Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hommes de loi et politique

 | 
Hugues Daussy
, 
Frédérique Pitou

Première partie. Les parlementaires

Le comportement politique et moral d’un haut magistrat provincial à la fin du xvie siècle : Claude Groulart1

Emmanuel Potier

Texte intégral

  • 1 Cet article reprend pour partie les conclusions d’une recherche conduite dans le cadre d’un mémoir (...)
  • 2 Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158), recueil de pièces autographes de Claude Groulart, 171 feuillets
  • 3 Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158), fol. 1-60.
  • 4 Claude Groulart, Mémoires ou voyages par lui faicts en cour, Éd. Michaud et Poujoulat, Paris, 1838 (...)

1Période d’affaiblissement pour le pouvoir monarchique, les guerres civiles peuvent offrir aux bons serviteurs de l’État l’occasion de jouer un rôle politique important. Parmi les membres les plus éminents des cours souveraines appelés à se distinguer en ces périodes de troubles, Claude Groulart fait figure de cas exemplaire. Nommé premier président du parlement de Normandie en 1585, il est resté en charge jusqu’à sa mort en 1607. En 1589, alors que les ligueurs se sont emparés de la capitale normande, il a choisi de fuir afin d’installer la cour souveraine à Caen. Il a alors tenu une place essentielle dans le maintien de l’autorité royale. Claude Groulart, qui a marqué de son empreinte l’institution parlementaire rouennaise, a légué aux historiens une importante masse documentaire formée de ses carnets de notes. Ils révèlent ses centres d’intérêts, ses idéaux politiques ainsi que le caractère d’un homme en proie aux difficultés de son temps. Ces pièces autographes ont été conservées à la bibliothèque de Rouen2. Une partie a été publiée au xixe siècle sous le titre de Mémoires de Groulart, mais les éditeurs n’ont en fait imprimé que les « voyages faicts en court en 1588, 1591,1593, 1597, 1599, 1600, 1601, 1602, 1603 et 16043 », auxquels ils ont ajouté les passages concernant l’assemblée des notables tenue à Rouen en 1596, en précisant que « ce chapitre manque dans le manuscrit des archives4 ».

2À la lumière d’une relecture indispensable des papiers laissés par le premier président et d’une confrontation avec d’autres sources le concernant, il a paru utile de s’intéresser aux conceptions de ce grand magistrat. Le propos de cette étude n’est ainsi pas de retracer dans le détail les étapes de la carrière de Claude Groulart, mais de brosser le portrait moral et intellectuel d’un représentant de la haute Robe parlementaire, c’est-à-dire de discerner sa culture politique, forgée par une expérience acquise au quotidien, et sa réflexion sur l’exercice des pouvoirs, d’appréhender son action et d’entrevoir sa pensée. Après avoir mis en exergue les idéaux qui sous-tendent sa conception de la justice et guident son comportement dans le cadre de ses fonctions, il conviendra de mettre en évidence les valeurs et qualités morales défendues par le magistrat rouennais avant d’examiner l’attitude qu’il a choisi d’adopter en pleine guerre de la Ligue, tiraillé entre pragmatisme et service du roi, puis à la fin de sa vie, déçu par le manque de reconnaissance du prince à l’égard des services rendus.

  • 5 Jacques de Bauquemare a épousé la cause du duc de Guise qui a bien prospéré au sein du parlement. (...)
  • 6 Bibl. mun. de Rouen Y202 (1158) fol. 75 : « Ce que je di à la court de Parlement lorsqu’ils me rec (...)

3Dès son plus jeune âge, Claude Groulart est élevé dans la doctrine réformée. Il participe très tôt à la vie intellectuelle des cercles humanistes au contact des maîtres dont il suit l’enseignement à Bourges, comme François Hotman et Hugues Doneau, puis à Valence, comme Jacques Cujas. Plus tard, il rejoint Genève où il fréquente Scaliger, ce qui lui permet d’étudier tranquillement sans être astreint à une quelconque profession de foi catholique. Après les événements de la Saint-Barthélemy, il est de retour en France et fait une carrière rapide qui le mène à la charge de premier président du parlement de Normandie, obtenue en 1585 grâce à l’appui de la famille de Joyeuse. L’homme semble être l’opposé de son prédécesseur, le président Jacques de Bauquemare5. Tandis que ce dernier a laissé se relâcher l’antique discipline de la cour souveraine, Groulart met en avant la sphère de la vertu dans laquelle les officiers du parlement doivent se réaliser. Il entend ainsi retrouver le chemin d’une éthique quelque peu perdue et « remetre sus les mercuriales ia si longuement delaissées [et] retablir cy après plus agent ce qui avoit este retranché et diminué de nostre autorité6 ».

  • 7 Colin Kaiser, « Les cours souveraines au xvie siècle : morale et Contre-Réforme », Annales eSC, ja (...)

4Pour l’homme de loi qu’est Groulart, l’intégrité morale est essentielle. Dans ses remontrances, il insiste beaucoup sur la nécessaire probité et la vertu des magistrats. Il s’inscrit ainsi parfaitement dans le modèle décrit par Colin Kaiser pour qui trois thèmes se retrouvent constamment dans les harangues des robins : la vertu, la conversation et la réputation7. Dès son arrivée au parlement de Normandie, le premier président annonce la réintroduction de sessions disciplinaires afin de permettre aux magistrats de mieux rendre la justice et, au-delà des conseils techniques qu’il peut leur prodiguer, il exerce sur ses collègues une pression moralisatrice qui concerne autant la vie privée des parlementaires que l’image publique du groupe qui en découle :

  • 8 Bibl. mun. de Rouen, Y202 (1158), fol. 68 : « Ce que je prononceai à la court touchant les mercuri (...)

« Rendons nous vénérables dans le palais et hors d’icelui ; ne permettons pas qu’on méprise ce qui n’est pas à nous mais nous est commis en dépôt. Le titre de magistrat n’est pas un caractère de circonstance et d’apparat, que l’on revêt ou dépouille au seuil du temple de la justice avec les insignes de son autorité. Il nous suit partout, magistrature oblige. N’oublions pas aussi la modestie, cette profonde sapience d’où procède le silence, qui fait céder à qui sait davantage. Les épis qui baissent la tête réjouissent le laboureur et prouvent qu’ils sont fort chargés de grain. De même plus les hommes sont modestes en leurs discours visages et contenance, plus ils témoignent qu’il y a en eux du savoir et de la vertu, et qu’ils ne ressemblent pas aux petits merciers qui, ayant peu de marchandises en leurs paniers, montrent incontinent tout ce qu’ils ont8. »

  • 9 Contrairement à l’esthétique maniériste, au niveau de la rhétorique, le sens profond, le message à (...)
  • 10 Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158), fol. 68.
  • 11 Ibidem.
  • 12 Son prédécesseur, Jacques de Bauquemare ne tenait plus les mercuriales. Victor Boutrolle, « Un cél (...)
  • 13 Un vocabulaire éthico-religieux est quelquefois utilisé par Groulart dans ses premiers discours, c (...)

5D’un point de vue rhétorique, le premier président Groulart montre que la science et la morale comptent plus que la forme élégante9. À travers la métaphore de la bonne récolte du laboureur, il esquisse l’idéal du « magistra pudoris ac modestiae10 », où la modération apparaît comme un comportement honorable ; il est nécessaire de faire preuve de modestie face à l’abondance. Il faut mettre en ordre ses connaissances et les montrer de manière subtile et à bon escient, et non pas délayer le peu de culture que l’on possède au fil d’un discours stérile. C’est une véritable leçon d’éloquence donnée par le premier président à ses confrères. Ce discours prononcé par Groulart peu après son entrée en charge permet de comprendre sa conception de l’office de juge. Le magistrat doit se distinguer tant professionnellement que socialement. Ainsi, les mercuriales « où il sagist de l’honneur gravité et authorité de la court11 » sont rétablies par Groulart dès sa prise de fonction et tenues de manière régulière12. Il considère que la gravité des juges est nécessaire pour inspirer le respect dans la société civile et ne pas corrompre les mœurs du Palais. Selon lui, les magistrats garantissent la dignité de la justice s’ils se conforment à la discipline intérieure du parlement. De manière subtile, Groulart met en exergue la notion infamante de commerce : c’est un moyen pour lui de s’élever contre cette pratique répandue chez les parlementaires et de souligner la vénalité qui souille le « temple de la justice13 ». L’argent corrompt la nécessaire probité des magistrats et le caractère noble de leur profession. Ainsi, c’est leur rang social et la perception par le peuple du pouvoir des juges qui sont en jeu.

  • 14 Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158), fol. 65 : « Harangue pour une Saint-Martin. » Ce discours avait (...)
  • 15 Le xvie siècle est la grande époque de la création de nouvelles charges dans les cours souveraines (...)
  • 16 Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158), fol. 65. Groulart a été un élève de Scaliger. On retrouve ici l (...)

6Face à l’abîme auquel est confronté l’État, Groulart estime qu’il faut redorer le blason des parlementaires, dont l’image a été ternie auprès du peuple par les compromissions et les infamies. En ces temps troublés, la compagnie est en effet trop souvent mise « en mauvaise odeur envers le peuple quy apprehende de plaider et pis encor14 ». Selon le premier président, une véritable crise de confiance s’est installée et c’est dans ce sens qu’il faut comprendre l’effort de moralisation 15 qu’il entreprend. Afin d’illustrer son propos, Groulart compare la France du xvie siècle et la fin de la république romaine : « Messieurs, écrit-il en s’adressant à ses collègues, l’orateur Ciceron parlant aux senateurs quy avoient este desputes a la cause de Verres : ut metius fidem ad religionum populo romano probaient dit homines16. » Les sénateurs, pour retrouver leur crédibilité, devaient juger Verrès, bien qu’il soit issu lui-même de la classe sénatoriale. Ce dernier incarne la corruption et les injustices à grande échelle devenues intolérables. Cicéron est chargé de son jugement. Il en va de la renommée, de l’opinion publique, du salut commun et de la splendeur du Sénat.

7Groulart compare ainsi la fonction de magistrat à celle des sénateurs romains, mais il attribue aussi un prestige quasi-religieux à l’office de juge. Il semble regretter le temps où les princes devaient déposer leurs armes avant de pénétrer au parlement. Avant que ce rituel ne soit bafoué,

  • 17 Claude Groulart, Mémoires…, op. cit., p. 332-333.

« à Paris anciennement les princes, mesmes les successeurs immédiats à la couronne, posoient les armes en entrant au parlement, jusques à ce que du temps du roy Henry second quelques uns de ceux qui devenoient courtisans les dissimulerent pour les uns, et qu’enfin cela avoit esté cause que desclaration s’estoit ensuivie que les princes, les connestable, mareschaux de France, pairs et les gouverneurs des provinces, porteroient l’espée ; que la personne du premier président representoit le plus essentiellement le Roy, à qui mesme l’on faisoit tort17 ».

8Le premier président Groulart considère qu’il rend la justice au nom du roi, lieutenant de Dieu sur terre et, selon un concept très platonicien et hiérarchisé, il se désigne comme son véritable bras droit. Les parlementaires, qui se pensent comme les membres d’un corps dont le roi est la tête, ont pour but de faire régner ici-bas l’harmonie qui vient du ciel grâce à cette délégation de pouvoir.

  • 18 Le premier président Groulart a été très influencé par les idées de Du Tillet. D’ailleurs, dans se (...)

9Héritier d’une longue tradition, le magistrat rouennais a une haute idée de la fonction parlementaire dont le but est de suivre le Bien. Alors que les relations entre Henri III et le parlement de Rouen sont très tendues et que le roi menace sa cour souveraine de représailles si elle n’obéit pas à ses ordres, le premier président affirme sa détermination à maintenir le cap qu’il s’est fixé : « Périssons, s’il le faut, suivons l’exemple du pilote qui, au milieu des flots, et son navire étant près de s’engloutir, fit cette exclamation généreuse en tenant son gouvernail : au moins, Neptune, mon navire va droit18. » Conformément à une longue tradition médiévale, Groulart semble ainsi penser que le monarque ne doit prendre aucune décision passionnée, c’est-à-dire déraisonnable ; il doit user de conseils dans toutes ses actions. La sagesse provient donc de la faculté tempérante et modératrice de la délibération et de l’écoute de ses cours souveraines. Le magistrat l’exprime très clairement au début du récit de ses Voyages en cour pour l’année 1588, à propos des événements survenus lors de la journée des barricades :

  • 19 Claude Groulart, Mémoires…, op. cit., p. 289-291.

« Le soir, le Roy prist conseil de ce qu’il debvoit faire, et continua le lendemain ; mais le malheur estoit que la pluspart estoient esprits préoccupez et craintifs qui n’osoient dire qu’a demy ce qu’ils pensoient […]. Le lendemain matin 13 de may, le Roy sortit par la porte Neufve feignant aller aux Capuchins, donnant assignation aux plus signalés serviteurs qu’il avoit près de soy de son intention ; et fut son partement sy prompt et hasté, qu’ils se botterent tous dans les Capuchins, et partirent pour se rendre à Chartres, pour adviser aux affaires qui s’offroient […]. Sa Majesté arrivée à Chartres, depescha de tous costez19. »

10Le premier président montre que les prises de décisions ont lieu dans l’urgence, ce qui traduit l’extrême affaiblissement dans lequel est plongée la royauté.

11Groulart s’oppose aux factions dissidentes à la monarchie pour plusieurs raisons. D’abord parce qu’elles font usage des armes, mais aussi parce qu’elles exercent une contrainte religieuse, propice à provoquer des désordres politiques etsociaux. Pour lui, la différence de religion ne doit pas empêcher la paix de l’État. Groulart désire avant tout protéger les lois du royaume au service du monarque et de ses sujets. En fait, la clef de voûte de la pensée du magistrat est la prise en considération des intérêts temporels de l’État au nom d’un concept de raison d’État.

12L’Histoire lui est d’un très grand secours. Il y puise de nombreux arguments pour montrer la nécessité de se soumettre à la loi et de penser au bon fonctionnement de l’État :

  • 20 Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158) fol. 124 : « Ce que je meditai sur une lettre envoyée afin d’ost (...)

« Messieurs, nous lisons dans Pline au premier de ses epistres que la perfection de la philosophie gist au maniement des affaires publiques et en faisant iustice [mais aussy en] ce que les philosophes enseignent et les peuples qui ont pris pour un objest et but auquel visoient toutes leurs actions [sic rayé ont este beaucoup plus prises que les autres. Pour ceste occasion] conues, les romains qui ayans esté tousjours fort equitables et entendus au fait d’icelle en ont aussi rapporté une gloire incroyable non pas toutefoys plus grande que celle de nos anciens françoys qui estoient d’autant plus curieusement adonnés qu’il a esté remarqué par quelques historiens grecs et latins que nostre nation avoir este subjecte. Or, il est certain que les magistras qui sont les vrais defensiateurs de la iustice […]. Et nos Roys de France principalement depuis Charles 6e desirent de voir leurs subjects en paix et repos ou faire plusieurs belles ordonnances20. »

  • 21 Cité par Pierre-Adolphe Sorbier, « Biographie de Claude Groulart », Académie de Bordeaux, Sciences (...)

13Contemporain de Trajan, Pline le Jeune était considéré comme le successeur littéraire de Cicéron. La référence à cet auteur antique par le premier président Groulart n’est pas anodine, car la sagesse laïque des parlementaires s’inspire de la philosophie d’essence cicéronienne. Ces renvois aux auteurs classiques permettent certes au magistrat de mettre en parallèle le parlement et le sénat romain, mais elles montrent surtout la supériorité des institutions françaises, et notamment celle du parlement. Ce thème juridico-politique exaltant la grandeur du royaume de France est très développé parmi les juristes gallicans. Le recours à l’histoire est une immense source de patriotisme et d’orgueil national qui permet aussi de puiser des arguments à propos du rôle essentiel des officiers de justice : « Remettez en honneur le juge et la justice qui fait régner les rois etélève les nations ; autrement, l’État sera de bref ruiné21 ». Dans la droite ligne de Du Tillet, dont il a lu les préceptes, une justice bien administrée est pour Groulart un moyen de décourager les rebelles. La loi apparaît sous la plume du magistrat comme un garant de la paix civile.

  • 22 Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158) fol. 108 : « Remontrances faites au Roy le premier juin 1588. »
  • 23 Claude Groulart, Mémoires…, op. cit., p. 370.

14Il est vrai qu’avec les troubles une crise de confiance sociale s’est amorcée. Cette crise a commencé par l’ébranlement de la confiance envers le roi, qui s’est étendu progressivement aux représentants de la justice comme en témoigne le parlementaire normand : « Nous estions exposés à la risée et moquerie du monde qui nous tenois plutost pour messagers ordinaires que non pour officiers qui representoyent la patrie22. » Le discours du premier président concernant la place des parlementaires dans la société est sans ambiguïté : « Nous n’estions pas destinez seulement à rendre la justice à quelques particuliers mais aussi à faire contenir le peuple en paix et respect23 » ; il y réaffirme le rôle politique de premier plan des officiers de justice.

  • 24 Ibidem, p. 362.

15En définitive, la conception que Groulart a de la patrie, inséparable du roi, est elle-même fondée sur des assises juridiques, « estant d’ailleurs chose très dangereuse en un Estat d’y voir une partie conservée en authorité et grandeur, l’autre rabaissée et mesprisée : ce qui, par l’opinion de tous les sages politiques estoit une cause très certaine de sedition24 ». La sagesse, vertu d’être en conformité avec la nature, demeure antithétique des passions qui agitent les ligueurs et qui les poussent quotidiennement à renverser l’ordre, les lois et la police et à contribuer à l’affaiblissement du royaume. Il faut obéir aux lois, aux édits et à la volonté du roi, protecteur de ses sujets.

16Ainsi s’exprime la haute idée que Groulart se fait du rôle des parlementaires, mais l’horizon de ses discours ne se borne pas à cette dimension « professionnelle ». Ses écrits révèlent également bien d’autres aspects de sa pensée en traduisant notamment les valeurs et qualités morales qu’il défend et qui le conduisent à refuser toute compromission.

  • 25 DBF 16, 1356-1357. À ce sujet, voir Jean Céard (dir.), La France des humanistes, Henri II estienne (...)
  • 26 Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158) fol. 68.
  • 27 « Cave a graecis, ne fia haereticus. » L’usage récurrent de la langue hellénique a peut-être son i (...)

17Les discours de Groulart témoignent d’une culture particulièrement étendue. Cette érudition semble façonner sa manière ascétique de vivre et de penser. À Genève, en 1575, avant sa nomination au parlement de Normandie, Claude Groulart a édité et traduit en latin, dans la collection d’Henri Estienne, les Oratores graeci, trois discours de Lysias (contre Eratosthène, contre Alcibiade, contre les marchands de blé25). On retrouve d’ailleurs les marques de cette expérience dans ses harangues26. La devise de Groulart, « Toujours faire le bien », est inscrite en grec à la fin de presque tous ses Mémoires27.

  • 28 L’enregistrement de l’édit de pacification de 1577 par le parlement de Rouen a été long. Henri III (...)
  • 29 Claude Groulart, Mémoires…, op. cit., p. 362.
  • 30 Les juristes se sont opposés à tous les édits de pacification. Selon Nancy Roelker, cette oppositi (...)

18Lors de la discussion de l’édit de pacification de Poitiers (1577) au sein du parlement28, le premier président puise des arguments dans l’histoire romaine. Il met ses connaissances en la matière au service du droit afin de permettre l’éclaircissement de divers points litigieux, comme l’acceptation d’officiers huguenots dans la cour de justice, et défend la position suivante : on enregistrerait l’édit, mais « l’on y apposeroit une modification de n’y admettre d’officiers aux cours souveraines, à l’exemple de Valentinian, lequel encor qu’il ne voulust forcer ses subjects à suivre la religion dont il faisoit profession, adimebat illis militandi licentiam29 ». Valentinien, empereur du ive siècle, qui gouverna un empire en crise, déchiré entre la chrétienté et le paganisme, eut une politique libérale et une position de neutralité à l’égard des païens. Par l’emploi de la locution conjonctive « encore que », le magistrat exprime une certaine retenue face aux actions de cet empereur. Même s’il ne le nomme pas, il est possible que le parlementaire se rapproche des idées du fils de l’empereur chrétien, Gratien. Par ses fameux décrets de 382, celui-ci écarta systématiquement de la préfecture de la ville les sénateurs païens et ses lois contribuèrent à la séparation du paganisme et de l’État : les actes publics devaient être dégagés de toute ambiance païenne, les anciens cultes étaient privés de subventions de l’État et il incombait enfin à la seule initiative privée de pourvoir aux cultes et à l’entretien des édifices. À travers cet exemple tiré de l’Antiquité, Groulart éclaire sa perception de la situation du royaume de France au xvie siècle. Le magistrat refuse le principe d’une guerre religieuse et il croit en une unité de foi qui doit être le fondement de l’État30. Dans son esprit, l’édit de 1577 contient des clauses regrettables car il dissocie l’ordre religieux de l’ordre politique, ce à quoi le premier président semble se refuser. Son objectif est en effet de reconstituer une vie civile possible par l’injonction faite aux dissidents religieux de ne pas glisser vers la confessionalisation.

  • 31 Myriam Yardeni, La conscience nationale en France pendant les guerres de religion (1559-1598), Par (...)
  • 32 Colin Kaiser, « Morale et Contre-Réforme : les cours souveraines au xvie siècle », art. cit., p. 1 (...)
  • 33 Cité par Victor Boutrolle, « Un célèbre premier président du parlement de Normandie : Claude Groul (...)
  • 34 Malgré la tentation du calvinisme, le courant majeur dans la deuxième moitié du xvie siècle fait c (...)

19Ainsi, le magistrat érudit a recours aux exemples tirés de l’Antiquité romaine qui illustrent les questions d’actualité, et il en tire des leçons. La culture, le monde théologique mis à part, est le patrimoine des robins ; ils forment l’élite intellectuelle31. Groulart fait preuve de solides connaissances dans de nombreux domaines, condition sine qua non pour accéder à de hautes charges de justice. Inspiré par l’éducation humaniste, il a des notions de relativisme culturel et, par là même, religieux32. Héritier d’un gallicanisme traditionnel, il est adepte d’une religion sage. Il s’agit de servir charitablement, avec droiture et équité, pour le bien des hommes selon la leçon érasmienne de docta pietas eloquens et sapiens. L’épisode avec le cordelier Blouyn est assez significatif. Mandant le religieux à la barre du parlement, il lui dit : « Estant appelé pour prescher la parole de Dieu, vous devriez, au lieu de divaguer par les rues, rester à estudier ce que vous avez à prescher. A ce moyen vous ne diriez point de choses qui ne sentent rien moins que l’Evangile et la parole de Dieu33. » On peut rapprocher cette remarque des dénonciations d’Érasme contre les prêtres qui suivent les armées afin d’y gagner titres et honneurs, prenant ainsi à contre-pied le sens des Écritures. Le magistrat estime semble-t-il qu’il faut se conformer à la Bible, faisant preuve d’une sorte d’agnosticisme catholique qui revendique le principe de l’Écriture seule, sans exégèse ni glose, envers et contre tout système d’orthodoxie, pour fondement unique de la religion chrétienne34.

  • 35 Augustin Renaudet, Études érasmiennes, Genève, Slatkine reprint, 1981, p. 87-88.
  • 36 Claude Groulart, Mémoires…, op. cit., p. 321.

20Ses conceptions en matière de morale chrétienne s’expriment également à d’autres occasions. Profitant de la tenue de l’assemblée des notables à Rouen, il parvient à faire sagement restreindre les effets du privilège attaché à la procession de la Fierté de Saint Romain au cours de laquelle le chapitre de la cathédrale délivrait, chaque année, le jour de l’Ascension, un condamné à mort. Selon le magistrat, l’indulgence chrétienne ne devait pas servir à sauver de grands coupables au lieu de s’exercer envers des criminels dignes d’intérêt. En effet, la charité exige que le vice soit désigné et la vertu mise en avant. Seul Dieu, omniscient, détient la justice, voit clair et venge lui-même bibliquement les forfaits, c’est pourquoi les fidèles doivent avoir confiance35. À propos de la mort d’Henri d’Orléans, duc de Longueville, tué accidentellement par un de ses soldats, Groulart écrit dans ses Mémoires que « ce seroit un grand coup de Dieu, duquel les jugements sont inévitables, et qui en temps chastie les personnes36 ». En fait, Longueville aurait donné l’ordre à ce soldat de tuer une personne dont Groulart tait le nom. Le châtiment réservé aux tyrans est d’autant plus terrible qu’il est le châtiment de Dieu qui connaît tous les forfaits. On peut faire confiance à Dieu puisqu’il est Raison, c’est pourquoi il est très important de faire en sorte de toujours accomplir de bonnes actions.

  • 37 Ibidem, p. 379.

21Les concepts eschatologiques de Groulart sont d’inspiration stoïcienne, qui veut que seul Dieu possède la connaissance du devenir. Pour le premier président, un exemple de vie vertueuse est donné par sa femme. Il écrit qu’ » elle m’avoit suivi pendant mon exil pour la Ligue avec beaucoup de constance » ; une âme vertueuse est une âme constante. Son mode de pensée, très cicéronien, a une essence stoïcienne puisque, selon lui, la sagesse implique de supporter ce qui est pénible. D’ailleurs, après la mort de son épouse, il fait preuve de résignation devant le destin. Cependant, il n’est pas inquiet car elle a mené une vie propice à la tranquillité d’âme : « Elle craignoit Dieu et l’honoroit beaucoup, estoit fort charitables aux pauvres, et servoit d’exemple à sa famille de toutes choses bonnes37. » C’est la preuve que sa femme a pu faire son Salut parce que Dieu l’a choisie et lui a permis d’avoir foi en lui.

  • 38 Pour Érasme, la charité chrétienne doit se traduire par une attention bienveillante à l’égard des (...)
  • 39 Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158), fol. 68.
  • 40 Cicéron, Les devoirs, Livre I, XIX, 64.

22Cette bonne conduite chrétienne s’exprime ainsi par la nécessaire pratique de la charité à l’égard des faibles. Groulart est d’ailleurs le fondateur du bureau des pauvres valides à Rouen38. Suivant sa philosophie, la beauté morale réside dans les actes : nuliha bene geri non potest quoe non probatis moribus imponibus39. Aucun comportement bienveillant ne peut être pris en considération s’il n’y a pas d’actes concrets, une mise en application de ses idées40. Par humanisme, par spiritualité et devoir de charité, Groulart s’engage dans l’action en luttant contre la pauvreté. Au-delà de la conviction et la démarche individuelles, le devoir d’assistance des pauvres est consubstantiel à sa fonction de premier président et contribue à l’influence du parlement.

  • 41 Bibl. mun. de Rouen, Y202 (1158), fol.119 : « Remontrances faites au Roy Henry à Saint-Maur-des-fo (...)
  • 42 La misère est grande et Pierre de l’Estoile note dans son journal : « En ce mois d’aoust [1586], l (...)

23Tout en défendant la tradition des structures du Palais, le comportement du premier président Groulart fait apparaître la liberté comme une valeur essentielle. Cette manière de vivre est à mettre en relation avec le néo-stoïcisme qui imprègne les esprits à la fin du xvie siècle. Ainsi, devant la personne du roi, le magistrat n’hésite pas à parler ouvertement et à exposer l’état désastreux dans lequel se trouve la province de Normandie en cette année 1586, jusqu’à provoquer l’impatience d’Henri III41. L’opposition des magistrats est d’ailleurs générale lors de l’été 1586 et l’ensemble du royaume est touché par la crise de subsistances qui fait rage42.

  • 43 Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158), fol. 101 : « Memoire au Roy contre des receveurs et finances. » (...)
  • 44 Le premier président a été influencé par la pensée érasmienne sur la notion de conscience qui prés (...)
  • 45 Jean-Marie Constant a souligné ce qu’il a appelé « l’aspiration forcenée à une liberté mythique » (...)
  • 46 Claude Groulart, Mémoires…, op. cit., p. 424.
  • 47 Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158), fol. 65.

24Il arrive cependant à Groulart de ménager le souverain, sans doute par retenue à son égard. Par exemple, en note des remontrances qu’il avait préparées et qui devaient être communiquées à Henri III, le premier président écrit : « Estoit pour dire au Roy au moys d’Aoust 1587 mais ne l’ayant trouvé si disposé je changeay tout43. » Compte tenu des circonstances, Groulart modifie ses projets44. Le premier président est au service du roi, mais dans un même temps il doit défendre les intérêts de sa province45. Face à Henri IV, le magistrat fait preuve du même élan : « Je luy fis responce avec une franche et honneste liberté46. » D’ailleurs, à plusieurs reprises, il réaffirme son envie d’agir quand et comme bon lui semble. Par exemple, au sujet d’une harangue écrite à l’occasion d’une Saint-Martin, l’ouverture solennelle du Palais, Groulart change d’avis et indique en marge de ses notes : « J’avois medicté ceci pour l’ouverture de l’an 1598. Je ne le voulu prononcer pour ne my résoudre que quand il me plaira47. »

  • 48 Claude Groulart, Mémoires…, op. cit., p. 400.

25Cette aspiration à la liberté fait de Groulart un homme de son temps, car elle doit être mise en relation avec le néo-stoïcisme mêlé de néoplatonisme qui gagne les élites cultivées à la fin du xvie siècle. Les écrits du premier président témoignent de sa conception de la liberté. Évoquant ses rapports avec Henri IV, il écrit par exemple : « Le soir, je pris congé de luy en son cabinet, où il me continua des faveurs en apparence des plus estroictes qu’il est possible, et parlay avec luy avec beaucoup de liberté, telle toutesfois qu’un subject doit à son prince48. » Ce souvenir du premier président retranscrit dans ses Mémoires montre le changement qui s’est opéré durant le règne du premier Bourbon dans les relations du pouvoir avec ses représentants. Un rapport plus personnel s’est mis en place entre le maître et ses serviteurs.

  • 49 Le premier président ajoute « et surtout en crime de leze majesté au premier chef ; que l’on ne po (...)
  • 50 Ibidem, p. 356-357.
  • 51 Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158), fol. 108.
  • 52 Sylvie Daubresse, « L’obéissance du parlement de Paris : entre raison et nécessité », Nouvelle Rev (...)
  • 53 La recherche de la modération est l’idéal invoqué par les parlementaires. Pour Aristote, lecture h (...)

26Cette liberté dans l’expression peut conduire à l’affrontement verbal. Ainsi, lors d’une discussion avec le chancelier, le premier président du parlement de Paris, le procureur général et quelques autres du Conseil à propos de la possibilité pour les proches d’un condamné à mort d’être en habit de deuil, Groulart écrit : « Je ne fis point de difficulté de dire que mon opinion n’estoit pas telle49. » Permettre l’accompagnement d’un condamné en habit de deuil, c’est être symboliquement contre le jugement de l’autorité du parlement qui est celle du roi. C’est aussi mettre en péril publiquement l’honorabilité des juges en remettant en question leur verdict. De même, les rapports avec le roi peuvent être très tendus et c’est l’occasion de réaffirmer le pouvoir du parlement. Henri III se plaint des dilations dont font preuve les magistrats rouennais autour de la vérification de l’édit de 1577, tandis que le premier président réagit au sujet du temps consacré aux discussions et aux délibérations : « Je luy [au roi] fis response que la longueur dont nous avions usé jusques à ce jour avoit esté pour des considérations qui importoient son service, tant pour le repos de ceste ville que de toute la province50. » Cela touche finalement à la liberté de parole des juges, à la raison d’être de leur fonction : « L’on nous a par plusieurs et diverses clauses insolites osté la liberté d’opiner sans laquelle tout bon senateur ne dois déférer d’estre ny de parler51 », se plaint-il. Discuter est le seul moyen de faire bonne justice ; pesant le pour et le contre, le parlement joue un rôle de modérateur dans les différentes strates de la société52. C’est pourquoi les officiers de justice portent en eux la vertu grâce à l’humilité et à la mesure53. L’éthique de la vérité, c’est-à-dire l’idéal absolu de l’officier de justice, est le corollaire d’une tranquillité individuelle d’esprit d’essence stoïcienne.

27En cela, le travail du poète se rapproche de celui du magistrat, et se caractérise par une indispensable sérénité afin de trouver la Vérité ; c’est ce qu’exprime en partie Vauquelin de La Fresnaye à travers ces vers adressés au premier président :

  • 54 Marc Fumaroli, L’âge de l’éloquence…, op. cit., p. 496-497. Lucien de Samosate, Trois dialogues de (...)

Groulart, ces vers ne sont de la Muse Eraton,
Ils ne sont empruntez du Lisis de Platon,
Du Romain Orateur, des Amitiez des Scithes,
Qui sont en Toxaris de Lucien descrites,
Mais je les ay tirez du Puits de Vérité,
D’un Stoïque qui cherche en tout la vérité54.

28L’auteur aborde surtout le thème de l’amitié. Pour de nombreux contemporains, la conception cicéronienne selon laquelle « l’opinion de la Vertu estla fontaine d’amitié » est largement acceptée. À la Renaissance, l’amitié est une relation pensée d’une façon d’abord publique avant d’être privée et elle ne repose pas en premier lieu sur des fondements affectifs mais sur des aptitudes morales. Les influences néo-stoïciennes sur la conception de l’amitié à la fin du xvie siècle sont nettes et retiennent l’estime pour la vertu, condition de l’amitié. La quête de la Vérité a pour but d’unir les âmes.

  • 55 Claude Groulart, Mémoires…, op. cit., p. 410.
  • 56 Après les troubles, Groulart a obtenu du roi Henri IV les fonds nécessaires à la reconstitution de (...)
  • 57 Groulart aurait déclaré que les ligueurs lui ont détruit la valeur de trente mille livres de biens (...)

29L’écriture de manière générale, notamment par le biais des poèmes (ou par la transcription de ses Mémoires dans le cas de Groulart), amène à la purgation de l’âme selon les lettrés du xvie siècle. Il existe un parallèle entre l’écrivain qui se cloître dans son cabinet à l’abri du monde extérieur pour exprimer sa sensibilité et l’office de juge qui sacrifie tout intérêt humain afin de proférer dans toute sa pureté efficace la Parole de vérité. C’est pourquoi Groulart aime se retirer dans sa librairie pour prendre des notes sur ses lectures, transcrire et classer ses pensées. Sa vertu s’accomplit dans la sphère privée, par le biais de la lecture, en retrait dans son cabinet et en écrivant pour « évertuer ceux qui le liront à bien faire55 », tel un sage reclus du monde extérieur. Connaître l’état de la bibliothèque du premier président Groulart nous aurait renseignés sur ses goûts littéraires. Malheureusement, sa première « librairie » a été détruite par les ligueurs durant son exil à Caen56. De manière globale, les pertes que Groulart a subies à Rouen lors des guerres de la Ligue ont été immenses, bien que surévaluées57.

30Humaniste, néo-stoïcien, mais néanmoins chrétien, défenseur d’une pureté morale garante de son intégrité et d’une pratique de la liberté dans la parole comme dans le comportement, Groulart prône en toutes choses l’adoption d’une modération de bon aloi et réprouve les excès. Plongé au cœur des troubles, confronté aux réalités de la lutte qui oppose « royalistes » et ligueurs, il choisit ce qu’il considère comme le droit chemin en s’engageant aux côtés du souverain.

  • 58 Michel Mollat (dir.), Histoire de Rouen, Toulouse, Privat, 1979, p. 490.
  • 59 Pierre-Amable Floquet, Histoire du parlement de Normandie, Rouen, t. III, p. 288-301.
  • 60 Nicolas Plantrou (dir.), Du parlement de Normandie à la Cour d’Appel de Rouen 1499-1999 : Ve cente (...)

31Le 9 février 1589, les ligueurs s’emparent de la ville de Rouen. Les rebelles forment alors un conseil de ville et se rendent maîtres de toutes les instances politiques de la cité58. Prudent, le magistrat a quitté la capitale normande le 3 février au soir. En effet, Groulart a choisi de rester fidèle au roi et il prend la tête du parlement « royaliste » de Caen en tant que premier président. Certains magistrats rouennais décident de soutenir le roi et de rejoindre Groulart, tandis que d’autres acceptent de signer l’édit d’Union des ligueurs59. L’exil vers Caen n’a pas été un mouvement instantané et précipité. Par l’édit de février 1589, Henri III a transféré le parlement à Caen pour y prendre séance le 10 mars. En réalité, et malgré l’ordre donné, peu de magistrats ont réussi à rejoindre cette ville de sorte que la juridiction, entrée en fonction le 26 juin, n’est composée à cette date que du premier président Groulart, du président Anzeray de Courvaudon et de huit conseillers, sans les gens du roi, ni les greffiers en chef civil et criminel. Aussi, pendant les premiers mois d’exil, le parlement n’est pas divisé en chambres. Beaucoup de difficultés perturbent alors son organisation interne et son fonctionnement « normal » du fait de l’amoindrissement du nombre des officiers de justice. Ce n’est qu’à partir de 1591 que se sont peu à peu recomposées la Grand’Chambre, la Chambre des Enquêtes, la Tournelle et la Chambre des Requêtes qui ont formé le parlement séant à Caen jusqu’au mois d’avril 159460.

  • 61 Lorsque le maréchal écrit au premier président pour lui signaler que ses propriétés sont en danger (...)
  • 62 Jean-Marie Constant, « L’amitié : le moteur de la mobilisation politique dans la noblesse de la pr (...)
  • 63 C’est notamment le cas de Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle, collection Michaud et Pou (...)
  • 64 Registres secrets du Parlement de Normandie séant à Caen, 25 février 1593. De plus, comme Gérard H (...)
  • 65 Le magistrat semble vouloir entretenir le mystère : « Je ne vous dirais point messieurs par quels (...)
  • 66 Olivier Chaline, « L’aristocratie parlementaire normande au xviiie siècle : un système de représen (...)
  • 67 Claude Groulart, Mémoires…, op. cit., p. 425.
  • 68 Dewald le montre : « Despite his connections with important Parisian families, aristocratic patron (...)

32Certains parlementaires ont d’abord pensé à sauver leurs biens. La fuite vers Caen exposait les proches des exilés ainsi que leurs possessions à la vindicte de l’ennemi. L’hôtel possédé par le premier président à Rouen fut ainsi complètement dépouillé et il s’en est fallu de peu que sa résidence des champs soit également pillée. Seule l’intervention du maréchal de Bassompierre, qui commandait les reîtres de l’armée rebelle, a permis qu’elle soit épargnée. Cette protection accordée à Groulart par le maréchal est une garantie précieuse en ce temps d’anarchie61, mais elle peut conduire à jeter la suspicion sur les véritables convictions du magistrat qui n’hésite pas à se reconnaître ouvertement comme un obligé de Bassompierre. Toutefois, malgré cette connivence, il ne fait aucun doute que Groulart s’est rangé sans hésiter du coté du roi. Les liens personnels qui justifient l’intervention du maréchal en faveur de son « ami » transcendent le clivage idéologique du moment. Les travaux de Jean-Marie Constant sur la valeur de l’amitié ou ceux de Nicolas Le Roux sur la vie politique au temps des derniers Valois ont montré le caractère fondamental conservé par ces liens interpersonnels, même en période de troubles62. Certains, parmi ses contemporains, ont toutefois laissé planer un doute sur la sincérité des convictions du premier président du parlement de Normandie63. Ses origines protestantes ne sont pas pour rien dans cette méfiance. Dans ce contexte de troubles politiques et religieux, l’éternelle question de la sincérité de sa conversion ressurgit64. Des arguments tangibles permettent à ses adversaires de mettre en avant le caractère équivoque du magistrat, ou en tout cas, ses contradictions propres. Sa probité même a pu être mise en cause, compte tenu des circonstances qui ont permis sa nomination à la première présidence en 1585. Il est en effet, pour reprendre l’expression de Roland Mousnier, une « créature » de Joyeuse, auquel il doit son office. Cet appui, que Groulart a sans doute voulu masquer 65 afin de gagner le respect de ses collègues rouennais, affirmant que son seul mérite lui a permis d’accéder à la première présidence, est en fait la traduction d’une certaine mentalité parlementaire qui valorise une constance stoïcienne et une dignité distante66. C’est là un autre trait du caractère du magistrat Groulart. Sa conception de l’honneur se greffe sur l’idée d’une certaine supériorité morale et sociale : « Je marcherois la teste haulte contre toute autre personne ; et que s’il y avoit quelqu’un qui s’y voulust presenter, je luy ferois recevoir une honte67. » Pour autant, personne n’était dupe et l’intervention de Joyeuse en faveur de Groulart n’a guère été appréciée par une fraction du parlement de Rouen68.

33La fidélité dont il a fait preuve à l’égard du roi conservée au mépris du danger, Groulart espérait qu’elle lui vaudrait une juste récompense une fois la paix rétablie. Mais il a dû déchanter. Dans ses Mémoires, il montre clairement que les faveurs du roi n’ont pas été à la hauteur de ses espérances :

  • 69 Ibidem, p. 424.

« Je luy fis responce avec une franche et honneste liberté, que je m’estimois mal heureux si quatorze années de fidelles services, sans aucune rescompense que de ses bonnes graces, qu’il m’avoit quelquefois departies plus que je meritois, ne fussent suffisantes pour empescher les calomnies de gens artificieux qui me hayssoient sans sçavoir pourquoi ; que la condition de ceux qui marchoient en rondeur de conscience estoit bien misérable69. »

  • 70 Ibid., p. 425.
  • 71 Henri IV, mesurant l’importance des nobles dans la résistance ligueuse, veut absolument les gagner (...)
  • 72 Claude Groulart, Mémoires…, op. cit., p. 419-420.

34Le premier président est déçu car il s’estime privé d’une rétribution qu’il mérite de bon droit. On ressent d’autant plus sa frustration qu’il a accompagné Henri IV dans la reconquête de son royaume. Le magistrat reproche même au souverain les bonnes paroles dont il a usé à son endroit durant cette période et les promesses faites à son égard qui n’ont finalement pas trouvé de réalisation concrète. Dans l’esprit de Groulart, les services rendus supposent automatiquement des récompenses : « J’avois dressé toutes mes actions au bien de son service, y estant obligé et du commandement de Dieu et de mon instinct, dont je luy avois rendu tant de preuves que je n’en demandois autre tesmoing que luy70 », écrit-il en employant une formulation révélatrice de la confiance qu’il avait placée dans la bienveillance royale. Au fil de ses Mémoires, le magistrat montre le fossé qui se creuse entre son éthique personnelle et la politique d’oubliance adoptée par le roi à l’égard des ligueurs, au détriment de ses fidèles serviteurs. Le désaccord est latent. Ainsi, quand Henri IV décide de nommer Sainte-Marie en Normandie afin de « faire nourrir une pépinière de bons François près de M. le dauphin son fils, qui avec le temps se rendroient capables des charges [qui leur sont pourvues]71 », Groulart « ne [se prive pas] de luy donner librement [son] advis ». Il doit cependant céder à la volonté royale : « [Le roi] voyant ferme à ce point, écrit-il, je n’en voulus pas faire d’instance davantage, d’autant que les princes sont ordinairement soupçonneux, et pensent qu’on ne s’oppose à leur volonté que pour quelque desseing particulier : de sorte que cela me retint, et priay seulement que cette affaire se peust terminer à son contentement72. »

  • 73 Ibidem, p. 423.
  • 74 Ibid., p. 427.
  • 75 « The anti-Groulard faction was headed by the Bauquemare and their kinsmen, relatives of the forme (...)
  • 76 Claude Groulart, Mémoires… op. cit., p. 433. Le premier président s’en remet à Dieu et soumet son (...)

35La politique d’oubliance pratiquée par le roi irrite Groulart sans cesse davantage : « il sembloit que le Roy ne fist compte que de ceux qui l’avoient desservy », écrit-il avec amertume73. Groulart s’en prend notamment au « president La Porte, qui est un dangereux brouillon74 ». Georges de La Porte fait partie du noyau de magistrats rouennais qui ont été favorables à la Ligue après 158975. Pourtant, le premier président doit se soumettre à cette situation sans pour autant l’accepter. Les ennemis d’hier sont toujours, pour lui, des hommes retors et perfides. Il doit s’adapter et concevoir la décision royale, mais il ne peut accepter de faire semblant. Cette obéissance en quelque sorte forcée ne peut que lui apporter des misères personnelles, mais son for intérieur, lui, ne s’est pas incliné. À la fin de ses Mémoires, il remet son destin à l’examen de Dieu. « Je ne sçay ce qui m’en arrivera76 », se demande-t-il parce qu’il a dû s’accorder avec des gens sans vertus. Dans l’éducation protestante qu’il a reçue, feindre c’est trahir Dieu. Sans doute veut-il se réconcilier avec lui par le biais de l’écriture, car c’est l’outil au moyen duquel il se maintient dans la vertu, seul face à sa conscience.

  • 77 Pour Nadine Kuperty-Tsur, « le genre littéraire des Mémoires se trouve précisément au carrefour de (...)

36Les liens entre le genre des Mémoires et la rhétorique parlementaire sont très étroits77. Le président rouennais s’y présente sous son meilleur jour et dissimule certains de ses actes, comme ses compromissions avec le maréchal de Bassompierre. Cette partialité a un but : persuader le lecteur de sa bonne foi.

  • 78 Ibidem, p. 414.

37Groulart retouche ses écrits, il s’adresse à un public, il sait qu’il va être lu. Il se dépeint donc en magistrat modèle auquel l’ambition est étrangère. Pourtant, de ce point de vue, il se trahit à la fin de son récit qui fonctionne comme un véritable plaidoyer. Le premier président assure son autodéfense et reste amer face aux accusations et aux rumeurs qui courent sur son compte. Se considérant complètement étranger à ces ignominies, il ne cache pas son antipathie vis-à-vis de ceux qui formaient autrefois le parti de la Ligue. Il discrédite tant qu’il le peut ses ennemis, surtout sur le plan moral ou religieux, à l’image des félons tel que le duc de Biron « qui ne sçavoit pas une seule prière, ny françoise ny latine qui est grand pitié78 ».

38On voit ainsi l’importance de la morale dans les Mémoires, facteur de reconnaissance sociale. Groulart, qui est en charge d’une fonction publique, veut se disculper d’accusations qui menacent de ternir une renommée chèrement acquise. Le récit mémorialiste s’écrit dans ce contexte et se place sous le serment de vérité mais surtout de liberté, car les Mémoires constituent l’espace de la parole libre, de l’expression non censurée.

39Incapable de mettre un terme aux querelles et factions à l’intérieur du parlement de Rouen, le premier président semble désabusé à la fin de sa vie. Il paraît même dépassé par des éléments extérieurs dont il ne pouvait avoir le contrôle, à l’instar de la politique engagée par Henri IV. Pourtant, Groulart s’est efforcé de rétablir la justice et de sauvegarder l’autorité du roi dans la province. Adversaire acharné de la Ligue, il met l’accent sur le devoir d’obéissance des sujets du royaume tout en déplorant la présence pernicieuse de sympathisants des Guise parmi les membres du parlement de Rouen. C’est dans ce contexte que le magistrat est resté, malgré les dissensions, à la tête de la cour souveraine pendant plus de vingt ans.

40Le principe de collégialité au sein du Palais est pourtant essentiel pour le premier président afin de rendre une justice meilleure. En exigeant des magistrats rouennais une morale stricte et rigoureuse, il entend élever la fierté professionnelle et la dignité de la justice. Cette pression moralisatrice à propos du comportement des officiers est rendue nécessaire par la situation politique conflictuelle et les valeurs sociales qui semblent se dissoudre. Persuadé de l’éminence de la fonction parlementaire, Groulart pense qu’elle est essentielle à la stabilité politique, sociale et religieuse. Pourtant, en voulant protéger l’autorité souveraine, il se retrouve dans une situation paradoxale : il est à la fois le plus ardent défenseur de la politique royale et son critique le plus ferme.

  • 79 Voir Jay M. Smith, The Culture of Merit. Nobility, Royal Service, and the Making of Absolute Monar (...)

41Héritier d’une longue tradition présentant les officiers de justice comme les conseillers privilégiés du souverain, le haut magistrat normand exprime la haute idée qu’il se fait de sa mission. Cette conviction tient aussi à la culture du mérite développée par Groulart, notamment par la possession de connaissances larges dans de nombreux domaines. Basé sur la vertu, ce mode d’affirmation personnelle se fonde aussi sur l’action79. Ainsi, Groulart qui figure parmi les grands magistrats a conquis une place éminente au sein des élites du pouvoir et de la culture, de l’argent et de l’honneur.

  • 80 Claude Groulart a reçu des gratifications par le pouvoir royal, mais c’est dans la sphère publique (...)
  • 81 Nadine Kuperty-Tsur, Se dire à la Renaissance, les Mémoires au xvie siècle, de Pétrarque à descart (...)

42Cependant, le fait d’être au service de l’État, donc d’être un soutien actif de la royauté, a produit un double effet négatif pour le premier président du parlement de Normandie. D’abord, tout naturellement, celui d’être une cible privilégiée pour ses adversaires politiques durant les guerres de la Ligue. Ensuite, par extension, celui de devoir agir de manière secrète et dissimulée afin de protéger sa vie et celle des siens. Malgré ses actes, accomplis durant cette période, au service du bien public, et ses démonstrations de fidélité à Henri IV, le premier président n’a pas reçu de la monarchie la gratitude escomptée80. Cette reconnaissance publique, Groulart se l’adjuge lui-même grâce à ses Mémoires, dans lesquels il laisse chacun juger de la noblesse de son comportement81.

Notes

1 Cet article reprend pour partie les conclusions d’une recherche conduite dans le cadre d’un mémoire de maîtrise puis d’un mémoire de DEA soutenus à l’Université du Maine : Emmanuel Potier, Étude des idées d’un grand magistrat au temps des guerres de religion : Claude Groulart, premier président du parlement de Normandie (1551-1607), d’après ses Mémoires ou Voyages par lui faits en Cour, mémoire de maîtrise, sous la direction de Hugues Daussy, juin 2003 ; Emmanuel Potier, La pensée et l’action de Claude Groulart (15511607), mémoire de DEA, sous la direction de Hugues Daussy, juin 2004.

2 Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158), recueil de pièces autographes de Claude Groulart, 171 feuillets.

3 Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158), fol. 1-60.

4 Claude Groulart, Mémoires ou voyages par lui faicts en cour, Éd. Michaud et Poujoulat, Paris, 1838, (Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, 1re s., t. Xi), p. 317.

5 Jacques de Bauquemare a épousé la cause du duc de Guise qui a bien prospéré au sein du parlement. C’est dans ce climat de faction qu’intervient la nomination de Groulart, grâce à l’intervention du duc de Joyeuse qui soutient les intérêts du roi. Stuart Carroll, Noble Power during the french Wars of Religion. The Guise Affinity and the Catholic Cause in Normandy, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 208.

6 Bibl. mun. de Rouen Y202 (1158) fol. 75 : « Ce que je di à la court de Parlement lorsqu’ils me receurent premier president le 6 avril 1585. »

7 Colin Kaiser, « Les cours souveraines au xvie siècle : morale et Contre-Réforme », Annales eSC, janv.fév. 1982, p. 15-31.

8 Bibl. mun. de Rouen, Y202 (1158), fol. 68 : « Ce que je prononceai à la court touchant les mercuriales le 16 juin 1585. »

9 Contrairement à l’esthétique maniériste, au niveau de la rhétorique, le sens profond, le message à transmettre n’est plus secondaire. Peu importe la forme, le message doit convaincre. C’est le tournant baroque. Voir sur ce sujet Volker Kapp, « Le savoir livresque et/ou le style “naturel”. La métamorphose de la culture oratoire du xvie au xviie siècle (Jacques Faye d’Espeisses et Claude Fleury) », xviie siècle, n° 227, mai 2005, p. 195.

10 Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158), fol. 68.

11 Ibidem.

12 Son prédécesseur, Jacques de Bauquemare ne tenait plus les mercuriales. Victor Boutrolle, « Un célèbre premier président du parlement de Normandie : Claude Groulart », Précis analytique des travaux de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen, années 1951-1953, Rouen, 1954, p. 147-160.

13 Un vocabulaire éthico-religieux est quelquefois utilisé par Groulart dans ses premiers discours, comme dans celui qu’il a prononcé à l’occasion de son investiture : « Messieurs comme je mestime tres heureus de ce que ceste grande et notable compagnie me fait tant d’honneur d’accompagner de son saint jugement la nomination qu’il a pleu à S-M […] », Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158), fol. 75.

14 Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158), fol. 65 : « Harangue pour une Saint-Martin. » Ce discours avait été préparé par Groulart pour l’ouverture de 1598.

15 Le xvie siècle est la grande époque de la création de nouvelles charges dans les cours souveraines. L’afflux régulier de nouveaux officiers, qui a posé un problème d’intégration, doit être considéré comme l’un des facteurs qui ont motivé l’effort de moralisation. Les offices sont concédés contre de l’argent, ce qui explique l’opinion générale, à l’époque, selon laquelle du premier président au dernier sergent, le monde de la justice était corrompu. Robert Descimon, « Modernité et archaïsme de l’État monarchique : le parlement de Paris saisi par la vénalité (xvie siècle) », L’État moderne : genèse, Jean-Philippe Genet (éd.), Paris, 1990, p. 147-161. Colin Kaiser, « Morale et Contre-Réforme… », art. cit., p. 16-17.

16 Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158), fol. 65. Groulart a été un élève de Scaliger. On retrouve ici l’influence de ses enseignements de philologie humaniste qui a pour référence l’Antiquité et plus précisément son « Âge d’or », celui de Cicéron.

17 Claude Groulart, Mémoires…, op. cit., p. 332-333.

18 Le premier président Groulart a été très influencé par les idées de Du Tillet. D’ailleurs, dans ses mémoires, p.324, il montre qu’il a étudié le théoricien du droit : « Comme il se void dans Du Tillet l’an 1551, p. 454. » Dans les années 1560, Jean Du Tillet avait déjà employé la métaphore filée du navire pour désigner le royaume.

19 Claude Groulart, Mémoires…, op. cit., p. 289-291.

20 Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158) fol. 124 : « Ce que je meditai sur une lettre envoyée afin d’oster la modération des amendes en janvier 1586. »

21 Cité par Pierre-Adolphe Sorbier, « Biographie de Claude Groulart », Académie de Bordeaux, Sciences, Belles-Lettres et Arts, Bordeaux, 1866, p. 513.

22 Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158) fol. 108 : « Remontrances faites au Roy le premier juin 1588. »

23 Claude Groulart, Mémoires…, op. cit., p. 370.

24 Ibidem, p. 362.

25 DBF 16, 1356-1357. À ce sujet, voir Jean Céard (dir.), La France des humanistes, Henri II estienne, éditeur et écrivain, Turnhout, Europa Humanistica, Brepols, 2003, p. 358.

26 Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158) fol. 68.

27 « Cave a graecis, ne fia haereticus. » L’usage récurrent de la langue hellénique a peut-être son importance puisque, s’il faut en croire Érasme, la connaissance du grec est un possible vecteur d’hérésie, Philippe Hamon, « Culture et vie religieuse dans le monde des offices : les Ruzé dans la première moitié du xvie siècle », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. XIII, n° 1, 1991, p. 49-64.

28 L’enregistrement de l’édit de pacification de 1577 par le parlement de Rouen a été long. Henri III a dû intervenir personnellement. C’est l’article dix-neuf, notamment, qui crée des tensions ; il déclare les adhérents à ladite religion prétendue réformée capables de tenir n’importe quels états, offices ou dignités dans le royaume.

29 Claude Groulart, Mémoires…, op. cit., p. 362.

30 Les juristes se sont opposés à tous les édits de pacification. Selon Nancy Roelker, cette opposition était fondée sur la croyance qu’un roi, une foi, une loi était plus qu’une formule ; en fait, elle montre que toute menace envers l’unité de foi entre le roi et ses sujets était perçue par les parlementaires comme une menace contre l’État et contre l’ordre social. Nancy Lyman Roelker, One King, one faith. The Parlement of Paris and the Religious Reformations of the Sixteenth Century, Berkeley & Los Angeles, Berkeley University of California Press, 1996.

31 Myriam Yardeni, La conscience nationale en France pendant les guerres de religion (1559-1598), Paris, Éditions Nauwelaerts, 1971, p. 68-71. Nancy Lyman Roelker, One King, one faith…, op. cit., p. 95-98.

32 Colin Kaiser, « Morale et Contre-Réforme : les cours souveraines au xvie siècle », art. cit., p. 17.

33 Cité par Victor Boutrolle, « Un célèbre premier président du parlement de Normandie : Claude Groulart », art. cit., p. 154.

34 Malgré la tentation du calvinisme, le courant majeur dans la deuxième moitié du xvie siècle fait confiance à l’érudition pour retrouver et imposer peu à peu la vérité et la vertu chrétiennes oubliées. Marc Fumaroli, L’âge de l’éloquence rhétorique et res literaria de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Paris, Albin Michel, 1994, p. 431-432.

35 Augustin Renaudet, Études érasmiennes, Genève, Slatkine reprint, 1981, p. 87-88.

36 Claude Groulart, Mémoires…, op. cit., p. 321.

37 Ibidem, p. 379.

38 Pour Érasme, la charité chrétienne doit se traduire par une attention bienveillante à l’égard des autres. Mario Turchetti, « Érasme et la tolérance », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. LIII, n° 2, 1991, p. 379-395. Claude Groulart a aussi contribué à créer quatre écoles de charité dans chacun des quatre quartiers de la ville de Rouen. Élisabeth Caude, « Le parlement de Normandie et les pauvres : de l’œuvre d’assistance au devoir de police, de la quête aux galères », Olivier Chaline et Yves Sassier (dir.), Les parlements et la vie de la cité (xvie-xviiie siècle), Rouen, Publications de l’université de Rouen, 2004, p. 48 et 73.

39 Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158), fol. 68.

40 Cicéron, Les devoirs, Livre I, XIX, 64.

41 Bibl. mun. de Rouen, Y202 (1158), fol.119 : « Remontrances faites au Roy Henry à Saint-Maur-des-fossés l’an 1586 ». Groulart ajoute en marge : « Le roi fut très irrité. »

42 La misère est grande et Pierre de l’Estoile note dans son journal : « En ce mois d’aoust [1586], les pauvres gens des champs, mourans de faim, alloient par trouppes couper sur les terres, les espis de bled à demi-murs et les manger à l’instant pour assouvir leur faim effrenée. » Il évoque aussi « la grande misère, affliction et nécessité du pauvre peuple lequel en murmuroit et tumultoit fort ». Cité par Joël Cornette, Chroniques de la France moderne, le xvie siècle, Paris, SEDES, 1995, p. 306. Groulart aussi témoigne de cette tourmente qui « reduis a mendicité nostre pouvre peuple assouvie a la breuve affreuse des gens de guerre qui continuent de pis en pis a ravager ce qui reste encore pour payer les charges de V-M et qui contraignent la plus part des plus humbles a devenir forcenés, essayer par moyens illicites ». Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158), fol. 108.

43 Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158), fol. 101 : « Memoire au Roy contre des receveurs et finances. » C’est un folio qui devait se trouver dans ses Voyages en Cour, mais Groulart a préféré ne pas l’insérer.

44 Le premier président a été influencé par la pensée érasmienne sur la notion de conscience qui présente un caractère double : la connaissance psychologique de soi et, en corollaire, le jugement moral sur ses actions. L’entreprise du mémorialiste est sans doute, en partie, liée à cette réflexion.

45 Jean-Marie Constant a souligné ce qu’il a appelé « l’aspiration forcenée à une liberté mythique » des cadres du pouvoir à la fin du xvie siècle. Jean-Marie Constant, Les français pendant les guerres de Religion, Paris, Hachette Littératures, 2002, p. 250-254. Il reprend ce thème dans un recueil d’articles. id., La noblesse en liberté xvie-xviie siècles, Rennes, PUR, 2004.

46 Claude Groulart, Mémoires…, op. cit., p. 424.

47 Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158), fol. 65.

48 Claude Groulart, Mémoires…, op. cit., p. 400.

49 Le premier président ajoute « et surtout en crime de leze majesté au premier chef ; que l’on ne pourroit voir les héritiers accoustrez en deuil, […] et messieurs de la cour seroient blasmez d’injustice, comme ayant faict mourir un homme que l’on pouvoit regretter publiquement ». Claude Groulart, Mémoires… op. cit., p. 417.

50 Ibidem, p. 356-357.

51 Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158), fol. 108.

52 Sylvie Daubresse, « L’obéissance du parlement de Paris : entre raison et nécessité », Nouvelle Revue du Seizième siècle, n° 22/1, 2004, p. 89-110.

53 La recherche de la modération est l’idéal invoqué par les parlementaires. Pour Aristote, lecture habituelle de la haute magistrature gallicane, la vertu est en effet un milieu entre l’excès et le manque.

54 Marc Fumaroli, L’âge de l’éloquence…, op. cit., p. 496-497. Lucien de Samosate, Trois dialogues de l’Amitié : le Lysis de Platon, et le Laelius de Cicéron, contenans plusieurs beaux preceptes et discours philosophiques sur ce sujet : et le Toxaris de Lucian où sont amenez quelques rares exemples de ce que les Amis ont fait autresfois l’un pour l’autre, Paris, N. Chesneau, 1579, in-4°, 184 p.

55 Claude Groulart, Mémoires…, op. cit., p. 410.

56 Après les troubles, Groulart a obtenu du roi Henri IV les fonds nécessaires à la reconstitution de sa bibliothèque. Gérard Hurpin, « Un grand magistrat au temps des guerres de Religion : Claude Groulart, premier président du parlement de Rouen (1585-1607) », Cahiers Léopold delisle, t. XLVIII, 1999, p. 10.

57 Groulart aurait déclaré que les ligueurs lui ont détruit la valeur de trente mille livres de biens dans sa maison de Rouen. Jonathan Dewald, The formation of a provincial nobility…, op. cit., p. 223. Bibl. mun. de Dieppe, Ms 63 ; Archives d’Esneval, Acquigny.

58 Michel Mollat (dir.), Histoire de Rouen, Toulouse, Privat, 1979, p. 490.

59 Pierre-Amable Floquet, Histoire du parlement de Normandie, Rouen, t. III, p. 288-301.

60 Nicolas Plantrou (dir.), Du parlement de Normandie à la Cour d’Appel de Rouen 1499-1999 : Ve centenaire du Parlement de Normandie, Paris, Imprimerie nationale, 1999, p. 100-101.

61 Lorsque le maréchal écrit au premier président pour lui signaler que ses propriétés sont en danger, sa maison de Saint-Aubin-le-Cauf étant désignée pour être rasée, Groulart se contente alors de manifester son « étonnement qu’on l’eust prist pour un ennemy, veu qu’il avoit tasché en ses comportements si modestement se gouverner que l’on cogneust qu’il estoit affectionné à la religion catholique et à la conservation de l’Estat ». Pierre-Adolphe Sorbier, « Biographie de Claude Groulart », art. cit., p. 506.

62 Jean-Marie Constant, « L’amitié : le moteur de la mobilisation politique dans la noblesse de la première moitié du xviie siècle », revue xviie Siècle, n° 205, 51e année, n° 4-1999, p. 593-608. Nicolas Le Roux, La faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-vers 1589), coll. Époques, Seyssel, Champ Vallon, 2000.

63 C’est notamment le cas de Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle, collection Michaud et Poujoulat, XI, p. 327.

64 Registres secrets du Parlement de Normandie séant à Caen, 25 février 1593. De plus, comme Gérard Hurpin le montre : « Ses relations épistolaires faisaient de lui un familier de savants protestants français exilés. On peut juger par là que ses vacillements, joints au culte de l’antique, ne laissent pas bien augurer de la solidité du catholicisme de Groulart. » Gérard Hurpin, « Un grand magistrat au temps des guerres de Religion… », art. cit., p. 3-25.

65 Le magistrat semble vouloir entretenir le mystère : « Je ne vous dirais point messieurs par quels moyens j’ai este appelé en ceste charge. » Bibl. mun. de Rouen, Y 202 (1158) fol 75.

66 Olivier Chaline, « L’aristocratie parlementaire normande au xviiie siècle : un système de représentations. Godart de Belbeuf ou le parfait magistrat », Histoire, économie et sociétés, 1994, p. 263-272.

67 Claude Groulart, Mémoires…, op. cit., p. 425.

68 Dewald le montre : « Despite his connections with important Parisian families, aristocratic patronage was critical for his success : He was first councillor in the Grand Conseil and in the council of the Admiral de Joyeuse, by whose influence and by his own merits he was named by commission to the office of first president » (Bigot de Monville, Bibl. mun. de Rouen, Ms Martainville Y 24, fol. 25.) cité par Jonathan Dewald, The formation of a provincial nobility…, op. cit., p. 88 n. « The candidate needed more than money to enter The Parlement ; usually he needed as well someone to speak in his favor at court. » Ibidem, p. 86. De plus, le roi Henri III éprouvait une répugnance initiale à accorder une telle charge à quelqu’un de la province. Stuart Carroll, qui s’est intéressé à la structure du pouvoir en Normandie, écrit au sujet de l’autorité de Guise et de ses défenseurs : « The appointment of Claude Groulart as premier president of the parlement of Rouen in April 1585 was a more serious blunder. Although a Norman, Groulard was a repentant Calvinist, a protégé of Joyeuse and did not fulfil the age requirement for such a senior office. The obvious fear was that he would represent the interests of Joyeuse and the king rather than the corporate body he now headed. » Stuart Carroll, Noble power durion the french Wars of Religion…, op. cit., p. 196.

69 Ibidem, p. 424.

70 Ibid., p. 425.

71 Henri IV, mesurant l’importance des nobles dans la résistance ligueuse, veut absolument les gagner à sa cause et obtenir leur ralliement. Ainsi, le roi consent à ces nobles des avantages considérables en gage de leur soumission à son autorité. L’image de la pépinière est très intéressante, elle renvoie au terme technique de plant de jeunes arbres obtenus par semis et élevés jusqu’à un âge permettant la transplantation ou le repiquage. En d’autres termes, Henri IV veut domestiquer la noblesse de manière à ce qu’elle ait plus d’intérêts à soutenir la royauté. Aussi, Henri IV est-il enclin à assurer leur survie lignagère, politique et sociale. Arlette Jouanna, « Être bon français au temps des guerres de Religion : du citoyen au sujet », Conflits politiques, controverses religieuses, Paris, Éditions de l’EHESS, 2002. Arlette Jouanna, L’idée de race en France au xvie siècle et au début du xviie siècle, Lille III, Thèse, 3 volumes, 1975.

72 Claude Groulart, Mémoires…, op. cit., p. 419-420.

73 Ibidem, p. 423.

74 Ibid., p. 427.

75 « The anti-Groulard faction was headed by the Bauquemare and their kinsmen, relatives of the former president and creditors of the Guise family, and included influential men such as the procureur general, Georges de la Porte, whose family benefited from Guise patronage. » Stuart Carroll, Noble power during the French Wars of Religion… op. cit., p. 196.

76 Claude Groulart, Mémoires… op. cit., p. 433. Le premier président s’en remet à Dieu et soumet son destin à la volonté divine. Frédéric Briot a montré que les Mémoires, d’une certaine manière, appartiennent à la sphère de la spiritualité. Frédéric Briot, Usage du monde, usage de soi. Enquête sur les mémorialistes d’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1994, p. 41-42.

77 Pour Nadine Kuperty-Tsur, « le genre littéraire des Mémoires se trouve précisément au carrefour de trois instances – tribunal, écriture de soi et littérature – avec un quatrième : l’histoire », Nadine Kuperty-Tsur, « Justice historique et écriture mémorialiste », Écriture de soi et argumentation, N. Kuperty-Tsur (éd.), Caen, Presses Universitaires de Caen, 2000, p. 47-64.

78 Ibidem, p. 414.

79 Voir Jay M. Smith, The Culture of Merit. Nobility, Royal Service, and the Making of Absolute Monarchy in France, 1600-1789, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1996.

80 Claude Groulart a reçu des gratifications par le pouvoir royal, mais c’est dans la sphère publique que le magistrat aurait voulu être récompensé, notamment par le garde des Sceaux.

81 Nadine Kuperty-Tsur, Se dire à la Renaissance, les Mémoires au xvie siècle, de Pétrarque à descartes, Paris, Vrin, 1997.

Auteur

Université du Maine

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540