Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et événement

 | 
Marc Bergère
, 
Luc Capdevila

Préface

Michelle Zancarini-Fournel

Texte intégral

  • 2 Duby (G.), 27 juillet 1214. Le Dimanche de Bouvines, Paris, Gallimard, coll. « Trente journées qui (...)
  • 3 Klapisch-Zuber (C.) (dir.), « Georges Duby et l’histoire des femmes », CLIO, histoire, femmes et s (...)
  • 4 Nora (P.), « Le retour de l’événement », Faire de l’Histoire, tome I, Paris, Gallimard, coll. « Bi (...)
  • 5 Morin (E.), « Le retour de l’événement », Communications, 1972.
  • 6 Thébaud (F.), La femme au temps de la guerre de 1914, Paris, Stock, 1986. Godineau (D.), Citoyenne (...)

1Ainsi commence, par cette « Mise en scène », la première partie intitulée « L’événement » du livre de Georges Duby, Le Dimanche de Bouvines2, publié en 1973. Extraordinaire ouverture sur le genre de l’événement. Le terme genre, au sens de construction socioculturelle du masculin et du féminin, n’a pas, à cette date, traversé l’Atlantique. Mais tout est déjà là (ou presque) : les hommes et la virilité, les représentations du masculin et du féminin, LA femme comme matrone et sorcière, l’ombre et la lumière… En 1973, la révélation est double : le genre de la bataille, mais aussi l’événement. Ce dernier n’a pas encore, chez les historiens, récupéré son droit de cité perdu avec l’historiographie des Annales et Georges Duby, ici comme ailleurs, fait figure de défricheur3. C’est en 1974 seulement que Pierre Nora intronise l’événement comme un des « nouveaux problèmes » de la Nouvelle Histoire4, même si Edgar Morin avait, dès 1972, annoncé son « retour5 ». Les « événements de mai-juin 1968 » (expression consacrée) avaient inspiré la réflexion du sociologue, comme la chute du mur de Berlin en 1989, puis le 11 septembre 2001, ont réactivé l’intérêt des historiens pour l’événement. Mais, jusqu’à une époque récente, l’approche de genre est restée relativement discrète. Pourtant, dans la décennie 1980-1990, au moment même où s’épanouissent l’anthropologie historique et la culture féminine qui privilégient alors permanences et longue durée, les ouvrages de Françoise Thébaud sur la guerre de 1914-1918 (1986), de Dominique Godineau (1988) sur les Citoyennes Tricoteuses ainsi que celui de Laurence Klejman et Florence Rochefort sur le féminisme de la IIIe République (1989) nous ont rappelé que des événements majeurs – les guerres, les révolutions, le féminisme – avaient changé la vie des femmes et des hommes6. En effet, l’événement est toujours rupture, transformation de la situation, et ouverture d’autres possibles. Il peut être accoucheur d’autres relations de genre et initiateur de nouveaux équilibres ; mais il peut aussi révéler, en creux, les enjeux et les (dés)équilibres de genre.

  • 7 Godineau (D.), « Filles de la liberté et citoyennes révolutionnaires », dans Histoire des femmes e (...)

2Une première approche passe par l’enregistrement de la présence (ou de l’absence) des femmes dans l’événement. Mais, comme le souligne Dominique Godineau à propos de la Révolution française : « Il ne suffit pas de dire que les femmes y ont ou n’y ont pas participé. Il ne suffit pas non plus de mettre en évidence le poids du facteur masculin-féminin. Il faut questionner l’histoire pour tenter de dégager l’articulation entre le rapport des sexes et l’événement7. » Cette approche est beaucoup plus exigeante, mais sans doute plus fructueuse aussi. Cependant constater l’absence des femmes (par exemple dans les émeutes frumentaires de la Rome antique), si elle informe sur les équilibres de genre, peut également contribuer à déconstruire certaines idées reçues selon lesquelles les femmes seraient « d’évidentes émeutières » : la notion de répertoire féminin d’action est ainsi contredite par l’approche diachronique.

  • 8 Detienne (M.), Comparer l’incomparable, Paris, Seuil, 2000.
  • 9 Tillion (G.), Le harem et les cousins, Paris, Seuil, 1966.
  • 10 Garranger (M.), Femmes algériennes, 1960, Atlantica, 2002 (réédition).
  • 11 Tarraud (C.), La prostitution coloniale, Paris, Payot, 2003.

3A contrario, chahuter la chronologie et comparer l’incomparable8 – l’événement représenté par l’irruption de filles voilées dans l’espace laïc des établissements scolaires français de la fin du xxe siècle et les belles athéniennes des cités antiques – contribue à révéler les permanences des « civilisations du couvert » qui se sont déployées dans le bassin méditerranéen. Des dizaines de siècles plus tard, l’ethnologue Germaine Tillion fait le même constat dans l’Aurès algérien9. Outre les « belles chevilles », témoin pour Homère de la beauté féminine, de ce « couvert » s’échappe (sauf en Afghanistan) le regard. Regards ô combien suggestifs que ceux de ces Algériennes, obligées, en 1960 pendant la Guerre d’Algérie, de se dévoiler et se faire tirer le portrait par un soldat-photographe en mission10. L’événement, gravé sur la pellicule, irrigué par la longue histoire des femmes voilées ou dénudées11, prend un tout autre sens aujourd’hui, au lendemain de la loi française sur l’interdiction des « signes ostensibles ». En fin de compte, qui montre quoi ?

4Surjouer ou transgresser les assignations et les normes de genre sont les deux versions qui peuvent s’imposer dans le cours de l’événement. Si des formes d’intervention féminine sont tolérées dans un événement où peut se déployer la violence – lancer des quolibets ou des insultes, manifester, jeter des objets divers –, elles ne sont tolérées que parce qu’elles restent conformes aux rôles convenus de filles, de femmes, d’épouses ou de mères. C’est en ce sens que l’usage de toute autre arme – couteau ou fusil – n’est pas admis, sauf à vouloir – dans des circonstances spécifiques, résistances ou guérillas – calquer le féminin sur le masculin. Même en situation de guerre, cette transgression des rôles n’est pas évidente.

5Jouer sur les jeux d’échelle permet enfin des approches diverses du genre de l’événement. Des individus à la nation, le registre de l’imaginaire et de l’affectif se déploie de façon très différenciée dans le récit historique. Le changement de zoom de l’intrigue permet d’ausculter au plus près les réactions et les motivations émotionnelles des individus. L’élargissement de la focale au roman national, fait apparaître des récits qui s’avèrent imaginaires, mais où se lit le déficit ou la partialité des politiques de mémoire.

6Ce livre nous mène, à travers l’espace et le temps, sur bien d’autres chemins non encore parcourus. Laissons-nous prendre par la surprise de l’événement : il ouvre le champ des possibles et, parfois, bouleverse les relations de genre.

Notes

2 Duby (G.), 27 juillet 1214. Le Dimanche de Bouvines, Paris, Gallimard, coll. « Trente journées qui ont fait la France », 1973.

3 Klapisch-Zuber (C.) (dir.), « Georges Duby et l’histoire des femmes », CLIO, histoire, femmes et sociétés, n° 8, 1998.

4 Nora (P.), « Le retour de l’événement », Faire de l’Histoire, tome I, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », 1974, p. 210-228. La première version est parue sous le titre « l’événement-monstre ».

5 Morin (E.), « Le retour de l’événement », Communications, 1972.

6 Thébaud (F.), La femme au temps de la guerre de 1914, Paris, Stock, 1986. Godineau (D.), Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple pendant la Révolution française, Aix-en-Provence, Alinea, 1988 ; Klejman (L.) et Rochefort (F.), L’égalité en marche. Le féminisme sous la Troisième République, Presses de la FNSP, 1989.

7 Godineau (D.), « Filles de la liberté et citoyennes révolutionnaires », dans Histoire des femmes en Occident, Le xixe siècle, Paris, Plon, 1991, citation p. 27.

8 Detienne (M.), Comparer l’incomparable, Paris, Seuil, 2000.

9 Tillion (G.), Le harem et les cousins, Paris, Seuil, 1966.

10 Garranger (M.), Femmes algériennes, 1960, Atlantica, 2002 (réédition).

11 Tarraud (C.), La prostitution coloniale, Paris, Payot, 2003.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540