Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hommes de loi et politique

 | 
Hugues Daussy
, 
Frédérique Pitou

Troisième partie. Les avocats

Les avocats parisiens et la Fronde

Loïc Damiani

Texte intégral

  • 1 Hubert Carrier, Le labyrinthe de l’État. Essai sur le débat politique en France au temps de la Fro (...)

1La Fronde, cet « ensemble de criailleries, d’émeutes et d’anarchie » selon l’expression de Pierre Goubert, paraît souvent difficile à analyser du fait de sa complexité. Les événements qui traversent la période troublée de 1648 à 1653 sont en effet nombreux et peuvent sembler incohérents. Il y a en effet dans les affrontements une grande variété d’acteurs, de points de vue et d’objectifs. Cette série événementielle majeure du milieu du xviie siècle comporte bien des aspects contradictoires dans les actions et réactions individuelles ainsi que collectives qui ont le plus souvent des effets centrifuges. Néanmoins, des études récentes à l’instar de celle d’Hubert Carrier 1 concernant le contenu politique des débats du temps ont permis d’en dégager un certain nombre de lignes de force. De grands courants de pensée traversent l’opinion publique de la capitale. S’ils se déclinent sous des formes très variées, on peut néanmoins en rattacher bon nombre aux trois principales familles qui ont été identifiées. Ces idées peuvent se répartir grossièrement entre les théories libérales de la Fronde parlementaire qui préconisent une monarchie limitée par des corps intermédiaires, les thèses aristocratiques qui veulent un gouvernement des Princes et enfin celles qui défendent l’absolutisme tel qu’il a été mis en place par le tandem Louis XIII-Richelieu.

  • 2 Thèse intitulée Les avocats parisiens de l’époque Mazarine, soutenue à l’université Paris IV-Sorbo (...)

2Dans ces débats passionnés, les hommes de Loi, au premier rang desquels les magistrats, jouent un rôle important. On connaît relativement bien l’action des membres des cours souveraines et en premier lieu celle des parlementaires qui prennent dès 1648 la tête de la contestation. Ils dénoncent tour à tour les abus de la fiscalité, les partisans, les intendants (qui sont des commissaires et non des officiers) ainsi que le gouvernement et le poids du ministériat. Les idées et les actions des avocats sont, dans ce contexte, moins connues. C’est une des raisons qui en rend l’examen intéressant. Ce groupe auquel j’ai consacré ma thèse 2 se situe au sommet de la hiérarchie sociale des auxiliaires de justice. Les membres du barreau sont juste en dessous des magistrats, mais les plus influents et riches d’entre eux ne veulent socialement rien céder aux conseillers du parlement. Encore faut-il bien savoir de qui il est question lorsque l’on parle d’avocats parisiens. Les sources sont en effet, à bien des égards, trompeuses. Comme l’affirme une parole du temps : « Avocats, les rues en sont pavées. » En effet, des centaines et des centaines de personnes se disent avocats, car il suffit pour utiliser ce titre d’avoir obtenu une licence de droit. On parle alors des « avocats en parlement » qui n’appartiennent pas au barreau et peuvent avoir des activités extrêmement diverses. Ceux qui plaident effectivement sont les « avocats au parlement » ou selon le terme de l’époque les « avocats en la Cour de parlement ». Ils sont membres de l’ordre des avocats et exercent, comme de nos jours, une profession libérale. Malheureusement les sources notariales ou littéraires emploient souvent indifféremment les expressions au et en parlement ce qui ne facilite pas la distinction. Les historiens se font souvent piéger par cette imprécision des sources. Pourtant il convient de bien repérer ceux et seulement ceux qui exercent effectivement la profession d’avocat. C’est une nécessité pour la cohérence de l’analyse des résultats sociaux, économiques et culturels les concernant.

3En utilisant cette définition professionnelle, on peut affirmer qu’au 31 décembre 1650 il y a 256 membres du barreau de Paris. Ce chiffre est déjà important, il dépasse ainsi celui des membres du parlement ou de la Chambre des comptes. Les avocats qui, contrairement aux autres auxiliaires de justice et aux magistrats, ne sont pas des officiers, sont à la charnière du monde du Palais en agitation de 1648 à 1653. Il convient d’analyser les raisons sociales, économiques et politiques qui ont pu pousser les avocats à s’engager dans les combats de la Fronde. Cet engagement comporte plusieurs niveaux. En effet, le barreau engage à deux reprises une action collective en tant qu’institution. Mais les avocats qui le composent ont aussi des intérêts à défendre qui sont parfois différents. Une galerie de portraits pourra montrer les différents points de vue et enjeux dont découlent leurs engagements. Les idées défendues et les actions politiques menées seront ainsi évoquées. Elles ont souvent un rapport avec celles des principaux acteurs du conflit, les avocats étant généralement intégrés aux réseaux de fidélité qui organisent et structurent la société parisienne du milieu du xviie siècle.

1643-1648 : un nouveau climat politique

4La période qui s’ouvre avec la mort de Richelieu, le 14 décembre 1642, puis avec celle de Louis XIII le juste, le 14 mai 1643, est particulièrement agitée. Le fait qu’au moment de la disparition de son père Louis XIV n’ait pas encore cinq ans est une faiblesse pour la monarchie. Dès mai 1643, la régence passe aux mains d’Anne d’Autriche qui doit assurer, selon un arrêt du parlement, « l’administration absolue pleine et entière des affaires du royaume ». L’âge du nouveau roi permet à un certain nombre de personnes de mettre en avant leurs revendications. La disparition de Richelieu est en effet un soulagement pour de nombreux particuliers. Les efforts de ce dernier pour renforcer l’absolutisme ont lésé certains des sujets du roi et non des moindres. Le contexte international est aussi un des éléments qui pèse dans la balance. Le soutien de Richelieu aux princes allemands protestants contre l’Autriche catholique, puis la guerre dans laquelle la France est directement partie prenante depuis 1635 pose des problèmes. L’augmentation de la pression fiscale que nécessite l’effort de guerre est une des nombreuses raisons d’un mécontentement qui ne tarde pas à s’exprimer plus ouvertement à partir de 1643.

Les avocats : un milieu cultivé et politiquement instruit

  • 3 Étude portant sur 27 527 titres d’ouvrages qui ont été répertoriés.

5Les avocats, par leur formation et leur activité professionnelle qui revêt divers aspects, constituent un milieu qui dispose de tous les éléments qui permettent à un homme du milieu du xviie siècle de s’intéresser au débat politique. Dans ce domaine, trois aspects peuvent retenir particulièrement l’attention. Les membres du barreau parisien sont d’abord des hommes de culture. Ils possèdent quasiment tous (plus de 97,5 % d’entre eux) une bibliothèque. En moyenne, leur collection de livres est assez considérable puisqu’elle dépasse 1058 volumes pour une valeur estimée à plus de 1429 livres tournois. Il s’agit avant tout de bibliothèques professionnelles dont les membres du barreau consultent les ouvrages pour préparer leurs écritures, factums et plaidoyers. L’étude que j’ai pu faire de la composition par matière de ces bibliothèques montre que plus de 44 % des ouvrages sont des livres de droit, 23,4 % traitent d’histoire et de géographie, 15 % de théologie et de religion et 13,4 % de belles lettres et philosophie3. Les avocats ont donc entre les mains tous les ouvrages qui leur permettent de s’intéresser aux débats du temps avec les grands penseurs du droit, de l’histoire et de la philosophie politique. On rencontre ainsi les livres d’auteurs du xvie siècle comme François Hotman et Jean Bodin mais aussi ceux, plus récents, de Charles Loyseau et du théoricien de la souveraineté Cardin Le Bret. Leurs connaissances juridiques et historiques sont classiques et leur permettent de bien maîtriser les termes et concepts des débats politiques du milieu du xviie siècle. Ils sont, par leur activité professionnelle quotidienne, à la fois des hommes de l’écrit et de l’oral, ce qui leur permet de s’engager de vive voix aussi bien que par écrit.

  • 4 Catéchisme des courtisans de la cour de Mazarin, 1649, p. 4. Bibliothèque Mazarine cote : M. 12620 (...)
  • 5 Arch. nat., M. C. : LXXV, 334, 12 août 1686.
  • 6 Hubert Carrier, La presse de la Fronde (1648-1653) : les mazarinades, vol. II, « Les hommes du liv (...)

6On trouve trace de l’engagement d’avocats dans la Fronde au fil de différentes sources. Une mazarinade parle même de la profession de façon satirique en disant : « Qu’est-ce qu’un Avocat ? Un hardi orateur qui pour raisons plâtrées persuade ce qui ne fut jamais4. » Ce qui est certain aussi, c’est que même longtemps après la Fronde, les avocats qui ont vécu l’époque s’intéressent encore aux événements dont ils ont pu être les témoins. Ainsi, lorsqu’il disparaît en 1686, Alexandre Angiboust, membre du barreau depuis 1646, possède encore un paquet de neuf volumes in quarto intitulé « relation des troubles de France depuis 1648 jusque à 16525 ». Dans sa remarquable étude sur La presse de la fronde, Hubert Carrier explique et souligne l’importance des avocats dans la période : « Par leur tournure d’esprit, leur formation juridique, leur habitude des plaidoyers et des factums, ils étaient naturellement les mieux préparés pour la “guerre des plumes”. Et tout indique que derrière ces soldats de première ligne, quotidiennement à la pointe du combat, il devait y avoir encore beaucoup d’avocats parmi la nombreuse troupe des combattants épisodiques6. » Certains membres du barreau, en mal de clients ont pu aussi louer leur plume au plus offrant pour gagner un peu d’argent. Un texte de 1649, favorable à Mazarin, le dénonce en tout cas de façon grinçante :

  • 7 Genève, Droz, 1989, p. 23. 7. Le Mazarin portant la hotte dit, j’ai bon dos, je porterai bien tout (...)

« L’avocat qui n’a de quoi frire
N’a de pensée que pour médire
Contre le pauvre Mazarin7. »

7On peut se poser la question en effet. L’engagement dans la Fronde a certainement pu constituer pour quelques-uns un gagne-pain. Néanmoins le plus souvent, les raisons des engagements semblent plus profondes et d’une autre nature. Il faut se souvenir en effet, que par leur métier, ils sont des spécialistes du droit. C’est ce qui ouvre la porte des conseils des Grands à un certain nombre d’entre eux, les plus qualifiés. Ainsi Nicolas Doublet est-il par exemple conseiller du Comte de Soisson et de la maison de Longueville et François III de Montholon conseiller du duc de Nevers. Certains avocats reçoivent même un « brevet de retenue » qui fait d’eux le défenseur attitré d’un « Haut et puissant seigneur » devant le parlement. J’ai pu repérer dans les archives plus d’une dizaine d’avocats occupant de telles fonctions au milieu du siècle. Que ce soit pour le conseil juridique, la gestion des affaires ou la défense de leurs intérêts, on constate que les avocats sont largement intégrés à cette époque là aux réseaux de fidélité des plus influents personnages du pays. Cela explique l’engagement pour ainsi dire professionnel de certains avocats. Enfin, une dizaine d’avocats sont conseillers du roi en ses conseils comme Jacques Pollard ou Claude Pucelle et certains ont même la dignité de conseiller d’État comme Barthélemy Auzanet, Ange de Massac et François de Montholon. Cette fonction d’éclairer le souverain dans ses décisions est importante et les place au cœur de l’administration royale. Ils sont de ce fait au moins spectateurs des grands événements d’une période qui se caractérise par un développement de l’agitation politique.

Un Palais devenu épicentre du débat politique

  • 8 Dans la nuit du 5 au 6 janvier 1649.
  • 9 Jean-Louis Bourgeon, L’île de la Cité pendant la Fronde, mémoire pour le diplôme d’études supérieu (...)

8Il ne faut donc pas s’étonner de rencontrer des avocats impliqués dans les événements des années 1648 à 1653. Par leur activité professionnelle qui se déroule en partie au Palais, les membres du barreau sont plongés au cœur des événements de ce que l’on nomme la Fronde parlementaire (1648-1649). Comme le souligne Jean-Louis Bourgeon, « déjà, en ce temps de régence, le Palais est devenu l’un des pôles de la vie politique ; ce sera bientôt le seul, après le départ du roi8. Pendant les troubles, les manifestations ne cessent pas dans la cour du Palais, faisant parfois peser la pression populaire sur les graves délibérations de “Messieurs” du parlement9 ». Qu’ils le veuillent ou non, les avocats sont là où se déroulent certains des événements les plus importants de cette période d’agitation. La gravure qui suit, conservée au cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale, a été réalisée par Nicolas Boisseau vers 1650. Elle montre bien le théâtre d’un certain nombre de manifestations et d’événements importants de la Fronde. La « cour de may » à droite de la Sainte Chapelle, lieu de rassemblement par excellence des manifestants est toute proche de la « Grand’Salle » où se situent les douze bancs qui accueillent ordinairement les avocats du barreau. On comprend bien aussi, par cette gravure, que le Palais est au cœur de la Cité à deux pas du Pont-Neuf, lieu d’agitation s’il en fut, et non loin du Louvre que l’on aperçoit en arrière-plan.

Le palais de justice, gravure de Boisseau, 1650, BnF.

9Michel Langlois, avocat reçu en 1624 et qui est vers 1650 le plus célèbre et le plus employé des ténors du Barreau, évoque les troubles dont il a été témoin. Il appelle ses enfants à la prudence. Parlant de Cicéron et de Démosthène il écrit :

  • 10 Michel Langlois, Institution oratoire, 1653-1658, Ms. 262 de la bibliothèque de la Cour de cassati (...)

« Je ne veux pas aussi blâmer la mémoire de ces deux grands personnages, mais leur fin vous doit faire appréhender le danger qu’il y a de porter le fer, le feu et le venin de l’éloquence dans les affaires publiques, qui est à quoi vous devez prendre garde à mon exemple, n’ayant jamais voulu qu’il parût aucune chose de ce que j’en pouvais faire valoir dans les saisons fâcheuses qui sont arrivées à Paris depuis 1649 jusqu’en 1652, encore qu’il n’y ait guère eu d’écrivain qui s’en soit abstenu10. »

10Cet avocat est donc prudent et refuse de s’engager par principe. Il évoque les « saisons fâcheuses » de 1649 à 1652. Pour lui donc les problèmes débutent avec le siège de Paris. La Fronde parlementaire ne semble pas constituer pour lui un événement « fâcheux ». La suite du texte nous fait entrevoir pourquoi :

« Et encore que vous verrez par les pièces que j’en ai fait dans ce temps pour la satisfaction d’un ami auquel j’étais obligé, que je ne manquais de fond ni d’application pour ces sujets si j’eusse voulu me rendre de la partie. Mais ne vous en mêlez jamais sinon qu’étant au service d’un prince chef de parti vous fussiez obligé d’écrire sous son nom ou qu’étant en fonction de magistrature la nécessité de votre charge vous y obligeât, ce qui ne peut guère arriver. Gardez-vous aussi de la licence des injures qui parait effrénée dans ces auteurs, et laquelle ne peut-être supportée que dans les États populaires où l’égalité des avocats et des juges la peut autoriser. Il y a des manières d’en dire et comme des aigailleurs desquels il faut ôter la rudesse et la fierté pour les adoucir et les accommoder au respect qui est dû aux juges et à l’honneur des compagnies. »

11Sans vouloir s’engager directement dans un parti, il a tout de même dû faire usage de sa plume. Il y a là de sa part comme une justification a posteriori, le texte destiné à ses enfants ayant été rédigé à partir de 1653. Mais tous ses confrères n’ont pas la même prudence ni la même politesse. La régence est en effet pour certains une période qui permet de libérer la parole.

Une liberté de parole retrouvée : la dénonciation du ministériat

12Dès le début de la régence, des avocats parlent d’enjeux politiques. Si les membres du barreau généralement, par leur profession, n’ont pas directement part aux affaires de l’État, certains ne se privent pas d’aborder le sujet lorsqu’ils défendent des personnages qui ont eu des responsabilités. Claude Gaultier (1590-1666) par exemple, reçu avocat en 1611, plaide dans des affaires auxquelles il donne une connotation largement politique. Il y exerce pleinement tout le mordant de son art oratoire qui lui vaut alors le surnom de « Gaultier la gueule » et dresse des portraits au vitriol de ses adversaires.

  • 11 Claude Gaultier, Les Plaidoyers de maître Gaultier, vol. II, p. 419 de l’édition de 1688.

13On peut prendre comme exemple le procès qui oppose Pierre Deslandes-Payen à Alphonse du Plessis, cardinal archevêque de Lyon. Deslandes-Payen occupait la charge de conseiller au parlement de Paris. Il avait été destitué par Richelieu alors principal ministre. Lors de ce procès, il se défend contre le frère du feu ministre au sujet de la restitution du prieuré de la Charité-sur-Loire. La disgrâce de Deslandes-Payen remonte à la journée des Dupes (11 novembre 1630). À l’époque, le plaignant possédait des biens importants. Outre son office de conseiller, il était pourvu du bénéfice de la riche abbaye de la Charité. Aux yeux de Richelieu, il avait pour tort principal d’être, encore en 1632, « secrétaire des commandements de la Reine mère11 ». Quand Marie de Médicis, d’abord reléguée au château de Compiègne, réussit à prendre la fuite le 18 juillet 1632, ses fidèles serviteurs, désireux d’échapper aux représailles, la suivirent rapidement. C’est ainsi que le conseiller Deslandes-Payen gagne lui aussi la Flandre. Richelieu, fort de sa victoire sur le parti dévot, étend les sanctions à tous les serviteurs de la reine mère. Il s’en prend aussi aux biens des disgraciés, leur enlevant ainsi toute assise économique. À cette occasion, il s’approprie le bénéfice de la Charité-sur-Loire et ses grands revenus, d’autant plus facilement que son ancien titulaire a quitté le royaume sans congé du roi.

14La disparition de Richelieu modifie la situation politique. De nombreux bannis sont de retour dont Pierre Deslandes-Payen. Il demande très rapidement réparation du préjudice subi. Le 29 août 1643, le jeune roi lui accorde le rétablissement de sa charge de conseiller et de ses biens. Mais le frère du défunt ministre n’entend pas se laisser dépouiller sans réagir. Après des années de procédure, en dernier recours, l’archevêque de Lyon présente une requête civile. Celle-ci est rejetée le 16 mars 1648 par le parlement qui accorde définitivement le bénéfice à son premier titulaire.

15Claude Gaultier participe aux deux procès en 1646 et en 1648. Il y dénonce avec ardeur les abus du ministériat. L’avocat plaide avec d’autant plus de sérénité que son adversaire est affaibli. Personne n’aurait osé jusqu’en 1642 élever la voix contre un proche du principal ministre. Mais depuis la situation a bien changé et Gaultier s’en félicite :

« Mais nous ne vivons plus dans le siècle de la violence, la Justice a repris son ancienne liberté, les Magistrats ne souffrent plus de contrainte dans leurs suffrages, leurs jugements ne reçoivent plus les impressions d’une autorité dominante, et la mort d’un Ministre violent et impérieux a mis fin à cette tyrannie dangereuse qui corrompait les plus pures sources de la Justice. »

16Le ton est donné. Ici le plaidoyer a une véritable résonance politique. L’avocat mise sur l’idée que les magistrats seront solidaires d’une victime du « ministériat », qui plus est un de leurs collègues. L’avocat joue sur l’esprit de corps tout en flattant les juges et leur souci d’indépendance. Au moment où l’autorité de Mazarin est au centre des polémiques (mars 1648), c’est une stratégie habile ! Gaultier dénonce la raison d’État et « les entreprises de ce sujet insolent ». Il appuie l’idée que Richelieu n’était (n’aurait dû être) qu’un simple sujet et que le pouvoir qu’il a exercé offense l’ordre naturel de la société. La dénonciation de la concentration des pouvoirs de la monarchie entre les mains d’un simple ministre est un des thèmes phares de la contestation. Il dresse un portrait cinglant de celui dont il réduit l’action politique à l’écrasement de tout ce qui pourrait contester son autorité. Il parle de la « justice captive », invoque le souvenir du « sang des plus illustres familles de toute la France » contre un homme qui a « troublé toute la terre, ébranlé tous les Royaumes, porté la désolation jusqu’où sa malignité se pouvait étendre ». Durant toute la plaidoirie, les malheurs du conseiller Deslandes-Payen font corps avec ceux du peuple français. L’avocat demande aux juges qui ont recouvré leur liberté de parole de rétablir la situation telle qu’elle était avant les interventions de Richelieu. Selon Gaultier, la société a déjà jugé le défunt ministre : « Pendant sa vie tout le peuple l’adorait en tremblant, mais à peine venait-il de rendre son dernier soupir que la voix publique l’a condamné. » Ces arguments portent puisque la requête du frère de Richelieu est rejetée. Celui-ci semble partager la disgrâce posthume de son frère puisqu’il est abandonné par ses amis dont Michault-Fleuri, le président de la Chambre, qui finalement emporte la décision en faveur du conseiller. La critique du feu ministre semble avoir un écho particulier et alimenter les esprits qui dénoncent publiquement le gouvernement d’un autre cardinal : Mazarin. Dans le contexte de tension, les arguments politiques des avocats sont particulièrement susceptibles de recevoir un écho favorable. Les membres du barreau sont d’ailleurs très attachés aux responsabilités dont ils pensent être les dépositaires. Même s’ils sont bien souvent aussi les obligés de hauts personnages, ils se veulent les champions des libertés et en quelque sorte des garants du « bien public », expression qui revient dans plusieurs plaidoyers. Ce type de texte est le reflet d’une liberté de parole retrouvée par laquelle s’exprime le ressentiment de groupes sociaux dont la Fronde devient une des expressions.

Une institution prudente mais déterminée : le barreau de Paris

17Une des questions à se poser est celle de la réaction de l’ordre en tant qu’institution durant cette période ainsi que l’état d’esprit des avocats qui le composent et les préoccupations qui guident leur action.

Liens avec le parlement pour la libération de Broussel

18Il est impossible de se faire une idée précise des sentiments politiques qui ont animé l’ensemble des différents avocats. Il est néanmoins une période pour laquelle on a des informations globales sur l’attitude du barreau. Il s’agit des journées des mois de juillet et août 1648. À partir de janvier 1648, en effet, s’engage une épreuve de force entre le gouvernement et le parlement au sujet de la pression fiscale. Le parlement use et abuse de son droit de remontrances pour marquer son opposition à un gouvernement qui entend l’obliger à enregistrer sans cesse de nouveaux édits fiscaux. La question du droit annuel, posée en avril, met le feu aux poudres. Les membres des cours souveraines, à l’exception du parlement, doivent en effet abandonner quatre années de gages pour que la possibilité de transmettre leur office soit renouvelée. Cette mesure est considérée comme un racket par les officiers qui ne tardent pas à réagir en décidant, le 13 mai, d’un « Arrêt d’union » par lequel le parlement invite les autres cours souveraines de Paris (Chambre des comptes, Cour des Aides et Grand Conseil) à le rejoindre dans la chambre Saint-Louis pour discuter des réformes à entreprendre afin de réorganiser l’État. La première de ces réunions a lieu le 16 juin. À ce moment-là, les avocats ne semblent pas directement concernés. En effet, contrairement aux magistrats, ils ne sont pas des officiers, la question des gages et du droit annuel ne les touche donc pas véritablement.

19Néanmoins, plusieurs raisons sociales et institutionnelles font que, dès mai 1648, le barreau suit avec beaucoup d’attention ce qui se passe au Palais. Tout d’abord, il convient de rappeler que bon nombre d’avocats sont apparentés de près ou de loin à des membres de cours souveraines. Les Auzanet, Defita, Didier, Dupré, Le Noir, Montholon, Pollart et autres Pucelle ont des parents au parlement ou à la Chambre des comptes. Il s’agit pour la plupart de fils, de gendres, de cousins ou de beaux-frères. Il est certain que ces alliances ont des conséquences sur la réaction des avocats face aux événements de la Fronde parlementaire. Il existe aussi des solidarités à caractère professionnel. Quelques avocats cumulent en effet leur profession et des offices au Parquet. Louis Bourneau et Florent Parmentier sont ainsi à l’époque en même temps substituts du procureur. Les avocats, en outre, lorsqu’ils sont au barreau, sont au contact direct de bon nombre de magistrats. La fréquentation professionnelle n’est pas sans créer, à la longue, des liens très importants entre le parlement et le barreau. Ainsi Louis Nublé, avocat depuis 1627, est-il un ami intime du conseiller Pierre Broussel. Les questions du bien commun et de la politique fiscale sont centrales dans les deux institutions, comme le montrent un certain nombre de plaidoyers du temps. Magistrats et avocats se veulent, chacun à leur place, les défenseurs du droit et par là même des intérêts de la société. Ils sont ensemble hostiles aux traitants qui mettent les contribuables en coupe réglée pour recueillir le plus d’impôts possible. On les accuse d’ailleurs de ne pas se contenter de collecter de l’argent pour le roi mais aussi en grande partie à leur profit personnel, ce qui soulève volontiers le mécontentent d’une part importante de la société parisienne. Ces liens entre le barreau et le parlement sont cimentés par des conceptions convergentes sur les grands principes de gouvernement. Ils se mettent à fonctionner à plein au plus fort des événements violents de l’été 1648.

20Lorsque le gouvernement tente de reprendre la main et d’intimider le parlement par l’arrestation de deux de ses meneurs, la situation se tend au barreau. C’est à l’occasion du Te deum célébré à Notre-Dame pour commémorer la victoire des troupes royales menées par Condé à Lens que le conseil d’En Haut fait arrêter le conseiller de la Grand Chambre, Pierre Broussel, et un des présidents aux Enquêtes, René Potier de Blancmesnil. L’arrestation se déroule le mercredi 26 août 1648. Dès l’annonce de l’arrestation de Broussel à son domicile, la nouvelle se répand comme une traînée de poudre. Comme l’a montré Jean-Louis Bourgeon, le mouvement a démarré dans la Cité dont les habitants constituent l’une des « populations les plus éveillées politiquement de la capitale ». Ce cœur de la ville a d’ailleurs une attitude particulière, c’est un quartier

  • 12 Jean-Louis Bourgeon, L’île de la Cité pendant la Fronde, op. cit., p. 127.

« où ne jouent pas, réflexes inséparables, d’un côté la violence, de l’autre la peur sociale, et cela permet aux “bourgeois” de la Cité d’être les plus décidés dans l’émeute. C’est dans la Cité que se tendent, le 26 août, les premières chaînes, que le lendemain s’élèvent les premières barricades : réprobation unanime après l’enlèvement de Broussel12 ».

21En quelques heures, la ville se couvre de centaines de barricades qui bloquent la circulation et empêchent le libre déplacement. Les avocats ne sont sans doute pas les derniers à participer à ce mouvement. Dès les arrestations connues, les marchands ferment leurs boutiques. Les avocats ne tardent pas à les suivre. Dès le 27 août, tous les avocats de Paris ont cessé leur activité. Le barreau en tant qu’institution, sous la direction du bâtonnier Jacques Picard, se met en grève pour soutenir les prisonniers.

  • 13 Arch. nat., M. C. : XVIII (Chalons), 294, 9 avril 1657.
  • 14 Jean-Louis Bourgeon, L’île de la Cité pendant la Fronde, op. cit., p. 137.

22Dans cette conjoncture « insurrectionnelle », il est certain que nombre d’entre eux se sont portés aux barricades. Ils ont d’ailleurs souvent chez eux du matériel qui peut servir à se défendre en cas de troubles. Louis Goislard, par exemple, a dans le grenier de sa maison située rue Saint-Victor, paroisse Saint-Étienne-du-Mont, rien moins que « deux fusils, l’un à rouet, quatre mousquets, quatre épées, trois pistolets d’arson, un de poche, une carabine, une hallebarde, un corps de cuirasse et une pertuisane à l’antique13 ». On ne sait si cet avocat, reçu en 1607, participe lui-même aux barricades et aux gardes. Son clerc l’y remplace peut-être. Quoi qu’il en soit, nombre d’avocats possèdent des armes qu’ils peuvent avoir utilisé lors des journées des 27 et 28 août 1648. Jean-Louis Bourgeon rappelle en effet que les « gens armés qui stationnent aux alentours du Palais sont les domestiques, valets ou même clercs des officiers du parlement14 » et des avocats. Les études de ces derniers rouvrent cependant peu après et leur activité reprend, puisque le président de Blancmesnil est libéré le 27 août au soir et que le 28 au matin c’est au tour du « bonhomme Broussel ». La figure de ce dernier est très populaire dans la population parisienne et son arrestation a mis le feu aux poudres. Elle provoque une très vive émotion au sein du barreau, comme le montre un des sonnets écrits par Bonaventure de Fourcroy, tout jeune avocat en 1648. Intitulé Sur le portrait de Monsieur de Broussel conseiller au parlement, il est édité avec d’autres en 1651 :

  • 15 Bonaventure de Fourcroy, Sonnets à Monseigneur le prince de Conty, Charles du Mesnil, Paris, 1651, (...)

« Je le vois ce Héros, ce noble Sénateur,
Ce père des français, l’invincible Broussel,
D’un généreux mépris plein d’ardeur et de zèle
Soumettre à sa vertu l’espérance et la peur.
Je vois l’Italien écumant de fureur
L’arrêter prisonnier d’une main criminelle,
Le Français d’autre part en faire sa querelle,
Et lui parmi ces feux maintenir sa froideur.
Disons que ce Caton est une forteresse
Qui se rit des assauts du soldat qui la presse,
Et fait de ses efforts un sujet de mépris :
Mais la comparaison est contraire à l’Histoire,
Car nos yeux sont témoins que sa plus grande gloire,
C’est d’avoir en trois jours été pris et repris15. »

23On voit bien ici la haine inspirée par Mazarin, qualifié d’ » Italien écumant de fureur » et rendu seul responsable de l’arrestation du conseiller. Or, il n’a pas été seul à prendre cette décision. La Régente, Gaston d’Orléans, le chancelier Séguier et le ministre d’État Chavigny ont aussi participé à la réunion du 25 août. Mais seul Mazarin est pris pour cible dans ce poème !

Contre le parlement de Pontoise

  • 16 Nicolas Johannès Du Portail, Discours sur la députation du parlement à M. le Prince de Condé, 1649 (...)

24Après cette grève de deux jours, le barreau se manifeste en tant qu’institution lors d’un second épisode. Le 3 juillet 1652, par une déclaration, Louis XIV (majeur depuis le 7 septembre de l’année précédente) signe une déclaration qui transfère le parlement à Pontoise. Anne d’Autriche et Mazarin entendent encore intimider les opposants. La manœuvre n’a que peu de résultat, puisque sur près de 240 membres de la compagnie, seuls dix-sept obéissent (trois présidents et quatorze conseillers). Le reste des membres du parlement refuse de quitter Paris. Le barreau se solidarise là encore avec le parlement. Son doyen Julien Brodeau est assez actif lors de cet épisode. Le « parlement de Pontoise » peut bien enregistrer des édits, mais en aucun cas fonctionner comme un tribunal ordinaire. La situation se calme assez rapidement et l’amnistie est prononcée dès le 26 août, puis renouvelée suite au retour du roi à Paris le 21 octobre 1652. Dans ce « combat d’autorité contre autorité », selon l’expression du chancelier Séguier, le barreau se range derrière le parlement. Dans ces circonstances, les avocats expriment une solidarité de corps avec les magistrats. Ils se souviennent qu’ils sont appelés dans les actes notariés « avocats en la cour de parlement ». L’unité du barreau se fait derrière le parlement, contre les abus « du Mazarin ». Les avocats reconnaissent et soutiennent ensemble la légitimité des magistrats, en particulier dans leur lutte contre la politique fiscale du gouvernement. Pour eux, les membres du parlement sont une sorte de régulateur du pouvoir. Car « leur institution étant aussi ancienne que la Monarchie, ils sont les dépositaires des lois fondamentales de l’État, et sont obligés en leurs consciences, et par le devoir de leurs charges, de s’opposer aux entreprises des Ministres et des Favoris, et de renoncer plutôt à leurs dignités que de souffrir que les lois soient violées16 ». Il y a dans ce discours un attachement à un légalisme que le parlement représente et à un équilibre des pouvoirs qui ne peut souffrir les abus du gouvernement. Cette opinion est assez largement répandue au barreau, mais d’autres éléments font agir et réagir ses membres.

Des enjeux économiques et sociaux : les rentes et la question de l’ordre

25La question des rentes est aussi un des enjeux de l’agitation de la période. Comme de nombreux parisiens, les avocats ont largement souscrit des rentes sur l’État. Près de 9 membres du barreau sur dix en ont souscrit. Dans la situation des finances publiques de l’époque, ils sont sans cesse victimes des mesures de retranchement et de retard dans le paiement des intérêts qui habituellement se font par quartier, quatre fois l’an. Dans l’étude que j’ai réalisée concernant la composition des fortunes des avocats parisiens, j’ai pu montrer que les principaux de ces rentes en constituent la part la plus importante avec 44,8 % du total. Certains avocats possèdent de très nombreuses rentes sur des particuliers, mais aussi sur des institutions officielles dont les fermes chargées du recouvrement des impôts et taxes (aides, tailles et gabelles). Les principaux de rentes représentent ainsi 56,7 % de la fortune d’Edme Didier le jeune (estimée à près de 350 000 livres) et 74,5 % de celle de Barthélemy Auzanet (qui se monte à plus de 250 000 livres). On comprend que ces avocats aient été attentifs à la régularité du versement des intérêts. Nombre d’entre eux tiennent des livres de comptes dans lesquels ils inscrivent les rentes qu’ils possèdent, la date des quartiers qu’ils doivent en recevoir et les arrérages qui leur sont dus.

  • 17 Mémoires de Guy Joly, conseiller au Châtelet de Paris, éditées par M. Petitot, in Collection des m (...)
  • 18 Voir la description qu’Hubert Carrier fait des ces affichettes dans La presse de la Fronde, op. ci (...)
  • 19 Factum contenant les justes défenses des rentiers de l’Hôtel de Ville de Paris et les moyens vérit (...)
  • 20 Ibidem, p. 27.

26Bien des avocats ont des rentes sur l’Hôtel de Ville de Paris. Ce sont des emprunts d’État souscrits à l’Hôtel de Ville et dont les intérêts sont distribués sous l’autorité de la municipalité. Dès 1648 et durant toute la Fronde, l’agitation autour de la question des rentes agite la bourgeoisie parisienne. Dès que des difficultés apparaissent, entraînant des retards de versement des intérêts, les rassemblements se multiplient au parlement et à l’Hôtel de ville. Les rentiers s’organisent pour se défendre. Au cours de leurs assemblées, ils élisent ainsi douze représentants, les syndics, chargés de veiller à leurs intérêts auprès des autorités responsables et d’organiser le mouvement17. Au moins deux avocats figurent parmi les syndics et sont très actifs : Mathieu Des Martineaux et Nicolas Johannès du Portail. Le premier est un homme d’une soixantaine d’années, membre du barreau depuis 1607, le second est bien plus jeune puisqu’il est n’avocat que depuis 1635. Mathieu Des Martineaux est ainsi l’un de ceux qui écrivent, font imprimer et affichent des placards en 1649 pour appeler les rentiers à s’assembler au parlement le 4 décembre et à l’Hôtel de Ville le 618. Du Portail quant à lui publie un factum concernant les rentes. Il y défend la position des rentiers et le fait que l’on « veut faire passer leurs larmes pour criminelles et accuser leurs assemblées de sédition et de révolte, afin d’étouffer leur voix19 ». Il dénonce ensuite avec virulence les membres de la municipalité parisienne « qui refusent non seulement leurs soins et leurs affections au public mais qui soutiennent hautement que les demandeurs ne sont point parties capables de défendre leurs intérêts en justice ». Il s’en prend ensuite à la « pompe » des fermiers et adjudicataires qu’il oppose à la pauvreté et à la misère des rentiers. Il y a là une attaque en règle contre le système fisco-financier du temps et les expédients qui permettent au gouvernement de subvenir à ses besoins. Il prend pour cible « les cinq grosses fermes et principalement les Tailles dans lesquels s’est fait un si grand brigandage que si l’on voulait se donner la peine d’en faire la recherche, les rentiers seraient bientôt en état de fermer la bouche à des personnes qui, par leur violence et leur crédit, ont opprimé la liberté publique et qui veulent encore continuer cette oppression20 ». Il s’agit donc ici de faire rendre gorge aux traitants en les traînant en justice, thème assez classique. C’est Johannès du Portail qui prend même, le 4 décembre, la tête de la manifestation des rentiers au Palais pour se rendre chez le premier Président et y exposer les revendications. Il faut cependant bien se rendre compte ici que le problème des rentes est dans ce cas largement instrumentalisé en sous-main à des fins politiques. Du Portail est en effet, nous y reviendrons, un des hommes du coadjuteur et son action pour les rentiers n’est ni spontanée ni désintéressée. Elle permet de faire durer l’agitation, y compris jusqu’en 1652. Le souci réel des avocats qui possèdent des rentes est donc largement utilisé par ceux qui entendent mettre le pouvoir en difficulté.

27Mais cependant, l’agitation pose à la longue des problèmes aux membres du barreau. Le grand soin que les avocats portent à leurs affaires peut laisser croire que, lorsque la Fronde devient synonyme de danger, de gardes répétées, d’impositions accrues (les Princes voulant lever un impôt en août 1652) et donc de mauvaises affaires, ceux-ci modèrent leurs humeurs frondeuses. La sécurité et la stabilité économique prennent chez certains le pas sur une colère bien compréhensible, déclenchée par les attaques contre le monde de la robe duquel ils se sentent proches. C’est cette lassitude qu’exprime Guillaume Bluet dans un texte publié en 1652 :

  • 21 Avis sincère aux Bourgeois de Paris, sur ce qui s’est passé en leur Ville, depuis l’an 1648, s. l. (...)

« Je m’adresse à vous, que l’on appelle ordinairement bons Bourgeois de Paris et non pas à cette poignée d’hommes gagés et suscités par cabale qui embrassent impétueusement toutes sortes de nouveautés et qui se portent à tous excès, sans faire réflexion sur les suites et sur les conséquences. Je ne vous dissimulerai pas néanmoins que c’est vous-mêmes qui êtes coupables de tous ces désordres et qui par lâcheté et connivence avez attiré sur vous les misères qui vous accablent21. »

  • 22 Propositions chrétiennes d‘un député à la chambre Saint Louys, pour le soulagement des Pauvres, 16 (...)

28Le problème des misères engendrées par la guerre est aussi visible dans un texte publié par Claude Joly. Cet avocat qui est aussi chanoine de Notre Dame s’alarme et entend trouver des solutions afin de « mettre ordre à la multitude des pauvres qui mendient par Paris, causée par la guerre et la cessation du commerce22 ». On a là une vision assez convenue de la pauvreté et la dénonciation crue des problèmes qu’elle soulève. Il évoque la nécessité de « prévenir encore les maladies contagieuses que pourrait apporter la fréquentation continuelle de tant de personnes malades et languissantes » et le besoin de combattre « la continuation des vices que produit la mendicité et fainéantise de quantité de gueux qui se mêlent parmi les véritables Pauvres, auxquels ils dérobent l’aumône… » La question du retour à l’ordre se pose donc car les troubles ont fini par perturber le cours normal de la vie. En dehors des deux épisodes d’action collective menée par le barreau, nombre d’avocats sont attentistes et souhaitent, après quatre années de conflit, un certain retour à la normale.

Des engagements individuels importants : variété d’une profession libérale

29Néanmoins, nombre d’avocats, après la Fronde parlementaire, continuent à déployer leur activité. Des membres du barreau impliqués dans les événements semblent alors naviguer au fil de leurs amitiés et des retournements de certains grands personnages. On ne possède pas d’indications générales sur la position de chacun d’entre eux entre 1648 et 1653. Néanmoins, on connaît les engagements politiques et certaines des actions de quelques avocats qui ne ménagent pas leur peine dans les batailles des différentes Frondes au cours desquelles les conflits politiques se doublent d’affrontements de personnes dont les ambitions et les actions sont divergentes. Les alliances sont complexes et mouvantes. Dans ce dédale d’intrigues, on retrouve des avocats dans tous les camps. Si le barreau s’est montré uni et en deux occasions solidaire du parlement, il faut bien constater que pour le reste, il n’y a pas d’unité des avocats. On rencontre à la fois des combattants d’un jour, dont les sources laissent entrevoir une action ponctuelle, mais aussi des avocats engagés des années durant en particulier au sein des équipes de presse des différents partis. L’étude d’Hubert Carrier sur La presse de la fronde est très précise et particulièrement utile pour se rendre compte de la façon dont fonctionnent les réseaux de propagandistes au service des principaux acteurs de l’agitation. Des avocats participent activement à l’écriture et à la diffusion des pamphlets. Ils utilisent aussi leurs relations pour faire avancer la cause qu’ils défendent. Parfois même ils sont au premier plan, animent les réseaux de leur « maître » et participent à en définir la stratégie. Entre eux, des avis divergents apparaissent quand les combats se cristallisent autour de personnalités qui entrent en conflit. Quelques exemples aident à se former une idée des divisions qui se créent au cours de la période entre des hommes qui n’en restent pas moins, en principe, des confrères.

Autour du coadjuteur

  • 23 L’histoire du temps ou le véritable récit de ce qui s’est passé dans le parlement depuis le mois d (...)
  • 24 Hubert Carrier, La presse de la Fronde…, op. cit., vol. I, « La conquête de l’opinion », Genève, D (...)
  • 25 Ibid., p. 100.
  • 26 Nicolas Johannès Du Portail, Discours sur la députation…, op. cit., p. 2.
  • 27 Ibidem, p. 11. Ce n’est en effet que le 18 janvier 1650 que les princes sont arrêtés.
  • 28 Nicolas Johannès Du Portail, Croisade pour la conservation du roi et du royaume, 1652, M 12707.

30Parmi les hommes les plus actifs de la Fronde parisienne, on rencontre Jean François-Paul de Gondi, coadjuteur de l’archevêque de Paris, son oncle, depuis 1643. Ce turbulent personnage a su attirer dans son entourage plusieurs avocats. Les deux plus actifs sont Nicolas Johannès Du Portail et Olivier Patru. Tous deux mettent leur plume au service du coadjuteur. Du Portail, dont nous avons déjà évoqué les écrits pour les rentiers, compose à la demande du coadjuteur son Histoire du temps. Il y prend violemment à partie les ministres jugés responsables de tous les maux du pays. L’auteur dénonce ce qu’il nomme « les crimes de nos ennemis et de nos tyrans23 ». Cet ouvrage de 336 pages reproduit certains documents tirés des registres du parlement où siègent ceux qu’il nomme « les pères de la Patrie ». Mazarin est plus spécialement visé. Il est présenté comme l’homme le « plus lâche lorsqu’il trouvait de la résistance dans ses pernicieux desseins » et le « plus insolent quand il était absolu et que tout pliait à sa violence ». Nicolas Johannès Du Portail est effectivement, comme le présente Hubert Carrier, « l’un des principaux libellistes du coadjuteur tout au long de la Fronde24 ». Sa participation aux événements est très active. Il rappelle que Retz utilise des « morceaux entiers » de cette Histoire du temps lorsqu’il rédige ses Mémoires. C’est bien la preuve que les écrits de Du Portail sont en cohérence avec la pensée de son maître. Cet avocat est ensuite l’auteur d’un autre écrit, paru en mai 1649 sous le titre de discours sur la députation du parlement à M. le prince de Condé. Pour Hubert Carrier, c’est avec ce texte qu’il « donne toute la mesure de son talent de pamphlétaire : c’est un libelle violent, bien écrit, incisif, et l’on comprend qu’il ait immédiatement déclenché une enquête de la police, qui ne réussit pourtant pas à remonter jusqu’à l’auteur25 ». Ce texte « ultra-frondeur » critique alors l’attitude du parlement et l’accuse de servilité à l’égard du pouvoir. Il rappelle quels sont les devoirs de la compagnie dont l’autorité devrait, si elle jouait bien son rôle, « tempérer » l’autorité royale. On est bien loin de l’unanimité montrée par les avocats pour soutenir le parlement en août 1648 ! Ce texte fait grand bruit, l’imprimeur Jean Boucher est menacé d’arrestation et doit se cacher alors que Bernard de Bautru, avocat au Conseil qui a porté le texte chez lui, est arrêté le 1er juin, interrogé par le lieutenant civil et traduit en justice devant le Châtelet qui, le 4 juin, le condamne aux galères. Bautru fait ensuite appel devant le parlement et est libéré le 9 juin. Mais la sévérité du Châtelet montre les risques encourus par l’auteur de ce texte ! Il faut dire qu’il est effectivement d’une rare violence. Il dénonce tour à tour la « prodigieuse lâcheté » du parlement, les « cruautés horribles », « la désolation des villes et des villages, du violement des femmes et des filles, de la profanation des Eglises » et autres « traitements barbares » que Condé a « fait souffrir à tant de personnes innocentes26 ». Ce texte est prémonitoire puisque s’adressant à Condé, il affirme que le peuple innocent « écoutera avec joie, ou tout au moins avec indifférence, la nouvelle de votre prison et le traitement rigoureux que l’on vous fera ressentir27 ». Johannès Du Portail est l’auteur d’au moins deux autres pamphlets très violents. Le premier, édité au début de janvier 1652, se nomme la Croisade pour la conservation du roi et du royaume28, texte assez curieux qui invite « les bons Français, fidèles sujets du roi », à adhérer à une société secrète, la croisade, constituée pour débarrasser la France de Mazarin, y compris physiquement ! Les conjurés prêtent serment sur la croix, l’autel et les évangiles de tout faire pour parvenir à leur fin. Il y développe une véritable mystique du complot. Les directeurs de l’association se donnent pour but de rassembler un trésor de 300 000 livres pour assurer le succès de leur mission et recruter d’autres conjurés. On ne peut sérieusement connaître le degré de sincérité d’un tel texte ni ses effets réels. Mais il a un retentissement certain, en particulier dans certains milieux catholiques proches de la Compagnie du Saint-Sacrement dont il copie le goût du secret et de l’organisation.

  • 29 Nicolas Johannès Du Portail, Moyens infaillibles pour faire périr le cardinal Mazarin, 1652, M. 11 (...)
  • 30 Bibl. Mazarine, Inc. 1, fol. 1.

31Le second de ces écrits, anonyme mais aussi de sa main, porte un titre qui résume son programme : Moyens infaillibles pour faire périr le cardinal Mazarin29. Il appelle les Parisiens à l’action contre le ministre haï. L’auteur propose d’ôter au cardinal l’envie de rester en France en lui confisquant tous ses biens. Il s’agit de le « tuer » en lui ôtant les moyens de vivre. Le texte recense tous les biens lui appartenant à Paris et appelle à ce qu’ils soient saisis et vendus. Il dénonce avec violence les partisans du ministre en affirmant qu’ « on peut donner les noms et domiciles d’une infinité d’espions gagés de Mazarin, lesquels font toutes les nuits des assemblées en plusieurs quartiers de cette ville, notamment dans l’une des maisons dudit Mazarin, lesquels ne rendent qu’à de pernicieux desseins, dont Mazarin flatte son imagination et abaisse ceux qui le protègent ». C’est dans ce contexte qu’est par exemple vendue aux enchères, les 23 et 24 mars 1652, la bibliothèque de Mazarin. C’est d’ailleurs Jean Joubert, seigneur de Bricourt, avocat depuis 1618 et conseiller du roi qui se porte acquéreur de l’une des plus belles pièces. Il achète en effet la bible à 42 lignes, dite de Gutemberg, élaborée à Mayence vers 1452. Il y trace à la plume son ex-libris en latin pour bien montrer qu’il en est le nouveau propriétaire. On peut lire sur cet ouvrage : Liber bibliothecae Jani Joberti cameraii laïci ecclesiae Parisiensis et in curia patroni 30 (Livre de la bibliothèque de Jean Joubert, camérier laïc de l’Église de Paris et avocat au parlement). L’avocat rend cependant le livre à Mazarin l’année suivante quelque temps après qu’il soit rentré à Paris !

Bible de Mazarin avec ex-libris de Jean Joubert, 1652, Bibliothèque Mazarine.

  • 31 Jean-François-Paul de Gondi, cardinal de Retz, Œuvres, M.T. Hipp, M. Pernot (éd.), Paris, 1984, p. (...)

32Cet exemple montre bien cependant les effets importants que peuvent avoir dans l’opinion publique du temps des textes aussi habiles et violents que ceux de Nicolas Johannès du Portail. Hubert Carrier résume bien le rôle de cet avocat qui figure parmi les animateurs du bureau de presse de Gondi : « Du Portail avait toutes les qualités qu’un chef de parti pouvait demander à un pamphlétaire : le talent, la hardiesse, la chaleur de conviction et la fidélité. » Cette fougue lui attire néanmoins des sanctions. Louis XIV et Anne d’Autriche rentrent à Paris le 21 octobre 1652. Le lendemain, un lit de justice se tient au Louvre, une large amnistie est proclamée mais quelques agitateurs doivent quitter Paris sur ordre du roi. Parmi eux se trouve Johannès du Portail31. Ce bannissement est temporaire, mais il marque bien le fait que cet avocat a été l’un des acteurs majeurs de l’agitation à Paris.

  • 32 Ibidem, p. 625. Le texte de Patru a pour titre exact : Réponse du curé à la lettre du Marguillier (...)

33Olivier Patru est aussi un avocat très actif aux côtés du coadjuteur. Dans la seconde partie de ses Mémoires, celui qui est devenu le cardinal de Retz évoque un des épisodes auxquels il fut mêlé : « Sarasin, secrétaire de M. le prince de Conti, fit contre moi La Lettre du Marguillier au curé, qui est une fort belle pièce. Patru, bel esprit et fort poli, y répondit par une Lettre du Curé au Marguillier, qui est très ingénieuse32. » La Lettre d’un marguillier de Paris à son curé sur la conduite de Monseigneur le coadjuteur paraît entre le 4 et le 7 septembre 1651. Le pamphlet de Patru, composé en 26 articles, est édité peu de temps après. On pense que Gondi a participé, avec Olivier Patru, à l’élaboration de sa défense. Patru démonte point par point toutes les accusations portées contre son maître en particulier celles qui font de lui le responsable de la journée des barricades d’août 1648 :

« Pour les barricades, il est difficile d’en savoir l’auteur ; toute la ville fut d’un même branle, on vit ce grand ouvrage dans un instant achevé. C’est ainsi que Dieu agit quand il veut faire paraître par des voies extraordinaires sa puissance et sa justice. C’est un miracle qu’il a voulu faire en faveur de l’innocence opprimée. Il n’y a donc personne qui ne puisse innocemment avoir part à ce prétendu crime. »

  • 33 Jean-François-Paul de Gondi, cardinal de Retz, Œuvres, op. cit., p. 751.

34L’avocat est à cette époque très proche du coadjuteur. Ils collaborent à l’écriture et à la publication de plusieurs libelles différents. Patru assiste Gondi et le suit dans les rencontres qu’il peut avoir avec les différents protagonistes de la Fronde. Ce dernier s’en souvient lorsqu’il rédige ses mémoires, 25 ans après les événements. Évoquant les échanges qu’il a eus avec Gaston d’Orléans en octobre 1651, il écrit : « Monsieur ne s’ébranla point, quoi que je lui pusse dire, et il fallut se réduire au parti de brousser à l’aveugle, de jour à jour : c’est le nom que Patru donnait à notre manière d’agir33. » Ainsi, même lorsque les événements et l’incertitude des rapports de force et des alliances poussent Gondi à avancer à travers bois, hors des chemins habituels, Olivier Patru lui reste fidèle. L’avocat reste d’ailleurs attaché à celui qui est devenu le cardinal de Retz, même après l’arrestation de celui-ci le 19 décembre 1652, ainsi que durant son enfermement à Vincennes. Jacques de Lhommeau, avocat depuis 1645, est dans le même camp, même si son rôle est plus modeste.

  • 34 Claude Joly, Histoire de la prison et de la liberté de Monsieur le Prince, 1651, M 12023.
  • 35 Claude Joly, Recueil de maximes véritables et importantes pour l’institution du roi, contre la per (...)
  • 36 Roland Mousnier, Les institutions de la France sous la monarchie absolue, t. II, Paris, PUF, 1980, (...)
  • 37 Michel Pernot, La Fronde, Paris, de Fallois, 1994, p. 359.

35Un autre avocat est aussi proche de Gondi, il s’agit de Claude Joly. Son engagement cependant est moins univoque. Même s’il a un rôle moins important que Du Portail ou Patru, Claude Joly est aussi, au moins épisodiquement, un soutien actif du coadjuteur. Ses liens avec Jean-François-Paul de Gondi sont de plusieurs types. Il convient d’abord de se rappeler qu’il est l’oncle du conseiller au Châtelet Guy Joly, secrétaire du coadjuteur. Ce lien de famille semble être un des éléments importants qui motivent l’engagement de Claude Joly. Un second élément à ne pas oublier est que Claude Joly est aussi chanoine de Notre Dame. Par cet état, il a rencontré Gondi qui entend devenir, à la disparition de son oncle, archevêque de Paris. Depuis 1643, le coadjuteur joue en effet un rôle important dans l’administration de l’archevêché et travaille dans ce cadre avec les chanoines. Joly est absent de France lors du début des évènements de la Fronde. Il a participé aux négociations du congrès de Munster, de 1646 à 1648. Il est ensuite de retour dans la capitale mais effectue quelques temps après un voyage à Rome, d’où il ne rentre qu’en 1650. C’est du fait de cet éloignement des événements que les trois ouvrages frondeurs de cet avocat ne sont rédigés et publiés que tardivement. Ils montrent la complexité de ses idées, sa sympathie pour Gondi, mais aussi pour la Fronde parlementaire et pour le prince de Condé. Son engagement est donc multiforme. Contrairement à son neveu, il n’est pas inféodé uniquement et complètement au coadjuteur. En 1651, il publie une Histoire de la prison et de la liberté de Monsieur le Prince34. Cet ouvrage de 227 pages in quarto est très bien documenté sur les tenants et les aboutissants de l’emprisonnement de Condé, détenu du 18 janvier 1650 au 13 février 1651. Il s’achève par la description enthousiaste du retour du prince à Paris et de l’accueil chaleureux qu’il reçoit au Palais. Mais son ouvrage le plus important est publié en novembre 1652, période à laquelle le nombre des libelles est peu important. C’est en effet dans ce Recueil de maximes véritables et importantes pour l’institution du roi, contre la pernicieuse politique du cardinal Mazarin, prétendu surintendant de l’éducation de Louis XIV 35 que Claude Joly illustre le mieux ses talents de théoricien politique. Cet ouvrage tardif ne passe pas inaperçu. L’auteur s’y montre hostile à Mazarin et au système de gouvernement qu’il représente. Il théorise même cette opposition. Pour lui, il semble légitime que « les peuples » puissent demander au roi de rejeter les mauvais ministres, dont l’Italien est l’archétype. Il se montre également hostile à l’absolutisme tel qu’il a été mis en place depuis Richelieu. Il met lui aussi en avant les lois fondamentales du royaume qui encadrent le pouvoir du souverain. À l’aide d’arguments historiques (ou présentés comme tels), juridiques et théologiques, il exprime la volonté d’une monarchie vertueuse et limitée. Pour la création d’impôts et les déclarations de guerre, le roi doit prendre l’avis des États généraux ou à défaut celui du parlement. Pour Roland Mousnier, Claude Joly a puisé un certain nombre de ses idées politiques dans le fonctionnement du Ständestaat qu’il a vu se réunir en Allemagne lors de son voyage pour les négociations de Münster36. C’est pour cette raison qu’il propose la réunion régulière des États généraux et « la création d’une commission élue par eux qui siégerait dans l’intervalle des sessions et veillerait à l’application de leurs décisions37 ». Il se prononce donc avec force pour la mise à mal de la monarchie absolue. Cet ouvrage entraîne de vives réactions. En janvier 1653, il est condamné par le châtelet de Paris à être brûlé par la main du bourreau. La sanction est en effet mise à exécution, mais l’auteur, pour se moquer du discours de l’Avocat du roi qui l’a fait condamner, fait lui-même imprimer la sentence ! Cet avocat est donc à la fois très proche du parlement, de Gondi et de Condé. Le seul élément qui rapproche ces trois factions semble être le rejet de Mazarin. D’autres avocats ont des engagements plus nets en faveur d’un camp.

Au service des Princes

36Certains avocats s’engagent en effet du côté des princes à partir de 1650. C’est le cas de Bonaventure de Fourcroy. Il écrit différents poèmes qu’il ne publie qu’après l’élargissement, le 13 février 1651, de Condé, Conti et Longueville. Il dédie son ouvrage à Armand de Bourbon, prince de Conti (1629-1666). Son épître, empreinte de culture classique, est instructive quant aux motivations de ce jeune avocat :

« Les Romains, ces âmes généreuses qui sçavaient fort bien ces vérités, aimèrent mieux être dans la prison avec Caton, que dans le Conseil où était Jules Cesar, parce que le conseil où était Jules était un lieu d’iniquité, au lieu que la prison où était Caton, était une école de vertu. Votre prison, MONSEIGNEUR, nous a inspiré ces mêmes pensées et il n’était point de bon français qui ne préférât volontiers d’être avec vous dans Vincennes et dans le Havre, que dans la Cour avec cet autre Jules, qui n’est ni Cesar, ni de la famille des Cesars, mais qui en voulait usurper la puissance et l’autorité, comme il en porte le nom et la pourpre. On considérait la cour de ce Politique étranger, comme une prison véritable parce qu’on n’y voyait que des crimes ; et votre prison, comme une cour, où il n’y avait que trois Princes, mais où étaient toutes les vertus. »

37Cet avocat, dont on a vu qu’il est très attaché à la personnalité et au symbole que représentent Pierre Broussel et le parlement, écrit plusieurs poèmes qui célèbrent les princes. L’un d’eux recense et célèbre les victoires remportées par le Grand Condé de 1643 à 1646 : Rocroi, Thionville, Philippsbourg, Nördlingen et Dunkerque. Deux autres sonnets s’attaquent directement à Mazarin qui, au moment de leur publication, est en exil, ayant fui Paris le 6 février 1651. Un de ces poèmes a pour titre L’éminence foudroyé. L’animosité de l’auteur contre le cardinal est sans équivoque :

« Tombez, foudre, tombez, vous ferez moins de mal,
Laissez là les clochers, laissez là les montagnes,
Il n’est rien d’éminent comme le cardinal. »

  • 38 Jacques de Lescornay, Apologie particulière du duc de Longueville, Amsterdam, 1650, 116 p, M. 1063 (...)

38D’autres avocats s’engagent derrière les princes. Jacques de Lescornay a composé en 1650 un livre intitulé Apologie particulière du duc de Longueville38. La date d’écriture de ce texte n’est là encore pas innocente. C’est au moment où ce Grand, frondeur, est prisonnier que ce texte paraît. Il dénonce le machiavélisme supposé de Mazarin et énumère les qualités et faits d’armes de la maison du prince. Cet avocat fait partie de ceux qui, durant la période de la Fronde, sont ce qu’Hubert Carrier qualifie de « combattants épisodiques ». Jacques Adam, avocat reçu le 24 octobre 1648, s’est rangé, lui, derrière Monsieur. En effet, son père Guillaume Adam, mort en juillet de cette même année, avait été depuis 1644 un des avocats de Gaston d’Orléans au parlement et son maître des requêtes ordinaires. Chargé de défendre les intérêts de Monsieur pour ses terres normandes, il est logique que cet avocat ait pris fait et cause en toute occasion pour son maître. On peut ainsi penser que cet homme se serait rangé, s’il avait vécu jusque-là, derrière son maître durant les événements de la Fronde. De même, d’autres avocats employés par des Grands ne ménagent pas leurs efforts pour leur maître. On peut citer le cas de Claude Du Bosc de Montandré, avocat bordelais engagé en 1649 pour le coadjuteur, qui se place ensuite au service des princes au cours de l’été 1650. Il devient en 1651 le pamphlétaire pour ainsi dire officiel du Grand Condé et milite pour un gouvernement aristocratique. Mais il n’est pas le seul. Charles Févret (1583-1661), intendant du Grand Condé et avocat comme Du Bosc, n’entre pas à proprement parler dans le cadre de notre étude puisqu’il est membre du barreau dijonnais. La famille Condé dispose en effet, depuis 1631, du gouvernement de Bourgogne. Bon orateur, grand érudit et spécialiste du droit canon, cet intendant n’abandonne pas pour autant le barreau, malgré son importante charge au service d’un si puissant prince du sang. Il y plaide jusqu’à sa mort. Au niveau qui est le sien (il n’est pas intendant de la maison d’Orléans, ni le chef de la clientèle de Monsieur), Guillaume Adam fait partie des proches de Gaston d’Orléans. Par le serment qu’il a prêté, il est lié à son employeur. Il fait partie de la clientèle de l’oncle du roi. Son fils Jacques garde un lien avec celui qui a été des années durant le seigneur et patron de son père et s’engage lui aussi.

Pour Mazarin et l’absolutisme

  • 39 Jean-Louis Bourgeon, L’île de la Cité pendant la Fronde, op. cit., p. 137.
  • 40 Arch. nat., M. C. : LXXIII, 481, 5 novembre 1668.

39Il ne faudrait cependant pas croire que l’ensemble des avocats se sont rangés du côté des frondeurs qui, d’ailleurs, n’attaquent jamais le roi directement. Certains membres du barreau restent en effet prudents, légalistes et royalistes. D’autres sont même dans le camp de Mazarin. Le parcours de Jean Martinet est de ce point de vue intéressant. Cet avocat, qui a plus de 35 ans d’expérience professionnelle en 1648, est aussi membre du Conseil de la ville de Paris. Durant les événements, il est aux côtés de la municipalité parisienne lorsque éclatent les graves incidents du mois d’août. On sait combien le prévôt des marchands et les échevins de la ville essayent de calmer la fureur des Parisiens engendrée par l’arrestation de Broussel. Même si la situation leur échappe en partie, ils ne semblent pas très enclins à la révolte. Martinet est de ceux que Jean-Louis Bourgeon qualifie d’ » échevins royalistes39 ». Son attitude de retenue lui attire quelque temps après une sorte de récompense. Il devient en effet conseillerd’État le 26 octobre 1649 par des lettres de « sa majesté40 ». Il prête serment entre les mains du chancelier Séguier, le 18 novembre de cette même année. Or le Chancelier a gardé un cuisant souvenir des incidents de l’année précédente. Il a été, il ne faut pas l’oublier, malmené par les émeutiers le 27 août 1648, dans l’île de la Cité, alors qu’il se rendait au Palais. L’hostilité est alors telle qu’il doit, pour se sauvegarder, se réfugier dans l’hôtel de Luynes et ne doit son salut qu’à l’intervention armée du maréchal de La Meilleraie. Il est évident que l’attitude loyale de Jean Martinet a dû être irréprochable à son égard et à l’égard du pouvoir durant ces « journées révolutionnaires » pour qu’il soit choisi en 1649 comme conseiller d’État.

  • 41 Hubert Carrier, La presse de la Fronde, op. cit., vol. II, p. 23.
  • 42 Ibidem, p. 182.

40Il existe aussi des avocats qui se rangent dans le camp du principal ministre. Ils sont qualifiés par les frondeurs de « Mazarins ». Parmi eux, on trouve Ange de Massac, conseiller d’État lui aussi mais surtout membre du conseil de Mazarin et donc un de ses fidèles collaborateurs. Mais c’est l’action de Guillaume Bluet qui est la plus importante dans ce camp. Il tient quant à lui en effet un rôle de tout premier plan durant la période. Il est l’un des plus fidèles soutiens de Mazarin dans la capitale. Son rôle dans la bataille est fondamental. Il est non seulement un auteur de pamphlets talentueux, « habile apologiste de Mazarin41 », mais il se révèle surtout l’un des plus prolixes informateurs du cardinal sur ce qui se fait, se dit et s’écrit à Paris. Dans les papiers de Mazarin, on trouve de très nombreuses lettres échangées entre les deux hommes. L’un (Bluet) informe l’autre (Mazarin) et en reçoit les directives. L’avocat n’est cependant pas un simple exécutant. Il devient au fil des événements une des pièces maîtresses de la stratégie du ministre à Paris : « Après l’effacement progressif de Naudé en 1652, c’était en effet Bluet qui avait pris sa relève avec l’abbé Foucquet à la tête du bureau de presse du cardinal42. » Depuis 1649, il est un intime de Fabri et d’Odedei, les secrétaires de Mazarin. Zungo Odedei le présente au cardinal après lui avoir vanté ses mérites et son attachement. Il devient rapidement très utile. Hubert Carrier explique pourquoi :

« Colbert et Le Tellier avaient pourtant mauvaise opinion de lui et s’émurent de le voir entrer dans l’équipe de presse du cardinal. Mais Bluet était tout à fait, en 1652, l’homme de la situation : non seulement il s’occupait, comme Sainctot, de faire imprimer à Paris les pièces gouvernementales, mais il avait des informateurs parmi les imprimeurs et colporteurs et jusqu’au sein de l’équipe de Condé, ce qui facilitait à la fois la répression et la riposte. »

  • 43 Arch. nat., M. C. : XVI, 314, 22 mars 1667.

41Les sources s’accordent effectivement à confirmer le portrait qu’Hubert Carrier a dressé de Bluet. C’est en effet à lui que Mazarin envoie des instructions très précises sur les pièces à publier pour sa défense. On retrouve dans son inventaire après décès des traces de ces relations avec les imprimeurs. Il y a par exemple parmi ses papiers « une liasse de neuf quittances, signées aucunes d’icelles Mercier, Drepon, autres Cramoisy, des sommes à eux payées par ledit feu sieur Bluet43 ». Mercier et Cramoisy sont des imprimeurs. Ces quittances s’étalent du 14 juillet 1642 au premier janvier 1660. Certaines d’entre elles ont été établies durant les troubles de la Fronde. Bluet en effet dispose en 1652 de crédits afin de faire éditer des pièces en faveur de Mazarin et de la Cour. Il est très connu chez les libraires imprimeurs et y a de nombreux amis qui le renseignent. Cela lui permet aussi de faire saisir nombre d’écrits séditieux avant qu’ils ne soient diffusés dans le public. On peut relever au passage que peu avant son décès en 1667, c’est Pierre Le Petit qu’il a désigné comme son exécuteur testamentaire et légataire universel. Celui-ci est imprimeur ordinaire du roi, fondeur de caractères et marchand libraire rue Saint Jacques.

  • 44 Requête des peuples de France, affligés des présens troubles, à Nosseigneurs de la Cour de parleme (...)
  • 45 Par un arrêt du 29 décembre 1651 pour la somme de 150 000 livres.

42Bluet a aussi pour rôle de faire diffuser les écrits favorables au ministre. Il organise un véritable réseau de diffuseurs afin de porter certaines pièces à la connaissance du public. Comme « gazetier de Mazarin », il écrit et publie lui-même plusieurs pièces dont en septembre 1652 la Requête des peuples de france, dans laquelle il tire un bilan catastrophique de la Fronde44. Dans ce texte très politique et brillant, il prend la défense de l’absolutisme et répond point par point à toutes les attaques qui, depuis des années, visent Mazarin. Il affirme ainsi page 9 qu’il « n’y a point de paix, de ministère, de gouvernement, ni de condition qui ne doivent être préférées à toute sorte de guerre civile ». Puis il revient sur le fait que le cardinal a été « naturalisé français par son humeur, par sa vertu, par son mérite, par vos Arrêts, par le choix et par les emplois très illustres et très avantageux au bien du Royaume, dont le defunt roi Louis XIII d’heureuse mémoire l’a honoré ». Il est l’un des seuls à évoquer cet aspect de la vie de celui que ses adversaires nomment « l’Italien ». Il attaque ensuite le parlement sur sa façon de vouloir faire porter tous les malheurs du pays à un seul homme devenu prétexte et bouc émissaire de tous. Il dénonce l’acharnement en affirmant qu’il est honteux que « la justice cesse d’être justice pour le seul cardinal Mazarin ». En terme de droit, il évoque « la plus sanguinaire barbarie, qui fait également horreur à la Religion et à l’État », le fait d’avoir mis la tête du ministre à prix45. Il dénonce aussi comme un crime contre la culture la vente aux enchères de l’innocente bibliothèque du ministre et accuse ceux qui s’en sont rendus coupables de ne l’avoir fait que par « une avarice sordide ou une mesquinerie infâme ou une lâche vengeance ». Mais les arguments les plus forts de ce texte sont d’ordre politique et philosophique. Il affirme que la monarchie est de neuf siècles antérieure au parlement, que seuls les rois sont les pères de la nation et peuvent dire « Tel est notre plaisir », que l’autorité des magistrats vient uniquement des souverains. Dans ce véritable cours de droit constitutionnel il se réfère à de hautes autorités. Ainsi, page 6, il affirme : « Que de se figurer que l’autorité souveraine residât tout entière en Nosseigneurs du parlement, ce serait une vision d’un esprit malade et une folie toute pure. Nous avons apris dès le berceau et sucé avec le lait cette véritable maxime, que le point qui ferme la Couronne de France est indivisible. » Il y a là une explicite référence au Traité de la souveraineté du roi de Cardin Le Bret qui, dès 1632, affirmait que « la souveraineté n’est non plus divisible que le point en géométrie ».

43Dans son Avis sincère aux bourgeois de Paris paru la même année, il reproche aux Parisiens d’avoir lu et apprécié les libelles diffamatoires et « d’avoir mis le feu partout ». Il les exhorte à ne pas fuir leurs responsabilités et à ne pas rejeter sur la canaille et le vain peuple l’édification des barricades en 1648. Il va très loin lors-qu’il dénonce « Broussel, un brouillon, un pédant, un républicain et un criminel d’État ». On pourrait le penser à contre courant mais, en 1652, la situation n’est plus celle de 1648. Tous les épisodes de la Fronde y compris provinciale sont décortiqués et analysés suivant une grille de lecture qui fait de l’absolutisme la seule et unique solution de gouvernement. Il dénonce entre autres le parlement qui a outrepassé ses prérogatives et les provocations des amis du coadjuteur tel « l’assassinat feint et imaginaire de Joly conseiller au Châtelet ». Guillaume Bluet agit avec efficacité ; son rôle est de recueillir et d’analyser les mazarinades puis d’en faire le résumé à son patron. Il évoque aussi les pièces à paraître et les conséquences de ces écrits sur l’opinion parisienne.

44Les informations qu’il donne sont toujours de première main et très précises. Ainsi, dans une lettre qu’il adresse à Mazarin le 2 février 1652, il parle d’un des écrits de l’avocat Johannès du Portail :

  • 46 Ministère des Affaires étrangères, Mémoires et Documents, France, 881, fol. 5r.

« Je crois que la Croisade et l’autre pièce ont un même auteur qui est un nommé Portail, qui est l’un des écrivains du coadjuteur, car un imprimeur m’a dit qu’un de ses colporteurs en avait porté chez cet homme-là avant que l’on les debitât deux douzaines de papier fin, qui est une grande présomption46. »

45Il ne manifeste là aucune confraternité envers cet autre membre du barreau qu’il doit connaître plus qu’il ne le dit. L’antagonisme entre les deux avocats, par libelles interposés, est majeur. En 1652, Bluet se tient constamment sur ses gardes, redoutant un attentat contre lui de la part des hommes de main de Gaston d’Orléans et même le pillage de sa maison par des émeutiers ! Rien de fâcheux ne lui arrive cependant. Ce n’est pas le cas de tous les proches de Mazarin dont certains sont frappés, volés ou blessés. Il est en revanche copieusement injurié par les adversaires du ministre dans divers pamphlets.

46Une des lettres qu’il adresse à Mazarin montre aussi que c’est comme professionnel du Barreau qu’il intervient sans jamais que les intérêts de ses clients ne soient en contradiction avec ceux de son maître :

  • 47 Ibidem, 892, fol. 259r, mai 1653. Il s’agit de Jean Boucher, imprimeur, plusieurs fois poursuivi p (...)

« Il y a longtemps que je me suis trouvé avocat de Boucher 47 et si pendant votre absence j’ai défendu ses intérêts sans choquer les votres, l’on ne croira pas facilement que j’ai voulu commencer dans cette saison. Si j’y avais été obligé, il est véritable que ma profession est si libre et si indépendante que j’aurais pu facilement me dispenser de parler en cette affaire, mais j’ai cru qu’il était du service de votre éminence que je la plaidasse pour ne donner pas de matière à une autre de fronder en public dans une cause, laquelle je pouvais défendre en conscience, et la gagner avec justice sans dire rien qui vous peut déplaire. »

47Il précise dans la même lettre que sa fidélité est sans faille : « Pendant plusieurs années j’ai hasardé ma vie, mon honneur et mon bien pour son service et dans un temps où ceux qu’elle considère le plus ne se pressaient pas trop pour ses intérêts. » Il se fait tacticien et engage Mazarin à pousser certaines affaires plus loin devant les tribunaux afin que la Fronde n’ait plus de ressource contre lui.

48Il informe aussi son patron sur les évolutions de l’opinion publique parisienne et l’incite à rentrer à Paris. Ainsi, le 30 novembre 1652, quelques mois après avoir édité son Avis sincère aux Bourgois de Paris il écrit :

  • 48 Ibid., 886, fol. 109v°.

« Il n’y a rien d’égal au changement qui paraît dans Paris et cette soumission si grande que l’on voit dans l’esprit de tous les Bourgeois fait connaître qu’enfin la vertu a eu avantage, que le temps lui aide à détruire tous les mauvais desseins48. »

49Il incite le cardinal à revenir. Il a été rappelé de son second exil par le roi le 22 octobre 1652, mais ne rentre finalement à Paris que le 3 février suivant. Bluet pense qu’il doit rentrer au plus vite afin de soutenir au mieux ses affaires en justice. Pour Bluet, le gouvernement a besoin du cardinal : « Toute la conduite de l’État qui a besoin de sa présence auprès du roi pour en rétablir l’autorité avec le pouvoir absolu qui est nécessaire pour le faire subsister. » C’est là un plaidoyer qui exprime une vision intéressante de l’absolutisme !

  • 49 Henri de Lorraine (1614-1664), duc de Guise.
  • 50 Ministère des Affaires étrangères, Mémoires et Documents, France, 886, fol. 133r.

50Un dernier aspect, et non des moindres concernant les immenses services que rend Bluet à Mazarin, est sa participation à l’organisation de la clientèle du ministre. Il sert en quelque sorte de rabatteur d’éventuels soutiens. Ainsi, son inventaire après décès nous apprend que le 29 octobre 1652, il entre au conseil d’Henri de Lorraine, duc de Guise comme « son avocat et conseiller ordinaire49 » pour mille livres par an. C’est sans doute grâce à ses relations avec son confrère Jean Martinet qu’il rejoint ce dernier dans ce conseil. On s’aperçoit que la prise de ce poste n’est pas dénuée d’arrière-pensées. Dès le 2 décembre suivant, Bluet fait porter une lettre à Mazarin par un gentilhomme qui « l’assurera des inclinations de Monsieur de Guise à son service50 ». Il commente ce ralliement à l’origine duquel il est :

« C’est un prince dont il faut beaucoup espérer et, pour peu que l’on règle sa conduite, on s’en peut promettre tout ce que l’on peut attendre d’un prince qui avec l’esprit et la bravoure est capable de tout. Je souhaite qu’il demeure attaché aux intérêts de votre éminence et que chacun suive les sentiments qu’il témoigne d’envers votre service et la même passion que j’ai pour tout ce qui regarde votre éminence. »

51On peut en conclure que cet avocat a même un rôle de premier plan dans les ralliements à Mazarin en 1652. La Fronde terminée, il a la satisfaction de constater que ses efforts n’ont pas été totalement vains, loin de là.

52Les avocats parisiens de la période Mazarine ont donc joué un rôle dans la Fronde. Tous ont vécu les événements. Le barreau n’a joué qu’un rôle minime en suivant à deux reprises le parlement. Certains de ses membres ont cependant été extrêmement actifs. Le nombre de ces avocats activistes est somme toute réduit, mais leur influence est fondamentale. Les avocats forment de ce point de vue un microcosme assez représentatif des enjeux, des idées et des combats politiques de la Fronde. La profession est traversée, comme toute la capitale, de tensions contradictoires au sein desquelles certains membres du barreau se démènent sans compter pour faire triompher leur camp. Une des explications de leur engagement dans les Frondes est parfois la fidélité à un maître qui en est partie prenante. Mais plus profondément, on s’aperçoit que leur culture juridique et politique est un des facteurs importants qui pousse beaucoup d’entre eux à s’engager.

Notes

1 Hubert Carrier, Le labyrinthe de l’État. Essai sur le débat politique en France au temps de la Fronde (1648-1653), Paris, Honoré Champion, 2004.

2 Thèse intitulée Les avocats parisiens de l’époque Mazarine, soutenue à l’université Paris IV-Sorbonne en décembre 2004, à paraître au second semestre 2007 sous le titre : Les avocats du parlement de Paris au milieu du xviie siècle, Paris, L’Harmattan, collection « Histoire de Paris », 656 p.

3 Étude portant sur 27 527 titres d’ouvrages qui ont été répertoriés.

4 Catéchisme des courtisans de la cour de Mazarin, 1649, p. 4. Bibliothèque Mazarine cote : M. 12620. Pour les textes de mazarinades, j’indique la cote sous laquelle ils sont conservés à la bibliothèque Mazarine.

5 Arch. nat., M. C. : LXXV, 334, 12 août 1686.

6 Hubert Carrier, La presse de la Fronde (1648-1653) : les mazarinades, vol. II, « Les hommes du livre »,

7 Genève, Droz, 1989, p. 23. 7. Le Mazarin portant la hotte dit, j’ai bon dos, je porterai bien tout, 1649, p. 4, M. 11609.

8 Dans la nuit du 5 au 6 janvier 1649.

9 Jean-Louis Bourgeon, L’île de la Cité pendant la Fronde, mémoire pour le diplôme d’études supérieures, présenté sous la direction de Roland Mousnier, 1961, édité par la Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Île-de-France, t. XIII, 1962, p. 122.

10 Michel Langlois, Institution oratoire, 1653-1658, Ms. 262 de la bibliothèque de la Cour de cassation, fol. 15. J’ai publié pour la première fois ce texte inédit dans le volume d’annexes de ma thèse, p. 248 à 335. Une nouvelle édition, annotée et commentée est disponible dans la Revue d’histoire des facultés de droit et de la science juridique, 25-26, 2006, p. 237 à 335.

11 Claude Gaultier, Les Plaidoyers de maître Gaultier, vol. II, p. 419 de l’édition de 1688.

12 Jean-Louis Bourgeon, L’île de la Cité pendant la Fronde, op. cit., p. 127.

13 Arch. nat., M. C. : XVIII (Chalons), 294, 9 avril 1657.

14 Jean-Louis Bourgeon, L’île de la Cité pendant la Fronde, op. cit., p. 137.

15 Bonaventure de Fourcroy, Sonnets à Monseigneur le prince de Conty, Charles du Mesnil, Paris, 1651, p. 8.

16 Nicolas Johannès Du Portail, Discours sur la députation du parlement à M. le Prince de Condé, 1649, p. 3, M. 10860.

17 Mémoires de Guy Joly, conseiller au Châtelet de Paris, éditées par M. Petitot, in Collection des mémoires relatifs à l’Histoire de France, t. XLVII, Paris, 1825, p. 75.

18 Voir la description qu’Hubert Carrier fait des ces affichettes dans La presse de la Fronde, op. cit., vol. I, p. 349.

19 Factum contenant les justes défenses des rentiers de l’Hôtel de Ville de Paris et les moyens véritables de la sureté de leurs rentes et de leur conservation, Paris, Edme Pepingué, 1649, p 1, M. 10937.

20 Ibidem, p. 27.

21 Avis sincère aux Bourgeois de Paris, sur ce qui s’est passé en leur Ville, depuis l’an 1648, s. l., p. 1, M. 12568.

22 Propositions chrétiennes d‘un député à la chambre Saint Louys, pour le soulagement des Pauvres, 1652, p. 3, M. 13247.

23 L’histoire du temps ou le véritable récit de ce qui s’est passé dans le parlement depuis le mois d’août 1647, jusqu’au mois de novembre 1648, 1649, p. 6, M. 12027.

24 Hubert Carrier, La presse de la Fronde…, op. cit., vol. I, « La conquête de l’opinion », Genève, Droz, 1989, p. 99.

25 Ibid., p. 100.

26 Nicolas Johannès Du Portail, Discours sur la députation…, op. cit., p. 2.

27 Ibidem, p. 11. Ce n’est en effet que le 18 janvier 1650 que les princes sont arrêtés.

28 Nicolas Johannès Du Portail, Croisade pour la conservation du roi et du royaume, 1652, M 12707.

29 Nicolas Johannès Du Portail, Moyens infaillibles pour faire périr le cardinal Mazarin, 1652, M. 11656.

30 Bibl. Mazarine, Inc. 1, fol. 1.

31 Jean-François-Paul de Gondi, cardinal de Retz, Œuvres, M.T. Hipp, M. Pernot (éd.), Paris, 1984, p. 914.

32 Ibidem, p. 625. Le texte de Patru a pour titre exact : Réponse du curé à la lettre du Marguillier sur la conduite de Monseigneur le coadjuteur, M. 13673.

33 Jean-François-Paul de Gondi, cardinal de Retz, Œuvres, op. cit., p. 751.

34 Claude Joly, Histoire de la prison et de la liberté de Monsieur le Prince, 1651, M 12023.

35 Claude Joly, Recueil de maximes véritables et importantes pour l’institution du roi, contre la pernicieuse politique du cardinal Mazarin, prétendu surintendant de l’éducation de Louis XIV, 1652, M 14108.

36 Roland Mousnier, Les institutions de la France sous la monarchie absolue, t. II, Paris, PUF, 1980, p. 603.

37 Michel Pernot, La Fronde, Paris, de Fallois, 1994, p. 359.

38 Jacques de Lescornay, Apologie particulière du duc de Longueville, Amsterdam, 1650, 116 p, M. 10632.

39 Jean-Louis Bourgeon, L’île de la Cité pendant la Fronde, op. cit., p. 137.

40 Arch. nat., M. C. : LXXIII, 481, 5 novembre 1668.

41 Hubert Carrier, La presse de la Fronde, op. cit., vol. II, p. 23.

42 Ibidem, p. 182.

43 Arch. nat., M. C. : XVI, 314, 22 mars 1667.

44 Requête des peuples de France, affligés des présens troubles, à Nosseigneurs de la Cour de parlement, scéant à Paris, 1652, M 11896.

45 Par un arrêt du 29 décembre 1651 pour la somme de 150 000 livres.

46 Ministère des Affaires étrangères, Mémoires et Documents, France, 881, fol. 5r.

47 Ibidem, 892, fol. 259r, mai 1653. Il s’agit de Jean Boucher, imprimeur, plusieurs fois poursuivi par le lieutenant civil pour avoir imprimé des pièces séditieuses.

48 Ibid., 886, fol. 109v°.

49 Henri de Lorraine (1614-1664), duc de Guise.

50 Ministère des Affaires étrangères, Mémoires et Documents, France, 886, fol. 133r.

Table des illustrations

Légende Le palais de justice, gravure de Boisseau, 1650, BnF.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20236/img-1.png
Fichier image/png, 863k
Légende Bible de Mazarin avec ex-libris de Jean Joubert, 1652, Bibliothèque Mazarine.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20236/img-2.png
Fichier image/png, 715k

Auteur

Docteur de l’Université Paris IV-Sorbonne

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540