Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hommes de loi et politique

 | 
Hugues Daussy
, 
Frédérique Pitou

Première partie. Les parlementaires

Aux origines de la légende noire des derniers Valois : l’Histoire universelle de Jacques-Auguste de Thou1

Estelle Grouas

Texte intégral

  • 1 Cet article reprend pour partie les conclusions d’une recherche conduite dans le cadre d’un master (...)
  • 2 Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle, La Haye, Henri Scheurleer, 1740. Désormais abrégé H (...)

1La fin d’une dynastie est souvent assimilée à une dégénérescence que viennent attester les nombreuses tares généralement attribuées aux derniers représentants d’une lignée royale. Le tableau se noircit encore davantage si le contexte politique se désagrège et si le royaume est plongé dans la guerre civile. Les derniers Valois, François II, Charles IX et Henri III, échappent donc d’autant moins à cette règle que leurs règnes ont été profondément troublés par les guerres de religion. L’Histoire n’a pas été tendre avec les trois fils d’Henri II et de Catherine de Médicis, coincés entre la Renaissance de François Ier et l’Édit de Nantes d’Henri IV. Des règnes de Charles IX et d’Henri III n’ont été retenus que les moments les plus sombres. Ils sont les rois de la Saint-Barthélemy et de la Ligue. Leurs efforts pour améliorer le fonctionnement de l’État royal sont tombés dans les oubliettes de l’Histoire. Cela peut s’expliquer par les témoignages laissés par les adversaires de la monarchie, mais aussi par ceux des royalistes qui ont jugé sévèrement les derniers Valois. Parmi ces écrits, l’Histoire universelle 2 de Jacques-Auguste de Thou, le célèbre magistrat, est particulièrement intéressante car la réputation de son auteur et la rigueur de sa composition en ont fait pendant longtemps un ouvrage de référence.

2Issu d’une famille de parlementaires, Jacques-Auguste de Thou a vécu de 1553 à 1617. Son père, Christophe de Thou (1508-1582), fut premier président au parlement de Paris et joua un grand rôle dans les affaires publiques de son temps. Son oncle, Nicolas de Thou, évêque de Chartres, fit partie des hommes d’Église présents lors de l’instruction d’Henri IV au catholicisme en juillet 1593. Il eut l’honneur de le sacrer dans sa cathédrale en février 1594. Grand érudit, humaniste, catholique gallican, Jacques-Auguste fut tout aussi familier du pouvoir.

3Proche du courant des « Politiques », il fut l’un des plus fervents partisans d’Henri de Navarre et participa activement au rapprochement du roi de France, Henri III, et du Béarnais. Pour le récompenser de son action, Henri IV le nomma grand maître de sa bibliothèque, lui laissant ainsi tout le loisir nécessaire pour finir son œuvre, l’histoire de son temps, par laquelle il s’inscrit véritablement comme l’un des grands historiens du xvie siècle. Il y retrace le destin du royaume de France, des guerres d’Italie aux guerres de religion, ainsi que l’histoire de tous les États d’Europe à la même époque. Commencé vers 1593, le premier volume paraît en 1604, mais le Vatican juge certains passages trop critiques à son égard et un peu trop gallicans. L’Histoire est mise à l’Index en 1609. Après quelques corrections censées atténuer les tensions, de Thou reprend l’édition des volumes suivants. Malgré sa volonté affichée de n’écrire que la vérité et de rester impartial, le magistrat parisien porte des jugements souvent très tranchés sur les rois qui se sont succédé sur le trône de France pendant les guerres de religion.

  • 3 Les jugements portés par de Thou ont été confrontés à de nombreux ouvrages historiques et littérai (...)

4Les derniers Valois, en particulier, ne sont pas épargnés par l’écrivain, qui brosse d’eux un portrait aux contours souvent très sombres. En soulignant leurs faiblesses et leurs erreurs, en stigmatisant des comportements qu’il juge indignes de rois de France, en s’insurgeant contre ce qui lui semble intolérable dans leur attitude, de Thou se pose en défenseur de l’intérêt supérieur de l’État, en gardien des principes et traditions monarchiques qu’il estime bafoués. Ainsi transparaît, en négatif, sa conception du souverain idéal. L’Histoire universelle devient alors le vecteur d’un message politique transmis par le magistrat. L’impact de ce message, émis par un homme d’une telle réputation d’érudition et de probité intellectuelle, ne pouvait être négligeable sur l’opinion de ses contemporains. Il s’est avéré tout aussi puissant sur les conceptions des historiens et romanciers des xixe et xxe siècles. Si on confronte leurs écrits au contenu de l’Histoire universelle, on se rend en effet compte à quel point l’œuvre de Jacques-Auguste de Thou a pu contribuer, en tant que source d’information et d’inspiration, à la construction de la légende noire de Catherine de Médicis et de ses fils3. Le rôle fondateur joué par l’ouvrage du magistrat dans la fixation de cette image négative est particulièrement évident dans trois domaines. L’accent est d’abord mis sur la faiblesse chronique de François II et de Charles IX, rois influençables et manipulés par leurs conseillers et leur mère, Catherine de Médicis, dont la soif de pouvoir est stigmatisée par de Thou. La personnalité de Charles IX, roi cruel et assoiffé de sang, est ensuite révélée au miroir du massacre de la Saint-Barthélemy. Enfin, Henri III est présenté comme un souverain passif, oisif et incapable de faire preuve d’autorité afin de mettre un terme aux guerres civiles qui ont entraîné la ruine du royaume.

  • 4 Histoire universelle, t. I, p. 237.
  • 5 Histoire universelle, t. II, p. 681.
  • 6 Jules Michelet, Renaissance et Réforme…, op. cit., p. 513.
  • 7 Ibidem, p. 513.

5La mort impromptue d’Henri II, qui laisse derrière lui une femme et quatre fils susceptibles de ceindre la couronne, bouleverse bien des équilibres. François II succède à son père, mais il n’est âgé que de quinze ans. Même s’il n’est plus mineur, il est inexpérimenté et désire s’entourer de conseillers capables de l’aider à faire face aux problèmes politiques et religieux. Il se tourne vers la famille de sa femme, Marie Stuart, nièce du duc de Guise et du cardinal de Lorraine, favoris d’Henri II. Selon de Thou, il s’agit d’un très mauvais choix. Le magistrat rapporte un avertissement adressé par François Ier à Henri II, qu’il juge prémonitoire : il affirme que « ce sage monarque [François Ier] ne prévoyoit que trop, que s’ils [les Guises] avoient un jour en main les rênes de l’Etat, ils dépouilleroient ses Enfans, ils ruineroient entierement le Peuple & réduiroient la France à la derniere misere4 ». Henri II est resté sourd à cette recommandation et, influencé par sa femme, François II persiste dans une attitude déplorée par le magistrat. D’après lui, Marie Stuart possède une forte emprise sur l’esprit de son mari. Il prétend ainsi que « leurs espérances [celles des Guises] étoient flatées par la jeunesse d’un Roi foible de corps & d’esprit, par le crédit qu’avoit sur son esprit la jeune Reine leur nièce, Princesse plus ambitieuse que ne le comportoit son âge5 ». La reine impose donc ses oncles à son royal époux. Cette idée se retrouve chez Michelet, qui s’inspire de l’Histoire universelle afin d’accréditer l’image d’un roi influencé et manipulé. Il écrit ainsi que « cette faible et pauvre volonté ne s’appartenait pas. Deux femmes se la disputaient, sa mère, sa jeune épouse », avant de s’interroger : « De quel côté pencherait-il ? Cette grande question, décisive pour la France était toute dans la chambre à coucher6. » La réponse est chez de Thou, reprise par Michelet : Marie Stuart, qui naquit « violente et dure7 », réussit à prendre le pas sur la reine mère.

  • 8 Issue de Claude de Lorraine, cinquième fils du duc René II de Lorraine, la maison de Guise est con (...)
  • 9 Histoire universelle, t. II, p. 753.
  • 10 Ibidem, p. 834.

6L’auteur de l’Histoire universelle décrit alors un gouvernement entièrement livré aux mains des Guises, notamment dans les domaines militaire et financier. Anne de Montmorency est évincé du Conseil, ainsi que le premier prince du sang, Antoine de Bourbon. Le magistrat déplore que l’intrigue l’ait emporté sur les liens dynastiques car, en temps de fragilité royale, ce sont les princes du sang qui auraient normalement dû conseiller le roi et non des princes d’origine étrangère8. De Thou dénonce l’ambition et l’illégitimité des Guises, qui « avoient usurpé l’autorité souveraine sans le consentement des Etats ». Il ajoute que « ces Princes abusant de la foiblesse d’un jeune Roi, s’étoient rendus maîtres des armées, pour se rendre redoutables9 ». Les Guises sont ainsi finalement présentés comme des « tyrans », notamment à l’occasion du récit donné par le magistrat de la Conjuration d’Amboise, conspiration avortée conduite par le réformé Jean du Barry, seigneur de La Renaudie, en 1560, afin d’obtenir du jeune roi leur éviction du pouvoir. De Thou conclut son évocation du court règne de François II, interrompu par la mort du prince avant même l’ouverture des États généraux qu’il avait convoqués afin de faire cesser les troubles, par une sentence nécrologique tout à fait représentative de l’image qu’il a voulu donner du successeur d’Henri II : « La courte durée de son regne, & la foiblesse de son âge, ne permettent pas de décider, si on doit le compter au nombre des bons Rois ; d’autant plus qu’il ne gouverna pas par lui-même, mais par les princes de Guise10. » C’est donc la vision d’un roi faible, influençable et dominé, incapable d’exercer personnellement le pouvoir, qui est donnée de François II par l’Histoire universelle.

  • 11 Ibid., p. 676.
  • 12 Ibid., p. 832.
  • 13 Ibid., p. 834.

7La mort du fils aîné d’Henri II met provisoirement fin à l’influence des Guises. Avec l’avènement de Charles IX, roi mineur, un nouveau personnage, tout aussi décrié par de Thou, surgit sur le devant de la scène. Catherine de Médicis, la reine mère, obtient le titre de régente, mais le magistrat la dénonce comme une « mere ambitieuse & qui vouloit gouverner11 », une « Reine également ambitieuse et défiante12 ». Il affirme qu’elle a profité du décès de François II pour rétablir à son profit une situation qui lui a échappé par manque de promptitude à la mort surprise de son mari. Quand elle a réalisé que son fils était devenu roi et qu’il y avait une place à prendre auprès de lui, il était déjà trop tard. Les Guises occupaient le terrain. Pendant un an et demi, elle a dû se contenter de partager avec eux la conduite de l’État. La minorité de Charles IX lui permet enfin de gouverner au grand jour et de tenir seule en main les rênes du royaume. De Thou insiste sur cette soif de pouvoir et rapporte que, « comme elle avoit un désir extrême de regner, elle n’attendit pas que François fût expiré, pour assurer sa puissance13 », prenant soin d’évincer le premier prince du sang, Antoine de Bourbon, afin qu’il ne puisse prétendre à la régence. Les accusations du magistrat à l’encontre de la reine mère ont été largement reprises par la suite. Mariéjol, par exemple, s’en fait clairement l’écho :

  • 14 Jean-Hippolyte Mariéjol, La Réforme, la Ligue…, op. cit., p. 39.

« Dans la confusion générale, écrit-il, Catherine ne perdit pas la tête. Il est certain qu’elle avait tendu le piège où les Bourbons vinrent se perdre […]. Son intérêt lui commandait seulement de limiter les prétentions d’Antoine de Bourbon avant la mort de François II. Son fils, Charles IX, l’héritier présomptif, étant mineur, elle ne pouvait s’assurer la possession paisible de la Régence qu’en arrachant une renonciation au premier prince du sang14. »

8L’un des fondements de l’image de Catherine de Médicis, rongée par une ambition effrénée, dépourvue d’amour maternel et avide de pouvoir se trouve ainsi posé.

  • 15 Histoire universelle, t. VII, p. 366.
  • 16 Histoire universelle, t. V, p. 47.
  • 17 Histoire universelle, t. VII, p. 366.

9Afin d’expliquer comment la reine mère a réussi à prendre durablement l’ascendant sur Charles IX puis, plus tard, sur Henri III, de Thou révèle un autre aspect de la noire personnalité de l’épouse d’Henri II. Selon lui, elle a donné à ses enfants une éducation propre à faire d’eux des princes veules et soumis afin de mieux pouvoir les contrôler. L’auteur de l’Histoire universelle affirme ainsi qu’ » elle entretint les Princes ses enfans dans la mollesse & l’amour du plaisir, pour satisfaire son ambition particuliere15 ». Il ne fait pour lui aucun doute que la reine mère a profité de la malléabilité des jeunes rois afin de tuer dans l’œuf leurs vertus royales et de mieux les soumettre. Elle est érigée en responsable de la faiblesse de Charles IX, puisque « ce Prince avoit reçu de la nature d’excellentes qualités & de grandes vertus, qui furent altérées par une mauvaise éducation, & les complaisances de sa mere pour ses volontés16 ». Catherine de Médicis a donc perverti ses enfants et annihilé délibérément les dons que les futurs rois reçoivent à leur naissance ; elle est responsable de leurs tares et de leurs mauvais comportements. Pour de Thou, le Tour de France qu’elle a organisé entre 1564 et 1566 participe également de cette volonté de contrôle à l’égard de ses enfants. Ces presque 28 mois de voyage ont été l’occasion de conserver en permanence ses fils auprès d’elle, d’accroître son ascendant sur eux et de se rendre indispensable à leurs yeux, en entretenant « les Princes ses enfans dans la mollesse & l’amour du plaisir17 », et cela dans le seul but de les détourner du pouvoir. À eux l’oisiveté, à elle le dur labeur de la gestion des affaires de l’État.

  • 18 Alexandre Dumas, La Reine Margot, op. cit., t. I, p. 174.
  • 19 Jules Michelet, Renaissance et Réforme…, op. cit.

10On perçoit ici l’importance du témoignage de Thou dans la construction de la légende noire de Catherine de Médicis. Même s’il ne s’abaisse pas, comme d’autres, à la décrire comme une empoisonneuse, il critique amplement son ambition, l’ascendant qu’elle a pris sur ses enfants et la mauvaise éducation qu’elle leur a donnée, jusqu’à sa détermination à détruire les qualités que tous les rois possèdent naturellement. Par la suite, l’Histoire a fait d’elle une veuve noire qui contrôle et qui sait tout. Chez Dumas, elle possède les clefs de toutes les portes du Louvre et entre ainsi chez ses enfants quand elle le désire18. Michelet la qualifie de fausse, perfide et malfaisante19.

11L’Histoire universelle de Jacques-Auguste de Thou présente donc les jeunes rois, François II et Charles IX, comme des princes sous influence, manipulés par leur mère et par leurs plus proches conseillers. Mais le magistrat n’exonère pas pour autant le deuxième fils d’Henri II de la responsabilité de tous ses actes.

  • 20 Jean-Louis Bourgeon, « Une source de la Saint-Barthélemy : l’Histoire de Monsieur de Thou relue et (...)

12La manière dont de Thou présente le massacre de la Saint-Barthélemy noircit considérablement le portrait de l’avant-dernier Valois. La profonde antipathie de l’auteur de l’Histoire universelle à l’égard de ce roi s’y exprime sans restriction. La duplicité de Charles IX, sa cruauté, sa folie et sa jalousie y sont clairement dénoncées. Les historiens qui ont voulu reconstituer les événements du 24 août 1572 et désigner les coupables se sont beaucoup inspirés du témoignage fourni par l’Histoire universelle, notamment parce que son auteur était à Paris lors du massacre. Même si Jean-Louis Bourgeon a récemment souligné que le récit du magistrat doit être considéré avec précaution20, l’Histoire universelle a pendant très longtemps été considérée comme une source au-dessus du soupçon. La vision très partisane de l’événement contenue dans l’ouvrage a donc laissé de très nombreuses traces.

  • 21 Mariéjol reprend cette interprétation à son compte, affirmant que « l’humiliation fut grande pour (...)
  • 22 Histoire universelle, t. IV, p. 9.
  • 23 Histoire universelle, t. III, p. 338.

13Pour de Thou, la Saint-Barthélemy trouve ses origines dans la « surprise de Meaux », les 26, 27 et 28 septembre 1567, lorsque le roi et la reine mère ont dû fuir la cité meldoise sous la protection des Suisses afin d’échapper aux réformés qui projetaient de s’emparer de leurs personnes. De Thou rapporte les sentiments éprouvés par Charles IX à cette occasion et y situe la racine des événements futurs : « La nécessité où il se trouva alors de fuir, lui inspira une haine mortelle contre les Protestans21 ; & cette haine furieuse ne put être satisfaite, comme les plus sages l’avoient prévu, que par l’horrible massacre de ceux de ce parti, c’est-à-dire par la honte éternelle du nom François22. » D’après de Thou, la relation entre le roi et ses sujets réformés se trouve donc radicalement modifiée par cette tentative avortée. Alors qu’il avait jusqu’alors simplement de l’aversion pour l’hérésie, ne pouvant « souffrir les Pasteurs ou Ministres23 », Charles IX éprouve désormais rien moins qu’une « haine mortelle et furieuse » envers les protestants. Et cette haine le conduit, selon de Thou, à préméditer le massacre de la Saint-Barthélemy. La période qui sépare la disgrâce de Michel de L’Hospital, en juin 1568, et le massacre d’août 1572 est considérée par l’historien comme une longue phase de lente gestation et de préméditation du massacre au cours de laquelle le roi a fait preuve d’une grande duplicité destinée à dissiper les craintes de ses sujets réformés afin de mieux les surprendre.

  • 24 Histoire universelle, t. IV, p. 330.
  • 25 Ibidem, p. 534.
  • 26 Alexandre Dumas s’inspire de ce récit, écrivant que « le roi Charles, particulièrement, avait mis (...)
  • 27 Dumas reprend également cette idée d’un aveuglement de Coligny. Il raconte ainsi que le roi le reç (...)
  • 28 Histoire universelle, t. IV, p. 580.

14Cette attitude est illustrée par le mariage de la jeune Marguerite de Valois, sœur du roi et catholique, avec Henri de Navarre, protestant. Cette union est censée représenter le point d’orgue de la politique de tolérance de Catherine de Médicis. Toutefois, de Thou écrit que, « pendant les négociations de la paix, on parla du mariage de Marguerite de France, sœur du Roi, avec le Prince de Navarre, invention merveilleuse pour affermir la paix, ou pour mieux cacher les mauvais desseins que l’on méditoit24 ». Alors que beaucoup pensaient que ce mariage rapprocherait catholiques et protestants, de Thou considère qu’il s’agit d’une manœuvre du souverain pour endormir la vigilance de ses sujets. Aux yeux du magistrat, la préméditation est évidente. En initiant une politique matrimoniale destinée, en apparence, à sceller la réconciliation entre les deux confessions, le roi a joué un double jeu auquel les réformés se sont laissés prendre. De Thou affirme ainsi qu’ » il est certain que sa conduite [celle de Charles IX] à l’égard des Protestans & des Guises jetta Coligny & ses amis dans une erreur qui leur a été funeste25 ». Cette vision des choses a été amplement reprise par la suite, notamment par Alexandre Dumas dans La reine Margot26. On y voit Coligny tomber dans le piège tendu par le roi, qui aurait appelé l’Amiral « mon père » afin de l’amadouer27. « Le Roi se contrefit si bien jusqu’au bout, écrit de Thou, que jamais l’Amiral, ni Teligny, ne purent se persuader qu’il fût capable d’un horrible dessein28. »

15Selon l’Histoire universelle, Charles IX a donc voulu la mort de Coligny, mais il ne porte pas seul la responsabilité du massacre généralisé du 24 août. Il a été une fois de plus manipulé par son entourage. De Thou note ainsi que,

  • 29 Ibidem, p. 583.

« sur minuit, la Reine s’imaginant qu’elle avoit laissé le Roi dans une espece d’incertitude à la vue d’une action si noire & si atroce, & craignant qu’il ne changeât, descendit chez lui. Le duc d’Anjou, le Duc de Nevers, Birague, le Maréchal de Tavanes, & le Comte de Retz, de concert avec elle, s’y rendirent aussitôt ; & le Duc de Guise vint les y joindre un moment après. On dit que la Reine, après une assez longue conférence avec le Roi, trouvant encore ce Prince irrésolu, lui représenta que ces incertitudes alloient faire perdre l’occasion que Dieu lui présentoit de triompher de ses ennemis29 ».

  • 30 Ibid., p. 583.
  • 31 Jules Michelet, Renaissance et Réforme…, op. cit., p. 596.
  • 32 Jean-Hippolyte Mariéjol, La Réforme, la Ligue…, op. cit., p. 147.

16Le magistrat fait donc porter à Catherine une lourde responsabilité dans le déclenchement du massacre. C’est elle qui aurait décidé son fils a en donner l’ordre, exploitant à cette occasion l’emprise qu’elle avait sur lui. Selon de Thou, qui charge encore la barque de Charles IX, Catherine n’a eu aucun mal à convaincre son fils de se livrer à un acte aussi cruel. Le magistrat dénonce en effet le goût immodéré du sang acquis par le souverain lors de ses parties de chasse : « Ce Prince féroce & accoûtumé à verser le sang, regardant ce discours comme un reproche de lâcheté, prit feu tout d’un coup, & ordonna qu’on commençât30. » Michelet et Mariéjol reprennent l’idée d’un roi sous influence, poussé au crime par sa mère et ses conseillers. Le premier rapporte ainsi que « la reine mère fit un effort décisif près de son fils. Elle lui montra qu’il était seul, avec son petit régiment des gardes ; que les protestants allaient appeler à eux des renforts, soulever toutes les villes31 ». N’était-ce pas lui rappeler ce qui s’était passé à Meaux ? Les deux historiens soulignent aussi le rôle du comte de Retz qui aurait réussi à persuader le roi32.

  • 33 Histoire universelle, t. IV, p. 598.
  • 34 Jean-Louis Bourgeon, « Une source de la Saint-Barthélemy… », art. cit., p. 531.

17De Thou affirme également que c’est encore sous l’influence de sa mère, mais aussi de son frère, le duc d’Anjou, que Charles IX a décidé d’endosser officiellement la responsabilité du massacre. Le roi aurait d’abord eu l’intention de se disculper et d’accuser les Guises, mais Catherine et Henri « lui firent faire une troisième démarche, qui fut de se charger seul de toute la haine d’une action si atroce, afin de soulager les Guises, qu’un tel poids auroit accablés »33. Le roi ne peut de toute façon pas reculer. Accuser les Guises, c’est reconnaître qu’il n’est pas obéi. Jean-Louis Bourgeon accrédite cette hypothèse d’une reconnaissance inévitable de ses responsabilités par Charles IX car il importe au roi d’ôter à la journée du 24 août son caractère d’insurrection nobiliaire et populaire, et totalement illégale ; il devenait moins humiliant de couvrir la tuerie du manteau royal que d’avouer pareille défaite de l’autorité souveraine34.

  • 35 Histoire universelle, t. IV, p. 583.
  • 36 Arlette Jouanna, Jacqueline Boucher, Dominique Biloghi, Guy Le Thiec, Histoire et dictionnaire des (...)

18Outre le fait que le roi a été manipulé, ce qui prouve sa faiblesse et l’influence néfaste de sa mère, le récit que de Thou donne de la Saint-Barthélemy révèle un autre élément très négatif de la personnalité de Charles IX qui contribue grandement à la construction de sa légende noire. Le roi apparaît comme un être cruel, sanguinaire, fou et cynique. Selon le magistrat, Charles IX se serait laissé convaincre d’ordonner le massacre de la Saint-Barthélemy pour assouvir son « inclination ». Il fait ici allusion au goût du roi pour le sang35. Pour exprimer toute l’horreur de ce massacre, de Thou le qualifie d’ailleurs à plusieurs reprises de « boucherie » ; une boucherie au cours de laquelle Charles IX a fait couler le sang de ses propres sujets. Pour ses contemporains, il représente le type même du tyran, qui fait massacrer son peuple alors qu’il devrait se comporter à son égard avec une bienveillance paternelle36.

19Ce goût pour le sang s’exprime notamment dans la passion du roi pour la chasse. Certes François Ier et Henri II étaient aussi de grands chasseurs, mais pour de Thou l’engouement de Charles IX est tel qu’il tourne au vice :

  • 37 Histoire universelle, t. V, p. 48.

« Sa fureur pour la chasse & l’habitude qu’il avoit contractée de tremper sa main dans le sang des bêtes, lui inspirerent d’abord des sentimens féroces, qui insensiblement le porterent à la cruauté. Ce qui contribuoit encore à fortifier en lui ce panchant, c’est qu’au défaut de la chasse, il s’échauffoit le sang par des exercices violens, comme le balon, les danses outrées. Quelquefois même il manioit le fer, le marteau, les tenailles pour fabriquer des armes. L’ardeur qu’il avoit pour ces sortes de plaisirs le rendoit presque insensible à celui de l’amour37. »

  • 38 En effet, Dumas invente une scène qui est censée révéler le caractère sanguinaire de Charles IX : (...)
  • 39 Michel Simonin, Charles IX, op. cit., p. 378.

20Ces excès stigmatisés par de Thou sont en contradiction avec l’image qu’il se fait du prince idéal. Aux yeux du parlementaire, le roi se doit d’être digne, d’avoir de la prestance, de la sagesse et de la tempérance en toutes circonstances, ce qui ne semble pas être le cas de Charles IX qui apparaît plutôt comme un être violent et incontrôlable. Il est même blessé à plusieurs reprises lors de ses courses dans les bois. Michelet, Mariéjol, Dumas et bien d’autres ont repris cet amour excessif du roi pour la chasse et les exercices violents. Dumas a même amplifié cet aspect cruel de la personnalité de Charles IX38. Selon de Thou, c’est une nouvelle fois Catherine de Médicis qui est responsable de la dérive sanguinaire qui touche son fils. Il affirme qu’elle l’a encouragé à multiplier les parties de chasse dès son enfance afin de le tenir à distance du pouvoir au profit de son frère, le duc d’Anjou39, le futur Henri III.

  • 40 Histoire universelle, t. IV, p. 330.

21Dans l’Histoire universelle, Charles IX est également dépeint comme un roi instable, irritable et impétueux, susceptible de perdre le contrôle de lui-même. De Thou rapporte ainsi que le roi « se laissoit aisément emporter à la colère, & que dans ses emportemens ne se connoissoit plus40 ». Un autre trait de caractère de Charles IX a traversé les âges. Il s’agit de sa jalousie à l’égard de son frère, Henri, duc d’Anjou, nettement préféré par leur mère. Le roi lui envie sa gloire militaire acquise à la bataille de Moncontour remportée sur les protestants et il est naturellement heureux de le voir partir pour la Pologne où il a été élu roi. Impatient de voir son frère reporter sans cesse son départ, il finit par l’accompagner lui même à la frontière.

22Seul avec sa mère, il ne tarde pas à mourir de maladie. Les quelques lignes que Mariéjol consacre à la fin de l’avant-dernier Valois témoignent de l’influence exercée par l’Histoire universelle sur sa perception de Charles IX :

  • 41 Ibidem, p. 172.

« Il mourrait […] comme François II, victime des fatalités morbides que le sang des Valois et des Médicis lui avaient transmises, et qu’il avait aggravées par l’abus de la chasse et les exercices les plus violents. Il mourrait aussi de son crime : ses nuits et ses jours étaient hantés de cauchemars où il semblait voir “ces corps massacrés” se présentant à lui “les faces hideuses et couvertes de sang”41. »

  • 42 Histoire universelle, t. V, p. 101.

23L’image qui est ici perpétuée s’avère on ne peut plus conforme au portrait brossé par le magistrat. Jacques-Auguste de Thou n’épargne pas davantage Henri III, mais si le portrait du dernier Valois est aussi sombre que celui de son frère, c’est pour d’autres raisons. Il est le roi des plaisirs, de l’avilissement de la majesté royale, le monarque qui a laissé la Ligue prendre sa place. À son avènement, le peuple place pourtant beaucoup d’espoirs dans ce nouveau souverain d’âge mûr, dans ce brillant chef de guerre qui a vaincu les protestants à Jarnac et à Moncontour. « Du vivant de Charles IX, personne ne paraissoit plus digne du trône que Henri, & tout le monde souhaitoit l’avoir pour maître42 », écrit le magistrat. Cependant cette image flatteuse du duc d’Anjou s’évanouit à son avènement. De Thou poursuit :

  • 43 Ibidem, p. 101.

24« À peine fut-il arrivé qu’on s’en dégoûta jusqu’à augurer fort mal de son regne. Il contribua lui-même à la mauvaise opinion qu’on eut de lui : on ne retrouvoit plus dans ce Prince qu’on avoit vû élever, pour ainsi dire, dans le sein de la guerre, ce courage mâle & guerrier qu’on avoit tant admiré ; il ne montoit plus à cheval ; il ne se montroit plus à ses peuples, comme faisoit ses prédécesseurs ; on ne le voyoit qu’enfermé avec quelques favoris43. »

  • 44 Ibid., p. 56.
  • 45 Ibid., p. 56.
  • 46 Histoire universelle, t. VII, p. 492.
  • 47 Ibidem, p. 571.
  • 48 Jean-Hippolyte Mariéjol, La Réforme, la Ligue…, op. cit., p. 241.
  • 49 Jacqueline Boucher, Société et mentalités autour de Henri III, Lille III, Atelier de reproductions (...)
  • 50 Pierre Chevallier, Henri III, Paris, Fayard, 1985.
  • 51 Robert Sauzet (sous la dir.), Henri III et son temps, Paris, Vrin, 1992.
  • 52 Nicolas Le Roux, La faveur du roi, Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-v (...)

25Selon de Thou, Henri III a une attitude peu digne de sa condition royale. Il ne respecte pas les traditions, introduit des nouveautés, ruine l’État et vit dans la mollesse, les plaisirs et la volupté. Par ce comportement, il s’est rendu odieux à son peuple. Le vice majeur dont il est affecté, le plus fréquemment dénoncé dans les chapitres de l’Histoire universelle qui lui sont consacrés, est incontestablement son oisiveté. Henri III est, aux yeux du parlementaire, un « Prince nourri dans les délices et les plaisirs44 » par sa mère et le premier gentilhomme de sa chambre, René de Villequier, qu’il qualifie de « ministre des plaisirs45 ». Du fait de la manipulation dont il est l’objet de la part de ces deux personnages, l’exercice réel du pouvoir lui échappe. « En montant sur le trône, il parut ne songer qu’à goûter en repos les douceurs de la Royauté46 », écrit de Thou. Cette dénonciation du goût immodéré du roi pour les plaisirs est à la source d’une déformation de l’image d’Henri III. Il est devenu un prince efféminé. Michelet le qualifie de « prince-femme47 », alors que Mariéjol évoque les relations équivoques qu’il entretient avec ses mignons ; selon lui, « cette perversion des sens détruisit chez Henri III toute virilité48 ». Ces accusations ont fait du dernier Valois un homosexuel, d’autant plus qu’il n’avait pas d’enfants. Elles sont aujourd’hui remises en cause, notamment par Jacqueline Boucher49, Pierre Chevallier50, Robert Sauzet 51 et Nicolas Le Roux52.

  • 53 Jean-Hippolyte Mariéjol, La Réforme, la Ligue…, op. cit., p. 238.
  • 54 Histoire universelle, t. VI, p. 190.
  • 55 Ibidem, p. 209.
  • 56 Ibid., p. 267.
  • 57 Ibid., p. 210.
  • 58 Ibid., p. 294.

26Ces plaisirs et la proximité de ses mignons détournent le roi des affaires, comme le déplore de Thou, suivi par Mariéjol53. Dans l’Histoire universelle, il est décrit comme « insensible aux maux de l’État54 », « préoccupé que du présent55 » et l’auteur regrette « son peu d’inquiétude sur l’avenir, qui lui faisoit toujours préférer ses plaisirs à la gloire, & à la sûreté de l’état56 ». Les problèmes créés par son frère et sa sœur, ou encore la conjuration de Salcède lui sont indifférents. Pour de Thou, « le Roi le savoit ; mais pour y remédier, il eût fallu sortir de sa létargie57 ». Henri ne réagit pas aux attaques portées contre sa personne et contre son trône, il « souffroit les excès aux dépens de sa réputation58 ». Aux yeux du magistrat, Henri III déshonore par son attitude son rang et sa dignité royale et il met par ailleurs son trône en danger.

  • 59 Histoire universelle, t. V, p. 119.
  • 60 Jules Michelet, Renaissance et Réforme…, op. cit., p. 648.
  • 61 Histoire universelle, t. V, p. 101.

27Le seul domaine dans lequel il intervient est celui des finances. Le roi fait preuve d’une grande libéralité et la soif d’argent de ses favoris le pousse à trouver de nouveaux moyens pour les satisfaire. De Thou note ainsi qu’ » on vit ce Prince naturellement prodigue inventer mille voyes détournées, inconnues aux partisans mêmes, pour tirer l’argent des peuples. Ses profusions eurent bientôt épuisé l’épargne & le Royaume59 ». Cette image du roi tout entier tendu vers la satisfaction de ses favoris a été reprise abondamment. Michelet affirme par exemple que « le peu d’argent qui venait était lestement ramassé par les jeunes amis du roi. Henri III était si bon qu’il ne pouvait rien refuser60 ». Le roi multiplie les charges et les accorde, selon de Thou, à des « gens indignes de les posséder61 » ; elles ne récompensent plus le mérite et la vertu, mais viennent seulement combler de faveur les mignons du roi.

  • 62 « Le Roi qui ne vouloit pas céder, vint en personne au Parlement, suivant la mauvaise coutume qui (...)

28La politique fiscale du roi est tout aussi décriée par le magistrat. Henri III fait enregistrer de force au parlement de Paris de nombreux édits bursaux, créant le plus souvent de nouveaux impôts62. Cette pratique a une double conséquence. Le paiement de l’impôt s’effectue avec de très nombreuses difficultés et le déficit du trésor ne cesse de s’accroître, mais le plus grave c’est que le roi se fait haïr de son peuple. Ainsi, évoquant la multiplication des enregistrements forcés, de Thou rapporte que

  • 63 Histoire universelle, t. V, p. 542.

« cela arriva si souvent que Henri se rendit par-là odieux ; & il devint si méprisable, qu’on entendoit plus sur son passage ces acclamations par où le peuple avoit auparavant coutume de témoigner la joie qu’il ressentoit de voir son Roi. Un gouvernement si tyrannique avoit détruit insensiblement dans le cœur des François cet ancien attachement que la nation a toujours eu pour ses Princes63 ».

29En procédant de la sorte, en accablant ses sujets d’impôts et de charges nouvelles, Henri III se conduit donc en tyran aux yeux du magistrat qui considère qu’un bon roi doit avoir, au contraire, le souci de soulager son peuple. Ses dépenses excessives, son goût pour les frivolités et sa vie en retrait ne sont pas compris. Le roi se rend, par ces pratiques, « odieux », « méprisé » et il « avilit la majesté royale », selon les termes utilisés par de Thou puis repris par la suite à de très nombreuses reprises.

  • 64 Histoire universelle, t. VI, p. 522.
  • 65 Histoire universelle, t. V, p. 319.

30Malgré les contours très sombres du portrait qu’il brosse de lui, le magistrat tente de minimiser la faute du roi qu’il présente à son tour comme aveuglé et manipulé. Sa mère l’a poussé à une vie oisive afin de conserver les rênes du pouvoir et de Thou accuse les favoris d’être la cause de la ruine de l’État. Henri est alors dépeint comme un roi qui « n’étoit plus maître de ses démarches64 ». L’auteur tente ainsi de disculper le monarque en rejetant la responsabilité des erreurs commises sur son entourage immédiat. La volonté initiale du roi a été pervertie. Cependant, de Thou déplore l’aveuglement d’Henri III face à la montée en puissance des Guises. Pour lui, il n’a rien fait pour la stopper. Il écrit ainsi qu’il « la dissimula d’abord ; il eut même l’imprudence de l’autoriser de son nom. Dans la suite il écouta de meilleurs conseils. Il arrêta ses progrès pour un tems ; mais parce qu’il ne l’avoit jamais bien éteinte, elle éclata enfin, & enfanta ce parti malheureux, qui fut la cause de sa ruine65 ». L’auteur de l’Histoire universelle reproche ainsi au roi son manque de clairvoyance, de fermeté et d’autorité. Henri III s’est laissé chasser de son trône au profit de la Ligue. Et ce n’est pas le léger sursaut qu’il a eu en faisant exécuter les Guises, puis en renvoyant sa mère et ses conseillers et enfin en s’alliant tardivement avec le roi de Navarre qui a pu lui redonner sa place et sa dignité de roi.

31Comme celui de son frère Charles IX, ce portrait d’Henri III se révèle une source d’inspiration pour la légende noire des derniers Valois. Pour la postérité, ce prince si prometteur s’avère un piètre roi. Poussé par sa mère à une vie oisive, il se détourne des affaires du royaume qui se retrouvent entre les mains de la « Florentine » et de ses conseillers. Les Guises attendent sagement au tournant pour s’en emparer. Henri III est donc ce roi mou, seulement préoccupé de ses plaisirs et de la satisfaction de ses favoris pour lesquels il ne redoute pas de ruiner l’État. Il devient alors un tyran aspirant les derniers deniers de ses sujets, déjà épuisés par près de trente années de guerres civiles.

  • 66 La reine Margot.
  • 67 Même si elles ne s’affranchissent pas totalement des idées reçues, les biographies les plus récent (...)
  • 68 Denis Crouzet, Le haut cœur de Catherine de Médicis : une raison politique aux temps de la Saint-B (...)
  • 69 Thierry Wanegffelen, Catherine de Médicis : le pouvoir au féminin, Paris, Payot, 2005.

32Le témoignage de Jacques-Auguste de Thou est particulièrement intéressant dans l’optique de la construction de l’image traditionnelle des derniers Valois, celle que l’historiographie classique a eu coutume de véhiculer. Par le canal de son Histoire universelle, le magistrat a contribué de manière considérable à fixer pour plusieurs siècles les traits saillants de leurs portraits. Dans les récits historiques qui ont fait autorité en leur temps, celui de Michelet d’abord puis celui de Mariéjol dans l’Histoire de France dirigée par Ernest Lavisse, les trois frères apparaissent comme des rois manipulés par leur mère avide de pouvoir, mais aussi affligés de nombreux vices incompatibles avec l’exercice convenable de la dignité royale. Charles IX est le roi de la Saint-Barthélemy, le prince cruel qui tue ses sujets, un personnage coléreux et impétueux qui est emporté par la fièvre comme son prédécesseur. Henri III est à l’opposé un roi oisif refusant tout exercice physique et se détournant complètement de son devoir. Ces portraits établis par de Thou ont inspiré les romanciers dont les œuvres ont enraciné dans l’imagerie populaire les traits marquants d’une légende noire qui reste encore vivace, comme en témoigne le film réalisé par Patrice Chéreau en 199466. Cependant cette vision est aujourd’hui largement remise en cause par des travaux récents qui ont repris à nouveaux frais les dossiers de ces princes à l’image trop sombre pour être vraie67. Leur mère, Catherine de Médicis, fait également l’objet d’une véritable réhabilitation, notamment à travers les deux ouvrages que viennent de lui consacrer Denis Crouzet 68 et Thierry Wanegffelen69. Enfin, il ne faut pas oublier que l’un des objectifs du président de Thou, en noircissant délibérément le portrait des derniers Valois, fut de faire briller d’un éclat plus vif les vertus royales de leur adversaire et successeur Henri IV, prince parfait, envoyé par Dieu pour rétablir la paix et restaurer l’autorité monarchique. Et cela, pendant bien longtemps, historiens et romanciers l’ont opportunément oublié.

Notes

1 Cet article reprend pour partie les conclusions d’une recherche conduite dans le cadre d’un master accompli à l’Université du Maine : Estelle Grouas, L’image du roi à travers l’Histoire universelle de Jacques-Auguste de Thou (1515-1589), Hugues Daussy (dir.), juin 2005.

2 Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle, La Haye, Henri Scheurleer, 1740. Désormais abrégé Histoire universelle.

3 Les jugements portés par de Thou ont été confrontés à de nombreux ouvrages historiques et littéraires parmi lesquels certains ont plus particulièrement retenu notre attention. Il s’agit des récits historiques de Michelet et de Mariéjol (dans le t. VI de l’Histoire de France dirigée par Ernest Lavisse), qui ont fait autorité en leur temps, et de La Reine Margot, célèbre roman d’Alexandre Dumas. Jules Michelet, Renaissance et Réforme. Histoire de France au xvie siècle, Paris, Robert Laffont, 1982. Réédition d’un volume de l’Histoire de France, parue entre 1833 et 1846 ; Jean-Hippolyte Mariéjol, La Réforme, la Ligue, l’édit de Nantes, 1559-1598, Paris, 1904, rééd. Paris, Tallandier, Librairie Hachette, 1983 ; Alexandre Dumas, La Reine Margot, 2 vol., Genève, Éditions Famot, 1974. Réédition de l’ouvrage publié en 1845-1846.

4 Histoire universelle, t. I, p. 237.

5 Histoire universelle, t. II, p. 681.

6 Jules Michelet, Renaissance et Réforme…, op. cit., p. 513.

7 Ibidem, p. 513.

8 Issue de Claude de Lorraine, cinquième fils du duc René II de Lorraine, la maison de Guise est considérée par beaucoup comme une maison étrangère. En effet, bien que Claude, premier duc de Guise, ait reçu de son père les fiefs qu’il possédait dans le royaume de France puis obtenu des lettres de naturalité en 1506, et bien que les terres de Guise aient été érigées par le roi en duché-pairie en 1526, les Guises ne se sont pas acquis une réputation de bons Français.

9 Histoire universelle, t. II, p. 753.

10 Ibidem, p. 834.

11 Ibid., p. 676.

12 Ibid., p. 832.

13 Ibid., p. 834.

14 Jean-Hippolyte Mariéjol, La Réforme, la Ligue…, op. cit., p. 39.

15 Histoire universelle, t. VII, p. 366.

16 Histoire universelle, t. V, p. 47.

17 Histoire universelle, t. VII, p. 366.

18 Alexandre Dumas, La Reine Margot, op. cit., t. I, p. 174.

19 Jules Michelet, Renaissance et Réforme…, op. cit.

20 Jean-Louis Bourgeon, « Une source de la Saint-Barthélemy : l’Histoire de Monsieur de Thou relue et décryptée », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, t. 134, juil.-sept. 1988, p. 508.

21 Mariéjol reprend cette interprétation à son compte, affirmant que « l’humiliation fut grande pour ce Roi de 17 ans obligé de fuir devant ses sujets “plus vite que le pas”. Catherine était furieuse ». Jean-Hippolyte Mariéjol, La Réforme, la Ligue…, op. cit., p. 113.

22 Histoire universelle, t. IV, p. 9.

23 Histoire universelle, t. III, p. 338.

24 Histoire universelle, t. IV, p. 330.

25 Ibidem, p. 534.

26 Alexandre Dumas s’inspire de ce récit, écrivant que « le roi Charles, particulièrement, avait mis à ce mariage, qui non seulement rétablissait la paix dans le royaume, mais encore attirait à Paris les principaux huguenots de France, une persistance qui ressemblait à de l’entêtement. […] Ces paroles s’étaient répandues du Louvre dans la ville, et, tout en réjouissant fort les huguenots, avaient considérablement donné à penser aux catholiques, qui se demandaient tout bas si le roi les trahissait réellement, ou bien ne jouait pas quelque comédie qui aurait un beau matin ou un beau soir son dénouement inattendu ». Alexandre Dumas, La Reine Margot, op. cit., t. I, p. 8-9. Henri de Navarre affirme par la suite à sa femme qu’ » il est certain que notre mariage n’est qu’un prétexte ou qu’un piège ». Ibidem, p. 27.

27 Dumas reprend également cette idée d’un aveuglement de Coligny. Il raconte ainsi que le roi le reçoit, lui fait preuve de plusieurs gestes affectueux, lui confie la guerre contre les Flamands et les affaires du royaume. Mais sitôt l’amiral parti, il reçoit dans son cabinet des armes un certain « Maurevel » [en fait Maurevert] et par des sous-entendus lui demande de tuer ce protestant et lui fournit même l’arme du crime. Ibidem, p. 37-48.

28 Histoire universelle, t. IV, p. 580.

29 Ibidem, p. 583.

30 Ibid., p. 583.

31 Jules Michelet, Renaissance et Réforme…, op. cit., p. 596.

32 Jean-Hippolyte Mariéjol, La Réforme, la Ligue…, op. cit., p. 147.

33 Histoire universelle, t. IV, p. 598.

34 Jean-Louis Bourgeon, « Une source de la Saint-Barthélemy… », art. cit., p. 531.

35 Histoire universelle, t. IV, p. 583.

36 Arlette Jouanna, Jacqueline Boucher, Dominique Biloghi, Guy Le Thiec, Histoire et dictionnaire des guerres de Religion, Paris, Robert Laffont, 1998, p. 787.

37 Histoire universelle, t. V, p. 48.

38 En effet, Dumas invente une scène qui est censée révéler le caractère sanguinaire de Charles IX : alors que Charles ordonne à Henri de Navarre d’abjurer, celui-ci refusant, il le met en joue avec l’une des armes de son cabinet mais finalement tue un passant qui s’enfuyait dans la rue. Alexandre Dumas, La Reine Margot, op. cit., t. I, p. 140.

39 Michel Simonin, Charles IX, op. cit., p. 378.

40 Histoire universelle, t. IV, p. 330.

41 Ibidem, p. 172.

42 Histoire universelle, t. V, p. 101.

43 Ibidem, p. 101.

44 Ibid., p. 56.

45 Ibid., p. 56.

46 Histoire universelle, t. VII, p. 492.

47 Ibidem, p. 571.

48 Jean-Hippolyte Mariéjol, La Réforme, la Ligue…, op. cit., p. 241.

49 Jacqueline Boucher, Société et mentalités autour de Henri III, Lille III, Atelier de reproductions des thèses, 1981, 4 vol.

50 Pierre Chevallier, Henri III, Paris, Fayard, 1985.

51 Robert Sauzet (sous la dir.), Henri III et son temps, Paris, Vrin, 1992.

52 Nicolas Le Roux, La faveur du roi, Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-vers1589), Paris, Champ Vallon, 2000.

53 Jean-Hippolyte Mariéjol, La Réforme, la Ligue…, op. cit., p. 238.

54 Histoire universelle, t. VI, p. 190.

55 Ibidem, p. 209.

56 Ibid., p. 267.

57 Ibid., p. 210.

58 Ibid., p. 294.

59 Histoire universelle, t. V, p. 119.

60 Jules Michelet, Renaissance et Réforme…, op. cit., p. 648.

61 Histoire universelle, t. V, p. 101.

62 « Le Roi qui ne vouloit pas céder, vint en personne au Parlement, suivant la mauvaise coutume qui commençoit à s’établir : & le 16 juin il fit enregistrer de son autorité Royale & sans demander les avis des chambres, vingt-sept Edits ; ce qui causa de grands murmures dans tous les Ordres de l’Etat. » Histoire universelle, t. VI, p. 680.

63 Histoire universelle, t. V, p. 542.

64 Histoire universelle, t. VI, p. 522.

65 Histoire universelle, t. V, p. 319.

66 La reine Margot.

67 Même si elles ne s’affranchissent pas totalement des idées reçues, les biographies les plus récentes consacrées à Henri III (comme celle de Pierre Chevallier, citée plus haut) et à Charles IX (par exemple, Michel Simonin, Charles IX, Paris, Fayard, 1995) en sont un exemple. Certaines des études les plus à jour sur la Saint-Barthélemy ont en outre contribué à rectifier l’image de Charles IX (Denis Crouzet, La nuit de la Saint-Barthélemy. un rêve perdu de la Renaissance, Paris, Fayard, 1994). Enfin, la politique d’Henri III vient également de faire l’objet d’une réévaluation positive (Xavier Le Person, Practiques et practiqueurs. La vie politique à la fin du règne de Henri III [1584-1589], Genève, Droz, 2002).

68 Denis Crouzet, Le haut cœur de Catherine de Médicis : une raison politique aux temps de la Saint-Barthélemy, Paris, Albin Michel, 2005.

69 Thierry Wanegffelen, Catherine de Médicis : le pouvoir au féminin, Paris, Payot, 2005.

Auteur

Université du Maine

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540