Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et événement

 | 
Marc Bergère
, 
Luc Capdevila

Genre et mutations économiques et sociales : l’émeute frumentaire de Bais en 1766

Yann Lagadec

Texte intégral

1Inscrite dans le contexte plus large des années qui suivent la mise en place des mesures contenues dans les édits de Bertin et Laverdy datant de 1763 et 1764, l’émeute frumentaire qui se déroule en avril 1766 à Bais, paroisse rurale de 3 000 à 3 500 habitants située entre Rennes et Vitré, offre un moyen de s’interroger sur les réactions locales au profond bouleversement économique et social – c’est en tout cas ainsi qu’il est vécu par les populations – que représente la liberté de commerce des grains. L’étude de ces événements offre aussi et surtout la possibilité de questionner, de manière plus large, le rôle respectif des hommes et des femmes – en fait, des femmes et des hommes… – dans ce type de mouvement.

  • 1 Sur ce point, se reporter aux pratiques synthèses que constituent, pour la France d’Ancien Régime (...)
  • 2 Nicolas (J.), La rébellion française…, op. cit., p. 267, rappelle qu’au cours du xviiie siècle, pr (...)
  • 3 Citons, pour ne retenir que ces quelques exemples, les travaux de Nicolas (J.), La rébellion franç (...)
  • 4 Les données avancées par Nassiet (M.), « Émotions populaires et prix des grains en Bretagne au xvi (...)
  • 5 Nassiet (M.), « Émotions populaires et prix des grains… », art. cit., se contente de la mentionner (...)
  • 6 La démarche micro-analytique renouvelée, dépassant la très – trop – traditionnelle approche monogr (...)

2Certes, la chose a déjà été étudiée1. Elle l’a cependant été essentiellement dans un contexte urbain2, dans le cadre d’approches macro-historiques sur la révolte de manière générale ou, au mieux, sur les révoltes frumentaires3. Parce qu’elle est l’une des finalement assez rares émeutes frumentaires rurales4, parce qu’elle n’a jamais été étudiée en tant que telle5, parce qu’elle est surtout éclairée par des sources nombreuses – et notamment locales –, l’émeute de Bais permet une approche micro-analytique particulièrement féconde pour mettre en lumière la répartition des rôles entre hommes et femmes au cours de l’émeute, les transgressions de ces assignations aussi par quelques personnages féminins que les documents mettent indirectement en valeur6.

Une émeute frumentaire banale

3Au départ de la publicité donnée à l’émeute de Bais, l’on trouve une plainte déposée par Me Jean-Noël Lereguer, procureur fiscal de Piré, mais aussi et surtout « fermier des dixmes de Madame l’abbesse de Saint-Sulpice dans la paroisse de Bais », directement intéressé à ce titre par des faits qui se déroulent hors de sa juridiction : associé à sa belle-sœur qui réside à Bais, Michelle Briand, demoiselle de La Mancelière, le procureur fiscal de Piré a en effet vendu une partie des dîmes à un boulanger de la paroisse qui a lui-même revendu les céréales à des marchands blatiers de la petite ville de Châteaugiron, distante d’une quinzaine de kilomètres. Il écrit donc à l’avocat général du Roi au Parlement de Rennes dès le lendemain des événements, le 29 avril 1766, entraînant par là même, dès le surlendemain, un premier arrêt de la cour souveraine.

  • 7 Les multiples actes de la procédure qui dure de 1766 à 1769 se trouvent conservés sous les cotes 1 (...)

4C’est essentiellement par les enquêtes menées successivement par le présidial de Rennes et par le Parlement de Bretagne que l’affaire de Bais nous est connue7. Ces enquêtes nous donnent à voir une émeute frumentaire somme toute assez banale dans son déroulement.

Les trois temps de l’émeute du 28 avril 1766

5Le détonateur de l’émeute est des plus classiques : l’enlèvement de grains de la paroisse entreposés chez un boulanger du bourg de Bais, dénommé Ruel, par des marchands blatiers originaires de Châteaugiron, et donc étrangers à la communauté. L’enchaînement précis des faits reste difficile à établir malgré les dizaines de pages de témoignages. Il semble cependant qu’elle se déroule en trois temps principaux, dans et autour du bourg de Bais.

  • 8 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de René Thomasse. Les chiffres divergent cependant : si les victimes de (...)
  • 9 ADIV, 1 Bf 1513, Lettre de Me Lereguer à l’avocat général du Parlement de Bretagne, 29 avril 1766.
  • 10 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de Pierre Thomasse.

6Selon deux des blatiers, Jean Fagris et René Thomasse, arrivant de bonne heure à Bais le 28 avril 1766, ils trouvèrent le boulanger Ruel en train d’enfourner son pain et décidèrent donc de l’aider afin de gagner du temps. D’après les deux hommes, « à peinne le pain de Ruel fut il enfourné que plus de soixante personnes tant hommes que femmes, filles et garçons, même des enfans, vinrent fondre sur eux à coups de pierres8 », les assaillants étant « armés de bastons, de fourches et de pierres » précise Pierre Caillard, un autre marchand. La « gresle de pierre » qui tombe sur eux et sur leurs montures les contraint à « prandre la fuitte par crainte d’estre assassinnés », d’autant qu’ils sont un temps poursuivis par des émeutiers armés de « fourches et brocqs de fert jusqu’à un endroit nommé la Haute-Planche à une grande demie lieue de Bais9 ». L’épicentre de l’émeute se déplace alors en partie, quittant la boulangerie de Ruel pour la demeure de Michelle Briand de La Mancelière, chez qui les marchands étaient censés se procurer du blé noir. C’est là que Pierre Thomasse, autre marchand blatier, est, selon ses dires, « assaillis par plus de soixante personnes, tant hommes, garçons que femmes, filles et enfans armés de bastons, de triques10 ». L’homme parvient malgré tout à s’échapper, et à rejoindre ses compagnons d’infortune au bourg de Moulins, non sans avoir essuyé une pluie de pierres et de menaces.

  • 11 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de Jean Quinton.

7Le second temps de l’émeute se déroule un peu plus tard dans la matinée, sur la route entre Moulins et Bais. Là, les marchands et voituriers d’un second convoi qui, malgré les mises en garde de Ruel, se sont aventurés en direction de Bais, sont à leur tour attaqués à quelque distance du bourg. Selon la déclaration de Jean Quinton, domestique chargé du transport des céréales que ces marchands allaient chercher à Vergéal, « une bande de plus de cent cinquante qui estoient dans les champs voisins tant hommes que femmes et enfans, se jettèrent sur eux », maltraitant « considérablemant son maître » à coups de pelle, de bâtons, de trique11.

  • 12 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de François Nicolas.

8Alors que ce second convoi regagne péniblement Moulins, un troisième se présente à Bais, venant de l’est cette fois. Il est conduit par François Nicolas, dit Maisonneuve, boulanger à Châteaugiron, qui s’est rendu le 28 avril au matin à la métairie de Pouez, en Domalain, « pour prendre du grain qu’il y avoit achepté d’avec la fermière qui estoit à la foire de Vitré, ce qui l’empescha d’avoir son grain12 », puis à la Tupinnière, où il est conduit par Jacques Jeusset, marchand voiturier et cabaretier installé à proximité du bourg de Bais. C’est chez ce dernier que le boulanger est assailli par la même bande qui le poursuit jusque dans la maison où il tente, en vain, de se dissimuler avant de s’éclipser discrètement pour ne revenir chercher son cheval qu’au milieu de la nuit.

  • 13 Farge (A.), « Évidentes émeutières », art. cit., p. 481-496, Godineau (D.), Citoyennes tricoteuses (...)

9L’attroupement de femmes autour de la boutique ou du four d’un boulanger, les insultes auxquelles succèdent des jets de pierres par ces mêmes femmes pour l’essentiel dans un premier temps, l’arrivée des hommes dans un second temps, ameutés pour une part au son du tocsin : le déroulement de l’émeute de Bais n’a finalement rien que très classique. Le schéma observé à Bais correspond très largement à celui décrit ailleurs par Arlette Farge, Dominique Godineau, Nicolas Bourguinat ou Denis Beliveau, pour n’en rester qu’à ces quelques références13.

10Reste à expliquer ces événements, à leur donner sens.

Une « émotion populaire » aux multiples dimensions14

  • 14 ADIV, 1 Bf 1514, Arrêt du 15 février 1769.
  • 15 Encore convient-il de noter que les mercuriales de Châteaugiron révèlent cette année-là une baisse (...)

11Plusieurs éléments expliquent sans doute l’émeute qui secoue la paroisse de Bais en avril 1766. Certes, le prix des céréales y tient probablement une place qu’on ne saurait négliger, tout particulièrement en une période de pré-soudure15. Mais plus que le prix en lui-même, ce sont les conditions particulières de commercialisation des grains qui semblent à l’origine de l’émotion populaire.

  • 16 Sur ce point, Nassiet (M.), « Émotions populaires et prix des grains… », art. cit., p. 166.

12En effet, la récolte de 1765 est la première récolte médiocre depuis les édits de 1763 et de 1764, rendant la population particulièrement sensible à la question de la circulation des céréales, à commencer par la circulation sur le territoire même de leur paroisse. Dès le début de 1766 en effet, les prix atteignent en Bretagne le niveau des maxima des plus graves crises de la fin du xviie siècle et de la première moitié du xviiie siècle, et ce pour la première fois depuis près de 15 ans16. Alors que l’on ne manque pas de céréales à Bais, la crainte d’en manquer est réelle, d’autant que les édits de Bertin et Laverdy, promptement enregistrés par le Parlement de Bretagne, ont levé un certain nombre d’entraves légales à la liberté du commerce des grains et en facilitent l’exportation.

  • 17 Les émeutiers ne leur reprochent guère d’avoir, pendant plusieurs mois, stockés le produit des dîm (...)
  • 18 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de Jacques Jeusset.

13C’est en fait au rétablissement de ces « entraves », à l’échelle locale, qu’œuvrent les émeutiers qui concentrent leurs attaques sur les marchands blatiers qui cherchent à se procurer du blé à Bais, des marchands qui plus est « étrangers » à la paroisse, originaires de Châteaugiron, de Rennes, de Vern et Domloup. Leurs domestiques, du fait de leur statut, sont quant à eux épargnés – on leur paie même « un pôt de cidre » – tandis que Jacques Jeusset, le cabaretier-voiturier des environs du bourg de Bais est lui aussi ménagé, peut-être du fait de son appartenance ancienne à la communauté. En revanche, Ruel, le boulanger, et son épouse sont particulièrement visés : bien que récemment installé à Bais, il a accumulé en quelques mois de nombreux griefs contre lui, le premier et le principal étant sans doute celui du prix de son pain. Il apparaît aussi et surtout comme le « traître », celui qui livre le blé noir de Bais aux étrangers, alors que Me Lereguer ou la demoiselle Briand de La Mancelière lui avaient vendu à lui. Ces derniers, étonnamment, ne semblent pas avoir été inquiétés alors qu’ils auraient pu faire figure d’« accapareurs17 ». Nulle part l’on ne trouve trace d’ailleurs d’une éventuelle volonté de taxation populaire : les seules céréales interceptées, les quelques boisseaux transportés par François Nicolas, sont répandus à terre, « partie dans un amats de fagots et partie dans du marny », enfin foulées « au pied à l’exception de ce qui fut emporté par des femmes dans leur tablier », une faible quantité cependant18. C’est bien au commerce d’un blé noir qui – sans doute est-ce là un élément explicatif important – constitue, avec le seigle, la base de l’alimentation des milieux populaires ruraux, que l’on s’oppose, avant même le chargement des grains d’ailleurs. Il ne s’agit pas de taxer, ni même de voler, mais d’empêcher l’utilisation des grains de la communauté par des étrangers à cette communauté : « voleur de grain » est d’ailleurs l’insulte la plus fréquemment utilisée par les émeutiers. En s’opposant à l’enlèvement des grains, il s’agit donc de s’assurer du contrôle des ressources de la communauté.

  • 19 Ceci explique la résistance passive de la population aux tentatives de capture des présumés coupab (...)
  • 20 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de Guy Mazure, mai 1766.
  • 21 Thompson (E. P.), « L’économie morale de la foule dans l’Angleterre du xviiie siècle », dans Ikni (...)

14L’action est, de ce fait, perçue comme légitime19. Elle se veut aussi légale dans une certaine mesure : dans son témoignage, Guy Mazure, l’un des marchands rennais, déclare avoir rencontré, alors qu’il s’informait sur le sort de son chargement de céréales et de ses domestiques, « un jeune homme qu’il croit estre chirurgien » qui lui dit « que la populace avoit amené deux charettes dans le bourg de Bais [et] qu’on alloit les mettre en depost jusqu’à la décision du juge20 ». En cette émeute au final bien peu subversive, s’attachant au respect de l’ordre interne de la communauté – « il ne falloit rien casser » déclarent certains émeutiers –, on retrouve les grands traits de l’« économie morale » populaire brossés par Edward P. Thompson : la priorité de la communauté rurale sur ses propres ressources alimentaires, le juste prix des denrées que cela implique, le juste châtiment de ceux qui profitent de la misère du peuple, plus encore s’ils sont étrangers à la communauté, enfin la référence en dernière instance aux bontés protectrices du souverain ou de ses juges21.

  • 22 Dès le 30 avril 1766, la cour rend un premier arrêt. Le 7 mai, les premiers témoignages sont enreg (...)
  • 23 ADIV, 1 Bf 1513, Arrêt du Parlement, 14 mai 1766 et 1 Bf 1514, Arrêt du 15 février 1769.
  • 24 Je renvoie ici à l’analyse de la révolte frumentaire comme une « forme de conflit politique » fait (...)
  • 25 Elle totalise à elle seule 367 émotions frumentaires, le quart du corpus étudié par Nicolas (J.), (...)
  • 26 Selon Nicolas (J.), La rébellion française…, op. cit., p. 252 et 267, près de 80 % des 1526 émeute (...)

15Dans ce contexte particulier – sans même évoquer ici l’Affaire de Bretagne, qui a conduit à la démission la plupart des parlementaires rennais l’année précédente –, il convient de noter la promptitude avec laquelle le Parlement réagit22. Il ne saurait en effet tolérer plus longtemps ce que l’avocat général qualifie de « révolte et attroupement » ou de « révolte en émotion populaire23 », qui plus est sur une question aussi politique que celle des subsistances24. L’émeute de Bais n’est pas isolée en effet. On en dénombre, à l’échelle de la province, au moins 11 au cours de l’annéerécolte 1765, l’année 1766 représentant, à l’échelle du royaume, l’une des plus agitées de la période 1764-177425. En 1766, le Maine, l’Anjou, la Picardie, l’Orléanais, le Berry et la Champagne sont les plus touchés avec la Bretagne. Ici, ces mouvements populaires concernent tous des villes et/ou des ports, à l’exception de l’émotion de Bais ; en cela, la Bretagne ne se distingue guère des autres provinces26. Partout, il s’agit de s’opposer à des « sorties de grains » et donc de remettre en cause les mesures libérales du contrôle général des finances. En un mot, de contrer les potentiels effets de mutations économiques de tout premier plan, imposées par l’État.

16Les non-dits sont importants cependant, de part et d’autre. Jamais le Parlement n’évoque les édits de 1763-1764 pour justifier son attitude, quoi que puisse laisser paraître sa promptitude à réagir et sa volonté de démontrer le caractère prémédité de l’émeute de Bais. De leur côté, jamais les témoins et accusés ne dénoncent la liberté du commerce du grain ou ne justifient leur action par la volonté de s’y opposer. La chose invite à interroger différemment l’événement, à dépasser donc la seule analyse politico-sociale. L’adoption d’une autre grille de lecture de l’événement, celle du genre, le permet pour une part.

Genre et violences frumentaires : la confirmation globale des assignations

  • 27 La plupart des historiens s’accordent au sujet de la sur-représentation des femmes lors des émeute (...)
  • 28 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de Pierre Ruel.

17Le rôle respectif des hommes et des femmes dans les violences frumentaires n’est pas toujours évident à identifier. Si les secondes constituent, selon l’expression d’Arlette Farge, d’« évidentes émeutières » dans la mesure où il n’y a pas lieu de s’étonner de leur présence dans les révoltes de ce type, pas plus que dans les autres d’ailleurs, leur place réelle reste très controversée, objet de polémiques entre historiens27. L’on est en effet souvent réduit à tenter d’analyser des appréciations vagues portées par les témoins ou les autorités : que conclure, par exemple, de la mention faite par Ruel, le boulanger de Bais, de « soixante personnes tant hommes que femmes, filles et garçons, même des enfans » qui se ruent sur lui28 ?

  • 29 Farge (A.), « Évidentes émeutières », art. cit., p. 565.

18Reste un point sur lequel tout le monde s’accorde. De manière évidente, hommes et femmes « jouent des partitions différentes » dans l’émeute29, qu’il s’agisse des simples émeutiers ou de leurs leaders.

Femmes et hommes en révolte : agir ensemble, mais différemment

19Dans le cas présent, celui d’une entrave à la circulation, hors de tout marché et de toute foire, il semble bien cependant que le mouvement initial, spontané plus que concerté, ait été lancé par des femmes, simples spectatrices, en plein bourg de Bais, plus que clientes du boulanger Ruel.

  • 30 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de Jean Fagris.

20Les témoignages s’accordent sur le fait que l’émeute tient son origine dans les insultes lancées par « sept à huit femmes et filles » présentes à proximité du four du boulanger le matin du 28 avril 1766, traitant les blatiers de « cocquins » de « voleurs de Chasteaugiron30 ». Les possibles réponses de Ruel à ces insultes, le bruit aussi, conduisent alors à un attroupement rapidement plus violent. C’est à ce moment-là que, selon des modalités finalement très banales, les femmes et les enfants présents, sans doute majoritaires, passant de l’agressivité verbale à des actions plus concrètes, commencent à lancer pierres et mottes de terre sur le boulanger et les marchands.

  • 31 Godineau (D.), Citoyennes tricoteuses, op. cit., p. 265. Comme le note Farge (A.), « Évidentes éme (...)

21Le rôle de « boutefeux » joué ici comme ailleurs par les femmes a été expliqué de différentes manières. Passons sur l’explication régulièrement avancée par les autorités, à Bais comme ailleurs : celle de femmes mises en avant par leurs maris, ici fournie par un Parlement de Bretagne cherchant à tout prix à démontrer le caractère prémédité de la sédition, explication s’accordant finalement assez bien avec l’idée que « ce n’est point aux femmes de s’occuper de politique31 », que l’affaire est trop sérieuse pour n’être que la conséquence de l’opposition spontanée de quelques femmes témoins de l’arrivée de marchands blatiers chez un boulanger.

  • 32 Il convient bien évidemment de nuancer cette répartition par trop caricaturale, comme l’a montré S (...)
  • 33 Citée par Godineau (D.), Les femmes dans la société française…, p. 72.

22Les pratiques sociales, dans toute leur banalité, me semblent cependant constituer un facteur explicatif plus pertinent. De manière plus évidente en effet, notamment dans les émeutes débutant non sur les marchés ou les foires, mais aux environs de la boutique d’un boulanger, la place initiale des femmes tient très largement à la division sexuée du travail au sein du foyer rural : aux hommes le labeur aux champs, aux femmes les diverses tâches autour de la maison, et notamment l’achat du pain, comme à Bais en 176632. Au cœur d’une sorte de « système villageois d’information et de surveillance » qui est aussi un contre-pouvoir, l’assemblée des commères, « à la fois forum d’actualités, agence de contrôle social et tribunal des déviants » selon l’expression de S. Matthews Grieco33, a la capacité à mobiliser rapidement quelques dizaines de personnes. Les femmes, en charge de la survie du foyer, seraient ainsi, par extension, aussi en charge de celle de la communauté.

  • 34 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de Marie Landron.

23Entraînés par leurs femmes ou par les femmes, les hommes n’interviennent que dans un second temps, celui de la violence, celui de la confrontation physique directe aussi, faisant suite à une confrontation indirecte, par jets de pierres interposés. Le tocsin, que l’on a sonné à Bais en 1766 comme ailleurs en de pareilles circonstances, permet d’associer aux quelques hommes présents chez eux, artisans pour la plupart, d’autres, revenant des champs. Ce sont eux que l’on trouve « armés de pelles, bastons, brocs et pierres34 », frappant – de manière calculée sans doute cependant, sur les bras et les jambes, mais pas à la tête – les marchands blatiers, les poursuivant dans les champs et les chemins.

  • 35 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de Jean Caillard.
  • 36 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de Pierre Ruel. Ces accusations sont confirmées dès le 29 avril 1766 pa (...)
  • 37 Si cette violence est avant tout une affaire d’hommes, si les crimes les plus sanglants, infantici (...)

24Pourtant, cette violence est aussi une violence féminine. Jean Caillard affirme devant les juges qu’« une fille ou femme à luy inconnu vint sur luy un broc à la main35 », prête à le frapper, et qu’il ne dut son salut qu’à la fuite. Ce sont des femmes aussi qui s’en prennent à l’épouse du boulanger Ruel, « très maltraitée » témoigne son mari, « toute moulue de coups » et à qui l’on « a presque arraché tous les cheveux » : la femme, sujet de l’émeute, est aussi la femme cible et victime de cette même émeute lorsqu’elle se trouve du mauvais côté36. Une fois encore, la chose ne saurait véritablement surprendre. Cette violence extraordinaire n’est pas sans rappeler en effet les gestes de celle, plus quotidienne, qui sourd des archives des justices seigneuriales notamment37.

25Si la violence des femmes et des hommes est finalement, au vu de l’exemple de Bais, assez comparable dans son intensité, elle est en partie différente dans ses moyens : les outils et les armes sont plus spécifiquement l’apanage des hommes, les secondes étant d’ailleurs celui des leaders. Sans doute est-ce en ce domaine de la conduite des opérations que les rôles spécifiques des unes et des autres apparaissent plus nettement.

Hommes et femmes : quels leaders pour la révolte frumentaire ?

  • 38 Nicolas (J.), La rébellion française…, op. cit., p. 272.

26La spontanéité, au moins relative, de l’émeute frumentaire contribue à faire de ses leaders des meneurs de fait, largement improvisés. À défaut de véritables meneurs ou meneuses d’ailleurs, que la justice peine souvent à identifier, il s’agit plus souvent de personnages particulièrement remarqués par les différents témoins pour leur violence ou leurs propos. Or, une fois hommes et femmes réunis dans la violence, ce sont des hommes qui prennent à Bais la tête de la révolte, de manière assez banale somme toute : comme le rappelle Jean Nicolas, « les premiers rôles semblent avoir été confisqués par les hommes » dans la France du xviiie siècle38.

  • 39 ADIV, 2 B 1865, Interrogatoire de Pierre Ruel, 6 mai 1766.
  • 40 L’attitude du curé Plunckett n’a semble-t-il rien d’extraordinaire : la participation active du cl (...)
  • 41 ADIV, 2 B 1865, Divers actes de procédure.
  • 42 Sur ce point, Nicolas (J.), La rébellion française…, op. cit., p. 271-273, qui utilise le terme de (...)

27L’un d’eux, à Bais, aurait pu être le curé, dont la présence est attestée lors de l’émeute. Selon Ruel, il aurait « dist qu’il alloit distribuer la fournée » abandonnée par l’artisan en fuite « aux paroissiens39 ». Pierre Thomasse, l’un des marchands, déclare pour sa part que trouvant « le curé qui sortoit du presbitaire ou d’une autre maison, il se jetta à luy et luy demanda miséricorde » mais que celui-ci n’empêcha pas « que [ses] sacs fussent déchirés au nombre de trois, coupés par morceaux » par les émeutiers40. Mais cet homme – qui n’en est pas véritablement un, qui n’en a pas tous les attributs en tout cas – se voit essentiellement reprocher sa passivité. Ce sont donc des hommes – des vrais… – qui conduisent la foule émeutière, et notamment un certain Mancel, « tisserand, ancien soldat », sabre ou épée à la main, secondé de Tamplon, maréchal, « qui avoit des pistolets41 ». Ces pseudo-notables plus que notables à proprement parler ont tous les attributs de vrais hommes, aptes effectivement à mener les émeutiers, véritables armes y compris42.

  • 43 ADIV, 1 Bh 14, Interrogatoire du 28 février 1769.
  • 44 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de Jacques Jeusset.

28Les hommes ne sont pas seuls pour autant. Si l’action hors du village, à la poursuite des blatiers, est conduite par eux, il semble qu’au cœur du bourg, une certaine parité se rétablisse. Les cas de « la fille Bruère », « maîtresse d’école », ou de Perrine Mancel, épouse Coesme, à qui l’on reproche d’avoir tenu « des propos séditieux tendant à exciter la révolte […] à la passée du cimetière43 » sont un peu particulier : elles ne sont évoquées qu’au sujet des premiers moments de l’émeute. En revanche, Marion Fauchard est décrite par de nombreux témoins comme jouant, tout au long de l’émotion populaire, un rôle à part, et ce jusqu’aux derniers épisodes dans la cour de Jeusset, le cabaretier-voiturier : là, nous dit un témoin, « Marion Fauchard en arrivant dans la cour coupa les sacs où estoit le bled noir à coups de couteau et Mancel les larda à coup de pic44 ».

29Sorte de pendant féminin à l’ancien soldat Mancel, elle transgresse en partie ce que semblent être les assignations de genre en de pareilles occasions, incitant à questionner dès lors la place de la transgression dans l’émeute.

Des rapports de genre plus complexes : identités collectives et/ou identités individuelles ?

30Il convient, pour finir, d’expliquer les transgressions identifiées. Deux éléments me semblent pouvoir le permettre : d’une part le caractère particulier de l’événement, d’autre part la place des identités individuelles et plus seulement collectives.

Événement paroxystique et transgressions des assignations

31L’émeute, parce qu’elle est une crise, un épisode paroxystique dans le quotidien villageois, est l’occasion de transgressions des assignations de genre.

  • 45 Sur ce point, se reporter par exemple aux travaux de Bercé (Y.-M.), Fête et révolte. Des mentalité (...)

32Un certain nombre de textes décrivent ailleurs, de manière plus générale, des faits de ce type, concernant des hommes pour l’essentiel cependant. Dans le cadre de rites d’inversion qui ne sont pas sans rappeler le carnaval, des émeutiers se griment, se déguisent en femme aussi et surtout. Les interprétations de ces gestes sont multiples, sans pour autant s’exclure cependant : volonté d’échapper à la sanction en n’étant plus objectivement reconnaissable, espoir d’une moindre sanction, les femmes étant en général moins lourdement frappées par la justice dans des affaires de ce genre, se donner la possibilité d’insulter ses ennemis par des femmes, ce qui revient donc à une offense à leur virilité, à leur statut d’homme et par là même rend l’injure plus forte encore, enfin volonté de marquer de manière symbolique le retournement social que représente l’émeute, lorsque les petits s’imposent aux puissants45. En un mot, l’événement paroxystique que constitue l’émeute favorise la transgression.

  • 46 De telles pratiques sont cependant avérées dans les communes rurales des environs de Vitré, au pri (...)
  • 47 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de Pierre Ruel. Ces accusations sont confirmées dès le 29 avril 1766 pa (...)

33L’on n’observe cependant rien de la sorte à Bais en 176646. La transgression est ici l’affaire d’une jeune femme, d’une fille en fait au sens qu’on donne à ce terme au xviiie siècle, Marion Fauchard. C’est elle que Ruel, le boulanger, décrit fonçant « sur luy avec un broc [c’est-à-dire un long outil agricole tranchant] dont elle l’auroit percé sans qu’il prist la fuite47 ». C’est elle qui conduit la poursuite de Maisonneuve dans la cour et la maison de Jeusset en début d’après-midi. C’est elle enfin qui répand le blé noir du blatier de Châteaugiron sur le sol après avoir tailladé les sacs.

34Le contexte de l’émeute explique-t-il ces violences et la place particulière assignée au cours de cet épisode à Marion Fauchard ? En partie sans doute. On ne saurait cependant limiter l’explication des transgressions aux identités collectives sans s’intéresser, lorsque cela est possible, aux identités individuelles.

Le cas Marion Fauchard

35L’intérêt de l’approche micro-analytique me semble résider, principalement, dans la possibilité de dépasser un certain degré de généralité pour se pencher sur les individus, lorsque les sources le permettent cependant. C’est notamment le cas de Marion ou Marie Fauchard.

  • 48 ADIV, 4 B 2928, Justice de la baronnie de Vitré au siège de Marcillé et vicomté de Bais, procédure (...)
  • 49 ADIV, 4 B 2928, plainte de Marion Fauchard, décembre 1762. Il existe plusieurs versions de cette c (...)

36Si cette jeune fille n’a rien de très particulier, outre son célibat à un âge déjà avancé pour l’époque, 29 ans, elle a l’immense avantage – du point de vue de l’historien – d’avoir déjà été l’objet d’une procédure qui s’étale sur 6 années, de 1762 à 1768, de part et d’autre de l’émeute de Bais donc. Cette procédure l’oppose à Pierre Guilleu, jeune homme de Bais, qu’elle accuse de l’avoir violemment frappée et blessée au cours d’une rixe qui survient, en décembre 1762, pratiquement au même endroit que les premiers épisodes de l’émeute de Bais48. Au point de départ de l’affaire Fauchard, on trouve « un jeu de mots diffamants et désobligeants », jeu de mots que Guilleu « chante même publiquement49 ». Cette chanson composée par des jeunes gens de Bais, raille principalement la capacité de Marion Fauchard – et peut-être, dans une certaine mesure, celle de sa sœur – à devenir une vraie femme avec tout ce que cela implique dans la société d’Ancien Régime, c’est-à-dire sa capacité à quitter son statut de fille, à fréquenter des jeunes gens et à se marier.

  • 50 ADIV, 4 B 2928, témoignage de Perrine Duval, décembre 1762.
  • 51 On ne trouve guère de trace de sociétés de jeunesse au sens strict du terme en Bretagne, d’autres (...)
  • 52 Rappelons que les fonctions de ces sociétés sont doubles : tout d’abord, la défense, face à l’exté (...)

37Face à cette atteinte à son statut de femme, la réponse de Marion Fauchard est celle de la violence, dont la rixe n’est que le dernier épisode. Ce furent d’abord des menaces contre Pierre Guilleu, d’ordre sexuel notamment, les sœurs Fauchard se proposant « d’attraper et de maltraiter le suppliant, qu’elles l’étrilleroient d’importance, que pour le mettre hors de deffenses, elle mettroit des cendres rouges dans ses poches ». Ce fut ensuite la suggestion, faite à une jeune fileuse, de « se mettre une bande de filles ensemble et l’estrangler et le paumer dans la mare à côté de leur maison50 ». La chose me semble intéressante dans la mesure où il s’agit déjà là d’une sorte de transgression des assignations, une double transgression. Transgression, d’une part, parce que cette bande de filles souhaitée par Marion Fauchard se veut une copie des sociétés de jeunesse, bachelleries et autres reynages, « institutions » réservées aux seuls jeunes hommes51. Transgression, d’autre part, parce que la tendance, en cette seconde moitié du xviiie siècle, est à un net recul de ce genre de sociétés, du fait du contrôle accru de la part des autorités dans le cadre de la Réforme catholique, et, par voie de conséquence, à la disparition de pratiques qui leur étaient liées, notamment les charivaris et autres « débordements » du même type émanant de ces « tribunaux coculaires » que constituent les sociétés de jeunesse52.

38Il ne semble pas que Marion Fauchard soit parvenue à ses fins. Le fait contribue, quoi qu’il en soit, à faire d’elle un personnage bien plus complexe que la seule lecture des documents de 1766 pourrait le laisser penser. Un personnage à l’identité de genre fragile, du fait notamment du regard porté sur elle par la communauté, déjà plus vraiment « femme » mais plus vraiment « fille » non plus, un personnage conduit peut-être à agir en fonction du rôle que la communauté lui a donné. Ces quelques éléments semblent corroborés indirectement par son mariage le 11 juin 1771 : très tardif – elle a 34 ans –, qui plus est exogame, il l’unit à un jeune homme mineur, c’est-à-dire âgé de moins de 25 ans, originaire de Cornillé, paroisse non-limitrophe de Bais.

39Bref, le cas Marion Fauchard me semble finalement poser une question à laquelle je n’ai pas de réponse : qu’est-ce qui, des identités collectives ou individuelles, prime en histoire ? La question, appliquée ici au genre, dépasse bien évidemment très largement ce seul aspect.

40Que dire pour conclure ? Tout d’abord, qu’il ne s’agit ici que d’une première approche, d’une première lecture à travers le prisme du genre des événements de Bais en 1766. Cette première approche demande à être complétée sans doute, à être approfondie, ce qui n’est guère facile en ce qui concerne la paroisse de Bais, assez mal pourvue en terme de sources en dehors de celles mises ici à profit. Elle me semble au moins révéler une chose : bien que conséquence d’une profonde mutation économique et sociale alors à l’œuvre, l’émeute frumentaire des années 1765-1766, comme celles qui suivent lors de la Guerre des Farines en 1775, donne sans doute moins à saisir le rôle de ces mutations économiques et sociales sur l’évolution des rapports de genre que le rôle de l’événement – et tout particulièrement l’événement paroxystique que constitue la révolte en elle-même – dans la saisie de ces rapports de genre. En la matière – seconde conclusion –, l’étude conduit à insister sur la stabilité globale des rapports dans l’émeute. Femmes et hommes tiennent chacun un rôle, « leur » rôle, que la transgression de quelques-un(e)s, perçue comme telle par tous, viendrait en quelque sorte consolider.

  • 53 Il me semble notamment possible d’établir des parallèles entre ce que donne à voir la France des x (...)

41Enfin, aussi modeste soit-elle, l’étude de l’émeute de 1766 à Bais me semble mettre en évidence deux choses. Tout d’abord toute la richesse des approches micro-analytiques, dans la mesure notamment où le changement de focale offre la possibilité de saisir d’autres réalités, difficilement perceptibles à d’autres échelles. Ensuite, l’intérêt qu’il y aurait à mener une étude des rapports entre « Genre et violences frumentaires », voire entre « Genre et violences collectives » dans la longue durée, notamment de part et d’autre de la césure institutionnelle que constitue la Révolution53.

Figure 13 : Carte de l’émeute frumentaire de Bais en 1766

Notes

1 Sur ce point, se reporter aux pratiques synthèses que constituent, pour la France d’Ancien Régime et plus particulièrement pour le xviiie siècle, les travaux de Farge, Arlette, « Évidentes émeutières », dans Duby (G.) et Perrot (M.) (dir.), Histoire des femmes (xvie-xviiie siècle), t. 3, Paris, Seuil, 1990, p. 481-496, et ceux de Nicolas (J.), La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale (1661-1789), Paris, Seuil, 2001, 511 p. Pour la première moitié du xixe siècle, les recherches de Bourguinat (N.), Les grains du désordre : l’État face aux violences frumentaires dans la première moitié du xixe siècle, Paris, EHESS, 2001, 542 p. ou de Beliveau (D.), Les révoltes frumentaires dans la première moitié du xixe siècle. Une analyse des rapports de sociabilité, de la distribution des rôles sexuels et de leurs impacts sur la répression des désordres, Thèse, dact., EHESS, 1992, 473 p. offrent une utile mise en perspective. L’importante bibliographie proposée par chacune de ces références permet d’éventuels approfondissements.

2 Nicolas (J.), La rébellion française…, op. cit., p. 267, rappelle qu’au cours du xviiie siècle, près de 80 % des émeutes de subsistances ont pour cadre une ville ou un bourg.

3 Citons, pour ne retenir que ces quelques exemples, les travaux de Nicolas (J.), La rébellion française…, op. cit., de Ikni (G.-R.) et Gauthier (F.) (dir.), La guerre du blé au xviiie siècle. La critique populaire contre le libéralisme économique, Montreuil, Éd. de la Passion, 1988, 237 p., de Le Roy Ladurie (E.), « Révoltes et contestations rurales en France de 1675 à 1788 », AESC, 1974-1, p. 6-22, de Root Hilton (L.), « Politiques frumentaires et violence collective en Europe au xviiie siècle », AESC, 1990-1, p. 167-189, ou encore de Tilly (L.), « La révolte frumentaire, forme de conflit politique en France », AESC, 1972-3, p. 731-757.

4 Les données avancées par Nassiet (M.), « Émotions populaires et prix des grains en Bretagne au xviiie siècle », MSHAB, 1989, p. 165-184, montrent que plus de 80 % des émeutes bretonnes sont elles aussi urbaines et que 50 % d’entre elles ont un port pour théâtre.

5 Nassiet (M.), « Émotions populaires et prix des grains… », art. cit., se contente de la mentionner. Elle est ignorée en revanche par Lemaître (A.-J.), « Disettes, chimères et traditions au xviiie siècle : aux sources des émotions populaires », MSHAB, 1989, p. 185-192 et Lemaître (A.-J.), Espace, sécurité, population au xviiie siècle. La police générale du Parlement de Bretagne, Thèse d’État, dact. Université Paris 1, 1998, 864 p., qui ne la mentionne pas dans la liste des émeutes frumentaires bretonnes de la seconde moitié du xviiie siècle qu’il fournit. On trouvera quelques éléments dans Lagadec (Y.), Pouvoir et politique en Haute-Bretagne rurale. L’exemple de Louvigné-de-Bais (xvie-xixe siècles), Thèse de doctorat, dact. Université Rennes 2 Haute-Bretagne, 2003, p. 754-757 et 766-769.

6 La démarche micro-analytique renouvelée, dépassant la très – trop – traditionnelle approche monographique, reste encore peu appliquée à ce type d’événement. L’article de Tackett (T.), « Women and men in counter-Revolution : the Sommières riot of 1791 », Journal of Modern History, 59, 1987, p. 680-714, en constitue l’un des rares exemples.

7 Les multiples actes de la procédure qui dure de 1766 à 1769 se trouvent conservés sous les cotes 1 Bf 1513, 2 B 1865 et 1 Bh 14 aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine (désormais ADIV). Malheureusement, les archives du général de la paroisse de Bais, et notamment les registres de délibérations, sont plus que lacunaires.

8 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de René Thomasse. Les chiffres divergent cependant : si les victimes de l’attroupement s’accordent toutes sur ce chiffre d’une soixantaine de personnes, « au moins » selon Jean Caillard qui tait cependant, tout comme Ruel, l’altercation avec le premier groupe de « sept à huit femmes et filles », Jean-Olivier Martin, notaire, syndic de Bais, avance le chiffre de « plus de trente personnes » ; ADIV, 1 Bh 14.

9 ADIV, 1 Bf 1513, Lettre de Me Lereguer à l’avocat général du Parlement de Bretagne, 29 avril 1766.

10 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de Pierre Thomasse.

11 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de Jean Quinton.

12 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de François Nicolas.

13 Farge (A.), « Évidentes émeutières », art. cit., p. 481-496, Godineau (D.), Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, Aix-en-Provence, Alinéa, 1988, p. 265, Bourguinat (N.), Les grains du désordre, op. cit, p. 324-336, et Beliveau (D.), Les émotions populaires de 1846-1847 en Loire-Inférieure et en Ille-et-Vilaine. Une forme de conflit politique ?, Mémoire de maîtrise, Université de Québec, Montréal, 1986, p. 166-183. La seule différence est celle avec les émeutes urbaines. Elle tient à l’absence de répression immédiate, faute de forces destinées à cela. Cette répression est donc décalée dans le temps, de quelques jours seulement cependant.

14 ADIV, 1 Bf 1514, Arrêt du 15 février 1769.

15 Encore convient-il de noter que les mercuriales de Châteaugiron révèlent cette année-là une baisse, au pire une stagnation, des prix du blé noir qui constitue l’essentiel de la nourriture des couches populaires rurales ; ADIV, 2 Ep 85.

16 Sur ce point, Nassiet (M.), « Émotions populaires et prix des grains… », art. cit., p. 166.

17 Les émeutiers ne leur reprochent guère d’avoir, pendant plusieurs mois, stockés le produit des dîmes dans leurs greniers et de ne le vendre qu’en cette fin du mois d’avril 1766, au moment où les prix atteignent presque leur maximum. On est loin ici des taxations et pillages d’un mouvement tel que la Guerre des Farines de 1775-1776. Sur ce point, Ikni (G.-R.) et Gauthier (F.) (dir.), La guerre du blé…, op. cit., et Nicolas (J.), La rébellion française…, op. cit., p. 253-258.

18 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de Jacques Jeusset.

19 Ceci explique la résistance passive de la population aux tentatives de capture des présumés coupables. Le 14 mai 1766, trois sergents et huissiers du Présidial de Rennes, accompagnés de 16 dragons et d’un maréchal-des-logis en garnison à Rennes, procèdent aux premières arrestations à Bais ; seules quatre personnes sont interpellées alors, malgré le caractère très matinal de l’opération. Plusieurs des suspects ont en effet, selon les habitants de Bais interrogés, quitté la paroisse depuis les événements du 28 avril ; ADIV, 2 B 1865, Procès-verbal de perquisition et arrestation des accusés, 14 mai 1766.

20 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de Guy Mazure, mai 1766.

21 Thompson (E. P.), « L’économie morale de la foule dans l’Angleterre du xviiie siècle », dans Ikni (G.-R.) et Gauthier (F.) (dir.), La guerre du blé…, op. cit., p. 31-92.

22 Dès le 30 avril 1766, la cour rend un premier arrêt. Le 7 mai, les premiers témoignages sont enregistrés et l’on procède, nous l’avons vu, aux premières arrestations le 14. Les interrogatoires des prisonniers – un homme et trois femmes – se déroulent à compter du 21 mai 1766 et se poursuivent tout au long du mois de juin et au début de juillet, à l’instigation du présidial. L’affaire reprend fin septembre et début octobre 1766, devant le Parlement cette fois, avant de s’interrompre pendant plus de deux ans. Il faut attendre janvier et février 1769 pour que de nouvelles investigations soient menées. La non-conservation des registres de délibération du général ou des comptes de la fabrique de Bais pour le xviiie siècle, l’absence de tout arrêt du Parlement sur le fond de l’affaire après 1769 ne permet guère d’en savoir plus.

23 ADIV, 1 Bf 1513, Arrêt du Parlement, 14 mai 1766 et 1 Bf 1514, Arrêt du 15 février 1769.

24 Je renvoie ici à l’analyse de la révolte frumentaire comme une « forme de conflit politique » faite par Tilly (L.), « La révolte frumentaire, forme de conflit politique en France », AESC, 1972-3, p. 731-757 ainsi qu’au stimulant Ikni (G.-R.) et Gauthier (F.) (dir.), La guerre du blé…, op. cit.

25 Elle totalise à elle seule 367 émotions frumentaires, le quart du corpus étudié par Nicolas (J.), La rébellion française…, op. cit., p. 252.

26 Selon Nicolas (J.), La rébellion française…, op. cit., p. 252 et 267, près de 80 % des 1526 émeutes pour le pain qu’il a recensées pour la période 1661-1789 concernent villes et bourgs ; seules 20,2 % ont pour théâtre le monde rural, moins encore au cours des années 1765-1774, les plus agitées de ces 13 décennies.

27 La plupart des historiens s’accordent au sujet de la sur-représentation des femmes lors des émeutes frumentaires par rapport à ce qu’est habituellement leur place dans les violences collectives. Ainsi, Nicolas (J.), La rébellion française…, op. cit., p. 269-271, note que 52,3 % des émeutes de subsistances rurales au xviiie siècle étaient composées seulement de femmes ou en majorité de femmes, 75,4 % même dans le cas des émeutes urbaines. Pour la première moitié du xixe siècle, Bourguinat (N.), Les grains du désordre…, op. cit., p. 324-336, tend à nuancer la place des femmes.

28 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de Pierre Ruel.

29 Farge (A.), « Évidentes émeutières », art. cit., p. 565.

30 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de Jean Fagris.

31 Godineau (D.), Citoyennes tricoteuses, op. cit., p. 265. Comme le note Farge (A.), « Évidentes émeutières », art. cit., p. 558, entrer en révolte, « c’est surgir à l’intérieur de la chose publique ; or les femmes et la chose publique sont deux réalités complètement éloignées l’une de l’autre ».

32 Il convient bien évidemment de nuancer cette répartition par trop caricaturale, comme l’a montré Segalen (M.), Mari et femme dans la société paysanne, Paris, Flammarion, 1984, p. 87-121. Les régions, les saisons, le type et le niveau d’organisation économique de l’exploitation jouent notamment. Par ailleurs, la place respective des hommes et des femmes lors des foires d’une part, des marchés d’autre part, reste encore l’objet de débats ; cf. la mise au point proposée par Bourguinat (N.), Les grains du désordre…, op. cit., p. 325-326.

33 Citée par Godineau (D.), Les femmes dans la société française…, p. 72.

34 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de Marie Landron.

35 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de Jean Caillard.

36 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de Pierre Ruel. Ces accusations sont confirmées dès le 29 avril 1766 par Me Lereguer, procureur fiscal de Piré, dans une lettre à l’avocat général du Parlement à l’origine du volet judiciaire de l’affaire, évoquant « les principaux moteurs de cette besogne » ; ADIV, 1 Bf 1513.

37 Si cette violence est avant tout une affaire d’hommes, si les crimes les plus sanglants, infanticides mis à part, sont de leur fait, les femmes n’en sont pas totalement exclues, comme en témoigne les affaires traitées par les justices seigneuriales des environs de Bais. De manière plus générale, se reporter aux travaux de Queniart (J.), Le Grand Chapelletout. Violence, normes et comportements dans la Bretagne rurale du xviiie siècle, Rennes, Apogée, 1993, 181 p.–

38 Nicolas (J.), La rébellion française…, op. cit., p. 272.

39 ADIV, 2 B 1865, Interrogatoire de Pierre Ruel, 6 mai 1766.

40 L’attitude du curé Plunckett n’a semble-t-il rien d’extraordinaire : la participation active du clergé paroissial aux émeutes frumentaires est maintes fois attestée, son devoir de charité l’amenant à dénoncer régulièrement accapareurs et marchands sans scrupules ; Nicolas, Jean, La rébellion française…, op. cit., p. 275-278.

41 ADIV, 2 B 1865, Divers actes de procédure.

42 Sur ce point, Nicolas (J.), La rébellion française…, op. cit., p. 271-273, qui utilise le terme de « micro-élite villageoise ». Dans le cas de Bais, la modestie des intérieurs des personnes poursuivies, visités par la maréchaussée en mai 1766, confirme cette idée. Mancel, le tisserand, irait de ferme en ferme, louant ses services. Chez Tamplon, le maréchal, on ne trouve que « trois pièces de meubles et chasque de nulle valeur ». Le cabaretier, le laboureur-marchand de toile, ou encore le tailleur et le menuisier qui, dans une bien moindre mesure cependant, complètent cette liste des personnages les plus fréquemment cités, ne sont guère plus favorisés socialement ; ADIV, 2 B 1865, Procès-verbal de perquisition, 14 mai 1766.

43 ADIV, 1 Bh 14, Interrogatoire du 28 février 1769.

44 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de Jacques Jeusset.

45 Sur ce point, se reporter par exemple aux travaux de Bercé (Y.-M.), Fête et révolte. Des mentalités populaires du xvie au xviiie siècle, Paris, Hachette, 1994, p. 83-86.

46 De telles pratiques sont cependant avérées dans les communes rurales des environs de Vitré, au printemps 1906, lors du mouvement de résistance aux Inventaires. Sur ce point, Lagadec (Y.), Pouvoir et politique en Haute-Bretagne rurale, op. cit., p. 718-810.

47 ADIV, 2 B 1865, Témoignage de Pierre Ruel. Ces accusations sont confirmées dès le 29 avril 1766 par Me Lereguer, procureur fiscal de Piré, dans une lettre à l’avocat général du Parlement à l’origine du volet judiciaire de l’affaire, évoquant « les principaux moteurs de cette besogne » ; ADIV, 1 Bf 1513.

48 ADIV, 4 B 2928, Justice de la baronnie de Vitré au siège de Marcillé et vicomté de Bais, procédure entre Marion Fauchard et Pierre Guilleu (1762-1768).

49 ADIV, 4 B 2928, plainte de Marion Fauchard, décembre 1762. Il existe plusieurs versions de cette chanson, versions qui varient d’un témoignage à l’autre :
Et vous la belle Fauchard, vous prenez trop d’ambaras
De scavoir si nous jouons aux cartes, ou bien si nous n’y jouons pas
Ouy vous en voulez sans doute à l’auteur de ce jeu-là
Vous croiez quil est la cause que les gars ne vous vont pas
Et vous les belles Fauchard, vous prenez trop d’ambaras
De scavoir si nous jouons aux cartes, ou bien si nous n’y jouons pas
Oui vous en voulez sans doute à l’auteur de ce jeu-là
Vous croiez quil est la cause que personne ne vous va
Belle Fauchard est en permission au bois
Aussi on joue aux cartes
S’il ne leur va pas d’amants
Que nous n’en sommes pas la cause

50 ADIV, 4 B 2928, témoignage de Perrine Duval, décembre 1762.

51 On ne trouve guère de trace de sociétés de jeunesse au sens strict du terme en Bretagne, d’autres structures de sociabilité offrant aux jeunes gens, et tout particulièrement aux jeunes hommes, la possibilité de faire montre de leur place à part au sein de la société villageoise. Sur ce point, Pellegrin (N.), Les bachelleries. Organisations et fêtes de la jeunesse dans le Centre-Ouest (xve-xviiie siècle), Poitiers, Société des Antiquaires de l’Ouest, 1982, 400 p. ou la synthèse proposée par Pellegrin (N.), « Jeunesse (Sociétés de) », dans Bely (L.) (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, PUF, 1996, p. 694-695. Il semble que les seules sociétés de jeunesse féminines aient été observées dans le Centre-Ouest.

52 Rappelons que les fonctions de ces sociétés sont doubles : tout d’abord, la défense, face à l’extérieur, de l’honneur de la communauté, dans le cadre plus ou moins contrôlé de jeux de soules ou de simples rixes inter-villageoises, moyen de créer « une illusion collective d’unanimisme social par l’exacerbation du chauvinisme local » ; ensuite, la garantie d’un certain ordre intérieur à la communauté, grâce à l’exercice d’une justice plus ou moins officieuse touchant principalement aux différentes facettes de l’institution du mariage. Pellegrin (N.), « Jeunesse (Sociétés de) », art. cit., p. 694.

53 Il me semble notamment possible d’établir des parallèles entre ce que donne à voir la France des xviie et xviiie siècles et celle de la Révolution ou du premier xixe siècle d’une part, et ce que révèlent les événements russes de février 1917 ou certaines manifestations, parfois tolérées par les autorités d’occupation, dans la France des années 1940-1944, contre les problèmes de ravitaillement. Citons, pour ne retenir que ceux-là, les travaux de Schwartz (P.), « The politics of food and gender in Occupied Paris », Modern and Contemporary France, 1999, 7-1, p. 35-45, ceux de Tartakowsky (D.), « Manifester pour le pain. Novembre 1940-octobre 1947 », Cahiers de l’IHTP, 1996, n° 32-33, p. 465-478 ou, de manière plus locale, ceux de Lostec (F.), Manifester sous l’Occupation dans les Côtes-du-Nord, Mémoire de maîtrise, dact., Rennes 2, 2004, 169 p.

Table des illustrations

Légende Figure 13 : Carte de l’émeute frumentaire de Bais en 1766
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/20198/img-1.png
Fichier image/png, 516k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540