Version classiqueVersion mobile

Les campagnes dans les sociétés européennes

 | 
Jean-Claude Caron
, 
Frédéric Chauvaud

Introduction

Jean-Claude Caron et Frédéric Chauvaud

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Les paysans ou les ruraux ont fait l’objet d’abondantes descriptions caricaturales. Karl Marx a évoqué la pomme de terre anonyme et interchangeable mêlée à d’autres dans un sac que l’on peut ballotter sans que cela porte à conséquence, Engels a fustigé la « stupidité opiniâtre du paysan », Balzac a inventé le type du rongeur qui divise et morcelle le sol, Zola a imposé l’image du monstre, Albert Bataille, le chroniqueur judiciaire, a offert à ses lecteurs d’effroyables personnages destinés à faire frissonner d’épouvante les citadins. Les portraits à charge, brocardant et méprisant le rustre, s’avèrent en effet beaucoup plus nombreux que les images idéalisées de l’habitant des campagnes, construites elles aussi régulièrement, notamment par George Sand, Michelet (Le Peuple, 1846) ou Jean Giono. En 1840-1842 est publiée L’Encyclopédie morale du xixe siècle, gigantesque fresque de la société dans laquelle la parodie l’emporte encore. On y découvre quelques « types » : l’horticulteur, le maquignon présenté comme le modèle d’une « effrayante quantité de floueurs de toute espèce », le marchand de peaux de lapin, le plus souvent auvergnat, le bourgeois campagnard condamné à connaître un funeste destin… Les récits de vie édités, les souvenirs ou les mémoires publiés, d’Antoine Sylvère à Émile Guillaumin en passant par Pierre Jakez Hélias, beaucoup plus nombreux en France qu’en Italie, en Allemagne ou en Espagne, donnent de toutes autres informations. Reste que l’on peut se demander si les habitants des campagnes sont, de 1830 à 1930, des « Européens sans qualités » ? La question est d’autant plus pertinente que la place des campagnes et des paysans dans le discours politique, social, moral demeure une constante, comme si le monde rural restait la référence indépassable d’un modèle sociétal harmonieux. Industrialisation et urbanisation étant fréquemment dénoncées par les criminologues ou les hygiénistes comme la cause de l’affaiblissement tant physique que moral des sociétés, une vision idéalisée d’un âge d’or des communautés rurales se construit, appuyant la volonté proclamée de combattre les sociétés industrielles, vecteurs de perdition et de dégénérescence. En France, cette approche culmine en 1871, lorsqu’il s’agit de comprendre les raisons de la défaite face à la Prusse et est, par exemple, incarnée par les leplaysiens, dont le chef de file, Frédéric Le Play, fait l’éloge de la sédentarité, de la famille-souche, de la paroisse-commune et même de la féodalité. Mais, à l’autre extrême de la palette idéologique, on sait les nombreuses références d’un Jules Vallès à la ruralité comme foyer d’une authentique culture populaire dont il se revendique comme faisant partie. On sait comment, par la suite, tant un René Bazin, au plan romanesque, qu’un Charles Maurras, au plan philosophico-politique, prolongeront cette vision empreinte de nostalgie d’un monde disparu dont ils appellent à la renaissance.

  • 1 D. Woronoff, Histoire de l’industrie en France, du xvie siècle à nos jours, Paris, Seuil, 1998, p. (...)

2Conçu pour apporter des réponses à la question d’histoire contemporaine proposée aux concours du CAPES et de l’agrégation, le présent ouvrage entend donner une approche plurielle des transformations que les campagnes ont connues au cours d’un siècle commençant en 1830, au moment où se met en place, souvent sans à-coup, un nouveau « système productif1 », et où se font entendre le fracas des révolutions et des insurrections de 1830 en France et en Italie – qui nourrit également les revendications libérales et nationales dans la Confédération germanique – et la « clameur » de la guerre civile en Espagne. Le siècle qui enjambe la Grande Guerre, césure traditionnelle qui sépare le xixe et le xxe siècle, se referme à la fin des années vingt, lorsque la menace des totalitarismes devient de plus en plus prégnante et au moment de la grande crise de 1929 qui secoue les États-Unis et dont l’onde de choc se fera sentir tantôt immédiatement, tantôt bien des années après en Europe. Pour autant, les dimensions techniques et économiques relatives à l’évolution des campagnes européennes ne figurent pas en tant que telles dans la formulation de la question. Les problèmes relatifs à la « révolution agricole », à l’évolution de la rente foncière, à l’emploi des capitaux agricoles, à la proto-industrialisation, à la pluriactivité, à l’industrialisation des campagnes, à la terre comme « source primordiale d’accumulation », au fait que, par exemple, dans les pays germaniques, la noblesse bénéficiait, du moins dans la première moitié du xixe siècle, de capitaux très importants grâce au rachat des droits féodaux réinvestis dans les sucreries et les distilleries, ne seront pas directement abordés. De même laissera-t-on de côté les aspects culturels qui relèvent de la culture matérielle, ou de l’ensemble des gestes, des savoirs, des représentations mentales, de l’imaginaire collectif ou encore des pratiques festives et religieuses En effet, une formulation comme « Les campagnes dans les évolutions sociales et politiques en Europe, des années 1830 à la fin des années 1920 : étude comparée de la France, de l’Allemagne, de l’Espagne et de l’Italie » impose de privilégier les aspects politiques et sociaux relatifs à la place et au rôle des campagnes.

Les campagnes et les sociétés rurales

  • 2 Voir notamment R. Hubscher, « Réflexions sur l’identité paysanne au xixe siècle : identité réelle (...)
  • 3 R. Huard, « “Rural”, La promotion d’une épithète et sa signification politique et sociale des anné (...)
  • 4 L’expression est empruntée à J.-L. Mayau, Gens de la terre. La France rurale, 1880-1940, Paris, Éd (...)
  • 5 Cité par G. Walter, Histoire des paysans de France, Paris, Flammarion, 1963, p. 417.

3Le mot paysan2, d’abord objet de mépris et de moquerie dans les années 1830, sera ensuite revendiqué, voire brandi comme un étendard jusqu’à devenir l’un des pivots des systèmes politiques nationaux. Au-delà de l’usage des mots et de leur destinée, la connaissance du monde rural3 et des « gens de la terre4 » passe par la collecte d’informations. Sous la Deuxième République, l’Académie des sciences morales et politiques confie en 1849 à l’économiste Adolphe Blanqui une vaste enquête sur les populations rurales de la France. Divisées en cinq grandes régions, elles présentent de fortes disparités mais aussi quelques lamentables traits communs parmi lesquels « la détresse ». Les villages ne sont qu’ » amas confus de chaumières jetées au hasard sur le bord des rues sans pavés, infectées par des cloaques immondes5 ». À partir des années 1880, les enquêtes en direction des campagnes semblent se multiplier. En 1881, l’Italie publie d’imposants rapports rédigés par tel ou tel comité sur la situation et les besoins de l’agriculture. En Prusse, des experts sont diligentés pour parcourir les campagnes. En France, à la suite d’une sollicitation de l’Académie des sciences morales et politiques, Henri Baudrillard s’est attaché à enquêter sur Les populations agricoles de la France (1880-1888). Certes, il s’agit des populations françaises, mais

  • 6 H. Baudrillart, Les populations agricoles de la France, Paris, t. I, 1885, p. 7.

« […] les populations agricoles donnent lieu à une foule de questions […]. On doit se demander quel est l’état de leurs mœurs, de leurs habitudes, de quelle manière s’y présentent la famille, le respect de la propriété, le respect de soi-même, la culture des sentiments moraux qui constituent l’homme développé, civilisé, dans les différents ordres de devoirs. Leur degré d’instruction appelle aussi l’attention6 ».

L’invention des campagnes

  • 7 P. Larousse, Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, tome troisième, 1867, Paris, Larousse et (...)
  • 8 Voir notamment G. Duby et A. Wallon (dir.), Histoire de la France rurale, Paris, Seuil, t. 3, 1976 (...)
  • 9 Daniel Halévy, Visites aux paysans du Centre, Paris, LGF, 1978 (Grasset, 1934), p. 237.
  • 10 H. Mendras, La fin des paysans, Arles, Actes Sud, 1984 (1967), 440 p. ; B. Hervieu et J. Viard, L’ (...)
  • 11 G. Roupnel, Histoire de la campagne française, Paris, Plon, coll. « Terre humaine », 1974 (1932), (...)

4Tandis que le « paysan », comme nous venons de le souligner, a fait l’objet d’articles de dictionnaire et de vastes enquêtes, il n’en est pas de même pour les campagnes. Selon le Grand Dictionnaire universel du xixe siècle de Pierre Larousse, monument lexicographique de la période contemporaine, les campagnes n’existent pas véritablement. L’auteur de l’article n’envisage le mot qu’au singulier et évoque « La » campagne présentée comme des « champs en général ; champs par opposition à la ville, et principalement comme habitation ». Plus loin, dans la partie encyclopédique, le lexicographe poursuit son exploration du mot en indiquant que la campagne désigne aussi des « terres au point de vue de leurs productions7 ». Ainsi dans l’œuvre encyclopédique la plus célèbre de la période, ce que nous appelons les campagnes intéresse peu. Elles sont définies par comparaison avec la ville, en insistant sur le sourd antagonisme qui les divise, et selon les produits tirés du sol. Or il convient de souligner que les superficies consacrées aux céréales cessent de s’étendre à partir de 1862. Cette « stagnation » de la culture céréalière s’accompagne d’une augmentation considérable de la pomme de terre et de la viticulture qui connaît un âge d’or juste avant la grande crise du phylloxera, maladie de la vigne amenée par un puceron et « découverte » en 1868. Parallèlement, le mot campagne prend un sens plus large. On en vient ainsi fréquemment à parler de « la campagne agricole ». Il est vrai que, un peu partout en Europe, l’élevage, encouragé par les enquêteurs, mais en partie méprisé dans les mentalités populaires, s’impose, les prés et les herbages ne cessent de s’étendre. L’élevage n’est plus une activité de substitution ou un pis aller, il devient véritablement une fin en soi. Les éleveurs britanniques qui se sont employés à sélectionner et à améliorer les races (herd-book) deviennent un modèle à suivre. En France, l’élevage représente près de 40 % du produit agricole final vers les années 19008. Daniel Halévy, rendu célèbre par son histoire de La fin des notables (1929), entreprend une série de « visites aux paysans du Centre », commencées en 1907 et terminées en 1934. Elles mêlent les descriptions, les témoignages, les transcriptions de conversations, les réflexions plus générales et se font l’écho des transformations lentes à l’œuvre dans les campagnes. Rapportant les propos d’un interlocuteur recueilli en 1920, il écrit que « l’élevage est un métier de paresseux, qui n’exerce pas l’homme, qui le gâte au contraire, et l’abêtit. Or le paysan français devient un éleveur : la vieille France rurale, la France des chaumières, des monastères et des manoirs, active et riche dans les cultures, fameuse par les blés et les fruits, va-t-elle disparaître9 ? » La question posée n’est pas encore celle de La fin des paysans annoncée par Henri Mendras ni celle de la disparition « de la république agricole » prophétisée par Bertrand Hervieu et Jean Viard, mais elle témoigne de mutations majeures du monde des campagnes10. Ces changements ne concernent pas seulement les campagnes françaises, qui sont très loin d’être une entité homogène et connaissent des rythmes propres et de fortes disparités, ils affectent une grande partie de l’Europe. Mais c’est en France que la Révolution a d’abord détruit en quelques mois le système agraire hérité de la féodalité, renforcé aussi l’individualisme et assuré la promotion de la petite exploitation paysanne et celle de la propriété individuelle. Dans les années 1930, l’industrialisation de l’agriculture et les évolutions des sociétés rurales en Europe ne donnent plus à la France cette place particulière qu’elle occupait à la fin du siècle des Lumières et sous le Premier Empire. En 1932, Gaston Roupnel publie son Histoire de la campagne française, reprise depuis dans la célèbre collection « Terre humaine », un an après la publication du livre de Marc Bloch, appelé à devenir un des grands classiques de l’historiographie : Les caractères originaux de l’histoire rurale française. Gaston Roupnel restitue l’horizon des années vingt. Le livre à son époque avait le parfum du scandale : trop lyrique et trop visionnaire, pas assez « scientifique », trop « poésie des champs ». Mais l’auteur qui habitait Gevrey-Chambertin, où il s’occupait de ses vignes quand il n’enseignait pas à l’université de Dijon, place le travail des hommes et des femmes au cœur de sa démonstration lorsqu’il affirme que « la campagne fut le domaine de ce discontinu qui rythmait la peine humaine du battement des jours11 ».

Le « peuple des campagnes »

  • 12 J. Vidalenc, La société française de 1815 à 1848, t. 1 : Le peuple des campagnes, Paris, Marcel Ri (...)
  • 13 J.-P. Bardet et J. Dupâquier (dir.), Histoire des populations de l’Europe, Paris, Fayard, 1998, t. (...)

5Pour évoquer les habitants des campagnes, il existe de multiples mots et expressions qui ne sont pas synonymes. Le paysan objet de moquerie, puis enjeu du discours politique, est à la fois un travailleur agricole, un « entrepreneur » des campagnes, un « exclu de la terre », un « sujet », un sédentaire. À la veille du Printemps des peuples, la situation dans les campagnes est souvent très sombre. Aussi peut-on affirmer que « le drame du paysan français dans la première moitié du xixe siècle n’avait rien de bien original ; on pouvait trouver une situation analogue, sinon pire, dans maints pays d’Europe12 ». Une pesée globale permet tout d’abord d’en prendre la mesure. La population rurale, beaucoup plus large que les seuls agriculteurs, dépasse partout vers 1830 en France, en Allemagne, en Espagne et en Italie, les 80 % de la population totale. Si l’on s’attache au seul critère de la population totale, les disparités entre les quatre pays s’avèrent assez sensibles même si les évolutions convergent : la part de la population des campagnes diminue. Il s’agit toutefois d’estimations faites en fonction des frontières mouvantes, des définitions statistiques de la ville qui ne sont pas identiques et des imprécisions des enquêtes, malgré le travail effectué par les historiens démographes. En gros, au début des années 1830, la France se situe en tête, avec un peu plus de 32 millions d’habitants, suivie de l’Allemagne, un peu plus de 28 millions, puis de l’Italie, environ 21 millions, et enfin de l’Espagne qui ne dépasse pas le seuil des 15 millions. La tendance lourde, inexorable est bien au repli de la population rurale. Ainsi en France, elle passe de 26,7 millions en 1846 à moins de 23,5 en 1896. La répartition de la population active s’effectue au désavantage de l’agriculture. En 1851, toujours en France, la population rurale représentait 64,4 % des actifs ; en 1881 elle passe sous la barre des 50 %. En Allemagne, la population active employée dans l’agriculture représente 43,2 % de la population active totale du Reich, soit 8 664 000 personnes : si en 1907 elle diminue en proportion, n’atteignant plus que 33 % de la population active, elle augmente néanmoins et dépasse 9,5 millions. Aussi assiste-t-on à l’élargissement de l’emploi non-agricole offrant ainsi aux familles paysannes des ressources complémentaires. En 1911, la population rurale française ne représente plus que 56 % de la population totale13.

  • 14 Voir la brillante analyse de R. Price, People and Politics in France, 1848-1870, Cambridge, Cambri (...)

6En 1930, la situation est toute autre : seule l’Espagne a une population rurale qui dépasse la population urbaine ; la France se situe juste en dessous du seuil des 50 % ; quant à l’Allemagne et à l’Italie, elles sont devenues, du moins d’un point de vue statistique, des sociétés urbaines. Les citadins représentent 56 % de la population pour l’Allemagne et 55 % pour l’Italie. Encore ces globalités cachent-elles de fortes disparités régionales, dans les quatre pays au programme : ainsi entre une Ruhr vitrine de l’industrialisation et une Bavière citadelle de l’agriculture pour l’Allemagne ; entre quelques pôles urbains et industriels comme la Catalogne ou le Pays basque et les vastes étendues agricoles de la Meseta en Espagne ; ou encore entre un Mezzogiorno à l’image globalement justifiée de terre d’archaïsme et un Piémont dont le dynamisme agricole renvoie au dynamisme industriel. Pour la France, le déclin – réel comme en témoigne la vigueur croissante de l’exode rural – touche des régions enclavées et peu dynamiques, à commencer par les régions de moyenne montagne et de terres aux rendements les plus faibles. Mais, à la différence de l’Allemagne, de l’Italie et même de l’Espagne, la migration interocéanique concerne peu la France : pour les trois autres pays, et en particulier pour l’Allemagne et l’Italie, le poids conjugué de la pression démographique, de la trop faible rentabilité de certaines terres et de la mécanisation pousse des millions de paysans et de ruraux à un exode le plus souvent définitif vers le « Nouveau Monde ». Le poids démographique n’est évidemment pas le seul critère, il convient aussi de prendre en considération le poids de la paysannerie dans les discours et celui des sociétés rurales dans les représentations. Henri Mendras, l’un des promoteurs de la sociologie rurale avec Marc Jollivet, considère que « le paysan se transforme en agriculteur, producteur agricole qui est à la fois « entrepreneur » et « travailleur », propriétaire de ses moyens de production, mais n’utilisant pas ou peu de main-d’œuvre salariée ». Il complète cette analyse en ajoutant que « le villageois » devenait « consommateur », l’autonomie des collectivités paysannes ne pouvant plus être « tolérée » par la société englobante, c’est-à-dire la société urbanisée et industrielle. Sans doute peut-on proposer une autre lecture et souligner que les évolutions constatées ne sont pas toutes subies par les habitants des campagnes. Elles relèvent aussi de stratégies mises en place pour s’adapter et sont le résultat du « dynamisme des campagnes ». Dans cette perspective, même si les campagnes peuvent apparaître comme une « classe dominée14 », leurs habitants dans des domaines très variés ne sont pas condamnés à subir : le mouvement pour le rachat des droits féodaux amorcé en Allemagne avant 1830 et poursuivi jusqu’en 1848 l’illustre.

  • 15 Voir le livre ancien mais fondateur de R. Redfield, Peasant Society and Culture, The University of (...)
  • 16 H. Mendras, Sociétés paysannes, Paris, Armand Colin, 1976, 238 p.

7Cependant la société paysanne peut se définir par cinq caractéristiques qui constituent une sorte de grille commode pour comparer les « collectivités rurales » entre elles : 1. « L’autonomie relative des collectivités paysannes à l’égard d’une société englobante, qui les domine mais tolère leur originalité » ; puis 2. « L’importance structurelle du groupe domestique dans l’organisation de la vie économique et sociale de la collectivité ». Parfois réduit au couple, il peut aussi englober les parents et les beaux-parents, les frères et sœurs et parfois les neveux et nièces. Mais un peu partout en Europe, du fait des départs vers des régions plus prospères ou en direction des villes, sans compter que les taux de natalité s’amenuisent également, les familles ont tendance à se réduire. La société industrielle organise la vie économique à l’intérieur du groupe domestique comme l’illustre le domestic system. En effet, l’industrie du textile a besoin du travail du filage et du tissage des femmes produit dans les campagnes. L’un des traits originaux de la paysannerie est donc aussi la pluriactivité. 3. « Un système économique d’autarcie relative, qui ne distingue pas consommation et production, et qui entretient des relations avec l’économie englobante ». Si on assiste à la création de très grands domaines en Allemagne, en Italie et en Espagne, on assiste aussi au « triomphe de la petite exploitation » et à la conquête des marchés. De 1830 à 1930, c’est surtout l’autarcie économique qui est le plus vivement ébranlée. La prospérité de l’agriculture allemande du début des années 1860 jusqu’au début des années 1870 l’atteste. Mais il faut également souligner, sans méconnaître les réalités de l’autosubsistance, que le monde rural n’a jamais été un monde « séparé » ni une société « immobile ». 4. Les collectivités locales se caractérisent par « des rapports internes d’interconnaissance et de faibles rapports avec les collectivités environnantes ». Dans ces sociétés du face-à-face, le « pays », le village, la communauté, la paroisse sont des éléments essentiels qui donnent les principaux signes identitaires15. 5. « La fonction décisive du rôle de médiation des notables entre collectivités paysannes et société englobante16 ». En effet jusqu’aux années 1880, voire jusqu’aux années 1914, ou même 1950, le système d’encadrement de la société est bien celui des notables. Les travaux anciens et récents sur les notables, les élites et la place des « châteaux » l’ont souligné de multiples façons. Il existe toutefois des sociétés plus égalitaires que d’autres dont des exemples sont développés dans les chapitres suivants. Cependant, il faut bien convenir que dans nombre de campagnes, là où la petite exploitation indépendante n’existe pas, les hiérarchies sociales sont extrêmement fortes et rigides.

  • 17 Cité par H.-U. Wehler, Essais sur l’histoire de la société allemande, 1870-1914, Paris, Éditions d (...)
  • 18 M. Augé-Laribé, La révolution agricole, Paris, Albin Michel, 1955, p. 166.
  • 19 A. Châtelain, Les migrants temporaires en France de 1800 à 1914 : histoire économique et sociale d (...)
  • 20 Voir la contribution de J.-C. Farcy dans le présent ouvrage.
  • 21 Y. Jablonka, Les abandonnés de la République. L’enfant et le devenir des pupilles de l’Assistance (...)

8Or l’intégration des campagnes ne parvient pas toujours à réduire les fractures sociales et à apaiser les tensions et les conflits. Ainsi, les confidences de Elard von Oldenburg-Januschau, incarnation du Junker, grand propriétaire terrien allemand, sont éclairantes : « Je devais sur mes terres affronter personnellement certains gaillards désobéissants et rebelles, et faire le coup de poing pour rétablir l’ordre et l’obéissance. » Et d’ajouter : « C’est ainsi que s’est constituée au fil des décennies sur tous mes domaines, entre mes gens et moi, une relation de confiance dont les formes peuvent paraître étranges à un Allemand non originaire de l’Est17. » En Espagne, la spécialisation de l’agriculture s’accompagne d’une augmentation du nombre des ouvriers agricoles. Dans certains grands domaines, les conditions d’existence les transforment en « plèbe rurale ». Dans l’Italie du xixe siècle, plus particulièrement dans les campagnes de la région de Bologne considérées comme des terres d’innovation, la crise agraire des années 1870 pose aussi la question des hiérarchies sociales et des manières de « désamorcer » les conflits sociaux qui deviennent de plus en plus menaçants pour la noblesse. Il importe également de souligner que la population des campagnes ne se réduit pas aux seuls travailleurs de la terre : propriétaires-exploitants, fermiers, métayers, domestiques et journaliers. Elle englobe aussi les artisans, les notables, les marchands, les migrants, les professions et les activités liées à la vie rurale : notaire, garde champêtre, garde forestier, vétérinaire, médecin… Cette population est difficilement identifiable. Les recensements ou les statistiques sont trop souvent imprécises, enfermant chacun dans une catégorie ou dans une définition, et ne permettent pas de rendre compte de la variété des activités ni du travail familial. Pour beaucoup, les occupations de l’année se succédaient dans un continuel mouvement. En effet, « ceux qui ne perdaient pas de vue leur clocher et la fumée de leur maison, et qui sans doute étaient les plus nombreux, étaient les cultivateurs, les laboureurs. Il y en avait d’autres plus remuants18 ». On sait que les Auvergnats allaient « à la scie » dans les forêts de la Nièvre et du Cher, que les Bretons et les Flamands venaient faire les moissons dans la Beauce et l’Île-de-France, que les Cévenols descendaient dans les plaines languedociennes pour les vendanges, que les bergers de la Crau et des Alpilles passaient l’hiver dans les pacages du Midi. On assiste donc à une société plus mobile au point que l’on a appelé ce phénomène l’exode rural alors qu’il est plus proche des migrations intérieures19. La France de la fin des années 1920 compte trois millions d’étrangers (soit 7 % de la population totale), parmi lesquels 800 000 Italiens, 350 000 Espagnols et 70 000 Allemands : si la majorité vit et travaille dans les villes, n’oublions pas qu’ils proviennent très largement des zones rurales de leur pays d’origine et qu’une minorité (notamment dans la communauté espagnole) supplée au manque de bras dans les campagnes françaises, provoqué à la fois par la saignée de la Première Guerre mondiale et par le faible taux de natalité. En Allemagne, à la veille de l’été 1914, on dénombrait un demi-million de travailleurs temporaires dont une moitié de femmes. L’approche sociale des campagnes doit prendre en compte les notions de genre et de génération, comme certaines contributions de ce volume y incitent. La place spécifique des femmes a longtemps été occultée et l’histoire des campagnes écrite au masculin. Tant au plan de leur rôle dans la production que dans celui de leur place dans le foyer ou dans la transmission des savoirs, les femmes jouent un rôle spécifique. Il en va de même des jeunes ruraux, comme l’ont démontré Jean-Claude Farcy20 et Yvan Jablonka – ce dernier soulignant le rôle particulier des pupilles de l’Assistance publique dans le monde rural21.

9La mobilité, c’est aussi celle que provoquent les guerres qui empêchent de réaliser ses aspirations ou, pour ceux qui sont de retour du front, qui obligent à les différer. C’est en 1922 qu’Ephraïm Grenadou, revenu de la Grande Guerre, peut s’installer. Marié en 1919, à Saint-Loup, sa commune natale, sa femme demeure néanmoins chez ses parents. Charretier de ferme, il hésite à plusieurs reprises à s’engager pour prendre une ferme. Finalement il y parvient :

« J’avais donc les vingt-cinq hectares de mon beau-père et les neuf hectares loués à l’Hospice. La République prêtait de l’argent à deux pour cent aux anciens soldats, grâce à quoi j’ai acheté six hectares en empruntant dix mille francs que j’ai rendus au bout de deux ans. Fais le compte, je cultivais quarante hectares. »

  • 22 R. Hubscher, « Réflexions sur l’identité paysanne », Ruralia, n° 1, 1997, p. 71.
  • 23 L. Dornel, La France hostile. Socio-histoire de la xénophobie (1870-1914), Paris, Hachette, 2004, (...)

10Devenu maître chez lui, le rêve du petit propriétaire-exploitant semble ainsi se réaliser. Au total, il existe plusieurs manières de définir l’habitant des campagnes et de réfléchir à la notion d’identité paysanne. Sans doute convient-il de privilégier le point de vue de l’acteur sur sa propre condition. Manifestement, il n’existe pas de critère unique, mais une multitude d’approches possibles. L’une d’entre elles consiste à s’attacher aux réseaux relationnels. En effet, « les réseaux clientélistes, mode essentiel de fonctionnement des sociétés rurales, fondé sur le don/contre-don et la soumission/consentement, développent une logique d’inclusion/exclusion22 ». Quant à la communauté rurale, elle peut être définie comme une société d’interconnaissance dans laquelle tout le monde connaît tout le monde. Elle repose sur la tradition, sur la fortune et la propriété, sur l’influence de certaines familles, sur le statut matrimonial et la place dans la famille et enfin sur l’honneur et la réputation. Elle s’appuie aussi sur l’exclusion, parfois brutale, de l’élément extérieur à la communauté, nomade ou vagabond, mais aussi étranger ou rival : à cet égard, il convient de rappeler que la xénophobie ne relève pas que de la ville ou des milieux ouvriers, mais concerne aussi les campagnes, que ce soit face à l’arrivée d’ouvriers agricoles étrangers (Italiens et Espagnols en particulier) ou lors de conflits liés à la revendication de terres frontalières comme dans le cas de la vallée de Baïgorry entre pasteurs français et pasteurs espagnols23. Les « girovaghi », dresseurs d’animaux ou musiciens ambulants venus d’Italie qui parcourent les campagnes (comme Vitali, dans Sans Famille d’Hector Malo), ne sont pas toujours bien reçus.

Les campagnes dans les sociétés européennes

  • 24 A.-M. Thiesse, La création des identités nationales en Europe, xviie-xxe siècle, Paris, Seuil, 199 (...)
  • 25 P. Barral, Les agrariens français de Méline à Pisani, Paris, Armand Colin, 1968, 386 p.
  • 26 B. Kayser, La renaissance rurale. Sociologie des campagnes du monde occidental, Paris, Armand Coli (...)

11Quelle place occupent les campagnes dans les États-nations anciens et centralisés comme la France, assemblés et unis comme l’Espagne, en voie de constitution et de consolidation comme l’Allemagne et l’Italie ? Quel rôle les ruraux ont-ils joué dans la création des identités nationales24 ? La question relève de l’évidence, mais la réponse se heurte à l’écriture même de l’histoire des nations européennes par ceux qui en furent les témoins ou les acteurs. Dans leur grande majorité, issus des classes moyennes ou supérieures urbaines, ils prennent peu en compte la place des campagnes dans ce mouvement d’unification ou véhiculent les clichés habituels. Mais, au-delà de la célébration redondante et parfois discutable d’une nation unie dans le combat contre l’oppresseur, des villes aux campagnes (à cet égard, le cas du royaume de Naples mérite d’être étudié dans le détail), se pose rapidement la question de l’intégration des campagnes dans un ensemble maintenant unique, la nation, même si une bonne dose de fédéralisme est parfois conservée. Les paysans qui étaient pendant longtemps des « sujets » deviennent des citoyens ou du moins des acteurs. L’affirmation d’une identité salariale, le triomphe de la petite exploitation, la création d’un syndicalisme paysan, la naissance de l’agrarisme25 aux multiples visages sont autant de manifestations qui s’imposent dans les campagnes des années 1880. Mais l’entrée des campagnes dans la cité s’effectue aussi sous le signe de l’instrumentalisation. En effet, « à la fin du xixe siècle, les processus d’intégration du monde rural ne sont pas seulement marqués par l’organisation moderne des marchés, l’absorption des jeunes générations paysannes, l’uniformisation de l’enseignement et l’écrasement des particularismes culturels, ils le sont aussi par le rôle assigné au monde rural dans la stratégie des classes dirigeantes26 », ce qui ne va sans provoquer de résistances ou de contestations. Dans les années 1870-1880, la question se pose en particulier dans le Mezzogiorno où les conséquences sociales et économiques de l’unification se traduisent par des résistances durables rapidement qualifiées de « banditisme » par les nouvelles autorités. Après la Grande Guerre, tandis que communisme et fascismes annoncent l’ » âge des extrêmes », dans l’Italie du Nord comme en France, voire en Allemagne et en Espagne, une fraction de la paysannerie semble séduite par les « chemises noires » et les « chemises vertes ».

Espaces ruraux et États-nation

12Dans une Europe des États-nations en formation ou en affirmation, la politisation des campagnes relève aussi d’une approche culturelle d’où la pédagogie politique, au sens premier de la formule, n’est pas absente. Le nationalisme qui constitue l’un des traits marquants de la période à travers les quatre pays au programme, mais aussi les autres, s’impose par le biais de vecteurs bien connus – l’école, la presse, le service militaire. L’ampleur du phénomène est à relier avec la lente conversion des États à la démocratie politique sous sa forme la plus simple qu’est le suffrage universel masculin. Il s’agit donc, comme les républicains de 1848 en ont fait la douloureuse expérience, de capter le vote des masses rurales, qui « font » maintenant les élections, par leur nombre. C’est ce qu’a parfaitement compris Louis Napoléon Bonaparte dès décembre 1848, puis Napoléon III. En s’appuyant sur cet exemple, il ne s’agit pas ici de reconduire sans la critiquer l’image contestable, inventée et propagée par l’historiographie républicaine de « l’empereur des ruraux », même si, de facto, certaines campagnes restent des bastions bonapartistes durant tout le Second Empire (et même au-delà), alors que les villes se convertissent plus massivement au républicanisme. Mais on ne peut que constater l’efficacité de la propagande napoléonienne en milieu rural (avec de notables exceptions, naturellement) et sa capacité à susciter une adhésion incontestable au bonapartisme. Sur ce point, les travaux de Bernard Ménager, de Natalie Petiteau, de Rémi Dalisson, de Sudhir Hazareesingh se complètent pour expliquer les raisons de cet enracinement – ou de ce rejet. On notera que l’un des points centraux de la dite propagande réside dans l’affirmation d’une France relevée, redevenue forte, réintroduite dans le concert des nations européennes. Avant le républicanisme des années 1880-1900, le nationalisme s’implante en milieu rural, alimenté par les victoires militaires du régime bonapartiste. Et avec l’école républicaine, les manuels de lecture, de morale, d’histoire, de géographie vont participer à l’unification culturelle – en particulier linguistique – des « petits Français » qui sont, dans leur grande majorité, des paysans. On sait le poids de manuels tel le Tour de la France par deux enfants. Il en va de même, avec des chronologies décalées, témoignant de leur évolution spécifique, des autres pays. À cet égard, Le Livre Cœur d’Edmondo De Amicis apparaît bien comme le pendant de l’œuvre de Mme Alfred Fouillée, visant à effacer les frontières entre régions et entre citadins et ruraux. Traiter de l’évolution des campagnes européennes nécessite de comparer des pays entre eux, mais aussi des régions ou des espaces ruraux locaux. La démarche peut se faire à l’intérieur d’un même territoire national et les grandes thèses d’histoire régionale invitent à s’y plier. Mais il importe aussi de comparer des « territoires pertinents ». Pourtant chaque pays ou chaque région possède une histoire complexe dont il est nécessaire de retracer quelques traits. En effet, la place des paysans n’est pas la même dans toutes les sociétés européennes et elle connaît d’importantes variations dans l’espace et dans le temps. Dans une partie de l’Europe le servage, ou des formes proches, existe encore en 1830 et il est important de se remémorer que le servage n’est aboli en Russie qu’en 1861 : la mesure concerne 20 millions de personnes qui bénéficient désormais de droits civiques, peuvent notamment se déplacer, être propriétaires, se marier.

13Le printemps des peuples est aussi le printemps des paysans. On assiste à la disparition des droits féodaux. En Allemagne de l’Ouest, dans le grand duché de Bade, le rachat des redevances est autorisé par le législateur et l’abolition des corvées est annoncée. Le servage ne disparaît de la région danubienne qu’en 1848. Dans le pays de Bade, comme dans certaines régions de Saxe, des voix nouvelles se font entendre et demandent que les nobles soient expropriés. Ailleurs, notamment en Silésie et dans le Nassau, celui à qui l’on demande des comptes n’est pas l’aristocrate. Les paysans s’en prennent directement à l’État comme seul interlocuteur. Les petits paysans libres ont des statuts et des identités bien marqués. On distingue ainsi les Insten, en Silésie, les Häusler et Budner, qui sont aussi des paysans libres, mais dépourvus de train de culture et les Kätner qui sont des tenanciers. À partir des années 1870-1880, ils ne représentent plus qu’un groupe marginal. L’immense majorité des ouvriers agricoles sont des journaliers sédentaires qui ne sont pas organisés et présentent de fortes ressemblances avec les ouvriers agricoles français. Mais l’Allemagne impériale donne l’image d’une société ternaire : les ouvriers agricoles forment un prolétariat rural et demeurent pour l’essentiel à l’Est de l’Allemagne, ils ne possèdent que leurs bras et sont environ, avec leur famille, 6 millions vers 1882. Ils alimentent les flux migratoires. La mobilité est aussi une forme de protestation.

14Entre les propriétaires « horsains » de grands domaines qui possèdent environ le quart des terres, et les ouvriers agricoles, existe un vaste ensemble de situations : des grands propriétaires exploitants, des paysans libres possédant matériel d’exploitation et quelques terres devenus des Vollbauern. Ce sont des paysans moyens dont l’exploitation se situe entre 30 et 50 hectares. Les micro-propriétaires sont également présents, mais la surface cultivable de leur exploitation (moins de 2 hectares) représente à peine 5,4 % de l’ensemble. Aussi les petits paysans et micro-paysans constituent-ils les trois quarts des propriétaires ruraux (4,38 millions sur 5,64), mais ils n’exploitent que 15 % de la surface cultivable.

  • 27 H.-U. Wehler, « Les classes possédantes paysannes et le prolétariat rural », p. 186-187. Voir auss (...)

15La diversité allemande est un bon exemple de la complexité des situations, après les années 1870 : « La répartition régionale des classes possédantes paysannes est marquée par quelques points forts. L’est de l’Elbe détenait certes les propriétés les plus importantes, mais le faire-valoir direct l’emportait presque partout, sauf en Poméranie, en Posnanie et dans certaines parties de la Silésie. » L’historien Hans-Ulrich Welher ajoute que « du fait des Kölmer et des Schatullbauern – paysans propriétaires, souvent bien équipés, qui s’étaient détachés des seigneuries et domaines fonciers dans des conditions favorables –, c’est là qu’on rencontrait aussi la majorité des grands paysans. Entre eux et les grands agrariens se trouvait une classe stable de paysans moyens ». Toutefois, la situation est un peu plus complexe encore. En effet, dès que l’on change d’échelle, que l’on abandonne la statistique nationale qui nivelle les différences régionales et locales, on découvre très vite d’autres situations. C’est ainsi qu’en raison d’usages successoraux différents, « les territoires dominés par la grande exploitation se situaient, avec une densité parfois très forte, dans le Schleswig-Holstein, la Frise, l’Oldenburg, le Brunswick, le Hanovre et la Westphalie, alors que, dans les pays de partage, la petite exploitation l’emportait clairement et de façon extrême en Rhénanie, en Hesse et dans le sud-ouest du Bade-Wurtemberg ». La présentation descriptive peut encore se poursuivre et si l’on s’attache au cas de la Bavière dont l’image était celle d’une agriculture florissante, elle se situait en fait « nettement au-dessous de la moyenne nationale avec seulement 20 % de grands et moyens paysans. Les petits paysans y exploitaient 55 % de la surface cultivable ; les micro-propriétaires de moins d’un hectare, 25 %27 ». De telles indications renseignent sur des situations sociales. L’exemple bavarois montre bien que 80 % des agriculteurs n’appartenaient pas à la catégorie des Vollbauern et devaient donc avoir recours à la pluriactivité ou se faire embaucher de manière saisonnière pour bénéficier d’un complément de revenu indispensable. Mais si on veut aller à l’essentiel, il importe de souligner que l’industrialisation de l’Allemagne s’effectue à un rythme accéléré et que les grands propriétaires prussiens ont contribué très tôt, avant l’unification de l’Allemagne, à la modernisation de l’agriculture, aidé en cela par l’essor du chemin de fer et la construction du Zollverein. Ailleurs, comme nous venons de le voir, la petite exploitation joue un rôle essentiel et permet d’entreprendre une histoire comparée avec l’Italie et la France.

  • 28 Pour une vue d’ensemble, voir P. Bevilacqua (dir.), Storia dell’agricoltura italiana in età contem (...)

16L’Italie dans les années 1830 présente aussi des situations très diverses, liées à la répartition de la propriété et aux modes de faire valoir. Dans la plaine du Pô, on rencontre à la fois des grands propriétaires, des fermiers et des ouvriers agricoles. Dans la partie non irriguée, ce sont plutôt les tenures à rentes fixes qui dominent28. Cette même configuration se retrouve en France aussi bien en Picardie qu’en Beauce. Au Sud de l’Italie et dans les îles, on assiste à une coexistence de grands propriétaires possédant de grands domaines (latifundi) et de minuscules tenures. Dans le centre de l’Italie, des fermiers en grand nombre vivent parfois à la limite de la survie. Robert Schnerb présente en quelques lignes lumineuses la situation après les années 1870 :

« Métayers et journaliers forment la grande majorité du peuple italien : la péninsule ne compte que 400 000 propriétaires contre 300 000 à la petite Suisse. En général le propriétaire loue la terre par menues parcelles suivant un contrat de mezzadria ou de boaria (partage des profits et pertes), à moins qu’il ne la cède à un fermier général, à un gabellotto qui fait travailler les bracianti à des prix dérisoires. En Toscane il y a 93,7 % d’exploitations de moins de 10 hectares et qui n’occupent que 19 % du sol, alors que 21,6 sont détenues par 0,1 % des propriétaires et 32,4 autres % par 0,2 %. »

  • 29 R. Schnerb, Le xixe siècle, Paris, PUF, 1968, p. 229. Voir aussi C. Barberis, Le campagne italiane (...)

17Cette situation pourrait tout aussi bien s’appliquer en grande partie à l’Espagne où la grande propriété domine. Certes le Pays basque, la Navarre et la Catalogne connaissent une situation différente. Toutefois les très vastes domaines couvrent parfois plus de 50 % de la surface dans le Midi hispanique. Il faut également ajouter que le « Code espagnol de 1889 favorise le bailleur afin de le défendre contre les conséquences de la baisse des prix et les nombreuses lois agraires ne facilitent que sur le papier l’accession à la propriété. Il en résulte, comme en Italie, une agitation chronique et une émigration de grande envergure29 ». Il faut souligner que le maintien de ces structures a manifestement été un obstacle au développement du secteur de l’industrie agroalimentaire.

18Vers 1880, la situation que connaissent les campagnes devient une question politique majeure. Une majorité de pays adoptent des mesures protectionnistes comme réponse à la concurrence mondiale des marchandises agricoles. Il s’agit bien d’une manière d’intégrer les campagnes aux politiques nationales. La France de la IIIe République établit un pacte républicain avec différents groupes sociaux dont la paysannerie. Courtisée, elle devient l’un des socles de l’idée républicaine. Le ministère de l’Agriculture est créé en 1881, Jules Méline, alors président du Conseil et ministre de l’Agriculture, prend en 1884 les premières mesures protectionnistes visant à protéger les productions de l’agriculture française. En Allemagne, le protectionnisme agraire se développe à partir de 1879 et concerne d’abord les exportations de viande étrangère. Les céréales sont également l’objet de dispositions : cela vise à favoriser les éleveurs et les grands propriétaires situés à l’est de l’Elbe, soit environ un quart des exploitations. En 1885 et 1887, on assiste à la hausse du tarif Bismarck. Le Bund der Landwirte, fondé en 1893, qui pouvait compter sur un tiers des députés du Reichstag, demande en 1895 l’étatisation du commerce des céréales. Ces mesures ont parfois entraîné de vives tensions comme les « guerres douanières » entre la France et l’Italie entre 1888 et 1899. Sans doute ont-elles sur le court terme permis de traverser la crise, mais elles ont également contribué à retarder la modernisation. Toutefois, divers mouvements considèrent que l’État a un devoir à l’égard de l’agriculture, et doit, d’une certaine manière, la retrancher de la concurrence mondiale et assurer aux agriculteurs leurs revenus.

« Émancipation » et « modernisation »

  • 30 R. Lee, « Family and “Modernisation” : The Peasant Family and Social Change in Nineteenth Century (...)
  • 31 A. Corbin, Archaïsme et modernité en Limousin au xixe siècle, 1845-1880, Paris, Marcel Rivière, 19 (...)
  • 32 G. Pécout, « La politisation des paysans au xixe siècle. Réflexions sur l’histoire politique des c (...)
  • 33 R. Thabault, Mon village. Ses hommes, ses routes, son école, Paris, Presses de la FNSP, 1982, p. 1 (...)
  • 34 J.-L. Mayaud, Gens de la terre, op. cit., p. 75. et La petite exploitation rurale triomphante, Fra (...)

19La question proposée, telle qu’elle est formulée, porte sur les logiques et les effets des mutations des campagnes. Ne faudrait-il pas mieux parler de « désenclavement » ou « d’ouverture des campagnes » plutôt que de transformation ou de changement ? Parler de désenclavement laisse supposer soit que l’on se situe dans une perspective économique – réseaux routier et ferroviaire –, soit que l’on considère que la « paysannerie » n’est qu’une classe objet qui n’a pas de volonté propre et qui se contente de recevoir des impulsions venant de l’extérieur. Retenir l’expression de modernisation30 traduit bien l’idée de passage. On passe d’une situation ancienne, parfois qualifiée d’archaïque ou de médiévale, à une situation nouvelle. C’est en partie la problématique d’Alain Corbin dans sa grande thèse sur le Limousin31. Un regard rétrospectif permet de prendre la mesure du chemin parcouru. Pour autant, de même que l’on parle d’entrée en politique32, peut-on parler d’entrée en modernité ? La modernisation des campagnes connaît des limites impérieuses. Roger Thabault, auteur de la monographie villageoise la plus célèbre, évoque l’ascension d’un peuple entre 1848 et 1914 à Mazières-en-Gâtine, situé dans les Deux-Sèvres. Après avoir évoqué l’ouverture des campagnes, l’élargissement de l’horizon, le renouvellement de la population, la spécialisation du bourg, l’essor de la coopérative, le déclin de la religion, l’affirmation du sentiment républicain, il insiste aussi sur les permanences : « On ne se comparaît toujours qu’entre soi. » De la sorte « la population ignorait donc, dans son ensemble, trop profondément le monde géographique d’au-delà Parthenay et Niort et le monde social qui différait du sien pour ne pas demeurer avant tout profondément attachée aux choses qui l’entouraient, les seules qu’elle connût et qu’elle aimât33 ». Les transformations lentes à l’œuvre dans les campagnes ne témoignent-elles pas de la fin d’un monde ? La terre qui meurt, le célèbre roman de René Bazin, exprime l’idée de la disparition progressive non pas seulement d’un état ancien, mais d’une civilisation rurale. Marx et Engels observaient la modernisation de l’agriculture qui s’opérait par le triomphe de la grande production capitaliste – signe tangible de la modernisation – au point de prédire la disparition de « la petite exploitation impuissante et démodée ». Ne peut-on pas parler plutôt « d’un “bricolage” inventif et d’un dynamisme sans cesse renouvelé » des sociétés rurales34 ? De la sorte, l’éclairage est porté sur les actions des habitants des campagnes pour faire face aux changements, les accompagner et parfois les provoquer. Ne peut-on enfin traiter de l’évolution des campagnes en terme d’intégration ? Sur le plan strictement économique, la spécialisation des productions, la conquête des marchés, les changements de finalité plaident en faveur de la démarche. Précisons qu’elle peut être considérée comme trop restrictive, car elle revient à évoquer l’existence d’un centre et de périphéries, autrement dit de relations entre l’État et « ses » régions qui ne se posent pas dans les mêmes termes en France, en Allemagne, en Espagne et en Italie.

  • 35 M. JolliveT et H. Mendras, Les collectivités rurales françaises, Paris, Armand Colin, t. I, 1971, (...)
  • 36 W. Rösener, Les paysans dans l’histoire de l’Europe, Paris, Seuil, 1994, p. 275.
  • 37 R. Schnerb, Le xixe siècle, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1993 (1968), p. 221-231.
  • 38 Ibid., p. 225. Voir aussi les travaux déjà cités de R. Hubscher et ceux de M. Agulhon, G. Garnier(...)
  • 39 A. Strinberg, Parmi les paysans français, Arles, Actes Sud, 1988 (1889), p. 228.
  • 40 Il faut toutefois souligner que dans Vers une société européenne, 1880-1980, Paris, Belin, coll. « (...)

20Pour la sociologie rurale, ce sont les années 1950 qui constituent la véritable rupture. Celle-ci se manifeste par « l’intégration rapide dans la société industrielle de collectivités paysannes qui, étant restées marginales, avaient conservé leur mode de régulation sociale, leur système de valeurs et leurs formes de sociabilité35 ». Ne faut-il pas aussi envisager une histoire sociale du politique ou une histoire politique du social ? Sans doute est-il préférable de ne pas compartimenter les approches et, dès lors, de saisir, dans toute sa complexité, la place des campagnes dans les sociétés européennes pour les situer dans les évolutions politiques et sociales. Pour cela, il importe de suivre les données fournies par les grandes enquêtes, de se montrer attentif aux perceptions individuelles et collectives des acteurs du monde rural et de se demander comment ils ont vécu les changements, quelle part ils y ont pris et de quelle façon ils ont réagi. Werner Rösener défend, à l’échelle européenne, la thèse de l’émancipation des paysans et se demande quels sont ses effets sur la société du xixe siècle. La réponse est sans ambiguïté : « La population rurale et l’économie agricole se trouvèrent intégrées dans la nouvelle organisation libérale de l’État et de la société36. » Pour Robert Schnerb, il ne s’agit que d’une « rénovation partielle des campagnes37 ». Ces quelques aspects montrent qu’un véritable ébranlement secoue les campagnes européennes et que ses effets sociaux, multiples, se font parfois sentir de nombreuses années après. Mais la notion même de modernisation est une notion floue. Elle peut aller des transformations de la « vie de relations » aux aspects économiques ou techniques. La spécialisation de l’agriculture, la division du travail, l’abandon progressif de l’assolement, la séparation de la céréale avec l’élevage, tout ceci suppose « l’échange de services mutuels et l’adhésion à un système qui vise à la fourniture de la marchandise agricole ayant la plus forte valeur commerciale. Se suffire à soi-même signifie produire soi-même non plus tout ce dont on a besoin mais ce qui permet d’acheter ce qu’on ne saurait produire à bon compte38 ». La création des coopératives a été une des manières de s’insérer dans l’économie de marché. Pour autant, les prévisions faites en 1883 dans la revue Neue Zeit et rapportées par August Strindberg n’ont pas été réalisées : à savoir que « le paysan reste encore à un stade inférieur, qu’il est un vestige des temps anciens et qu’il doit soit mourir, soit évoluer et devenir un industriel, dit le théologien de l’évolution ; et cette évolution se fera par la grande exploitation agricole, qui tuera le paysan39 ». Pour autant, on peut se demander si l’on va vers un rapprochement des sociétés européennes, et, faudrait-il ajouter, des sociétés rurales, comme le suggérait l’historien berlinois Hartmut Kaelble40.

Les problématiques

21Les courants qui animent la recherche historique peuvent apporter des réponses différentes à l’analyse des transformations des campagnes. À l’automne 1939, la Bibliothèque nationale organisa une exposition intitulée « Les travaux et les jours ». Si elle rendait hommage aux agronomes, elle suggérait aussi que les campagnes se caractérisaient par leur diversité dont il faudrait faire l’inventaire. Depuis, l’apport de l’historiographie témoigne de la variété des questions et de la richesse des réponses apportées. Les campagnes européennes, nous l’avons vu à travers quelques aspects, se caractérisent d’abord par leur diversité. Faut-il privilégier les processus de politisation et proposer quelques grands modèles ? Le premier fut donné par Maurice Agulhon qui a montré que la politique « descendait » dans les masses rurales depuis son lieu de production, la ville et ses agents politiques. Depuis, d’autres modèles ont été proposés. Le débat ainsi ouvert met en lumière la place accordée par l’histoire à d’autres approches disciplinaires (sociologie, science politique, anthropologie…) permettant de saisir les processus de politisation de communautés longtemps considérées comme en dehors de la gestion de la Cité. Mais, on le sait depuis les travaux d’Eugen Weber et la controverse qu’ils ont provoquée, il n’existe pas réellement de consensus sur la question tant de la politisation des campagnes que de leur intégration à une culture nationale. Pour le seul exemple de la France, il n’existe pas un modèle unique d’apprentissage de la politique, mais plusieurs et selon des rythmes et des chronologies fort différents. En revanche, le changement social n’a pas fait l’objet de travaux identiques. Néanmoins, les historiens se sont surtout attachés aux hiérarchies sociales, aux déplacements et aux mouvements migratoires, aux conflits sociaux et depuis peu aux identités sociales.

La politisation et les transformations sociales

  • 41 R. Price, People and Politics in France, 1848-1870, op. cit., p. 147 sq.

22L’historien britannique Roger Price porte une grande attention au changement social, mais s’intéresse également aux processus de politisation et aux options politiques qui s’offrent à chaque groupe social41. Il faut, dit-il, suivre le répertoire des actions possibles et le développement d’une culture politique de masse au cours des années 1848-1870. Il pose aussi une série de questions essentielles qui peuvent s’appliquer à l’ensemble de la période étudiée : qu’est-ce qui motive les comportements individuels ? De quelle manière le peuple des campagnes perçoit-il la politique ? Quel rôle les femmes, exclues du vote, quand celui-ci existe, jouent-elles ? Quelle place peut-on accorder à la mémoire individuelle et collective ? De quelles façons les idées politiques sont-elles diffusées et reçues ? Quels sont les espoirs mis dans le vote ? Quel est le degré d’engagement des individus et des groupes ? Quelles sont les relations qu’entretiennent les dirigeants locaux et les personnalités nationales, les communautés locales et le pouvoir central ? La dimension de cette introduction permet de poser des questions, à défaut d’y répondre. Mais elle autorise aussi à avertir le lecteur que les réponses attendues ne prennent sens que si l’on conçoit l’histoire des campagnes depuis 1789. Si la date de 1830 n’est pas sans importance pour les ruraux des quatre pays étudiés, il n’en reste pas moins que le grand acte fondateur, c’est la Grande Révolution, autrement dit, du point de vue de l’histoire des campagnes, l’émergence de revendications qui ne cesseront d’être posées tout au long du xixe siècle et au-delà, tant qu’elles ne seront pas satisfaites. L’entrée en politique des paysans est d’abord motivée par la défense de leurs intérêts, à commencer par l’abolition des droits féodaux et l’accession à la propriété de la terre. Leur plus ou moins grande adhésion aux régimes qui se succèdent dans chacun des pays obéit à cette logique élémentaire, mais incontournable. C’est pourquoi il nous semble impossible de ne pas se référer aux travaux majeurs des historiens de la Révolution française qui ont traité de la question : parmi eux, citons Georges Lefebvre, Albert Soboul, Michel Vovelle et tous ceux qui, à leur suite et souvent dans un cadre départemental ou pour une période limitée, ont abordé les problèmes paysans de la Révolution française. Là est l’origine, et à l’oublier, on ne comprend pas l’inscription dans la longue durée de représentations politiques de régions, de départements, voire de simples communes rurales, qualifiés de « rouges », de « bleus » ou de « blancs ».

23En 1912, dans la Revue de Paris paraissent les Souvenirs d’Ernest Lavisse, réunis en volume la même année. Professeur à la Sorbonne, maître d’œuvre d’une ambitieuse Histoire de France – dont le volume d’ouverture, consacré à la géographie de la France, est confié à Vidal de La Blache, fin connaisseur des campagnes françaises –, directeur de l’École normale, académicien, il affirme que l’histoire nationale vit dans la mémoire familiale. À Nouvion-en-Thiérache, son village natal en Picardie, on ne s’intéressait guère à la religion et à la politique et les frictions sociales apparaissent pratiquement inexistantes. Mais dans le canton voisin, celui de Wassigny, où demeurait sa famille maternelle, la situation était tout autre. Dans le village de Mennevret

  • 42 E. Lavisse, Souvenirs, Paris, Calmann-Lévy, 1988 (1912), p. 83.

« […] les habitants gagnaient pauvrement leur vie par le tissage à domicile et par le travail dans une forêt voisine. En août, ils émigraient par centaines, hommes, femmes, enfants, pour aller faire la moisson “en France”, c’est-à-dire dans les environs de Paris. En 1848, les bûcherons – les “boquillons” comme on les appelait – se mirent à faire des coupes dans les bois. Sans doute ils pensaient que la forêt devait appartenir aux forestiers42 ».

24Ce témoignage confirme, s’il en était besoin, que les luttes paysannes constituent une entrée essentielle pour saisir les évolutions des campagnes. En effet, l’émancipation et la modernisation ne se sont pas faites sans heurts et sans protestations.

  • 43 Voir Ph. Vigier, La vie quotidienne en province et à Paris pendant les journées de 1848, Paris, Ha (...)
  • 44 D. Lejeune, La peur du « rouge » en France. Des partageux aux gauchistes, Paris, Belin, 2003, p. 3 (...)
  • 45 De ce dernier, voir Le Cercle dans la France bourgeoise, 1810-1848. Étude d’une mutation de sociab (...)

25Ce qu’il est convenu d’appeler la politisation des campagnes est généralement définie comme le lent phénomène d’acculturation du monde rural et de ses cultures politiques à la culture politique dominante des élites urbaines. Les thèses d’histoire régionale consacrées au xixe siècle ont abondamment montré, depuis Philippe Vigier et Maurice Agulhon, jusqu’à Jean-Luc Mayaud et Peter McPhee en passant par Pierre Lévêque et Raymond Huard ou Alain Corbin et Jean-Claude Farcy, comment la politique est devenue la chose commune de tous, par un transfert de valeurs et de pratiques visant à implanter une pacification de la dissension par le recours à l’arbitrage suprême qu’est le vote. Sur ce point, la Deuxième République apparaît comme fondamentale : Philippe Vigier a étudié nombre de ces « journées » où la paysannerie surgit sur le devant de la scène, depuis l’émeute de la faim de Buzançais en 1847, et a insisté sur les usages du carnaval, de la fête votive, du charivari comme lieu d’expression des antagonismes politiques en milieu rural43. La période est marquée par la confrontation de plusieurs France rurales, semblant briser la représentation uniforme qui était faite auparavant des campagnes. Le « Midi rouge », repaire de la Montagne, des « partageux », de la jacquerie ressuscitée, est la France du métayage, des terres arides, de l’endettement. Mais il existe aussi des campagnes « blanches », parfois aux confins des premières. Et plus généralement, le monde rural dans son ensemble est inquiet : agitées par la loi dite des 45 centimes – qui aggrave lourdement la fiscalité directe –, les campagnes bruissent de rumeurs, s’insurgent parfois brutalement, défendent becs et ongles la propriété foncière chèrement acquise et qui leur apparaît menacée par les « gros » ou – en vertu d’un paradoxe qui n’est qu’apparent – les « partageux ». On assiste bien à l’émergence d’un socialisme rural en 1849, interprété par ses adversaires – les conservateurs du « parti de l’ordre » – comme le porteur d’une République des paysans : ceux-ci sont dépeints comme des jacques menaçant la propriété, ce que confirme leur résistance au coup d’État du 2 décembre, impitoyablement réprimée. De cette brève mais centrale période, qui naît au lendemain de l’élection présidentielle de décembre 1848 pour s’achever avec le coup d’État, retenons que « les paysans sont au centre du débat politique44 », ce qui est un phénomène plutôt rare en France. Mais, et le phénomène mérite d’être remarqué, ce sont les ruraux dans leur ensemble qui forment le cœur de ces campagnes politisées, incluant les artisans, les commerçants et les petites notabilités villageoises, dont les formes de sociabilité associative ont été étudiées par Maurice Agulhon45.

  • 46 Ch. Guionnet, L’apprentissage de la politique moderne. Les élections municipales sous la monarchie (...)
  • 47 On se reportera avec profit à la thèse de P. Karila-Cohen, qui englobe la monarchie de Juillet dan (...)

26Avec l’instauration du suffrage universel, les républicains ont pu prétendre être les fondateurs de la démocratie au village, même si deux écueils se posent face à ce raisonnement. Le premier relève d’une autre lecture de la « descente du politique » vers le monde rural ou plus exactement de la constatation de l’existence d’un mode de gestion de la conflictuosité qui ne peut se résoudre que par la recherche de l’unanimité – ou de la quasi unanimité. Cette thèse, notamment défendue par Christine Guionnet46, vise à introduire une approche plus anthropologique de la politisation des campagnes, s’appuyant en particulier sur les pratiques électorales des communes rurales. Elle n’abolit toutefois pas la première, mais la complète, et ne saurait occulter le fait que les appellations politiques recensées par les autorités reflètent une véritable capillarité à la culture politique dominante jusque dans les villages les plus reculés. Dans l’Auvergne de la monarchie de Juillet, les appellations de « bleus », de « blancs » ou de « rouges » ne sont pas une projection due au regard des autorités en charge d’enquêter sur l’esprit public47, mais bel et bien des classifications en usage entre habitants d’une même communauté. Le constat, longtemps identique, traverse les frontières et les périodes : fondé sur de nombreux rapports administratifs, sur des récits de voyage, sur des enquêtes journalistiques, il affirme l’apolitisme ou l’indifférence politique des campagnes, hormis les périodes sortant de l’ordinaire (guerre, comme celle de 1870 qui déclenche des élans de patriotisme – ou tout autant d’adhésion à Napoléon III –, crise économique ou révolution). Pourtant ici ou là affleurent des formes d’une politisation qui, pour n’être pas en phase avec ce qui fait politique dans la Cité, n’en est pas moins marquée et remarquable. La tentation est permanente pour le pouvoir en place de délégitimer la protestation paysanne au nom d’une condamnation de formes jugées archaïques et incompatibles avec la démocratie : n’est-ce pas au nom de ce principe que, encore en 1907, la révolte des viticulteurs du Midi languedocien sera combattue ?

27Mélangeant mémoire de la révolte et projection dans un âge d’or à venir, ces irruptions des ruraux dans le jeu politique, avant comme après l’instauration du suffrage universel, saisissent et inquiètent les autorités. Incendies de forêts ou de meules, écorçage ou arrachage d’arbres fruitiers ou de ceps de vignes, bagarres entre voisins ou entre villages (voire au sein de la communauté villageoise) ne relèvent pas que du « folklore » paysan qu’on a longtemps voulu y voir. Ces comportements traduisent aussi, à l’occasion, des conflits d’intérêts, eux-mêmes alimentés, à l’occasion, par des positionnements politiques acquis. Lorsque le maire, le garde champêtre, le curé ou un notable du village en sont les victimes, la police et la justice sont promptes à y voir l’intrusion tant redoutée de la politique au village : une intrusion que l’on n’hésite pas à attribuer à des mains étrangères, nécessairement venues de la ville ou contaminées par la ville. Ce point incite à mettre l’accent sur le rôle des agents médiateurs de ce processus de politisation que sont les petites notabilités rurales (médecins ou officiers de santé, viticulteurs ou éleveurs, etc.), appelées de par leur fonction ou leur statut social à entrer en contact avec leurs équivalentes urbaines. Particulièrement craintes par les autorités, ces petites notabilités sont l’objet de tous les soupçons. De même, et c’est le second écueil, la politisation des campagnes n’abolit pas la persistance de la révolte comme mode de relation à l’État central et à ses représentants. À cet égard, les révoltes qui touchent les campagnes des États allemands à l’Angleterre de la mécanisation de l’agriculture, de la Russie du servage à l’Italie des latifundia, témoignent de la persistance, très en avant du xixe siècle, du conflit violent, réprimé sans pitié par les autorités. Le grand mouvement qui affecte les campagnes européennes à partir du dernier tiers du xixe siècle est la naissance du syndicalisme paysan qui encadre la revendication des travailleurs de la terre. Le mouvement prend de l’ampleur à l’articulation des deux siècles. L’exemple italien l’illustre bien. La Fédération nationale des travailleurs de la terre se constitue en 1901 à la suite de fortes grèves et la plupart de ses représentants appartiennent à la vallée du Pô, même s’il faut noter la présence de syndicalistes venant des Pouilles. En 1920, on peut ainsi dénombrer, à la suite d’une forte mobilisation, un million de grévistes. En Allemagne, les Bauern Vereine deviennent des interlocuteurs obligés des autorités et pèsent sur le jeu électoral dans le Reich de Guillaume II. En France, il faut attendre 1910 pour que le parlement vote une loi sur les retraites incluant les paysans.

  • 48 Il convient de mentionner, car ils sont exemplaires, l’ouvrage collectif publié sous la direction (...)

28L’histoire comparée qui n’est pas tout à fait « l’histoire croisée » impose d’une certaine manière de pouvoir bénéficier d’un « pays de référence ». Il n’y a, dans cette lecture du sujet, aucune volonté « ethnocentriste », mais un souci de méthode et un état de fait historiographique. À la fin du présent volume, figure une bibliographie qui ne prétend pas être exhaustive, même si elle est déjà fort riche. Une simple lecture cursive montre la disproportion des thèmes, des problématiques et surtout des espaces géographiques traités. De fait la France se trouve sur-représentée. Certes l’histoire rurale française a pour elle une longue tradition que les « grandes thèses d’État régionales », telles celles précédemment citées et bien d’autres, illustrent. Mais il faut également constater la réelle pauvreté de la bibliographie en langue française consacrée à l’histoire rurale d’autres espaces européens, et même de celle relevant de l’histoire comparée48. Le présent ouvrage n’est pas un manuel au sens classique, mais un livre de contributions dues à des spécialistes. Il est issu d’une journée d’études organisée à la Sorbonne par la Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des révolutions du xixe siècle. Sa seule ambition, à partir des analyses présentées ici, est d’offrir des éclairages sur quelques points essentiels de l’histoire rurale des sociétés européennes.

Notes

1 D. Woronoff, Histoire de l’industrie en France, du xvie siècle à nos jours, Paris, Seuil, 1998, p. 233 ; P. Verley, La révolution industrielle, Paris, Gallimard, 1997, 544 p.

2 Voir notamment R. Hubscher, « Réflexions sur l’identité paysanne au xixe siècle : identité réelle ou supposée ? », Ruralia, 1-1997, p. 65-80.

3 R. Huard, « “Rural”, La promotion d’une épithète et sa signification politique et sociale des années 1860 aux lendemains de la Commune », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 45, n° 4, octobre-décembre 1998, p. 789-806.

4 L’expression est empruntée à J.-L. Mayau, Gens de la terre. La France rurale, 1880-1940, Paris, Éditions du Chêne, 2002, 310 p.

5 Cité par G. Walter, Histoire des paysans de France, Paris, Flammarion, 1963, p. 417.

6 H. Baudrillart, Les populations agricoles de la France, Paris, t. I, 1885, p. 7.

7 P. Larousse, Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, tome troisième, 1867, Paris, Larousse et Boyer, p. 220-221.

8 Voir notamment G. Duby et A. Wallon (dir.), Histoire de la France rurale, Paris, Seuil, t. 3, 1976, 570 p.

9 Daniel Halévy, Visites aux paysans du Centre, Paris, LGF, 1978 (Grasset, 1934), p. 237.

10 H. Mendras, La fin des paysans, Arles, Actes Sud, 1984 (1967), 440 p. ; B. Hervieu et J. Viard, L’archipel paysan. La fin de la république agricole, Éditions de l’Aube, 2001, 126 p.

11 G. Roupnel, Histoire de la campagne française, Paris, Plon, coll. « Terre humaine », 1974 (1932), 384 p. Voir aussi P. Cornu, « Sur l’“âme” des sciences humaines. Réponse au Gaston Roupnel de Philip Whalen », Ruralia, n° 9, 2001, p. 189-196.

12 J. Vidalenc, La société française de 1815 à 1848, t. 1 : Le peuple des campagnes, Paris, Marcel Rivière et Cie, 1970, p. 368.

13 J.-P. Bardet et J. Dupâquier (dir.), Histoire des populations de l’Europe, Paris, Fayard, 1998, t. 2 ; J. Dupâquier (dir.), Histoire de la population française, 3. De 1789 à 1914, Paris, PUF, 1988, 554 p.

14 Voir la brillante analyse de R. Price, People and Politics in France, 1848-1870, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, 478 p.

15 Voir le livre ancien mais fondateur de R. Redfield, Peasant Society and Culture, The University of Chicago Press, 1956, 162 p.

16 H. Mendras, Sociétés paysannes, Paris, Armand Colin, 1976, 238 p.

17 Cité par H.-U. Wehler, Essais sur l’histoire de la société allemande, 1870-1914, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003, p. 198.

18 M. Augé-Laribé, La révolution agricole, Paris, Albin Michel, 1955, p. 166.

19 A. Châtelain, Les migrants temporaires en France de 1800 à 1914 : histoire économique et sociale des migrants temporaires des campagnes françaises au xixe siècle et au début du xxe siècle, Lille, Presses de l’université Lille III, 1976, 2 vol., 1 214 p.

20 Voir la contribution de J.-C. Farcy dans le présent ouvrage.

21 Y. Jablonka, Les abandonnés de la République. L’enfant et le devenir des pupilles de l’Assistance publique de la Seine placés en famille d’accueil (1874-1939), thèse dirigée par Jean-Noël Luc, université Paris IV, 2004.

22 R. Hubscher, « Réflexions sur l’identité paysanne », Ruralia, n° 1, 1997, p. 71.

23 L. Dornel, La France hostile. Socio-histoire de la xénophobie (1870-1914), Paris, Hachette, 2004, 362 p.

24 A.-M. Thiesse, La création des identités nationales en Europe, xviie-xxe siècle, Paris, Seuil, 1999, 302 p.

25 P. Barral, Les agrariens français de Méline à Pisani, Paris, Armand Colin, 1968, 386 p.

26 B. Kayser, La renaissance rurale. Sociologie des campagnes du monde occidental, Paris, Armand Colin, 1990, p. 11-45.

27 H.-U. Wehler, « Les classes possédantes paysannes et le prolétariat rural », p. 186-187. Voir aussi G. Béaur, Ch. Duhamelle, R. Prass et J. Schlumbohm (dir.), Les sociétés rurales en Allemagne et en France, xviiie-xixe siècles, actes du colloque de Göttingen, 23-25 novembre 2000, Rennes, Association d’histoire des sociétés rurales, 2004, 294 p.

28 Pour une vue d’ensemble, voir P. Bevilacqua (dir.), Storia dell’agricoltura italiana in età contemponea, I : Spazi et paesaggi, II : Uomini e classi, III : Mercanti e istituzioni, Venise, Marsilio Editori, 1989, 1990 et 1991. Sur les ouvriers agricoles, M. Martini, « Entre syndicalisme et spontanéité : les origines de l’organisation du mouvement des salariés agricoles dans la vallée du Pô », R. Hubscher et J.-C. Farcy, La moisson des autres. Les salariés agricoles aux xixe et xxe siècles, Royaumont, CREAPHIS, 1996, p. 267-280.

29 R. Schnerb, Le xixe siècle, Paris, PUF, 1968, p. 229. Voir aussi C. Barberis, Le campagne italiane dall’Ottocento a oggi, Rome/Bari, Laterza, 1999, 538 p.

30 R. Lee, « Family and “Modernisation” : The Peasant Family and Social Change in Nineteenth Century Bavaria », J. Richard et W. R. Lee (dir.), The German Family. Essays on the Social History of the Family in Nineteenth and Twentieth Century Germany, Londres, Croom Helm, 1981, p. 84119.

31 A. Corbin, Archaïsme et modernité en Limousin au xixe siècle, 1845-1880, Paris, Marcel Rivière, 1975, 1168 p.

32 G. Pécout, « La politisation des paysans au xixe siècle. Réflexions sur l’histoire politique des campagnes françaises », Histoire et sociétés rurales, n° 2, 2e semestre 1994, p. 91-125.

33 R. Thabault, Mon village. Ses hommes, ses routes, son école, Paris, Presses de la FNSP, 1982, p. 173.

34 J.-L. Mayaud, Gens de la terre, op. cit., p. 75. et La petite exploitation rurale triomphante, France xixe siècle, Paris, Belin, 278 p.

35 M. JolliveT et H. Mendras, Les collectivités rurales françaises, Paris, Armand Colin, t. I, 1971, p. 10.

36 W. Rösener, Les paysans dans l’histoire de l’Europe, Paris, Seuil, 1994, p. 275.

37 R. Schnerb, Le xixe siècle, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1993 (1968), p. 221-231.

38 Ibid., p. 225. Voir aussi les travaux déjà cités de R. Hubscher et ceux de M. Agulhon, G. Garnier… figurant dans la bibliographie. Voir aussi A. Dulphy, Histoire de l’Espagne de 1814 à nos jours. Le défi de la modernisation, Paris, Nathan, 1992, p. 5-8.

39 A. Strinberg, Parmi les paysans français, Arles, Actes Sud, 1988 (1889), p. 228.

40 Il faut toutefois souligner que dans Vers une société européenne, 1880-1980, Paris, Belin, coll. « Modernités (xixe et xxe siècles) », 1988, 185 p., ne prend pas en considération les populations rurales.

41 R. Price, People and Politics in France, 1848-1870, op. cit., p. 147 sq.

42 E. Lavisse, Souvenirs, Paris, Calmann-Lévy, 1988 (1912), p. 83.

43 Voir Ph. Vigier, La vie quotidienne en province et à Paris pendant les journées de 1848, Paris, Hachette, 1982, rééditée sous le titre 1848, les Français et la République, Paris, Hachette, 1998.

44 D. Lejeune, La peur du « rouge » en France. Des partageux aux gauchistes, Paris, Belin, 2003, p. 34.

45 De ce dernier, voir Le Cercle dans la France bourgeoise, 1810-1848. Étude d’une mutation de sociabilité, Armand Colin, Cahier des Annales, 1977.

46 Ch. Guionnet, L’apprentissage de la politique moderne. Les élections municipales sous la monarchie de Juillet, Paris, L’Harmattan, 1997.

47 On se reportera avec profit à la thèse de P. Karila-Cohen, qui englobe la monarchie de Juillet dans sa chronologie, « L’État des esprits ». L’Administration et l’observation de l’opinion départementale en France sous la monarchie constitutionnelle (1814-1848), sous la dir. d’Alain Corbin, université Paris I, 2003.

48 Il convient de mentionner, car ils sont exemplaires, l’ouvrage collectif publié sous la direction de J. Canal, G. Pécout et M. Rifoldi sur Les sociétés rurales du xxe siècle. France, Italie et Espagne (2004), et celui sur La politisation des campagnes au xixe siècle. France, Espagne, Italie et Portugal (2000), qui figurent dans la bibliographie.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search