Version classiqueVersion mobile

Genre et événement

 | 
Marc Bergère
, 
Luc Capdevila

Introduction. Genre et événements : sources, écritures, individus

Luc Capdevila

Texte intégral

  • 1 Héritier (F.), Masculin/Féminin. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996, et Masculin (...)
  • 2 Centlivres (P), Fabre (D.) et Zonabend (F.), La fabrique des héros, Paris, éditions de la Maison d (...)
  • 3 Fauré (C.) (dir.), Encyclopédie Politique et Historique des Femmes : Europe, Amérique du nord, Par (...)
  • 4 Sur ce point, les travaux de Thébaud (F.), La femme pendant la guerre de 14, Paris, Plon, 1985 et (...)

1Dans les imaginaires qui construisent la différence entre le masculin et le féminin, le corps des femmes est généralement désigné par les attributs de la maternité, les seins, les fesses, le ventre rond, un petit enfant au bras ou tenu par la main, tandis que celui des hommes est prolongé par des outils qui leur donnent la force et le pouvoir1. Féminité passive, virilité active, ces représentations mentales en participant de la mise en ordre du genre ont longtemps favorisé la dilution des femmes dans le torrent de l’histoire et l’élévation de types d’hommes en héros2. Dans le prolongement de l’école des Annales, en réaction à une tradition historique favorisant le politique, l’histoire bataille, les dates et les grands hommes, en raison aussi de ce qui pouvait apparaître comme une évidence thématique, l’affirmation d’une « histoire des femmes » dans les années 1970 a évolué sur les sentiers de l’histoire du quotidien et de la vie privée : la vie conjugale, le travail, l’éducation, la sexualité, la maternité3. Le désintérêt, la réticence, voire la méfiance des historien(ne)s de la structure à l’étude de l’événement, ont amené conjointement à maintenir le voile sur une relation historique beaucoup plus complexe des femmes à l’espace public4.

  • 5 Duby (G.), Le Dimanche de Bouvines 27 juillet 1214, Paris, Gallimard, coll. « Trente journées qui (...)
  • 6 Braudel (F.), « La longue durée », Annales ESC, n° 4, 1958, p. 725-753, repris dans Écrits sur l’h (...)
  • 7 Nora (P.), « Le retour de l’événement », dans Nora (P.) et Le Goff (J.) (dir.), Faire de l’histoir (...)
  • 8 Parmi quelques publications récentes : Alexandre (D.) et al. (dir.), Que se passe-t-il ? Événement (...)

2Pourtant, depuis les années 1970, à l’initiative notamment de Georges Duby et de Pierre Nora, le temps court a été inséré dans les domaines de la « nouvelle histoire ». Dans son Dimanche de Bouvines, en exploitant les sources produites par la journée du 27 juillet 1214, Georges Duby étudie le monde viril de la société chevaleresque du xiiie siècle avant de questionner les modulations de l’écho des fracas de la bataille au fil des siècles5. Au demeurant, lorsque Fernand Braudel, à la fin des années 1950, met en garde ses pairs contre la fascination de l’événement, il ne conteste pas la formidable fabrique d’archives qui niche sous les bouillonnements de l’histoire, et il souligne l’importance épistémologique de la confrontation de la structure à la conjoncture6. Sur un autre versant, en annonçant le retour de l’événement, Pierre Nora signale en quoi il participe de la structure de la société contemporaine innervée par les systèmes d’information, d’un monde envahi par les mass media amplificateurs des faits divers à l’infini, démultipliant l’irruption de l’actualité au quotidien en un flot continue d’images et de sons7. Depuis la décennie 1990, à la suite de l’ouverture du mur de Berlin, de la recomposition chaotique d’un nouvel ordre international, du développement de l’Internet, du sentiment toujours croissant d’appartenance à un « village planétaire » et d’une « accélération de l’histoire », les sciences sociales ont réinvesti les problématiques sur l’événementiel, en interrogeant ces séquences uniques pour mieux comprendre notre rapport au monde8.

  • 9 Sur ce point, lire en particulier les travaux de Pierre Laborie, Les Français des années troubles, (...)

3Tout ce qui advient est événement. Mais l’événement historique présente des caractéristiques discriminantes par rapport à la masse des petits faits : sa dimension inédite et non répétable, sa résonance modulée selon les communautés de sens, son impact sur le présent, sa capacité créatrice à terme en font un fragment de temps singulier qui marque les contemporains et participe de la dynamique des civilisations. Aussi, pour les historiens l’événement doit d’abord avoir laissé une trace, avant même d’envisager qu’il soit saisissable par eux. Les historiens découvrent, recensent, trient, classent, sélectionnent, délaissent, écartent, rejettent des donnés parmi des masses d’épisodes dont ils ont trouvé la trace sous la forme d’artefact, afin d’organiser un récit raisonné à partir des évocations éparses d’un monde anéanti. Le tri des informations rappelle que l’établissement de la connaissance du passé est un éternel recommencement inspiré par le temps présent. Le récit souligne que l’histoire est une écriture, une reconstruction nécessairement subjective. Les traces induisent que les historiens travaillent surtout la réception de l’événement, non pas ce qui s’est passé, mais ce dont on a parlé, ce dont on s’est souvenu, ce qui sous une forme ou sous une autre a été conservé9.

  • 10 Héritier (F.), Masculin/Féminin II, op. cit., p. 392.
  • 11 Capdevila (L.), Cassagnes-Brouquet (S.), Cocaud (M.), Godineau (D.), Rouquet (R.) et Sainclivier ( (...)

4Après avoir démontré en quoi la construction de la différence entre les sexes induisant des rapports hiérarchisés était une invariance anthropologique, Françoise Héritier précise combien désormais l’invention de la contraception chimique et « le droit à la contraception [sont] le grand levier historique de changement dans la vie et le statut des femmes et dans les représentations qui les concernent10 ». Le choc entre la conjoncture et la structure caractéristique de l’événement historique, fait que le genre occupe une place privilégiée dans la lecture que l’historien est en mesure d’entreprendre sur le temps court. Le genre, c’est-à-dire l’organisation sociale des relations entre les hommes et les femmes fondée sur des identités, comme toute construction culturelle connaît des ajustements, des évolutions, des changements selon les mouvements de civilisation. Néanmoins, si l’apparente stabilité de cette institution bipolaire ne cesse de varier selon les groupes sociaux, les ethnies, les époques pour ce qui est des attitudes, des comportements, des rôles, des représentations, des identités, dans la longue durée le socle de la différence et de la hiérarchie homme/femme s’est maintenu jusqu’à l’époque actuelle. Le groupe de travail en histoire du genre du CRHISCO – Université Rennes 2 a engagé depuis plusieurs années des recherches sur les dynamiques des rapports sociaux de sexe. Une première étape a été marquée par l’organisation d’un colloque international en septembre 2002 au cours duquel le concept de genre a été confronté aux mutations sociales et aux crises (guerres et révolutions, réforme religieuse et mouvement culturel, l’industrialisation, l’urbanisation, les vacances, la fécondation in vitro…), ce qui a permis de mettre en évidence les formes prises par l’ajustement des relations homme/femme face aux changements culturels11. Depuis, les recherches ont été renforcées sur le temps court de l’événement, lors d’une série de tables rondes organisées à l’Université Rennes 2 en 2003 et 2004, dont nous publions ici un ensemble d’études de cas qui y ont été présentées et discutées.

5Trois axes thématiques ont été questionnés.

  • 12 En français lire en particulier Merle (I.), « Les Subaltern Studies. Retour sur les principes fond (...)

6Le premier est celui des sources, la matière première des historiens. Certains événements produisent un discours sur le genre, d’autres semblent muets sur la question. Or, si les variations sont majeures selon les sociétés, elles ne le sont pas selon les types d’événement. Vraisemblablement, si les historiens du genre interrogent autant les conflits contemporains, c’est que ces guerres ont engendré un discours de haute densité sur le genre. Elles offrent ainsi des masses de matériaux privilégiés orientant le travail du chercheur. Pour quelles raisons des conjonctures favorisent-elles un discours public sur le genre ? Quels mécanismes culturels conduisent une société à vivre des moments intenses produisant des archives muettes sur le genre ? Comme dans les Subaltern Studies12, la déconstruction des sources, en brisant l’universel masculin conduit à mettre la focale sur les hommes ordinaires en tant que catégorie sexuée, permettant de nouvelles observations sur les relations sociales homme/femme. La problématique des sources conduit ainsi à la question plus traditionnelle de l’impact de l’événement sur le genre, tout en la formulant différemment. Elle porte sur le genre en tant que mythologie, c’est-à-dire, sur les récits structurants que produisent les sociétés sur les hommes et les femmes au moment où leurs relations sont en crise, afin de résoudre les contradictions dans lesquelles elles sont en train de sombrer.

  • 13 C’est-à-dire le Brésil, l’Uruguay et l’Argentine.
  • 14 Alcalá Rodríguez (G.), Residentas, destinadas y traidoras, Asunción, RP/Criterio Ediciones 1991 ; (...)

7Le second traite de l’écriture de l’histoire. L’historien met en récit son propre discours, construit une intrigue. Les études de genre permettent indiscutablement de mieux identifier les acteurs et les trajectoires de vie. Elles facilitent des études en profondeur du fait social. La chute du dictateur paraguayen Alfredo Stroessner en février 1989, après trente-quatre ans de règne ininterrompu, permet aujourd’hui le développement d’une histoire critique. Quelques intellectuels œuvrent pour équiper leurs compatriotes de référents à un passé démocratique. Leur objectif est de montrer que la république paraguayenne a connu des moments de liberté, de débat public, d’ouverture au monde, qu’elle n’a pas seulement vécu sous le pouvoir des autocrates et du clientélisme. La transition démocratique serait donc possible, comme elle l’est dans les autres pays du Mercosur13. En s’élevant contre une histoire officielle virile imposée sous la dictature, qui prônait le culte des chefs, la célébration des héros militaires et des faits d’armes, ces historiens exhument aujourd’hui une autre histoire politique, dont celle des femmes et du féminisme forment l’un des piliers, avec celle du mouvement ouvrier14. L’écriture de l’histoire relève bien évidemment de la responsabilité de l’historien et de ses choix.

8Le troisième traite de la place de l’individu en histoire. Le propre de l’espèce humaine et de la reproduction sexuée est d’engendrer autant de personnalités qu’il existe de femmes et d’hommes. Les études de genre permettent d’observer comment les individus négocient en permanence avec leur appartenance à un sexe social, s’écartent des normes et des conventions, intègrent, ajustent, contestent les représentations selon leur image de soi, tout au long de leur existence. Certes, ils le font au quotidien. Mais souvent, les événements marquent une rupture dans la vie courante et ouvrent des portes dans lesquelles chacun peut s’engouffrer, se découvrir, voire s’inventer. Les rôles sociaux ne sont pas figés. Les catégories sexuées et les identités ne le sont pas non plus. Les individus s’adaptent aux nouvelles situations. En quête d’avenir, ils interviennent également pour transformer leur environnement.

9L’événement en est l’observatoire privilégié.

Notes

1 Héritier (F.), Masculin/Féminin. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996, et Masculin/Féminin, 2. Dissoudre la vie, Paris, Odile Jacob, 2002 ; Tabet (P.), La Construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps, Paris, L’Harmattan, 1998.

2 Centlivres (P), Fabre (D.) et Zonabend (F.), La fabrique des héros, Paris, éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998.

3 Fauré (C.) (dir.), Encyclopédie Politique et Historique des Femmes : Europe, Amérique du nord, Paris, PUF, 1997. Cf. notamment l’introduction, p. 1-7.

4 Sur ce point, les travaux de Thébaud (F.), La femme pendant la guerre de 14, Paris, Plon, 1985 et de Godineau (D.) Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, Aix-en-Provence, Alinéa, 1988, au cours des années 1980 sont relativement exceptionnels.

5 Duby (G.), Le Dimanche de Bouvines 27 juillet 1214, Paris, Gallimard, coll. « Trente journées qui ont fait la France », 1973.

6 Braudel (F.), « La longue durée », Annales ESC, n° 4, 1958, p. 725-753, repris dans Écrits sur l’histoire, Paris, Flammarion, 1969.

7 Nora (P.), « Le retour de l’événement », dans Nora (P.) et Le Goff (J.) (dir.), Faire de l’histoire. Nouveaux Problèmes, Paris, Gallimard, 1974, p. 210-228.

8 Parmi quelques publications récentes : Alexandre (D.) et al. (dir.), Que se passe-t-il ? Événements, sciences humaines et littérature, Rennes, PUR, 2004 ; Bensa (A.) et Fassin (É.), « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain 38 – Qu’est ce qu’un événement ? ; Farge (A.), « Penser et définir l’événement en histoire. Approche des situations et des acteurs sociaux », Terrain 38 – Qu’est ce qu’un événement ?, mars 2002 ; Gluck (C.), « 11 septembre. Guerre et télévision au xxie siècle », Annales Histoire, Sciences Sociales, n° 1, 2003, p. 135-162 ; Petit (J.-L.) (dir.), L’événement en perspective, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, 1991 ; Ricœur (P.), La mémoire et l’oubli, Paris, Seuil, 2000 ; Rousso (H.), Vichy, l’événement, la mémoire, l’histoire, Paris, Gallimard, 2001 ; Winock (M.), « Qu’est-ce qu’un événement ? », L’Histoire, n° 268, septembre 2002, p. 32-37.

9 Sur ce point, lire en particulier les travaux de Pierre Laborie, Les Français des années troubles, Paris, Desclée de Brouwer, 2001.

10 Héritier (F.), Masculin/Féminin II, op. cit., p. 392.

11 Capdevila (L.), Cassagnes-Brouquet (S.), Cocaud (M.), Godineau (D.), Rouquet (R.) et Sainclivier (J.) (dir.), Le Genre face aux mutations. Masculin/féminin du Moyen Âge à nos jours, Rennes, PUR, 2003, 407 p.

12 En français lire en particulier Merle (I.), « Les Subaltern Studies. Retour sur les principes fondateurs d’un projet historiographique de l’Inde coloniale », Genèse, n° 56, 2004, p. 131-147.

13 C’est-à-dire le Brésil, l’Uruguay et l’Argentine.

14 Alcalá Rodríguez (G.), Residentas, destinadas y traidoras, Asunción, RP/Criterio Ediciones 1991 ; Bareiro (L.), Soto (C.) et Monte (M.), Alquimistas. Documentos para otra historia de las mujeres, Asunción, Centro de Documentación y Estudios (CDE), 1993 ; Rivarola (M.), Obreros, utopías y revoluciones. La formación de las clases trabajadoras en el Paraguay liberal. 1870-1931, Asunción, CDE, 1993 ; Martínez (O.) et Monte (M.), « Dios proteja destino patria ». Las Concepcioneras de 1901, Asunción, CDE, 1999.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search