Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et événement

 | 
Marc Bergère
, 
Luc Capdevila

Les mutations du genre au travers des conflits sociaux en Bretagne dans les années 1968

Vincent Porhel

Texte intégral

  • 1 Zancarini-Fournel (M.), « Métiers, corporations, syndicalismes », Clio, n° 3, 1996.
  • 2 Thébaud (F.), Écrire l’histoire des femmes, ENS édition, 1998, 227 p.
  • 3 Dreyfus-Armand (G.), Frank (R.), Lévy (M.-F.), Zancarini-Fournel (M.) (dir.), Les années 68, le te (...)

1Le genre consiste dans la construction sociale d’un système de relation entre hommes et femmes le plus souvent fondé sur l’inégalité et la domination d’un sexe à l’autre1, il forme ainsi un ensemble dynamique de pratiques et de représentations2. Au cours des « années 1968 », période recouvrant l’ensemble des faits liés aux mois de mai et juin pris comme événement révélateur3, on observe une affirmation publique de la conscience des identités de genre, non seulement dans les années postérieures, mais aussi pendant les événements. On assiste ainsi au cours de ces multiples épisodes à l’affirmation de mutations socioculturelles au travers desquelles se vérifient des mutations du genre. Reste que l’étude de ces mutations ne peut se limiter aux femmes entrées dans « la vie active ». Elle doit prendre en compte l’évolution plus générale du genre en englobant notamment la question des femmes au foyer. En effet, les années 1968 sont plus généralement une période de profondes transformations de la sphère privée et des individus. C’est à partir de conflits sociaux en Bretagne, traités comme événements révélateurs, que j’ai choisi d’observer cette mutation du genre.

2Cinq conflits ont plus particulièrement attiré mon attention. Ces conflits se produisent d’un bout à l’autre de la période, depuis le milieu des années 1960 jusqu’à la fin des années 1970. En apparence, ils n’ont en commun que la continuité chronologique et l’assise régionale : 1966, les forges d’Hennebont ferment au terme d’une longue lutte décennale au cœur d’un espace structuré par l’appartenance cégétiste ; mai/juin 1968, la CSF Thomson à Brest, nouvelle usine de haute technologie, entre dans le conflit en portant dès l’origine une revendication moderniste celle de l’autogestion ; 1972 et 1974, les conflits du Joint Français à Saint-Brieuc et le conflit Doux à Pédernec marquent l’émergence médiatique des luttes d’OS en Bretagne ; enfin, la lutte antinucléaire de Plogoff en 1980 souligne l’émergence de nouvelles aspirations culturelles et sociales.

La collecte de sources orales, à l’épreuve du genre

  • 4 Descamps (F.), L’historien, l’archiviste et le magnétophone, Comité pour l’histoire économique et (...)

3Cette analyse repose, en raison du contexte étudié, sur une multiplicité de sources. Sources écrites tout d’abord : la presse bien sûr, mais aussi les archives publiques qui s’ouvrent peu à peu sur cette période que ce soient les archives nationales, départementales ou locales. Autres sources écrites précieuses : les analyses des sociologues du travail réalisées à l’époque, celles-ci signalent en particulier les convergences entre l’agitation sociale liée aux événements de mai/juin 1968 et les revendications identitaires propres à la Bretagne. D’autre part, les sources audiovisuelles et iconographiques sont devenues nombreuses avec le développement des mass media. Il existe en particulier les émissions télévisées et le cinéma militant particulièrement dynamique dans la région à cette époque. Le troisième corpus concerne les sources orales. Leur collecte est un aspect privilégié de la recherche en histoire du temps présent, leur utilisation aujourd’hui étant devenue courante4. La méthode utilisée pour la collecte, axée sur l’interrelation entre les interlocuteurs ou « effet boule de neige », semble particulièrement pertinente dès lors que l’on traite du genre. Au cours de mes recherches, j’ai eu l’occasion de recueillir quarante-cinq témoignages sur les cinq conflits étudiés. Ces entretiens ont pris en compte une grande diversité d’interlocuteurs, des responsables syndicaux bien sûr, mais surtout des anonymes. Ce sont ces derniers qui m’ont amené à adopter les modalités d’un questionnement semi-directif afin de franchir le mur de la réserve face à la prise de parole.

4Sur l’ensemble de ces témoignages, seuls quatre concernent spécifiquement une femme. Encore sont-ils le produit d’une démarche volontariste de ma part. Les autres, l’immense majorité, (trente-trois entretiens) concernent les hommes ou plus rarement les couples (huit entretiens) au sein desquels la compagne est le plus souvent restée à l’écart, se contentant de loin en loin de quelques réactions au discours de son mari ou compagnon. C’est souligner les préventions encore existantes à l’égard du genre dès lors que l’on s’intéresse au monde du conflit. Spontanément celui-ci est perçu comme une « affaire d’homme », un espace dont la femme est sinon exclue du moins largement étrangère, alors même que sa fonction productive est reconnue. Cette permanence des représentations de la femme, déconnectée des enjeux du mouvement social, est partie prenante des réflexions à mener sur la place des femmes dans les conflits sociaux. Dès lors, il est possible de mesurer à l’aune de ces entretiens une évolution du genre au cours des conflits en Bretagne dans les années 1968.

Les femmes au foyer dans les conflits sociaux : dépasser le cadre du privé

5Les représentations traditionnelles du genre se focalisent, dans le cadre des conflits sociaux, sur la différenciation entre productifs et non productifs. Cette barrière sociale et culturelle met en évidence une division sexuée profondément intégrée par les acteurs au point qu’elle recouvre aussi dans, un premier temps, les femmes au travail. Reste que dans le cadre des conflits sociaux de cette époque, cette norme, qui impose une division de fait de la contestation, se retrouve ponctuellement remise en cause à l’orée des années 1968. Le 14 juin 1966, une manifestation de femmes partie d’Hennebont gagne Lorient, elles protestent contre l’annonce de la fermeture des forges. Le 20 novembre 1969 à Brest, des épouses de techniciens de la CSF-Thomson demandent à la CFDT la reconnaissance du statut de mère de famille. À partir de ces exemples, on perçoit une continuité dans la volonté des femmes de quitter le cadre du privé pour s’investir dans des formes d’organisation et de luttes essentiellement masculines ; ces démarches, si elles soulignent une certaine permanence des femmes comme gardiennes du foyer et de la vision des hommes à leur égard, mettent également en évidence les changements en cours.

  • 5 Tartakowsky (D.), Les manifestations de rues en France (1918-1968), Publication de la Sorbonne, 19 (...)
  • 6 La liberté du Morbihan du 28 mars 1962.
  • 7 Entretien LGA du 13 juillet 2000, lamineur en 1966. Les entretiens ont été collectés et intégralem (...)

6Largement ignorée au fil des conflits, l’image de la femme semble disparaître dans le contexte de ce qui est largement affirmé comme une affaire d’homme. La notion de confrontation, de rapport de force intimement liés à l’idée de grève ou de débrayage intègre une dimension virile d’où sont exclus les femmes, les enfants, mais aussi les membres du clergé – prêtres et religieuses – particulièrement influents en Bretagne. Ce refus d’une altération du genre s’appuie également sur une perception technique du travail, objet du conflit, qui renvoie à une identité ouvrière clairement masculine. Cette prégnance des représentations est particulièrement affirmée dans le cadre du conflit des forges d’Hennebont. Si les femmes manifestent au côté de leurs maris au cours de ce long conflit, qui se clôt en 1966 par le dépôt de bilan des forges, c’est initialement dans le cadre d’une pratique syndicale éprouvée par la CGT – largement majoritaire aux forges – dont Danièle Tartakowsky5 relève de nombreux exemples, notamment dans le Nord des années 1960. C’est alors une pratique courante de la CGT, s’appuyant souvent sur l’Union des Femmes Françaises (UFF), une association proche du PCF qui rassemble les femmes au foyer. À Hennebont, on a ainsi connaissance d’un tract, de 1962, rédigé par « un groupe de femmes d’ouvriers » et faisant un parallèle avec les « femmes de Decazeville6 », preuve de la permanence d’une action du syndicat à l’échelle nationale dans l’intégration des femmes d’ouvriers à la lutte. À Hennebont, les manifestations communes, mixtes ou non mixtes, appartiennent donc à l’histoire des forges. Les témoignages sont multiples. Pourtant, certains témoins rappellent les motifs initiaux de la participation des femmes aux manifestations ouvrières, lesquels procèdent plus d’une volonté de surveillance des hommes, qui ont tendance à s’attarder au café après la manifestation, que d’une réelle adhésion aux revendications7. Les femmes défilent alors avec leur mari. Elles le font parfois avec les enfants dont il faut bien s’occuper. Ces manifestations qui mêlent les deux sexes ont également pour vocation de rassembler une communauté élargie à l’ensemble des habitants d’un espace géographique. C’est le sens du parcours traditionnel qui unit Hennebont à Lorient.

7Autre temps autre espace, en mai/juin 1968, lorsque se met en grève la CSF-Thomson, on assiste, dès les débuts de l’occupation, à la mise en place de structures d’accompagnement des femmes de grévistes : des ateliers sont organisés pour « qu’elles puissent se parler et se soutenir », sous-entendu en l’absence des hommes. Il est même prévu des groupes de dépannages chargés de la maintenance de l’électroménager dans les foyers de femmes de grévistes :

  • 8 Entretien GL du 16 juillet 1997, technicien à la CSF en 1968.

« On savait aussi qu’il y avait des femmes qui n’étaient pas d’accord, alors on a mis en place un groupe social pour écouter. Il fallait regrouper les femmes entre elles pour qu’elles puissent discuter, se soutenir. On avait besoin de cette solidarité là. Le groupe dépannage correspondait à un besoin, les hommes n’étaient plus à la maison et les télévisions, l’électroménager, ce n’était pas comme maintenant, çà tombait souvent en panne8. »

8Dans les deux cas, les femmes au foyer sont clairement rejetées dans un espace privé coupé de l’action revendicative menée par les maris. L’évolution notable au cours du conflit de mai-juin 1968 est l’attention portée au bien-être des femmes, alors que ce bien-être est assumé, dans le cadre des luttes des forges, par une solidarité féminine facilitée par l’unité de l’habitat. Il semble donc que le début des années 1968 voit plus que jamais perdurer une nette séparation des sexes. Il reste que, dans les deux cas évoqués, les femmes au foyer vont momentanément refuser le statut qui est le leur pour s’affirmer dans l’espace public.

  • 9 Une position des syndicats (CGT et CFDT notamment) qui tranche avec une pratique de recours au sou (...)

9Quand le 14 juin 1966, les femmes des forgerons défilent sans les hommes et uniquement accompagnées des deux maires des communes concernées et du prêtre, le conflit est terminé. Peu de jours auparavant, l’État avait clairement exprimé son refus de toute discussion supplémentaire en déclinant la proposition de table ronde portée par le comité de défense : c’était la fermeture définitive et sans appel. Dans ce contexte, l’initiative d’une marche des femmes sur Lorient procède d’une volonté non pas de sauver les forges, mais de sauver l’emploi dans la région. Autrement dit, elle a pour but d’amener l’État à prendre des mesures d’accompagnement, « au nom de leurs enfants » est-il précisé dans la motion déposée à la sous-préfecture. L’important ici est la reconnaissance de la faculté d’auto-organisation des femmes des forgerons, car les entretiens postérieurs soulignent l’absence d’intervention, dans cette initiative, des syndicats présents aux forges9. Le constat est bien évidemment celui d’une absence, celle des ouvriers hennebontais pour lesquels le combat est fini. Les forgerons interprètent cette action a posteriori comme un « baroud d’honneur » qui souligne douloureusement leur incapacité à remporter la décision. Quarante ans après, ils évoquent cette manifestation avec un certain fatalisme, mais également avec une certaine fierté. De ce fait, cette manifestation spontanée revêt une expression politique : elle permet de quitter le terrain de la revendication de « maintien et modernisation des forges » portée depuis l’origine par la CGT pour glisser sur celle du reclassement, nouvel enjeu de la lutte.

  • 10 Archives municipales d’Hennebont, 2F3-2.

10Cette manifestation est sévèrement jugée par les partisans de la fermeture. Ainsi, aux lendemains de la manifestation des femmes du 14 juin, un tract émanant de « l’Association pour la Ve république », dirigée par le Docteur Thomas, conseiller régional, évincé du comité de défense en juin 1966, prend violemment à partie le comité de défense des forges à l’origine, dit-il, de la manifestation10. Mettant en cause sa légitimité, au travers de la mainmise supposée sur la manifestation de la CGT, du PCF, de « leurs complices et quelques naïfs qui les suivent », le tract dénonce l’exploitation du « plus profond sentiment féminin » : la sécurité familiale. Surtout, au travers de l’argumentation en faveur du démantèlement des forges, il défend une représentation de l’avenir de l’industrie en Bretagne en dénonçant les manifestations qui font hésiter les chefs d’entreprise à s’installer dans des régions où les troubles sociaux sont permanents : « Au lieu de se battre pour la survie d’une entreprise nécessiteuse, il faut créer des emplois d’avenir. Il est un élément indispensable que seuls les intéressés peuvent apporter : leur concours et leurs coopération, le succès, leur succès est à ce prix. » Pour ces opposants, l’autodétermination des mères de famille est clairement niée, leur intervention autonome dans l’espace public ne peut être que le fruit d’une manipulation de la femme fragilisée par sa maternité, soulignant ainsi la permanence dans les représentations politiques et masculines du statut des femmes réduites à demeurer une minorité sans voix.

  • 11 Vincent Porhel, Mai 1968 au Collège Littéraire Universitaire de Brest, mémoire de maîtrise, 1988, (...)

11Dans un autre contexte, les femmes des grévistes de la CSF vont initier une démarche plus générale d’émancipation. Nous sommes là dans un autre contexte, celui de mai/juin 1968. Celui-ci voit un nouveau ton s’imposer dans la foulée des manifestations étudiantes où se mêlent filles et garçons. À Brest, ce sont les étudiantes qui préfigurent les événements en envahissant la cité universitaire des garçons le 14 février 1968 pour protester contre le règlement intérieur11.

12Dans le cadre du conflit à la CSF, l’initiative vient des épouses des techniciens. Celle-ci trouve son origine dans une discussion informelle entre les syndiqués de la CSF et des paysans des environs accompagnés de leurs compagnes. Cette rencontre a lieu alors que l’usine en grève (laquelle développe une action à ambition autogestionnaire reposant sur une volonté d’autonomie du centre de Brest à l’égard du centre parisien) s’ouvre au monde extérieur et notamment à un début de soutien paysan. Pour leur part, les épouses des techniciens s’étaient déjà rencontrées dans le cadre d’une commission de discussion et d’échange. Ce sont pourtant les épouses des militants paysans qui, à cette occasion, rapprochent l’exploitation dont se sentent victimes les femmes d’agriculteurs de l’exploitation que dénoncent les salariés au sein de leur usine. Cette intervention des épouses d’agriculteurs n’est pas un hasard. En effet, les paysans, présents à la discussion, ne peuvent que difficilement comparer leur statut d’indépendant au statut des salariés de l’industrie dans la mesure où ils sont responsables de leur production, en revanche leurs épouses peuvent souligner leur absence de statut alors qu’elles participent activement à la marche de l’exploitation :

  • 12 Entretien GL.

« Les conditions de travail n’étaient pas tout à fait les mêmes du fait qu’ils étaient eux responsables, par contre et c’est là que la discussion était très intéressante, c’est que les femmes se considéraient comme exploitées au même titre que les ouvriers parce qu’elles n’avaient pas de statut, elles n’avaient rien, elles n’avaient pas de retraite, pas de statut et pour nous ça a été une découverte et c’est là dessus qu’un groupe s’est formé avec nos femmes12. »

  • 13 Entretien OC du 22 décembre 1997, femme de technicien en 1968. Ainsi, au cours du congrès de 1970, (...)
  • 14 Archives départementales du Finistère, 141W84.
  • 15 Syndicalisme magazine, « Travailleuse à part entière », n° L266.
  • 16 Correspondances dans des archives privées.
  • 17 Loiseau (D.), « Associations féminines et syndicalisme en Loire-Atlantique des années 1930 aux ann (...)

13La rencontre se fait sur cette convergence et non entre salariés et femmes de paysan, en effet la solidarité demeure unisexuée. Cette rencontre aboutit à un projet d’organisation visant à donner un statut professionnel aux femmes au foyer par la reconnaissance de leur rôle social. Afin de marquer leur détermination, ces militantes décident de refuser de se déclarer sans profession dans les documents administratifs. Néanmoins, au niveau national la proposition est refusée. La permanente nationale, une Bretonne, considère que la reconnaissance d’un statut de mère au foyer aboutit de facto à limiter la légitimité de la femme au travail13. Ce projet est pourtant présenté le 20 novembre 1969 au congrès départemental de la CFDT à Quimper14, où la proposition de créer une « section syndicale CFDT des mères de famille » est bien accueillie par les congressistes. La présence d’un journaliste de Syndicalisme Magazine ouvre une tribune à la position des épouses brestoises15. À partir de ce numéro le mouvement s’étend, son objectif étant de faire reconnaître ce statut à l’échelle confédérale. Il reste que malgré une certaine diffusion des idées – une section se forme à Joué-les-Tours qui correspond régulièrement avec la section brestoise – l’initiative ne résiste pas à la mauvaise volonté syndicale, et les structures mises en place finissent par intégrer le cadre associatif16. Cette démarche des épouses brestoises n’est cependant pas une exception dans l’histoire du mouvement ouvrier. En effet, dès 1933, les femmes socialistes ont réclamé la reconnaissance de la maternité comme fonction sociale rétribuée17, cette démarche aboutissant à la création de l’Association Populaire Familiale (APF) qui connut des blocages identiques dès lors qu’elle se confrontât au pragmatisme syndical.

  • 18 Lévy (M.-F.), « Les femmes du temps présent à la télévision (1960-1975) » dans Les années 1968…, o (...)

14Partant de cet événement, peut-on extrapoler sur l’affirmation d’une nouvelle identité féminine au travers du conflit CSF ? Certes, de nombreuses études mettent en évidence une affirmation croissante de l’individualisme chez les femmes à la veille des événements, bien avant que l’on parle d’émancipation féminine, notamment au travers des différents médias. Or, cette affirmation d’une volonté de liberté s’exprime, certes, en direction des maris, mais principalement à l’égard de la charge croissante que représente la garde et l’éducation des enfants en bas âge de plus en plus difficilement supportable seule. L’aspiration à la reconnaissance d’un statut de mère de famille est donc largement exprimée par les femmes à la veille des événements, en France. On peut ainsi suivre le cheminement de cette réflexion au fil de la correspondance de Ménie Grégoire sur RTL18. Pour autant, l’action pour une reconnaissance du statut de mère de famille menée par les femmes de techniciens de la CSF Thomson relève tout autant d’un « effet d’aubaine » dans le contexte de lutte brestois en mai/juin 1968. Il est important de relever que les femmes qui prennent l’initiative sont les épouses des leaders de la contestation à l’intérieur de l’usine. À ce titre, elles sont plus spontanément en contact avec les rouages syndicaux, la dynamique de lutte et ont plus facilement l’occasion de dépasser le cadre strictement ménager dans leurs conversations avec leurs maris.

  • 19 Entretien FC, 22 décembre 1997, femme de technicien en 1968.

« Je crois que c’est venu du fait que, beaucoup plus que nos mères, on a pu avoir accès à la discussion avec notre mari dans le rôle de mère et d’épouse. Mais c’était à double-tranchant, quand mon mari était trop souvent absent, je lui disais : quand est ce que tu reviens à la maison ? Parce qu’il y avait les enfants, on les a fait ensemble, on les élève ensemble, toi tu as ta vie professionnelle mais, moi je ne vais pas me cantonner à laver les casseroles19. »

15De ce fait, au-delà d’une volonté de reconnaissance d’un statut socio-économique particulier, cette démarche vise essentiellement à impliquer davantage des acteurs passifs des évolutions en cours. Cependant, comme le souligne la réaction de Jeannette Laot alors permanente syndicale nationale de la CFDT, et celle des actrices du mouvement de mai-juin à la CSF, la position syndicale trouve comme premier défenseur les femmes elles-mêmes :

  • 20 Entretien ML du 28 décembre 1997, comptable à la CSF en 1968.

« Je n’ai pas été féministe parce que leur outrance me gênait quelque part, mon idée à moi c’est que, la femme, elle doit prendre sa place de la même manière que les hommes, elle doit pas avoir des revendications spéciales20. »

  • 21 Entretien FC.
  • 22 Entretien PS du 5 août 1997, syndicaliste paysan en 1968.
  • 23 Loiseau (L.), « Associations féminines et syndicalisme en Loire-Atlantique des années 1930 aux ann (...)

16L’accès des mères de famille à une expression publique est donc, là encore, la constatation d’une absence. Les femmes sortent de leur statut lié au privé quand les hommes ne sont plus là. C’est alors qu’intervient un intermédiaire obligé en Bretagne dans les années 1968 : l’Église. En effet, le curé accompagne la manifestation de femmes à Hennebont, durant le conflit à la CSF. Les aumôniers de l’action catholique ouvrière (ACO) vont de maisons en maisons pour diffuser les informations et maintenir un lien social. Quand l’envie vient à une femme de manifester et qu’elle s’adresse à son mari pour obtenir une garde d’enfant, c’est une sœur ouvrière qui remplit cette fonction21. Ce constat amène à souligner l’importance des mouvements catholiques dans le déroulement des conflits sociaux en Bretagne. Il révèle également une certaine ambiguïté de l’Église dans les années 1968. Garante de la morale auprès de la communauté, l’Église en Bretagne voit également se développer à partir des mouvements de jeunesse, très actifs dans la région, une nouvelle représentation du genre. Les réunions de la JAC ou de la JOC mélangent, en effet, les militants et les militantes dans les séances de formation amenant à la formulation d’interrogations liées aux relations entre les sexes. Un militant paysan m’a confié, trente ans après, le refus instinctif de son père d’envisager une telle discussion alors que sa mère s’avérait être beaucoup plus réceptive22. Cette pratique de l’action catholique explique, pour certaines femmes, l’origine de leur initiative auprès des syndicats. Plus actives que leurs mères au sein du couple, adeptes de réunions communes qui mettent en évidence leur non­engagement23, elles sont un élément essentiel de la remise en cause des rôles patriarcaux et, par là, d’une rénovation de la famille qu’elles entendent imposer à leurs maris. C’est le sens de cette réflexion désabusée de cet ouvrier de la CSF au terme de furieuses discussions sur l’autogestion en cours dans son usine :

  • 24 Entretien PB du 23 décembre 1997, manœuvre à la CSF en 1968.

« Les autres, ils étaient pas opposés, mais ils le découvraient comme moi, au contraire, ils se disent, bon, c’est bien, on va pouvoir avoir notre mot, on va pouvoir décider, mais bon ; on a vu les limites aussi… C’était ma femme, c’était pas évident parce que… il y a tellement de choses qui s’imbriquent là-dedans, on est autogestionnaire et puis une fois à la maison, on ne l’est pas quoi24. »

17Marque, s’il en est, d’un lent cheminement des esprits.

Le basculement de la norme : la femme au travail

18L’expression d’une mutation du genre dans les années 1968 se lit dans la perception de l’arrivée massive des femmes sur le marché du travail. Il faut alors interroger le cheminement des représentations. Or, celles-ci sont intimement liées aux évolutions de l’industrialisation régionale au cours de la période.

La femme au travail : la figure de l’absente au début des années 1968, l’exemple de la CSF

  • 25 Perspectives nationales du IVe plan, décentralisations enregistrées, conditions locales du marché, (...)

19En 1963, alors que les défilés des ouvriers d’Hennebont posent le problème du développement industriel régional, un rapport préfectoral dresse un accablant constat de la situation socio-économique de la Bretagne : « Peu d’emplois qualifiés, inexistence d’un marché du travail alimenté par des mouvements interentreprises ce qui rend le réservoir humain difficilement utilisable25. » Il déplore par ailleurs la disparition en Bretagne de nombreuses petites unités artisanales (conserveries, forges, textile…), elle entraînerait une stagnation de la population active dans le secteur des industries de transformation et la nécessité de créer : « 100 000 emplois industriels entre 1960 et 1970. » Dès lors, les perspectives tracées par la préfecture dans le cadre du IVe plan (1962-1965) sont de :

« Faciliter la mobilité des ruraux, d’assurer la formation professionnelle de la main-d’œuvre en liaison avec l’industrie, de susciter la venue d’industriels dans les secteurs de la mécanique, de l’industrie électrique et électronique, de l’industrie chimique et plastique, de rechercher des industries employant la main-d’œuvre féminine. »

  • 26 Entretien LG du 13 juillet 2000, lamineur aux forges en 1966.
  • 27 Cette particularité est générale à l’industrie électronique durant la période. Ainsi à l’usine CSF (...)
  • 28 Entretien MO du 30 octobre 2000, technicien en électronique et militant CFDT.

20Dans ce contexte s’installe l’usine CSF à Brest en 1963. Absente aux forges d’Hennebont ou peu s’en faut (elles sont déléguées aux tâches administratives et réputées dépendantes de la direction26), les femmes forment à la CSF-Thomson une part appréciable des effectifs. L’industrie électronique fait en effet massivement appel à une main-d’œuvre féminine pour assurer le câblage. Dévoreuse de main-d’œuvre, cette activité concerne essentiellement des jeunes filles formées à la couture « en raison » de la dextérité demandée par ce travail27. La câbleuse est longtemps demeurée pour moi la figure absente de l’usine. Dans un premier temps, il ne m’a pas été possible de joindre une représentante de cette activité malgré mes efforts. Aucun de mes interlocuteurs n’a pu m’indiquer un nom, une adresse, comme si la masse des travailleuses du câblage s’était fondue dans un même anonymat. Comment l’expliquer ? Tout d’abord, le statut social de ces jeunes filles les destine peu ou prou au mariage. Résidant majoritairement encore chez leurs parents, elles viennent chercher à l’usine un supplément de ressources, parfois perçu par les ouvriers de l’usine comme de « l’argent de poche28 ». L’expression renvoie l’activité féminine au sein de l’usine, et au-delà de la connotation péjorative de la phrase, à l’occupation d’un emploi et non à l’exercice d’un métier. De plus, le passage de ces jeunes filles au sein de l’usine n’est, dans un premier temps, que provisoire et empêche un engagement syndical qui sous-entend une appartenance ouvrière de longue date. Par ailleurs, j’ai évoqué le rôle fondamental que tient la revendication de l’autonomie du centre de Brest dans le débat syndical et par là dans la cohésion interne des salariés. Or cette revendication, en mettant en évidence les capacités professionnelles des individus, se fait par opposition à la notion de production passive. Dans ce cadre, quelle place dans la contestation peuvent tenir des femmes sans qualification, expression même, par leur activité passivement productive, d’une image du centre que renient consciemment ou inconsciemment les acteurs de la contestation à l’intérieur de l’usine ?

  • 29 Maruani (M.), Nicole (C.), Au labeur des dames, Syros, 1989, p. 60.

21L’étude du métier de câbleuse renvoie à des stéréotypes de la part des observateurs masculins rabaissant cette activité féminine à un « travail facile29 », partie prenante des représentations de genre. Alors que la pratique de ce métier impliquant plus que de la dextérité nécessite une réelle expérience. Le travail impose notamment à l’ouvrière l’analyse d’un schéma d’exécution qu’elle met en œuvre. Le prix de revient des composants utilisés dans la fabrication des radars est également perçu comme un élément de distinction professionnelle – et donc d’appartenance à un métier –, par rapport au câblage meilleur marché pratiqué dans l’industrie automobile.

Figure 24 : Câbleuse de l’usine CSF de Cholet (Inter-Ce Thomson-mecafi-cirea, Les gens de la radio, L’Harmattan, 1997, 136 p.)

  • 30 Entretien CDAG, du 18 novembre 2003, câbleurs et câbleuses en 1968.

22Dès lors, il existe une réelle fierté du travail de la part des câbleuses, incarnée par l’aspiration à une progression professionnelle30. Les représentations du monde des câbleuses de la part des salariés de l’usine demeurent cependant lapidaires, trente ans après. Le lien entre femmes et clergé est ainsi souvent souligné. Dans les entretiens, on évoque ces jeunes couturières « amenées » à l’usine par le curé du village, aspect qui ne m’a jamais été confirmé par les faits. Dès lors, les femmes s’autocensurent et s’autolimitent. Il est particulièrement significatif de relever que dans le service de câblage de la CSF, féminisé à 90 %, le délégué du personnel est un homme.

  • 31 Entretien CDAG.

23Quand j’ai pu finalement rencontrer des représentants du secteur câblage de la CSF, deux étaient des câbleurs31. Un constat s’est dès lors imposé. Parmi ces trois personnes une seule continuait son activité initiale, la femme, les deux hommes étaient devenus contremaîtres. À ce titre, l’entretien a révélé de la part de l’unique câbleuse un ressentiment profond, car si le salaire est le même pour tous, la progression professionnelle est loin d’être uniforme. Cette situation s’explique, en partie, par l’inégalité de la formation initiale. Titulaire d’un BEI de couturière, seul proposé aux filles dans la région avec le BEI de sténographie et celui de comptabilité, AG n’a pu rivaliser avec les diplômes spécialisés à la disposition des hommes en Bretagne. De plus, la formation à l’extérieur de la région – nécessaire dans le domaine technique en raison de l’absence de formation spécifique en Bretagne – si elle apparaît courante pour les garçons, est encore largement interdite aux filles. D’où, trente ans après, le constat désabusé de n’avoir pas pu profiter, à la différence de ses collègues masculins, de l’ouverture professionnelle des années 1968. Plus généralement les entretiens marquent bien la différence d’investissement des parents dans le suivi de la formation des filles. Pour ces dernières, un échec aux examens n’est pas considéré comme un drame, voire participe même de l’ordre des choses :

  • 32 Entretien AC et FC.

Quel était l’avis de votre père sur vos études ? Est-ce que vous aviez des contacts ?
« A : Ils nous ont poussés, oui, ils nous ont poussés ; dans ta famille ils poussaient pas [rire].
F : Ben non, ils m’ont dit si les études çà va pas viens à la maison il y a du travail ; c’était une boulangerie, par contre, le plus jeune il a fait un CAP d’électricien32. »

  • 33 Archives départementales du Finistère, 117W112.
  • 34 Entretien AC, page 229.
  • 35 Selon un entretien, le contenu des revendications a trait aux cadences, au poids de l’encadrement (...)

24Pourtant à la CSF-Thomson, la première grève d’importance impliquant la totalité de l’usine vient précisément des câbleuses. Celle-ci est exemplaire, parce qu’elle touche des OS féminines, c’est à dire la catégorie des travailleurs la plus exposée ; parce qu’elle reprend les bases de la contestation au sein de la CSF ; enfin, parce que même si elle reste limitée dans son expression, elle oblige tous les acteurs de l’usine à se définir et donc à s’inscrire ou non dans un processus de contestation vis-à-vis de la hiérarchie. Le conflit du câblage peut donc être considéré comme référent par la place qu’il tient dans les différents entretiens a posteriori. Parti le 13 janvier 1966 sur une grève spontanée de 80 ouvrières à propos des conditions de travail et, notamment, de la pression d’un chef d’équipe, et à l’initiative de la CGT33, le conflit est pris en main dès le lendemain par la section syndicale CFDT – l’atelier câblage est situé dans le même hall que l’atelier dévolu aux agents techniques. Si certaines ouvrières sont syndiquées34, on a le sentiment, à l’aune des témoignages rétrospectifs, d’une certaine autonomie de la grève. Même si, de l’avis de tous, elle est massivement soutenue au sein de l’usine : le 14 janvier, 505 ouvriers débrayent en solidarité. Les câbleuses réclament le départ du chef d’équipe, que n’obtient pas dans un premier temps le délégué syndical, AC, ce qui prolonge la grève des câbleuses mettant le délégué syndical en porte-à-faux vis-à-vis de la direction. Selon le témoignage d’AC, c’est pourtant en raison d’une erreur de la direction qu’est obtenue la victoire finale des câbleuses, entraînant l’éviction du chef d’équipe contesté et aboutit à l’amélioration des conditions du travail. En effet, la direction voulant profiter de ce hiatus convoque l’ensemble du personnel de l’usine pour constater la situation et sort perdante d’une confrontation avec le délégué syndical par le basculement, en faveur de la grève, des ingénieurs du technique. Victoire donc que le délégué porte au crédit de la section syndicale qui, à cette occasion, apporte à l’ensemble du personnel les preuves de sa crédibilité. Qu’en est-il des câbleuses ? Initiatrices du conflit le plus marquant de la période pré-1968 au sein de l’usine, elles semblent rentrer durablement dans le rang. Le livre blanc qu’elles avaient rédigé à l’occasion du conflit a disparu, nous privant d’un élément essentiel pour analyser la contestation spécifique des câbleuses35. Leur participation aux événements de mai/juin 1968 est elle même passée sous silence.

  • 36 Entretien ML.

25Ainsi leur contribution au processus de réflexion autogestionnaire qui se développe dans l’usine est largement ignorée, y compris par les militantes de l’usine36. Même l’occupation lors des événements est sexuée, les femmes ne sont pas acceptées au sein de l’usine de nuit. Cette position tient à la crainte du « qu’en-dira-t-on ». La volonté exprimée par les grévistes de faire une grève « sérieuse » se formalise, dans le contexte encore fortement marqué par la morale catholique du Nord Finistère, par la mise à l’écart des femmes, dont la présence pourrait être interprétée comme une marque de « gabegie »

  • 37 Entretien JM, technicien et délégué syndical en 1968.

« On a décidé qu’il n’y avait que les hommes qui devaient occuper parce qu’on était dans le Léon, on était très précautionneux du fait qu’on ne dise pas que ce qui se passait à l’usine n’était pas sérieux. On voulait surtout donner une image de sérieux, pas de gabegie, pas de bordel, ce n’était pas une question de confiance, mais on ne voulait surtout pas qu’on puisse dire à l’extérieur : ah ! oui ! ils sont là nuit et jours, tout ça37… »

26On voit donc se dessiner une image de la femme ouvrière ravalée à un statut superficiel lié à son attirance physique. Les photographies collectées dans la presse sont éloquentes, on ne trouve aucune représentation féminine dans l’imagerie de la lutte, les ouvrières sont reléguées dans le corps des manifestations, la tête étant dévolue aux hommes. De fait, la présence d’une femme à la tête d’une manifestation choque encore en mai/juin 1968 alors qu’elles y sont pourtant très présentes.

Dans les années 1968, autour d’un statut commun, l’amorce d’une communauté des luttes

27Les années 1968 voient s’accentuer l’industrialisation de la Bretagne sous l’action des notables du Comité d’étude et de liaison des intérêts bretons (CELIB) et des forces syndicales régionales. Cette industrialisation voulue heurte par sa nature. Ainsi se généralise, dans les années 1968, la dénonciation des « usines pirates » nées de la décentralisation. C’est le cas de l’usine Transocéan à Brest, mais aussi du Joint Français à Saint-Brieuc et, de façon plus discrète, car détachée d’un contexte politique, la filière agroalimentaire à l’exemple des abattages de volailles. Ces usines ont en commun de très mal payer leurs salariés, de maintenir des conditions de travail extrêmes et d’employer une part appréciable de personnel jeune et féminin. Dans ces usines se développent, aux lendemains des événements, une série de conflit appelés, dans un premier temps, à connaître un large retentissement médiatique.

  • 38 Zancarini-Fournel (M.), « Genre et politique », Vingtième siècle, juillet-septembre 2002, n° 75.
  • 39 « Jocelyne, 18 ans, résiste à Pédernec », Le Télégramme de Brest du 6 février 1974, pages régional (...)

28Or, à l’étude de ces conflits force est de constater l’absence de différenciations liées au genre. Absentes jusqu’à présent des représentations médiatiques des conflits, les femmes occupent, dans ce contexte, toute leur place et sans doute peut-on y voir l’affirmation d’une conscience des identités de genre38. Cette évolution s’explique par la communauté du statut d’OS, la polyvalence exigée par les directions interdit aux uns et aux autres de se définir par rapport au poste de travail : les hommes monopolisant les travaux de force, les femmes les travaux de précision. Cette constatation trouve notamment son expression dans le cas de la chaîne d’abattage des usines agroalimentaires au sein de laquelle la stratégie d’évitement, les deux sexes confondus, vise principalement les postes de fin de chaîne chargés de rattraper le retard. Aussi les luttes qui se développent en Bretagne aux lendemains des événements, et au premier chef la lutte du Joint Français en 1972, voient côte à côte et uni par les mêmes revendications, majoritairement salariales, l’ensemble du personnel. La fragilité sociale et culturelle, initialement spécifique aux salariées, est cette fois-ci commune aux deux sexes du fait de l’absence de formation initiale et de la volonté de travailler à n’importe quel prix. Ainsi « Jocelyne », 18 ans, échoue à son examen de puéricultrice, son mari reçoit un salaire insuffisant, l’hôpital de Bégard, tout proche, ne recrute pas d’aide-soignante et les usines électroniques, grandes demandeuses de main-d’œuvre féminine en Basse-Bretagne, pratiquent alors un recrutement sélectif. Elle n’a d’autre solution que d’entrer aux abattoirs Doux de Pédernec, la mort dans l’âme39.

  • 40 Entretien M.G. du 14 avril 2001, ouvrier charpentier et permanent CFDT en 1972.

29Signe de cette intégration croissante : l’augmentation de la candidature des femmes au poste de délégué du personnel. Dans les usines étudiées à Pédernec, deux femmes (sur huit délégués) participent aux négociations sur les salaires. Une même évolution est observable à l’usine CSF aux lendemains des événements. Reste que cette attitude peine à se généraliser pour des raisons qui dépassent le genre et qui appartiennent, plus généralement, aux aléas de la pratique syndicale. De plus, cette prise de responsabilité n’implique pas forcément une démarche autonome de la part de l’individu concerné. Souvent c’est l’exemple d’un frère, ou plus largement celui d’un membre de la famille qui entraîne la prise de responsabilité syndicale. Pourtant, la syndicalisation, dans le contexte breton, reste en général très mal perçue par l’environnement familial. Ainsi, une jeune femme permanente à l’UDCFDT des Côtes du Nord doit assumer son travail de secrétariat en cachette de ses parents boulangers, qui préfèrent quitter la pièce quand le secrétaire de l’UDCFDT la ramène à son domicile40.

30Les mots d’ordre de grève sont dès lors suivis tant par les femmes que par les hommes. Alors qu’une nouvelle différenciation se fait jour, à la lueur des mutations de représentations post-1968, entre « jeunes » et « vieux » : les jeunes étant les plus actifs, les salariés les plus âgés les plus prudents. Symbole de cette « union sacrée », de cette unicité du genre : la présence effective des femmes dans les occupations, la participation féminine aux déplacements vers les autres usines pour activer la solidarité et leur implication dans les actions violentes.

  • 41 Entretien J.L., OS au Joint Français en 1972.

Les femmes ont pris la parole ?
« C’est arrivé, il y en a qui se sont fait taper sur la gueule. Il y a des coups qui ont été échangés durant le conflit de la part des cadres, des hauts placés… Déjà il y a eu l’appel des CRS, des gardes mobiles, ils ont attrapé des coups par ses gardes mobiles, moi, j’ai vu une amie recevoir un coup de crosse des CRS sur la tête, elle avait le cuir fendu, j’ai vu un cadre donner des coups de chaînes sur un salarié pendant le conflit, pas le plein conflit quand il pouvait encore se trouver seul avec un salarié. Les syndicats, il y avait hommes et femmes, à l’époque les deux prenaient la parole41. »

31Les représentations médiatiques, elles-mêmes, évoquent cette unicité. Les nombreux films d’intervention sociale tournés au cours de ces conflits montrent les femmes défilant, les femmes huant les patrons, voire, dans le cas du Joint Français, les asticotant avec leurs épingles. Elles initient aussi des actions symboliques comme apporter des choux-fleurs à une direction séquestrée durant une nuit dans les locaux de la Direction départementale du travail. Cette action symbolique révèle cependant en creux une autre occupation de la femme gréviste qui est de ramener à la maison la nourriture distribuée par le soutien.

Figure 25 : Une gréviste du Joint Français brutalisée par les forces de l’ordre au matin de la séquestration, le 6 avril 1972 (Source : Ouest France)

  • 42 « Nous n’avons pas pour habitude de nous retrancher derrière nos maris comme le font nombre de fem (...)
  • 43 Conan (R.), Laurent (A.), Femmes de Plogoff, Mellac, La Digitale, 1981, 143 p. On retrouve cette m (...)
  • 44 Godineau (D.), Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution français (...)

32Cette nouvelle conscience d’une mutation des rapports de genre est largement à imputer à la mutation même des médias. Au cours des années post-1968 se développe, en effet, un large mouvement favorable aux minorités particulièrement prégnant en Bretagne, région se percevant comme minoritaire dans son ensemble, ce qui participe à l’unification des représentations du genre. Reste que cette nouvelle représentation des médias entraîne, à bien des égards, une lecture partiale et caricaturale. Ignorée jusqu’alors des conflits, la femme semble prendre, à l’aune des représentations médiatiques qu’elles soient locales ou nationales, une éclatante revanche. Elle devient l’icône de la contestation des OS : la plus exploitée, la plus violente, la plus engagée. Au travers du prisme médiatique émerge la figure de la jeune OS qui concentre le feu des projecteurs. Cette mutation du regard médiatique trouve son aboutissement avec le conflit antinucléaire de Plogoff en 1980. Quand éclate le conflit de Plogoff, la présence des femmes – les habitantes du village – est unanimement soulignée par les médias présents comme l’une des caractéristiques majeures du conflit expliquée par l’absence des hommes du village en raison de leur activité maritime. Cette construction d’un discours inversant les règles du genre aboutit à renvoyer l’image d’une femme « masculine », représentation assumée par les actrices elles-mêmes. Ainsi elles rappellent volontiers leur capacité à prendre des décisions du fait de l’absence de leurs maris, ce qui les différencie, alors, de l’image traditionnelle de la femme42. Leur présence constante et leur combativité affichée sont dès lors associées à une société matriarcale – évocation redondante dans les espaces littoraux – mais que ces dernières contestent. Il ne s’agit pas là, pour elles, d’une suprématie inversée d’un sexe sur un autre, mais d’une complémentarité liée à l’absence des maris perçue comme normale. L’action des femmes de Plogoff est cependant reliée, par les commentateurs postérieurs, à une forme de combat féministe qui rejoint les combats en cours43, mais qui prolonge aussi une figure de la femme, artisan du combat social depuis la révolution française. Ainsi l’appellation qui leur est donnée spontanément par les forces de l’ordre – les « tricoteuses » – rejoint-elle, dans les représentations, une histoire des femmes actrices du mouvement social44.

Le maintien d’une différenciation du genre

  • 45 Toinard (R.), Incidences socio-économiques d’une implantation industrielle récente. Le Joint Franç (...)
  • 46 Loiseau (D.), « Le travail des femmes au xxe siècle », p. 84, dans Centre d’histoire du travail (d (...)

33Mais cette nouvelle représentation devient à son tour caricaturale. La féminisation des usines devient englobante ; une usine ayant une majorité voire une forte minorité de femmes devient une usine « féminine ». Ainsi, contrairement aux représentations des contemporains45, il semble qu’il y ait plus d’hommes que de femmes parmi les salariés de l’usine du Joint français. La surestimation des effectifs féminins dans les représentations de l’époque renvoie, de fait, à l’affirmation de la non légitimité de leur présence dans un lieu de production. À la même date, la commission « femmes salariés » de l’Union Locale CGT nazairienne revendique encore pour les jeunes filles et les femmes le droit au travail et à la formation professionnelle, marque de cette inégalité persistante46. De plus, les contacts entre ouvriers et ouvrières à l’intérieur de l’espace usinier sont limités dans la mesure où beaucoup de femmes travaillent dans un atelier spécifique, l’ébarbage, et que le personnel féminin travaille en deux /huit, ce qui entraîne un décalage par rapport au personnel masculin.

  • 47 Le Télégramme de Brest du 8 février 1974.

34Durant cette période, toute interview prend obligatoirement en compte les salariées, jeunes de surcroît. Ainsi lors de la couverture d’une grève de soutien aux grévistes de Pédernec dans un abattoir proche, le journaliste du Télégramme photographie les jeunes ouvrières les plus déterminées47. Celles-ci tranchent largement, par leur apparence vestimentaire, avec les stéréotypes locaux. On voit quatre jeunes femmes, habillées selon la mode popularisée par les médias, cigarette aux lèvres et posant comme pour une revue de mode devant l’usine d’abattage, stéréotype de la femme dévergondée. Ainsi la médaille a son revers. Pour figurer dans la presse, il faut être une femme et surtout jeune, autrement dit toutes les femmes d’un âge autre que vingt ans plongent dans l’anonymat médiatique renforçant cette illusion de jeunisme attachée à la femme au travail ; des jeunes femmes, forcément détachées des contingences liées à la famille. Les médias participent ainsi indirectement à renvoyer les mères de famille à une dimension non professionnelle.

  • 48 Abondamment évoqué durant le conflit, cet épisode est nié par la direction mais également relativi (...)
  • 49 Tract du comité de soutien, 2e semaine de grève, Archives UDCFDT. Ces critiques sont constamment r (...)

35Au sein des conflits, on constate également le maintien de divergences liées au genre. Lors du conflit de Pédernec, une campagne de presse accuse Charles Doux d’obliger des femmes enceintes à travailler debout48. Il est intéressant de noter que cette dénonciation des conditions de travail, au travers de la négation des contraintes que connaît une femme enceinte, prend un poids très important par la suite en étant réutilisée par la presse régionale et les tracts d’extrême gauche qui dénoncent de concert une atteinte inqualifiable à la condition humaine. Cette atteinte à leur dignité n’est pourtant pas perçue à l’origine par les ouvrières, aucune n’ayant pensé à avertir la direction de leur situation. Ainsi cette critique n’est formulée que par les hommes et non par les principales intéressées. Cette différenciation, liée au genre, se retrouve dans le cadre d’une autre revendication, toujours liée aux conditions de travail. Il est ainsi demandé que des blouses de rechange soient fournies par l’entreprise aux ouvriers et ouvrières confrontés à un travail très salissant, cette revendication est pourtant refusée par des ouvrières lesquelles, sachant qui lave les vêtements à la maison, exigent une machine à laver à l’usine avec un salarié chargé du nettoyage49.

  • 50 Tilly (L.), Scott (J.), Les femmes, le travail et la famille, Paris, Payot, 2002, 389 p.

36De même, la perception des difficultés liées au travail demeure sexuée. Les hommes sont plus particulièrement disposés à insister sur la pénibilité physique qui leur permet de mettre en évidence une dimension virile. Les femmes insistent plutôt sur la saleté et le défaut d’hygiène, surtout elles sont particulièrement disertes sur la notion de dignité. Il est vrai qu’elles sont les cibles privilégiées des attaques de la maîtrise. C’est donc en général sur les conditions de travail que démarrent les grèves dans les usines dites féminines, mais rapidement par l’action des centrales syndicales, les revendications se réalignent sur les salaires. Les hommes réclament en effet un meilleur salaire, les femmes privilégient un emploi stable et proche du domicile. Cette différenciation est particulièrement évidente dans le cadre du Joint Français ou de Pédernec. Pour les femmes qui vont travailler, l’usine peut effectivement apparaître comme un refuge au regard des autres professions qui leur sont destinées comme l’hôtellerie ou la domesticité, emplois précaires et mal payés. Le cas de MH, ouvrière à Pédernec, est éclairant pour étudier le cheminement des femmes au travail. MH se décide à arrêter de travailler après avoir calculé qu’il lui était impossible de laisser ses deux enfants à sa belle-mère en fonction de son salaire du moment. Après les avoir élevés, elle tente de trouver un travail de proximité et ne demandant aucune qualification. Ainsi elle entre à l’usine Doux de Pédernec en 1973. Au Joint Français, JL, elle, ne reprend son travail qu’après trois ans de maternité d’où une difficulté à s’insérer durablement dans une pratique syndicale. Ces deux attitudes sont le reflet des mutations du travail constatées dans les années 1968 : les femmes restent à la maison quand les enfants sont en bas âge puis retrouvent une activité professionnelle50. Pour les hommes, l’enjeu est différent. Il s’agit de « passer l’hiver », le BTP, secteur qui emploie en Bretagne, étant une autre ouverture possible. De même, il y a un clivage net avec les représentations postérieures sur la place des femmes dans l’entreprise. Sur ce dernier point, le cas du Joint Français est exemplaire. Si on interroge les hommes, ceux-ci nomment spontanément un atelier féminin tel l’ébarbage. Par contre, si on interroge les femmes, elles renvoient à une organisation indifférenciée de l’espace usinier jusqu’à traiter sévèrement les rares ateliers unisexes. L’une d’elle évoque même, avec une pointe de mépris, « le poulailler » désignant par-là l’atelier vérification exclusivement composé d’ouvrières.

  • 51 Bilan du comité de soutien aux travailleurs en grève de Pédernec, mai 1974, Archives ULCFDT de Qui (...)

37L’accès à la parole reste, lui, durablement sexué y compris au sein des comités de soutien à la lutte de Pédernec. L’un d’eux constate après coups51 que les femmes présentes se plaignent de ne pas être entendues. Cette situation s’explique aisément. Privilégiant la prise de parole spontanée, les comités donnent un ascendant évident aux militants hommes les plus exercés à ce rôle. De fait, le bilan final de l’action, qui se solde par une défaite ouvrière, déplore la faible participation des femmes aux prises de décisions, car elles se sentiraient en majorité « mal armées » pour s’exprimer. Mise en cause qui se retrouve au sein des grévistes, trente ans après, quand l’échec final de la grève est mis, en partie, sur le compte des femmes cédant aux pressions qu’elles subissent de la part de leur mari. Malgré les apparences d’une indifférenciation des sexes, il faut bien admettre que les femmes demeurent le bouc émissaire commode des dysfonctionnements de l’affirmation masculine.

38Des femmes des forges d’Hennebont, dont la manifestation apparaît comme le fidèle reflet des grandes luttes ouvrières, aux femmes de Plogoff actrices de la contestation, les années 1968 en Bretagne sont, comme dans l’ensemble du pays, le temps d’une affirmation des femmes dans les enjeux culturels et sociaux. Affirmation difficile cependant. En se détachant du rôle d’accompagnatrice du clergé, la conscience acquise par elles d’avoir un rôle à jouer dans le contexte des luttes sociales qui émaillent la période s’affirme tant dans le monde de l’usine que dans le monde rural. La demande d’une reconnaissance du statut de mère de famille apparaît donc, pour la période, comme la première expression d’une volonté d’autonomie et de basculement des normes. L’entrée massive des salariées dans les usines décentralisées au cours des années 1968 marque également une évolution des rapports sociaux de sexe. D’abord confinée à l’accessoire – image de la femme infantile, déconnectée des enjeux syndicaux des câbleuses de la CSF – l’ouvrière devient une actrice des luttes au sein des usines d’OS à Saint-Brieuc comme à Pédernec. Cette mutation des rapports de genre s’appuie sur une communauté de condition marquée par la faiblesse des salaires et la rudesse des conditions de travail et sur le rôle des médias qui découvrent et popularisent l’image de cette femme en révolte. Il reste que cette affirmation d’un nouveau rapport du genre trouve ses limites. La déformation médiatique s’employant à répandre l’image de la jeune OS révoltée oublie les générations précédentes renvoyant ainsi dans l’ombre la femme plus âgée. Celle-ci est dès lors confinée durablement dans une acceptation passée de son rôle social et culturel entérinée, en Bretagne, par le renouveau régionaliste. Gilles Servat, chanteur engagé, dans sa chanson La Blanche Hermine abondamment reprise par les grévistes du joint Français ou Paol Keineg, poète régionaliste et fondateur de l’Union démocratique bretonne (UDB) dans ses poèmes de lutte consacre cette image de la femme liée à son sol et emprisonnée dans une culture traditionnelle :

« Ma mie dit que c’est folie
D’aller faire la guerre au front
Moi je dis que c’est folie
D’être enchaîné plus longtemps
Elle aura bien de la peine
Pour élever les enfants
Elle aura bien de la peine
Car je m’en vais pour longtemps. »

39Ce stéréotype durable de la femme, prégnant dans une lecture régionaliste des transformations sociales, rejoint la réalité d’une condition professionnelle longtemps entravée par les limites de la formation initiale bridant toute promotion professionnelle. Dès lors, le combat mené entre autres par les femmes de Plogoff en fin de période, entérine cette perception d’une femme enracinée dans son terroir et défendant son espace de vie, marquant ainsi l’ambivalence d’une représentation féminine en Bretagne à la fois contestataire et ancrée dans le conservatisme.

Notes

1 Zancarini-Fournel (M.), « Métiers, corporations, syndicalismes », Clio, n° 3, 1996.

2 Thébaud (F.), Écrire l’histoire des femmes, ENS édition, 1998, 227 p.

3 Dreyfus-Armand (G.), Frank (R.), Lévy (M.-F.), Zancarini-Fournel (M.) (dir.), Les années 68, le temps de la contestation, Paris, Complexe, 2000, 525 p.

4 Descamps (F.), L’historien, l’archiviste et le magnétophone, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001, 851 p.

5 Tartakowsky (D.), Les manifestations de rues en France (1918-1968), Publication de la Sorbonne, 1998, p. 577.

6 La liberté du Morbihan du 28 mars 1962.

7 Entretien LGA du 13 juillet 2000, lamineur en 1966. Les entretiens ont été collectés et intégralement retranscrits dans le cadre d’une thèse : L’évolution des représentations sociales et culturelles en Bretagne dans les années 1968 au filtre de cinq conflits sociaux, sous la direction de Jacqueline Sainclivier, soutenue le 15 juin 2005 à l’Université Rennes 2.

8 Entretien GL du 16 juillet 1997, technicien à la CSF en 1968.

9 Une position des syndicats (CGT et CFDT notamment) qui tranche avec une pratique de recours au soutien féminin, certes limitée, mais bien réelle au cours du conflit. Ainsi, le 22 juin 1963, lors de la grande manifestation de soutien aux forges, des slogans appellent les femmes à « entrer dans la lutte », Centre des Archives Contemporaines, 770 128/60, de plus un tract du comité de défense s’intitule « Appel aux femmes », Archives municipales d’Hennebont, 2F34.

10 Archives municipales d’Hennebont, 2F3-2.

11 Vincent Porhel, Mai 1968 au Collège Littéraire Universitaire de Brest, mémoire de maîtrise, 1988, Université de Bretagne Occidentale.

12 Entretien GL.

13 Entretien OC du 22 décembre 1997, femme de technicien en 1968. Ainsi, au cours du congrès de 1970, la proposition visant à assurer la présence obligatoire d’une travailleuse au CE est rejetée par une militante au motif que cette mesure est incompatible avec une véritable promotion des femmes. Georgi (F.), L’invention de la CFDT, op. cit., p. 586. Jeannette Laot développe ses positions dans Stratégie pour les femmes, Paris, Stock, 1977, 249 p.

14 Archives départementales du Finistère, 141W84.

15 Syndicalisme magazine, « Travailleuse à part entière », n° L266.

16 Correspondances dans des archives privées.

17 Loiseau (D.), « Associations féminines et syndicalisme en Loire-Atlantique des années 1930 aux années 1980 », Clio, n° 3, 1996.

18 Lévy (M.-F.), « Les femmes du temps présent à la télévision (1960-1975) » dans Les années 1968…, op. cit., p. 199-216. L’auteur met en évidence la reconnaissance massive par les médias d’une problématique féminine dès 1964.

19 Entretien FC, 22 décembre 1997, femme de technicien en 1968.

20 Entretien ML du 28 décembre 1997, comptable à la CSF en 1968.

21 Entretien FC.

22 Entretien PS du 5 août 1997, syndicaliste paysan en 1968.

23 Loiseau (L.), « Associations féminines et syndicalisme en Loire-Atlantique des années 1930 aux années 1980 », art. cit.

24 Entretien PB du 23 décembre 1997, manœuvre à la CSF en 1968.

25 Perspectives nationales du IVe plan, décentralisations enregistrées, conditions locales du marché, vocation naturelle dans Lesage (Y.), « L’emploi salarié dans l’industrie en Bretagne », Cahiers Économiques de Bretagne, 1963, p. 177-180.

26 Entretien LG du 13 juillet 2000, lamineur aux forges en 1966.

27 Cette particularité est générale à l’industrie électronique durant la période. Ainsi à l’usine CSF de Cholet « Le CAP de couturière était la porte pour l’embauche, ainsi qu’une bonne vue ! » Alain. Inter-Ce Thomson-mecafi-cirea, Les gens de la radio, L’Harmattan, 1997, p. 87.

28 Entretien MO du 30 octobre 2000, technicien en électronique et militant CFDT.

29 Maruani (M.), Nicole (C.), Au labeur des dames, Syros, 1989, p. 60.

30 Entretien CDAG, du 18 novembre 2003, câbleurs et câbleuses en 1968.

31 Entretien CDAG.

32 Entretien AC et FC.

33 Archives départementales du Finistère, 117W112.

34 Entretien AC, page 229.

35 Selon un entretien, le contenu des revendications a trait aux cadences, au poids de l’encadrement qui se formalise par une pression sur les ouvrières sous la forme d’« injures », voire d’avances à caractère sexuel. Entretien AC.

36 Entretien ML.

37 Entretien JM, technicien et délégué syndical en 1968.

38 Zancarini-Fournel (M.), « Genre et politique », Vingtième siècle, juillet-septembre 2002, n° 75.

39 « Jocelyne, 18 ans, résiste à Pédernec », Le Télégramme de Brest du 6 février 1974, pages régionales.

40 Entretien M.G. du 14 avril 2001, ouvrier charpentier et permanent CFDT en 1972.

41 Entretien J.L., OS au Joint Français en 1972.

42 « Nous n’avons pas pour habitude de nous retrancher derrière nos maris comme le font nombre de femmes », AK, dans Ouest France du 5 février 1980.

43 Conan (R.), Laurent (A.), Femmes de Plogoff, Mellac, La Digitale, 1981, 143 p. On retrouve cette mise en avant des femmes dans l’ensemble des ouvrages postérieurs.

44 Godineau (D.), Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, Paris, 2004, 416 p.

45 Toinard (R.), Incidences socio-économiques d’une implantation industrielle récente. Le Joint Français à Saint-Brieuc, maîtrise de géographie sous la direction de Michel Phliponneau, Université Rennes 2, mai 1971 et MG du 14 avril 2001, ouvrier charpentier et permanent CFDT en 1972, qui conforte ces chiffres. Mais cet aspect est fermement contredit par JL, ouvrière, qui entérine, vingt ans après, la dimension féminine de l’usine. Un rapport préfectoral du 11 avril 1972 évoque lui une usine « à 60 % féminine ». Centre des archives contemporaines, 860581/28.

46 Loiseau (D.), « Le travail des femmes au xxe siècle », p. 84, dans Centre d’histoire du travail (dir.), Mémoires de solidarité, Eres, 1997, 182 p. Un autre exemple de l’auteur est encore plus parlant. En 1974, un accord entre la direction d’une entreprise en difficulté et ses employés prévoit le licenciement en priorité des femmes mariées, avant les célibataires.

47 Le Télégramme de Brest du 8 février 1974.

48 Abondamment évoqué durant le conflit, cet épisode est nié par la direction mais également relativisé par certains acteurs. Entretien JLC, ouvrier professionnel en 1974. Confirmé par MH, enceinte durant son travail.

49 Tract du comité de soutien, 2e semaine de grève, Archives UDCFDT. Ces critiques sont constamment reprises à l’identique par la presse régionale et les comités de soutien.

50 Tilly (L.), Scott (J.), Les femmes, le travail et la famille, Paris, Payot, 2002, 389 p.

51 Bilan du comité de soutien aux travailleurs en grève de Pédernec, mai 1974, Archives ULCFDT de Quimper.

Table des illustrations

Légende Figure 24 : Câbleuse de l’usine CSF de Cholet (Inter-Ce Thomson-mecafi-cirea, Les gens de la radio, L’Harmattan, 1997, 136 p.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20203/img-1.png
Fichier image/png, 1019k
Légende Figure 25 : Une gréviste du Joint Français brutalisée par les forces de l’ordre au matin de la séquestration, le 6 avril 1972 (Source : Ouest France)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20203/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540