selon leurs attentes et leur perception des aptitudes de qui prétend les représenter. Et le fait qu’en Prusse orientale, les ruraux votent encore massivement pour les junkers au début du xxe siècle ne prouve pas qu’ils soient totalement aliénés à leurs oppresseurs, mais simplement que, dans un contexte de choix restreint et biaisé – qui est le champ des possibles –, ils optent pour les apparences de la soumission et s’efforcent d’en retirer les dividendes.

  • 34 La taxinomie professionnelle désormais différenciée des listes nominatives traduit cette reconnais (...)

30La guerre de 1914-1918, qui voit les ruraux des deux côtés de la frontière se « soumettre » tout aussi massivement à la mobilisation et à la discipline meurtrière de la guerre de tranchées, peut être analysée de la même manière : bien entendu, la domination symbolique, les rapports de force fonctionnent. Mais d’une part, ils fonctionnent aussi pour les urbains acculturés aux mêmes valeurs ; et d’autre part, c’est non plus aux élites locales, mais à l’État que va désormais la « fidélité » contrainte du soldat-laboureur. Un État qui l’aliène, le spolie, le trompe et, dans ces circonstances extrêmes, le sacrifie en masse, au nom de la défense de la patrie – ruraux et urbains mêlés –, contre un État-nation voisin avec lequel l’antagonisme relève de la même logique de construction que l’agrarisme (à savoir le nationalisme, segmentation verticale et territorialisée de l’espace social). Mais les ruraux mobilisés affrontent cette épreuve avec leurs ressources propres, accumulent les expériences et, par effet de retour, modifient la perception des élites en uniformes qui les commandent : l’après-guerre en témoigne, qui voit le suffrage « universel » consolidé, et la célébration du paysan défenseur de sa terre (chez les vainqueurs bien sûr) aboutir à une reconnaissance à la fois symbolique et financière par l’État. L’agrarisme est en quelque sorte « paysannisé34 ».

31Ainsi, l’historien qui fait le constat, par son analyse des sources, de l’existence d’une relation dominant-dominé à un moment précis du temps étudié, n’est pas pour autant autorisé à en déduire l’acceptation de leur état par les dominés, non plus que le caractère total et définitif du rapport d’aliénation instauré. Le triomphe de l’agrarisme n’est jamais qu’un moment de la modernisation sociale et politique de la France et de l’Allemagne, et l’on peut s’interroger légitimement sur l’assise réelle et la durabilité du compromis qu’il incarne.

L’agrarisme, cheval de Troie de la raison d’État ?

32Questionner en historien l’identité réelle de l’agrarisme, ce n’est pas s’intéresser au modèle sociopolitique en lui-même – comme tout modèle, il ne vaut que par la traduction et l’usage que l’on en fait –, mais à la manière dont, objet symbolique à l’intersection des champs de l’économique, du social et du politique, il est manipulé par les uns et les autres au cours du temps. Qu’il s’agisse de la Société des agriculteurs de France, du Bund der Landwirte ou des parlementaires agrariens qui interviennent dans les débats budgétaires et législatifs, on est frappé par le décalage existant entre un discours « vers le bas » volontiers anti-étatique et anticapitaliste et une attitude envers la puissance publique, la ville et le capital, beaucoup plus ambiguë. Dupes ou non, les exploitants ruraux, pour une large partie d’entre eux, ont donc accepté d’entrer dans ce jeu biaisé, dans ce champ construit pour eux mais qu’ils ne commandent pas.

33Le xxe siècle apporte toutefois des changements considérables dans le fonctionnement de ce jeu. D’abord, parce que la deuxième industrialisation, et les prémices du fordisme dans l’après-guerre, provoquent une modification fondamentale de l’équilibre entre secteurs économiques. Le poids de l’agriculture dans la richesse nationale, la population active et les préoccupations des élites, devient secondaire. L’effondrement de l’empire allemand a mis à mal la position de l’aristocratie terrienne, et l’agricolisation des campagnes s’accélère. La France, qui n’avait jusqu’ici connu qu’une émigration rurale modérée, approche enfin du seuil de la parité entre populations rurale et urbaine. Également, la reconstruction de l’économie européenne prend un tour résolument libéral : le discrédit des équipes conservatrices et l’échec des socialismes en 1919 ouvrent, en effet, une période de pouvoir sans partage de la bourgeoisie libérale et de ses appuis dans les classes moyennes. Enfin, et dans une contradiction qui n’est qu’apparente avec le constat précédent, la guerre a provoqué (et légitimé) une croissance très importante de l’appareil d’État et du champ de son action.

  • 35 En Allemagne, l’effacement de l’aristocratie terrienne, au profit d’un groupe hétérogène de bourge (...)
  • 36 Avec la crise économique et politique des années 1919-1920, surtout sensible dans les pays vaincus (...)

34Se confirme dès lors l’évolution paradoxale de l’agrarisme : en déclin au plan de sa cohésion sociopolitique35 et de sa capacité à peser sur le travail législatif et les politiques économiques suivies, il connaît une expansion irrépressible dans la sphère des représentations et des discours. De fait, le traumatisme majeur de la Grande Guerre et des désordres de sa résolution36 provoque une déconnexion croissante entre les réalités sociales et les mythes politiques chargés de leur donner signification. Il ne s’agit plus, pour les agrariens, de retarder par la défense de l’agriculture de peuplement la constitution de la civilisation urbaine ; il n’est plus question non plus de défendre l’utopie d’un développement tiré par la production primaire. Seul demeure l’objectif initial de l’agrarisme : assurer le contrôle social de la dynamique de modernisation et de montée en puissance des États-nations. Et lorsque les troupes rurales, amoindries par les pertes militaires et l’émigration, viennent à manquer pour remplir les urnes et contrebalancer le vote ouvrier, il faut les compléter… par des fantômes. C’est la tâche des intellectuels liés à la cause conservatrice, gens de plume pour l’essentiel, mais également de science et de parole magistrale – historiens et géographes figurant en bonne place –, que de donner vie à ces derniers, et produire un discours agrarien adapté à la ville moderne.

  • 37 Quand bien même les « plumes » auto-investies de la mission de mettre en mot les fictions de l’agr (...)
  • 38 En Limousin par exemple où, autour de la figure de Marius Vazeilles, le communisme rural prend la (...)
  • 39 Ainsi des fils d’ouvriers stéphanois que prêtres et pasteurs emmènent goûter l’air du plateau Viva (...)

35Marginalisée dans les réalités économiques, démographiquement déprimée, la « campagne » se voit assigner la place de matrice de la nation, de conservatoire des vertus et des valeurs dans une construction désormais prise en charge par l’État, ses institutions et relais médiatiques37. Sanctifié par l’épreuve de la guerre, le « petit » paysan enraciné devient une icône politique que même le parti communiste naissant n’ose remettre en cause38. Or, s’ils flattent les exploitants ruraux, ces discours s’adressent bien entendu aux urbains avant tout, et même, plus précisément, aux néo-urbains : ruraux émigrés de fraîche date, qu’il s’agit de conserver dans leurs vertus natives et prétendument naïves, et de préserver de la contagion révolutionnaire. Bientôt, les mouvements d’encadrement de la jeunesse se chargent de ramener périodiquement les urbains dans l’atmosphère purifiante de la ruralité – et même, si possible, dans cette « campagne des campagnes » que représentent les zones de montagne39 –, afin d’en perpétuer les vertus : goût de l’effort, organisation collective et hiérarchisée du travail, adéquation aux représentations religieuses et morales dominantes.

36La crise de la fin des années 1920, précoce et brutale en Allemagne, plus tardive et insidieuse en France, ne fait qu’accentuer cette tendance. Traitée avec la pharmacopée libérale dans les premiers temps, elle en révèle les limites. La demande sociale de protection, adressée directement à l’État cette fois, prend un tour menaçant pour le modèle de la démocratie libérale. Répondant aux formes d’acculturation imposées depuis deux générations, le corps social réagit de manière duale, bien des ruraux voyant dans l’effondrement de l’économie capitaliste la validation des thèses agrariennes – et de leurs corrélats antilibéraux et antisémites –, tandis que les classes moyennes et la petite bourgeoisie urbaines, précipitées dans le chômage et la précarité, se partagent entre utopie socialisante et réaction populiste. Les élites sociales, au sein desquelles les rentiers de la terre ne forment plus qu’une fraction résiduelle, sont, elles aussi, partagées entre défense des institutions républicaines qui leur ont permis de pérenniser leur emprise sociale tout en renouvelant les fondements de leur domination économique, et tentation d’un régime autoritaire et introverti permettant de passer l’orage. On sait ce qu’il en advient : la réalisation d’un compromis républicain en France, avec une mise sous contrôle des ligues et autres mouvements protestataires ruraux ou urbains après 1934 ; et le basculement de l’élite dans l’aventure totalitaire en Allemagne, permis conjoncturellement par les divisions du mouvement social et structurellement par l’acculturation de différentes fractions du corps social – y compris d’une partie significative des exploitants ruraux – à une fétichisation de l’« Ordre ».

37L’agrarisme ne meurt pas en 1933, mais il prend, à l’évidence, des chemins radicalement différents en France et en Allemagne. Instrumentalisé dans une dimension quasi-mystique dans l’Allemagne hitlérienne, avec intégration des structures agrariennes à l’appareil d’État, utilisé de manière défensive par les conservateurs français pour discréditer le Front populaire (avant, pendant et encore après sa brève expérience du pouvoir et sa tentative d’organiser le marché des produits agricoles), il n’est plus qu’un objet idéologique figé, déconnecté de toute légitimité sociale ou rationalité économique. Après 1936, le régime hitlérien consolidé fait le choix clair et brutal de l’industrialisation et de la militarisation à outrance, et les discours des idéologues du parti sur les femmes rurales, « gardiennes de l’espèce », n’empêchent pas ces dernières de voir leur condition s’aggraver sous la pression de l’économie autarcique. Dans la France des lendemains de la défaite, enfin, sous les faux-semblants de la Révolution nationale et les incantations impuissantes aux mânes déméteriennes de l’esprit national, le régime de Vichy administre la preuve par la caricature du caractère chimérique d’un agrarisme réduit à son discours.

  • 40 Et prétend encore d’une certaine manière, au-delà de sa mort sociale et culturelle dans la libéral (...)
  • 41 L’allemand land est plus ambigu, mais se prête également aux constructions surplombantes.

38C’est donc bien par la voie d’une interrogation sociale de l’efficience de son système de représentation que l’historicisation de l’agrarisme est rendue possible. Décroché du ciel des idées où il prétendait40 se tenir, il apparaît pour ce qu’il est : un objet idéologique temporalisé, fondé sur une représentation duale du monde et de la société, dans laquelle l’espace rural, sous le terme de « campagnes41 », se trouve mis en marge du temps historique – c’est-à-dire de l’ère industrielle – dans une aliénation-protection imposée d’en haut par des élites sociales en quête de leur propre maintien, puis reprise par l’État, en quête de l’affirmation de sa propre emprise.

39Mûri dans la lente et imparfaite résilience du choc de 1789-1815 dans la France des notables et l’Allemagne du Vormärz, cristallisé dans l’après1848 par réaction à la poussée démocratique et à la demande sociale apparues dans les « classes dangereuses » urbaines et une partie des populations rurales, l’agrarisme ne trouve toutefois les conditions de son inscription historique que dans la dépression de la fin du xixe siècle, avec la cause protectionniste comme élément fédérateur de son institutionnalisation. Mais celle-ci n’est permise que par la bienveillance intéressée de l’État qui, en France comme en Allemagne, est conscient lui aussi des enjeux de la question sociale et voit dans la construction agrarienne un outil efficace de médiation de sa relation aux « masses rurales » encore mal cernées, et de contrôle global de la dynamique de la modernité. D’où le compromis historique passé entre élites régionales et puissance publique, sanctionné par l’ouverture du jeu parlementaire national et l’institution d’interfaces spécifiques entre l’appareil d’État et les médiateurs auto-investis des « campagnes ».

40Désormais solidement en prise sur le corps social par le développement de l’appareil syndical, l’agrarisme ne peut toutefois espérer triompher par ce seul moyen, en raison des intérêts par trop divergents de ceux qu’il prétend représenter : il lui faut plus que jamais croire et surtout faire croire à son paradigme fondateur, et construire, par la propagande, une société rurale holistique menacée dans son être par un processus historique dégénératif impulsé par la ville, que seules une action d’essence morale et une discipline sociale verticale, inscrite dans les esprits et dans les corps, seraient capable de combattre. La porte est dès lors ouverte, avec le recours des instruments d’acculturation de masse, à l’idéologisation à outrance de l’agrarisme, qui survit ainsi à son délitement social de l’après-1918 pour se reconstituer, après la courte célébration du soldat-laboureur, dans une forme fantasmatique et purement velléitaire, sous les aspects du nazisme tout d’abord et, après la ruine des efforts de la IIIe République pour se guérir des séquelles de la guerre et de la crise, de la révolution nationale.

41Ces avatars ultimes ne sauraient toutefois légitimer une lecture finaliste de l’histoire politique des « nations agricoles ». Pétain n’est pas dans Méline, ni le génocide dans le discours antisémite des ligues allemandes de l’époque wilhelmienne. Et ce serait encore une fois valider le paradigme agrarien que de lui reconnaître la responsabilité historique de la mise en échec des socialismes et de l’effondrement temporaire des libéralismes en Allemagne puis en France. Plus prosaïquement, l’agrarisme a été, d’emblée, instrumentalisé pour des objectifs dépassant ceux de ses initiateurs, et utilisé comme une pièce parmi d’autres d’un dispositif de contrôle social et politique global de la transition vers la modernité, avec une efficacité somme toute discutable ou du moins éphémère. Car les acteurs sociaux impliqués, par intérêt, adhésion idéologique ou soumission, dans les mouvements de l’agrarisme syndical et politique, n’ont jamais répondu à la représentation univoque que ceux-ci entendaient en donner, et ont fait face aux crises de la fin du xixe et de la première moitié du xxe siècle avec toute la diversité d’attitudes possible, dans une révision permanente de leurs choix et allégeances éventuelles, au gré du jeu des possibles des conjonctures locales et globales.

42L’histoire de l’agrarisme est au vrai celle d’un conflit asymétrique de longue durée, entre acteurs sociaux, médiateurs politiques et institutions, pour la définition de la fonction des espaces et des sociétés rurales : dans la mise en place d’une relation dominant-dominé et centre-périphérie, assurée par la violence symbolique d’une construction politique, morale et religieuse dépassant largement son propre objet, la ruralité s’est vue à la fois essentialisée, marginalisée et instrumentalisée. Vue sous cet angle, la question est donc bien urbaine avant tout. Mais il reste un pas à faire encore pour s’affranchir de la domination du paradigme agrarien : c’est de reconnaître que la ville comme entité n’existe pas plus que les « campagnes », et que l’agrarisme, comme le laissent deviner les conditions de sa genèse et celles de son effacement, est une question d’histoire sociale tout simplement.

Notes

1 J.-L. Mayaud et alii, « À propos de la question d’histoire contemporaine du programme d’agrégation 2006 et 2007 », Ruralia, n° 15, 2004, sous presse.

2 F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, t. 2 : Les jeux de l’échange, Paris, A. Colin, 1979, p. 407.

3 P. Barral, Les agrariens français de Méline à Pisani, Paris, Presses de la FNSP, 1968, 388 p. Voir également, en hommage et en prolongement à Pierre Barral : J.-L. Mayaud (dir.), Agrarismes et agrariens en France et en Europe, hier et aujourd’hui. Actes du colloque de l’Association des ruralistes français, Paris, La Boutique de l’Histoire, 2005, sous presse.

4 Non pas tant d’ailleurs dans sa forme académique, produit de multiples filtrages, que dans son origine sociale, aisément saisissable par la lecture des travaux des sociologues ruralistes par exemple. B. Hervieu et J. Viard, Au bonheur des campagnes (et des provinces), Marseille, Éditions de l’Aube, 1996, 160 p.

5 P. Cornu, « Lucien Gachon : un itinéraire entre géographie rurale et littérature agreste », Ruralia, n° 12/13, 2003, p. 123-137.

6 P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, édition revue et corrigée en 2003, 392 p. Jérôme Lafargue, dans une étude récente sur la genèse du champ juridique au xixe siècle, apporte une réflexion stimulante sur l’adaptation des concepts bourdieusiens à l’analyse historique : J. Larfargue, « Le maniement du droit dans la France rurale du xixe siècle. Sur l’efficacité symbolique de champs juridiques incertains », Ruralia, n° 15, 2004, sous presse.

7 Et même s’il dépasse la période interrogée, un questionnement sur la manière dont ce compromis historique se dissout dans les Trente Glorieuses aurait été tout aussi intéressant. En effet, c’est bien souvent par les processus d’érosion, de délitement, de désagrégation des paradigmes – producteurs de tensions et de crises de réajustement, et donc de sources pour l’historien – que l’on peut en voir apparaître et en saisir les composantes.

8 J.-L. Mayaud, La petite exploitation rurale triomphante, France xixe siècle, Paris, Belin, 1999, 278 p.

9 Étudiées par Rita Aldenhoff-Hübinger, dans une approche quantitative à l’échelle des États. R. Aldenhoff-Hübinger, « Deux politiques agricoles ? France et Allemagne (1880-1914) », Histoire et sociétés rurales, n° 23, 1er semestre 2005, p. 65-87.

10 Une partie de la présente réflexion s’appuie sur les travaux du séminaire doctoral franco-allemand initié depuis 2001 par les équipes ruralistes de Lyon (responsable : Jean-Luc Mayaud, université Lyon 2) et de Trier (responsable : Lutz Raphael, université de Trier).

11 Avec l’épisode emblématique de l’abolition des Corn Laws en 1846.

12 C.-I. Brelot, « Itinérances nobles : la noblesse et la maîtrise de l’espace, entre ville et château, au xixe siècle », C.-I. Brelot (dir.), Noblesses et villes (1780-1950), actes du colloque de Tours, 17-19 mars 1994, Tours, université François Rabelais, Maison des sciences de la ville, 1995, p. 95-105.

13 À l’exception de la loi scolaire de Guizot en 1833.

14 Dans ces régions tout particulièrement, le conflit entre seigneuries et États en gestation dans la liquidation de l’Ancien Régime place les paysans sur la défensive, satisfaits certes de voir disparaître des prélèvements honnis, mais rapidement inquiets de voir une domination proche régulée par la coutume remplacée par une emprise étatique croissante et sur laquelle ils n’ont pas de prise. R. Von Friedeburg, « Laendliche Gesellschaft und Obrigkeit », Kritische Studien zur Geschichtswissenschaft, 117, Goettingen, 1997.

15 Sur l’analyse de la signification anthopologique, sociale et/ou politique de cette conflictualité dans l’avant-1848, les analyses sont particulièrement divergentes dans l’historiographie française. Avec, pour simplifier, un modèle ancien renouvelé par l’anthropologie historique, qui voit dans cette violence avant tout un comportement culturel, et une approche micro-sociale qui tente d’y intégrer une dimension politique.

16 Y compris entre noblesse terrienne et bourgeoisie rentière, dont les oppositions culturelles et politiques globales n’empêchent pas, à l’échelle de la province, de la petite principauté ou du département, les alliances et les convergences d’intérêts.

17 Nous ne contestons pas ici la thèse de Pierre Barral selon laquelle les organisations agrariennes se créent dans les contextes de crise (et de fait, elles sont nettement plus tardives dans leur développement), mais y ajoutons cette précision importante qu’elles ont besoin d’un système de représentations préalablement constitué pour trouver un écho dans le corps social.

18 E. Weber, Peasants into Frenchmen, 1976, traduit sous le titre : La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale 1870-1914, Paris, Fayard, 1983, 840 p.

19 Notamment par le développement des réseaux ferroviaires.

20 Le taux d’urbanisation en Allemagne n’est toutefois que de 36 % en 1871. Il faut attendre le changement de siècle pour voir basculer l’équilibre.

21 Pour des raisons de conjoncture politique, avec la nécessité du nouveau régime de s’appuyer à la fois sur les intérêts agricoles et industriels, et de conjoncture économique, avec l’entrée précoce en crise de l’économie allemande dès le milieu des années 1870. A.-M. Banti, « Élites rurales et organisation des intérêts en Prusse et dans la vallée du Pô (1880-1914) », Annali dell’Istituto storico italogermanico in Trento, n° 14, 1988, traduit et repris dans E. Lynch, Les campagnes dans les évolutions sociales et politiques en Europe des années 1830 à la fin des années 1920 : étude comparée de la France, de l’Allemagne, de l’Espagne et de l’Italie. Approche de la question, Paris, Hachette, 2005, p. 131-160 ; et R. Aldenhoff-Hübinger, Agrarpolitik und Protektionismus. Deutschland und Frankreich im Vergleich 1879-1914, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2002, 258 p.

22 Blés et betteraves pour l’essentiel.

23 G. Garnier, Le phylloxéra, une guerre de trente ans, Paris, Albin Michel, 1989, 198 p.

24 Qui, même en Prusse orientale, compte une proportion non négligeable de familles bourgeoises agrégées à la caste par alliances matrimoniales.

25 M. Malatesta, Le aristocrazie terriere nell’Europa contemporanea, Rome/Bari, Laterza, 1999, 200 p.

26 On ne doit pas se laisser leurrer par la posture anti-gouvernementale des fondateurs du BdL, simple positionnement conjoncturel contre la tentative de desserrement du protectionnisme de l’éphémère chancelier Caprivi (1890-1894). C’est bien Bismarck qui, tout au long de sa dernière décennie de pouvoir personnel, s’est efforcé de renforcer et de structurer, par raison d’État, les organisations de défense des intérêts agricoles, telles les Landwirtschaftliche Vereine (cercles agricoles), constitués à l’échelle des petits États d’avant l’unification.

27 Fondées dans les années 1860 par des membres de l’aristocratie foncière, tels Burghard Freiherr von Schorlemmer-Alst pour la Westphalie, dans le souci de maintenir leur emprise sur une paysannerie en voie d’émancipation.

28 H. Reif (dir.), Ostelbische Agrargesellschaft im Kaiserreich und in der Weimarer Republik. Agrarkrise-Junkerliche Interessenpolitik-Modernisierungsstrategien, Berlin, Akademie Verlag, 1994.

29 Ces derniers, employeurs de main-d’œuvre agricole, sont de plus réceptifs aux arguments des junkers sur les effets négatifs de l’émigration rurale et sur les dangers du « socialisme » dans les campagnes.

30 P. Cornu, La forteresse vide. Une histoire des hautes terres du Massif central entre déprise humaine et emprise symbolique (xixe-xxe siècles), thèse pour le doctorat en histoire, université Lumière-Lyon 2, 2000, 3 volumes.

31 A.-M. Thiesse, Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, PUF, coll. « Ethnologies », 1991, 314 p.

32 Dans le sens où l’« état paysan », auparavant socialement déprécié et nié dans sa valeur professionnelle, se voit reconnaître, par la puissance légitimante de l’État, une fonction économique nourricière et une fonction sociale stabilisatrice. À ce stade toutefois, la reconnaissance de la valeur professionnelle du travail agricole est encore à conquérir, sauf pour les « gros » peut-être.

33 À l’image des relations suivies entretenues par exemple par les « Aveyronnais de Paris », structurés en associations et même en paroisses, avec le pays natal et les parents restés « à la terre ».

34 La taxinomie professionnelle désormais différenciée des listes nominatives traduit cette reconnaissance par l’État des compétences propres des individus. Les pensions versées aux mutilés ou aux familles touchées, outre leur impact sur la consommation, ont également une fonction majeure de reconnaissance.

35 En Allemagne, l’effacement de l’aristocratie terrienne, au profit d’un groupe hétérogène de bourgeois propriétaires et de « gros » paysans enrichis sur les marchés de la betterave ou des céréales, ne permet plus aux structures agrariennes de jouer pleinement leur rôle de groupe de pression. Sur le cas plus nuancé de la Saxe, voir T. Nabert, Der Grossgrundbesitz im der preussisch Provinz Sachsen 1913-1933 : Soziale Struktur, ökonomische Position und politische Rolle, Köln/Weimar, Böhlau, 1992.

36 Avec la crise économique et politique des années 1919-1920, surtout sensible dans les pays vaincus naturellement, mais qui n’épargne pas une France exsangue.

37 Quand bien même les « plumes » auto-investies de la mission de mettre en mot les fictions de l’agrarisme continuent pour une bonne part à afficher un anti-étatisme de principe. On sait que les acteurs culturels sont d’autant plus efficaces dans leur production de violence symbolique qu’ils ignorent la finalité réelle de cette violence. P. Bourdieu et J.-C. Passeron, La reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Minuit, 1970, 284 p.

38 En Limousin par exemple où, autour de la figure de Marius Vazeilles, le communisme rural prend la défense de la petite propriété.

39 Ainsi des fils d’ouvriers stéphanois que prêtres et pasteurs emmènent goûter l’air du plateau Vivarais-Lignon, qui dans les villages catholiques, qui en terre protestante…

40 Et prétend encore d’une certaine manière, au-delà de sa mort sociale et culturelle dans la libéralisation des « Trente Glorieuses » et par le miracle de la résurrection contemporaine de son dualisme sous les traits de l’environnementalisme.

41 L’allemand land est plus ambigu, mais se prête également aux constructions surplombantes.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540